Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

La France fiscale, tu l’aimes ou tu la quittes !

L’exilé volontaire Depardieu aura réussi à rendre Ayrault mordant

Publié le 29 janvier 2013 à 17:22 dans Politique

Mots-clés : , , ,

gerard depardieu ayrault

Nous avons fait un rêve. En lisant la lettre adressée par Gérard Depardieu à Jean-Marc Ayrault, nous avons imaginé une France rouge écarlate gouvernée par des disciples de Louise Michel. Le Premier ministre de la France en Louis Rossel, il fallait se le figurer… Pourtant,  quoi qu’en dise la chanson, « T’en fais pas Nicolas, la Commune (est bien) morte » !

Tout cela pour un mot échappé de la bouche d’Ayrault – qui a jugé « minable » l’évasion fiscale du héros des Valseuses – et aussi une promesse faite du bout des lèvres par le candidat Hollande : au-dessus du million d’euros annuel, je prends 85 % ! Un engagement de campagne  qui fit s’étrangler le futur ministre du budget, Jérôme Cahuzac, et inspira cette réflexion à Emmanuel Macron, conseiller économique du Président, ancien de Rothschild cornaqué par le néo-bolchévique Jacques Attali : « C’est Cuba sans le soleil ! »… avant d’être invalidé par le Conseil Constitutionnel.

Avant de devenir citoyen russe et russophile militant, Gérard Depardieu avait donc décidé de se domicilier dans la petite ville frontalière de Néchin, très prisée par les grandes fortunes françaises comme la famille Mulliez, propriétaire d’Auchan, et dont le bourgmestre (sosie de Claude François) accueille volontiers les évadés de la prison fiscale française. Les noms d’oiseaux qui ont plu sur le plus grand acteur français encore vivant lui ont valu la défense de la patronne, qui dénonce à raison la tartufferie des sans-frontiéristes enfin placés en face de leurs contradictions. L’Europe de la libre circulation des hommes, des marchandises et des capitaux, voilà une belle autoroute pour l’ «optimisation fiscale » à laquelle s’adonnent nos grands industriels : Total ne paie pas un centime d’impôts en France ! Et que dire de tous ceux qui prennent le sans-papier pour la figure ultime de l’opprimé postmoderne ? Encourager l’immigration illégale pour fournir Boboland en nounous africaines à bon prix, puis tomber sur l’évadé fiscal transeuropéen : cherchez l’erreur…

[...]

*Photo : Tjebbe van Tijen / Imaginary Museum Projects.

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

Article publié dans Causeur et réservé à nos abonnés.
Pour le lire dans son intégralité...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 

Nos offres

A lire sur Causeur.fr

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

11

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 30 Janvier 2013 à 8h37

    panpan2017 dit

    Pour rebondir sur ce que dit Daoud, et qui fait plaisir, se souvenir de la chanson “Réussir sa vie” (en 95 je crois) d’une des plus belles crapules que la France ait nourrie. Un tombereau de conneries.

    Ce que certains français reprochent à certains riches, ce n’est pas d’avoir réussi, mais de faire croire que la richesse est synonyme de réussite. Que la richesse est nécessaire à la réussite.  Ce n’est même pas une question de partage, mais de valeurs.
    Ce monde (nous sommes tous coupables) a érigé en l’argent en Dieu, le virtuel en paradis.  Ce monde est malade. 

  • 29 Janvier 2013 à 23h54

    rescarius dit

    Je me demande si “mordant” est vraiment l’adjectif qui convient.

  • 29 Janvier 2013 à 23h48

    Daoud dit

    Ah “la réussite”, qualitative, forcément, donc convertible en argent. La France n’aime pas les ultrariches qui ont “réussi” mais ne veulent pas partager, c’est sans doute pour ça que des minables comme nous y vivons encore.

