Inventaire après héritage | Causeur

Inventaire après héritage

Caroline Fourest et Fiammetta Venner racontent Marine le Pen

Auteur

Coralie Delaume

Coralie Delaume
est blogueuse (L'arène nue)

Publié le 12 juin 2011 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Ce n’est pas vraiment une biographie. Ni un essai de sciences politiques. Finalement, Marine Le Pen, de Caroline Fourest et Fiammetta Venner, est un livre d’histoire.

Passionnant du point de vue factuel, cet ouvrage dense est une véritable plongée dans l’histoire personnelle de « Marine », dans l’histoire familiale du clan Le Pen, et dans l’histoire politique du Front national. Les deux auteurs entendent montrer qu’entre un père omniprésent et un réseau d’amitié pour le moins turbulent, Marine Le Pen serait prisonnière d’une nécessaire continuité. Mais leur thèse est davantage étayée par l’accumulation d’informations sur les coulisses du FN que par la déconstruction du « double discours » qu’elles prêtent à leur héroïne. Cette grille de lecture se révèle beaucoup moins efficace pour démontrer l’ancrage à l’extrême droite de l’héritière Le Pen qu’elle ne le fut pour démasquer la prétendue modération de Tariq Ramadan. Imprégnées d’une idéologie très « deuxième gauche », les deux journalistes, dont il ne s’agit nullement de contester l’honnêteté, pêchent par conformisme social-libéral.

Ainsi, les raisons du succès mariniste sont pudiquement tues tandis que les électeurs du Front national sont à peine évoqués. Tout juste apprend-on qu’ils ont « une pointe d’infantilisme dans le cœur », au détour d’un épilogue moralisateur qui gâche presque la lecture des 400 pages précédentes.

Au nom du père

Marine Le Pen est avant tout le récit du long passage de témoin entre le père et sa fille, dans le cadre d’un véritable « front familial », comme l’appellent tous ceux qui en ont claqué la porte, ou en ont été congédiés. Car la benjamine Le Pen a hérité d’un parti comme d’autres héritent de l’affaire familiale. Si « Marine » semble prête à repeindre la devanture, c’est pour faire fructifier le fonds de commerce. Pour cela, il lui faut réhabiliter le nom du père. Comme elle le raconte dans son autobiographie1, elle s’est toujours rangée de son côté dans les épreuves, en particulier lors de la scission du parti orchestrée par les mégrétistes. De cette longue proximité, résulte un véritable « contrat moral » qui interdit à l’héritière toute rupture véritable.

L’ouvrage est également une plongée au cœur du « nouveau » Front national. On y découvre un parti affaibli suite aux départs successifs de la vieille garde archéo : fascistes historiques, catholiques traditionalistes, gollnischiens claquent la porte ou sont « purgés ». Certains tournent le dos à une « gourgandine » trop légère, d’autres à une personnalité trop médiatique, donc adoubée par le « système ». De son côté, si elle pâtit du manque de cadres, Marine Le Pen profite du départ des caciques comme Bernard Antony, Karl Lang ou Roger Holeindre pour donner l’image d’un Front « dépoussiéré ». En laissant la panoplie de nostalgiques de tous poils s’exiler aux marges du FN, elle s’offre la possibilité d’apparaître un jour comme un juste milieu entre la droite classique et l’extrême droite la plus dure. Et espère faire oublier que ceux dont elle s’entoure aujourd’hui viennent de la frange nationale-radicale de l’extrême-droite. Qu’ils soient mégrétistes repentis, anciens « gudards » ou nationaux-révolutionnaires, ils ne sont pas les moins virulents.

« Laïcité à tête chercheuse »

L’ouvrage se poursuit sur une analyse de la rhétorique mariniste, ce discours « attrape-tout » fait d’emprunts multiples, et qui peine à trouver une cohérence.

La critique de « l’OPA sur la République et la laïcité » est franchement convaincante. Militantes laïques de longue date, Fourest et Venner montrent comment la référence réitérée à la laïcité, dont Marine le Pen se fait désormais la porte-parole inconditionnelle, est inédite pour un FN qui se prononça en 2004 contre la loi interdisant les signes religieux ostentatoires à l’école publique. Elles voient dans cette « laïcité à tête chercheuse visant uniquement l’islam » une réponse d’extrême droite à la montée d’un islam politique concurrent de l’intégrisme catholique. Au terme « islamisme », le FN préfère cependant « islamisation » qui suggère une invasion, voire une nouvelle forme d’« occupation ». Marine Le Pen, une femme moderne, est d’autant plus crédible dans le rôle de la pasionaria laïque qu’elle peut brandir le spectre de l’obscurantisme et la profonde misogynie, au demeurant bien réels, de l’islam radical.

