Souriez, vous êtes tués! | Causeur

Souriez, vous êtes tués!

Le discours nouveau de la bien-pensance est arrivé

Auteur

Alain Nueil

Alain Nueil
Romancier

Publié le 05 avril 2016 / Médias Politique Société

Mots-clés : , , , ,

La campagne gouvernementale #TousUnisContreLaHaine

Les arguments en faveur de l’immigration de masse ont en France changé à plusieurs reprises. Ils se sont constitués, ont produit de beaux éléments de langage et de nobles discours puis, devant le choc du réel, ils ont reculé pour se reconstituer sur d’autres lignes de défense. « Repli tactique sur des positions préparées à l’avance », disait-on à la Débâcle.

Entre 1975 et 1985, la ligne de défense contre le réel se situait sur le Rhin. On prescrivait l’accueil, la générosité, l’hospitalité, on proclamait que l’assimilation serait facile puisque le seuil de tolérance, fixé à 1 %, n’était pas dépassé. Pas plus de 10% d’immigrés à Roubaix, Mantes-la-Jolie ou Marseille-Nord, et l’intégration s’accomplirait. Ceux qui doutaient étaient priés de se taire, ils faisaient le jeu du Front national. Le fameux seuil fut pulvérisé, mais on ne lut jamais, à la une du Monde ou ailleurs, un article alarmé disant que le seuil de tolérance était dépassé aux Minguettes, et que le gouvernement devait réagir. L’immigrationnisme ne se repent pas ses erreurs, il oublie simplement d’en parler.

Après ce recul discret et le passage à la trappe de l’expression « seuil de tolérance », on édifia une ligne de défense sur la Meuse. Elle semblait inexpugnable : « Mais enfin, “ils” s’intègreront, comme les Polonais-Espagnols-Italiens-Portugais de la première moitié du XXème siècle ». Cet argument fut utilisé dans d’innombrables discours de distribution des prix, comices agricoles, prises de paroles à l’Assemblée nationale, éditoriaux de journaux et vœux présidentiels. Noblesse de cœur, élévation d’esprit, connaissances historiques : le discoureur ne pouvait se faire qu’une haute opinion de lui-même, ressort psychologique essentiel du politiquement correct. Le fait que prendre une posture, c’est s’empêcher de penser avec rigueur, n’effleurait pas les esprits.

Ce fut l’âge des premiers lynchages médiatiques d’opposants, encore une activité délicieuse pour les corrects du politique. Renaud Camus qui osait critiquer l’enthousiasme de France Culture devant les foules débarquant à Marseille, en fut une des premières victimes. L’un de ses lyncheurs a-t-il reconnu que les inquiétudes exprimées dans la Campagne de France n’étaient pas infondées ? J’en doute. Le dernier à avoir utilisé cet argument est Lionel Jospin en 2005. Depuis, plus personne n’ose. Aucun Français d’origine portugaise n’a jamais assassiné à la kalachnikov en l’honneur de Notre-Dame de Fatima. Et Jospin n’avouera jamais qu’il a dit une grosse bêtise.

Une nouvelle crétinerie, un nouveau succès

Une nouvelle rhétorique est en train de se construire sur la Marne. Elle n’empêchera pas les loups d’entrer dans Paris et de tuer, mais elle empêchera à coup sûr de prendre les mesures nécessaires à la prévention de futurs massacres. Cette fois, il ne s’agit pas de l’immigration de masse, mais d’une de ses conséquences, le terrorisme islamiste. La bien-pensance vient d’inventer un argumentaire, noble, d’utilisation facile, qui gratifiera beaucoup le discoureur et obscurcira efficacement la réalité. Notons combien il est passionnant pour l’observateur de voir surgir une nouvelle crétinerie, à laquelle je prédis un succès phénoménal.

