De l’Histoire contrefactuelle et autres uchronies | Causeur

De l’Histoire contrefactuelle et autres uchronies

« Que se serait-il passé si cela et cela n’avaient pas eu lieu ? »

Auteur

Jean-Paul Brighelli

Jean-Paul Brighelli
Enseignant et essayiste, anime le blog "Bonnet d'âne" hébergé par Causeur.

Publié le 28 octobre 2016 / Culture Histoire

Mots-clés : , , , ,

histoire des possibles deluermoz singaravelou

(Wikipedia)

Les vacances servent au moins à ça : combler notre abyssal retard de lectures.
Pour moi, sur ces deux premiers jours, ce fut donc Pour une histoire des possibles, de Quentin Deluermoz (Maître de conf’ à Paris-XIII) et Pierre Singaravélou (Professeur à Paris-I), paru au Seuil un peu plus tôt dans l’année.
Mauvais titre, qui d’un côté ne dit pas grand-chose, et de l’autre n’a pas le côté accrocheur qui lui attirerait un public autre que celui des spécialistes. Ni le titre, ni la couverture, énigmatique pour les non-initiés. Je parierais que ça n’a pas été un grand succès. Dommage.
Le sous-titre (mais il n’apparaît que sur la page de garde) est plus explicite : « Analyses contrefactuelles et futurs non advenus ». Quelqu’un au Seuil n’a pas fait son boulot.

Il y a pourtant de quoi butiner là-dedans — et en faire son miel.

Lisez la suite de l’article sur le blog de Jean-Paul Brighelli

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 1 Novembre 2016 à 18h39

      Pierre Jolibert dit

      Je voulais m’empêcher complètement d’intervenir, car une folle aussi ça peut s’empêcher, mais tenais quand même à remercier Jean-Paul Brighelli d’avoir marqué, par le biais de ce sujet de l’histoire contrefactuelle, et qu’il l’ait voulu ou non dans ce meilleur des mondes possibles, la commémoration tricentenaire de la mort de Godefroy Guillaume Leibnitz :
      http://books.openedition.org/cdf/3678?lang=fr
      en résumé, le tort de l’histoire contrefactuelle serait de profiter d’un côté de la contingence effective du fait historique, possibilité parmi d’autres, tout en traitant de l’autre l’histoire en mathématique, de faire de l’opération du what if toutes choses étant égales par ailleurs, ce qui n’a pas de sens, la recherche d’une vérité nécessaire absolument.

    • 1 Novembre 2016 à 10h50

      Hannibal-lecteur dit

      Pour le coup désaccord complet avec JPB. Bien que favorable à toute sorte de masturbation en général, la seule qui me mette mal à l’aise est justement celle-ci, celle qui se croit supérieure parce qu’elle est censée recréer du réel au lieu d’imaginaire pur. Ça permet à tous les érudits-mon-cul d’étaler leurs connaissances et aux pauvres en imagination de trouver dans les faits passés un support à leurs élucubrations qu’ils ne sont pas capables de sortir de leur propre imagination. 
      Moralité l’uchronie, c’est l’imaginaire du pauvre et ça a ce côté malsain que l’amateur, au lieu de l’imaginaire pur qui est sain, utilise cet imaginaire falsificateur pour compenser ses déceptions, pour se venger d’une réalité qu’il n’a pas aimée en la reconstruisant à sa mode à lui, comme pour justifier à ses propres yeux que ses opinions n’ėtaient pas si erronnées que ça puisque ce qu’il imagine aurait pu être…
      Vile auto-justification, perverse tentative d’édulcorer ses propres sottises, pas ėtonnant qu’ImhoBill soit fana. 

      • 1 Novembre 2016 à 11h09

        IMHO dit

        Ce pauvre Hannimal ne sait même pas lire, en tout cas pas ce que j’écris .

        • 1 Novembre 2016 à 18h48

          Hannibal-lecteur dit

          Je ne fais que constater l’abondance de vos posts sur le sujet : vous aimez bien.

    • 31 Octobre 2016 à 19h51

      netrick dit

      Le meilleur “What if ?” que j’ai lu est celui concernant le choix des Britanniques pour remplacer Chamberlain le 13 mai 1940. Winston Churchill ou Lord Halifax ? Le second a bien faillir devenir Premier Ministre . Il était favorable a un accord avec Hitler qui laisserait au Reich nazi le contrôle de tout le continent Européen, à condition que l’Angleterre, retranchée dans ses iles, conserve le contrôle de son empire. Mais c’est l’homme qui promettait : de la sueur, du sang , des larmes et de l’épuisement ! qui a gagné et il a tenu ses promesses. Mais la guerre gagnée, ils l’ont largué !

