L’islam? La question ne sera pas posée… | Causeur

L’islam? La question ne sera pas posée…

Quel est le «carburant» des frères Kouachi, El Bakraoui et Cie?

Auteur

Xavier Théry

Xavier Théry
travaille dans un grand groupe de communication.

Publié le 29 mars 2016 / Religion Société

Mots-clés : , , ,

L'aéroport de Zaventem à Bruxelles (Photo : SIPA.AP21874376_000161)

Khieu Sampan, licencié en sciences économiques de l’université de Montpellier, qui a dirigé le génocide de 2 millions de Cambodgiens, était-il un radical qui s’est progressivement « communisé » ou un communiste qui s’est progressivement « radicalisé » sous l’influence d’une idéologie qui s’extrémisait elle-même ?

Joseph Fouché, séminariste chez les Oratoriens, qui exécuta 1 800 Lyonnais en les attachant face à des canons chargés à mitraille, était-il un radical qui s’est progressivement « jacobinisé » ou un révolutionnaire qui s’est « radicalisé » au moment où la révolution connaissait ses dérives les plus meurtrières ?

Jacques Doriot, ouvrier métallurgiste, qui a fondé le PPF en 1936, parti authentiquement fasciste, avant de créer la Légion des volontaires français partie combattre au service de l’Allemagne nazie en 1941, était-il un radical qui s’est progressivement « fascisé » ou un fasciste qui s’est progressivement « radicalisé » sous l’influence d’une idéologie qui se « nazifiait » elle-même ?

Lavrenti Beria, étudiant en architecture à Bakou, fondateur de la Tcheka, du NKVD et du goulag, était-il un radical qui s’est progressivement « bolchévisé » ou un communiste qui s’est progressivement « radicalisé » sous l’influence d’une idéologie qui se « stalinisait » elle-même ?

Heinrich Himmler, ingénieur agronome et éleveur de poulets, organisateur du massacre systématique de millions de juifs, était-il un radical qui s’est progressivement « nazifié » ou un nationaliste qui s’est progressivement « radicalisé » sous l’influence d’une idéologie qui se radicalisait elle-même ?

Voilà les termes du débat auquel nous invitent Raphaël Liogier et Olivier Roy contre Gilles Kepel. Mais vous l’avez compris, il ne s’agit pas ici de revisiter la psychologie de quelques « figures » historiques, mais de comprendre ce qui pousse un Brahim Abdesslam, les frères Kouachi ou les frères El Bakraoui à commettre des attentats de masse.

C’est à dessein que j’invite le lecteur à se replonger dans les soubresauts de l’Histoire : les « illustres » prédécesseurs des massacreurs d’aujourd’hui avaient-ils des problèmes psychologiques ? Himmler était-il aigri ? Béria avait-il eu une enfance malheureuse ? Sampan avait-il été victime de racisme à l’université ? Doriot avait-il dû se battre dans sa jeunesse pour s’imposer dans des quartiers difficiles ? Fouché rongeait-il son frein au séminaire ?

L’idéologie n’existe pas ?

On comprend l’inanité de ces questions au regard des idéologies mortifères que l’Histoire a produites. Comment mettre de côté l’idéologie marxiste-léniniste dans l’instauration de la dictature du prolétariat et de tous les meurtres de masse qui en découlent ? Qui peut prétendre sans rire n’y voir que la dérive de quelques radicaux ? Comment mettre de côté l’idéologie nazie dans l’Holocauste ? Qui oserait n’y voir que la seule aliénation mentale de quelques frustrés ?

C’est pourtant la tâche qu’ont entrepris Liogier et Roy : rattacher les attentats islamistes à une forme de radicalité individuelle qui trouverait son exutoire dans les attentats, l’islam n’étant qu’un « prétexte » à leur désir de mort. Les auteurs de l’attentat de Lahore dimanche (72 chrétiens explosés), les massacreurs de Sousse, les coupeurs de mains de Tombouctou, les éventreurs du Nigéria, les décapiteurs de Mossoul ou d’Alep, les fusilleurs du Bataclan, les esclavagistes de Tikrit, les mitrailleurs d’Abidjan, les exploseurs de Boston, les tueurs d’enfants de Beslan… n’ont-ils rien d’autre en commun que d’être de grands enfants à l’Œdipe contrarié ?

Et l’islam salafiste dans tout cela ? La question ne sera pas posée. La dérive de l’islam salafiste vers un islamo-fascisme ? La question ne sera pas posée. La connivence intellectuelle de jeune islamistes — on n’ose pas dire musulmans — (comme à Bruxelles où la police s’est fait caillasser) ? La question ne sera pas posée. Car elle n’est pas correcte.