La première faiblesse du livre réside dans l’analyse d’autres pans de la doxa mariniste, passée en revue de manière exhaustive. En cédant à leur tropisme sociétaliste, les auteurs nuisent à l’acuité de leur démonstration. Ainsi, le FN serait incontestablement d’extrême droite parce qu’il est – comble de l’horreur – nataliste, et qu’il n’envisage pas de « repeupler la Nation française en autorisant les homosexuels à adopter ou des couples à avoir recours à la gestation pour autrui ». Faut-il donc choisir entre la modernolâtrie ou l’infamie ? Faut-il se pâmer d’aise au moindre kiss-in, die-in, gay pride et autre surgeon de l’hyperfestivité revendicative sous peine d’être suspect d’appartenir à la catégorie des « phobes » ?

Autre faiblesse du livre, la déconstruction du discours économique. Pour contrer le caractère gauchisant de l’économisme mariniste, Caroline Fourest et Fiammetta Venner n’ont pas d’autre argument que le psittacisme caractéristique des sociaux-libéraux qui répètent en boucle « il n’y a pas d’autre politique possible ». La sortie de l’euro ferait donc forcément exploser le coût de la vie, gonfler la dette, condamnant les Français « au niveau de vie des Roumains ». Bref, un véritable naufrage façon Argentine 2002. On pourrait leur répondre qu’un retour au franc suivi d’une dévaluation réduirait les importations pour le plus grand bonheur des producteurs nationaux, qu’il doperait les exportations et le tourisme et que la possibilité retrouvée de monétiser la dette réduirait le poids de celle-ci. Hélas, les enquêtrices ont déjà tranché : « l’époque de la dynamique industrielle et du plein emploi est révolue ». Qu’on se le tienne pour dit : la désindustrialisation et le chômage, c’est pour toujours !

Condescendance bourgeoise

La conclusion de Marine Le Pen rappelle irrésistiblement la chronique dans laquelle Sophia Aram traitait les électeurs du Front national de « gros cons », ce qui avait au moins le mérite de ne pas prêter à l’ambigüité. Ni au rire, d’ailleurs.

Rien de si grossier chez Fourest et Venner, qui sont bien élevées. Mais derrière une volonté – que l’on espère sincère – de proposer des solutions, on sent poindre un zeste de condescendance bourgeoise. Pour elles, « voter Front national relève de la facilité ». « Ceux qui souhaitent se défouler peuvent faire du sport », proposent-elles fort sérieusement. Et dans un élan judéo-chrétien tout à fait inattendu consistant à chatouiller la mauvaise conscience pour obtenir l’abstinence et à agiter la peur du Diable pour dissuader les pêcheurs, elles plaident pour que l’on ne « déculpabilise » point les électeurs frontistes.

L’épilogue, qui nous invite également à « ne plus se servir des questions culturelles pour esquiver le débat économique et social », comme si l’un était exclusif de l’autre, révèle assez l’incapacité rémanente d’une certaine gauche à renouer avec le peuple et à prendre en compte ses « paniques morales »2. Pourtant, comme le dit le politologue Laurent Bouvet, « les questions économiques et sociales, aussi cruciales soient-elles, ne sont en aucun cas détachables des questions d’identité au sens large. Parce qu’on ne peut fermer les yeux sur le rapport à la Nation ».

C’est donc sur une fausse note que s’achève ce Marine Le Pen pourtant bien parti. On le dévore, mais la conclusion en altère la digestion. Car enfin, si, comme le redoutent ses deux biographes, « Marine le Pen est dans nos vies pour quelques décennies », ne serait-il pas temps de se demander pourquoi ?

