PS: Hamon éclaircit le paysage | Causeur

PS: Hamon éclaircit le paysage

Deux gauches (plus que jamais) irréconciliables

Auteur

Hervé Algalarrondo
Journaliste et essayiste,

Publié le 31 janvier 2017 / Politique

Mots-clés : , , , , ,

melenchon macron gauche ps

Sipa. • Sipa. Numéro de reportage :AP22006924_000103. Numéro de reportage :AP22001649_000019. Numéro de reportage :00787308_000008.

La victoire de Benoît Hamon redessine la géométrie de la gauche. Jusqu’ici, le PS occupait la case réformiste, le Front de gauche la case radicale. Or le candidat qui portera la casaque socialiste à la présidentielle est le chef de file de ceux que l’on a baptisé les « frondeurs » : les députés socialistes qui se sont opposés à la « dérive social-libérale » incarnée par François Hollande et Manuel Valls.

Il y a toujours eu au PS, ou à la SFIO, une aile gauche proche des radicaux, hier des communistes. La nouveauté, c’est qu’un de ses représentants a battu le représentant de la gauche de gouvernement, à savoir le Premier ministre sortant. Est-ce un signe du gauchissement des sympathisants socialistes ? Pas vraiment : une très grande partie des électeurs de François Hollande de 2012 sont aujourd’hui en rupture avec le PS. Leur nouveau champion s’appelle Emmanuel Macron, l’homme qui a lui-même rompu les amarres avec la gauche des appareils.

Gauche socdem vs gauche radicale

Désormais, il y a toujours deux gauches, mais elles ont changé de code postal. D’un côté, la gauche social-démocrate, ou « progressiste », comme on voudra, qui s’apprête à voter Macron malgré (ou à cause de) la volonté de celui-ci de s’adresser aussi au centre et à la droite. De l’autre côté, la gauche radicale, qui se retrouve avec deux candidats : un vieux tonton grincheux, Jean-Luc Mélenchon, qui a cru bon la semaine dernière d’invectiver des syndicalistes cheminots ; et un gendre idéal qui souscrit à toutes les dernières lubies de la gauche de la gauche, du revenu universel aux 32 heures.

Devant la totale démagogie d’Hamon, Mélenchon a du souci à se faire !  Au-delà, Hamon pourrait-il devancer également Macron, voire accéder au second tour si François Fillon avait lui aussi un accès de faiblesse ? On verra bien. Mais cela confirme que la France est de son côté coupée en quatre, en quatre quarts presqu’égaux. Un quart FN, Marine Le Pen est désormais en tête des intentions de vote à la présidentielle avec 25-26%. Un quart droite et centre orthodoxe avec un François Fillon aujourd’hui miné par le Pénélopegate mais qu’il ne faut pas sous-estimer. Un quart gauche radicale avec une incertitude sur l’issue du match Hamon-Mélenchon. Et un quart progressiste, plus composite, plus friable – Macron tiendra-t-il la distance ?- mais qui constitue la vraie nouveauté de la scène politique : partout en Europe naissent des mouvements qui dépassent le clivage droite-gauche.

La politique des quatre quarts

Un tel morcellement induit une conclusion logique : deux quarts vont devoir se rapprocher sous peine que le gouvernement issu de la présidentielle et des législatives soit d’emblée ultra-minoritaire dans le pays. Aujourd’hui, personne n’y pense. Hamon se paie même le luxe de prôner « une majorité gouvernementale » avec le Front de gauche et les Verts en ignorant Macron ! C’est surtout se payer… de mots : dans les démocraties, 25% n’ont jamais fait 50% !

Quel rapprochement souhaiter ? Le FN reste en dehors du cercle des possibles, ne serait-ce que parce que Marine Le Pen veut, comme Hamon, tout le pouvoir pour son seul quart. La gauche radicale n’est pas plus fréquentable car c’est avant tout une gauche négationniste : elle ignore les deux principaux problèmes de la société française ; sur le plan économique, le chômage de masse qui frappe surtout les jeunes issus des milieux populaires, de tous les milieux populaires ; sur le plan sociétal, la question de la maîtrise des flux migratoires et de la place de l’islam.

Un seul regroupement apparaît donc possible: une grande coalition autour de Fillon et de Macron. Normal qu’ils se tirent la bourre jusqu’en mai : la question du leadership n’est pas accessoire. Mais une fois départagé par le suffrage universel, ils devront s’entendre. Sous peine que la France connaisse un nouveau quinquennat foireux.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 1 Février 2017 à 14h45

      malinamodra dit

      Pour info dans LORIENT LEJOUR

      Le candidat de droite à l’élection présidentielle française, François Fillon, dans la tourmente après des soupçons d’emplois fictifs visant sa femme, s’effondre dans les intentions de vote et serait éliminé dès le premier tour, selon un sondage publié mercredi.

      L’ancien Premier ministre conservateur est crédité de 19% d’intentions de vote si le dirigeant centriste François Bayrou est candidat et de 20% si ce dernier ne se présente pas, selon ce sondage réalisé pour le quotidien économique Les Echos et Radio Classique.