En tout cas François Hollande sera le gardien vigilant de cette idéologie nihiliste qui consiste à ne pas désigner l’ennemi, à ne pas le voir, à ne même pas prononcer son nom. Et au fil des communiqués, jamais le mot « islamiste » ne sera prononcé. Ni même la religion des victimes (chrétiennes) comme dans le message hallucinant envoyé par le président de la République au gouvernement pakistanais.

Voilà où nous en sommes.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 3 Avril 2016 à 22h22

      Made dit

      Merci pour cet article 

    • 3 Avril 2016 à 12h40

      MORVAN58 dit

      Plein accord avec cet article. A méditer, à diffuser, à faire fructifier…

    • 3 Avril 2016 à 10h31

      louiscausero dit

      Un article documenté et lucide….quant au message présidentiel il traduit bien l’attitude de M. Hollande; indigne!

    • 2 Avril 2016 à 20h15

      Patrick dit

      Voilà ce que propose une sénatrice de DROITE, l’ancienne maire de Strasbourg :
      1. Taxer le carburant pour financer l’accueil des migrants et le contrôle aux frontières,
      2. Etendre le Concordat (d’Alsace-Moselle) à l’islam.
      A lire ici.

    • 2 Avril 2016 à 19h52

      kim dit

      Hollande, Valls, Cazeneuve parlent toujours de vouloir faire une “guerre au terrorisme”, mais jamais d’une “guerre à l’Islam radical”. Ils ont peur de nommer le responsable du terrorisme. Nombreux sont les éditorialistes qui qui ont la même peur.
      Avec une telle approche Ils se condamnent à toujours traiter les symptômes et jamais les causes. Ils se condamnent à ne jamais gagner cette guerre.

      • 2 Avril 2016 à 20h10

        bleublancrouge dit

        Si on veut aller par là en remontant les causes la cause est la religion en général, la pauvreté, l’abandon, mais aussi l’espèce humaine.
        Le problème auquel le pays est confronté est le terrorisme. Il faut donc réagir contre le terrorisme, pas se laisser distraire par ceux qui voudraient exploiter la situation.

        • 3 Avril 2016 à 1h44

          scarlet dit

          Bleu Blanc Rouge: Le terrorisme c’est un moyen d’action, non la cause de l’action.
           Prétendre s’attaquer au moyen sans même vouloir connaitre la cause, est juste stupide en plus d’être vain.
          Quant à la cause, ce n’est pas la religion en général. A ma connaissance, les chrétiens, les boudhistes, les juifs ne cherchent pas à massacrer des populations civiles de pays avec lesquels ils ne sont pas en guerre. Ils n’enlèvent pas des lycéennes en Afrique pour les réduire en esclavage. I
          Il n’y a qu’une religion aujourd’hui concernée par ces actes ignobles commis un peu partout sur la planète: c’est l’Islam. Cela ne signifie pas que tous les musulmans sont des terroristes et heureusement car il y en a plus d’un milliard.
          En revanche, tous les auteurs de ces actes ignobles sont musulmans. Il est absurde de vouloir le cacher! C’est un manque de respect à l’égard des milliers de victimes de ces porcs que d’omettre de nommer la cause de leurs souffrances!

    • 1 Avril 2016 à 18h58

      Letchetchene dit

      Encore un “C’dans l’air” sur la question des migrants et toujours 4 personnes à qui mieux mieux disent qu’il faut accueillir toujours plus de migrants car la question économique ne se pose pas !!!
      Qui l’eu cru Lustucru !!!
      Ont ils oubliés les 8 Millions de pauvres et de chômeurs de notre pays?

    • 1 Avril 2016 à 18h06

      Letchetchene dit

      @ TIOMKIN
      “Le terrorisme islamiste nous a déclaré la guerre. A la France, à l’Europe, au monde entier, encore récemment au Pakistan, un dimanche de Pâques pour s’attaquer à des chrétiens”.
      C’est HITLER qui a dit çà ce matin !!!!!!!!!!!!!!!!!

    • 30 Mars 2016 à 18h15

      tiomkin dit

      Pour le coup il y arrive “Le terrorisme islamiste nous a déclaré la guerre. A la France, à l’Europe, au monde entier, encore récemment au Pakistan, un dimanche de Pâques pour s’attaquer à des chrétiens”. Il a dit les choses ce matin…

    • 30 Mars 2016 à 18h07

      i-diogene dit

      … Sauf que la majorité des terroristes français et belges n’ étaient que des sociopathes en échec total avec la moindre réussite sociale..

      C’ étaient, à l’ évidence, d’ excellentes recrues pour l’ endoctrinement..