    C’est assez séduisant comme idée, la certitude de ne jamais “réussir”… 

  • 29 Janvier 2013 à 23h39

    Porfirio Diaz dit

    Que dit Théodore Plouf???…. je trouve pour le moins qu’il y a beaucoup de contorsions.
    Personnellement je suis un expatrié qui a grandi et vécu longtemps dans ce merveilleux pays qui m’a tant donné: La France. Tout ça je le dois á al seconde guerre mondiale et je remercie le ciel qu’il en fut ainsi, mais j’ai retrouvé une partie du chemin qui aurait du être le mien.
    Je sais que je ne suis pas parti pour des raisons fiscales. surtout á l’heure actuelle.
    Voyant la France de l’extérieur on a aussi une vision différente et encore plus lorsque on  a voyagé dans l’Europe. Nous vivons á crédit et ce ne sont pas les expédients du dit gouvernement qui vont régler les affaires On peut relire toutes les théories économiques, la seule conclusion est que l’impôt tue l’impôt et qu’un gouvernement pléthorique se doit de réduire la voilure.
    Depardieu est un grand acteur, il a voulu faire un coup d’éclat, il en avait les moyens. Chacun appréciera á sa manière 

  • 29 Janvier 2013 à 23h06

    luculus69 dit

    a lire ce torchon on sent bien que la lutte des classe est pas morte !!.bien au contraire….et c’est ca la mauvaise nouvelle la régréssion totale de ce pays , grace a Hollandréouse et ses branquignoles nous ne regardons plus l’avenir mais nous gargarisons du passé..

  • 29 Janvier 2013 à 20h56

    Théodore Plouf dit

    Minable cet article !

    • 29 Janvier 2013 à 22h17

      panpan2017 dit

      Et pourquoi donc c’est-y kil serait “minable” ct’article ? 
      Argumentez, diantre, que nous puissions vous moquer ! 

  • 29 Janvier 2013 à 19h19

    L'Ours dit

    “[...]” son double hôtel particulier parisien (1800 m2 mis aux enchères 50 millions d’euros, une paille !” [...] ” Lorsqu’on se plaint de payer 85% d’impôts sur des revenus mirifiques, d’avoir enrichi le fisc de 145 millions d’euros en quarante-cinq ans – tout en se targuant d’employer 80 salariés dans ses différentes activités, ce qui représente in fine un ratio gains personnels/réinvestissements assez négligeable – on n’est pas forcément bien placé pour donner des leçons de respect au si consensuel Jean-Marc Ayrault.
     
    Voilà pour moi typiquement le genre de discours de la maladie française,  méprisante de la réussite. 
    Cela permet de faire l’impasse sur le niveau intolérable atteint par les impôts en France.  
    Inutile de parler des très riches. Il suffit de voir les montant atteints par les impôts locaux et la taxe foncière pour comprendre qu’on est rackété.
    La France je l’aime, mais si je pouvais, je la quitterai jusqu’à ce qu’elle ne se foute plus de la gueule des Français.

  • 29 Janvier 2013 à 18h47

    panpan2017 dit

    Encore un chouette article de la “Dream Team” :-) 
    Même si le thème ”Depardieu” est déjà passé aux archives, cela fait toujours plaisir de retrouver l’Excellent dessin de Babouse.
    Et le paragraphe sur le supposé “ruissellement”. L’éternelle poudre aux yeux des Kaplan & co. Aidez donc les riches à s’enrichir, ils vous en feront profiter un jour !!! 

  • 29 Janvier 2013 à 18h14

    girafe234 dit

    Tout est à reprendre dans cet amoncellement de bêtises.
    Une seule chose pour ces deux machos aux réflexions au ras des pâquerettes:
    vu qu’on n’a pas forcément de passe/ droit pour avoir une place  crèche quand  n est pas communiste à Obtu, pas socialiste à Paris, donc as assez bobos , il ne restent aux braves connes que sont les jeunes femmes ayant un boulot correct qu’elles meurent de peur de perdre , qu à embaucher une nounou à plusieurs. 
    Je sais les cocos pregert des femmes à la maison engendrant des masses de futurs petits cocos, mais z ont plus l’air d’accord les bonnes femmes! 

  • 29 Janvier 2013 à 17h56

    shakti dit

    Enfin un article digne de ce nom sur le sujet… et donc enfin des journalistes qui vont plus loin que la meute médiatique ambiante…
    Merci!