«Nous volons vers l’utérus artificiel» | Causeur

«Nous volons vers l’utérus artificiel»

Entretien avec la psychanalyste Monette Vacquin

Publié le 13 juin 2016 / Politique Société

Mots-clés : , ,

Sculpture miniature réalisée par Camille Allen - 2007 (Photo: SIPA_rex40116328_000002)

Vadim Rubinstein : Le 30 mai dernier, la justice française a autorisé le transfert des gamètes d’un homme décédé vers l’Espagne à la demande de sa veuve en vue d’une insémination post-mortem. Cette pratique est interdite en France, mais autorisée de l’autre côté des Pyrénées. Bien que cette forme de procréation reste encore marginale, le retentissement médiatique de cette affaire pourrait inciter d’autres femmes à faire de même. Quelles seraient les conséquences d’une éventuelle démocratisation de cette pratique pour nos sociétés ? Dans votre dernier livre, Frankenstein aujourd’hui : égarements et délires de la science moderne (Ed. Belin), vous évoquez un cas similaire en France dans les années 1980 ?

Monette Vacquin : Il y en a eu plusieurs en réalité, ce n’est pas si marginal que cela. Rien ne semble pouvoir faire seuil. Les limites sont toutes franchies les unes après les autres, généralement au nom d’un discours bon enfant, symptomatique de notre époque, sur l’amour, lequel justifierait tout. Sauf que l’amour est une relation vécue qui donne un sens à la vie, ce n’est pas une loi. Il est évident qu’une telle autorisation pourra engendrer d’autres demandes, j’en ai été témoin cliniquement. Je peux vous parler de femmes l’ayant fait : leur entourage a trouvé que c’était une idée formidable et que, dans des couples fertiles, des hommes ont fait congeler leur sperme de telle sorte que cela puisse être possible si une mort prématurée survenait.

En l’occurrence, le mari décédé était atteint d’un cancer — dont le traitement chimiothérapique peut rendre stérile — et c’est pour cette raison qu’il a congelé ses gamètes, et le couple s’était déjà accordé en vue d’une insémination post-mortem…

C’est un seuil particulièrement important qui a été franchi : la distinction entre la vie et la mort. Si la question des limites avait été abordée, cette loi aurait pu fonctionner. Qu’est-il en train de se passer ? Que signifie l’externalisation de l’embryon humain, la désexualisation de l’origine, l’ouverture d’espaces de pouvoirs qui n’ont aucun équivalent dans l’histoire de l’humanité ? Aucune génération avant la nôtre n’a eu le pouvoir de stocker sa descendance, de la congeler ou d’en modifier les caractères. Cette pratique créerait des orphelins de pères. Simplement, comme le débat se déroule dans une sorte de mélo compassionnel, on vous répond : « Des orphelins il y en a, on peut être orphelin et très bien vivre. », etc. Sauf que, naturellement, la question de la responsabilité n’est pas la même quand l’histoire fabrique un orphelin et quand on fabrique sciemment un orphelin. Cette question n’est jamais soulevée par les procréateurs en chef. Ils n’arrêtent pas de fabriquer des situations inédites en matière de filiation et les législateurs sont mis devant le fait accompli.

Les enfants nés de telles pratiques seraient-ils forcément psychologiquement traumatisés ?

Du point de vue psychique, un enfant pourrait penser qu’il est né d’un père réellement tout-puissant, car il est capable d’engendrer après sa mort. Ou bien d’une mère extrêmement puissante puisqu’elle aura aussi manipulé les lois, d’une certaine manière.  En général, si vous demandez aux enfants si c’est un problème ou pas, ils font ce que tous les enfants de la Terre ont fait, c’est-à-dire qu’ils protègent leurs parents : « Non ce n’est pas un problème, on est aimé, on va bien, etc. » Mais les conséquences anthropologiques sont immenses. Le franchissement des limites qui étaient reconnues par tous — la vie et la mort, les hommes et les femmes… —, le mouvement de dédifférenciation qui habite notre époque au nom d’une idéologie du « j’ai droit à tout », masquent la question principale, à laquelle j’ai consacré trente ans de travaux : qu’est-ce qu’il se passe ? Nous volons vers l’utérus artificiel, il y a une volonté de faire muter l’homme pointe avec le transhumanisme. Face à ça, peut-on s’en tenir à des représentations candides ? Peut-on tenter de penser autrement sans se faire traiter d’odieux réactionnaire ?

Ou d’égoïste, insensible à l’infertilité de certaines personnes souhaitant des enfants…

L’infertilité n’est pas le problème principal de l’humanité, c’est la surpopulation. Si l’humanité désexualise l’origine, l’affaire est d’une autre ampleur que le contournement des stérilités. Naturellement, les études qui sont faites sur le modèle de l’expertise médicale montrent que les enfants vont bien, ils aiment papa et maman quand ils les ont, s’adaptent bien au milieu scolaire… Ces études n’ont absolument aucune validité psychanalytique car la psychanalyse enseigne que c’est dans l’inconscient que cela se passe. L’adaptation scolaire ou le reste n’en dit rigoureusement rien, cela peut arriver au moment où un enfant va devenir père ou mère qu’il sera renvoyé à la manière dont il a été conçu.

En début d’année, vous participiez à l’Assemblée nationale aux Assises pour l’Abolition Internationale de la Maternité de substitution. Peut-on vraiment lutter contre ce « marché » international, en l’occurrence celui de la maternité ?

Je ne suis pas sûre que des possibilités courageuses d’interdiction soient possibles et tenables. Ce n’est pas une raison pour ne pas dénoncer le fait que la parenté devienne un marché ou une industrie.

Pour espérer endiguer cette pratique, il faudrait une législation internationale, ce qui est impossible. Et Internet rend la chose encore plus compliquée à contrôler.

C’est vrai. Mais si des pays expriment un refus, c’est quand même structurant pour les autres, et pour la pensée de manière générale : un enfant n’est pas un objet qui s’achète et se vend. Ici aussi, les conséquences politiques ou anthropologiques sont énormes : la perte de la différenciation, notamment dans le discours juridique, entre chose et personne. C’est ce qui fonde le droit. Et l’indisponibilité du corps humain — il n’est pas achetable, ne peut pas faire l’objet d’un contrat… — est balayée. Cela passe aussi par des effets langagiers : « mère porteuse », ça ne veut rien dire ; « grossesse pour autrui » laisse entendre « altruisme », « don », « générosité », c’est de la guimauve insupportable. Si l’on appelait les choses par leur nom, c’est-à-dire « contrat de location d’utérus », c’est un peu moins mièvre et plus proche de la vérité. Alain Finkielkraut avait écrit il y a des années que « pourquoi pas » était « le slogan même du nihilisme. »

Il y avait une volonté non-verbalisée chez les organisateurs de ces Assises de prouver que l’on peut être de gauche et s’opposer à une pratique comme celle de la GPA. Comment expliquez-vous qu’une telle position n’apparaisse pas immédiatement évidente ?

Votre question me fait un plaisir fou. Je suis issue des idéaux de gauche, j’ai donc vu avec épouvante la gauche s’identifier au progressisme dans un état de confusion incroyable. Je vais vous dire d’où vient cette confusion : « Si c’est la science, c’est bon et tous les autres sont obscurantistes », « Il ne faut jamais être d’accord avec l’Eglise catholique car c’est obscurantiste et régressif », tels sont les motifs invisibles. Les idéaux historiques de la gauche, ceux de la fraternité universelle, d’un monde régulé par la justice, ne tiennent pas le coup devant le désir d’enfants. Comment résister à un bébé de 3,2 kgs qui réclame son biberon ? La gauche est en fait très « embarrassée » par la question de la filiation, si concrète qu’elle bouscule la toute-puissance de la pensée.

J’étais trotskyste durant ma jeunesse, on militait chez moi, on apportait les journaux. Puis arrive mon premier enfant, une fille. Je m’attends à un comportement normal de mes amis, de l’attention, des compliments… Mais pas du tout, je les ai tous perdus. Parce qu’enfanter, c’était bourgeois. Les gens de gauche adorent la famille à condition qu’elle soit totalement transgressive par rapport au modèle un homme-une femme-un enfant, vécue comme insupportablement normative, et cela perdure alors que jamais le droit de la famille n’a été aussi peu contraignant.

Durant la polémique sur le mariage pour tous, on entendait beaucoup la droite dénoncer la GPA tandis que la gauche se taisait, quand elle ne se faisait pas carrément l’avocat de cette pratique…

J’étais personnellement contre. J’ai publié à l’époque avec Jean-Pierre Winter un article dans Le Débat, intitulé « Pour en finir avec père et mère », en essayant de déplacer les questions concernant les homosexuels, qui peuvent évidemment s’aimer et élever des enfants, ce qu’ils ont toujours fait dans l’histoire, à celle de la destruction des signifiants « père » et « mère ».

Autre tendance cette fois mais qui devient de plus en plus populaire, notamment aux Etats-Unis : l’encapsulation du placenta. Une Américaine a récemment saisi la justice dans le but de récupérer son placenta, pour ensuite pouvoir le consommer en gélules. L’un des bienfaits supposés de ces dernières serait de combattre la dépression post-partum chez la mère. Pensez-vous que cette méthode soit réellement efficace ou bien qu’elle n’ait qu’un simple effet placebo ? Bien que la placentophagie soit très répandue chez de nombreux mammifères, comment expliquer le fait que ces femmes se détournent des thérapies classiques pour se fier à une pratique dont l’efficacité n’a pas été réellement prouvée par la communauté scientifique ?

Parce que nous ne sommes plus dans la rationalité. Ces femmes sont emportées par le mouvement général dont je vous parlais. Le placenta c’est la nourriture du bébé et non la leur. C’est un mouvement archaïque inimaginable, c’est autophage. Cela ressemble à tout le reste : de l’archaïsme psychique associé à de la sophistication scientifique. C’est surtout caractéristique de notre monde utilitaire, où rien ne doit être perdu.