Le ton a été donné à la une du Monde trois jours après les attentats du 13 novembre. Le veuf d’une des victimes, un certain Antoine Leiris, a publié une lettre ouverte aux djihadistes qui s’intitule « Vous n’aurez pas ma haine ». Choix très habile de la part du principal média bien-pensant. Quel sans-coeur oserait critiquer un veuf tout neuf ? Le nom de Leiris en impose, qu’il y ait une parenté ou non avec l’écrivain. La lettre commence ainsi : « Je ne sais pas qui vous êtes et je ne veux pas le savoir, vous êtes des âmes mortes. » Déni de réalité bien connu : l’ennemi me désigne, mais moi je refuse de le désigner. On ne dit pas « islamistes », on dit « âmes mortes » : haute noblesse d’expression et clin d’oeil à l’élite intellectuelle qui connaît le titre de Gogol, plus rarement le contenu. Voilà qui va certainement désespérer Raqqa.

La suite de la lettre est instructive, elle précise l’argumentaire qu’on va nous resservir une bonne vingtaine d’années jusqu’à ce que cette noblesse d’âme apparaisse pour ce qu’elle est : une lâcheté parée d’oripeaux grandioses. « Vous voulez que j’aie peur, que je regarde mes concitoyens d’un œil méfiant, que je sacrifie ma liberté pour ma sécurité. » Si ce monsieur côtoie dans le métro une femme en niqab un peu forte de hanches, il ne s’éloignera pas comme ont fait les passagers de l’incident rapporté par un journaliste de Libération. Il préfère risquer de voler en éclat à cause des hanches rembourrées à l’explosif que vexer une brave femme innocente. Bravo.

Antoine Leiris termine par une anticipation très discutable : « Mon fils et moi, nous sommes plus forts que toutes les armées du monde (…) et toute sa vie, ce petit garçon vous fera l’affront d’être heureux et libre. Car vous n’aurez pas sa haine non plus. » Vivra-t-il heureux et libre si la France est déchirée par une guerre civile ? On peut en douter. N’aura-t-il jamais de haine contre les djihadistes ? On peut se permettre de critiquer un père abusif qui, des années à l’avance, préjuge des opinions de son fils. D’ailleurs, les enfants ayant la saine habitude de prendre le contrepied de leurs parents, Leiris junior peut très bien voter un jour Marion Maréchal-Le Pen pour embêter papa.

Mort à la Haine !

Je ne serais pas revenu sur la lettre de ce malheureux en désarroi s’il n’y avait eu les attentats de Bruxelles et, avec une concomitance malvenue, les clips gouvernementaux « Tous-unis-contre-la-haine ». Béatrice Delvaux, collaboratrice du Soir de Bruxelles, dans l’émission d’Yves Calvi C dans l’air les 21 et 22 mars avançait l’idée que les djihadistes auront gagné si nous sombrons dans la peur et dans la haine. Ce nouveau discours de bien-pensance nous ordonne de cacher ces sentiments, sous prétexte qu’ils nous rabaissent au niveau de ceux qui veulent nous tuer. Deux mots d’ordre absurdes qu’il faut dénoncer. La peur a sauvé ceux qui, craignant le nazisme, ont fui l’Allemagne des années 1930. Cacher sa peur peut se révéler une posture puérile, on l’a vu le dimanche 15 novembre 2015 quand un pétard a jeté la panique sur la place de la République, on l’a revu à Bruxelles le 27 mars 2016 quand la « marche contre la peur » a été décommandée par peur d’attentats.

On voit bien dans quel piège la campagne gouvernementale « Tous-unis-contre-la-haine » veut enfermer le contradicteur : si vous n’êtes pas contre la haine, vous êtes pour elle, donc un salaud. Il faut reprendre à propos de la haine les arguments d’Alain Finkielkraut dans l’émission L’Esprit de l’escalier d’Elisabeth Lévy à propos de la peur : dénoncer des sentiments, faire une campagne de clips télévisés contre la peur ou la haine est absurde. C’est sur leurs causes qu’il faut agir. On assiste au contraire à une essentialisation de la haine, qui est bien dans la manière purement magique et incantatoire de l’actuel gouvernement socialiste. La Haine est un monstre sans cause ni origine, il importe avant tout de se liguer contre elle et de l’anéantir. Voilà une manœuvre vouée à l’inefficacité et qui empêchera de prendre des mesures sérieuses.