      M. Fillon, donné jusqu’ici finaliste de la présidentielle, serait donc ainsi éliminé dès le premier tour, arrivant troisième derrière la candidate d’extrême droite Marine Le Pen (26-27%) et l’ex-ministre du gouvernement socialiste Emmanuel Macron, dirigeant du mouvement “ni gauche ni droite” baptisé En Marche! (22-23%). Il perd 5 à 6 points depuis janvier.

      Benoît Hamon, vainqueur de la primaire initiée par le Parti socialiste, est lui crédité de 16 à 17% des voix, devant le candidat de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon (10%).

      Au second tour, M. Macron battrait la dirigeante d’extrême droite avec 65% des voix, contre 35%.

      • 1 Février 2017 à 15h44

        durru dit

        Si c’est LORIENT qui le dit… Lequel, le Grand, ou le petit?

        • 1 Février 2017 à 17h25

          malinamodra dit

          L’Or y en a : le journal préféré de Fillon

    • 1 Février 2017 à 12h07

      Fioretto dit

      On verra bien ce qui va se passer. N’empêche cette affaire Fillon est très étrange personne veut savoir qui l’a fait sortir pourquoi et comment, on nous explique que c’est pas le sujet. Pourtant c’est bien un des sujets car de la façon dont il utilise son enveloppe parlementaire j’en a rien à foutre elle est fixe. Macron on connaît pas son programme on sait rien à part qu’il est pro-immigration à fond.

      • 1 Février 2017 à 14h42

        durru dit

        Salut Fio, j’ai quand même l’impression que le “mort” est sorti du bois, il vient de déclarer qu’on assiste à “un coup d’Etat institutionnel”. Ca va être sport :)

        • 1 Février 2017 à 20h44

          Flo dit

          Il devrait y aller très fort.  

    • 1 Février 2017 à 11h12

      steed59 dit

      • 1 Février 2017 à 11h32

        Warboi dit

        J’ai lu autant d’articles qui disaient exactement le contraire, avec autant d’experts.
        Attendons le brexit, le vrai, et cessons ces petites rodomontades de coquelet voulez-vous ?

        • 1 Février 2017 à 11h38

          steed59 dit

          faut pas confondre rêves et réalités

        • 1 Février 2017 à 11h52

          Warboi dit

          Je ne vous le fais pas dire, surtout quand les rêves sont portés par des crapules et des menteurs patentés de la taille de Farrage, Johnson ou le champion du monde, Donald Trump lui-même. Votre idole se dépasse en ce moment.

        • 1 Février 2017 à 11h54

          steed59 dit

          quelle idole ?

        • 1 Février 2017 à 12h04

          durru dit

          Les rêves sont vos sornettes, Nadia, et les réalités sont les chiffres dans l’article cité. Point barre.

    • 1 Février 2017 à 10h03

      Flo dit

      Le Canard enchaîné nous raconte aussi les petites magouilles fiscales de Macron. Il a été redressé fiscalement sur l’ISF qu’il avait très mal déclaré.
      Notamment, il a défalqué de son actif un emprunt de 300 000 euros qu’il a souscrit pour la maison du Touquet de Madame ( évaluée par lui-même à 1 200 000 euros et réestimée par le fisc à 1 400 000. Plus son appartement parisien de 900 000 euros qui n’a pas pris de valeur depuis l’achat en 2007 :-D

      On parle aussi d’un emprunt personnel qu’il doit rembourser à un particulier dont il ne veut pas donner le nom.

      On ne sait pas ce qu’il a fait des deux millions gagnés en 2 ans chez Rothschild.

      C’est dans le Canard Enchaîné :
      http://lesalonbeige.blogs.com/.a/6a00d83451619c69e201b7c8d0c5b8970b-pi

      • 1 Février 2017 à 11h27

        Warboi dit

        Vu qu’il a démissionné de la fonction publique, qu’il a remboursé de ce fait sa formation, qu’il est le seul des candidats à ne pas vivre en même temps d’un quelconque mandat, on lui souhaite d’avoir des économies dont il fait absolument ce qu’il veut dès lors que c’est une activité légale, cela ne vous regarde pas plus que son couple ou ses fréquentations.
        Il est aussi le seul, naturellement, à ne bénéficier d’aucune subvention publique pour sa campagne, et pour cause, il est totalement neuf e politique.

        Quant à son dossier fiscal il est parfaitement à jour et en règle.
        Vous faites bien de citer le canard enchainé, cela démontre qu’il n’y a aucun acharnement particulier contre Fillon, chacun à leur tour ils sont dans le viseur. Il y a ceux qui coulent et ceux qui s’en sortent la tête très haute. C’est le cas de Macron.

        • 1 Février 2017 à 12h02

          durru dit

          “aucune subvention publique”
          Ah bon? Et les moyens de l’ambassade de France au Liban, c’est quoi? C’est des fonds privés? N’importe nawak.

        • 1 Février 2017 à 20h43

          Flo dit

          La tête haute d avoir voulu truander le fisc. Hé hé hé  Attendez un peu que ce soit aussi le tour de Macron. 

      • 1 Février 2017 à 12h18

        malinamodra dit

        Ouais…ça commence à sentir le macaron grillé
        Le Macron de Carabas va devoir manger son chat crotté! Oh il peut toujours s’aranger avec Meluche qui apportera le quinoa

    • 1 Février 2017 à 9h55

      malinamodra dit