Cette tendance vient également d’un effet de mode aux Etats-Unis, où elle a été popularisée par des célébrités, qui ont par la suite incité d’autres femmes à faire de même…

Quand j’ai connu Jacques Testart (le préfacier du livre, Ndlr) au début des années 1980, il m’avait dit : « Tu verras, la fécondation in-vitro, les mères et belles-mères adorent ça. » Autrement dit, faire un enfant de la science, évincer le mari, le faire entre soi… Cela suivait aussi un effet de mode car cela entrait en résonance avec l’inconscient archaïque. Alors quel monde cela construit pour les générations qui nous suivent ? Un droit de la filiation qui n’existe plus, une défaite de la pensée.

Dans votre livre, vous évoquez l’idée d’une science devenue folle. Mais, sans rentrer dans le débat sur « qui de la poule ou de l’œuf », les sujets évoqués précédemment ne montrent-ils pas que c’est l’Homme qui cherche à repousser toujours plus les limites ? La science n’est-elle pas simplement un outil permettant d’assouvir cette recherche perpétuelle de dépassement ?

Bien sûr, les scientifiques ne sont que les acteurs d’un mouvement qui les dépasse. Mais je ne pense pas les choses seulement en matière de volonté de dépassement. Tout cela se développe sur fond d’effondrement des discours philosophiques ou religieux, qui racontaient à l’Homme son histoire, qui lui disaient qui il est. Il est important de remarquer que ce dont la science s’est emparée — la naissance, la mort, la transmission avec le génome qui est censé nous dire qui nous sommes — ce sont les grands moments de l’expérience humaine, qui étaient autrefois dévolus à des discours et représentations qui n’ont plus cours. Jusqu’à fabriquer ce retournement incroyable : des embryons congelés au début de la vie et des cadavres chauds à la fin, maintenus tels à des fins de prélèvement d’organes.

Frankenstein aujourd’hui : égarements et délires de la science moderne (Ed. Belin, 2016)

La responsabilité : la condition de notre humanité (Ed. Autrement)

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 16 Juin 2016 à 13h27

      Des Esseintes dit

      Madame ,vous avez publié là et je pese mes mots L ARTICLE LE PLUS IMPORTANT SUR LES CONSÉQUENCES SOCIÉTALES de ces techniques de Procréation Médicalement assistés depuis que la “gôche” n ‘a plus le monopole du “dogme ” en la matière ?je le lis ,je le relis , je le fait lire autour de moi car vous dénoncez dans l’attitude de la pensée de gauche dont vous êtes issue la même dérive que celle de ces medecins convaincus de la justesse des theorie de Harvey sur la circulation du sang disaient à l’époque “Mieux vaut avoir tort avec Gallien que raison avec Harvey”!

    • 15 Juin 2016 à 17h43

      IMHO dit

      Psychanalyse catholique : un sous-marin à voile.
      En effet catholicisme = langue de bois et idées en carton-pâte .
      Et psychanalyse = parole libre et écoute .
      Un psychanalyse chrétien c’est Teilhard de Chardin en moins comique .

      • 16 Juin 2016 à 0h43

        Lector dit

        oui. Je vous écoute. Vous disiez donc que votre père était scaphandrier. Intéressant. Continuez.

        PS : “un sous-marin à voile”, magnifique ! C’est du grand Fred. Oui Fred, pas Freud. Le dessinateur de Philémon.

        • 16 Juin 2016 à 10h33

          IMHO dit

          Pas mal, ça, Lector. Rigolo . On voit que vous êtes en analyse !
          PS ” sous-marin à voile” est une vieille plaisanterie
          A ne pas confondre avec la même expression récente pour “femme de djihadiste”.

        • 16 Juin 2016 à 15h40

          Lector dit

          raté IMHO, ce n’est pas le cas. Un clinicien décèlerait tout de suite que ma caricature de psy est plutôt d’un genre cinématographique. Encore que chez Moretti par exemple, la figure du psy soit plutôt muette, et ça c’est sans doute typiquement une angoisse d’analysé : “il m’écoute ou pas ?”

      • 17 Juin 2016 à 23h09

        Singe dit

        Visiblement vous n’avez pas lu Teilhard

      • 18 Juin 2016 à 6h52

        IMHO dit

        Si je n’avais pas lu Teilhard de Chardin, il y a longtemps, il est vrai, je n’en parlerais pas comme d’un exemple de comique involontaire.
        Je viens d’ailleurs de le relire, mon souvenir était fidèle, relisez-le donc aussi:

        http://classiques.uqac.ca/classiques/chardin_teilhard_de/phenomene_humain/tdc_pheno.pdf

        Mais Teilhard était une âme pure et naïve, un jésuite raté, tandis que cette dame Vacquin ne manque ni de mauvaise foi, ni de méchanceté .

    • 14 Juin 2016 à 12h06

      Lady dit

      L’émission sur Arte L’UTERUS ARTIFICIEL à voir en entier pour ne pas se contenter de la vision tronquée de Mr.? qui n’en propose que 2 ou 3 mn sur ce fil avec commentaire fantaisiste.
      https://www.youtube.com/watch?v=5VhgAY7hSF0

      • 14 Juin 2016 à 18h26

        IMHO dit

        Maintenant que vous l’avez retrouvée, cette émission d’Arte, il ne vous reste plus, my dear lady, qu’à la regarder .
        Vous verrez que l’utérus artificiel que des savants essaye de faire, sera ou serait une couveuse pour des grands prématurés, dans laquelle les foetus mis au monde trop tôt seraient raccordés à une circulation sanguine artificielle, qui leur apporterait de quoi continuer à se développer et à naître pour de bon à terme .
        Je ne vois pas ce qu’on peut reprocher à un désir et à une volonté de sauver la vie de dizaines de milliers de nouveaux-nés, d’autant plus que c’est très difficile à faire .
        Par contre, ceux à qui je vois des reproches à faire, c’est à ceux qui savent ce que signifie l’expression “utérus artificiel’ et qui laissent quand même circuler une élucubration de science-fiction de pacotille selon laquelle des savants sans conscience chercheraient à faire pour les homosexuels et les femmes de milliardaires un engin dans lequel il suffirait de déposer un blastocyste pour qu’il en naissent un enfant neuf mois plus tard, ce qui éviterait d’ailleurs le recours à une location d’utérus, ce qui serait un bien, moralement, il faut savoir ce qu’on veut .
        Ce utérus artificiel-là, n’est pas plus réalisable que les montres molles de Salvador Dali.
        Et il est méprisable de laisser des gens crédules le croire .
        En annexe une page qui vous montrera qu’il est ridicule de croire
        à l’utérus artificiel des prophètes de malheur.

        http://www.embryology.ch/francais/gnidation/etape02.html

        • 15 Juin 2016 à 13h25

          Lector dit

          comme il était ridicule de croire qu’un jour l’Homme se déplacerait dans les airs ou sous les eaux, et par delà l’exosphère.

    • 14 Juin 2016 à 10h01

      persee dit

      Adolescent , je lisais le Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley, qui décrivait l’anticipation d’une société où les humains catégorisés naissaient hors d’un corps humain , dans des usines : c’est l’ectogenèse . Effrayant pour moi . Certain généticien qui n’en nient pas la possibilité technique disent :”s’il y a un marché cela se fera “.Nous voila rassuré , sur les motivations humanistes des beaux esprits libérés de toutes les contraintes familiales …..Beurk

    • 14 Juin 2016 à 9h56

      thierryV dit

      La jouvence , le corps et la mécanique qui n’a rien de céleste . La peur d’une mort qu’on s’est acharné à détacher de son enveloppe spirituelle (raison ou pas, de quoi se mêle t on ?) fait faire ,à nos contemporains ,les pires tentatives pour prolonger la grâce de la vie .
      Nos frimousses tendues par un bistouris trompeur , nos seins soulevés comme des verges et peut être un jour nos sexes en titane polis et auto lubrifiants , feront de nous des monstres . C’est déjà bien parti et c’est tragique.

      • 14 Juin 2016 à 10h11

        IMHO dit

        Nos frimousses tendues par un bistouris trompeur , nos seins soulevés comme des verges et peut être un jour nos sexes en titane polis et auto lubrifiants , feront de nous des monstres.
        Mais mon cher thierry, il y a un écrivains de sexe-fiction en vous i
        Ecrivez donc,que ça sorte et que ça vous fasse du bien, et à nous aussi

      • 14 Juin 2016 à 11h28

        2HARDEL dit

        Whaooo ! Superbe, thierryV ! 

        Superbe et terrifiant. Brrrrrrr……   ‘°-O

    • 14 Juin 2016 à 0h38

      Lector dit

      Aux détracteurs en goguette de la psychanalyse :
      Connais-toi toi-même, enseignement socratique ; ça ne vous plait pas ?
      Conan Doyle non plus ? Je veux dire, vous n’aimez pas résoudre des énigmes ? Moi je trouve ça passionnant de jouer les Sherlock de sa propre histoire, et fort utile. Et ce n’est que le début, quasi que le haut de l’iceberg (encore un psy celui-là!)
      Quand je vois le nombre de gens qui a l’esprit mal tourné comme on dit ou mal placé, bref des personnes qui s’amusent en produisant des interprétations licencieuses, voire salaces, de propos anodins mais possiblement équivoques (“équivoque maudite” chantait Boileau dans les satires) ou d’une espièglerie railleuse brandissent un lapsus x ou y, je cale amis ! Ben alors quoi ? “Tout le monde est pour le transhumanisme” ? Pas sûr. Mais en revanche (c’est le cas de le dire:)) vous êtes tous des enfants post Sigmund ou des personnes d’après Jung ! Epicétou ! :D

      • 14 Juin 2016 à 11h21

        2HARDEL dit

        Lector, bonjour !
        Là, je vous suis tout à fait. (Pas comme pour les conseils pro-PiCi que vous avez prodigués à ce malheureux Wil, un peu plus bas…)

        Si la psychanalyse ne guérit pas les névroses, elle permet du moins de mieux les identifier, et de vivre avec. 
        Elle peut aider, par exemple, à mieux se supporter. Ce qui n’est pas rien.

