Qui est responsable de la hausse vertigineuse de l’héritage? | Causeur

Qui est responsable de la hausse vertigineuse de l’héritage?

Son montant a quadruplé en 35 ans

Auteur

Jacques Bichot
Economiste.

Publié le 11 janvier 2017 / Économie

Mots-clés : , , ,

Liliane Bettencourt et son petit-fils Jean-Victor Meyers à Paris, mars 2012. SIPA. 00634937_000001

France Stratégie, l’un des nombreux organismes publics qui nous submergent de rapports en tous genres, s’est emparé de la question de l’héritage. En France, son montant global est passé, d’après l’INSEE, de 60 Md€ en 1980 à 250 Md€ en 2015 (en euros constants). Une explosion de plus de 400 % quand le revenu disponible des ménages augmentait seulement de 77 %. La  part de l’héritage dans le total de ce que reçoit un ménage (net de cotisations et d’impôts) au cours de son existence a donc en moyenne beaucoup progressé : elle est de 19 % aujourd’hui contre 8,5 % en 1980. Cela correspond à l’augmentation du montant du patrimoine des ménages par rapport à leurs revenus : un peu plus de 8 années de revenus aujourd’hui, au lieu de 5 en 1980. France Stratégie en déduit que la transmission héréditaire devient trop inégalitaire et qu’une majoration de la fiscalité de l’héritage (y compris les donations) est donc nécessaire.

Sa « note d’analyse » ne cherche hélas pas à comprendre pourquoi le capital a tant augmenté en proportion du revenu. L’immobilier, qui en constitue la part du lion (près de 5 années de revenu contre 3,5 pour le patrimoine financier net), a vu ses prix augmenter fortement, ce qui correspond pour une large part à la raréfaction du foncier constructible. La politique des collectivités locales en est largement responsable : en schématisant, disons que tout terrain est réputé inconstructible, sauf autorisation dûment enregistrée au Plan local d’urbanisme (PLU). Ce malthusianisme en matière de terrains à bâtir n’existe pas en Allemagne, où la densité de population est pourtant beaucoup plus forte que chez nous, si bien que l’immobilier y est meilleur marché et que ses prix grimpent moins.

Investir dans le capital humain

La hausse de la fortune mobilière mériterait aussi que l’on cherche ses causes. Deux facteurs (fortement liés) ont une importance particulière : l’ampleur des déficits publics et la politique de taux d’intérêt très bas menée par la Banque centrale européenne (BCE). Les États empruntant une forte proportion de ce qu’ils dépensent, les ménages sont amenés à détenir, sous forme d’assurance vie en euros, des épargnes qui ne correspondent hélas à aucune richesse nette, mais qui pèsent dans la balance de France Stratégie. Le comportement de nos banquiers centraux incite évidemment fortement à la détention d’actions (et aussi de biens immobiliers), ce qui conduit à des capitalisations boursières sans rapport avec la valeur réelle de certaines firmes.

Autrement dit, la hausse de la richesse apparente des ménages français, très supérieure à celle de leur richesse réelle, est due pour une bonne part au comportement irresponsable des pouvoirs politiques et monétaires. Avant de dégainer un Colt fiscal, France Stratégie aurait été bien inspiré de se poser quelques questions économiques basiques relatives aux causes de l’inflation du patrimoine nominal, phénomène effectivement malsain, dont les statisticiens nous montrent l’ampleur.

 « Peut-on éviter une société d’héritiers ? » Pour répondre de façon pertinente à sa question, qui est le titre de sa « note d’analyse », France stratégie aurait également dû s’intéresser à une forme de capital très inégalement réparti, qui représente le double ou le triple du capital classique : le capital humain. La mauvaise qualité d’une partie importante de notre enseignement public, et tout particulièrement de beaucoup d’établissements situés dans les quartiers populaires et autres « cités », est la cause majeure de la transmission héréditaire d’une faiblesse en capital humain. Pour vaincre la pauvreté, dit la sagesse des nations, apprendre à pêcher est autrement efficace que de donner un poisson. Continuer à ne rien apprendre, ou si peu, à beaucoup des gamins qui n’habitent pas les beaux quartiers, est clairement le meilleur moyen pour perpétuer ou augmenter le caractère « société d’héritiers » de la société française.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 15 Janvier 2017 à 18h57

