Affaire Halimi : la sortie d’Aymeric Caron que vous n’avez pas vue sur France 2 | Causeur

Affaire Halimi : la sortie d’Aymeric Caron que vous n’avez pas vue sur France 2

Vous avez dit «incorrect»?

Auteur

Elisabeth Lévy

Elisabeth Lévy
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.

Publié le 28 avril 2014 / Médias Société

Mots-clés : , , , ,

ilan halimi israel caron

Aymeric Caron est de gauche. La preuve, il n’aime pas qu’on tue des enfants. Surtout quand ce sont des enfants palestiniens tués par des soldats israéliens – ce qui, malheureusement arrive, comme dans toutes les guerres, même si on n’a jamais vu les Israéliens acclamer un tueur d’enfants comme l’ont fait les Libanais en accueillant en héros Samir Kuntar, dont le haut fait d’armes était d’avoir fracassé la tête d’une fillette israélienne sur des rochers. Passons, un enfant est un enfant et moi non plus, je n’aime pas que les enfants meurent.

Cependant, on dirait que l’amour des enfants peut faire perdre tout discernement aux plus grands intellectuels. Oui, Caron est un grand intellectuel sinon, il n’aurait pas eu les honneurs de l’éditorial de Jean Birnbaum dans Le Monde des Livres, pour son dernier ouvrage, plaisamment intitulé Incorrect. De méchantes langues vous diront que ce texte indigent et truffé de calomnies court avec zèle d’un lieu commun à une contre-vérité. Pas moi. Pourtant, pour m’attaquer, cet esprit supérieur ne s’est pas donné la peine de me lire, sans doute par peur d’être influencé. Je lui pardonne volontiers, car Caron, et Birnbaum avec lui, dénonce courageusement mon omniprésence médiatique. N’ayant aucun engagement régulier à la télévision, il m’arrive assez fréquemment d’être invitée ici ou là – s’agissant du Service public deux ou trois fois l’an par Taddéï : alors oui, je suis flattée que mon aimable confrère, si j’ose dire, me voie dès qu’il allume la télé – quand le pauvret, lui, résiste dans l’ombre sur France 2 le samedi soir. Que je puisse indisposer, au point que mon image les poursuive, des adversaires aussi titrés, sans avoir à bouger de chez moi, que  le patron d’un grand supplément littéraire et un chroniqueur-vedette se mettent à deux pour me cogner, j’avoue que cela me va droit à l’égo. Je suis partout !

D’accord, ce n’est pas le sujet. Quoique. En vrai, c’est toujours un peu le même sujet: la morgue satisfaite, la bonne conscience d’airain, la haine de la différence intellectuelle qui s’avancent dans les habits de la vertu, du courage et de la tolérance ; le refus de toute complexité drapé dans l’indignation ; les idées courtes et les phrases longues.

Oui, oui, les faits, j’y viens ! Vendredi soir, pendant le tournage de « On n’est pas couchés ! », une altercation, assez violente paraît-il, a mis aux prises Aymeric Caron, chroniqueur gauche de Laurent Ruquier, et le metteur en scène Alexandre Arcady, venu défendre 24 jours, son film sur la séquestration et l’assassinat de Ilan Halimi. J’ai entendu parler de cet incident par quelqu’un, qui en avait entendu parler par quelqu’un…qui connaissait Arcady ou une de ses connaissances. Il n’est même pas scandaleux, juste révélateur d’un état d’esprit commun aux milieux islamistes et à une certaine gauche, plus active dans les médias que dans les partis – ce qui n’est pas nécessairement rassurant. Dans le paquetage idéologique de Caron et de ses multiples clones, il y a, entre autres certitudes rangées au carré, celle qu’Israël est l’un des noms du mal. Alain Finkielkraut aussi – logique, puisque Finkielkraut soutient Israël. N’empêche, il est un peu vexant que Finkie ait droit à un chapitre pour lui tout seul, et Zemmour pareil, alors que moi, j’en partage un avec « Marine », ben oui chef, pourquoi faire compliqué ? Lévy, Le Pen, tout ça, c’est qu’un tas de fachos, non ?