        Bien sûr, ce genre d’angoisse reste étranger à certains, qui s’entendent plutôt très très bien avec eux-mêmes… 

        Tant mieux pour eux.   ;-)

        • 14 Juin 2016 à 11h53

          Lector dit

          Bonjour à vous 2H

          c’est ce que je disais, ça aide. Et puis comme disait un psy de mes amis : les névroses c’est bon, c’est ce qui nous fait agir. Rappelant aussi l’essence psycho de notre condition humaine : la conscience -précoce ajouterais-je- de notre mort prochaine. Pour un psy, tout le monde est névrosé, disait-il en conférence à son public, alors quand vous vous êtes dit : “on est venu voir le fou”, vous n’aviez pas forcément tort (c’étaient en substance les prolégomènes de cette conf’).

          Maintenant il y a des gens qui font semblant, qui prétendent qu’ils vont bien, tout le temps. Ce genre qui peut finir par faire un “brun out”, ou ne pas comprendre qu’une dépression leur tombe un jour sur le coin de la tronche. Et ça arrive de plus en plus. Ils auraient mieux fait de consulter.*

          Ceci dit, il y a d’autres activités qui peuvent avoir de bons résultats thérapeutiques : le théâtre, la danse, la musique, la peinture… la pratique de arts, pas forcément intellectuelle… “faire” comme disait Gainsbourg.

          PS *La dépression les angoisse terriblement ; preuve en est, quand ça leur tombe dessus voilà par exemple ce qu’ils disent (encore un témoignage récent d’un ami ébéniste cette fois) : “je dois bien avouer que j’ai fait une dépression”.

          Avouer ? Comme si c’était un délit ?

        • 14 Juin 2016 à 15h43

          i-diogene dit

          Bé oui, la dépression est une maladie comme une autre, mais même si tout le monde est plus ou moins névrosé, une infime population tombe effectivement dans le burn out ou la dépression..

          Une introspective perso peut-être aussi la cause d’ une dépression..

          Du coup, si certains font régulièrement des examens médicaux pour échapper à la moindre maladie, à mon sens, c’ est proche d’ un syndrome hypocondriaque..

          Perso, je décide où je vais, la carcasse se débrouille pour suivre..!

          Tant que ça fonctionne comme ça, je ne vois pas l’ intérêt de me tâter le poul à chaque instant, ni de me demander pourquoi je préfère les brunes de la trentaine..!^^

        • 14 Juin 2016 à 23h31

          2HARDEL dit

          Bonsoir à vous, Lector.
          Là, je vais essayer d’être sérieux, autant que faire se peut. Je ne me vois pas dans le rôle
          Mais n’est-ce pas, après tout, le sujet de notre conversation ? 

          Lector, je ne vous suis pas sur deux points.  Je ne parle qu’à travers mon expérience, évidemment biaisée par mon environnement professionnel et social. 
          1/ [...] il y a des gens qui font semblant [...]

          Pas tant que ça. L’immense majorité des bananés amoureux de l’existence, de leur existence, et de leur petite personne, pullule.
          Ils ne font pas semblant, car ils sont totalement dépourvus du bagage intellectuel et culturel indispensable qui leur permettrait de se moquer d’eux-mêmes.
          Toutes classes sociales confondues, d’ailleurs.
          Jean-Marie Messier en est un exemple tonitruant. 
          Mais je connais des machinos tout aussi fiers de leur connerie. Tout aussi dominateurs et sûrs d’eux-mêmes. 
          Or, ces gens là NE SONT PLUS DE VRAIS MACHINOS. Qui imposaient le respect par leur expérience et leur savoir-faire.

          2/[...] il y a d’autres activités qui peuvent avoir de bons résultats thérapeutiques : le théâtre, la danse, la musique, la peinture… la pratique de arts…[...]

          NON ! Non, non, non et non !
          Ces activités ne sont que… des “activités”. De groupe.
          Qui peuvent être bénéfiques, sans doute, pour des personnes en mal de compagnie. Les scouts aussi peuvent être une solution. Ou les cours de macramé. Mais la notion de TALENT y est repoussée avec effroi.
          Ainsi font-elles, ces activitésl’impasse sur l’essence même de la névrose.
          Elles ne peuvent être en aucun cas une plongée solitaire — mais encadrée — au fin fond de soi. Vers la quête infiniment douloureuse de la rupture entre le Ça, le Moi, et le Surmoi. (Pour schématiser).    

        • 14 Juin 2016 à 23h50

          gigda dit

          Eh bien disons, au moins (lector et 2H) qu’on peut rire bien mieux avec un psychanalysé, de ses symptômes, qu’avec n’importe quel comportamentalisé, qui les prend très fort au sérieux ;). 
           

        • 14 Juin 2016 à 23h52

          2HARDEL dit

          …Bref, Lector, ne confondons pas psychothérapie comportementale de groupe, et rigolote parce qu’en plus on peut y draguer des brunettes de 30 ans quand on en a le double — mais ça marche-t-il vraiment, si on n’est pas pété de thunes, auquel cas, aucune raison de s’inquiéter, on a réussi, comme Séguéla — ne confondons pas, donc, la psychothérapie comportementale, qui peut avoir de bons résultats de surface, et l’analyse individuelle, douloureuse, exigeante, coriace, terrifiante parfois — mais toujours encadrée par un homme ou une femme de l’Art compétent et attentif — qui peut finalement nous aider à nous supporter nous-mêmes.

          C’est un but, oserai-je dire un Graal, qui, je le répète, n’est pas la source de mal être du plus grand nombre. D’ailleurs, vous lirez les commentaires bas du front…

          Salut, Lector ! Vive, valeque ! 

        • 14 Juin 2016 à 23h58

          2HARDEL dit

          @ gigda
          Je croise les doigts pour que ça arrive au bon endroit… [Toujours un peu angoissé, malgré tout... °-) ]

          Eh ben merci Gigda ! Ça fait plaisir. Pour une fois que j’envoie un post sans un seul gros mot !  

        • 15 Juin 2016 à 0h17

          gigda dit

          2H, je pense que vous étiez au bon endroit ? mais pourquoi y aurait il eu des gros mots ?

        • 15 Juin 2016 à 13h36

          Lector dit

          l’Gene : dépression “infime population” ? Bah regarde les stats de suicide chez les employé de FrTel depuis Th. Breton et dans le monde agricole. Ce n’est pas une “maladie comme une autre”, tu ne soigne pas une dépression à coup de médocs.

          2H en 1 vous êtes trop optimiste. En 2, vous êtes trop empressé et pessimiste (musique, peinture, littérature ne sont pas obligatoirement des activités de groupe). D’autre part je ne dis pas qu’elles permettent l’introspection mais qu’elles peuvent avoir une fonction thérapeutique.

          Gigda. Exactement !

    • 13 Juin 2016 à 23h32

      2HARDEL dit

      ‘soir !
      A y est, j’ai retrouvé mon vieil iMac G5. Bientôt 13 ans de bons et loyaux services. Un brin vétuste, mais pas un ennui. Tant pire pour les propriétaires de PiCizes Windaubés à donf’ qui durent 3 ans.  °-)

      Alors, pour Orlando, je conseille chaleureusement le roman de Virginia Woolf. Il n’est pas sans rapport avec l’Évènement. Le mythe de l’androgynie à travers les âges y est finement développé par l’auteuse. Enfin, j’dis ça…

      D’autre part, outre un petit bonjour en passant à cette heure tardive, je voulais simplement dire que les niards, c’est déjà insupportables. Ceux des autres, c’est une horreur.
      Mais si en plus on peuple la planète avec des rejetons de machines, je préfère retourner au GNU illico.

      Car si certains ici semblent être des fanatiques de l’existence en général, et de la leur tout particulièrement, au point d’envisager, sans crainte du ridicule, se faire greffer un  cœur de cochon et des reins de babouins, histoire de la prolonger, leur minuscule existence qui ne sert à rien du tout, de quelques mois, eh bien pas moi.

      Au fait, à ce sujet…  Vous ai-je déjà entretenu de  l’A.I.R. ? Action Individuelle Radicale… 
      Non ?
      Bon, ce sera pour une autre fois. Là, fait sommeil.
      Bonne nuit à toustes ! (2H) 

      • 13 Juin 2016 à 23h35

        2HARDEL dit

        J’oubliais.
        Félicitations et remerciements au meneur de cette belle entrevue, Vadim Rubinstein. 
        Pas si fréquent. 

        Salut ! 

      • 13 Juin 2016 à 23h39

        Wil dit

        2HARDEL dit”A y est, j’ai retrouvé mon vieil iMac G5. Bientôt 13 ans de bons et loyaux services. Un brin vétuste, mais pas un ennui. Tant pire pour les propriétaires de PiCizes Windaubés à donf’ qui durent 3 ans. °-)”
        Franchement,vous m’avez presque convaincu de passer sur Mac.4 PC en 10 ans et je parle pas de l’ergonomie de merde.Pfff…je crois que la prochaine est la bonne.

        • 13 Juin 2016 à 23h45

          Lector dit

          passe en linux, il y a de nombreuses distributions complètes efficaces ; d’un formatage linux j’ai même restauré un vieux HP (plus de dix ans) alors qu’une boite d’informaticiens prétendaient que ce PC était fichu parce qu’ils n’arrivaient pas à installer Windaube dessus.

        • 14 Juin 2016 à 10h55

          2HARDEL dit

          WIL !
          N’écoutez surtout pas ce que dit Lector ! C’est un geek, presque aussi balèze que Parseval.
          Pour faire ce qu’il vous conseille, il faut s’y connaître en informatique, et aimer la bidouille.
          Mais si comme moi vous n’y connaissez rien, et que ça vous ça vous emmerde, n’hésitez plus. GO MAC !
          Ça marche !  °-D

          https://www.youtube.com/watch?v=jLYrBsCpP5o

        • 14 Juin 2016 à 12h22

          Lector dit

          WIL !
          N’écoutez surtout pas ce que dit 2HARDEL, c’est un consommateur de la pire espèce spectaculaire, la preuve : he goes mac ! C’est lui le geek ! :D

          Moi, je vous conseil plutôt un OS libre, gratuit, plus rapide à installer que la pomme ou la daube, dans une suite bureautique complète (libre office préinstallé sur Mint) en français… par contre évitez Sony qui tatoue ses pc. Ceci dit, sur n’importe quel pc vous pouvez sans installer linux tester différentes distributions “toutes prêtes” sur dvd live ou clé usb bootable :

          http://www.commentcamarche.net/faq/16953-installer-linux-avec-sa-cle-usb-creer-une-cle-usb-bootable

          PS il y a plein du tutoriels sur utube.

