La vie politique est nulle? | Causeur

La vie politique est nulle?

Oui, mais c’est de votre faute

Auteur

Jérôme Leroy

Jérôme Leroy
Ecrivain et rédacteur en chef culture de Causeur.

Publié le 03 octobre 2016 / Politique

Mots-clés : , , , , ,

Lors des dernières élections, on a pu choisir entre deux ou trois nuances de trotskistes, des communistes, des écologistes, des centristes,des sociaux-démocrates, des souverainistes de droite, des souverainistes de gauche, toute la gamme des libéraux, sans compter une extrême droite en pleine forme depuis près de quarante ans. C'est dire si l’argument du «tous pareils» est de la paresse intellectuelle.

hollande sarkozy identite fn

J’ai toujours aimé la politique. Pas au point d’en faire un métier, j’aime trop lire et écrire pour ça, et on aura beau dire, la politique, c’est un métier. On pourrait certes transformer tous les citoyens en hommes politiques et cela s’appellerait  la démocratie directe. Ce n’est pas une mauvaise idée en soi mais dès qu’on passe à la pratique, c’est un peu plus compliqué. Essayez par exemple, dans les grandes villes, de trouver assez de personnes volontaires pour prendre part aux conseils de quartier le soir. C’est très coton parce qu’on s’aperçoit soudain que si la critique est aisée (yaka, fokon), l’art est difficile et que l’on préfère brailler sur les décisions que de prendre part à leur élaboration collective. C’est pour cela aussi qu’on ne s’est pas pressé pour être maire dans les petites communes aux dernières municipales de 2014 : passer son temps à se faire engueuler alors qu’on se dévoue au jour le jour pour ses administrés, ça n’encourage pas les vocations…

Cinquante nuances d’idéologie

On explique que l’abstention augmente parce que les hommes politiques, c’est tous du pareil au même. Autant je peux comprendre le vote blanc, notamment dans un second tour, autant l’abstention a quelque chose de profondément paresseux et confortable : elle ne suppose même pas l’effort de se déranger jusqu’à son bureau de vote mais elle n’empêche pas les abstentionnistes de hurler aux « Tous pourris » plus fort que les autres et de se plaindre à tout bout de champ en ayant oublié au passage que si vous ne vous occupez pas de la politique, elle, elle s’occupe de vous.

On devrait avoir rendu le vote obligatoire depuis belle lurette, ne serait-ce que par ce que le « désintérêt de la politique par les Français », une autre vieille lune, est assez incompréhensible quand on regarde l’offre politique au premier tour d’une présidentielle. Le prisme est quand même très large et lors des dernières élections, on a pu choisir entre deux ou trois nuances de trotskistes, des communistes, des écologistes de gauche, des écologistes du centre, des écologistes indépendants, des centristes de gauche, des centristes du centre, des centristes de droite, des gaullistes maintenus, des sociaux-démocrates, des sociaux-libéraux, des souverainistes de droite, des souverainistes de gauche, (mais pas de souverainistes du centre, c’est vrai), toute la gamme des libéraux, du hardcore au soft, sans compter une extrême droite en pleine forme depuis près de quarante ans.

Alors l’argument du « Tous pareils » correspond à de la paresse intellectuelle ou à de l’addiction à BFM, ce qui revient, c’est vrai, à la même chose. Bref, avant de râler, chacun peut tout de même essayer de rebrancher son cerveau avant de s’apercevoir un peu trop tard qu’on n’aurait peut-être pas dû traiter de feignasse le cégétiste qui bloquait un dépôt d’essence contre la Loi Travail quand deux ans plus tard, on sera licencié, histoire que l’entreprise retrouve des commandes et éventuellement vous reprenne, ce qu’en Macron-langue, par exemple, on appelle « fluidifier le marché du travail ».

