Honneur à Thomas Dupuy | Causeur

Honneur à Thomas Dupuy

Gamin des cités, mort pour la France

Auteur

Régis de Castelnau

Régis de Castelnau
est avocat.

Publié le 05 novembre 2014 / Société

Mots-clés : , ,

thomas dupuy mali

C’est une photo. Publiée par le ministère de la Défense et jointe au communiqué annonçant la mort au combat du sergent-chef Thomas Dupuy. Cette image d’un homme jeune, noir, beau et serein provoque un curieux sentiment, difficile à définir. Ce militaire de 32 ans vous regarde dans les yeux, et ce regard nous dit quelque chose. Mais quoi ? Désireux, comme il l’avait dit lui-même, d’être utile à son pays, il a trouvé le bout de la route dans la caillasse du Sahel malien, fauché dans une guerre lointaine, dont personne ne sait vraiment si elle est nécessaire et juste. Il est donc mort pour la France, mais qui écoute encore Victor Hugo nous dire: « ceux qui pieusement sont morts pour la patrie, ont droit qu’avec respect la foule vienne et prie ».

Non, la France est occupée ailleurs. À entendre des vieilles rengaines, autour du cercueil d’un jeune homme tué par accident pour une cause dérisoire, et dont des petits politiciens usés jusqu’à la corde tentent d’enrôler la dépouille au service de leur médiocre cuisine. Alors, on ne nous parlera pas de Thomas Dupuy, ce qui n’a d’ailleurs aucune importance. Rémi Fraisse et lui étaient tous deux de Toulouse. L’analogie s’arrête là, tout les séparait. L’origine sociale, les idées, le rapport à la vie. De l’un on a fait un martyr, à l’autre on a vaguement rendu les honneurs, on n’est pas au Canada quand même1. Et il n’y a pas à les comparer, d’une certaine façon, c’est tant mieux. La France, étant sortie aujourd’hui de l’Histoire est plus économe de ses fils. On ne s’en plaindra pas.

Alors d’où vient ce léger malaise, ce pincement à soutenir le regard apaisé de ce sous-officier volontaire de l’armée française tué en service commandé ? C’est un parachutiste. Arme symbole de ceux qui n’ont pas froid aux yeux. Et les symboles, en ces temps de commémorations militaires, s’accrochent souvent à notre mémoire. Sa petite biographie nous apprend qu’il était un des rares spécialistes du saut avec ouverture en haute altitude. Sur la photo, il est dans un avion, harnaché pour le saut, son altimètre au poignet droit, calme et relaché avant de passer la porte pour le vide. Oui, mais les paras… On a quand même quelques mauvais souvenirs. De périodes où leurs comportements ne furent pas très glorieux. Où ils se laissèrent entraîner dans des aventures inquiétantes. Comme en 1958 ou en 1961, quand ils firent peur à la République. Cela peut provoquer quelques réserves. Mais on se rappellera alors le premier officier parachutiste français tué à l’ennemi. Il s’appelait André Zirnheld, Juif d’origine alsacienne dont les parents avaient choisi la France. Professeur de philosophie dans un lycée de Tunis, refusant la capitulation de 1940, parmi les premiers il rejoint la France libre. Demandant à être versé dans les fameux SAS qui opéraient sur les arrières de Rommel dans le désert libyen. Tué en mission le 27 juillet 1942, lui aussi mort dans la caillasse. Il sera fait Compagnon de la Libération à titre posthume. Ses camarades récupérant son barda, y retrouvèrent des textes et des carnets. Parmi eux la fameuse « prière du para ». Thomas Dupuy, probablement héritier de cette tradition n’avait pas choisi lui non plus « le repos ni la tranquillité, ni celle du corps ni celle de l’âme ».

Et c’est peut-être dans cette direction qu’il faut regarder pour comprendre. Voir ceux qui au moment de leur choix de vie ont fait celui de la France quitte à en mourir. Repasser par Toulouse, ville natale de Thomas Dupuy, mais de Mohamed Merah aussi. Se rappeler les noms des militaires assassinés par celui-ci : Imad Ibn Ziaten, Mohamed Farah Chamse-Dine Legouad, Abel Chennouf.
À 20 ans, Thomas Dupuy était un gamin des cités. On trouve sur le net des photos et des vidéos de ses 20 ans. Champion de boxe thaïe (la plus dure), crâne rasé, on l’imagine facilement déambulant dans sa cité sous une capuche. Physiquement proche de Merah, il ne prendra pas le même chemin. Regardons maintenant la photo de l’avion. Il en émane une force et une plénitude dont il n’était pas sûr qu’elles adviendraient. Cette force n’est pas celle du boxeur, elle est celle de l’homme qui s’est accompli. Et cet accomplissement, c’est à la France qu’il le doit. Parce que la France, malgré sa déprime, son désarroi, malgré son identité malheureuse, est encore capable de faire ça. Comme elle l’a toujours fait, d’ailleurs, même si aujourd’hui c’est plus difficile. Alors, on va me dire que je récupère, que les barbares sont aux portes, et qu’arrive le grand remplacement. Eh bien non, il n’y aura pas de grand remplacement. Et oui, je les récupère, les Ziaten, Legouad, Chennouf, Dupuy et les autres. Car ils en témoignent.