      Pierre Jolibert dit

      réponse au dernier § :
      mais l’école est-elle seulement capable de transmettre au mieux du capital humain, et n’est-il pas pire que tout qu’elle croie le contraire :
      oubliez-vous que Tom Sawyer est un joyeux garçon qui n’aime pas l’école et préfère pêcher le poisson, qu’il a fière allure et que les pieds nus il marche dans la boue ?
      évidemment il y a le plus étroit capital culturel et symbolique, mais même ça… que peut l’école pour les impondérables tics de langage, signes d’appartenance et autres petits riens qui sont des touts, évoluent selon les besoins mais s’arrangent toujours pour n’être jamais scolarifiables ni scolairement transmissibles (et se pêchent comme on pêche le poisson, en apprenant sur le tas).
      Demandons à Alain Delon (voir plus bas) comment il a pêché les Géricault qui forment sa fameuse collection (et dont personne n’héritera parce qu’il les a vendus ? dommage).

    • 14 Janvier 2017 à 10h00

      Tonio dit

      Les seuls moments où les socialistes mettent leurs mains dans leurs propres poches, et non dans celles de autres, c’est quand il fait froid.

    • 14 Janvier 2017 à 4h20

      Livio del Quenale dit

      &&& Qui est responsable de la hausse vertigineuse de l’héritage? Son montant a quadruplé en 35 ans &&&
      -
      le problème n’est pas là en tous cas celui va se tasser et puis c’est facile d’écrêter les excès.
      La gauche qui n e sait pas gérer appelle encore papa maman et/ou vient faire leurs poches. Quand on ne sait pas faire on reste dans l’opposition . Le pays ruiné, on fera quoi ? la quête, les poches des voisins, la manche ?
      “Quand le râtelier est vide les chevaux se battent”. 

      Les vrais problèmes sont ailleurs, nous avons un grave problème de société. 

      • 14 Janvier 2017 à 4h34

        Livio del Quenale dit

        Les caisses sont vides, 90% de nos problèmes viennent de là.
        On sait ce qu’il faut faire pour les remplir, mais il faut(on l’a encore vu pendant cette campagne électorale de la gauche) que la gauche inapte débarrasse le plancher.Pour laisser bosser ceux qui produisent , plus ils seront riches plus le pays le sera et là tout s’arrange.
        L’état arrête de s’immiscer partout, il ne doit s’occuper que du Droit et fonctions régaliens, contrôle, lève l’impôts et optimise ses dépenses.   

    • 14 Janvier 2017 à 3h03

      Livio del Quenale dit

      Il n’y a pas de vérité c’est chacun la sienne.
      par contre il y a un eréalité qui est que le Fr 

      • 14 Janvier 2017 à 4h11

        Livio del Quenale dit

        Il n’y a pas de vérité c’est chacun la sienne.
        Par contre il y a une réalité qui est que le français qui n e s’informe que par les médias français ou dépendants ne se rend pas compte qu’il sont manipulés.
        On nous pousse vers le corral
        Les énarques, les lobbies, les banques, les assurances, les politiques et autres associations plus ou moins puissantes , manipulent  le peuple et la France  qui est en état de faiblesse extrême.
        Bientôt une OPA par un pays du golfe ou autre oriental comme ils ont commencé, finirons d’acheter le pays nos propriétés ne nous appartiendront plus, et au pire nous seront dépouillés et éjectés, surtout les vieux et les faibles …

        Non, ce n’est pas vrai c’est un scénario de film noir, comme l’article parle de film je m’en suis fait un, pour me faire peur.
         Ben, j’ai réussi. Je devais dormir, il faudrait se réveiller, les élections s’approchent, alors votons bien en essayant de ne pas reproduire les même erreurs.
         Quelqu’un de ferme, qui renfloue les caisses, le chômage s’en améliorera d’autant, qui défende l’identité Français, celle que venaient chercher tous ces gens avant que l’on ne puisse plus circuler dans les rues sans se faire assassiner, voler, molester, violer dans cette ambiance violente et délétère,  propice aux suspicions, au replis sur soi, qui fausse les jugements, nous fait accuser de ce que l’on est pas .
         La France a accueilli pendant deux mille ans beaucoup étrangers, même subi des maures sarracénique.

        Alors il faudrait un peu d’ordre et de fermeté, occuper les gens qui errent, les éduquer, les instruire et les former pour des métiers dont on a besoin et les payer décemment.  
        –  

        • 14 Janvier 2017 à 4h40

          Livio del Quenale dit

          là je me suis trompé de page (ici on ne peut pas corriger une erreur).

           j’étais sur 
          telerealite-musulmans-bbc-secret-story-42105.htm

          excusez moi.
           