        • 14 Juin 2016 à 19h30

          2HARDEL dit

          ALORS ça c’est fort ! Nom du GNU ! 
          Moi, me faire traiter de consommateur spectaculaire ! 
          Alors que j’ai le même ordi depuis plus de 12 (DOUZE) ans, sans même avoir ne serait-ce que l’envie d’en changer…
          Eh oui. C’est un Mac OS X.
          Et tenez vous bien, Lector, mon encore plus vieux ((20 ans) Powerbook Macintosh 145B, portable N&B, bien sûr sans l’Internet, je le garde en sécu (un peu  aussi parce que je suis un indécrottable sentimental) pour le traitement de texte ! 
          Car il bande encor’ ! Car il bande encor’ ! 
          Alors, l’amateur de Logiciels Libres, hein, ça vous en bouche un coin, comme on disait dans l’temps, j’espère !  °-DDD

          Voilà, Wil. à vous de choisir. Mais si, comme moi, vous n’avez pas compris un mot sur deux de ce que vous a expliqué l’excellent Lector, alors, faites comme moi : GO MAC !

           VIVE APPLE ! 

        • 15 Juin 2016 à 13h38

          Lector dit

          2H mon ordinateur connecté est plus âgé que le vôtre. Et toc ! :D

        • 16 Juin 2016 à 0h27

          2HARDEL dit

          Ah évidemment, Lector , si vous appelez à l’appui de vos propos, qui demandent vérification par huissier, les plus grandes répliques “ET TOC !” du théâtre de boulevard de la fin du 19ème siècle (et en même temps que je tape je cherche désespérément la pièce et l’auteur pour vous épater mais ça me revient pas tant pis), et ben euh tout ça, je sais plus où j’en suis, eh ben tout ça demande une investigation approfondie.

          ET TOC VOUS MÊME, D’ABORD !!!
          °-))) 

        • 16 Juin 2016 à 0h38

          Lector dit

          :) les huissiers je les attendrais plutôt avec du 12 ! Et tac ! :D

    • 13 Juin 2016 à 23h21

      IMHO dit

      Ainsi, à l’inverse de formes variées de thérapies cognitives et d’autres psychothérapies, pour lesquelles des preuves objectives et irréfutables existent maintenant – à la fois en tant que thérapies isolées ou en tant qu’additions au traitement pharmacologique – il n’y pas de preuve irréfutable, à part des impressions subjectives, que la psychanalyse est meilleure que la thérapie non analytique ou le placebo.

      Eric Kandel . Prix Nobel de Médecine 1999

      • 13 Juin 2016 à 23h29

        Lector dit

        encore un incrédule qui défend sa paroisse ! :D

      • 13 Juin 2016 à 23h34

        Wil dit

        Il risque pas d’y en avoir un des preuves irréfutables de l’efficacité de la psychanalyse simplement parce que comme dans toutes les sciences molles elle a affaire à l’être humain qui n’est par essence pas fiable en tant qu’entité parfaitement objective.

        • 13 Juin 2016 à 23h38

          Lector dit

          preuves irréfutables mon cul, il y a les faits (voyez du côté de Dolto l’ai déjà dit). Et puis la psychiatrie chimique et l’électrothérapie ont fait et font bien plus de torts à l’humain que la psychanalyse.

        • 13 Juin 2016 à 23h42

          Wil dit

          T’as surement des études sérieuses qui prouvent que la psychanalyses est efficace.
          J’attends des liens,des textes,des dates,autre chose que Dolto,la maman de Carlos.Je veux dire des trucs sérieux quoi.

        • 13 Juin 2016 à 23h48

          Lector dit

          ouep, de nombreux témoignages surtout, et justement de gens qui ont travaillé avec elle.
          C’est marrant les anti-psy me renvoient tjrs sur Dolto à Carlos, je connais ça par coeur du coup, rien que de très prévisible et ignorant.

      • 13 Juin 2016 à 23h35

        Lector dit

        je vais t’dire, ce qui me fait marrer c’est par exemple ce discours qui prétend que les neurosciences mettraient en danger les psychanalystes qui de fait abhorreraient cette partie de la Recherche, alors que tous les psys que je connais se passionnent pour ces dernières découvertes !

        • 14 Juin 2016 à 10h08

          IMHO dit

          Les neurosciences sont constituées de deux sous-catégories:
          la première appartient aux sciences et particulièrement à la biologie, la chimie, les mathématiques et la bio-informatique, c’est la neurobiologie.
          La seconde catégorie est la science de la cognition qui est plus proche de la psychologie voire de la neuropsychologie (qui est une spécialité en sciences humaines) .
          Il s’agit de deux formations différentes et de deux approches différentes.

          Wiki, bien sur.

          Que les psychanalystes mondains cherchent dans la neuropsychologie des étais pour leur constructions,
          c’est logique, mais qu’ils craignent pour leur château de cartes les séismes causés par les inéluctables découvertes de la neurobiologie, est tout aussi logique .
          Imaginez cela, un patient aussi névrosé que riche qui se passe de vos services maïeutiques en prenant une pilule avec son café au lait !
          Et la Sécu qui vous coupent les vivres du coup !
          Souvenez-vous de votre manuel de l’école de la vie :
          Question: comment sont les psychanalystes mondains ?
          Réponse : querelleurs, froussards et plus cupides qu’un usurier chinois .
          Question: comment sont les psychanalystes catholiques
          Réponse : ce ne sont pas des psychanalystes.

        • 14 Juin 2016 à 12h26

          Lector dit

          mouef, moi je ne théorise ni ne wikipédie, je vous témoigne de ceux et ce que je connais, observe, de manière tangible.

        • 14 Juin 2016 à 16h02

          i-diogene dit

          Bah, la psychanalyse, ce n’ est qu’ une nouvelle religion, l’ analyste étant le gourou..!^^

          Mais, je ne critiquerai pas plus: la liberté intellectuelle n’ est pas accessible à tout le monde et je comprend parfaitement que la peur du vide, ça peut terroriser: vivre sans une trame spirituelle ou un gourou, c’ est s’ engager personnellement à chaque instant..

          Je classe tout ça dans les spiritualités et autres superstitions..

        • 15 Juin 2016 à 13h40

          Lector dit

          c’est un point de vue. Mais tu oublies que c’est aussi une méthode.

    • 13 Juin 2016 à 23h10

      IMHO dit

      Un utérus artificiel, appelé aussi matrice artificielle, est un dispositif théorique d’ectogénèse qui permet une grossesse extracorporelle, à savoir la croissance d’un embryon ou d’un fœtus en dehors du corps d’un organisme femelle qui mènerait normalement cet embryon ou fœtus à terme.
      L’idée en fut pour la première fois formulée par le biologiste britannique J.B.S. Haldane, dans les années 1920.
      Un utérus artificiel, comme un organe de substitution (ex. : le rein artificiel), pourrait être utilisé pour aider les femmes dont l’utérus est endommagé ou malade à développer le fœtus à terme.
      Il a également la possibilité de déplacer le seuil de viabilité des prématurés à un stade beaucoup plus précoce de la grossesse.

      Extrait de l’article Wiki .
      Il ne s’agit donc pas de faire un organe artificiel dans lequel on placerait l’ovule fécondé in vitro, qui s’y développerait comme dans un utérus, d’abord parce que c’est impossible: l’embryon se niche dans la paroi de l’utérus et se relie à elle par des vaisseaux sanguins, comment ferait-on cela en matière non-vivante, et ensuite par ce que personne ne le demande, l’emprunt d’utérus étant disponible pour héberger l’embryon d’une femme qui ne peut le faire.
      Ce qu’un laboratoire japonais cherche à construire c’est une super-couveuse, dans laquelle le foetus déjà presque viable pourrait aller à terme .
      C’est tout. Donc …. concluez vous-mêmes.

      • 14 Juin 2016 à 0h20

        Lector dit

        on sait, du moins j’en étais informé. Et que conclure ? Ou observer. Que ce qui est impossible aujourd’hui, une fois encore, ne le sera plus demain ; d’une part (qui imaginait un steak/muscle produit à partir de cellules souches hier?).
        Pour l’autre part : eh bien une batterie d’enfants prématurés en couveuse japonaise conduite par des robots. Et en l’an 3085, qui sait, les singes… chique planète…

      • 14 Juin 2016 à 10h17

        IMHO dit

        Par contre, le con artificiel, c’est déjà une vieille invention,
        pas celui en plastique mou, celui en peau de beauf’.

        • 14 Juin 2016 à 10h26

          durru dit

          Face à celui naturel qui se montre ici tous les jours, ça ne pèse pas lourd.

        • 14 Juin 2016 à 10h38

          IMHO dit

          Bien répondu ! Pour une fois .

    • 13 Juin 2016 à 21h31

      IMHO dit

      Etant donné ce qui a été fait à Orlando hier soir, aujourd’hui était-il le jour où il fallait publier cet article, avec ce titre, ce contenu dogmatique, furibond et incohérent, contre la procréation non canonique, alors que sur ce sujet on a écrit mille articles homophobes depuis quatre ans, dont plus de cent dans Causeur ?
      N’est-ce pas déplacé et indécent ? Aujourd’hui n’était-il pas plutôt le jour d’un examen de conscience, le moment de se demander si ceux qui ont voulu susciter en France une hystérie homophobe ne sont pas métaphysiquement coupables de la tuerie d’Orlando ?
      Et, faisant ici un aveu qui me coûte, ceux qui m’ont inspiré cette horrible pensée que cette publication n’était peut-être pas une inadvertance, ne sont-ils pas coupables eux aussi ?

      • 13 Juin 2016 à 21h37

        Lector dit

        déplacé et indécent ? Non, pas plus que ce ne le serait de manifester pour ses droits alors que l’état d’urgence est prolongé. Arrêter de penser ou d’agir après chaque attentat serait la victoire du terrorisme.

        • 13 Juin 2016 à 21h47

          i-diogene dit

          Oui, Lector, les médias s’ éclatent car ils n’ ont jamais eu autant de grain à moudre..