Peut-on dédiaboliser la haine ? Oui, bien sûr. Ainsi la haine que des victimes portent à leurs bourreaux n’est que la réponse à la haine que ceux-ci leur portent, elle n’est pas condamnable moralement. Les mourants d’Auschwitz devaient-ils se priver de haïr les nazis pendant que le gaz sourdait à travers les faux pommeaux de douche ? Devaient-ils leur dire, pour faire par avance plaisir au Monde et à M. Leiris : « Vous n’aurez pas notre haine » ? J’irai même plus loin : l’expression verbale de la haine est une catharsis qui peut empêcher le passage à l’acte. Je me suis entendu dire une fois dans le métro par un quinquagénaire maghrébin ivre : « Tu manges du cochon, c’est pour ça que tu as une peau de cochon. » Eh bien, c’est bizarre mais je préfère mille fois recevoir une bordée d’injures racistes à la figure plutôt qu’une rafale de kalachnikov dans la poitrine. La catharsis, nous explique Aristote, est une purgation des passions par leur profération publique, elle peut empêcher le passage à l’acte. Ceci explique sans doute le succès de Donald Trump : en proférant des horreurs, il soulage les inconscients occidentaux sur lesquels le politiquement correct exerce un refoulement impitoyable. La gauche avait dans les années 1990 une culture psychanalytique très poussée. Elle l’a perdue aujourd’hui par déni du réel, parce que la psychanalyse peut permettre de s’approcher trop dangereusement de la réalité. C’est un des aspects, non des moindres, de la terrible décadence intellectuelle de la gauche.

Un moratoire sur l’immigration paraît aujourd’hui indispensable. Il faut donner à tous les Molenbeek de Belgique, de France et de Navarre le temps nécessaire pour comprendre que l’enfermement communautaire et le refus des valeurs et des vêtements européens ne mènent à rien. L’arrivée de nouveaux cousins du bled ne ferait que reporter dans le temps le jour espéré où toutes les « communautés » se fondront à nouveau dans une nation pacifique et cohérente. Pour les Français de toutes origines, la fermeture des frontières est une très triste nécessité.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 9 Avril 2016 à 18h11

      Jourbon dit

      Mais dans quel but cette publicité télévisée ne présente t’elle le racisme que ne pouvant venir que de nous, pauvre salauds de blancs ?
      Les attentats du  Bataclan ou de l’aéroport de Bruxelles n’étaient  sans doute pas des actes racistes ?
      Arrêtons de nous auto-flageller , le racisme existe bel et bien des deux côtés de la Méditerranée . 

    • 9 Avril 2016 à 15h55

      ledaki dit

      Un article, helas, amer mais  fort juste!

    • 8 Avril 2016 à 19h37

      salaison dit

      ?????? “bien-pensant” de Gauche ou de Droite ou des Milieux ou Extrêmes????? 
      QUOI QUE…………….! 

    • 6 Avril 2016 à 18h59

      i-diogene dit

      D’ un autre côté, il est salutaire pour le gouvernement de voir la haine se dévier sur un pseudo-choc de civilisations..:

      Il serait nettement moins bien perçu par les marins-pêcheurs bretons, les écolos et une majorité de la population d’ avouer que tout ces attentats ne sont que des moyens de pressions ou des actes de vengeances en réponse à la politique française qui est aux ordres d’ intérêts financiers, afin que les actionnaires de de Total puissent augmenter leurs bénéfices…

      http://reseauinternational.net/les-guerres-en-libye-et-en-syrie-les-points-communs-et-les-differences/ 