    • 13 Janvier 2017 à 20h44

      Tonio dit

      Pourquoi Sancho Pensum dit-il ?
      “Complément : du point de vue de la logique de propriété, on comprend mal pourquoi un proprio devrait payer un loyer fictif, pour le mettre à égalité avec un locataire. Est-ce qu’on imagine faire payer à un proprio de machine à laver l’équivalent de ce que lui coûteraient des lavages au pressing du coin ? Bien sûr que non.”

      Eh! bien sûr que oui! Les socialistes suisses ont inventé “l’impôt sur la valeur locative” pour, pensaient-ils, “mettre le proprio à égalité avec le locataire”, de sorte qu’on paie en Suisse un impôt sur la valeur locative cantonal et fédéral (quasi double du cantonal).

      Si les socialos helvétiques ne peuvent vous en donner une explication intelligente, ils peuvent en revanche vous confirmer que ça rapporte gros et facilement; sans compter qu’il suffira plus tard de pousser un peu le curseur “réévaluation immobilière et fiscale” pour faire fissa rentrer encore plus d’argent: c’est la seule façon dont le socialisme crée de la richesse, elle part toujours à l’impôt et n’est pas faite pour rester en mains des propriétaires … http://www.ch.ch/fr/valeur-locative

    • 12 Janvier 2017 à 22h06

      IMHO dit

      Ce partageux veut nous prendre notre bien ! A la potence !

    • 12 Janvier 2017 à 20h56

      Pol&Mic dit

      “Qui est responsable de la hausse vertigineuse de l’héritage?” ??????
      ……
      ne serait-ce pas le PRINCIPE “socialiste” ??????

      • 12 Janvier 2017 à 22h07

        IMHO dit

        Ça veut dire quoi ça, neuneu, franchement ?

    • 12 Janvier 2017 à 16h19

      Hannibal-lecteur dit

      Ça alors, pas un mot sur l’âge de fin de vie, qui est pourtant le premier facteur de ce phénomène : les vieux vivent plus vieux, ça retarde l’héritage…de quelques lustres. 
      Ça fait une accumulation qui repart dans la distribution avec retard. D’où une réelle augmentation des héritages simplement par décalage dans le calendrier. 
      Quand tout le monde mourra centenaire, la régularité reviendra, c’est aussi simple que ça. C’est ce qui est en train de se produire : y a supplément de stocks, en somme, momentané. 
      Faut pas être ” économiste ” pour voir ça  mais se dire ” économiste ” et ne pas le voir laisse …des doutes!

    • 12 Janvier 2017 à 14h32

      ti suisse dit

      nos parents bossaient-ils plus (besogneux; dans le tout-temps glorieux) et aussi ‘écureuil’ ? tel celui qui connu des vaches maigres (qu’importe; ni besoin de rajouter: souvent on s’en fout)

      Merci à eux ! ..à moins d’être orphelin, ou pire (?) comme il est dit dans le dernier § de l’article, alors des pécheurs, -l’innocence n’existe pas (sinon pourquoi inventer un-paradis ?!) puisque toute naissance, tout-bébé est politique, en tous cas culturel n’est-ce pas (chacun sa croix, etc.)
      ne sachant pas pêcher,
      de se satisfaire (ça craint) que du viatique social parcimonieux, qu’on pourrait appeler un-poiscaille.

      si j’ai bien compris (pareil que vous; libellé en mon syllogisme pâteux mais dans le même confort & raillerie)
      ..je vais pouvoir Tout y claquer! sa rapidité de consommation en option (ouiz!) sans culpabilité (?) et surtout avant de crever !!
      pareil: Tous mes Vœux, ..eh, des bonnards !

    • 12 Janvier 2017 à 14h01

      rolberg dit

      Le temps de la bonne conscience est révolu. Les possédants s’enrichissent en toute mauvaise conscience, le sourire aux lèvres, pensant échapper ainsi à la sanction.

