Les noms de ministères, une propagande ordinaire | Causeur

Les noms de ministères, une propagande ordinaire

Monsieur Hulot et son ministère du Bien

Auteur

Ingrid Riocreux

Ingrid Riocreux
Agrégée de lettres modernes et auteur de "La Langue des médias"

Publié le 09 juin 2017 / Politique

Mots-clés : , , ,

Nicolas Hulot à Matignon, juin 2017. SIPA. 00809438_000056

Alors que la décision prise par Donald Trump de retirer les États-Unis des accords de Paris fait, dans les médias, jeu égal avec les attentats de Manchester et de Londres au rayon des catastrophes, un sympathique journaliste attire mon attention sur le nom exact du ministère confié à Nicolas Hulot.

De fait, un petit « décryptage » s’imposait, qui, à ma connaissance, n’a été mené par aucun média.

On dit souvent, pour faire court, que Nicolas Hulot est ministre de l’écologie. Au moins dit-on là une chose vraie. Mais si l’on se fie à l’intitulé complet de son ministère, il est, en réalité, « ministre de la transition écologique et solidaire ».

Le règle de la pensée-émoticône

Si un jour, j’ai à nouveau l’occasion de donner à la fac un cours sur l’adjectif, je prendrai cet exemple ou mieux, je le donnerai en devoir : « Ministre de la transition écologique et solidaire: commentez l’emploi des adjectifs ».

Je voudrais montrer ici que cette expression n’a qu’un sens très vague, voire pas de sens du tout et qu’elle sert seulement à suggérer une idée globalement positive. C’est ce que j’appelle le règne de la pensée-émoticône.

Tout est dans la connotation, c’est-à-dire dans la charge morale, ou même affective, que nous associons à chaque mot. « Transition » = Bien. « Écologique » = Bien. « Solidaire » = Bien. Donc :
« transition écologique et solidaire » =

 

Maintenant, arrêtons-nous sur les termes:

« Transition »

Alors que « ministère de l’écologie » détermine simplement le champ d’action du ministre, « ministère de la transition écologique » définit  non point un domaine d’exercice mais un objectif. On est déjà dans la propagande. La pratique n’est pas nouvelle ; on pense à « ministre du redressement productif ».

« Écologique »

De deux choses l’une. Soit il s’agit d’un adjectif de relation (écologique = « qui concerne l’écologie »), soit c’est un adjectif qualifiant (écologique = « qui protège la nature »). Dans le premier cas, c’est une caractérisation objective, dans le second, une appréciation de qualité. Eh bien, là encore, on est dans la propagande, et d’une espèce fort insidieuse puisque…

Lisez la suite de l’article sur le blog d’Ingrid Riocreux

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 12 Juin 2017 à 22h22

      Livio del Quenale dit

      Écologie concerne tout le monde c’est un état d’esprit , une attitude, une sorte de politesse vis-à-vis de l’environnement, une éducation , une formation , une instruction que l’on devrait inculquer aux enfant des la maternelle pour que ça devienne une seconde nature chez tout un chacun.
      -
        Alors un parti politique écolo , un ministère écolo fut-il de la transition écologique solidaire, ça n’a pas de sens, à moins d’être une annexe de l’enseignement qui ajouterait cette discipline à tous les niveaux de toutes les disciplines de l’enseignement, comme une formation au savoir vivre sur la planète terre, respecter son prochain et sa planète. 

    • 12 Juin 2017 à 20h28

      Tonio dit

      ” la transition écologique et solidaire ”

      Et d’abord, c’est une expression qui marque une espèce de contrainte sur les esprits: qui peut bien s’opposer à “la transition écologique et solidaire”, sinon les imbéciles, les grincheux, les retardés, les fachos, les réacs ?

      Ensuite, elle est crrrrreuse et passe-partout, elle ne fait ni bien ni mal, et permet à ses inventeurs faire gratis de bonnes affaires morales, de se placer dans le camp de ceux qui sauveront la planète, les nouveaux saints.

      Elle dit, enfin et surtout, dans sa pauvreté, à quel point le bonhomme Hulot n’a même pas le talent de la vraie communication, encore moins de la vraie morale.

    • 12 Juin 2017 à 17h34

      C63P75 dit

      Au vu du dernier sondage de YouGov ( en juin ) le nom de ce ministère est approprié puisque l’enquête portait en réalité presque uniquement sur : et solidaire . Il demandait surtout jusqu’où nous serions prêt à aller pour aider , soutenir et financer les pays en voie de développement et les O N G bienfaitrices à remplir leur rôle . Et j’ai rarement vu questionnaire plus mauvais avec par exemple une seule réponse pour deux questions posées . Le gouvernement de Macron n’a rien d’original . IL est sur la ligne de Bruxelles ni plus ni moins .