Revenons à notre Caron et à sa dispute avec Arcady. Il est dommage que cette édifiante scène de la vie parisienne ait été coupée au montage – chapeau au monteur car on ne voit rien. La productrice Catherine Barma en a d’ailleurs informé Alexandre Arcady à l’issue du tournage. C’est que les propos de Caron semblent avoir effaré pas mal de monde jusque dans l’équipe de l’émission, aussi a-t-elle dû penser qu’il était inutile de les infliger au téléspectateur. Cette décision est parfaitement légitime. S’agissant d’une conscience morale et d’un penseur de la stature de Caron, il est tout aussi légitime d’éclairer le public, qu’il s’emploie à rééduquer en l’insultant, sur son intéressante vision du monde. Faute de disposer des images, j’ai demandé à Alexandre Arcady de me relater l’accrochage. Par souci de loyauté envers ses employeurs, Natacha Polony a, pour sa part, préféré s’abstenir de tout commentaire, se contentant d’observer que mon récit était, dans l’esprit sinon dans la lettre, conforme à ses souvenirs. Quant à Aymeric Caron, il n’a pas dû avoir eu le temps de répondre à mes messages sollicitant sa version, mais il est le bienvenu s’il souhaite amender celle-ci. Du reste, il me remerciera certainement, car il doit être du genre à assumer ses opinions. Même pas peur. D’ailleurs, de quoi aurait-il peur : s’il était dangereux de dire des âneries, il le saurait.

Polony ouvre le feu. Après quelques amabilités sur le film, elle regrette que le parti choisi par le cinéaste, raconter le drame du seul point de vue de la victime et de sa famille, l’empêche de montrer ce que cette terrible affaire dit de notre société. Il aurait fallu s’intéresser aussi aux motivations des membres du gang des Barbares, précise-t-elle. Elle veut parler de ce mélange de haine des Juifs et d’appât du gain qui a tué Ilan Halimi et qui fait des ravages dans la jeunesse des banlieues, bien au-delà de ces sinistres branquignols du crime. Le cinéaste ayant évoqué la souffrance de « la Communauté », elle ajoute que cette affaire ne doit pas être seulement celle des Juifs. Je l’avoue, l’insistance de certains milieux juifs à imputer ce crime odieux à la seule passion antisémite à l’exclusion de toute autre affect mauvais et, dans la foulée, à faire de Ilan Halimi le « mort des Juifs », m’a souvent mise mal à l’aise. En tout cas, Polony a raison : l’antisémitisme n’est pas le problème des Juifs.

Passablement tendu, Arcady croit déceler dans les propos de la chroniqueuse la tentation de justifier l’injustifiable. Il s’énerve un peu. Aymeric Caron, lui aussi, a entendu de travers, mais par chance, il a entendu ce qu’il voulait entendre. Je suis en partie d’accord avec Natacha, il ne faut pas se focaliser sur l’antisémitisme, embraye-t-il ravi, au grand dam de l’intéressée. Puis, consultant ses fiches soigneusement préparées, il déplore, chiffres à l’appui, que le film passe sous silence les actes islamophobes qui ont bien plus augmenté que les actes antisémites. On ne voit pas bien le rapport. Veut-il dire qu’on en fait un peu trop pour une affaire certes terrible mais isolée, quand l’islamophobie est une réalité quotidienne ? On n’ose le penser, mais Arcady en est convaincu. Le ton monte. Le cinéaste remarque fort justement qu’il n’y a plus un seul élève juif dans les écoles publiques de Seine Saint Denis. À quoi notre Jean Moulin d’opérette répond qu’il est contre tous les racismes. Tant d’audace laisse coi. Polony reprend la parole, évoque Les Territoires perdus de la République, rappelant qu’il a fallu des années pour qu’on accepte de regarder en face la réalité du « nouvel antisémitisme », en clair l’antisémitisme arabo-musulman, devenu une opinion, et une opinion courante, dans une proportion inconnue de la jeunesse des banlieues. Arcady ne sait plus comment la discussion en arrive à Merah. Si on interrogeait Merah, déclare alors Caron, il dirait qu’il a tué des enfants juifs parce que l’armée israélienne tue des enfants palestiniens. Bien sûr, ça ne justifie rien, mais tout de même, c’est vrai que Tsahal tue des enfants. D’ailleurs, là encore, il a les chiffres. Sous le regard médusé des invités, il brandit ses notes, puisées dans le rapport d’une ONG. J’ai les chiffres ! Qu’est-ce que vous répondez à ça ? Arcady s’étrangle. Vous osez dire que l’armée israélienne tue des enfants !, hurle-t-il. Réponse un peu maladroite car la phrase de Caron est factuellement exacte, mais tout le monde a compris. En particulier Polony, qui demande à son partenaire s’il n’a pas perdu la tête. Tu viens à une émission sur Ilan Halimi avec des données sur les Palestiniens tués par l’armée israélienne, est-ce que tu te rends compte de ce que tu fais ?