    • 12 Janvier 2017 à 12h20

      vt35 dit

      Nos énarques du Plan/France-Strategie ont quelques mystiques terrifiantes :
      1- taxer d’abord. On essaiera de comprendre après, peut-être, et peut-être pas, … (ou mieux on polémiquera avec les méchants qui ne seraient pas d’accord, c’est plus facile que d’essayer de comprendre et de risquer de tomber sur des réalités dérangeantes)
      2- le rôle du prince est de mettre la société sur un lit de Procuste, puis de tailler et saigner, pour qu’elle soit plus “juste” (entendez conforme aux croyances et aux a priori). Essayer de gérer correctement et intelligemment, pouha !
      3- les nouveaux impôts, c’est toujours bien …

    • 12 Janvier 2017 à 12h00

      Tonio dit

      “la hausse de la richesse apparente des ménages français, très supérieure à celle de leur richesse réelle”

      Dommage que le gouvernement ne tape que dans la richesse réelle, taper dans l’autre ferait peut-être moins mal, au moins apparemment..

    • 12 Janvier 2017 à 11h47

      Tonio dit

      Holà!
      si “elle est de 19 % aujourd’hui, en 2015, contre 8,5 % en 1980″ ça ne fait qu’un accroissement de 0.24 % par an, inférieur à l’inflation.
      Pas de quoi s’égosiller.

      Et si parallèlement à ces calculs “France Stratégie” nous montrait aussi l’accroissement des impôts, des taxes, accises et autres gracieusetés donc nous a comblés l’équipe hollandaises ?

      La pudeur de “France Stratégie” ne va pas jusqu’à exposer ce qui ferait honte au glorieux et désastreux quinquennat. Infandum !

      Vespasien avait pratiqué les augmentations d’impôt et les taxes quand déjà la ruine financière de l’Empire se profilait: ça n’a pas empêché Rome de s’effondrer économiquement; les mesures de Hollandes sont une façon implicite de reconnaître “nous sommes économiquement foutus”; sinon il n’aurait pas besoin de tels expédients.

      Et tout ça pour servir des intérêts monstrueux et croissants aux financiers privés internationaux: et après ?

      Ben, ma brave dame, on vendra la tour Eiffel, le Louvre, Versailles, le pont du Gard, les châteaux de la Loire, etc. et vous deviendrez, comme votre pays, esclave de la finance internationale.

    • 12 Janvier 2017 à 3h28

      eclair dit

      le prix de l’immobilier en allemagne est dut à une baisse de la population et un encadrement des prix ^par l état

    • 11 Janvier 2017 à 18h07

      Aristote dit

      En 1989, eu égard à l’accroissement de la taille de ma famille, j’ai acheté un appartement me permettant de loger 4 enfants. En 2017, j’ai toujours le même appartement, qui n’a changé ni de taille, ni de localisation.

      je suis paraît-il beaucoup plus riche qu’en 1989.

      En €, c’est vrai, même en tenant compte de l’inflation. Mais bon, voilà, je me dis que je pourrais peut-être me réduire, vendre pour acheter plus petit, et utiliser le solde pour aider mes enfants à acquérir un petit bien immobilier qu’ils revendront plus tard pour un plus grand, etc.

      Eh bien zut, l’opération est beaucoup plus coûteuse qu’en 1989.

      Je suis plus riche, mais j’ai plus de mal à réaliser une opération somme toute assez sensée qu’en 1989. Donc on veut m’imposer plus.

      Les économistes socialistes me déconcertent. 

      • 11 Janvier 2017 à 19h04

        Sancho Pensum dit

        “Donc on veut m’imposer plus.”
        Sur quelle base ? Il n’y a pas de taxation de la plus-value sur la revente de la résidence principale. Et les donations aux enfants sont moins taxées, si mes infos sont bonnes, qu’il y a 25 ans.

        • 11 Janvier 2017 à 23h02

          durru dit

          C’est la base de calcul qui a changé, banane.

        • 11 Janvier 2017 à 23h21

          Aristote dit

          Les droits de mutation sur la vente et l’achat de biens immobiliers (hors plus value, les “frais de notaire”) ont augmenté en pourcentage (merci Hidalgo) sur une base nominale plus élevée.

          France Stratégie veut imposer plus les successions, c’est factuel. 

        • 12 Janvier 2017 à 14h33

          Sancho Pensum dit

          Compris, vous parliez des frais de notaire. Mais bon, ils ont augmenté de 1 % (1 point), c’est pas la mer à boire.
          Avec la plus value que vous réaliserez sur la vente de votre appart (surtout si vous habitez Paris), vous aurez du mal à me faire pleurer.
          Et tant qu’à faire, si vous êtes proche de la retraite, fuyez Paris, qui devient irrespirable depuis l’arrivée d’Hidalgo. Avec ce qu’il vous restera, après vente et donation à vos enfants, vous aurez encore de quoi vous acheter un manoir dans la Creuse.