          Ca manque de recul, toutes ces analyses médiatiques..

        • 13 Juin 2016 à 21h57

          Lector dit

          ouep l’Gene, on pourrait même penser que ce qui est indécent c’est de réagir au quart de tour dès que tombe une info.

        • 13 Juin 2016 à 22h17

          durru dit

          Au fait, y’avait beaucoup à être indignés que les médias français parlaient plus de Marseille que d’Orlando. Dure dure la boboïtude…

        • 13 Juin 2016 à 22h35

          i-diogene dit

          Parfois, j’ en écoutais des “pros d’ la causette”, sur BFM TV et consort…

          Sans prendre parti, j’ aurais aimé les mettre en face de leurs contradictions, leurs formatages politiques, religieux ou sectaires.

          C’ est d’ ailleurs un peu pour cette raison que je viens sur Causeur: l’ avantage, c’ est que quand je me plantes, quelques-uns, dont toi, me démontrent mes erreurs…

          Bon, je ne parlerais pas des Durru et compagnie qui remplacent l’ argument par l’ insulte hautaine : “t’ as rien compris..!”..!^^

          .. Mais que font les animateurs..?

        • 13 Juin 2016 à 22h58

          Lector dit

          l’Gene, sinon il y a LCP où faire l’internaute citoyen vigie ou je ne sais quoi, comment ils nomment ce truc interactif avec webcam. :D

        • 13 Juin 2016 à 23h08

          i-diogene dit

          Merci Lector, mais vu que je suis rarement en France, je n’ ai plus accès à ce genre d’ émission..

          Mais, bon, Causeur, ça me va bien, le but, c’ est d’ échanger des points de vues, et surtout de se marrer..!^^

        • 13 Juin 2016 à 23h16

          Lector dit

          mais justement, t’imagines : “et maintenant place à notre correspondant vigie citoyenne depuis l’étranger”, ça biche !

          “Alors Gene, que pense-t-on de la tuerie d’Orlando à Singapour ?” Le mois suivant : “De la GPA à Bangkok ?” etc.

        • 13 Juin 2016 à 23h27

          durru dit

          Diogène, un peu plus bas c’est toi qui sors la vanne du jour sur un argument on peut pas plus sérieux que j’avais donné. Comment veux-tu que je réagisse à un tel comportement infantile?

        • 14 Juin 2016 à 16h12

          i-diogene dit

          Durru,

          Reste donc dans ta cage de conformiste pathos… Tu y es en sécurité, et ce monde évolutif qui te terrifie, continuera de progresser sans tes lumières obscurantistes..!^^

      • 13 Juin 2016 à 21h54

        durru dit

        “contenu dogmatique, furibond et incohérent”
        Allez, un petit effort, dans le domaine du n’importe quoi on a déjà fait beaucoup mieux. Regardez plus bas.
        Sinon, belle tentative de culpabilisation. Toujours dans le domaine du n’importe quoi, évidemment.

      • 13 Juin 2016 à 22h07

        Renaud42 dit

        @ IMHO : Et le chantage à l’homophobie c’est pas indécent?
        Les gens qui sont morts ne sont pas avant tout de homos mais avant tout des êtres humains.
        De plus la procréation artificielle, sujet de cet article, n’est pas une exclusivité homo même si c’est un cheval de bataille LGBT.

        • 13 Juin 2016 à 22h33

          Parseval dit

          Tous des êtres humains, égaux, pareils, mêmes, indifférenciés, indifférenciables, colourless.
          Zig et zig et zig, quelle sarabande ! Quel cercle d’humains se donnant la main ! Zig et zig et zag, on voit dans la bande Robert gambader auprès de Grosbisou, Omar et Groscopain !
          Oh ! La belle nuit pour le pauvre monde ! Et vive la mort et l’égalité !

        • 13 Juin 2016 à 22h45

          IMHO dit

          Renaud, je sais que ce n’est pas votre vocabulaire :
          c’est vraiment faux-cul ce que vous avez écrit là.

      • 13 Juin 2016 à 22h19

        Martini Henry dit

        Métaphysiquement coupable, forcément métaphysiquement coupable comme disait l’autre folle…
        Mais oui. C’est la manif pour tous qui a métaphysiquement tué à Orlando et certainement pas un musulman… Et c’est ainsi que l’homme blanc, occidental et accessoirement chrétien, peut se livrer à son sport favori : se couvrir la tête de cendres et prendre sur lui tous les péchés des autres, dans un parfait réflexe tenant à son complexe de supériorité parfaitement raciste.
        Et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…
        À ce point de grotesque, je crois qu’il n’y a que les accusations de racisme de l’équipe de France de foot qui peuvent rivaliser.
        Mais, je ne désespère pas. On peut toujours mieux faire et certains ici semblent présenter pour cela de réelles dispositions…

      • 13 Juin 2016 à 23h13

        gigda dit

        Quel rapport faites vous entre ce crime odieux et l’article? 

        • 13 Juin 2016 à 23h15

          gigda dit

          @ pour IMHO tout au début

        • 13 Juin 2016 à 23h51

          Lector dit

          @Gigda, en passant, bonsoir. (Vous devriez peut-être remonter la question plus haut pour demain, elle serait plus visible.)

        • 13 Juin 2016 à 23h54

          durru dit

          Ah, mais c’est tout vu. La Manif pour Tous a prouvé que l’homme blanc occidental est foncièrement homophobe (parce que, voyez-vous, vouloir défendre une certaine idée de la famille et de la société est forcément homophobe).
          Et, comme Paris c’est la ville des Lumières, les Américains ont tous pigé de suite de quoi il retourne. Et le premier malin a trouvé le chemin le plus court pour mettre en pratique cet enseignement. Quand on pense au nombre de homos égorgés pour boire leur sang en marge de LMPT, ce n’est qu’un juste retour des choses, n’est-ce pas?
          Faut comprendre IMHO, il vit dans son monde virtuel, le réel n’a que très peu de prise sur lui, ou pas du tout.

        • 14 Juin 2016 à 9h36

          IMHO dit

          @gigda

          C’est dit dans ce que j’ai écrit, clairement, me semble-t-il, un rapport d’inconvenance entre deux événements, comme un discours polémique dans une cérémonie de funérailles, par exemple le rappel de la condamnation de l’homosexualité par l’Eglise à l’enterrement d’un homosexuel.
          Et aussi, le fait que haïr à haute voie est toujours dangereux et qu’il faut donc se l’interdire, car la haine est comme une onde qui se propage, c’est un déplacement d’énergie, qui se matérialise quand il y a une interaction avec une autre onde .
          Je crois que je peux me permettre cette comparaison, elle est fausse mais claire.
          Donc, il y a donc une culpabilité métaphysique au-delà de la culpabilité causale, comme il y a un déplacement
          d’énergie qui produit un déplacement de matière en certains points .
          Et pour résumer tout ceci en un mot: la publication de cet article hier, lendemain d’avant-hier, était tout simplement dégueulasse . Voila .

        • 14 Juin 2016 à 10h15

          durru dit

          Il y a une seule chose qui est dégueulasse, IMHO, c’est votre parallèle. Mais vous êtes tellement borné que vous ne vous en rendez même pas compte.

    • 13 Juin 2016 à 20h55

      i-diogene dit

      Monette Vacquin:

      - “..Tout cela se développe sur fond d’effondrement des discours philosophiques ou religieux, qui racontaient à l’Homme son histoire, qui lui disaient qui il est.”..

      Trente ans de travaux, et elle croit encore au Père Noël..!

      Encore une vingtaine d’ années de psychanalyse et elle prônera l’ ascenseur obligatoire dans les cheminées, parce que.. Quand-même, il se fait vieux, le p’ tit Papa Noël..!^^

      Quant au : “contrat de location d’ un utérus”.. Que dire de ceux qui donnent du sang, un rein, un oeil ou qui cultivent sur eux de la peau en vue d’ une greffe à un grand brûlé..?

      Dès l’ instant où il s’ agit de guérir une souffrance psychologique par une naissance désirée, la FIV, la GPA devraient être prises en charge par les assurances sociales, parce que dans ce cas, la guérison frisera les 100% de réussite, ce qui est loin d’ être le cas en psychanalyse (c’ est pour ça qu’ elle n’ est pas remboursée, d’ ailleurs..!^^)….

      • 13 Juin 2016 à 21h14

        Lector dit

        la psychanalyse n’a pas tjrs vocation à guérir, elle peut aider à comprendre l’origine d’un trauma et vivre mieux avec ; du moins une fois identifiée la cause du mal l’on doit pouvoir déjouer les effets. Y a pas d’histoire de 100% de réussite. Faut savoir de quoi on parle. Et puis vous me faites tous marrer avec vos sciences dures : combien de réussite de guérison du cancer par la chimio hein ? Pfffouarfff !

        • 13 Juin 2016 à 21h26

          i-diogene dit

          La science ne peut pas tout, mais quant elle peut, y’ a pas de raison de s’ en priver..

          Absolument, Lector: “il faut savoir de quoi on parle”..:

          Dans le cas de la souffrance d’ un couple stérile, la psychanalyse ne peut rien.. La chimio non-plus, d’ ailleurs..!^^

        • 13 Juin 2016 à 21h33

          Lector dit

          Note bien que je n’ai pas prétendu le contraire (dans le cas souffrance d’ un couple stérile). Encore qu’individuellement… et même en couple, faut voir, parce que c’est justement ce à quoi peut servir la psychanalyse : apprendre à gérer une souffrance psychique et qui pour le coup ne vient pas d’un trauma refoulé ; bref plus simple. Un coach quoi, en moins bête. Avec une jambe cassée tu te passerais d’une béquille ?

        • 13 Juin 2016 à 21h55

          i-diogene dit

          J’ ai un couple d’ amis qui est dans ce cas: ils ont tout les deux suivi une psychanalyse pendant des années..

          Au final, il ont acheté un bébé chien, qui ne consomme que de la viande de qualité, dans sa gamelle en porcelaine à son effigie, ils lui mettent une serviette, des bottillons quand il pleut, avec un imper en popeline haute couture, etc..

          . Sauf que c’ est un berger des Pyrénées, qu’ il est ingérable au point qu’ il doit consulter aussi..

