Les Français ont préféré un président à un pays apaisé! | Causeur

Les Français ont préféré un président à un pays apaisé!

Anxiogène! Anxiogène! Est-ce que j’ai une gueule d’anxiogène?

Auteur

Alain Nueil

Alain Nueil
est romancier et professeur de lettres agrégé.

Publié le 22 juin 2016 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Françopis Hollande lors d'un déplacement à Annecy le 16 juin (Photo : SIPA.00760703_000001)

La fin du règne de Sarko Ier (2007-2012) fut paraît-il « anxiogène ». Un ami vous glissait ce mot dans un bistrot du Quartier latin, où naquit sans doute cette trouvaille, et peu à peu « anxiogène » gagnait du terrain. Vous le retrouviez dans la presse, dans les débats de radio ou de télévision, et enfin dans la bouche de tout un chacun. « Anxiogène » contribua à faire battre Sarkozy à la présidentielle face à un président normal, qui prônait une France rassérénée.

Il y a cinq ans, à la fin du précédent mandat, le principal problème de la France n’était donc pas le chômage de masse, la dette abyssale ou le manque de compétitivité économique, c’était la tête du président. Il ne nous rassurait pas assez, il avait trop de tics, il faisait trop de grimaces, il avait prononcé à Grenoble un discours trop inquiétant sur l’avenir de l’identité française. Incroyable superficialité qui a jugé, en 2012, les adversaires sur la mine, en dépit de tous les conseils prodigués depuis longtemps par La Fontaine et la sagesse populaire ! Même le sage et avisé Philippe Bilger a avoué qu’il avait voté Hollande parce qu’il lui trouvait une bonne tête. A ce compte, les Britanniques auraient pu renvoyer un Premier ministre qui leur promettait du « sang et des larmes » : « Churchill est anxiogène, rendez-nous Chamberlain, cet homme si rassurant et si amical avec Hitler ! »

La fin du règne de Hollande Ier (2012-2017 ?) se déroule dans une atmosphère néronienne. Paris ne brûle pas, mais la ville est cassée tous les deux ou trois jours par des bandes hyper-violentes qui se mêlent aux cortèges CGT et anti-loi travail. L’essence ne circule plus, les trains ne roulent plus que selon le bon vouloir des grévistes. La gauche et l’extrême gauche, ce vieux couple d’amants tragiques qui, depuis le congrès de Tours en 1920, n’en finit pas de se déchirer, de se rabibocher, de se redéchirer, empoisonnent la vie politique de leur double et interminable suicide. La gauche « de gouvernement » prouve qu’elle est incapable de gouverner, l’extrême gauche qu’elle est incapable de préférer l’intérêt général à ses intérêts corporatistes. Même si c’est injuste, l’Histoire retiendra que la CGT, par quelques-uns de ses membres, a été mêlée au saccage de l’hôpital Necker au moment même où le malheureux enfant du couple de policiers assassinés y était soigné. Terrible symbole.

La haine mortelle que se vouent les deux gauches n’empêche pas les petits arrangements entre ennemis : l’exécutif fait des déclarations tonitruantes sur le maintien de l’ordre, mais en douce il ordonne à la police de ne taper que mollement sur les casseurs, après les avoir laissé décharger leur agressivité sur les vitrines de Paris, Rennes ou Nantes… M. Hollande est le roi du signal contradictoire : le moindre coup de barre à droite est immanquablement suivi d’un coup de barre à gauche.

Menace terroriste et chaos politique, social, économique…

N’oublions pas le plus important dans ce tableau chaotique : la menace terroriste et l’exaspération de plus en plus grande des forces chargées de la contrer. Le meurtre à leur domicile des policiers de Magnanville est une première très inquiétante. Les plus courageux parmi les forces de l’ordre ne pourront plus penser à leur famille et à leur maison sans inquiétude. Les plus émotifs et imaginatifs vont se mettre au Tranxène ou au Témesta, les têtes seront lourdes dans les commissariats, les gestes seront moins sûrs quand les CRS devront intervenir. Destruction psychologique de la police, ah il a fait fort Larossi Abballa ! L’exaspération devant l’exécutif, qui ne sait donner que des ordres tardifs ou contradictoires dans les manifs violentes, est apparue au grand jour le jeudi 17 juin à Versailles : un policier en civil a refusé de serrer la main du président et celle de son Premier ministre.