Et si finalement, le trouble que l’on ressent à soutenir le regard de Thomas Dupuy, ce pincement de chagrin, ce n’était pas celui d’avoir perdu un frère?

*Photo : Armée de l’air.

  1. Les Canadiens ont rendu les honneurs à Nathan Cirilio abattu par un djihadiste. C’est beau une nation qui croit en elle

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 6 Novembre 2014 à 9h02

      Thierry613 dit

      Jérôme Leroy dit : “421 millions d’oiseaux ont disparu en Europe depuis trente ans.”

      Et combien d’êtres humains ? :-)

      Voilà la principale chose qui me chiffonne chez certains discours écologistes, c’est que la nature passe avant l’homme. Ça frise parfois le panthéisme païen.

    • 6 Novembre 2014 à 8h50

      geand01 dit

      Touché…

      • 7 Novembre 2014 à 8h35

        Lector laetaberis dit

        −·−· −−− ··− ·−·· ··−··

    • 6 Novembre 2014 à 8h12

      Lector laetaberis dit

      ·−· · ·−−· −−− ··· · · −· ·−−· ·− ·· −··− − ···· −−− −− ·− ··· −·· ··− ·−−· ··− −·−− et toi aussi Rémi Fraisse.

    • 6 Novembre 2014 à 8h04

      Jérôme Leroy dit

      Mes charmants contradicteurs climatosceptiques, s’ils sont convaincus du bien fondé de leurs dires, devraient aller l’expliquer aux habitants des îles Kiribati. Entre autres.
      Et puis rester un peu là-bas. Je leur prédis un grand succès d’estime en expliquant, de l’eau jusqu’au menton, que le Giec ne raconte que des conneries.
      J’espère aussi qu’ils prennent de jolies photos d’oiseaux pour leur petits enfants: 421 millions d’oiseaux ont disparu en Europe depuis trente ans. 421 millions.
      -Dis grand-père, c’est quoi, le réchauffement climatique?
      -Tais-toi, et nage, petit con.

      • 6 Novembre 2014 à 8h05

        Jérôme Leroy dit

        Oups, erreur de placement.

    • 6 Novembre 2014 à 1h48

      Georges saval dit

      Très bel article. Un petit mot pour saluer nos compatriotes de polynésie qui, en matière de fidélité et de sacrifice, ne donnent pas leur part aux chiens.
      https://www.youtube.com/watch?v=qCJhaoR6SEQ

    • 6 Novembre 2014 à 0h07

      Thierry613 dit

      Moi je le trouve bien cet article.

      D’autant qu’on a beaucoup parlé du jeune qui est mort, mais pas tellement des 58 flics blessés… Si c’est ça, une manifestation pacifique…

      Et sinon, qu’est-il arrivé à Pelo ?

    • 6 Novembre 2014 à 0h04

      Thierry613 dit

      Lector laetaberis dit : (…) c’est sur le principe que ça foire total déjà avant même la rhétorique de bas étiage… (…)

      Heu… l’étiage, c’est déjà le plus bas niveau…

      C’est pas parce que Zemmour l’emploie deux fois dans ce (contre)sens dans son bouquin, qu’il faut faire pareil… :-)

      Sinon, “Le suicide français”, très bon bouquin !

      • 6 Novembre 2014 à 5h18

        Lector laetaberis dit

        eh bien oui et alors ? Je n’ai pas lu le Zemmour, en revanche je sais parler français.
        Si vous chercher à alimenter un corpus de contresens contemporains regardez plutôt du côté de l’emploi de “en exergue”… ça les journaleux l’utilise fréquemment à mauvais escient.

        • 6 Novembre 2014 à 6h35

          Lector laetaberis dit

          “de l’expression” (ladite) et “utilisent”.

        • 6 Novembre 2014 à 8h58

          Thierry613 dit

          Je ne pense pas que les journalistes français soient une référence en matière de langage correct… :-)

        • 6 Novembre 2014 à 10h01

          Lector laetaberis dit

          ni parfois les ministres de la culture, j’ai un souvenir de J.Toubon pas piqué des hannetons.

          erratum “cherchez” (rhôooo c’est pénible le clavier, tape plus lentement Lector ou arrête de fumer !!! enfin voyons !)