Attention, tout cela ne fait nullement de Caron un antisémite – et là, il ne s’agit pas d’une antiphrase. Espérons que nul n’aura la sottise de proférer cette accusation mensongère qui lui permettrait de jouer les offensés avec les trémolos d’usage. Caron n’est pas antisémite, il est juste l’un des meilleurs représentants de ce qu’Orwell appelait l’esprit de gramophone. Il pense ce qu’on lui a dit qu’il fallait penser pour avoir le chic radical.

Laurent Ruquier, quant à lui, n’a rien vu venir. On ne saurait le lui reprocher, quand ça part en vrille, on n’y peut rien. Pour calmer le jeu, il passe la parole aux autres invités. À l’écran, on les verra rivaliser dans le bon sentiment et communier dans leur admiration pour 24 jours, un film qui devrait être obligatoire dans les écoles. Tous déclarent fermement être contre le racisme, l’antisémitisme et le nazisme, sans oublier l’homophobie qui tue, elle aussi. Tous le proclament solennellement, les heures les plus noires ne doivent pas revenir. Ouf, on peut enfin aller se coucher.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 13 Mai 2014 à 16h09

      arbrecentenaire dit

      ce qui est effrayant, c’est que les uns et les autres se dédouanent des crimes de leur “camp” en dénonçant ceux de l’autre. Sans aucune nuance (oui, il y a des crimes pires que les autres… et ceux-ci ne pourront jamais excuser ceux-là, tout juste les expliquer… sans les justifier). Aucune compassion vraie pour les victimes; instrumentalisées, pour des combats douteux, où l’on se place, bien sûr, du coté du Bien. Tout cela risque de monter aux extrèmes; on est en plein dans les pires idéologies, qui mènent au totalitarisme. Penser, c’est peser.

    • 7 Mai 2014 à 23h38

      Attila dit

      Ce qui gène le plus, dans cette affaire, c’ est la censure.

      Comme si les français étaient tous immatures, voire trisomiques.

      Le seul intérêt de spéculer sur des bruits de couloirs de studios, c’ est de voir chaque contributeur exprimer ses fantasmes, ses peurs et ses haines…

      EDIFIANT..!

      • 8 Mai 2014 à 15h45

        ZanShin dit

        Des bruits de couloirs? Il semble que les faits soient avérés pourtant?

        • 8 Mai 2014 à 16h00

          Attila dit

          Faits avérés et rapportés par E.L. qui s’ érige à la fois, en juge d’ instruction, procureur, et juge..! Pffffff..

          De toute façon, ça ne justifie pas la censure : chacun étant libre de se positionner par rapport aux faits REELS..!

          Cette discussion ne rime à rien..!