    • 31 Octobre 2016 à 17h58

      Pol&Mic dit

      “« Que se serait-il passé si cela et cela n’avaient pas eu lieu ? »”
      ……..
      question inutile puisque ça ne s’est pas passé comme souhaité.

    • 31 Octobre 2016 à 16h14

      Schlemihl dit

      L’ uchronie est un jeu d’ esprit assez vain . supposons que le 18 juin 1815 , Grouchy ait choisi d’ obéir aux ordres formels de l’ Empereur au lieu de marcher au canon . Il serait resté éloigné du champ de bataille et l’ arrivée de Blücher aurait entraîné la défaite de Napoléon .

      Grouchy a choisi de désobéir et Napoléon a gagné la bataille de Waterloo , après ses victoires de Ligny et des Quatre Bras , avant sa victoire à Ixelles . Et après toutes ces victoires , les débris de ses troupes ont été anéanties à Cassel . Toutes ces victoires ont été inutiles .

      L’ aventure de 1815 a duré 120 jours . Si Napoléon avait été vaincu à Waterloo , la guerre aurait duré trois semaines de moins .

      Le seul résultat durable , c’ est que la gare de Cassel s’appellerait Waterloo à Londres et qu’ à Paris , la Place Grouchy s’appellerait Place Cambronne ou Ney .

      • 31 Octobre 2016 à 17h16

        expz dit

        Parfois ça ne tient pas à grand-chose:et si P Raynaud n’avait pas écouté sa maîtresse et avait finalement décidé de continuer la lutte en Afrique du Nord? Ou encore:et si Pétain avait eu un accident de voiture en revenant d’Espagne?
        Çà nous aurait évité bien des désagréments plus tard…

        • 31 Octobre 2016 à 17h51

          Schlemihl dit

          Un homme politique digne de ce nom n’ a qu’ une seule maitresse : la France ! ou au moins la belle Monica .

          Ce que je n’arrive pas à comprendre , c’est la manière insensée dont la France a mené la guerre en 39 40 . Passons sur l’ avant guerre , après la grande tuerie de 14 18 on voulait la paix à tout prix . Mais quand il est devenu évident que ce n’ était pas possible , le peuple est parti à la guerre sans aucun enthousiasme mais avec de la résolution . Qu’est ce que les chefs en ont fait de cette résolution ? les ouvrages historiques sur cette période sont navrants .

          Tiens , parlons de quelque chose de plus gai . Quoi de neuf sur la guerre ? 

        • 1 Novembre 2016 à 4h39

          IMHO dit

          Continué avec quoi ? Et en quoi “continué” ?
          Ni troupes ni matériel en Afrique du Nord, ni usines d’armement et ce qui restait de l’armée française, des soldats sans armes lourdes, aurait été prise de vitesse par l’armée allemande avant d’avoir atteint Marseille pour s’embarquer.
          La marine italienne aurait pu bloquer les ports nord-africains .
          La France aurait été entièrement envahie et l’Afrika Corps, au lieu d’attaquer vers l’est aurait attaqué vers l’ouest, et aurait conquis l’Algérie et le Maroc, même en supposant qu’une partie de l’armée française ait pu se réfugier en Afrique du Nord .
          Quand on a perdu comme en mai 40, on a perdu pour de bon et pour longtemps, et on ne se rétablit pas en un clin d’oeil .
          Par ailleurs, le gouvernement français aurait pu évacuer en Algérie dès 1939 beaucoup de gens et de choses qui étaient menacés par une invasion allemande, prendre des précautions, mais cela supposait une tête au bout du coup de la poule .
          En fin de compte, capituler était la seule chose sensée à faire, mais la Révolution Nationale pas du tout.
          Ce que les Français de 1940 ont cru, que Pétain allait tenter de sauver ce et ceux qui pouvaient l’être, Pétain a fait exactement le contraire .
          Et en fin de compte, s’il avait voulu protéger ouvertement les Français, il aurait été débarqué illico presto par les partisans de la collaboration
          puer et dure .
          Mais il pouvait ordonner à l’administration, à la police et à la justice de désobéir en secret et ça il ne l’a pas fait . Il avait toujours été un type douteux, et l’âge ne l’avait pas changé .
          Mais Pétain, comme Gamelin, était un symptôme, pas une cause, un symptôme des maladies de la société française et une maladie nationale ça ne guérit pas comme une grippe .