          - Quant-à mes amis, ils ne supportent plus les enfants..

          Chouette bilan..!^^

        • 13 Juin 2016 à 21h59

          Lector dit

          :) nan c’est pas un bilan, ça s’appelle un transfert ^^

        • 13 Juin 2016 à 22h01

          Lector dit

          ou alors c’est le nom du clebs : “Transfert, viens ici !” “Transfert, donne la patte !” “Couché Transfert !”

        • 13 Juin 2016 à 22h03

          Wil dit

          Bon Lector ok dès qu’on parle de psy tu pars en vrille parce que ça te touche,on s’est déjà accroché dessus et on va surement continuer parce que c’est un sujet que je connais bien également vu que ça fait + de trente ans que je vois des psys en tous genres et que ça m’a jamais servi à rien à part à pire qu’au début,mais franchement si ton argument pour dire que la psy c’est bien parce que le taux de guérison du cancer par la chimio n’est pas meilleur…euh,t’as pas honte non!
          Allons,allons,tu vaut mieux que ça.
          Allez,let’s go pour l’engueulade la!hahaha!

        • 13 Juin 2016 à 22h14

          Lector dit

          oh non je ne pars pas en vrille, et ça ne me touche pas plus que ça. Par contre ça me fait marrer que plus d’un en parle en toute méconnaissance. Mais, va savoir, à défaut d’avoir fait moi-même une thérapie (un artiste se soigne autrement et couve avec avantage ses névroses mon cher), j’ai dû ne rencontrer dans mon travail et dans mon entourage que des psy intelligents qui sont des pointures. je ne nie pas qu’il puisse y en avoir de mauvais ; et puis il y a aussi des patient retors.
          En tout cas la psy c’est nettement plus sérieux que la PNL chez qui l’on retrouve tous les pervers qui précisément se méfient de la psy.

        • 13 Juin 2016 à 22h24

          i-diogene dit

          Transfert si tu veux, Lector, mais je te garantis qu’ ils auraient sûrement préféré avoir un gosse, même en GPA..

          Du coup, ils sont complètement neuneu avec leur clébard, et le plus grave, c’ est qu’ ils ne supportent aucun autre “gosse”..

          Moi, ça me fait triste, car je les ai connu jeune et si j’ avais un conseil à donner à des gens dans le même cas: tentez la GPA, même illégale, c’ est nettement plus bénéfique qu’ une psychanalyse..!^^

        • 13 Juin 2016 à 22h34

          Lector dit

          c’est pas “si je veux” c’est comme ça que cela se nomme voilà tout. Et sinon t’as qd mm compris que les problèmes de fertilité ne sont pas du ressort de la psy qui n’a aucune prétention curative dans ce domaine et ses dépendances. Par contre c’est un outil de réflexion et de connaissance de l’humain qui est un animal spirituel, langagier, psychique… et c’est en cela que l’article y fait allusion. Vous confondez l’outil intellectuel et la thérapie (son application) les gars ! Voilà tout.

        • 13 Juin 2016 à 22h37

          Wil dit

          Lector dit:” j’ai dû ne rencontrer dans mon travail et dans mon entourage que des psy intelligents qui sont des pointures.”
          Encore un effet de “l’apartheid social” de Valls sans doute;-)
          et tu dis:”un artiste se soigne autrement et couve avec avantage ses névroses mon cher”
          C’est beau(snif,snif),c’est chic,c’est snob,c’est bobo mais c’est bidon.
          Depuis que cette charlatanerie de psychat…psycho…truc,machin a été inventée,les artistes ont probablement et même surement été parmi les meilleurs clients, vu qu’ils ont du fric, de ces charlatans qui ne valent pas mieux que leur liseurs de lignes de la mains ou de cartes du Tarot.

        • 13 Juin 2016 à 22h43

          i-diogene dit

          OK, Lector, mais dans ce cas, l’ outil intellectuel ne sert à rien, puisque le peu d’ études réalisées sur des enfants dont un parent est inconnu, démontre qu’ ils se développent normalement et qu’ il ne propose pas grand chose d’ intéressant aux parents frustrés..

        • 13 Juin 2016 à 23h04

          Lector dit

          houlala Wil, tu ne prétends tout de même pas me connaître mieux, et mon métier, que moi-même qui le pratique ?
          On se demande qui part en vrille là…

        • 13 Juin 2016 à 23h07

          Wil dit

          Ca dépend,c’est quoi ton métier Lector?

        • 13 Juin 2016 à 23h13

          IMHO dit

          La chimio est de plus en plus efficace.

        • 13 Juin 2016 à 23h20

          Wil dit

          La psy aussi est de plus en plus efficace.La preuve,les français sont champions du monde de consommation de psychotropes.

        • 13 Juin 2016 à 23h54

          Lector dit

          ah non, on se fait damer le pion par la Chine et les USA aujourd’hui.

      • 13 Juin 2016 à 21h37

        scarlet dit

        Idiogene: Que dire de ceux qui donnent du sang, un rein, etc?
        Ben déjà, on note l’immense différence entre un “contrat de location” qui comporte toujours une contrepartie et le don, de sang et/ou d’organes qui est totalement gratuit. Donner un de ses organes, c’est un acte d’amour pour celui qui va recevoir cet organe.
        La location d’utérus, c’est un contrat pour acheter un bébé. Si on veut un enfant, on peut en adopter. Facilitons l’adoption mais n’autorisons pas cette marchandisation de l’utérus des femmes pauvres.

        • 13 Juin 2016 à 22h03

          i-diogene dit

          Scarlet,

          Location, pas forcément, il y a des dons aussi dans ce domaine..

          Tout comme il y a des ventes illégales d’ organes…

          Logiquement, ce sont les interdictions qui engendrent ce genre de commerce..

          L’ avantage de légaliser, c’ est que c’ est encadré et que ça empêche toute organisation mafieuse.

          D’ autre part les enfants proposés à l’ adoption viennent-ils de milieux aisés..?

      • 14 Juin 2016 à 15h20

        Emet01 dit

        Eh , l’i-dio de service, et l’adoption c’est pour les chiens ? Donner de l’amour quand on est stérile, c’est possible et en plus en faisant une bonne action !

        • 14 Juin 2016 à 16h22

          i-diogene dit

          Bin, rien ne t’ empêche d’ adopter, Emet, si tu es éligible..

          Maintenant, permet à d’ autres d’ avoir d’ autres choix.. C’ est QUOI, ce délire totalitaire, d’ interdire à d’ autres ce que tu n’ aimes pas..?

          SI tu n’ aimes pas pour toi-même, en quoi cela te concerne-t-il..?

          C’ est curieux, comme réaction..!^^

    • 13 Juin 2016 à 20h37

      Wil dit

      Quand j’entends parler de ce genre d’histoire,je suis toujours ébahi d’entendre ensuite des personnes supposément intellectuelles (notez que je n’ai pas dit intelligentes,réflexion et intelligence n’allant pas forcement de pair)dire comme Luc Ferry l’autre jour chez Alain Finkielkraut dans Répliques sur France Culture qu’il ne faut pas s’inquiéter que la science veuille faire de l’eugénisme pour faire “l’homme nouveau” parce qu’il y aura toujours des organismes pour réglementer le “machin”.
      C’est tellement ne rien comprendre à la psyché humaine la plus primaire et au consumérisme le plus banal que je me demande pourquoi continue-t-on dans les médias a demander leur point de vue sur “les choses du monde” à des gens d’une telle naïveté. “MDR” comme disent les djeuns.

      • 13 Juin 2016 à 22h06

        Lector dit

        salut Wil, c’est ce que je disais plus bas à propos de la même émission ; d’ailleurs Luc Ferry a beaucoup travaillé (dit-il) avec généticiens et anthropologues (pour se mettre à niveau, dixit) sur ces question mais pas avec des juristes… fait que… (voir plus bas)

        • 13 Juin 2016 à 22h11

          Wil dit

          Salut Lector.Désolé,j’avais pas pris la peine d’aller voir plus bas les commentaires.

        • 13 Juin 2016 à 22h28

          Lector dit

          y a pas de mal, par contre tu m’épargneras à l’avenir les procès d’intention ou d’état (plus haut) qui ne savent pas reconnaître et différencier un trait humour d’une “vrille”. J’ai plus le temps pour ce genre de polémique à la con.

        • 13 Juin 2016 à 22h58

          Wil dit

          Pas compris.

        • 13 Juin 2016 à 23h05

          Lector dit

          ouais ben idem plus haut vu que je ne parle pas en général ni à priori mais bien de ce que je connais.

    • 13 Juin 2016 à 19h16

      thierryV dit

      Une preuve de plus que l’occident poursuit sa course folle vers un monde de service a la personne . Et pour cela (le vrai progres Mme !)tout sera accepté .Et sans doute le pire .
      En effet tout est défendable intellectuellement parlant . Le pire a toujours ses propres arguments qui viennent ringardiser “l’ordre ancien”. A condition d’admettre que tout est possible (…) on se doit , avant, d’admettre que toute chose a ses limites . Si l’espèce n’est pas en mesure d’en tracer les contours , sous l’effet d’une course au monde nouveau ,alors oui ,l’avenir sera l’enfer ,mais ils ne le sauront pas tout de suite.

      • 13 Juin 2016 à 19h37

        Renaud42 dit

        L’amour n’existant que dans une relation actuelle et non pas projetée c’est au présent que l’enfer de la fabrication sans amour d’enfant existe, la fabrication technologique, ce n’est pas dans l’avenir. Fabriquer des enfants sans amour, le diable en avait rêvé, la société l’a fait.

        • 14 Juin 2016 à 18h31

          IMHO dit

          Ça c’est logique . J’aime bien .