    • 5 Novembre 2014 à 21h56

      Pierre Jolibert dit

      pompom82 :
      vous vous êtes très clairement exprimé.
      J’ai dit “supposé” tout simplement parce que lui-même, l’auteur, ne pouvait être sûr de rien.
      Mais l’auteur affirme avoir vu des photos, je suppose qu’il a imaginé ce qui lui paraissait le plus crédible, et a négligé de chercher plus avant. Je refuse de croire que ç’aurait été une déformation consciente de la réalité. Il a sans doute été maladroit et hâtif (je reprends les deux objectifs : son objectif politique, en ce moment, revêt une certaine urgence, ou au moins rejoint une frénésie générale / voir commentaires de Schiczu). Je refuse de croire en une malhonnêteté délibérée.
      Vous savez, ici, on est souvent dans la hâte. Nadia Comaneci pourrait vous parler d’un article d’il y a quelques mois à propos de la Russie, de l’Ukraine, de l’OTAN et des pays baltes, dans lequel il y avait une sacrée couffe, qui avait plusieurs d’entre nous hors de nous. On pourrait dire que je fais du deux poids deux mesures, en jugeant celle de cet article-ci moins grave.
      Il faut dire enfin que je voulais aussi prendre position par rapport à l’objectif politique de M. de Castelnau. Et par là même j’ai moi aussi abusé de l’histoire de votre ami. Quand j’étais plus jeune on aurait volontiers dit que nous l’avons instrumentalisée, mais je crois que c’est passé de mode. En tout cas ce n’est pas bien. Et il est certain qu’il faudra être plus adroit la prochaine fois.

      • 5 Novembre 2014 à 22h11

        Lector laetaberis dit

        “instrumentalisé” oui, c’est un peu ça que nous avons été qqs’uns à ressentir aussi. Je persiste à croire et dire que c’est surtout une affaire de temporalité… et ce n’est pas le soucis de l’actualité, du journalisme, de temporiser, n’est-ce pas ?

        • 5 Novembre 2014 à 22h12

          Lector laetaberis dit

          “souci” pfffff

    • 5 Novembre 2014 à 21h21

      Flo dit

      Bonsoir Guenièvre, :-)

      • 5 Novembre 2014 à 21h23

        Guenièvre dit

        Bonsoir Flo !

        • 5 Novembre 2014 à 21h25

          Flo dit

          Je vous rejoins sur le fait qu’un hommage à Thomas Dupuy était tout à fait nécessaire. 

        • 5 Novembre 2014 à 21h44

          Lector laetaberis dit

          mais ouiiii et que cette simple nécessité devait faire par elle-même contrepoids au traitement médiatique surabondant de l’affaire ou de l’accident de Tranactruc. C’est ça la dignité en l’espèce, la discrétion. Pas la polémique ou l’analyse.

    • 5 Novembre 2014 à 21h21

      AD CITOYEN dit

      Merci pour cet article. Je n’en ai pas lu beaucoup sur le soldat Dupuis…

      • 5 Novembre 2014 à 23h03

        nadiacomaneci dit

        Non et ça manquait

    • 5 Novembre 2014 à 21h20

      Schiczu dit

      Très bel article, j’ai failli pleurer.
      Et je ne suis pas d’accord avec Lector. Souligner l’héroïsme des anciens immigrés est bien le meilleur moyen de fermer la bouche aux défaitistes à la Renaud Camus.

      • 5 Novembre 2014 à 21h23

        Flo dit

        Où avez-vous vu que Thomas Dupuy est un immigré ?

      • 5 Novembre 2014 à 21h26

        Lector laetaberis dit

        ça devient grave là, où aurai-je dit le contraire ?!

        • 5 Novembre 2014 à 21h49

          Lector laetaberis dit

          fatigue ! et là un futur en place d’un conditionnel… bouuhhh
          erratum “où aurais-je dit” etc.

          On ne profite pas de la mort d’un soldat pour taper sur Renaud Camus… ça c’est indécent. J’ai dit qu’il faisait sur ce point tout aussi bien exemplaires de leur vivant, ces “morts pour la France”.

        • 5 Novembre 2014 à 22h01

          Schiczu dit

          C’est vrai aussi.
          Pour Flo, le mot immigrés est en effet faux au sens juridique puisque les antillais sont Français. Reste qu’ils ont en pratique les mêmes problèmes de déracinement et d’intégration qu’un immigré quand ils s’installent en métropole.