      Là où on est d’ accord, c’ est qu’ Hitler aussi, s’ était entouré de sociopathes..!^^ 

    • 30 Mars 2016 à 17h40

      golvan dit

      En réponse à divers intervenants, je considère que des descendants d’immigrés musulmans qui vous traitent de “sales Français” sont toujours des immigrés puisqu’ils se considèrent comme tels. 
      S’ils étaient français, ils ne nous traiteraient pas de sales Français, CQFD.
      D’autre part, je confirme, qu’en confrontant les textes de l’islam aux Constitutions européennes, on en conclut logiquement que la pratique de l’islam et ses valeurs sont incompatibles avec la citoyenneté dans les pays européens, et ceci que ce soit avec des immigrants de première ou de seconde génération, ou même de troisième comme on le constate actuellement, et ceci même si lesdits immigrés ont des papiers français.
      Voilà, ça c’était en réponse aux affirmations du genre vous parlez d’immigrés mais que faites vous avec les “Français”, qui ont d’ailleurs dans leur immense majorité la double nationalité, ou du genre “Golvan c’est vous qui êtes dans la théorie parce que moi j’en ai dans ma classe”.
      D’ailleurs dans ce dernier cas j’imagine que la classe serait plus facile à tenir s’il n’y en avait pas, et je compatis.  

      • 30 Mars 2016 à 18h14

        Pierre Jolibert dit

        J’

      • 30 Mars 2016 à 18h18

        Pierre Jolibert dit

        J’ai dit que nous étions tous dans la théorie tant que nous sommes. Et que d’autres part j’ai eu de tout dans mes classes.
        Et il serait ridicule que je parle là de ma façon de les tenir, mais l’expérience ne me fait absolument voir de ce que vous en imaginez. Arrêtons là car nous ne nous convaincrons pas l’un l’autre, ni aucun tiers maintenant.

        • 30 Mars 2016 à 18h20

          Pierre Jolibert dit

          ne me fait absolument rien voir, voulais-je dire

      • 30 Mars 2016 à 22h56

        durru dit

        Golvan, la “racaille” je la croise aussi. Mais: 1. il n’y a pas que ça parmi les musulmans; 2. ils ont la nationalité française. Seulement sur le papier, certes, mais comment le prouver? Et quelle loi mettre en place pour faire une quelconque différence?
        C’est la seule question qui vaille, et à laquelle vous évitez soigneusement de répondre. Comment faire?

      • 31 Mars 2016 à 7h19

        durru dit

        Golvan, rien que pour vous, une statistique de l’INSEE sur les immigrés.
        Où on voit que, pour les pays du Maghreb, la part des doubles nationaux parmi les 18-50 ans descendants d’immigrés est la plus importante, mais cela reste minoritaire sur la population totale (ça pour l’immense majorité).
        Même s’ils sont cons, même s’ils haïssent la France et les Français, même si leur religion est incompatible avec la République (hypothèses que je ne confirme, ni infirme), ils sont là et ils n’ont pas d’autre nationalité. Et la déchéance de nationalité ne marche même pas pour les terroristes s’ils restent apatrides…
        Voilà le tableau, faudra faire avec. Et trouver des solutions compatibles.

    • 30 Mars 2016 à 17h37

      Hannibal-lecteur dit

      Toutes les tentatives d’explication des agissements de ces criminels se résument à une seule que voici en langue populaire : c’est des cons. Mais attention, pas complètement cons. Assez intelligents pour voir leur malaise, mais pas assez pour y trouver solution.
      Leur malaise? Élevés par des parents peu intelligents qui n’ont pas choisi de s’intėgrer, qui ont persévéré dans leurs coutumes inadaptées dans la civilisation des lumières. Coincés entre un Coran barbare, contraire à la civilisation des lumières et la liberté de la recherche du bonheur individuel. Coincés entre la burka, l’autorité sur la femme et le porno d’Internet. 
      Interdits de sortir de leur état par le travail que la CGT et consorts leur enseigne comme un esclavage. Mais jaloux de ceux qui s’en sortent ainsi, donc enclins à les dėtruire.
       Solution? Facile: dealer pour faire du pognon , puis justifier son penchant à dėtruire ce qu’on est pas capable d’acquėrir par un moyen sanctificateur, celui de la religion. Aller à l’extrême des prėceptes là où les mous n’osent pas aller, pour être sûr à la fois du paradis d’Allah et d’apparaître en héros aux yeux des mous. Tout bénéf.
      Perdre une vie dont on mesure qu’elle ne sera jamais celle qu’on souhaite faute non seulement des moyens de l’avoir mais surtout faute de l’audace nécessaire pour mettre le coran à la poubelle, le coran qui l’interdit, petit problème. L’avoir, cette vie, au paradis avec les honneurs en plus, on essaye?
      Une histoire de pas trop cons mais cons quand-même, à qui l’islam propose une issue magnifique. Ce qui met l’islam entre complicité et incitation, selon l’opinion de chacun.