    • 13 Juin 2016 à 19h01

      Parseval dit

      Les questions de bases sont légitimes et intéressantes* mais la façon de les traiter est peu heureuse. Je veux dire qu’il faut d’abord utiliser des arguments rationnels, les plus factuels et basiques possibles, ensuite on peur affiner et complexifier. Finalement, si vraiment on ne peut pas se retenir, on peut passer à la morale compliquée, à la religion et aux croyances doctrinaires diverses mais ça ne devrait pas être nécessaire et sûrement pas être utilisé en premier et seul moyen.
      Le mariage — ce contrat qui fait que père et mère ont cet éventail de significations que vous mobilisez — est depuis longtemps un lieu de fiction éloigné de la naturalité. De façon caractéristique on parle d’enfant naturel pour les rejetons nés hors mariage ; un enfant avec un père et une mère n’est pas naturel… (Moi aussi je peux faire des analyses sauvages.)
      Vous sous-estimez l’inventivité de nos ancêtre en matière de création de « situations inédites en matière de filiation ». Ça ne choquait par exemple personne d’avoir des enfants naturels/i> « nés de mère inconnue » (alors qu’elle l’était parfaitement).
      Ça part un peu dans tous les sens, dans la FIV il n’y a certainement pas d’externalisation de l’embryon, au contraire la personne veut à toute force l’internaliser.
      « Du point de vue psychique, un enfant pourrait penser qu’il est né d’un père réellement tout-puissant, car il est capable d’engendrer après sa mort. Ou bien d’une mère extrêmement puissante puisqu’elle aura aussi manipulé les lois, d’une certaine manière. » est purement délirant. « De la psychanalyse, rien n’est vrai que ses exagérations » mais tout de même…
      Au fait, comment analysez-vous ces commandements religieux qui prescrivent que le frère mort doit être remplacé auprès de sa femme par le frère vivant ? Il y a bien engendrement ultra-mortem.

      • 13 Juin 2016 à 19h15

        Parseval dit

        * Moi, qu’on décide d’abandonner ou de limiter très fortement la FIV, l’ingénierie génétique et tout le bazar, ça ne me dérangerait pas. Je sais bien que des gens sont très tristes de n’avoir pas d’enfant, mais enfin, tant pis… Et puis les autres engendrent dans la douleur alors chacun sa croix.
        PS. Oui, oui, c’est pas parce qu’avant on faisait n’importe quoi avec la filiation qu’il faut continuer. Mais on ne peut pas non plus faire semblant de le découvrir.
        PPS. La surpopulation, je suis bien d’accord, mais je me rends compte que ce n’est pas un argument très convainquant, tout cela est négligeable.
        PPPS. Il me semble très fortement que la consommation du placenta par la mère est une pratique très répandu — naturelle ?? — dans le monde animal. On peut bien sûr décider de rejeter la nature pour se lover dans les bras cybernétique et sophistiqués de la science et se laisser bercer par les complexes de toute puissance post-animale et trans-humaine (oui, ça ne veut plus dire grand chose, hop Garcimore, psycho-magie). C’est vous qui voyez…

        • 13 Juin 2016 à 19h47

          Lector dit

          la consommation du placenta, oui, dans le monde animal dont l’humain s’est extirpé en pratiques. Du coup régression.
          Et puis si toutes les “pondeuses” récupèrent leur placenta pour en faire des gélules à gober, pour la Recherche (même s’il y a possibilité de prélèvement de cellules souches dans la pulpe d’une dent par exemple) c’est pas terrible. On peut bien sûr décider de rejeter science et civilité… hummmffff

        • 13 Juin 2016 à 20h13

          i-diogene dit

          Parseval,

          Quelques remarques:

          - “. Je sais bien que des gens sont très tristes de n’avoir pas d’enfant, mais enfin, tant pis”…

          Bin,non, pas tant pis: Si tu ne souffres pas de l’ une de ces situations, en quoi la FIV te concerne-t-il..?

          - ” Et puis les autres engendrent dans la douleur alors chacun sa croix.”..

          FAUX : la plupart des accouchement, dans notre société, se pratiquent sous péridurale…

          Actuellement, peu de placentas sont récupérés afin d’ en extraire les cellules souches..

          Par contre, ils sont rachetés en totalité par des labos de cosmétologies afin que les femmes puissent s’ en oindre le visage (crèmes anti-vieillissement)..

        • 13 Juin 2016 à 21h43

          Lector dit

          moi je dis comme Chuck : il faut faire du savon haut de gamme avec la graisse des liposuccions de ces dames pour le leur revendre à cher prix ! Et toc ! La Nature ne procède-t-elle pas d’un cycle où tout se recycle ?! :D

        • 13 Juin 2016 à 22h57

          i-diogene dit

          De plus, des savons “amaigrissants”..!^^

          Pour les crêmes aux placentas, les extraits doivent représenter quelque chose comme 0,01 % de la composition, le reste étant du produit standard…!^^

          Les labos de cosmétologies, c’ est la même arnaque que Mme. Irma: aucune garantie de résultats..

        • 13 Juin 2016 à 23h01

          Lector dit

          savons “amaigrissants”. ;))))

          Et puis faut donner son sang pour que tout le monde puisse avoir des écrans à plasma^^

      • 13 Juin 2016 à 20h54

        durru dit

        Ce que vous n’arrivez visiblement pas à comprendre (que ce soit pour Parseval ou pour Diogène, je m’y suis habitué), c’est que des normes sociales qui ont mis des millénaires à se mettre en place et qui ont fait leurs preuves (car vous n’allez tout de même pas nous expliquer que la société régresse), même si elles ne sont pas parfaites (loin s’en faut), ne peuvent pas être complètement chamboulées du jour au lendemain sans conséquences pour l’ensemble de la société. A partir de là, tout discours foireux qui prône le relativisme absolu perd tout son sens.
        Si votre seul repère dans la vie c’est l’avenir lumineux et forcément parfait, ce n’est pas le cas pour l’immense majorité des humains. Celui qui disait “quand tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens” n’était pas complètement con.

        • 13 Juin 2016 à 20h59

          Parseval dit

          C’est révoltant d’être aussi bête.
          Vivement les robots positroniques.

        • 13 Juin 2016 à 21h05

          i-diogene dit

          Durru,

          - ..“quand tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens”..

          Ce genre de poncif lourdeau fait un piètre argument: si tu suis ce conseil au volant, il y a de fortes chances pour que tu emplâtres le cul d’ un camion..!^^

          Quant à tes ” normes sociales”, elles doivent s’ adapter à l’ évolution de l’ humanité, et non-pas l’ inverse..

          Mais, bon, puisque tu parles d’ intelligence, je te pose une colle: – peut-on demander à un conservateur réac, la moindre réflexion sur l’ avenir de l’ humanité…?
          - bin, logiquement, NON, puisqu’ il ne se sent bien que dans sa niche..!^^

        • 13 Juin 2016 à 21h24

          durru dit

          @Parseval
          Quand vous aurez compris que “le couple” ne veut pas dire la même chose que “la couple” (c’est à dire “joug”), vous pourrez parler de bêtise. Avant, vous devriez la fermer.
          @Diogène
          Que tu n’as rien compris à rien, je le savais déjà. Pourquoi m’en faire la preuve une nouvelle fois? Et tu enclenches la démultipliée, en plus…
          1. Quel rapport entre ma citation et ton histoire de volant, à part une vanne minable?
          2. Les normes sociales ont justement évolué, de manière continue, pour arriver à ce qu’elles sont aujourd’hui. C’est mettre tout à la poubelle d’un seul coup qui est dangereux.
          3. Aussi bizarre que cela puisse te sembler, les conservateur n’est pas forcément “réac” et il ne vit pas dans (et pour) le passé. Accessoirement, je n’en suis pas.

        • 13 Juin 2016 à 21h28

          Lector dit

          vous êtes chiés les gars ! “quand tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens” n’est pas lourd, c’est même assez pertinent pour le coup.

          Et les musées c’est de la crotte ?

        • 13 Juin 2016 à 21h31

          i-diogene dit

          Durru,

          Sur ce coup-là, t’ es plus conservateur et plus réac que jamais..!^^

          De plus, ton dicton de sonneur de cloches à la godille pue le vin de messe..!^^

        • 13 Juin 2016 à 21h33

          IMHO dit

          Ce n’est pas sa faute .

        • 13 Juin 2016 à 21h43

          i-diogene dit

          Lector,

          Quoi, dans les musées..?

          Les sarcophages, l’ art religieux, les pyramides..?

          Des scientifiques se sont penchés sur ces sujets… Pour en donner une explication..

          Mais, ce sont d’ autres scientifiques qui ont découvert le génome, et d’ autres encore qui ont permis d’ aller sur le lune..

          Il ne reste plus qu’ à démontrer le lien..!^^

        • 13 Juin 2016 à 21h48

          Lector dit

          “Quoi, dans les musées..?” L’Histoire de l’humanité y est conservée -> “regarde d’où tu viens”

          capisce ?

        • 13 Juin 2016 à 22h15

          i-diogene dit

          NON-NON, Lector,

          Le lien est surtout indémontrable, voire incongru, car la science n’ avance que pas à pas sur des mécanismes connus et vérifiables qu’ elle a produit elle-même..

          DOnc, tout le contraire de l’ histoire de l’ humanité qui ne s’ appuie que sur des interprétations, des récits, de la mythologie et des croyances..

        • 13 Juin 2016 à 22h45

          Lector dit

          ah bon ? Les crânes, les ossements, les ossuaires, les pointes de flèches, en pierre, en bronze etc, que sais-je encore, les bijoux, les colliers, les premiers instruments agraires etc. etc. l’imprimerie de Gutenberg, une armure, une coiffe… tout ça c’est du mythe ? Nan mais de quoi tu parles là ?

          Je me souviens d’une femme de ménage des parents d’un pote qui ne croyaient pas aux dinosaures quand on faisait nos maquettes de mômes… c’est des jouets pour les gosses… bah elle n’avait jamais mis les pieds au musée de l’Homme la pauvre…

        • 14 Juin 2016 à 16h37

          i-diogene dit

          Tu mélanges tout, Lector..:

          Voici un extrait de l’ histoire, vue au début du siècle..:

          L’ homme de la Chapelle aux saints, de type néanderthalien, avait été planqué pendant plus de quarante par le curé de la paroisse, sur ordre de son évêché, parce qu’ il ressemblait trop à un singe, mettant en danger les fondements-mêmes de la génèse..