        • 5 Novembre 2014 à 22h13

          Flo dit

          Vous rigolez Schiczu ou quoi ?
          Depuis quand immigré  a un sens “juridique” ? Immigré a un sens tout court.  Quant aux Antillais, depuis quand sont-ils français déjà ? Depuis combien de siècles ? 
          Vous mélangez tout. Un petit conseil d’ami, évitez de dire ce genre de conneries devant un Antillais. Il le prendrait mal et il aurait raison.

        • 5 Novembre 2014 à 22h16

          Schiczu dit

          Un immigré, c’est un type qui a migré, donc passé d’un endroit à un autre. Par exemple, des Antilles à la métropole.
          Conseil en retour, allez voir comment ça se passe dans un quartier pauvre. Ça vous évitera de vous bloquer sur des foutaises.

        • 5 Novembre 2014 à 22h21

          Flo dit

          Thomas Dupuy n’a pas été élevé dans un quartier pauvre. Il a même été élevé dans un quartier aisé. Sa mère est directrice de recherche au CNRS et son père est professeur d’université. Alors Schiczu, arrêtez votre char avec l’immigration, les quartiers pauvres et les difficultés à s’intégrer,et laissez ce jeune soldat mort pour la France en dehors de vos combats politiques. Comme le dit Lector, un peu de décence. Cela devient vraiment insupportable cette récupération.

        • 5 Novembre 2014 à 22h31

          Schiczu dit

          Je sais, mais vous fuyez le débat, là. Je dois donc en conclure que vous validez ma thèse puisque vous n’avez pas d’argument ?

        • 5 Novembre 2014 à 22h34

          Flo dit

          c’est quoi votre thèse Schiczu ? Souligner l’héroïsme des anciens immigrés est bien le meilleur moyen de fermer la bouche aux défaitistes à la Renaud Camus. C’est ça votre thèse ? 

        • 5 Novembre 2014 à 22h46

          Lector laetaberis dit

          ben non, nous n’avons pas fuit la discussion, c’est le moins que l’on puisse dire.

        • 5 Novembre 2014 à 22h53

          Flo dit

          Quelle fuite ? Quelle thèse ? Quel immigré ? Quels arguments ? 

          Sur ce bonne nuit à tous. En espérant que la nuit porte conseil à ceux qui veulent instrumentaliser les morts. C’est moche.
           

      • 5 Novembre 2014 à 21h33

        Flo dit

        C’est bien là où on voit que Lector a raison : ce n’est pas un hommage à Dupuy mais un moyen de clouer le bec à Renaud Camus. Et tant pis si Thomas n’est pas un immigré, gamin de cité !
        Non non non et non ! On n’a pas le droit de déformer la vie de Thomas Dupuy, juste pour clouer le bec à R. Camus. Non d’un chien, nous lui devons bien ça à ce soldat mort au combat.  

        • 5 Novembre 2014 à 21h40

          Lector laetaberis dit

          pas tout à fait, Flo, c’est aussi un hommage, le parcours familiale etc.
          Et cet hommage devait se suffire à lui-même en temps de deuil, je ne disais pas beaucoup plus au départ.
          Et que ce n’est pas sur la fraiche dépouille d’un militaire qu’on va chercher ses origines… français qu’il était déjà de son vivant et pas seulement par sa mort en service…

        • 5 Novembre 2014 à 21h52

          Flo dit

          Je suis d’accord avec vous Lector. Un hommage doit rester un hommage. Le mélange des genres est à proscrire. On en a la preuve ici. Ce qui m’énerve le plus, c’est que ce ramdam peut se faire uniquement parce que Thomas était métis. Le même Thomas Dupuy, bien blanc,  n’aurait eu droit à rien. 
          Cette obsession sur les races devient  débilitante.

        • 5 Novembre 2014 à 22h08

          Schiczu dit

          A sa décharge, le camp d’en face est aussi très bon pour récupérer les morts et les faits divers.

        • 5 Novembre 2014 à 22h18

          Lector laetaberis dit

          oui Flo !
          Justement Schiczu, c’est parce que Régis C. note cela qu’on peut lui faire le reproche, de fait, de tomber (au début, à la fin) dans un registre auquel la majeur partie de l’article ne cède pas.

    • 5 Novembre 2014 à 20h14

      Dan dit

      Oui ! et Loïc Liber rendu handicapé par Merah, qui s’en souvient? Lui aussi est Antillais……

    • 5 Novembre 2014 à 18h46

      nadiacomaneci dit

      Oui, très bel article qui ne compare en rien les morts et qui le dit haut et fort, mais analyse deux traitements de l’information.
      Avec une conclusion lumineuse, une déclaration d’amour et de confiance à la France de Dupuy, loin de toutes les zemmoureries haineuses tellement à la mode.
      C’est à mon sens le seul message à de l’article.
      Sinon, on peut ne pas être d’accord, mais je n’ai rien vu qui justifiait une expulsion. C’est ridicule.
      Enfin les voies de l’expulsion sont impénétrables… Il est bien dommage de se séparer de Pelo qui fait entendre une voix différente de l’écrasant mainstream national étatiste.
      Vraiment dommage.
      ça ne donne pas envie de continuer.