    • 6 Mai 2014 à 16h40

      FrancoiseTLV dit

      Je ne peux pas ne pas revenir sur les paroles – censurées – d’Aymeric Caron dans l’émission de Ruquier. On assassine Ilan une deuxieme fois. Un crime atroce justifie par l’identité Juive de la victime, et maintenant exonére par Caron. Celui-ci nous donne une explication, et donc, une excuse. Israel tue les enfants palestiniens? Une curieuse facon de presenter les choses, mais certainement un postulat qui fera prodigue dans de nombreuses oreilles. c’est tellement facile d’assassiner Israel en reprenant un discours propagandiste mensonger, en oubliant de citer les attentats ciblés contre les civils, femmes, hommes et enfants tués par les Palestiniens! AC saisit la bonne occasion d’avilir Israe, hors sujet sans la moindre conscience, sans le moindre sens moral ou honnêteté intelectuelle.Il avilie aussi la memoire d’Ilan, et l’oeuvre courageuse d’Alexandre Arcady
      Ce serait une bonne idee que Monsieur Caron présente ses excuses à la famille Halimi et revienne sur ce qu’il a dit. Jusque là – il est disqualifié

    • 5 Mai 2014 à 22h35

      mada dit

      Si on revenait au sujet? Le sujet est la vedette de la télé – j’ai bien de la virer, la télé et tous ses trous du cul – Aymeric Caron. Point par point. 1/ Il est végétarien comme Adolphe. 2/ Il est antisémite comme Hitler. 3/ Cela fait beaucoup, mais les grands esprits se rencontrent, c’est bien connu et ils n’ont que ça à faire. 4/ S’il n’était pas un lâche – il n’a pas le courage d’affronter Eric Naulleau qui l’a soupçonné d’être sans couilles ce qui, après tout, n’est pas à exclure – il demanderait qu’on diffuse les séquences coupées et puis voilà. Bon, maintenant je vais me faire un steak. De porc, de préférence. Ni Dieu, ni maître (excepté Maître Kanter), ni national socialisme, ni islam! Pour le reste, je vais réfléchir mais je ne promets rien.

      • 5 Mai 2014 à 22h40

        Schiczu dit

        Haha, Mais oserez vous le porc crû, comme le font nos amis italiens. Ça c’est du vrai courage alimentaire.

        • 5 Mai 2014 à 22h49

          Parseval dit

          Ou un steak de BBB ? Elles sont conçues par PMA.

        • 5 Mai 2014 à 23h02

          Schiczu dit

          L’horreur de la viande belge ! Même leur jambon est affreux. Pauvres belges…

        • 5 Mai 2014 à 23h29

          mada dit

          Je ne savais pas que ça existait mais pourquoi pas. Je fais confiance – porca Madonna! – aux Italiens et à leurs porcs. Avec de la grappa, ça doit être bon. La prochaine fois – porca miseria! – épargnez-moi l’accent circonflexe sur le u dans le mot “cru”. Grazie. Ciao.

        • 6 Mai 2014 à 19h48

          _Georges_ dit

          “L’horreur de la viande belge ! Même leur jambon est affreux. Pauvres belges…”

          Je confirme. Heureusement qu’il reste de bons bouchers qui, en ce qui me concerne, n’ont pas de concurrence à craindre de la part des grandes surfaces.

    • 4 Mai 2014 à 22h43

      Pol de Caroitte dit

      Cet article a suscité de très nombreuses réactions.

      Sa grande utilité a été de mettre en évidence le nouvel antisémitisme, celui qui ne vient pas de l’extrême droite.

      On l’a vu s’exprimer ici avec ses pauvres arguments, sa grande mauvaise foi et sa haine mal dissimulée.

      C’est une véritable documentation pour qui s’intéresse à la question.

      • 4 Mai 2014 à 23h13

        Jacquesdelatourette dit

        Les hypocrites ont une image a proteger, les paroles sinceres ne s en soucient pas.