    • 6 Avril 2016 à 12h26

      Scarabas dit

      Un homme tombé dans le coma le 12 novembre et qui se réveillerait aujourd’hui dans sa chambre d’hôpital devant la télévision comprendrait que de terribles ratonnades se sont déchaînées en France et que le gouvernement, par ces clips, fait ce qu’il peut pour arrêter ces horreurs. Ensuite, quand les infos lui apprendraient ce qui s’est passé à Paris et à Bruxelles, il ne comprendrait plus rien. Ou alors il saisirait la vérité : nous sommes victimes d’une terrible désinformation et la télévision dominée par les idées de gauche nous manipule et nous infantilise beaucoup plus que l’ORTF du général de Gaulle, si décriée. Bien sûr, les clips ont été tournés avant les attentats de Bruxelles, mais ils auraient pu par pudeur être retirés, tellement ils sont en désaccord avec la réalité.
      Les journalistes se plaignent souvent d’être décrédibilisés, cela ne va pas améliorer la confiance que le public met en eux. “Radio-Paris ment, Radio-Paris ment, Radio-Paris est allemand”. “La télé ment, la télé ment, la télé est correcte politiquement”.

      • 6 Avril 2016 à 18h46

        i-diogene dit

        Boh, Rien n’ a changé depuis de Gaulle les médias sont toujours dirigés par l’ Etat:

        Sarkozi nous avait montré ce qui attend les dissidents..^^ 

    • 6 Avril 2016 à 8h55

      bleublancrouge dit

      Il faut une sacrée dose de haine pour s’opposer à un aussi beau slogan (“tous unis contre la haine”). L’intérêt est qu’à force de clamer la haine de l’autre, ils finissent par se haïr eux-même !
      Etonnante dépravation de notre pays, tout de même de retomber si bas ! D’autant plus que ces clameurs de haine proviennet certainement de personnes qui apparaissent certainement comme civilisées dans la vie courante.
      Rappellons que Karadzic qui faisait de même avant de mettre en pratique en Bosnie est jugé pour crime contre l’humanité au TPI.
      Repandre la haine n’est pas une opinion, c’est un délit.

      • 6 Avril 2016 à 9h58

        durru dit

        Dans le nouveau langage orwellien, le réalisme s’appelle maintenant “haine”. Lisez les commentaires plus bas au sujet de l’auteur de la lettre, cher BBR/PSR.

        • 7 Avril 2016 à 16h36

          AP-S-R4 dit

          durru appeler “realisme” votre haine n’en change pas la nature, mais dans le monde du baratin …

        • 7 Avril 2016 à 18h02

          durru dit

          Bonjour PSR,
          Il y a Eclair qui veut bien combattre, il paraît. Moi je veux juste débattre. Désolé.

      • 6 Avril 2016 à 10h11

        thierryV dit

        Ce qui est dénoncé par les “civilisés” ce ne son tpas les sentiments eux qui font , sommes toutes , partie d’un ressenti intime , mais plutôt cette obligation de les ressentir tous à l’unisson , suivant des critères énoncés comme obligatoires . Le tous unis a cette sauce ne me conviens puisque nous avons chacun le droit d’y voir d’autres solutions que celle de la propagande .

      • 6 Avril 2016 à 10h53

        mogul dit

        Il faut une sacrée dose de haine pour s’opposer à un aussi beau slogan (“tous unis contre la haine”).</i,
        Il n'y a aucune haine à avoir contre un slogan qui n'est que ce qu'il est, creux, vain, inutile.
        C'est sûr qu'avec ça, on est parés contre les primates à kalash.
        On demande juste que nos gouvernants fassent ce qu'il faut pour combattre ce menu souci, plutôt que d'enchaîner les opérations de com au cas où nous, pauvres débiles que nous sommes, serions tentés de nous lancer dans des ratonnades pour nous faire justice nous mêmes. Ce qui a bien sûr été notre premier réflèxe après les massacres de janvier et novembre…
        C'est sûr, notre pays est un concentré de haine…
        Quand on lit ce qu'on lit, une campagne "#Tous unis contre la connerie" serait plus appropriée, mais le chantier serait trop vaste…  

      • 6 Avril 2016 à 17h54

        cactus5 dit

        bla bla bla … N’oubliez surtout pas de bien tendre l’autre joue !