Devant ce paysage chaotique et néronien, François Hollande ne joue pas de la lyre sur un balcon de l’Elysée. Il n’est pas assez artiste pour cela, son maniement puéril de la langue française le montre assez. « Ça va mieux » aurait pu se dire : « La situation économique de notre pays s’améliore » ou bien « La France se redresse ». Cette extrême pauvreté de langage a deux causes possibles : soit l’homme qui parle est un imbécile (ce qui n’est à l’évidence pas le cas), soit il prend les Français pour des imbéciles. Le président ne chante pas à la lyre les malheurs de la France, mais il continue à arborer son imperturbable sourire et à commettre ses petites blagues. Il est donc rassurant et personne, strictement personne dans les médias, ne songe à dire qu’il est anxiogène.

Le chaos politique, social et économique est à son comble, on ne sait qui triomphera de Manuel Valls ou de Philippe Martinez, des terroristes ou des forces de l’ordre, mais le président continue à sourire. Il ne faut pas dire « Ça va mieux », il faut dire comme Voltaire dans Candide devant les malheurs du monde : « Tout est pour le mieux ».

L’actuel président n’est peut-être pas anxiogène, mais c’est la réalité qui l’est devenue. A tout prendre, je préférais les tics, les grimaces et les colères de Sarkozy accompagnés d’une réalité française qui se remettait vaille que vaille de la grande crise économique de 2008. Que vaut une démocratie pour laquelle le visage d’un homme compte plus que ses qualités et sa volonté ?

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 27 Juin 2016 à 21h38

      avocatdebase dit

      Bonjour,
      Vous êtes extraordinaires, tous, chacun à votre façon.
      Par vos propos, vos analyses, vous montrez que vous nourrissez encore, naïvement, l’illusion qu’un individu comme cela se soucie
      d’être à la hauteur de la fonction à laquelle il s’est fait élire.
      Mais s’il sourit, mon pauvre, c’est qu’il a obtenu la seule chose qui l’intéressait : le pouvoir. Et son seul souci actuel, c’est de prolonger encore pour 5 ans cette béatitude. Rien d’autre.
      Toute cette clique, dont il est l’archétype le plus accompli, n’a aucune autre idée en tête. Dénué de tout sens du devoir … inutile d’oser même des mots ou des expressions comme panache, grandeur d’âme, empathie et encore moins : honneur !…
      François Hollande est un nuisible satisfait de lui-même, il n’a que faire de vos raisonnements, de la raison, de la réflexion et il a le plus profond mépris pour tout ce qui peut émaner de vous comme du peuple auquel il a menti effrontément pour se faire élire (moi président …) comme Chirac l’avait fait, avant, en se ventant d’être capable de la pire des démagogies.

      Il a son hochet et il aimerait ne pas le perdre! Si vous partiez de cette évidence, vous pourriez vous épargner bien des souffrances; bien des analyses et des réflexions totalement inutiles.
      Pendant ce temps, la propagande nous prépare à l’avènement d’un autre spécimen de ladite clique : Juppé, condamné de droit commun.
      Voilà pourquoi je me suis déconnecté de la matrice depuis 18 mois. Depuis : plus de télévision, plus de journaux, jamais de radio. Je regarde sur Internet : Causeur, boulevard Voltaire et Egalité et réconciliation pour me faire mon opinion . Le reste du temps je vis tranquillement (puisque déconnecté) à l’abri du désespoir qui m’habitait et me rongeait auparavant, chaque fois que j’entendais une ânerie de ce genre de personnage ou pire encore : chaque fois que j’entendais les analyses faites par les médias dominants des gesticulations d’un tel néant.

    • 27 Juin 2016 à 2h02

      Livio del Quenale dit

      &&& Les Français ont préféré un président à un pays apaisé! &&&
      -
      Non ! Ils ont préféré bêtement ce qu’on leur a fourré dans le crâne, à savoir : “virer Sarko” le précédent président .
      Sans seulement savoir où ils mettaient les pieds : un programme fantoche comme son président inapte, qui fait des paris et les perd tous, ex-président d’un PS aux idées idéalistes qui nient la réalité “qui n’a jamais rien fait” comme sa femme Ségolène en avait prévenu les congressistes de Reims),

    • 26 Juin 2016 à 17h16

      Livio del Quenale dit

      &&& Les Français ont préféré un président à un pays apaisé! &&&
      -
      Non ! Ils ont préféré bêtement ce qu’on leur a fourré dans le crâne, à savoir : “virer Sarko” le précédent président .Sans seulement savoir où ils mettaient les pieds : un programme fantoche comme son président qui fait des paris et les perd tous, ex-président d’un PS aux idées idéalistes qui nient la réalité “qui n’a jamais rien fait” comme sa femme Ségolène en avait prévenu les congressistes de Reims),