    • 4 Mai 2014 à 20h42

      Jacquesdelatourette dit

      Stat des RG POUR LE FOU FURIEUX ETOILE VESPER:Dans 80% des cas, l’agresseur est connu de la victime, et un tiers des viols a lieu au sein du couple74 % des viols sont commis par une personne connue de la victime 25 % des viols sont commis par un membre de la famille 57 % des viols sont commis sur des personnes mineures (filles et garçons)51% des viols sont des viols aggravés67 % des viols ont lieu au domicile (de la victime ou de l’agresseur) 45 % des viols sont commis la journée et non la nuit.

    • 4 Mai 2014 à 16h08

      Jacquesdelatourette dit

      Je vais etre synthetique,je pense simplement que le jugement n’est pas une acuité intellectuelle que l’Homme devrait se permettre d’exercer.Chaque jugement entraine une généralisation et une catégorisation de l’Homme en diverses couches qu’il se permettra de classer, le seul fait de ne porter aucun jugement et d’accorder à la vie la même valeur pour tous et de se résoudre à n’être supérieur ou inautre personne entrainera une harmonisation et une serénité de l’humannite que l’homme pourra enfin savourer.Et pour les personnes qui se basent sur des arguments culturels ou géographiques pour exercer leur soit disant idéologie, ces personnes n’ont qu’à se dire que le monde depuis l’aube des temps n’a cessé d’être en mouvement, de changer et de se mélanger et qu’il ne changera pas pour eux

      • 4 Mai 2014 à 16h45

        Mangouste1 dit

        Je ne suis pas sûr de ne pas être d’accord.

      • 4 Mai 2014 à 20h47

        eclair dit

        utopie dans un monde où les ressources se raréfient et la population augmente

      • 4 Mai 2014 à 21h16

        Wil dit

        Jacquesdelatourrette.
        Tout cela est de l’appris par coeur que vous êtes incapable d’appliquer.
        “…je pense simplement que le jugement n’est pas une acuité intellectuelle que l’Homme devrait se permettre d’exercer.”
        Et bien,ne le faites pas.
        Vous êtes ici,vous avez écrits ces mots parce que vous avez porté un jugement.
        Personne ne vous force à poster des commentaires.Vous jugez que vous devez répondre.

        • 4 Mai 2014 à 21h48

          Jacquesdelatourette dit

          Les avocats portent des robes pour aussi bien mentir que les femmes

        • 5 Mai 2014 à 21h41

          Schiczu dit

          Ce qui n’est effectivement pas un jugement contre les femmes.

      • 5 Mai 2014 à 22h13

        mada dit

        Moi aussi, je vais être synthétique: j’en ai vu, des schizophrènes, mais vous en êtes une belle synthèse. “Chaque jugement entraîne une généralisation” – quelle bonne blague! Mais c’est vrai pour vos jugements à vous. Proposition: ne jugez plus, ça vous dépasse. A propos de votre texte: vous l’avez soumis à votre psychiatre? Qu’est-ce qu’il dit?

        • 5 Mai 2014 à 22h26

          Schiczu dit

          Ah, ben non, Jacques, la voilà toute énervé. Pas de remarques machistes, comme ça. Ou alors pas tout seul, il faut partager.
          Allez, je joue.
          “Que la femme se taise dans l’assemblée !”

    • 4 Mai 2014 à 15h28

      Etoile Vesper dit

      Nicolas Chapuis, journaliste au Nouvel Obs, ravagé par une déception immense lorsqu’on a révélé l’identité du tueur d’enfants juifs de Toulouse, a twitté le commentaire suivant : “putain, je suis dégoûté que ce ne soit pas un néo-nazi”. Fallait-il qu’il se sente “du bon côté”, du côté des justes (si je puis dire), pour qu’il ose cela ! Eh bien c’est exactement la même chose avec CARON.

