Gouvernement: l’europhilie enfin légalisée! | Causeur

Gouvernement: l’europhilie enfin légalisée!

Macron et Philippe enterrent le souverainisme

Auteur

La rédaction

Publié le 17 mai 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

SIPA: 00660134_000016 / 00799748_000004 / 00690882_000010 / 00760828_000009 / 00778359_000001 / 00774287_000004

La composition du premier gouvernement d’Edouard Philippe et Emmanuel Macron a donc été annoncée. La voici, selon la formulation protocolaire :

- M. Gérard Collomb, ministre d’État, ministre de l’Intérieur
- M. Nicolas Hulot, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire
- M. François Bayrou, ministre d’État, Garde des Sceaux, ministre de la Justice
- Mme Sylvie Goulard, ministre des Armées
- M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères
- M. Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires
- Mme Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé
- Mme Françoise Nyssen, ministre de la Culture
- M. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie
- Mme Murielle Pénicaud, ministre du Travail
- M. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale
- M. Jacques Mézard, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation
- M. Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des comptes publics
- Mme Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, et de l’Innovation
- Mme Annick Girardin, ministre des Outre-mer
- Mme Laura Flessel, ministre des Sports
- Mme Élisabeth Borne, ministre auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique chargée des Transports
- Mme Marielle de Sarnez, ministre auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargée des Affaires européennes.

Le « renouvellement » des mêmes

Sous l’autorité du Premier ministre Edouard Philippe, maire du Havre et bras droit d’Alain Juppé, cette « équipe resserrée », comme se complaisent à le répéter les journalistes, œuvrera sous les auspices de Mère Bruxelles.

Premier symbole, le chef du quai d’Orsay est désormais désigné « ministre de l’Europe et des Affaires étrangères », comme si la relation à l’Union européenne surdéterminait toutes les autres batailles diplomatiques. Décidément, Macron joue franc jeu.

Autre paradoxe, à l’issue d’une campagne marquée par son euroscepticisme généralisé, au point que le très europhile Macron s’est engagé à négocier le calcul du déficit français en tenant compte du rôle de gendarme de l’UE qu’assure Paris, les eurobéates bayrouistes Murielle de Sarnez et Sylvie Goulard sont nommées aux Affaires européennes et aux Armées. Leur mentor gérera la Justice, tandis que deux lieutenants LR, Bruno Le Maire et le sarkozyste Gérald Darmanin administreront Bercy.

L’Europe d’abord

In fine, ce gouvernement de centristes des deux rives rassemble une bonne part de spécialistes, de la ministre de la Culture éditrice à l’escrimeuse Laura Flessel aux Sports en passant par Nicolas Hulot à la Comm… pardon à l’Ecologie. Ce gouvernement serait aussi placé sous le signe du « renouvellement » comme a osé le souligner BFM TV, expliquant que… Gérard Collomb n’avait jusqu’à présent jamais été ministre.

Par la grâce d’un second tour contre Marine Le Pen avec les moulinets antifascistes de rigueur, le souverainisme majoritaire dans les esprits et dans les cœurs est enterré. C’est aussi cela, le supplément d’âme de Macron : contrairement à ses prédécesseurs Hollande et Sarkozy, ce jeune homme pressé n’attend pas un an pour faire passer la pilule européiste et complaire à Angela Merkel. Le projet d’une Europe politiquement et économiquement intégrée autour d’une monnaie unique n’ayant rien de neuf, Emmanuel Macron et ses équipes pensent pouvoir poursuivre la même politique en mieux et en plus malin. Comment dit-on « bon courage » en esperanto?

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 22 Mai 2017 à 23h23

      Borgo dit

      Quoi qu’il en soit, une chose est sûre : Nadia est l’une des connasses les plus détestables qu’il soit.
      La morgue et le mépris finissent toujours par se payer.

