Éloge du silence | Causeur

Éloge du silence

Alain Corbin nous plonge dans l’insaisissable

Auteur

Marie Céhère

Marie Céhère
étudie la sophistique de Protagoras à Heidegger.

Publié le 04 juin 2016 / Culture

Mots-clés : ,

Shawn Rossi/Flickr

Le 6 mai dernier, à Palmyre, la délégation diplomatique russe a organisé un concert symphonique pour célébrer la libération de la ville, conquise quelques mois auparavant par les combattants de l’État islamique. Mais la guerre n’est pas finie. Le silence, celui qui suivit alors les dernières notes de Bach, Prokofiev et Chtchedrine et le déluge de feu n’est pas près de s’abattre de nouveau sur la cité antique. Ce silence de Palmyre, silence des ruines cher aux romantiques, parvient de loin à nos oreilles sous la plume de Chateaubriand : Palmyre est la « demeure du silence », on y serait en présence de « la mort, si poétique parce qu’elle touche aux choses immortelles, si mystérieuses, à cause de son silence. » (Génie du christianisme)

Nous l’avons compris, le dernier objet insaisissable choisi par Alain Corbin, historien du minuscule, est le silence. Dans son Histoire du silence, on progresse à travers des nuages de citations et de références littéraires, parmi les « textures du silence » qui n’est pas, rappelle-t-il, réductible à l’absence de bruit. Il est une fine transparence, de plus en plus fine à mesure que l’on se tait, qui recouvre le monde et ouvre le champ aux « infiniment petits bruits », comme on s’enfonce dans les profondeurs de l’impalpable derrière la lunette du microscope.

Corbin dissèque le silence et en déplie les aspects, en caresse les textures, qu’il soit silence de la nature, silence de l’intimité domestique, silence des amoureux ou des religieux en prière, silence du dédain ou mutisme admiratif.

Les industriels cherchent en ce moment à reproduire l’odeur de villes emblématiques pour les enfermer dans des flacons de parfum d’intérieur. Pas sûr que la perspective d’embaumer son séjour de la senteur du périphérique parisien séduise. Quant au silence, Alain Corbin nous signale que celui de Bruges et ses canaux est « despotique » pour Georges Rodenbach, qu’il occupe une « présence centrale » dans Le Rivage des Syrtes de Julien Gracq, que Guérande et ses marais salants ne se taisent pas de la même manière que Tours chez Balzac ni que l’avenue de Breteuil, habitée par le souvenir de Pierre Sansot.

Une palette de sens plus étendue peut-être que celle des mots renferme le silence, d’où vient sa supériorité sur la parole affirmée par toutes les spiritualités. On lui attribuera encore une vertu thérapeutique, lorsque le marteau-piqueur ou le nouveau-né cessent de perturber le calme : on entend presque le silence, « qui vous démangeait comme une blessure qui guérit » (Rilke), reprendre ses droits. Fécond mais terrifiant, le silence a rendu visite au poète Philippe Jaccottet, une nuit d’été 1956, et l’a épouvanté pour toujours, comme s’il venait d’entrevoir « le silence éternel des espaces infinis » craints par Pascal.

Le silence, « lieu intérieur d’où la parole émerge », recouvre des univers mentaux aujourd’hui disparus, associés tant à l’effort monacal qu’au luxe (calme et volupté baudelairiens). Mais ce qui l’a véritablement brisé, nous dit Corbin, ce ne sont pas les usines et les moteurs à essence, puisque les villes débarrassées des sabots des chevaux et des vendeurs à la criée n’ont jamais, en réalité, été si paisibles ; c’est l’hyper-médiatisation, l’hyper-connexion des hommes qui les abreuvent d’un flot de paroles incessants, impossible à faire cesser.

Inspiré par les mystiques chrétiens, Alain Corbin oppose Marthe l’adoratrice exubérante du Christ à Marie la mutique recueillie, et préfère la seconde. Il plaide pour que chacun parte à la recherche de cette épaisseur perdue du silence, de son épaisseur propre : un retour à soi pour peser le poids de ses paroles, les économiser sûrement, les parfaire souvent. « Si l’on ne disait que des choses utiles, il se ferait un grand silence dans le monde. »

Histoire du silence, Alain Corbin, Ed. Albin Michel.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 6 Juin 2016 à 21h23

      pidefra dit

      Il faut avoir fait l’expérience du silence dans le désert, le vrai, celui dans lequel il n’y a plus aucune vie animale ou végétale. Et bien, il y a une étonnante sensation de présence, comme une vibration profonde et inexplicable, rassurante. Cela peut guérir du narcissisme auquel nous engage notre civilisation.

    • 6 Juin 2016 à 18h35

      agatha dit

      ” Si les paroles ne nous apportaient pas d’entente, bien des choses par contre s’éclairèrent dans le silence “, dit le narrateur dans Sur les falaises de marbre d’Ernst Jünger.

    • 5 Juin 2016 à 15h47

      Ibn Khaldun dit

    • 5 Juin 2016 à 12h02

      L'Ours dit

      Certes, je déteste le potin, le vacarme, le tapage, mais au fond, je crois que rien ne me fait plus peur que le silence, le vrai, l’absolu.

      • 5 Juin 2016 à 12h47

        Ibn Khaldun dit

        En effet. Mais je crois que cet ouvrage avait l’ambition de revenir à une conception du silence pour essentiellement la mettre en équation avec notre époque incroyablement bavarde et dans tous les sens du terme. Un livre sur le silence dans les années 50 ou 60 n’aurait vraisemblablement pas eu de pertinence…

        • 5 Juin 2016 à 13h23

          L'Ours dit

          Effectivement, dans ce cas c’est autre chose.

    • 5 Juin 2016 à 9h57

      laborie dit

      Su Causeur les bavards se sont enfin tus!…on respire.

      • 5 Juin 2016 à 10h06

        Ibn Khaldun dit

        Qui sont ces “bavards” ? 

    • 4 Juin 2016 à 17h27

      Pig dit

      On devine tout de même en lisant l’article de Marie Céhère, que ce livre de Corbin représente une petite escroquerie, puisqu’il promet une “histoire” que n’évoque pas du tout l’article.  

    • 4 Juin 2016 à 13h56

      Ibn Khaldun dit

      Contrairement à ce donne à penser l’article de Marie Céhère, le livre de Corbin n’est malheureusement qu’une accumulation fastidieuse de citations sur ce que les autres ont pu écrire sur le silence. Aucune analyse, aucune perspective historique ou littéraire. Je m’attendais, en le lisant, à une étude approfondie sur le thème du silence à travers l’histoire et les civilisations. Un sujet ô combien nécessaire de nos jours. Rien. Nada. Le livre aurait pu avoir comme titre : Eloge ou anthologie sur le silence. C’eût été plus honnête.

      Un livre extrêmement décevant, donc. 

    • 4 Juin 2016 à 13h43

      bruyère dit

      J’attends toujours avec impatience les articles de Marie Céhère. Merci!