          Il faut dire qu’ au début du siècle, la bataille créationniste/évolutionnistes faisait encore rage..!^^

          … C’ est la science qui a réhabilité son statut d’ homo habilis, pas l’ histoire ni le clergé..!^^

        • 15 Juin 2016 à 13h42

          Lector dit

          non je ne mélange pas tout c’est toi qui dérive sur un autre sujet alors que je tiens le fil du miens.

    • 13 Juin 2016 à 18h07

      ebolavir dit

      Je crois que les enfants (leur inconscient et tout ça) survivront très bien à la nouvelle qu’ils ont été assemblés dans un tube à essai, pourvu qu’ils sachent que quelqu’un qu’ils connaissent (ou dont ils ont entendu parler) a voulu qu’ils existent. Ils avaient déjà survécu à la conception en remplacement d’un mort (dans la famille Dali, Salvador a porté le nom de son frère ainé mort juste avant), ou pour être découpé afin de réparer un ainé ou un parent (les “enfants-médicaments” conçus pour servir de source à une greffe d’organe ; pas d’histoires de catastrophe après). L’espèce humaine a survécu à tout, même à l’élevage d’enfants pour la vente qui se pratique depuis des siècles dans les pays d’esclavage et/ou d’adoption commerciale. La seule nouveauté radicale serait la fabrication industrielle à partir des produits de donneurs anonymes (Brave New World) et l’élevage collectif par des professionnels, le véritable homme nouveau dont pas mal de gens ont rêvé tout haut, y compris des kibboutzim extrémistes.

      • 13 Juin 2016 à 18h19

        Lector dit

        Van Gogh aussi portait le nom d’un ainé mort en couche et accompagnait ses parents le dimanche sur la tombe de Vincent van Gogh ! On sait comment il a fini, le peintre. Alors demain, un enfant né du sperme d’un mort n’aurait pas de problème psychologique ? C’te farce !

        • 13 Juin 2016 à 19h09

          IMHO dit

          Lector, c’était jadis une coutume générale dans les familles paysannes de redonner le nom d’un enfant mort à un nouveau .

        • 13 Juin 2016 à 19h18

          Lector dit

          pas seulement IMHO, c’est surtout que le prénom était transmis de père en fils ; filiation tjrs…

          Le problème de Vincent (à mon avis) c’est d’avoir été emmené sur la tombe (pour dire vite car enfin c’est plus complexe que ce résumé symbolique). Alors un enfant qui apprendrait qu’il est né d’un mort, pour ainsi dire, quand la fécondation in vitro est faite avec le sperme d’un défunt… forcément ça peut construire un imaginaire un peu spécial…

        • 13 Juin 2016 à 19h20

          Parseval dit

          Ou alors de l’appeler “René”. (Je ne garantie pas l’authenticité de la pratique).
          Dans un article récent on ou a fait le coup de la folie avec Althusser.

        • 13 Juin 2016 à 19h37

          Lector dit

          Pas compris Parseval. René ? Et Althusser dans cette affaire ?

        • 13 Juin 2016 à 19h55

          Parseval dit

          René = Re-né (né à nouveau)
          Althusser c’est un autre cas de folie à cause de filiation avec des morts.

        • 13 Juin 2016 à 20h04

          Lector dit

          René = Re-né (né à nouveau)

          ah ben voui, je fatigue. Faut que je mange.

          Althusser à Sainte-Anne, l’article (lien Causeur que tu donnes) en parlait? (et Fred Lordon là dedans…), c’est quoi son histoire de filiation mortifère au marxien ?

        • 13 Juin 2016 à 20h12

          Parseval dit

          Oui, parce qu’une typesse de ND a dit que Lordon vaut bien Althusser. Notons que la compagne de Lordon est muraysienn. Ce que les causeux assoiffés de sang gauchiste se gardent bien de dire ou de savoir.
          Pour Althusser, je me cite :
          « Le père de l’étrangleur de la rue d’Ulm a épousé la fiancé laissée par son frère mort prématurément (Deutéronome 25:5, quoi).
          Il [Althusser-Ulm] a donc reçu le prénom de son oncle mort (tué à la guerre par un Allemand). Oncle qui aurait dû, s’il n’était pas mort, être le mari de la mère d’Althusser-Ulm et qui est resté le seul amour de cette femme (dit Althusser-ULM). Oncle qu’il détestait, semble-t-il, pour avoir été obligé de porter son nom et son souvenir.
          Donc, d’après l’article : Althusser-Ulm déteste son oncle auquel il s’assimile/est assimilé => il s’identifier à l’Allemand qui l’a tué => il tue sa femme juive. »

        • 13 Juin 2016 à 20h13

          Parseval dit

          Si tu mangeais ton placenta, tu n’aurais pas de problème d’inanition…

        • 13 Juin 2016 à 20h36

          Lector dit

          20h13 tu veux me couper l’appétit garnement ! Cannibale !

          20h12 haha la compagne de Lordon ! Ah mais, ce n’est pas la blonde Aude chroniqueuse… c’est elle ?

          Ah oui, qd même, on avait dû me raconter ça. Bouh !
          Et que répondait donc la femme étranglée de ce marxien ? Réponse : “Halte ! Tu sers !”

        • 13 Juin 2016 à 20h38

          Lector dit

          ah non mais j’ai faim ! :D pas “tu sers” mais “tu serres” bien sûr ! rhôôô

        • 13 Juin 2016 à 20h41

          Lector dit

          bon ben comme disait Jésus, l’autre : “j’vais faire un casse-dalle et me pieuter comme un enculé !” (de mémoire…)

        • 13 Juin 2016 à 21h21

          i-diogene dit

          En forme, Lector..!^^

        • 13 Juin 2016 à 23h11

          Lector dit

          yep l’Gene, l’épouse d’ “halte tu serres!” je me suis bien marré à la faire mais finalement je pense que je ne dois pas être le premier.

      • 13 Juin 2016 à 18h20

        Renaud42 dit

        L’aspiration essentielle d’une personne n’est pas survivre mais vivre.
        On peut survivre à beaucoup de choses ignobles.
        Le principe non aliénant de la sexualité c’est que le désir d’une personne pour une personne de l’autre sexe ait pour fruit un enfant. Ainsi l’enfant n’est pas directement désiré et donc pas aliéné à un répugnant désir d’enfant.

    • 13 Juin 2016 à 17h14

      Renaud42 dit

      Quel bonheur de lire cet article parfaitement argumenté tandis que la misère morale sévit depuis des années sur ces sujets.

    • 13 Juin 2016 à 15h23

      golvan dit

      Comme le dit l’auteur, il n’y a pas de problème d’infertilité à la surface du Globe mais bien plutôt un problème de surnatalité. 
      Les milliards dépensés pour la reproduction des Occidentaux, ou de la riche ploutocratie mondiale, en mal de transmission de leur gènes apparaissent donc, non pas comme un “transhumanisme” à vague connotation progressiste et folamourienne, mais plutôt comme une obsession narcissique, bien éloignée de la surpopulation des pays pauvres et n’ayant pas encore adapté leurs moeurs à l’abaissement de la mortalité infantile.
      Ces milliards dépensés ressemblent à ceux dépensés pour que des vieillards libidineux et qui bandent mou puissent se la jouer étalon grâce aux bienfaits de drogues dont la mise au point a coûté des fortunes qui auraient été mieux employées dans l’éradication de certaines maladies comme le paludisme.
      Mais le recherche médicale et pharmaceutique occidentale n’a pas toujours pour vocation de soulager les pauvres et les milliards dépensés doivent en amener d’autres en retour, pas forcément dans une logique d’éthique médicale mais surtout mercantile.  
      L’autre point à considérer dans ce genre de sujet est l’aspect statistique du problème, car heureusement autour de nous les gens continuent de se reproduire de la façon la plus naturelle qui soit. 
      Inutile donc d’accuser les catholiques, comme certains crétins l’écrivent sur ce fil, de s’opposer à un supposé “transhumanisme” car en l’occurrence on se trouve plutôt confrontés à un gigantesque gâchis de moyen mis au service d’un nombrilisme occidental bien plus prosaïque. 

      • 13 Juin 2016 à 18h33

        durru dit

        Tout à fait d’accord avec vous sur le côté bassement mercantile et narcissique de la chose.
        Mais il ne faut pas sous-estimer le côté purement idéologique que des Sancho, IMHO ou Parseval ne se privent pas de ressortir à chaque fois qu’un sujet de ce type arrive. Sans parler, bien sûr, chose autrement plus importante, de certains dirigeants actuels qui ne jurent que par leur agenda idéologique.
        Et la réaction qui va pas manquer: “néo-réac”.

      • 13 Juin 2016 à 20h33

        Chaquehommeestuneile dit

        Les mouvements LGBT sont les figures de proue du transhumanisme, la transexualité est entrain de devenir la norme, pendant que l’hétérosexualité se retrouve stigmatisé. Les mêmes qui dénoncent le capitalisme, le biopouvoir, en sont leurs défenseurs les plus ardent.
        La Russie va finir par fermer ses frontières avec l’UE

      • 13 Juin 2016 à 20h56

        golvan dit

        @ durru et chaque homme
        Vous avez tous les deux raison, mais je rappelle seulement que, même si des fous pensent automatiquement que toute possibilité offerte par la science est un progrès, des raisons statistiques évidentes tempèrent forcément cet enthousiasme.
        Le coût des techniques de procréation artificielle est tel que ces techniques resteront forcément marginales en regard de la procréation naturelle. 

        • 13 Juin 2016 à 23h25

          durru dit

          Pour l’instant. Cher parce que les débuts sont toujours comme ça, et ce n’est pas encore dans les moeurs non plus. C’est exactement sur ça qu’ils misent, ses promoteurs, sur l’indiférence. Comme dirait Diogène: en quoi cela gêne ceux qui ne sont pas concernés directement?

        • 14 Juin 2016 à 12h06

          Chaquehommeestuneile dit

          En plus une nouvelle fracture sociale se formera, les riches amélioré qui vivront éternellement, et pourront opprimer éternellement les pauvres qui eux seront de simple mortel, transformé en sous race grâce au transhumanisme.
          Le fait même qu’une seule personne puisse avoir accès à ce type de pratique nazi, c’est une personne de trop. Ce type de pratique devrait être tout simplement interdite, si ce n’est même pas à envisager