    • 4 Mai 2014 à 14h41

      Mangouste1 dit

      Sinon, Jacques, si vous ne voyez pas par vous-même la différence entre le meurtre d’un homme après un rapt et plusieurs semaines de torture d’un côté, et un homicide dont rien ne permet de prouver qu’il soit volontaire de l’autre – dixit la Justice, pour le moment, ça va quand même être difficile de vous éclairer.

      • 4 Mai 2014 à 14h46

        Mangouste1 dit

        Et j’ajoute que vous avez quand même mis le doigt sur une vérité dans votre post : en effet, Aymeric Caron n’a pas voulu faire un tel raccourci : c’est son inconscient qui a parlé, et ce qu’il a dit était tellement énorme que le résultat en fut une autocensure de la part de France 2 – pour protéger le lascar, n’allez pas vous imaginer autre chose, autocensure à laquelle les autres chroniqueurs, pourtant sulfureux parfois, n’ont jamais eu droit. C’est dire l’énormité du dérapage – sans guillemets, ceux qui en méritent passent forcément à l’écran.

        • 4 Mai 2014 à 14h49

          eclair dit

          @mangouste
          avez vous visionner l’enregistrement?
          Donc comment pouvez vous dire sur des on dit ce qu’il a dit exactement? 

        • 4 Mai 2014 à 14h51

          Etoile Vesper dit

          Tout à fait exact, Mangouste : Caron bénéficie d’une mansuétude dont ni Zemmour, ni Finkielkraut pourraient se prévaloir. 
          Néanmoins, il ne peut être question de démarche inconsciente puisqu’il avait préparé ses notes avec les statistiques des victimes palestiniennes.
           

        • 4 Mai 2014 à 14h52

          Mangouste1 dit

          Eclair,

          Comme les sources sont croisées (Polony, Arcady…) et que la version qu’elles portent n’a jamais été démentie, je leur accorde le crédit qu’elles méritent.

        • 4 Mai 2014 à 15h12

          Etoile Vesper dit

          Eclair, ce qui n’a pas été coupé au montage et qui augurait du reste, c’est quand Aymeric Caron a immédiatement rebondi sur la nécessité de lutter contre l’antisémitisme défendue par Arcady, en disant qu’il fallait aussi lutter contre les actes islamophobes qui “explosaient”. On est curieux de connaître le nombre d’actes islamophobes et leur nature, à vrai dire. Des enfants tabassés dans les écoles et collèges ? Des femmes musulmanes violées, agressées physiquement ? C’est drôle, tout de même, dans une société si violente à l’égard des musulmans, qu’ils affichent de plus en plus de signes ostentatoires de leur appartenance religieuse et qu’ils n’aient pas peur de sortir la nuit, de prendre les transports en commun seuls ou en groupe … J’ai assisté médusée dans un avion de retour de vacances l’année dernière, à un balai d’hôtesses de l’air aux petits soins avec une femme voilée presque intégralement, qui avait un bébé. “Avez-vous besoin de quelque chose ?”, “Tout se passe bien pour vous ?”. Les autres familles avec enfants en bas âge qui étaient nombreuses sur ce vol attendent encore de telles preuves de sollicitude. La “discrimination positive” tourne à plein : ceux qui en doutent sont de fieffés imbéciles.

        • 4 Mai 2014 à 20h50

          eclair dit

          @etoile vesper
          pour lutter contre l’antisémitisme interdiction des exceptions religieuses à la loi commune.
          circoncision abattage sacrificiel casher.
          + suppression du crif et autre organisation “juive” athée. 

      • 4 Mai 2014 à 14h48

        Etoile Vesper dit

        Ce n’est pas qu’il “ne voit pas”, mais qu’il est dans le déni. Il est soutenu en cela par une presse aux ordres, priée de ne pas faire de vagues et de ne SURTOUT PAS parler du quotidien des français dans certaines villes et dans certains quartiers. J’ai eu l’occasion de parler avec des flics écoeurés de ce qu’on leur demande de faire, à savoir laisser courir la racaille par peur d’un soulèvement. Tous les gens proches du pouvoir que j’ai côtoyés sont unanimes : une guerre civile est inéluctable et l’on essaye d’en retarder l’échéance. Inutile de vous dire d’où cette guerre viendra. 