  1. Marine Le Pen, A contre-flots, Grancher, 2006
  2. Gaël Brustier et Jean-Philippe Huelin, Voyage au bout de la droite, Mille et Une Nuits, 2010

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 18 Juin 2011 à 10h02

      didier H dit

      Nous avons un exemple récent de négationnisme avec la suppression du mot arabe sur le “Monument aux Maures”. Cette affaire m’enrage. Quels sont les moyens dont je dispose pour contrer cette négation de l’horreur de la traite arabe? Casser la gueule à l’imam néolithique de la Grande Mosquée de Bruxelles? Ou plutôt utiliser la voie de la presse et de mes élus puis de la justice si nécessaire?Je suis un farouche partisan de la liberté d’expression et de dire des conneries (et j’en use abondamment) mais nier par provocation ou conviction les souffrances avérées subies par des groupes humains doit être sanctionné. Le vivre ensemble c’est faire siennes par empathie les souffrances de mes compatriotes. Sans ce mécanisme vertueux, il n’y aura plus que le désert des particularismes antagonistes qui détruisent une civilisation. je vis hélas dans un pays où un secrétaire d’Etat et des députés crachent sur la mémoire des Arméniens, où des zélotes islamophiles jouent aux Talibans de Bamyan. Si on ne les stoppe pas d’une manière ou d’une autre, toute personne et toute chose seront un jour leur cible.

    • 18 Juin 2011 à 9h29

      isa dit

      Saintex, vous me faites plaisir à citer Brel.

    • 17 Juin 2011 à 23h22

      eclair dit

      @pirate le problème avec l’interdiction c’est qu’elle nourrit les fantasmes.
      Suffit de voir le 11 septembre qui est pourtant récent .

      Mais surtout l’interdiction a un effet pernicieux c’est qu’elle empeche de démonter les arguments. TU ne peux pas citer les arguments vu qu’ils sont interdit donc comment empecher des idées interdites de se répandre si tu ne peux pas les combattre?

      LA loi n’est pas là pour restreindre la pensée aussi mauvaise soit elle. Elle est là pour punir des écarts aux régles de la societé.

      quand la loi commence à s’insinuer dans ce qu’on doit penser ou faire. Où cela doit il s’arreter. Est ce qu’il ne faudrait pas une loi disant que les enfants soit couchés à telle heure?
      Une loi interdisant d’appeler au boycott ( ah oui cela existe aussi en france grâce à monsanto et ces OGM)

      Quand la loi commence à définir ce qu’on a le droit ou non de ppenser et de faire ou cela s’arrete?

      Il y a même eu une loi interdisant aux nains de faire un spectacle de boulets humains parce que dégraadant mais dans le même temps on permet à des personnes de taille normal de le faire.

      Normalement il y a encore une loi interdisant aux femmes de porter le pantalon.

    • 17 Juin 2011 à 11h30

      Marie dit

      @pirate
      “Et c’est précisément parce que ces thèses délirantes sont autorisés ailleurs qu’elles doivent être interdites au moins quelque part. Histoire que l’on comprenne bien que l’opprobe peut aussi parfois aller jusqu’à l’interdiction simple, surtout venant d’un pays si supposément ouvert à la discussion philosophique et à la libre pensée.”
      Sur ce point bravo pirate!

      annuler

    • 16 Juin 2011 à 17h20

      SPQR dit

      “la liberté opprime, la loi protège”… vous piratez du Proudhon là, cher ami!

      Franchement et au risque de me répéter quelle est donc cette spécificité française qui voudrait qu’on (on c’est nous les Français et nous seuls!) ait besoin d’une loi anti-négationniste. A mon avis si tel est le cas, il y a un besoin impérieux de changer quelque-chose ici.

      Je ne vois pas du tout par quel glissement cela peut-il avoir un rapport avec le soucis d’égalité cher aux Français, et qui m’est d’ailleurs très cher!

      Pourquoi le mépris, la honte, l’opprobre générales ne feraient-elles pas ce travail?

      • 16 Juin 2011 à 21h15

        isa dit

        Déjà parce qu’intenet existe, qu’il s’y dit du grand n’importe quoi sans que les idiots qui écrivent ces horreurs en aient, semble-t’il, la moindre once d’honte.

        Je suis effectivement moins sûre qu’ils aient le courage de dire la même chose IRL.

        • 17 Juin 2011 à 9h21

          pirate dit

          le mépris ? La honte ? Vous avez la moindre idée du nombre de gens qui sont antisémite avéré ou culturels ? Le nombre de ceux qui n’exprime que de l’admiration a ces vaillants pourfendeurs de ce qu’eux même nomme la liberté de parole ? Vous voulez une liste des cites nazi ou antisémites ? Vous pensez réellement que Dieudonnet invitant l’autre malade a jeté sur lui la seule opprobe ?