    • 22 Mai 2017 à 11h41

      Pihoui dit

      Remarques diverses….Macron fait de “l’ouverture” à la Sarkozy. Etonnant,cela semble ne gêner personne alors que pratiquement tout le monde était tombé sur ce dernier et tout de suite ! Clémenceau trouvait que la guerre était un sujet trop sérieux pour la confier aux militaires. Pourquoi donc confier l’écologie à un écologiste ? Monsieur Hulot, au talent audiovisuel incontestable, a construit fortune et renommée en utilisant les moyens de transport les plus polluants : avion, helicos et autres engins très producteurs de CO2 ! Il y a comme une contradiction dans sa nomination. Un autre constat qui intrigue : Ayrault, Valls et Cazeneuve ont constitué les gouvernements de Hollande….Aujourd’hui le gouvernement est celui de Philippe ! S’agit-il d’un retour aux fondamentaux de la Vème ? Un Président préside. Un Gouvernement gouverne. Les Assemblées légifèrent. Un certain changement, déjà entâché de quelques pas de clerc, serait-il pour maintenant avec Macron ?

    • 19 Mai 2017 à 23h28

      Alex Z dit

      Macron et Philippe enterrent le souverainisme !
      Eh oui, normal ! Macron n’a pas été élu sur ce programme.
      Pourtant c’est pas les candidats souverainistes qui manquaient.
      Mais Vox populi…
      “La démocratie est le pire des systèmes à l’exclusion de tous les autres” disait Churchill.

    • 19 Mai 2017 à 11h42

      MGB dit

      Ce gouvernement, c’est du grand n’importe quoi. Alors que l’on aurait dû voir en tête de liste les ministres de l’économie, du travail et de l’éducation nationale, qui ne sont que 10,11 et 12èmes, on a l’intérieur en 2 comme dans un état policier et surtout en 3 HULOT le bouffon de l’écologie ! On s’en fout de la “transition écologique”, on veut du boulot pour nos enfants. Ce type, qui n’est pas sérieux (il parlait d’écologie, mais ses fameuses émissions sur la nature étaient tournée avec force avions et ULM à moteur thermique bien polluants), ne va pas rester longtemps en place. son premier dossier, l’aréoport des landes, va le mettre en face de ses contradictions.
      Et pourquoi un ministère des sports alors qu’un simple secrétariat d’état aurait largement suffi, si ce n’est pour faire plaisir aux banlieues en y casant une jeune Noire ?

    • 18 Mai 2017 à 20h57

      lafronde dit

      Encore une objection, démocratique cette fois, à la quête d’une Majorité présidentielle par le Gouvernement. Et à ses arguments bidons : une prétendue logique de la Ve République, une cohérence de l’Exécutif, des moyens de gouverner donnés au Gouvernement choisi par le Président. Ne pas perdre de temps pour “se mettre au travail” au plus vite et autres foutaises…

      Ce que vous demande le Gouvernement c’est de considérer que le choix politique structurant, c’est le choix du Président. Compte-tenu du déroulé de la campagne, j’ai le sentiment au mieux qu’elle s’est jouée sur un coup de dés (du Destin) au pire que la corporation de la Presse s’est départie de sa déontologie professionnelle, pour prendre parti. Ceci avec l’aval sinon la bénédiction de l’autorité de régulation de l’Audiovisuel, j’ai nommé le CSA.

      Le 2e tour a révélé une abstention et un vote blanc et nul en plus grand nombre, et un fort déséquilibre du choix final. Tirer de ce vote un argument de représentativité du corps électoral est spécieux… ou intéressé.

      Par nature une Assemblée représentera toujours mieux un pays (ou une région) qu’une personne, fusse-t-elle Président, et quelque soient ses mérites. Or macron n’est tout de même pas De Gaulle. Et jusqu’à présent il n’a prouvé qu’une chose : parvenir à se faire élire, avec de puissants concours : la Presse, le Patronat, l’Exécutif. Les réseaux de l’ENA, de l’Inspection des Finances et ceux de la Banque d’affaires. L’alibi Société civile, c’est le cache-sexe de LREM !