      • 5 Novembre 2014 à 18h52

        Lector laetaberis dit

        ah c’est hallucinant ! Il ne s’agit pas d’être d’accord ou non ici. L’article ne compare pas il oppose ce qui revient au même.
        Loin des zemmoureries ? L’exact pendant oui…. pffff

      • 5 Novembre 2014 à 18h56

        Pierre Jolibert dit

        ça vous a plu ? ben alors on continue !
        Moi j’ai beaucoup aimé le livre de Zemmour, malgré quelques détails perfectibles (je veux dire de son point de vue à lui / à part ça j’ignorais beaucoup des faits présentés, donc je ne sais pas s’il y a des boulettes, je ne sais pas, moi, concernant par exemple les origines sociales des nombreux personnages de sa passionnante fresque). Mais nous en reparlerons n’est-ce pas.

      • 5 Novembre 2014 à 19h00

        mogul dit

        Ah, on peut orthographier correctement son pseudo sans se faire barrer ? PeloPeloPeloPeloPeloPeloPeloPeloPeloPeloPeloPeloPeloPeloPeloPelo… si tu me lis frappe deux fois ! Reviens, tu t’ennuiras sans nous !
        Nadia, entièrement d’accord avec votre post, de A à… Y ! Votre allusion aux “zemmoureries haineuses” montre que vous passez à côté de ce sujet là. Pour le reste, rien à redire. Je ne comprends pas les objections que j’ai lues contre ce texte…

        • 5 Novembre 2014 à 19h10

          Flo dit

          la comparaison avec Mérah est totalement douteuse. Thomas Dupuy n’a pas grandi dans une cité. Il sort d’un bon milieu social et intellectuel, sa mère est directrice de recherche au CNRS, son père est professeur d’université. Il n’est absolument pas “physiquement proche de Mérah” ! Il m’a tout l’air d’être antillais, au moins en partie, il ne semble absolument pas souffrir d’un problème d’identité. Et depuis quand Thomas est un prénom musulman ?

        • 5 Novembre 2014 à 19h18

          Lector laetaberis dit

          oui, et de toute façon “ça ne se fait pas”… point, question d’éducation justement. Et on viendra nous reparler d’insultes?!
          C’est le monde à l’envers ici.

        • 5 Novembre 2014 à 19h41

          mogul dit

          Les petites approximations de l’article n’en dénaturent pas le sens. Je n’y vois rien d’insultant pour les victimes, le jeune Rémi, le jeune Thomas, les victimes de Merah. Je n’ai rien à ajouter à ce qu’en ont déjà dit Jolibert ou Nadia. Les parents de Thomas pourraient, à bon droit, être froissés par les erreurs factuelles commises par le Maréchal, mais il n’y a pas diffamation. Je vous trouve un peu mauvais coucheurs.

        • 5 Novembre 2014 à 20h14

          Flo dit

          Qui parle de diffamation ? 
          Les approximations de l’article ne vous gênent pas. Libre à vous. Mais si c’était mon fils, je dois dire que ça me gênerait beaucoup. Je reste encore et toujours attachée à la vérité. Et la vérité de Thomas n’est pas la cité, l’immigration, l’islam. Rien à voir avec Mérah. Ce n’est pas parce que Thomas venait de Toulouse et était militaire que le parallèle avec Mérah doit être fait. Il n’y a absolument aucun rapport. Aucun. 
          Que Thomas repose en paix.  

           

        • 5 Novembre 2014 à 20h15

          Lector laetaberis dit

          qui parle de diffamation ?
          Tu as ton fils qui vient de crever et ton voisin se met à philosopher en début et bout d’hommage… c’est sur le principe que ça foire total déjà avant même la rhétorique de bas étiage… et le respect du deuil alors. “Obscène” ça dit ce que ça dit et il se trouve en plus que Finkielkraut a fait le commentaire du terme… alors ils l’entendent les causeux ou pas ? Faudrait savoir…
          S’agit pas de “petites approximations” qui ne dénatureraient pas “le sens”… ah tu parles d’une analyse… on le sait pas peut-être que les médias et l’ultra gôche font des gorges chaudes… bien sûr que si, ce n’est pas le moment de le dire…. “récupération”, putain il essaie de s’en défendre lui-même et de la récupérer tant il sait que c’en est une dévoyée par l’instant…
          Ce n’est pas insultant pour les victimes, qui le dit ? c’est simplement nul, et désobligeant pour la famille… parce que ça en a rien à foutre du deuil, un éloge d’accord, mais une analyse posthume ; c’est le minimum.
          C’est malpolis c’est tout, voilà pourquoi je trouve particulièrement débile de se plaindre à la suite de cette impolitesse d’insultes causeuses…