          La spécifité française c’est de chevaucher au devant des grands principes et les défendre coute que coute, même si tout le monde s’en moque, surtout d’ailleurs.

          Et la raison de ma diatribe saintex c’est que vous disiez que tôt ou tard finalement les négationnistes aurait raison sur ceux qui veulent leur supprimer leur “libre-expression” bah non, chier sur la tête c’est pas la libre expression. Ou plutôt si, c’est pas pour autant que je vais m’acheter un bonnet. Et que ça ne bouleverse pas le monde on s’en tape. Une des plus puissante nation du monde autorise la possession des armes à feu, la Suisse également, ca ne bouleverse pas le monde non plus, pour autant vous aimeriez l’AK47 en vente libre ? Nier le génocide indien n’a pas exactement la même conséquence au moyen orient, et pour le moment ce n’est pas des queshua qui préoccupe l’occident. Notre sort est lié à celui d’Israel qu’on le veuille ou non, historiquement, politiquement, culturellement, theologiquement, ce que veut les faurissons c’est de nous séparer de ça, isoler israel, relativiser la Shoah, et de fait saper les fondements du sionisme, et donc la spécifité même de la naissance d’Israel. Et c’est précisément parce que ces thèses délirantes sont autorisés ailleurs qu’elles doivent être interdites au moins quelque part. Histoire que l’on comprenne bien que l’opprobe peut aussi parfois aller jusqu’à l’interdiction simple, surtout venant d’un pays si supposément ouvert à la discussion philosophique et à la libre pensée.

        • 17 Juin 2011 à 10h52

          saintex dit

          Quand Skardanelli refuse que l’Espagne ou la Belgique soient des références à la société française, c’est un poujadiste (ce ne fut pas votre mot), mais vous avez le droit de réccuser les USA et la Suisse quand bon vous semble.
          C’est le coeur de votre discours. Ce qui est bien
          c’est “ce que je dis”, les autres taisez-vous. J’ajoute quelques ordures… sur mon bonnet et hop, qui va oser répondre ?
          Ce n’est pas que votre discours soit si basique qu’il explique que Faurisson risque de remettre au cause l’existence d’Israël, je passe sur l’histoire très ancienne d’Israël.
          Ce n’est pas non plus que vous en finissiez par dire que c’est la protectionn d’Israël est la seule justification de cette loi et qu’après tout, puisque les queshuas n’ont pas d’état, il n’y a pas de danger. Donc ce n’est pas la mémoire d’un génocide que la loi préserve, balayant un humanisme discutable dans ses méthodes.
          Non, ce ne sont pas vos contradictions, reflets d’une époque de prêt à manger et prêt à penser, qui me gênent.
          Ce qui me gêne c’est que vous criez trop fort, sur un ton systématiquement discourtois. Resaisissez-vous Monsieur, un peu de civilité ne nuira pas à votre cause.

        • 17 Juin 2011 à 12h42

          saintex dit

          A Isa.
          Faut-il comprendre que pour lutter contre la parole sur internet, la solution est la pensée unique encadrée par la loi ? Je caricature votre propos, mais vous avez l’idiot facile, ce qui n’est pas moins caricatural.
          Ou faut-il seulement comprendre que vous n’arrivez pas à élargir la vision que cette loi est repressive et possiblement extensible, comme toute forme de répression et de muselage ?
          La justification de la loi par une phénomène (internet) apparu après ne tenant évidemment pas la route, qu’y a-t-il derrière votre “déjà” ?
          Et qu’est-ce qu’IRL ?

        • 17 Juin 2011 à 12h47

          saintex dit

          Oh ben non, c’était trop plein de fautes et de ratures.
          A Isa.
          Faut-il comprendre que pour lutter contre la parole sur internet, la solution est la pensée unique encadrée par la loi ? Je caricature votre propos, mais vous avez l’idiot facile, ce qui n’est pas moins caricatural.
          Ou faut-il seulement comprendre que vous n’arrivez pas à élargir votre vision, pour constater que cette loi est repressive et porte gravement atteinte à la liberté. Qu’elle est possiblement extensible à d’autres sujets, comme toute forme de répression et de muselage ?
          La justification de la loi par une phénomène (internet) apparu après ne tenant évidemment pas la route, qu’y a-t-il derrière votre « déjà » ?
          Et qu’est-ce qu’IRL ?