        • 7 Avril 2016 à 16h33

          AP-S-R4 dit

          amusant … c’est vous qui tendez la joue … ou plutôt baissez le pantalon ! Daesh veut la haine ? Vous la lui offrez ! Daesh veut créer la terreur ! Vous la lui servez ! Daesh veut mettre en cause l’occident ! Vous aussi ! Daesh veut la revolte dans les milieux musulmans ? Vous propagez la haine anti-islam.
          A l’inverse que font les “tousuniscontre la haine” : ils rappellent qu Daesh a échoué. Ils frappent les dirigeants de Daesh, chez eux ! Ils disent “même pas peur”, ce n’est que piqure de moustique. Ils fraternisent avec tous les francais sans distinction de religion (catastrophe pour Daesh).
          Les faibles ce sont les propagateurs de haine, ici et ailleurs !

        • 7 Avril 2016 à 16h40

          eclair dit

          cool et balancer des bombes sur des femmes des enfants cela ne provoque pas de la haine en retour?

        • 7 Avril 2016 à 16h54

          i-diogene dit

          Eclair,

          La haine contre les coupables réels, ok, mais la haine contre toute une communauté, c’ est surtout pratique pour enfin exprimer son racisme librement..!

          De toute façon, les actes terroristes n’ ont que peu de rapport avec l’ islam traditionnel, puisqu’ ils sont des actes de guerre destinés à influencer la politique colonialiste de la France..

          T’inquiète pas, le groupe TOTAL Sa se fout des attentats et ne partagera pas ses bénéfices avec toi, ni avec les victimes..!^^

          .. Par contre, cette intox de “guerre de civilisations” arrange bien les financiers qui utilisent l’ armée française, l’ ONU et ses ressources pour destituer des dirigeants rebelles.. 

          NON..?^^ 

    • 6 Avril 2016 à 8h33

      thierryV dit

      Plonger de force le malade dans un bain à température ambiante (multiculture)pour faire baisser la fievre….et lui permettre de se rendormir paisiblement .

    • 6 Avril 2016 à 8h29

      thierryV dit

      Je pense que nous sommes engagé dans une fuite en avant au service d’un pari lancé comme un constat d’échec .Tout faire pour favoriser le grand mélange culturel et identitaire . Pour ces gens , la vitesse du processus est vitale et permettra d’effacer dans la foulée les vieux concepts républicains d’intégration devenus caducs parce qu’illusoires .
      Le paquet va donc être mis au service du “creuset multiculturel” . Selon eux , quel meilleur moyen d’atténuer les identités conquérantes que celui d’accueillir tout le monde ? Une sorte de “pari” irresponsable car il a cette particularité de se faire sans l’assentiment des peuples d’origine .