        • 5 Novembre 2014 à 20h30

          Parseval dit

          J’abonde dans le sens de Flo & Lector.
          « Rémi Fraisse et lui étaient tous deux de Toulouse. L’analogie s’arrête là, tout les séparait. L’origine sociale, les idées, le rapport à la vie. » est, aussi, déplacé, on a vu que les fantasmes de l’auteur sur TD sont faux, il est probable que ceux sur RF le soient aussi et quand bien même, se saisir d’un jeune mort pour taper sur un autre…
          La comparaison physique avec Merah est plus que déplacé, il ne lui ressemble pas spécialement, à moins de considérer que les gens avec une teinte de peau plus foncée que la moyenne sont plus semblables entre eux qu’avez les autres français.

        • 5 Novembre 2014 à 20h50

          mogul dit

          Ce texte est un hommage à Thomas Dupuy.
          Il n’en est pas pour autant insultant pour Rémi Fraisse. Cette histoire de “prendre un jeune mort pour taper sur sur un autre ” relève d’une interprétation complètement décalée, Castelnau se contentant de comparer la différence de traitement médiatique, conforme, dailleurs, à un trait de notre époque.
          Je reconnais avec vous les erreurs qu’il comporte. L’auteur en fera une mise au point s’il le souhaite. Je persiste à trouver ce texte très beau et très prenant !

        • 5 Novembre 2014 à 20h51

          Lector laetaberis dit

          :) ah on s’est croisé Flo.
          Bon, il y a aussi l’accent mis sur l’insipide* d’un des décès alors que la gloire de l’autre, ledit combat, n’est même pas mentionné.
          *”vieilles rengaines, autour du cercueil d’un jeune homme tué par accident pour une cause dérisoire”

          donc si cette cause est “dérisoire”, par symétrie pas l’autre, c’est le sous-entendu, c’est induit ; et ça ne ferait pas de comparaison ? Si, par opposition.

        • 5 Novembre 2014 à 21h03

          mogul dit

          Une retenue d’eau est cause dérisoire pour mourir. Mais la dérision de la situation n’est pas ici mentionnée pour “abaisser” la mort de Rémi, mais pour être mise en contraste avec son indécente récupération politique (et pas médiatique, la presse fait quand même son boulot), un peu comme ce à quoi on avait assisté à la mort de Clément Méric. Alors, comparaison, pas comparaison ? Pour moi c’est non, mais ce n’est que mon interprétation…

        • 5 Novembre 2014 à 21h05

          Lector laetaberis dit

          non Mogul ce n’est pas seulement un hommage et c’est bien là que le bât blesse quant à “relever d’une interprétation complètement décalée” ben là tu vois, j’ai reçu de ma sémiologue et psycho linguiste de mère docteur honoris causa retraité de la Sorbonne de quoi t’assurer du contraire.
          Oui ; l’analyse sémantique je baigne là dedans depuis tout gosse ; il y a des sujets sur lesquels, comme en art, on ne me l’a fait pas. Y a les ébénistes de la langue qui savent en reconnaître l’essence et les lecteurs profanes ; désolé, quoi que tu en dises, je ne fais pas partie de ceux-là.

        • 5 Novembre 2014 à 21h13

          Guenièvre dit

          Oui, Mogul, la cause “dérisoire ” souligne encore le tragique de la mort de Rémi Fraisse.

        • 5 Novembre 2014 à 21h14

          Flo dit

          Je renchéris sur le dernier paragraphe de Parseval
          “La comparaison physique avec Merah est plus que déplacé, il ne lui ressemble pas spécialement, à moins de considérer que les gens avec une teinte de peau plus foncée que la moyenne sont plus semblables entre eux qu’avec les autres Français.” Non seulement mais aussi qu’ils sont forcément des gamins de cité.   

        • 5 Novembre 2014 à 21h15

          Lector laetaberis dit

          oui alors ça depuis le début on a aussi compris le propos // hein, pas la peine de nous l’expliquer. Quant à juger des causes dérisoires et des glorieuses il s’agit bien de comparer par la déploration du traitement médiatique différent, deux décès, l’un dit absurde pour une cause dérisoire et de là l’autre etc.

          Et, oui, avec Méric et Morillo pareil, de l’indécence.
          Mais bon, là c’est Pierre Jolibert qui a raison, nous le devenons aussi, indécents, en poursuivant plus avant cette discussion. Bonne soirée et sans rancunes, comme on dit.