    • 16 Juin 2011 à 12h30

      pirate dit

      Mais non Saintex… déclamer sous toutes ces formes “tous les mecs qui s’appellent Pirate sont des enculés antifrançais” ce n’est pas de libre expression, c’est de la diffamation (quoique ça reste à prouver). Nier la mort de millions d’individu, cracher sur leur mémoire et sur le deuil de milliers d’autres, ce n’est pas exprimer librement une opiniion, c’est également, dans le cas qui nous occupe, nier le droit d’Israel d’exister ou de revendiquer quoique ce soit. car c’est bien la finalité du révisionisme. Et dans le cadre toujours, en prenant la république et sa reconnaissance en otage, c’est le nier depuis le pays qui est censé avoir inventé les droits de l’homme et du citoyen. Pas depuis le Royaume Uni qui ne s’est jamais fait fort de défendre institutionnelement l’égalité entre chaque citoyen, ni la liberté d’opinion d’ailleurs. Parce qu’autorisé un âne à beugler dans un parc c’est simplement une façon de lui interdire d’aller plus loin. C’est le confinement à l’anglaise : you can say whatever you want, until no one hear you. Dites ce que vous voulez, mais pas trop fort. A nouveau ce n’est pas ce que revendiquent les cinglés comme Faurisson. Il exige une reconnaissance scientifique, établit, de la gueuse… la gueuse lui répond range ton engin, on rase pas gratis. Et elle a raison. On parle continuellement des spécificités française ici, et du besoin impérieux de les préserver. On en a l’occasion, mais non, justement là, on s’y refuse parce que les anglo saxons eux ne le font pas. Curieuse façon de raisonner.

      • 16 Juin 2011 à 14h21

        skardanelli dit

        Je suis d’accord avec vous.

      • 16 Juin 2011 à 16h54

        saintex dit

        A Pirate
        Heuuuu….!!!!! C’est à quel propos cette gueulante, mon capitaine ? Je dirais même plus, quel vélo et quel est le rapport avec la choucroute ? Vous prendrez bien un grog, mille sabords ?
        Reprenons.
        J’ai certes exprimé mon opinion sur la judiciarisation du négationnisme. Elle est sur trois axes et reste une opinion.
        D’une part, c’est une censure légale, à l’instar des auto-dafés de Nurermberg. Sa différence est qu’elle prétend aller à l’opposé.
        D’autre part, spécificité française, à vue de nez moins de 0.5% de la population mondiale, ce n’est certainement pas elle qui dicte la marche du monde. Bien d’autres pays s’en passent sans devenir des suppôts de satan.
        Enfin, il est tout à fait autorisé de nier la mort de millions d’Amérindiens sans que personne ne crie à la tentative de division de la grande nation péruvienne ou brésilienne.
        Resaissons-nous.
        Je reconnais à quiconque le droit de ne pas être d’accord avec moi.
        Mais je ne crois pas que de me prêter les propos ou les idées que vous me prêtez, soit de nature à valoriser les vôtres. D’autant que si je fais pareil, je vais dire, “au secours, les insultes, après il va me taper ! m’envoyer au gnouf ! au nazi au nazi !!!”. Ce qui est gravement naze, convenez-en.
        Laissons donc les Britanniques en Grande Bretagne, les Israéliens en Isarël, les Pirates sur leurs navires, chacun y a droit. Et ce ne sont pas des lois repressives qui leur assurent ce droit, selon mon curieux raisonnement.

        • 18 Juin 2011 à 7h28

          isa dit

          IRL:
          dans la vraie vie, in real life.

          A part cela, je suis entièrement d’accord avec Pirate, donc rien à rajouter.

        • 22 Juin 2011 à 16h29

          girafe dit

          Tiens encore un 68tard qui se lève tôt:”Il est interdit d’interdire” écrivaient-ils sur les murs dans les petits matins blêmes.

      • 16 Juin 2011 à 16h57

        saintex dit

        A Skardanelli.
        Ben oui, on avait cru comprendre. Ainsi soyez-vous !
        Comme je persiste et signe sur la nécessaire liberté d’expression qui nous autorise à échanger ici nos idées.
        Comme je refuse les insultes et horions comme modèle.

        • 16 Juin 2011 à 17h07

          skardanelli dit

          Je vous ai insulté ?