        • 1 Novembre 2016 à 9h36

          expz dit

          Évidemment,ça a toujours prêté à de redoutables discussions…Mais le fait que le gouvernement ait refusé la capitulation aurait au-moins évité les heures sombres,les ambiguïtés et le déshonneur avec Vichy,ne serait-ce qu’avec les alliés.Les marines Française et Britannique contrôlaient facilement la méditerranée,une partie des réserves+ralliements auraient rejoint,l’armement étant en partie US.Pas certain non plus que les Allemands pouvaient traverser aisément l’Espagne .De plus la Libye serait tombée très facilement avant même l’arrivée de l’Africa Korps à Tripoli-avec,n’oubliez pas des effectifs dérisoires-(D’ailleurs une partie des munitions de l’ Africa Korps fut -en réalité-fournie par Vichy). N’oublions pas que l’objectif Allemand-en 1940- c’était une guerre courte et très violente pour ensuite se retourner à l’Est,l’objectif principal.Impensable donc de se lancer dans une guerre longue avec 2 “channels” à traverser.
          Pour moi le vrai “suicide Français”date de Mai/Juin 1940,mais ça semble être un tabou,vaste sujet.En refaisant l’histoire,il ne faut jamais oublier les qualités/défauts (absence de radios,blindés soutenant l’infanterie-contrairement aux Allemands-logistique des blindés absente:pannes=abandon) initiales des protagonistes …Exemples:si il n’était même pas nécessaire de continuer la ligne Maginot car un champ de mine très dense aurait suffit pour ralentir la progression Allemande,reste la condition indispensable:que les novices Français de Sedan aient été plus résolus (plus facile à dire qu’à faire sous les sirènes des Stukas)comme l’incroyable résistance des “landser”Allemands en 1944/45.
          Une autre grande erreur fut de remplacer,en pleine bataille, Gamelin par Weygand:le second une fois nommé, annule immédiatement toute forme de retrait des unités en Belgique, permettant ainsi leur enveloppement.Hélas,l’absence de résolution s’illustre dans la quantité de prisonniers dans un temps très court qui stupéfiera le monde (notamment les Américains…)

        • 1 Novembre 2016 à 11h07

          IMHO dit

          Si une partie de l’armée française, et l’escadre de Toulon, et le plus d’avions possible, avait pu gagner l’Afrique du Nord avec le gouvernement Raynaud, malgré les attaques de la Luftwaffe depuis la Calabre, et des U-Boote, en effet ce gouvernement aurait pu déclarer que la France continuait le combat, avec ses colonies .
          Ça n’aurait pas été dérisoire, à condition que les Etats-Unis acceptent, et soient en mesure (ce qui n’était pas le cas en 1940) de fournir très vite des armes et des munitions à cette armée d’Afrique du Nord, qui aurait manqué de tout, même de carburant .
          Très vite parce que la Méditerranée
          n’était pas un obstacle infranchissable pour les Allemands .
          La Marine Française alliée à la Royal Navy aurait certes dominé la mer, en restant très vulnérable aux sous-marins, mais la Luftwaffe aurait dominé les airs .
          Les distance sont grandes en Afrique du Nord, mais moins face à un ennemi très faible.
          L’Allemagne aurait peut-être dédaigné cet ennemi, qui ne pouvait l’attaquer .
          Mais l’occupation complète de la France dés juillet 1940, et l’absence d’armistice auraient beaucoup aggravé les malheurs et les souffrance des Français
          De toue façon Paul Reynaud n’a pas ordonné cette évacuation, qui était sans doute infaisable, et en supposant qu’il l’aurait ordonné, nous enfreignons la première règle de l’Histoire contrefactuelle, qui est que l’on ne peut supposer qu’une issue différente à un événement et non supposer un événement .

        • 1 Novembre 2016 à 13h44

          expz dit

          D’accord avec vous,sauf sur le coté infaisable (transférer un gouvernement sur quelques navires à Bordeaux n’était pas infaisable,de plus il n’était pas certain que les Panzer aient le carburant-et le massif central plus facilement défensif-pour atteindre Toulon en 1 étape-d’autant qu’ils devaient aussi réduire la ligne Maginot encore existante-) car il me semble plutôt que c’est l’état de démoralisation généralisé et au mode de fonctionnement de la IIIe République (avec ses coteries,alliances parlementaires…) qui ont dicté ces choix décisifs et funestes.