Cette aboulie civique de nombre de nos concitoyens est pour l’essentiel responsable d’un phénomène historique assez rare aujourd’hui : la vie politique est devenue illisible et absolument imprévisible. Il faut les comprendre, les hommes politiques, ils ne savent plus quoi penser puisqu’ils ont en face d’eux une masse qui oscille entre le mutisme, la résignation hargneuse et la trouille bleue. Comment vous adapter à la demande quand on ne vous demande rien ? Résultat, tous les politiques donnent l’impression de faire un pari sur ce que voudrait l’électorat,  mais au fond sans vraiment le savoir.

L’identité, l’identité, l’identité…

Sarkozy, par exemple, parie sur l’identité. Il ne s’en lasse pas, de l’identité. Il se dit que c’est un bon créneau. La preuve, le FN l’a pris. Le problème, c’est que plus il parle d’identité, plus le FN monte comme on l’aura remarqué depuis 2007 où le FN améliore ses scores à chaque fois. D’autres parient sur le fait que la première préoccupation des français est le social et notamment la peur de perdre leur boulot. On en trouve à gauche et à droite mais la droite qui se préoccupe du social et avec elle les postsocialistes actuellement au pouvoir, c’est-à-dire un éventail qui va de Juppé à Hollande en passant par Le Maire ou Macron, proposent quand même d’aider les riches parce qu’à la fin, il y aura ruissellement, selon cette étrange théorie qui voudrait que l’argent soit comme une pyramide de coupes de champagne et que la coupe du haut, à force de déborder, se répandrait sur les coupes du bas, ce qui apparemment n’a pas franchement été le cas du temps de Reagan ou Thatcher quand on a enrichi les riches comme jamais.

À gauche de la gauche aussi, on estime que la question sociale est prioritaire. À l’occasion, on la lie même à la question écologique. Seulement, il va être difficile de se faire entendre quand on est tellement de candidats sur un créneau aussi petit et aussi peu démagogique en même temps,- oui il est plus facile d’expliquer qu’il y a trop de migrants que, par exemple, comment la transition énergétique pourrait créer des millions d’emplois.

Alors ? Alors, à moins de huit mois des présidentielles, impossible de discerner une quelconque certitude, sinon que Marine Le Pen sera au second tour.

Bref, la démocratie est en très petite forme, dans un flou malsain et indécidable. Et pour une fois, ce n’est pas (seulement) de la faute des politiques, mais aussi de la nôtre…

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 6 Octobre 2016 à 20h42

      Cervières dit

      Leroy, c’est la mémoire? L’extrême droite en 1981, combien de votants? zéro. La grande forme? Eradiquée. Ramenée à la vie par quelqu’un qui avait des dettes politiques à payer?

    • 6 Octobre 2016 à 7h30

      kelenborn dit

      eh beh, voila qui devrait résoudre les états d’âme du Roy des Cons sans que Karine Lemarchand soit obligée d’aller fouiller dans son slip

      http://www.lepoint.fr/medias/karine-le-marchand-cela-fait-longtemps-que-le-politique-est-desacralise-06-10-2016-2073889_260.php

      On notera que Chirac a été élu parce qu’il était sympa et mangeait des pommes . On notera qu’Ardisson avait posé la question à Rocard: “sucer c’est tromper?” Lemarchand pourrait poser à Leroy la question suivante: Est-ce-que c’est parce que vous vous êtes trompé tout le temps que vous vous sentez cette envie de sucer Juppé? Non?
      En tout cas, la belle Karine qui a beaucoup d’amoureux transis à Causeur ( et je ne parle pas de l’Eugene qui doit être en rut!!) a encore quelques progrès à faire en analyse politique:
      . “Les seules qui vont se bouger pour aller voter seront les personnes les plus âgées, les plus riches et les plus pauvres. Pas la classe moyenne, qui partira en week-end.”
      J’ai crainte pour certains qu’avant de partir en pique nique la classe moyenne ne passe par l’isoloir pour leur rappeler que quand on la nique, c’est comme pour les putes de l’Idiot Eugene!! il y a quand même une facture !!! même si la TVA est au taux minoré!
      MK

    • 6 Octobre 2016 à 4h24

      Orwell dit

      Désolé, mais je dois juste revenir sur votre faux-cul de sondage à la con manière Ipsos. Cela veut dire quoi, Hollande à 28,40 ? et SarkoZy à 25,50 ? c’est la blague de la semaine ? Ca concerne le premier ou le deuxième tour? Là vous faites comme danS les pubs américaines à l’ancienne ; racoleuseS et mensongèreS à la fois !

