Hamon, dernier acte des désertions de la gauche | Causeur

Hamon, dernier acte des désertions de la gauche

Nation, travail, laïcité: ils ont tout trahi!

Auteur

Xavier Théry

Xavier Théry
travaille dans un grand groupe de communication.

Publié le 25 janvier 2017 / Politique

Mots-clés : , , , , ,

Benoit Hamon et son affiche de campagne, janvier 2017. SIPA. 00788011_000004

François Mitterrand a sciemment favorisé au cours des années 1980 l’émergence du Front national pour mettre un caillou dans la chaussure de la droite. Ce faisant, il l’a érigé en héraut de l’idée nationale dont la gauche était jusque-là un des piliers. En abandonnant la nation à l’extrême droite, la gauche mitterrandienne a trahi tout à la fois Danton, Gambetta et Clemenceau.

Mitterrand-Jospin-Hamon: même combat

Au tournant des années 1990, avec l’Acte unique puis Maastricht, François Mitterrand a pu déclarer « la France est notre patrie, l’Europe est notre avenir ». Antiphrase pour faire passer le message « la France est notre passé, l’Europe est notre patrie ». Là encore, la gauche choisit d’abandonner l’idée de Patrie aux derniers gaullistes sociaux qui accompagnaient Philippe Séguin. Pierre Mendès France et Pierre Brossolette peuvent se retourner dans leur tombe.

Après la nation et la patrie, il fallait renoncer à la souveraineté qui en est le corollaire. Lionel Jospin a accompagné et encouragé au cours de sa mandature tous les transferts de souveraineté, juridique, réglementaire et économique que lui imposait l’Union européenne en créant une jurisprudence dans laquelle on est aujourd’hui enfermé.

Durant toute cette période, la gauche a aussi nourri tous les abandons idéologiques concernant l’instruction. Hormis Jean-Pierre Chevènement, tous les ministres de l’Education nationale de gauche ont renoncé aux idéaux de Jules Ferry et de ses hussards noirs de la République pour confier l’instruction de nos enfants à des pédagogistes qui valorisent les « apprenants » au détriment des « sachants » et du savoir. L’effondrement de la France dans les classements Pisa ne touchent pas les élèves de Janson-de-Sailly, mais en premier lieu les enfants d’immigrés. Là encore la gauche a trahi sa mission émancipatrice.

Le fossoyeur du travail et de la laïcité

Restait à s’attaquer à la laïcité. Qui est un autre volet de l’émancipation : permettre à des citoyens, d’échapper à leur condition religieuse ou supposée telle pour s’épanouir dans la société. Après bien d’autres, Benoît Hamon qui s’apprête à porter le drapeau du parti socialiste incarne la vision multi-culturaliste de la société dans laquelle des hommes et des femmes de gauche en viennent à stigmatiser tous les témoignages qui révèlent des atteintes aux libertés. Avec eux, la laïcité est abandonnée à la droite conservatrice et le voile devient un symbole de liberté des femmes. Situation inversée, complètement à rebours de tout ce que la gauche a entrepris pendant deux siècles pour extraire les hommes et les femmes de l’influence rétrograde et liberticide de la religion. Avec Hamon, l’islamo-gauchisme a de beaux jours devant lui. Qui pourrait reconnaître aujourd’hui dans le PS de Benoît Hamon les combats d’Emile Combes et de René Viviani ?

Il manquait à ce désastre la question du travail. Là encore, le score de Hamon, deux fois supérieur à celui de Montebourg et sa victoire probable au second tour des primaires, symbolise le renoncement au productivisme et au travail. Dans sa vision de la société, la fin du travail est inéluctable et le destin des Français est de rejoindre les rangs croissants des assistés. Passons sur l’impossible financement de son revenu universel, l’idée seule de cette mesure entraîne la gauche sur la voie du renoncement à ce qu’elle a longtemps défendu : l’émancipation par un travail justement rémunéré et la conquête des droits sociaux corollaires à la contribution de chacun aux progrès de la société. Jean Jaurès, Léon Blum et Léon Jouhaux ne constituent plus aucune référence pour les porteurs de cette idéologie.

Nation, patrie, souveraineté, instruction, laïcité, travail… Ce sont tous les fondements de l’émancipation qu’on enterre aujourd’hui. Hamon va mettre les derniers clous sur le cercueil du Parti socialiste dimanche prochain. Désormais le destin de la gauche se jouera ailleurs et autrement.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 30 Janvier 2017 à 9h49

      mjpg dit

      Il manque dans cette bonne analyse les mesures prises ou envisagées destructrices des fondements de notre société : la famille, nos rites,nos mythes nos normes, notre histoire (transformée, déformée, abimée),les compromis criminels avec l’islam, le multiculturalisme, l’abandon de 70℅ du territoire, etc…

    • 29 Janvier 2017 à 18h23

      buddy dit

      “Xavier Théry travaille dans un grand groupe de communication”

      Journalistes, politologues et communicants se sont toujours trompé sur tout.
      Mais cette fois, je pense que ce Monsieur a entièrement raison.