        • 4 Mai 2014 à 14h58

          Mangouste1 dit

          Ce qui est inconscient, c’est le mécanisme qui le pousse à comparer ce qui n’est pas comparable : je suis sûr qu’en constatant la stupéfaction chez ses contradicteurs et du reste de l’assemblée, la lumière s’est faite dans son petit cerveau : “ouuuups! La boulette! Je viens d’utiliser exactement le même argument que Mohammed Merah quand il a massacré des gosses innocents!!!”

        • 4 Mai 2014 à 15h03

          agatha dit

          C’est ce qui a fait dire à Zemmour dans Ça se dispute que le film “Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu?” parlait d’une France qui n’existe pas vraiment (ou plus vraiment), celle d’une tolérance de tous pour tous et d’une harmonie minimale en tout lieu.
          On peut juste espérer que son diagnostic est trop radical et définitif.

      • 4 Mai 2014 à 16h31

        Jacquesdelatourette dit

        bourgoinblog.wordpress.com | 30 mars | Nicolas Bourgoin |46CommunautésJustice

        La seconde mort de Saïd Bourarach
        JUSTICE A 2 VITESSE: À quelques années d’intervalle, deux faits divers tragiques, deux hommes tués en raison de leur appartenance ethnico-religieuse. Deux faits divers racistes pratiquement similaires, et pourtant jamais le contraste entre le traitement politico-médiatique et judiciaire de deux crimes pourtant comparables n’a été aussi éclatant. Tandis que le décès d’Ilan Halimi, élevé au rang d’une affaire d’État, a (proce renvoye correctionle…) 

        • 4 Mai 2014 à 19h33

          Etoile Vesper dit

          Vous êtes d’une très grande malhonnêteté intellectuelle : les deux crimes n’ont rien de comparable, et de surcroît, le meurtre de Saïd Bourarach n’est pas avéré : il a été considéré comme probable qu’il se soit lui-même jeté dans le canal et s’y soit noyé. Sous-entendre que l’on étouffe les affaires de meurtres racistes touchant des arabes relève du mensonge pur et simple. J’en veux pour preuve que vous n’avez que le soi-disant meurtre de Bourarach à vous mettre sous la dent. Les seuls crimes racistes commis en France le sont à l’égard des français “de souche”. Il y a peu, un terrible fait de viol et de torture sur une jeune femme, accompagnés de justifications racistes, a été enterré. Les propos des auteurs étaient clairs : les français sont tous des fils de pute et ils n’auraient pas touché à une fille d’une autre nationalité (comprenez d’une autre origine ethnique, car je pense qu’une suédoise ou une allemande auraient subi le même sort). Le procureur souhaitant apaiser les esprits, minimise : “il est possible qu’à un moment ou un autre de tels propos aient été tenus”. Imaginez un seul instant qu’on se soit attaqué à une musulmane en accompagnant viol et actes de barbarie d’une revendication islamophobe : cela aurait fait la une de TOUS LES JOURNAUX, et l’on aurait vu défiler à la télévision des commentateurs qui nous auraient expliqué que c’est la libération de la parole islamophobe, et blablabla …  Aujourd’hui, je le répète, les filles victimes de viols collectifs sont blanches et non musulmanes. Quant aux auteurs … 

    • 4 Mai 2014 à 12h38

      Jacquesdelatourette dit

      Je pense que Aymeric Caron ne voulait pas faire un tel raccourci mais plutôt dénoncer l’inégalité de médiatisation de deux meurtres racistes en Ilan Halimi et Saïd Bourarache et également l’inégalité des sanctions donnés aux agresseurs.Et là c’est beaucoup plus difficile de justifier de telles différences. Au nom de quoi les agresseurs d’untel seraient plus ou moins punis que ceux de l’autre ? Faudrait quand même nous expliquer le point de vue des médias et de la justice là dessus.Et encore une fois on en revient au même point. Difficile de nier qu’il y a une partie de la population qui est surprotégée comparée aux autres.Quand on fait une quenelle on parle de l’antisémitisme en France mais on ne parle jamais du racisme presque quotidien que les blacks et les maghrébins peuvent vivre sans qu on en fasse un plat