      Donc si vous voulez faire vivre vos libertés, utilisez votre droit de vote à bon escient. Ne votez pour le Gouvernement, c’est à dire LREM que si vous êtes certain que son programme est le meilleur possible, car il risque d’être appliqué ! Sinon soutenez votre parti habituel, ou le programme que vous croyez le plus adapté à la situation du pays.

      Pour ma part je fais plus confiance à la représentation nationale, à l’Assemblée, pour choisir le Gouvernement du pays.

      • 18 Mai 2017 à 22h16

        t hdo dit

        Oui, d’ailleurs c’était un bon argument pour voter pour son adversaire. Vu que, de toute façon, elle n’aurait pas eu de majorité à l’assemblée.

    • 18 Mai 2017 à 20h11

      Martini Henry dit

      Il n’y a pas que le souverainisme que Macron veut enterrer… Il semble que la liberté de la presse soit également dans le collimateur quand Macron prétend choisir quels journalistes auront le droit de le suivre dans ses déplacements… C’est donc ça, la démocratie qui a fait mordre la poussière à la bête immonde? Que n’aurait-on dit si cela avait été le fait d’une Marine Le Pen élue à la présidence… Alors, les journalistes, déjà la gueule de bois ?
      https://www.marianne.net/politique/elysee-comment-l-equipe-macron-veut-echapper-aux-journalistes-politiques?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#link_time=1495115628

      • 18 Mai 2017 à 20h51

        C. Canse dit

        Le gouvernement devra loyauté, discipline et obéissance au chef, les ministres ont-ils prêté serment d’allégeance ? Avec un scrutin plus “qu’étrange”, ce qui devrait être le fonctionnement normal devient suspect.
        Le premier sondage indique une défiance majoritaire à l’égard de ce gouvernement : 46%, et 47% de défiance pour le président, taux le plus faible depuis Chirac 95 à l’entrée en fonction. 

    • 18 Mai 2017 à 19h27

      marcopes dit

      mais pour combien de temps ?

    • 18 Mai 2017 à 19h02

      saintex dit

      C’est sympa, Nadia a ramené tous ses potes du stalag 183.

      • 18 Mai 2017 à 19h55

        steed59 dit

        Je me demande lequel s’intéresse à l’arrachage d’ongles à la pince et lequel se passionne les exercices d’apnée prolongé en baignoire

        • 18 Mai 2017 à 22h06

          saintex dit

          )))))) Ben oui, mais on est comme chez le coiffeur, on maraude la lecture qui traîne.

        • 18 Mai 2017 à 22h40

          steed59 dit

          question d’affinité. L’eau ça sèche, alors que le sang, c’est une chierie à laver. Et à l’eau froide

    • 18 Mai 2017 à 18h57

      Terminator dit

      L’avantage, c’est que l’ennemi est clairement identifié dès le départ… et ça joue dans les deux sens !

    • 18 Mai 2017 à 18h55

      lafronde dit

      Candidat, Macron s’est affirmé progressiste. Durant la campagne, il a été secondé par la Presse progressiste, la seule admise dans l’audiovisuel. Ceci a privé des millions de citoyens de leur droit à l’information via une Presse pluraliste. N’oublions pas cette fraude à l’impartialité de l’Etat, commise par le CSA. Remonter cette responsabilité aux dirigeants de l’Etat qui ont nommé le CSA.

      Président, Macron veut rassembler tous les progressistes, et ce Gouvernement centriste avec son nouveau parti LREM en sont la preuve et les moyens. C’est l’apport clarifiant du nouveau Président. Si tous les UDI et tous LR progressistes pouvaient le rejoindre, l’offre politique serait plus claire pour les citoyens ! Macronistes de tout le pays, unissez-vous !

      Mais l’Exécutif joue aussi l’air de la “légitimité” présidentielle, et de la cohérence de l’Exécutif ! Ceci amène deux questions.