        • 5 Novembre 2014 à 21h19

          mogul dit

          Ce n’est sûrement pas moi qui me lancerait dans une analyse sémantique, à fortiori avec toi dans les parages :))
          La phrase que tu relèves était une réponse à Parseval, qui venait de dire une énormité que je ne voulais pas laisser passer.
          Tu me dis que ce n’est pas un hommage, alors dis moi ce que c’est ! Une attaque, une récupération de plus (mais qui dit récup dit intérêt implicite, quel est il ?), une masturbation intellectuelle ..? 

        • 5 Novembre 2014 à 21h19

          Flo dit

          Quant à la mort de Rémi Fraisse, nous ne savons pas encore ce qui s’est réellement passé mais je suis bien persuadée que ce malheureux jeune-homme n’avait aucunement envie de mourir pour cette cause, aussi dérisoire soit-elle . Tout comme je suis persuadée que le gendarme qui a lancé la grenade n’avait aucunement envie de tuer.

          Oui Lector, c’était rigolo d’écrire la même chose au même moment! 

        • 5 Novembre 2014 à 21h24

          Lector laetaberis dit

          “la cause “dérisoire ” souligne encore le tragique de la mort de Rémi Fraisse.” ça oui, ça peut se lire ainsi, mais c’est là précisément un jugement de valeur et par adéquation/symétrie/opposition… cela fait entendre l’envers de l’autre à qui est rendu l’hommage ici, là le tragique dérisoire et de l’autre le glorieux décisif ; où cela mène-t-il sinon à minimiser ce que les média et politiciens de basse cuisine (pour reprendre au moins ce terme là) ont maximiser ? Bien curieux effet de miroir.
          Et surtout, ce n’est pas le temps de le faire. Voilà.

        • 5 Novembre 2014 à 21h34

          Lector laetaberis dit

          ohlala pfff je n’ai jamais dit que ce n’était pas un hommage Mogul ! Bordel c’est le contraire ! J’ai dit et depuis le début que l’hommage réussi se serait avec avantage passé d’analyse sur les traitement médiatique des deux décès. C’est en face qu’on m’a répondu que ce n’était pas un hommage et j’ai répondu sur le fait que même le titre de l’article l’annonçait ; que c’était la teneur majeur de l’article. Enfin voyons, tu veux me rendre épileptique à la Finkielkraut de plateau télé ou quoi ?!!!! :D

        • 5 Novembre 2014 à 21h49

          mogul dit

          Non non, le multipolarisme de Pelo nous suffit ! :D
          Il serait d’ailleurs bien qu’une de ses personnalités refasse son apparition. Je n’ai pas pu m’echarper avec lui sur cet article, du coup je trouve que je suis resté un peu en dessous… :)))

        • 5 Novembre 2014 à 21h56

          Lector laetaberis dit

          :D :)))))))))
          Oui, honorons donc Thomas Dupuy de notre joie, soyons vivants pour ne pas faire tort à son sacrifice ; c’est encore une autre option : elle me plait. Merci Mogul.

      • 5 Novembre 2014 à 23h02

        nadiacomaneci dit

        Totalement schiczuienne ou mogulienne (non, pas de n oublié)) sur ce coup là. L’article n’est pas un manque de respect à Fraisse, mais un rappel salutaire de l’érosion des valeurs que nous subissons.
        Et le dernier paragraphe est à la limite chez moi de la petite larme, en effet. Pour paraphraser Malraux, le visage de la France, ce jour là, c’était celui de Thomas Dupuy.
        N’en déplaise à tous les Zemmour, Camus ou zadiste de mes genoux.

        • 6 Novembre 2014 à 5h40

          Lector laetaberis dit

          Non ? un rien ! C’est aussi un manque de respect à la famille du soldat.. mais ça… dans le fayotage hein… comme dirait Isa…
          De vrais petits écolos dans la récup’ larmichette, c’est trop chouette. On se pousse du coude à l’enterrement… oh bravo quelle compassion ! (Heu et les accidents de la route ? ça plait aussi pas vrai ?)

          “un rappel salutaire de l’érosion des valeurs” VS “N’en déplaise à tous les Zemmour etc.”
          Mouahahahaha très drôle…

          PS keski disait W. Reich de l’usage de comparatif déjà ? Ah oui, qu’il était exclusif par défaut…
          Quelle agréable compagnie ! Voulez-vous reprendre un peu de superlatif avec ? Tant qu’à faire… n’y allons pas avec le dos de la cuillère, tous à la louche, par ici la bonne soupe.