      • 4 Mai 2014 à 12h54

        Guenièvre dit

        “on ne parle jamais du racisme presque quotidien que les blacks et les maghrébins peuvent vivre sans qu on en fasse un plat”

        Il est vrai qu’entre les maghrébins et les noirs il y a un racisme réciproque parfois très virulent mais vous avez bien raison , ce n’est pas très politiquement correct d’en parler !!

        • 4 Mai 2014 à 20h34

          Lisa bis dit

          Et les arabes et les kabyles, certains des premiers détestent les seconds.

      • 4 Mai 2014 à 14h30

        Mangouste1 dit

        C’est vrai, Guenièvre, et vous oubliez ces pauvres beurs et blacks, sauvagement agressés dans le 93 pas plus tard qu’hier par une horde de blancs vêtus de pulls en cachemire et de pantalons de velours

        • 4 Mai 2014 à 14h39

          Jacquesdelatourette dit

          Je me demande quel est le quotidien de ces mecs… Faut vraiment être lobotomisé pour sortir des conneries pareilles 

        • 4 Mai 2014 à 14h41

          Etoile Vesper dit

          Excellent, Mangouste, vraiment …

        • 4 Mai 2014 à 14h50

          Mangouste1 dit

          Merci Etoile.

        • 4 Mai 2014 à 17h09

          Guenièvre dit

          @ Mangouste 1

          C’est juste . Mais où avais-je la tête ! :-)

      • 4 Mai 2014 à 14h40

        Etoile Vesper dit

        Jacquesdelatourette raconte n’importe quoi et tente un parallèle avec l’affaire Bourarache, preuve qu’il n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent pour contrebalancer l’horreur vécue par Ilan Halimi. Saïd Bourarache a été pris en chasse par des voyous dont l’un aurait eu des liens avec la LDJ, et il a selon toute vraisemblance sauté dans le canal où il s’est noyé. Rien n’a jamais prouvé qu’il avait été poussé. Il n’a pas été enlevé, torturé pendant 24 jours, puis brûlé et abandonné nu en plein hiver au bord d’une voie ferrée. Il y a des degrés dans la violence. Quant à ce prétendu “2 poids 2 mesures” qui voudrait que les noirs et les arabes soient moins “protégés” par les autorités que les juifs, il suffit de voir la manière scandaleuse dont on ferme les yeux sur les propos d’Aymeric Caron. Je n’imagine pas UN SEUL INSTANT que Zemmour aurait bénéficié de la même clémence de la part des médias ET DE LA JUSTICE, s’il avait défendu l’idée d’une explication sociologique assortie de circonstances atténuantes dans le cas où un meurtre abominable sur un musulman aurait été commis. Rappelons-nous que lorsque les têtes rasées d’un cortège FN ont poussé dans la Seine un maghrébin, les accusations ont été unanimes. Rappelons-nous qu’une plaque commémore ce crime et que chaque année, le Maire de Paris vient déposer une gerbe de fleurs. Combien de victimes “de souche” bénéficient d’autant d’attentions, alors que nous sommes nombreux à subir les violences quotidiennes de populations importées ? Comment nier le racisme viscéral vis à vis des français de souche de la part de ces populations? 
        http://24heuresactu.com/2014/04/14/viol-devry-la-barbarie-antifrancaise-passee-sous-silence/
        Allez voir de plus près à quoi ressemble notre population carcérale ! Voyez qui sont majoritairement les auteurs de meurtres à l’arme blanche en France ! Voyez qui sont les auteurs des viols collectifs dans les cités, les auteurs de tabassage, et surtout, qui en sont les VICTIMES.