    • 31 Octobre 2016 à 13h33

      rolberg dit

      Quelqu’un n’aimait pas l’auteur et a choisi d’être « objectif ».

    • 31 Octobre 2016 à 10h57

      clyde dit

      Conte de fées pour compte de faits pour comble d’effets, la BD “Le Jour J” narre ou nargue l’Histoire par des uchronies et utopies outrageuses. “Et si cela s’Etait passE comme ça ou comme ça!”. JEsus grAciE par Ponce Pilate poursuit son aventure A PompEi, c’est un vieillard A barbe blanche, accompagnE de Marie-Madeleine. On apprend qu’il aurait ordonnE des massacres. Le titanic ne serait pas heurtE contre un iceberg le jour J mais avec Hitler sombrant ainsi dans les flots et l’oubli d’une 2e guerre mondiale qui donc n’aurait pas eu lieu. Ainsi et ainsi ? pour les 24 autres tomes que je n’ai pas lus. Sans doute, cette sErie tiendra t-elle lieu pour base d’un livre scolaire, voire universitaire. Simple divertissement pour gens amusEs ou rEvisionnisme dirigE vers l’Education A venir?

    • 30 Octobre 2016 à 11h32

      IMHO dit

      Il est question ci-dessus de l’Histoire contrefactuelle et non de l’Histoire contrefaite .

      • 30 Octobre 2016 à 18h53

        agatha dit

        Où l’on voit que vous prenez l’Histoire contrefactuelle très au sérieux.
        Et pourtant, en quoi est-ce une spéculation d’intérêt supérieur ? Qu’est-ce que ça peut bien apporter comme enseignement objectif ?

        • 31 Octobre 2016 à 4h49

          IMHO dit

          L’Histoire n’est devenue une étude des faits que dan le dernier siècle, auparavant c’était presque toujours un récit de certains événements, appuyé sur certains faits, et expliqués à la va-vite , comme l’a écrit Marc Bloch
          Un autre fait est que les bibliothèques d’Histoire débordent de livres et que cependant on en ajoute encore tous les jours, j’entends des livres d’historiens professionnels, fruit d’années ou de dizaines d’années d’étude et de recherche .
          Il est clair que les hommes veulent savoir ce qui s’est passé avant qu’ils vivent, parce que le propre de l’humanité est de vouloir savoir.
          La connaissance des faits du passé lui sert-elle à quelque-chose, à la pauvre humanité ? Elle lui donne des yeux pour voir, même si c’est dans la pénombre .
          Quant à l’histoire contrefactuelle, elle est comme une triangulation, qui sert à savoir ou l’on est en se calant sur des repères .

        • 31 Octobre 2016 à 4h57

          IMHO dit

          En quelque sorte .

    • 29 Octobre 2016 à 19h24

      Wil dit

      Faites chier avec vos liens.je ne lis même plus le début.

      • 1 Novembre 2016 à 10h08

        Hannibal-lecteur dit

        Et comment! Ceux qui font causer les autres c’est qu’ils n’ont rien à dire où se trouvent trop cons pour le faire. Tant pis pour eux, je zappe tout.

    • 29 Octobre 2016 à 16h26

      agatha dit

      ” Nos ancêtres, les gaulois… ” n’est, au XXIème siècle, que du contrefactuel imaginé dans une bonne intention, à des fins d’unité nationale et de cohésion culturelle. Hélas, ça a été proclamé par la mauvaise personne, apparemment, ça n’a pas vraiment eu de succès dans les médias. Tout le monde a fait semblant de ne pas comprendre la vérité symbolique de l’assertion fausse.

      • 31 Octobre 2016 à 4h55

        IMHO dit

        Une assertion fausse ça s’appelle une erreur (ou un mensonge).
        Quant à la “vérité symbolique”, je serai prêt à examiner la possibilité de son existence quand vous m’aurez dit ce qu’est une “contre-vérité symbolique”.
        PS vous ne comprenez pas le mot “contrefactuel” .

        • 31 Octobre 2016 à 8h56

          agatha dit

          ” vous ne comprenez pas le mot contrefactuel”. Peut-être, Imho, mais on ne parle pas comme ça. Moi aussi, je vais vous donner une leçon : vous ne devez pas parler en phrases négatives et définitives à des personnes que vous avez tout lieu de juger de bonne volonté et neutres à votre égard.