      Quelle est l’utilité pour le citoyen d’une cohérence de l’Exécutif, c’est à dire, renforcer son pouvoir, si ses intentions n’ont pas été suffisamment éclaircies au cours de la campagne ? N’avons-nous pas eu avant tout une croisade morale antifa dans l’entre-deux-tours, et une croisade morale anti-grapillon avant le 1er tour ? Quelle est la limite au progressisme d’un Président Macron, Chef d’une Majorité à l’Assemblée nationale, lui qui simple candidat affirmait déjà “que rien ne l’arrêtera” ! Or le gouvernement dont il a fait partie sous Hollande n’a pas brillé par la défense de la Patrie, ni des intérêts français ! (souvenons-nous du rackett américain surla BNP !)
      ,
      Une autre objection à une Majorité macronienne, est d’ordre moral. Son élection s’est faite sur la négation des libertés publiques de l’Opposition conservatrice. Ses électeurs ont été privés d’émissions radio ou TV défendant le point de vue conservateur (ou même libéral). La Presse audiovisuelle a pris le parti du progressisme. Pourquoi le citoyen devrait conforter cette fraude démocratique ? Résistons par notre vote !

    • 18 Mai 2017 à 18h11

      Theodora dit

      Avec Goulard à la défense et Le Drian “ministre de l’Europe” (rien que ça !), je sens que Mme Merkel va pouvoir réaliser son rêve d’offrir à l’UE (c’est à dire à l’Allemagne) le siège de la France à l’ONU ….
      En vertu de l’article 5 de la Constitution ; “le Président de la République est le garant de l’indépendance nationale” … Tu parles ! ça va être la liquidation définitive ! et les Francais sont contents ? “Ah les cons ! S’ils savaient !”

    • 18 Mai 2017 à 17h52

      Phil-Asp dit

      “Comment dit-on « bon courage » en esperanto?”
      Va fancoulo ?

    • 18 Mai 2017 à 17h24

      Theodule dit

      Le souverainisme s’est enterré tout seul. Il avait pourtant pléthore de candidats à cette élection, mais entre le numéro de clowns de Cheminade et Asselineau, le faceplant de Dupont Aignan de l’entre-deux-tours, les circonvolutions de Mélenchon autour d’un introuvable et improbable plan B et pour finir les pitreries de Marine Le Pen lors du débat final, il s’est largement et durablement discrédité.
      Je pense que dans cette élection on aura au moins compris une chose: le souverainisme, c’est surtout un truc littéraire, ou l’on parle de la France éternelle avec des trémolos dans la voix. Mais quand il s’agit de parler sérieusement et concrètement des vrais problèmes du vrai monde et des vrais gens, les souverainistes ne sont juste pas au niveau.

      • 18 Mai 2017 à 17h30

        steed59 dit

        j’adore les leçons de morale – et d’économie – que nous professent ceux qui nous ont mis dans la situation actuelle. Les européistes sont comme les cocos. L’europe ne marche ? c’est parce qu’il n’y a pas assez d’europe …

        • 18 Mai 2017 à 18h18

          saintex dit

          D’une autre côté, Asselineau qualifié de guignol par Comité Théodule, ça ne manque pas de sel.

      • 18 Mai 2017 à 21h41

        Phil-Asp dit

        Théodule : plus péremptoire tu meurs. Une élection bidon, dernière du genre, avec un président élu par faute de mieux mais certainement pas le moins pire.
        Le souverainisme est la seule chose qui puisse nous sauver du totalitarisme, mais pour en avoir conscience, il va falloir que vous fassiez quelque chose de difficile : débranchez la télévision.
        PS : si vous pouviez définir ce que sont pour vous “des vrais problèmes” ou “des vrais gens” ou encore (surtout considérant vos propos) “parler sérieusement”, il vous en serait gréé ! Même un dessin hein, pensez donc, dès fois que vous ne vous adressiez pas un un “vrai gens”…
        You are bien brave.