    • 29 Janvier 2017 à 11h21

      commissaire joss dit

      sa préférence allant plutôt vers un Valls, que Xavier Théry se rassure, il va assister à un double enterrement du parti socialiste après son double suicide. Hamon va gagner pour mieux se faire laminer au premier tour de la présidentielle. Le PS est un bistrot où le patron Cambadélis dit à ses derniers clients “finissez votre verre, on ferme”

      • 30 Janvier 2017 à 14h13

        FM Arouet dit

        Belle image, commissaire joss: oui, le bistrot va fermer et il ne reste plus que les mauvais clients qui ne savent plus trop où ils habitent ni où ils ont mis leur verre. Les autres sont partis. Depuis longtemps.

    • 28 Janvier 2017 à 21h24

      Geraldine dit

      A force de découper leur idéologie néfaste en petits morceaux, il ne reste plus rien des socialistes… à l’équivalence des communistes… 

    • 28 Janvier 2017 à 21h23

      Geraldine dit

      Pourquoi alors que la vie est déjà compliquée, autant que notre connaissance des sciences et limitée, il peut exister un seul homme sur terre, et encore plus surprenant une femme, pour défendre l’islam… qui interdit la vue d’un bout de peau, même des cheveux, alors ne parlons pas d’un sein !… Pourquoi des gens sensés avoir de la jugeote, mettent en avant des rites débiles, alors que notre esprit devrait être concentré sur la création sereine d’une famille et la réalisation d’une carrière professionnelle la plus utile à la société… la nature ne demande rien d’autre… Pourquoi les politiques sensés nous protéger, protéger nos libertés font l’apologie d’une secte qui provoque des guerres, des meurtres et la maltraitance programmée des enfants et des femmes ? Pourquoi les psychiatres ne s’élèvent pas contre une manipulation mentale qui au lieu de faire grandir l’homme et son intelligence, le rend sénile et barbare… Pourquoi les scientifiques ne dénoncent pas les mensonges et les incohérences d’histoires absurdes contemporaines alors que le monde existe depuis des milliards d’années… et que l’on sait bien que ce n’ai pas un dieu identifié qui a crée les milliards d’étoiles et de galaxies… Pourquoi des amoureux de la femme acceptent qu’une secte enlaidisse, maltraite, mutile et humilie la femme… Comment des femmes acceptent de subir cette injustice ?… et pourquoi les féministes se discréditent en défendant le port du voile ? Pourquoi le peuple français sensé être évolué, s’est laissé envahir par une secte qui crache sur son mode de vie… pire, qui veux l’exterminer !… Pourquoi le pays qui représente la mode, la modernité et la liberté sexuelle, accepte des gens aussi mal habillés qui interdisent la musique, le coiffeur, le maquillage et l’élégance… Pourquoi la France pays de la culture et du savoir, qui a inventé le cinéma, accepte des gens sans culture, qui ne s’intéressent pas à notre culture et qui interdisent le cinéma jugé obscène et immoral..

    • 28 Janvier 2017 à 14h46

      José Bobo dit

      Ce n’est pas parce qu’une idéologie est enchâssée dans un dogme religieux qu’elle n’est ni fascisante ni dangereuse. Le problème de l’islam n’existait pas en 1905 et les dispositions prises pour défendre la laïcité à cette époque ne sont plus suffisantes aujourd’hui. Il faut les modifier, les adapter, les étendre à l’encontre de ce nouveau péril que courent la démocratie et L’État de droit.

    • 27 Janvier 2017 à 1h17

      Sancho Pensum dit

      Ils ont trahi le travail, la patrie et puis un peu la famille aussi, hein ?…

      • 28 Janvier 2017 à 14h37

        José Bobo dit

        Et en faisant cela ils ont trahi (sans bien s’en rendre compte) leur électorat. Alors aux prochaines élections ils resteront entre eux…

    • 26 Janvier 2017 à 17h12

      NBG dit

      Critiquer Hamon, c’est donc être pour une laïcité qui interdit le voile, le burkini,etc.. Mais il y a des lois pour cela en accord avec les principes de la laïcité qui interdit les vêtements couvrant le visage et laissant aux principes républicains la liberté de se vêtir. Je ne comprends pas bien cette critique de la laïcité vue par Hamon et qu’il a bien détaillée dans le débat d’hier à la Primaire de gauche.

      • 26 Janvier 2017 à 23h08

        durru dit

        Et donc vous croyez, comme Hamon, que l’immense majorité des femmes qu’on voit voilées dans les villes françaises se voilent par pur choix personnel, sans aucune pression de la part de la famille ou de l’environnement proche? Et que tout ça n’a rien à voir avec un quelconque prosélytisme?
        Et, tout comme Hamon, vous pensez que les femmes qui ne peuvent pas entrer dans les bars de banlieue ce n’est pas grave, c’est normal, car, voyez-vous, “ici nous ne sommes pas à Paris, ici c’est comme au bled”?

        • 29 Janvier 2017 à 18h29

          buddy dit

          Parfaitement résumé.
          Il ne faut pas oublier que le fief de Hamon c’est Trappes…
          Une zone qui n’a d’égal que le 93.
          Il sera Président de la république islamique de Trappes, c’est tout.

      • 28 Janvier 2017 à 14h42

        José Bobo dit

        Avec cette arrivée massive de l’islam en France les principes de la laïcité devront être étendus à l’interdiction des idéologies (religieuses ou non) qui s’opposent à la démocratie, à L’État de droit et à l’égalité entre hommes et femmes : nouveaux problèmes nouvelles solutions. On ne peut pas rester immobilisé par des dispositions légales qui datent de plus d’un siècle, le monde évolue et nous devons nous y adapter… ou disparaître.