    • 12 Juin 2017 à 17h31

      palast dit

      Les noms de ministères sont souvent très longs et ressemblent aux dénominations de plats de cuisine moderne dans les restaurants branchés du style “effiloché de moins que rien au coulis de rien du tout surmontée d’une embeurrée de rates du Touquet”

    • 12 Juin 2017 à 14h20

      Broquere dit

      Enfin, merci Madame, une dénonciation éclairée de l’usage propagandiste des mots par nos crypto marxistes de pacotille auxquels on laisse le champ libre.
      Nommer c’est pouvoir agir, c’est pourquoi les gauchos s’y refusent.
      Quid d’une désignation universelle de notre ennemi ‘islamiste’?

      • 12 Juin 2017 à 20h30

        Tonio dit

        Quid d’une désignation universelle de notre ennemi ‘islamiste’?

        Avant on disait “les Barbaresques” ça suffit, non ?

    • 12 Juin 2017 à 11h44

      munstead dit

      La transition écologique n’est pas un objectif, mais un fait, un mouvement en cours dans de nombreux pays du monde, dont la France.
      Les diptères souffrent sous le magistère madame Riocreuse.  

      • 12 Juin 2017 à 16h12

        Livio del Quenale dit

        La transition écologique ?
        Tant que nous n’en aurons pas plus de résultats,
        cela reste un projet en devenir, un “objectif”
        et non un “fait” (de la chose faite).
        Quant à votre insolence et en me mettant à votre hauteur, pour vous interroger sur le fait que vous auriez deux plumes qq part qui vous gêneraient sous la pression de l’épidémie de macronite ovine transhumante, qui justifierait votre mépris vis-à-vis de l’auteur de l’article ci-dessus ?

        – 

    • 11 Juin 2017 à 14h36

      Schlemihl dit

      Quel espèce de foutu rapport existe t il entre l’ écologie et la protection de la nature ? d’abord qu’ est ce que la nature ? ce qui n’ a pas été modifié par l’ homme ? alors un champ de blé n’ est pas naturel . Ce qui n’ a pas été transformé par une intelligence ? alors un barrage de castors n’ est pas naturel .

      Et l’ écologie ne protège rien du tout , ce n’ est ni l’ hygiène ni un conservatoire , c’ est une science qui étudie les rapports entre les êtres vivants et leur environnement . Comme l’ environnement est instable depuis toujours , les espèces disparaissent presque toutes et les rares qui durent le font en se transformant en espèces nouvelles .

      Transition écologique et solidaire mon cul . Et pourquoi pas Concaténation exergonique
       antidérapante  et nuncupative ? 

    • 11 Juin 2017 à 12h21

      Caminho dit

      Bayrou, Sarnez, Hulot, Ferand….. la refondation hahahahahahahahahahaha !

    • 10 Juin 2017 à 9h36

      le Gône dit

      Hulot !! un clown triste hypocrite bavard et sans tripes…

    • 10 Juin 2017 à 2h06

      Robinson dit

      Aurait-il le courage de se montrer sans sa perruque ?

    • 9 Juin 2017 à 19h30

      Caminho dit

      Peuchère, il est simple notre “Ministre” du paradis.

    • 9 Juin 2017 à 19h00

      desi dit

      Vous auriez pu commenter le caractère post-artistique, dadaïste de l’écologie politique où L’OBJECTIF, c’est LA TRANSITION, ou encore que la finalité… c’est le moyen !
      ça donne à réfléchir.
      Au bac de philo, peut être…

    • 9 Juin 2017 à 18h16

      saintex dit

      A propos de redressement productif, la photo de M. Hulot évoquant le “brochet” du Président avec un air narquois est on ne peut plus osé.

    • 9 Juin 2017 à 17h10

      Nolens dit

      Ce connard est ministre, il bouffe depuis toujours au ratelier alimenté par nos impôts.
      Salaud !

      • 10 Juin 2017 à 9h37

        le Gône dit

        je dirais même plus…..salaud de riche

    • 9 Juin 2017 à 16h59

      L'Ours dit

      Pas seulement les ministères.
      Ma femme me faisait remarquer que tous les partis ne prenaient plus des noms classiques, mais carrément des slogans!