      • 6 Octobre 2016 à 7h32

        kelenborn dit

        Enfin!!! C’était pas les résultats du premier tour de 2012!! Big Brother va pas être content!

    • 6 Octobre 2016 à 4h17

      Orwell dit

      Cela exigerait trop d’elle des efforts et de la volonté, ce à quoi une société marchande et consumériste ne veut surtout pas qu’ils redeviennent : des individus à par entière, libres de leur volonté, libres de leur propre arbitre.non, la préoccupation de cet électorat nocif qui désigne mon chef d’Etat à ma place n’a pas pour préoccupation principale le social. qui se préoccupe du social et avec elle les postsocialistes actuellement au pouvoir; ce sont les médias qui conditionnent ces veaux dans une vision consumériste des choses – et dieu sait s’ils ont raison. L’essentiel du Beauf et de la Beaufette est le prix de leur cadi lorsqu’ils se rendent à la messe du supermarché du samedi, pas de se faire peur au sujet du grand remplacement. Le Français -dans sa majorité – se fiche de la pauvreté puisqu’en France, elle bénéficie d’une si bonne protection sociale. aLORS la question que vous vous semblez vous poser – Le Pen au second tour- mais cela ira se soi ! Mais si vous assimilez le FN à la “petite bébête qui monte” si nous sommes dans un doute malsain qui vous inquiète, sachez que Marine ne deviendra jamais chef d’Etat; une bonne partie de notre électorat franchouillard aura trop peur de l’incertitude et de l’arrivée d’un parti nouveau. Je ne voterai peut-être pas MARINE (l’abstention est une alternative – encore une fois, le vote est un droit en France, non une obligation). Mais soyez assuré que cela pourrait être une probabilité.
      dans un flou malsain et indécidable. Et pour une fois, ce n’est pas (seulement) de la faute des politiques, mais aussi de la nôtre…

    • 6 Octobre 2016 à 3h58

      Orwell dit

      Le conservatisme est leur arme fatale (et non comme le disait Peyrefitte) notre soit disant catholicisme attardé face aux pays protestants – argument anachronique et qui sent bien ses années 70) ? Ce n’est pas que la franche “marais” qui décide constamment du bilan de élections ne sait pas ce qu’elle veut ? Elle ne le veut surtout pas. Cel

    • 6 Octobre 2016 à 3h51

      Orwell dit

      pARDONNEZ MOI (j’en impute autant la responsabilité à Causeur qu’à mon bavardage insipide) : or donc je voulais poursuivre : “Fernandel avait élu Hollande en buvant son discours du Bourget comme du petit lait en ne s’esclaffant pas de rire en l’entendant “Vous savez, entre nous, je n’aime pas les riches”; Alors non je ne crois en rien que l’électorat ne sait pas ce qu’il veut: surtout pas le mutisme, encore moins une résignation. Mais certainement faut-il l’imputer à sa peur bleue du changement ? Mais assurément ! Qu’effraient donc tant la portion des électeurs -et non pas les Français en général ? Au fait que tout change, et que surtoutj pour eux, rien ne doit changer. LComment vous adapter à la demande quand on ne vous demande rien ?