        • 16 Juin 2011 à 17h57

          saintex dit

          Aucunement, ou alors y’a longtemps, ou bien j’ai oublié…
          La deuxième partie de mon propos était d’ordre général. Motivé par le discours de Pirate qui, même s’il ne le fait pas de façon formelle, le fait par le “ce que parler veut dire” et en me prêtant des pensées indignes.
          Je vous présente donc mes excuses pour une formulation qui pouvait vous mettre en cause.
          Hé, il nous aura tout de même fait bien de l’usage ce billet sur Marine.

    • 16 Juin 2011 à 0h14

      eclair dit

      http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=8df7b752c9e5576321f6498ac9fafa14

      amusant ce petit article qui devrait faire comprendre que la question n’est plus resté dans l’euro ou non. C’est que faire pour que la crise qui se profile ne soit pas trop brutale pour la france.

      • 16 Juin 2011 à 0h32

        eclair dit

        oui article amusant car il viens d’un site lié à la bourse et qui se préoccupe donc de faire des articles visant des enjuex économiques .
        Et à votre avis il faut en conclure quoi s’ils font un article sur la possible faillite de la grèce?

        C’est un site qui ne s’occupe que de finances et de ce qui a des répercussions sur l’économie. SI certains ne veulent pas ouvrir les jeux pas grave les choses risquent d’aller très vite. Il suffit de peu pour qu’une nouvelle crise touche l’économie mondiale. Là chaque mauavise erreur d’un des joueurs peux provoquer la banqueroute .

        Comme je l’ai déjà dis 2012 c’est les évenments dans le monde qui propulseront notre futur président ou prsidente sur le devant.

        • 16 Juin 2011 à 21h16

          isa dit

          Z’en faites pas, ce sera jamais votre blonde chérie.

    • 15 Juin 2011 à 21h30

      eclair dit

      skardanelli,
      rainbow warrior cela vous dis rien? Pas le PS qui a fait sauté un bateau de greenpeace?

      COmbien de guerres post coloniales pour mettre le dictateur favorable à la france ?

      COmbien de membres impliqués dans des affaires de corruption tpe frégate de taiwan? Bizarre le nombre de suicide!

      Combien d’affaire d’argent sales?

      Ce qui est bien c’est que vous semblez faire un distingo.

      Vous parlez d’attentat , vous semblez oubliez l’attentat contre la maison familiale des LE pen quand marine avait 9 ans?

      Continuez votre diatribe qui ne trompe personne. Vous êtes un fascite il suffit de voir comment vous avez parler sur l’avortement avec florence.

    • 15 Juin 2011 à 12h47

      saintex dit

      A Skadarnelli.
      Ce que je dis, je le pense. Et je n’ai pas de posture.
      Pour faire simple, si vous voulez avoir raison mordicus, quel que soit le sujet et la façon, ne vous gênez pas pour moi. Même si je persiste à ne pas comprendre en quoi mes propos vous pousseraient à avoir raison sur moi, ayez raison.
      J’ai un peu laissé mon ego au placard et je m’en porte mieux. Ce disant, je ne m’érige pas en modèle (puisqu’il semble qu’il faut tout écrire sur l’étiquette).
      Je vais même aller plus loin, avoir raison me fatigue, et encore plus avoir eu raison. C’est une sorte de syndrome de Cassandre.

      • 15 Juin 2011 à 15h40

        rackam dit

        Cassandre et Sisyphe ont eu un rejeton, ils l’ont appelé Saintex.

      • 15 Juin 2011 à 20h05

        saintex dit

        Trente secondes de rire aux éclats. Merci Rackam.

    • 15 Juin 2011 à 12h22

      skardanelli dit

      Si je difemme le FN cé ke geai un mové font. Kes ce ke vouvoulé jar rive pa a avalait cun gro quon ki par le de dés taille de lis toir pour des zigner lai chenbres agase reste près zident donneur dun par tea ki sedi raie put bli qu’un. Mèh cez patou, kon bien de par ti komte de menbre im pli ké dent dais a tante a rassiste ? Jen konnait kun. Gean é plai com sa mé ce lon a ekri re.

    • 15 Juin 2011 à 11h53

      Marie dit

      @SPQR
      “Tout ça pour dire comme Saintex, qu’on devrait pouvoir laisser un connard hurler les pires bêtises debout sur un tabouret dans notre Hyde Park national sans craindre qu’il puisse réveille, « all of a sudden », la bête qui sommeille dans chaque Français!