      • 31 Octobre 2016 à 16h58

        IMHO dit

        ” Tout le monde a fait semblant de ne pas comprendre la vérité symbolique de l’assertion fausse ” est une assertion fausse, ou au moins téméraire .
        Y-a-t’il des vérités symboliques ?
        Les vérités symboliques peuvent-elles être dans la réalité des contre-vérités ?
        Sont-elles identifiables comme véritables par tous ?
        Ce n’est pas clair et donc, accuser “tout le monde” de ne pas vouloir comprendre, n’est ni neutre ni une marque de bonne volonté .

        • 1 Novembre 2016 à 9h07

          agatha dit

          Oui, aux deux premières questions, apparemment non pour la 3ème.
          Pour le reste, lisez mieux : j’ai dit “neutre à votre égard” et pas à l’égard de tout le monde, et de bonne volonté seulement pour la question abordée avec vous, évidemment.

    • 29 Octobre 2016 à 11h58

      saintex dit

      Si ce moustique n’avait pas agacé mémé, elle n’aurait pas renversé le bol de bouillon, cette stupide querelle ne s’en serait pas suivi, pépé ne se serait pas engagé, et l’issue de la bataille aurait été contraire. Lors, pas de Hastings, de Fontenoy, de Plaines d’Abraham… Ni de Napoléon, Verdun, Hitler et Sancho. Ben oui, foutus moustiques.

    • 29 Octobre 2016 à 10h39

      IMHO dit

      Un seul événement aurait certainement changé l’histoire de l’Europe, est, me selmble-t-il, l’attentat manqué contre Hitler et tous les dirigeants nazis, le 8 novembre 1939 .
      A onze minutes près, il y aurait aujourd’hui quatre-vingts millions d’Européens et de Russes en plus, car la dictature militaire qui aurait succédé au régime nazi se serait très probablement contentée d’avoir reconquis la Pologne et la Tchéquo-Slovaquie et n’aurait certainement commis aucun génocide et aurait fini par se civiliser .
      Le même effet aurait obtenu si dès 1930, quelques-un s’étaient décidé à faire tuer Hitler, ce qui n’était pas difficile, au lieu de bavarder, mais ça c’est une autre histoire.
      Cette modification colossale de l’histoire de l’Europe et du Monde
      n’aurait été possible que parce qu’Adolf Hitler était le seul et unique qui pouvait décider ce qu’il a fait faire, et parce que les autres dirigeants nazis, qui seraient d’ailleurs morts avec lui, n’avaient de toutes façons pas d’emprise sur le peuple allemand .

      • 30 Octobre 2016 à 0h44

        ZOBOFISC dit

        Ma réflexion d’hier vient donc à point, à moins que ce soit elle qui ait déclenché votre commentaire.

        Si Adolphe Hitler, auteur de mièvres aquarelles avait trouvé, juste après la première guerre mondiale, un mécène pour lui acheter ses dessins, il se serait épanoui dans “l’art” et n’aurait pas ressenti le besoin de se venger de ces vilains marchands d’art “juifs” qui n’avaient pas su reconnaître son immense talent.

        Je vous laisse imaginer ce qui se serait passé si Picasso n’avait pas percé !
        J’en frémis ! 

        • 30 Octobre 2016 à 8h00

          IMHO dit

          Non, la règle du jeu de l’histoire contrefactuelle est que l’on suppose une issue possible et différente de la réelle à un événement qui est survenu, et non pas la survenue d’un événement .
          Hitler n’avait aucun talent comme artiste, qu’il n’était qu’en imagination, et supposer qu’il en ait eu, ce qui suppose un autre Hitler, c’est supposer un fait nouveau, ce qu’on n’a pas le droit de faire en histoire contrefactuelle .
          Je sais que je suis pédant, mais c’est pour être clair .
          En fait il y a assez peu d’événements dont une issue différente aurait changé le cours de l’Histoire, en dehors de la mort d’un tyran ou futur tyran, car un événement historique, s’il n’est pas l’effet de la volonté d’un seul homme ou d’une circonstance exceptionnelle, est l’effet de causes durables et donc, ce qui devait arriver finit toujours par arriver .
          Donc on peut spéculer sur la réussite de l’attentat de 1939, ou de celui de 1944, mais pas sur la réussite d’un attentat contre Staline, qui était presque impossible à commettre et qui n’a pas été commis, mais on peut supposer une mauvaise grippe, ou un Staline mort-né, et tout ce qu’on peut en déduire est que, comme si Adolf Hitler était mort en 1939 ou plut tôt, cela aurait sauvé la vie à des dizaines de millions de personnes, et c’est tout .
          Le reste est littérature .