        • 6 Novembre 2014 à 15h14

          nadiacomaneci dit

          Dis, on a quand même le droit de trouver un article intéressant ou émouvant sans être accuser de fayoter !
          C’est quoi cette police du com ? c’est master Lector qui est délivre les brevets de sincérité maintenant ?
          Je critique suffisamment absolument tout le monde, quelle que que soit l’amitié que je peux avoir par ailleurs pour le rédacteur, pour ne pas être suspectée de complaisance.
          Faudrait voir à te dégonfler le melon, tu te prends un peu légèrement au sérieux, on dirait un zadiste.
          Demande donc à Castelnau comment je traite ses articles dégoulinants de poutinisme.

        • 6 Novembre 2014 à 15h43

          Lector laetaberis dit

          des “brevets de sincérité” ? Houla t’as mal à la pastèque ? Qui a fait politburo quand nous avions avec Pelo juste donné notre avis ? J’ai le droit ? L’a pas eu longtemps lui en tout cas. T’aimes bien tancer les gens toi, mais te prendre un retour ça, c’est autre chose… Quant au sérieux, effectivement il y a des circonstances qui l’oblige… de toute façon l’autodérision c’est pas ton truc alors tes leçons en melonite hein, tu te les gardes. Rien à cirer de demander quoi que ce soit à Castelnono le petit robot.
          C’était pourtant comique “l’érosion des valeurs n’en déplaise à Z.” Mais bon t’as tes chaleurs là, t’inquiète le maître repart à ses portraits ; beaucoup plus humains qu’ici. Heu comment faut dire déjà ? Ah oui : Dégoût et des couleurs déconnexion cric-crac maison. Abracadabra pouf !

        • 6 Novembre 2014 à 17h55

          nadiacomaneci dit

          Excellente idée, ça te calmera, tu es bien agressif ces derniers temps.

        • 6 Novembre 2014 à 18h17

          Lector laetaberis dit

          Jalouse ! ···− ·− − · ··−· ·− ·· ·−· · ···− −−− ·· ·−· −·−·−− lol
          agressif ? C’est sans doute que j’ai appris cela au contact de Causeur. Anyway, u dunno what harsh is, in fact it sounds like ashes.

        • 6 Novembre 2014 à 22h44

          nadiacomaneci dit

          Jalouse de “tu as tes chaleurs” ??
          S’il n’y avait pas ton nom j’y croirais pas. Eetu, et encore il n’est pas tombé si bas, mais pas toi, le flamboyant et cultivé Lector
          Longue, la pause. Très longue.

        • 7 Novembre 2014 à 8h40

          Lector laetaberis dit

          Haha, et privé de dessert aussi ? On voit qui voudrait distribuer les bons points. Je répondrai donc ceci : Y tu tambien ! Ressaisis-toi si tu en es capable. A moins que la fabrique ne soit vraiment ta marque, ce dont peu de gens doute hélas. Tralala Eetu et même en dessous ? Il fallait donc dire façon Isanada.com ; faut savoir être honnête, ça ne coûte rien tu sais, c’est même toute la beauté de la chose. En tout cas content de voir que tu identifies finalement très bien l’abaissement moral que ce cirque implique, et ce malgré l’affectation rampante en de si peu subtiles reptations. Sur le dos d’un autre une fois encore, l’on hisse un drapeau (toute ressemblance avec l’argument de l’article n’est pas fortuite). La belle équité que voilà ! (Et quelle indépendance !) Désignons un affreux et tout ce qui déplaira à notre satisfaction nous le costumerons de notre propre abomination. Joli programme ! Quelle drôle d’époque ! Si peu réjouie que ses complaisances à l’étal révèlent toute la misère de son érotisme viandard. Quelles contorsions de forme! Mais sur le fond, coquille vide. Reprenons. Là sur la table sont jetées deux cartes : celle de la prétention serait à ma couleur, pourquoi pas, rougeoyante de mille feux, un as de cœur, je prends ; et te laisse donc de fait la terne dame de pique, un billet pour l’arrogance. Cela dit, ton bon conseil, au-delà de sa supposition clinique un rien maternaliste, rencontre un vœu personnel dont j’ai trop souvent fait l’économie ; je le gagerai donc puisque l’ai dépouillé de ces vils oripeaux. Nul ne peut dire pourtant si par quelque faiblesse insoumise je ne dérogerai pas à cette signature, comme le fais ici de nouveau, ou pire, comme par lâcheté envers moi-même, toujours affublé d’un goût sombre pour l’escarmouche qui prétend dire à la fin de l’envoi : « je touche ».
          Voilà, c’est donc dit ; c’est cadeau ; chouffe mademoiselle, plaisir des yeux.

          P.S.
          Pelo annonce : tu veux dire par là que c’est le souk Lector ? Tu n’as peut-être pas tort.
          Lector renonce : Tu as du nez Pelo, il faut ressusciter les morts. Je passe.