    • 11 Janvier 2017 à 14h52

      Sancho Pensum dit

      France Stratégie a un rôle assez important en matière de conseil au gouvernement sur la politique financière et budgétaire.
      C’est à eux qu’on doit notamment ce projet décoiffant de faire payer un “loyer” aux propriétaires de leur logement (après solde de l’emprunt) au motif qu’ils seraient avantagés par rapport aux locataires…
      Il ne faut pas se leurrer, que ce soit pour l’héritage ou pour le foncier, l’objectif est clair : identifier de nouvelles pistes de ponction fiscale pour renforcer les recettes d’un Etat déficitaire…

      • 11 Janvier 2017 à 15h33

        Sancho Pensum dit

        Complément : du point de vue de la logique de propriété, on comprend mal pourquoi un proprio devrait payer un loyer fictif, pour le mettre à égalité avec un locataire. Est-ce qu’on imagine faire payer à un proprio de machine à laver l’équivalent de ce que lui couterait des lavages au pressing du coin ? Bien sûr que non.
        Ce qui différencie la propriété foncière de la propriété d’autres biens, c’est la taxe foncière. Or, depuis plusieurs années, le gouvernement veut réformer la taxe foncière, bâtie sur une nomenclature datant des années 70. De ce point de vue, on peut donc lire le projet de FS comme une contribution à la réforme de la taxe foncière.
        Il y a ce stade deux hypothèses pour l’avenir :
        - la réforme de la TF intégrera plutôt prou que peu le projet FS (loyer fictif) et la douloureuse sera énorme pour le proprio
        - la réforme de la TF l’intègrera plutôt peu que prou, et cet épouvantail du loyer fictif ne sera destiné en fin de compte qu’à permettre au gouvernement de communiquer sur le mode : “voilà à quoi vous avez échappé, ça aurait pu être pire, réjouissez-vous, et n’oubliez pas de nous dire merci !”…

    • 11 Janvier 2017 à 14h45

      Sancho Pensum dit

      “en schématisant, disons que tout terrain est réputé inconstructible, sauf autorisation dûment enregistrée au Plan local d’urbanisme (PLU)”…
      Quand il y a un PLU ! ce qui n’est pas le cas dans de nombreux petits villages. Ca coute cher de faire un PLU…
      Mais je ne crois pas que cela explique la poussée des prix du foncier. Avant le PLU, il y avait le POS. Et on a connu des prix de l’immobilier raisonnables, même du temps des POS.
      D’ailleurs, on remarquera que les prix de l’immobilier augmentent fortement dans les métropoles et leurs banlieues, où il n’y a aucun problème pour construire abondamment (là où il y avait une maison et un petit terrain, pousse désormais un immeuble, pour shématiser). Les prix ont tendance à stagner, voire baisser dans la France rurale, qu’il y ait PLU ou pas PLU.
      Ce qui tendrait à montrer que ce qui a construit les prix de l’immobilier depuis une trentaine d’années, c’est l’exode rural vers les métropoles. Un phénomène qui va perdurer, puisque la consolidation des grandes métropoles est au coeur de la réforme du territoire, comme on a pu le constater avec la logique des nouvelles régions, qui est en réalité une logique de métropoles.

      • 11 Janvier 2017 à 15h10

        pierrepauljacques dit

        Votre analyse est juste la concentration des population dans des mégalopoles qui sont responsables de l’envolée des prix.
        Dans des villages ont trouve des maisons à moins de 30.000€ et parfois elles ne trouvent pas preneur car leurs entretiens coutent plus cher que la maison.
        Refaire une toiture dépasse parfois la valeur de la maison.
        La valeur de l’héritage n’a pas augmenté car si vous héritiez d’une maison avant vous pouviez en racheter une autre aujourd’hui c’est pareil sauf que les frais (droit de succession,frais de notaire,etc..)font que cela vous coutera plus cher de changer.

    • 11 Janvier 2017 à 14h28

      alain delon dit

      “Qui est responsable de la hausse vertigineuse de l’héritage?”

      Ce con de Bourdieu

      • 12 Janvier 2017 à 8h09

        Archebert Plochon dit

        Ce “gros” con de Bourdieu ; soyez précis, Delon.