        • 30 Octobre 2016 à 8h46

          agatha dit

          ImHo, vos précisions sont intéressantes, mais la littérature a ses droits et ses avantages aussi. Faire du contrefactuel en inventant peut permettre d’éclairer des vérités. Où l’Histoire contrefactuelle est-elle une discipline olympique ?

        • 30 Octobre 2016 à 9h29

          IMHO dit

          Les écrits sur l’Histoire ne commence jamais par :
          ” on faisait comme si ” .

    • 28 Octobre 2016 à 18h21

      ZOBOFISC dit

      Si Adolphe Hitler avait réussi dans la peinture…………

    • 28 Octobre 2016 à 15h15

      Habemousse dit

      Si il n’y avait pas eu de très fortes inondations, il y a quatre cent et deux cent mille ans, l’Angleterre n’aurait jamais été détachée du Continent, les Rosbeefs n’auraient pas existé, leurs femmes n’auraient pas eu de grandes dents et n’auraient jamais eu la sotte idée de faire bouillir le bœuf à la menthe.

      Les si permettent de rêver à un autre monde : que serions nous si le si n’existait pas, hein ?

       Grâce à lui nous avons connu la princesse Sissi, qui s’est crue invincible avec ses si, la pauvre, il en faut plus que ça, des si, pour durer.

       Ouvrir la porte des si c’est ouvrir tous les possibles, et, c’est là où vous êtes diabolique, c’est permettre aux journalistes et aux écrivains d’écrire encore et toujours plus, à condition d’avoir des lecteurs, bien sûr.

      • 28 Octobre 2016 à 15h51

        Schlemihl dit

        Si Napoléon avait été vaincu à Waterloo , la guerre se serait terminée 20 jours plus tôt .

    • 28 Octobre 2016 à 14h21

      Schlemihl dit

      Si Guillaume le Bâtard avait été vainqueur à Hastings , ce serait le français qu’ on parlerait en Angleterre , pas le gaélique .

      • 28 Octobre 2016 à 16h30

        steed59 dit

        si Constantin s’était converti au judaïsme, la petite minorité chrétienne d’Europe aurait demandé le repentir des juifs pour tout ce que ces derniers leur ont fait subir pendant des siècles.

      • 28 Octobre 2016 à 18h18

        ZOBOFISC dit

        Si la Jeanne avait été une bergère consciencieuse et était restée à s’occuper de ses moutons au lieu d’aller emmerder les Anglais, tout ça pour finir avec un Cauchon, les anglais parleraient le français et pas leur langue de merde !

        Et ça, c’est pas une antiphrase ! 

        • 28 Octobre 2016 à 20h13

          Habemousse dit

          C’est une bien grande consolation de savoir qu’une femme les a fait fuir dans leur île et retraverser le channel : peu de peuples peuvent traîner une telle humiliation, que son assassinat sur le bûcher a renforcé plutôt qu’atténué.

      • 29 Octobre 2016 à 11h18

        Singe bleu dit

        Ah bon les anglais causent gaélique ?

        • 29 Octobre 2016 à 14h16

          Schlemihl dit

          Singe bleu

          Après sa victoire sur ses compétiteurs norvégien et normand , le roi Harold se brouilla avec la Papauté . C’ est l’ époque ou le Haut Roi d’ Irlande Brian Boru et ses successeurs unifient l’ ile . Manasseh Dhu succède aux Stuarts et en 1190 Irlande et Ecosse sont réunies . Après l’ extinction des capétiens avec Louis VII , la France se regroupe autour d’ une dynastie lorraine ( les Arnulfiens ) et la guerre de cent ans contre les Bourguignons isole l’ Angleterre .

          Manasseh Mac Lueigen aurait du faire retraite de toute urgence devant l’ invasion de l’ Ecosse par l’ armée franco danoise . Il n’en fut informé qu’après avoir pris Londres !

          Imaginez que l’ Angleterre ait conservé son dialecte bas allemand ? imaginez vous Shakspuibhre Sweafth O’ Duikkeins Mac Orwaill écrivant en anglais ? Newdhun utiliser l’anglais pour fonder la physique moderne ?