    • 30 Mars 2016 à 13h55

      Fioretto dit

      @ durru
      D’un point de vue rationnel ce n’est pas les attentats qui me font peur (même si bien évidemment je les condamne hauzefort), mais prenez le cas de votre chère Roumanie. Un pays avec une démographie similaire à celle de l’Allemagne sans les immigrés avec la poussé démographique d’Asie centrale et avec les réfugiés un pays comme cela risque de se retrouver islamisé dans une vingtaine d’années. Il y a qu’à voir le sort de la Macédoine …

      • 30 Mars 2016 à 14h08

        durru dit

        Le projet de grande mosquée à Bucarest vient de prendre du plomb dans l’aile, si je puis dire… Les Roumains sont un peu moins cons qu’ils n’en ont l’air. Il n’y a pas de minorité musulmane historique en Roumanie, à part quelques Turcs et Tatars au Dobroudja, contrairement à la Macédoine, dont le nom lui-même…
        La natalité en Roumanie n’est pas fameuse, certes, mais le dépeuplement du pays est pour l’instant plus du fait d’une émigration massive (rien que l’Espagne et l’Italie, plus d’un million pour chaque). Comme les liens n’ont pas été coupés, tout reste possible, suivant l’évolution économique et politique du pays.
        Si on parle de l’Allemagne, par contre, c’est une autre paire de manches. Et des manches, par là-bas, il y en a, apparemment.

    • 30 Mars 2016 à 13h35

      Pierre Jolibert dit

      et du coup je la remets là aussi. C’est tunisien, et le sort en soit loué ce n’est pas théoricien.

        • 30 Mars 2016 à 14h13

          durru dit

          Merci, mais toujours pas sur la première page ;)

        • 30 Mars 2016 à 14h31

          Pierre Jolibert dit

          je vous en prie
          (vous voulez dire que ce n’est pas en première page parce que celle-ci est à présent le lieu d’un colloque sur la poussée d’Archimède en démographie ?)
          Merci d’ailleurs pour le lien que vous avez mis plus bas. Je ne veux pas m’en prendre spécialement à ce philosophe [assez révélateur, il me semble, abstraction faite du contenu, du statut avantageux et du sérieux réellement donné à tout ce qui concerne l'intellect dans les pays francophones qui ne sont pas la France], mais je dois dire après lecture que je ne le sens pas. Sa façon de dire que ça a le moins possible à voir avec l’islam, en disséminant très habilement ce avec quoi ça a à voir (où le très précis côtoie le très allusif), est très légèrement plus crispante que le plus populaire, simple et grossier “ça n’a rien à voir” habituel.

        • 30 Mars 2016 à 15h18

          mogul dit

          J’ai trouvé moi aussi les circonvolutions de ce monsieur bien gazantes. 
          Je suis peut être idiot, mais j’ai l’impression de ne toujours pas avoir compris ce qu’il voulait dire. Je  m’aperçois que ceux qui l’ont lu ont des interprétations différentes. 
          Et j’ai comme l’impression que c’est fait pour… 

        • 30 Mars 2016 à 15h37

          durru dit

          Le débat lancé par Fioretto m’intéresse au plus haut point, Pierre, faut comprendre ;)
          Comme l’a bien vu Mogul, chacun comprend son discours de manière différente. Pour moi, il n’est pas en train de disculper l’islam comme religion, mais bien de montrer le fait qu’il y a manipulateurs et manipulés. Et je reviens à mes lubies, un livre dont la lecture m’a marqué, “L’immeuble Yakoubian”. Car il parle de la même chose. L’outil de la manipulation est bien l’islam, et cette réalité n’est pas cachée. Ma compréhension est qu’il faut regarder derrière cette première image (qui n’est pas fausse en soi), pour voir les arbres dans la forêt.
          Enfin, chacun voit midi à sa porte, n’est-ce pas?

        • 30 Mars 2016 à 16h18

          Pierre Jolibert dit

          Ah mais je comprends tout à fait, et j’en suis autant passionné que vous : la preuve, c’est que je n’y interviens pas, ou juste par cette allusion indirecte ailleurs, qui me permets d’expurger ma passion comme le sifflet de la cocotte-minute.
          Pour ce qui est de l’auteur, je constate au passage qu’il a l’air tout à fait rompu à sa discipline, je ne comprends pas tout non plus.