    • 6 Avril 2016 à 7h55

      Christopher3 dit

      A i-diogene. Mon pauvre ami, je te suggère d’aller vite t’allonger sur un divan (de psychanalyste !). Ton déni est édifiant et la lecture du monde dans lequel tu vis, partielle et réduite (tu tentes une sorte d’analyse géopolitique, mais…  pour les nuls). Allez mon gars, voyage un peu, surtout à l’étranger – cela t’apprendra à observer ce qui se passe sur le terrain – essaye de visiter les cités et les banlieues en France, essaye de lire et de t’inscrire dans la démarche d’un chercheur (critique !) ´et de consulter des bouquins princeps (d’anthropologie , d’histoire des religions, etc). Tu comprendras mieux ce qui se joue devant tes yeux. Tu fais sans doute partie de tous ceux qui sont tombés dans le piège du politiquement correct – résultat d’un conditionnement opérant –  un adepte d’un multiculturalisme béat avec les conséquences que l’on voit aujourd’hui. Tu connais le Renard du Net sur Tweeter ? Je ne pense pas; ce n’est pas une référence universitaire, certes, mais le travail qu’il réalise est remarquable : tu y verras une toute petite partie de ce que, manifestement, tu ignores. Cela te permettra de t’ouvrir un tout petit peu à la Réalité auquel pour le moment tu restes fermé. Ce que tu vas y découvrir, qui n’est pas très beau c’est vrai, te permettra de commencer ton chemin. Il faut parfois se perdre pour le trouver… Bonne chance.
      Ps : j’allais oublier, tu parles “d’analyse des faits”, certes c’est bien, mais pour le faire, il faut d’abord construire un corpus exhaustif de tous les faits possibles concernant l’objet dont on parle, cela fait partie de la méthodologie de base d’un chercheur…

      • 6 Avril 2016 à 18h29

        dov kravi דוב קרבי dit

        Pour s’allonger sur un divan, il en faut l’envie et les capacités. Ce pauvre idiot en est bien incapable, du fond de son tonneau. Au reste, selon lui, les psychanalystes sont des charlatans et les patients des imbéciles faiblards d’esprit.

    • 6 Avril 2016 à 0h37

      mogul dit

      Ce qui est bien avec notre gouvernement , c’est que les concepts et les éléments de com se succèdent aussi vite qu’ils s’usent. La mécanique est impeccablement rodée. C’est là qu’on voit qu’on est bien gouvernés.
      Après que les Kouachi aient fait du tir au pigeon dans les locaux de Charlie, le principal danger que nous courrions était “l’Islamophobie”. Ce concept ayant été remis en cause par nombre d’intellectuels, y compris des mieux en cours et même des musulmans, qui en auront souligné toute l’artificialité, on l’a discrètement escamoté. 
      Notre premier ministre a alors tenté ce qu’il fait en général le mieux, un coup de com avec son “apartheid social”. La bronca provoquée l’a incité à remettre prestement son “apartheid” dans sa culotte avec un mouchoir par dessus. 
      Àpres le carton du 13 novembre sur les trottoirs de boboland, que fallait il donc trouver pour continuer à rester au top de la bienveillance vivonsensembliste, minimum syndical pour sauver ce qui reste de valeurs de “gauche” ? Un petit brain storming dans les bureaux de terra nova, et hop ! Bienvenue à la “haine”. Cette “haine” qui sépare, qui fracture, qu’il faut combattre de toutes ses forces etc…
      Ça tiendra bien la saison jusqu’à la rentrée. 

      • 6 Avril 2016 à 0h46

        Flo dit

        Bonsoir Mogul,
        jusqu’à la rentrée ? Je vous trouve bien optimiste. Je dirais au mieux jusqu’à l’euro.

        Pour en revenir à la haine, j’ai lu sous la plume de Goldnadel, qu’il y a bien entendu la mauvaise haine à combattre et la bonne haine à encourager :

        “On a le droit et même le devoir de détester Hitler, Pinochet, Donald Trump, Viktor Orban, Le Pen père et même fille, mais pas question de détester l’Autre. Sauf à être détestable.”

        http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/04/05/31003-20160405ARTFIG00147-gilles-william-goldnadel-la-deradicalisation-est-une-arnaque.php

        • 6 Avril 2016 à 0h56

          mogul dit

          Bonsoir Flo :-))
          Merci pour le lien.
          Vous avez raison, l’Euro va balayer tout ça, en espérant qu’il ne s’y passera rien de grave… 

        • 6 Avril 2016 à 2h29

          i-diogene dit

          C’ est clair que Goldnadel est particulièrement qualifié et impartial por s’ exprimer sur le sujet..!

          Disqualifié..!^^