      La seule différence c’est que nous ne sommes pas anglais il y a bien assez d’un certain communautarisme sans en ajouter d’autres
      Quand aux grosse bêtises on en entend ad nauséum tous les jours dans les médias !

    • 15 Juin 2011 à 11h42

      SPQR dit

      @pirate,
      votre réponse d’hier soir me semble intéressante mais ça ne répond pas à la question:
      - Pourquoi un Anglais légaliste quand il dit “la Shoah n’a pas existé” se fait rire au nez ou reçoit une vilaine opprobre tacite et basta?
      - Pourquoi un Français obtus et soupe-au-lait quand un gars lui dit “la shoah n’a pas existé”, comprend-il alors qu’il faut l’inventer?

      Vous me dites que la loi Gayssot c’est assurément le bon vermifuge pour le ver placé dans le fruit de chaque Français. Quant à se demander quel est donc ce mal français, on repassera! Ça me fait penser aux lavements et saignées qui ont eu raison de ce bon roi Louis XIII.

    • 15 Juin 2011 à 9h39

      ylx dit

      Beaucoup de bruit pour rien (suite)

      Les extremistes de tous bords qui partent à la pêche des votes contestataires ont tous un point commun : une idéologie ternaire fondée sur la dénonciation d’un bouc émissaire (ou plusieurs si nécessaire).Vous souffrez, vous êtes malheureux, je vais vous dire pourquoi et je vais vous guérir de ce mal.. C’est la faute des ……(compléter au choix les pointillés : aristocrates, koulaks, juifs, communistes, infidèles, gens du sud, gens du nord, gens de l’est, américains, fonctionnaires européens, colons, traders, bourgeois etc, etc). Aidez-moi à les chasser ou à les supprimer (décrire si nécessaire les méthodes d’extermination) et vous serez heureux pour l’éternité. Aidez-moi à chasser ces parasites en votant pour moi.
      L’expérience historique et statistique (sondages) montre que ce discours touche environ 1/3 de l’électorat d’un pays démocratique. Les partis de gauche sont les moins bien placés pour dénoncer l’utopie du bouc émissaire parce que d’une certaine manière c’est leur fond de commerce traditionnel.
      Il est en effet évident pour eux que lorsque l’usurpateur Nicolas Sarkozy (le bouc émissaire lui et la bande du Fouquet’s ) sera renvoyé dans ses foyers les Français retrouveront la fortune, le sourire, le bonheur, le gôut du travail, l’esprit d’entreprise, de conquête, d’aventure. J’invente à peine, Ségolène a fait récemment une déclaration dans ce genre.
      On note également que les revendications se référant à la morale (une revendication sévèrement mise à mal avec l’affaire DSK ) participe à la démonisation et à la démonétisation du bouc émissaire désigné à la vindicte publique.

    • 15 Juin 2011 à 8h43

      eclair dit

      @skardanelli
      Toujours votre diffamation.
      Vous me faites rire. Vous etes arrivés sur causeur il faut arretez de stigmatiser le FN il faut donner des arguments pour le contrer sur le programme.

      Résultat après même pas 24H vous aviez abandonnés le volet des arguments car vous n’en aviez aucun ou ils s’étaient fait balayés.

      Résultat Vous êtes allé aux attaques sur l’intelligence des électeurs du FN.
      Ensuite vous avez fa

      • 15 Juin 2011 à 8h47

        eclair dit

        Toujours votre diffamation.
        Vous me faites rire. Vous etes arrivés sur causeur il faut arretez de stigmatiser le FN il faut donner des arguments pour le contrer sur le programme.
        Résultat après même pas 24H vous aviez abandonnés le volet des arguments car vous n’en aviez aucun ou ils s’étaient fait balayés.
        Résultat Vous êtes allé aux attaques sur l’intelligence des électeurs du FN.
        Ensuite vous avez fait des attaques ad hominem contre marine le pen.

        Maintenant vous repartez sur l’ancien axiome comme quoi le FN est antisémité négationniste. VOs propos sont de la diffamation il y a des lois un parti pronant l’antisémitisme , la xénophobie le négationnisme se verrait interdire car violant la loi française.

        Est ce que le FN est interdit ou à une procédure dans ce sens? Non donc vvos propos ne sont que de la diffamation.
        st ce étonnant pour quelqu’un de creux comme vous qui n’est pas capable de sortir un semblant de vértables arguments.(PS la secnde guerre mondiale c’est pas un argument).