    • 6 Octobre 2016 à 3h11

      Orwell dit

      Hi=oll

    • 6 Octobre 2016 à 3h10

      Orwell dit

      Oui, il est aisé de brailler contre tout ce qui nous est propos. Paresse intellectuelle ? Peut-être ! Cela vous étonne t-il que cela le FN engrange des voix ? Mais encore faudrait-il pour cela que les partis gouvernements – à l’instar de ceux qui se sont compromis dans le pouvoir -(y compris cet hypocrite de Mitterrand qui s’opposait depuis 58 à la “dictature” de De Gaulle)aient jamais réalisé leurs promesses ? Mais sachez que de même que le vote blanc ne compte nullement dans les votes, : l’abstention n’exprime aucune intention aux yeux des lois françaises. Mais comment s’étonnez que ces même lois veulent de nous ? De toute manière, elles ne voudront JAMAIS de nous. Nous ne sommes pas en Belgique, lorsque “l’on regarde l’offre politique au premier tour d’une présidentielle”, “le soit disant désintérêt des Français pour la politique”, pure mythe élaboré par des sondeurs éminemment incompétents pourtant constamment invités dans “C dans l’air” (qui a avancé avec une grande assurance la victoire en 1995 d’Edouard Balladur). Donc si tout va mal, c’est la faute aux électeurs profil “Fernandel” qui a choisi Hollande en 2012 avant de se laisser impressionner par la loi “travail” alors même qie ce même Fernandel avait élu Holl

    • 5 Octobre 2016 à 17h41

      René de Sévérac dit

      Cinquante nuances d’idéologie ?
      Nuances de gris, certes mais si légères !
      Vous accusez les électeurs de ne pas en apercevoir les finesses ! En effet, ou bien ils perçoivent le projet commun qu’ils nomment UMPS ou bien ils identifient l’alternative (projet révolutionnaire) et à ce projet on leur sussure “les heures les plus sombres”.
      Alors, tristes et défaits ils n’ont pas d’autre choix que se réfugier dans les bras de Merkel : là au moins, on sait qu’il n’y a pas de futur mais les taux d’endettement sont agréables !

      • 6 Octobre 2016 à 10h16

        Hannibal-lecteur dit

        Ouaip, c’est pas cinquante nuances d’idéologie, là il se trompe un max. le Jérôme, c’est cinquante nuances anecdotiques sans aucun intérêt, obsolètes, périmées auxquelles personne ne peut prêter valablement attention .
        Si on veut changer les pratiques politiques sans faire la révolution, une seule solution: limiter tous les mandats à deux, ça renouvelle le personnel , ça élimine les pros qui ne font qu’une politique: celle de leur réélection.  

    • 5 Octobre 2016 à 17h36

      i-diogene dit

      -”Au secours, les gadgets nous envahissent!”..:

      https://www.youtube.com/watch?v=drMjsfuFLNY

      • 5 Octobre 2016 à 20h48

        kelenborn dit

        mais non l’idiot t’est pas un “V” …t’es un WC !!! pas de tromperie sur la marchandise!!
        Tu fais les jupes de madame Youtube maintenant…les putes y sont en solde avec livraison gratuite par Colisancho?

        • 6 Octobre 2016 à 1h10

          i-diogene dit

          Kel-en-Berne,

          Ici, c’ est la mousson, d’où cette question purement métaphysique:

          https://youtu.be/yDXDUhukicE

        • 6 Octobre 2016 à 7h36

          kelenborn dit

          Oui mais les borborygmes c’est ce que fait la cuvette des chiottes quand on tire la chasse!! Prends ton bain avant le départ du fiacre!!

    • 5 Octobre 2016 à 11h05

      keg dit

      Ce n’est pas la vie politique qui est nulle. Ce sont les politicards qui la rendent nulle et caduque!

      http://wp.me/p4Im0Q-1ji

    • 5 Octobre 2016 à 6h31

      beornottobe dit

      “La vie politique est nulle?
      Oui, mais c’est de votre faute ”

      et…. une majorité SUBIT ce qui a été constitué avant leurs votes (et ils n’ont fait qu’accentuer ce qui existait) (par manque de culture politique)