Hachem Salman avait 19 ans. Il a été abattu devant l’ambassade d’Iran à Beyrouth le 9 juin dernier. Mort pour ses idées. Le chef des jeunes de l’Option libanaise, petit parti chiite anti-Hezbollah, a été molesté par des chemises noires armées de bâtons puis tué à bout portant. Des gardes iraniens du bâtiment diplomatique ou des gros bras du parti de Dieu, l’enquête officielle n’a pas encore désigné les coupables.
Le martyre de Salman symbolise en tout cas le chant du cygne d’une grande idée née à la fin du XIXe siècle. Au grand courroux des derniers nationalistes arabes, leur idéologie est bel et bien morte et enterrée. Ni Damas ni Téhéran : la neutralité de l’Option libanaise porte peu chez des chiites libanais électeurs du Hezbollah et de son allié Amal à plus de 85%.
En ces temps troublés, la mort d’Hachem Salman sonne aussi le glas de l’unité chiite. En proie à des tensions croissantes au Proche-Orient et dans le golfe persique, des millions de musulmans chiites vivent au rythme des combats menés en Syrie, des élections iraniennes et des sempiternels affrontements intra-libanais. De ce point de vue, la semaine dernière fut particulièrement riche en rebondissements.
D’abord, le Hezbollah a – définitivement ? – enterré son credo islamo-nationaliste. Les géopoliticiens devront revoir leurs classiques : avec la guerre de Syrie, de la figure du partisan territorialisé, le hezbollahi personnifie le second type schmittien : le partisan global, sans enracinement tellurique, tel le premier salafiste venu.
Peu on prou, on observe la formation d’une « Internationale chiite » à l’identité religieuse claudicante. Si ses buts stratégiques restent bien définis, l’axe Damas-Téhéran ne correspond en effet à aucune unité confessionnelle, le clan alaouite d’Assad étant à un chiite iranien ce qu’un anglican est à l’évêque de Rome. Tant il est vrai que la politique commande au religieux, la (non-)pratique quotidienne de l’alaouite de la rue a peu à avoir avec le rite officiel « chiitisé » promu par le régime syrien depuis ses trente ans de noces avec l’Iran[2. On lira avec intérêt les indispensables travaux de Thomas Pierret sur l’intégration de l’alaouisme syrien au rite jaffarite en vigueur en Iran, notamment à travers de multiples séjours religieux dans la ville sainte de Qom.]. N’en déplaise aux essentialistes, la géostratégie est affaire d’intérêts, les tapis de prière suivent. La nouvelle guerre de religion qui déchire le Moyen-Orient a tout de la lutte d’influence, avec des acteurs telluriques fragilisés (l’Arabie Saoudite à la puissance déclinante, la Syrie baathiste vacillante) et de nouvelles forces hyper-mobiles qui livrent bataille aux quatre coins de l’Oumma : Salafistes vs. Hezbollahis. Même les vieux Etats se prennent à ce petit jeu. Ainsi, son président réformateur Rohani à peine élu, la République islamique d’Iran a annoncé l’envoi de quatre mille soldats en Syrie, sans doute pour signifier que la politique étrangère reste l’apanage exclusif du Guide. On ne badine pas avec une alliance vieille de trente ans…
Aujourd’hui estampillé mouvement régional, le Hezbollah achève d’internationaliser le séisme syrien et ses répliques libanaises. Face au chaudron bahreïni qui gronde, le Conseil de Coopération du golfe a carrément inscrit le Parti de Dieu sur la liste des organisations terroristes pendant que ses membres multiplient les mesures vexatoires à l’encontre de leurs minorités chiites. En rétorsion, un koweïtien a failli être enlevé sur un site touristique libanais il y a quelques jours puis quatre chiites ont été assassinés dans la Bekaa. Tout le monde a en tête les récentes images de villageois chiites massacrés par la guerilla, à l’est de la Syrie. Une barbarie qui ne le cède en rien aux exactions des mercenaires pro-Bachar.
Avec des foyers aussi incandescents que le brasier syrien, l’Internationale chiite aura fort à faire pour ménager sa sphère d’influence. Que son porte-parole s’appelle Khamenei ou Rohani, qu’il éveille l’effroi ou l’espoir des bonnes consciences occidentales, n’y changera finalement pas grand-chose.

*Photo : looking4poetry.

Lire la suite