Le FN peut-il vraiment se passer de Philippot? | Causeur

Le FN peut-il vraiment se passer de Philippot?

Et vice-versa

Auteur

David Desgouilles

David Desgouilles
Blogueur et romancier.

Publié le 26 mai 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Florian Philippot à Paris, décembre 2016. SIPA. 00783850_000028

Ah, ce débat du second tour ! Si Marine Le Pen était propriétaire d’une Delorean qui voyage dans le temps, elle le referait autrement. Elle s’y montrerait apaisée, présidentiable ; elle s’imposerait comme le futur chef de l’opposition. Mais nous ne sommes pas dans Retour vers le futur. Il n’y a pas de Delorean. Et Marine Le Pen est plus affaiblie qu’elle ne l’a jamais été alors qu’elle a, paradoxalement, obtenu 10,6 millions de voix sur son nom, soit un record pour un candidat soutenu par le Front national (FN).

Il y a d’abord eu le départ de Marion. Marion qui veut vivre autre chose que la politique. Mais qui laisse entendre clairement, qu’elle veut surtout vivre autre chose que la politique à l’intérieur d’un parti où elle n’est pas reconnue à sa juste valeur. Et qui prend date. Le sous-texte est clair : je reviendrai lorsque l’horizon sera bien dégagé et que ma tante aura démontré qu’elle constitue une impasse pour représenter mes idées.

Et s’il privait le FN d’un groupe à l’Assemblée?

Ensuite, il y a eu Florian Philippot. Le stratège. Son stratège. Celui avec qui elle a tout construit, depuis son accession à la présidence du parti en janvier 2011. Florian Philippot qui se sent fragilisé au point de mettre sa démission dans la balance en cas d’abandon de ce qu’il considère comme central dans son combat, le retour à la monnaie nationale. Florian Philippot qui crée son mouvement à l’intérieur du FN, qui fait d’un transfuge de Debout La France (DLF) un vice-président, et qui s’attire les foudres de Collard – ce n’est pas grave, il a l’habitude – mais aussi – c’est plus gênant – de Nicolas Bay, secrétaire général, de Jean-Richard Sulzer, cadre du parti, et de Louis Aliot, compagnon de Marine Le Pen. Florian Philippot a compris que cette dernière n’était plus en position de faire taire la mauvaise humeur qu’il suscite depuis des mois au sein du FN. Il y est impopulaire. Très impopulaire. Et son comportement cassant en est sans doute davantage la cause que la question de l’euro. Après tout, la remise en cause de la monnaie européenne était déjà dans le programme de Le Pen père.

>> A lire aussi: Philippot 1er, l’homme pressé - Entretien avec ses biographes

Marion Maréchal-Le Pen, elle, a la réputation d’une chic fille. Elle ne fait jamais preuve d’arrogance. Sa mise en retrait renforce même cette idée, selon laquelle, contrairement à son ennemi intime, ses dents ne rayent pas le parquet. Mais Florian Philippot a un atout dans sa manche : il a veillé à placer les siens dans nombre de circonscriptions parmi les plus « gagnables ». Les sondeurs prévoient 25 à 30 sièges FN le soir du 18 juin. Supposons que parmi eux une majorité de philippotistes se dégage. Ses ennemis oseront-ils se débarrasser de lui au risque de le voir créer son propre groupe, Les Patriotes, à l’Assemblée nationale et voir ainsi les députés FN s’asseoir sur les bancs des non-inscrits ?

La Saint-Barthélémy n’aura pas lieu… avant le 18 juin

Marine Le Pen connaît son stratège préféré. C’est pourquoi elle a tenté ces dernières heures d’envoyer des signes afin de le rassurer. Elle sait ce qui signifierait ce départ. Privée de sa nièce en embuscade et de son ex-stratège en concurrent direct, elle se retrouverait dans la situation de son père en 1998. Privée de ce qui aurait dû être ses deux piliers, l’un souverainiste, l’autre conservateur, qu’elle a été tout simplement incapable de faire travailler harmonieusement à son service. Elle a tant voulu ce duel face à Emmanuel Macron. Elle a tant voulu cette recomposition. Et voilà que la recomposition pourrait faire exploser son parti, comme elle fait exploser LR et disparaître le PS et le PCF du paysage politique. Les dés sont jetés. Le 18 juin, il faudra non seulement regarder le nombre de députés FN mais aussi le nombre de philippotistes parmi eux. De ces comptes dépendront en grande partie l’existence d’une Saint-Barthélémy frontiste à l’automne.

 

Retrouvez tous les articles de David Desgouilles sur son blog Antidote

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 27 Mai 2017 à 16h13

      AMA dit

      Le compromis Philippot n’apporte qu’une mauvaise image du FN, dont le problème majeur est de se trouver un leader qui ait l’étoffe d’un chef d’état et non pas d’édulcorer sa doctrine nationaliste.

    • 27 Mai 2017 à 12h33

      groach dit

      Florian Philippot a un réseau. Il est intelligent. Il parle bien. Il n’est pas compromis par le FN époque historique. Mais il a un gros défaut : Il est souverainiste et n’a pas compris que le débat sur Maastricht est tranché.

      L’autre défaut de Florian Philippot est son opposition à Marion Maréchal, ce qui a conduit cette jeune-femme brillante à quitter la vie politique, même si, d’évidence des considérations privées ont joué aussi.

      Bilan : un échec de Marine Le Pen aux élections présidentielles, alors qu’elle pouvait prétendre à un bien meilleur résultat. Le prévisionnel des législatives étant probablement un nouvel échec. Qui conduira le FN à régler ses problèmes à l’arme lourde.

      La question qui se pose est : Mais pourquoi donc s’être tiré une balle dans le pied en voulant revenir sur l’euro comme monnaie ? D’autant qu’il y avait matière à dénoncer simplement les dérives de l’Union Européenne, ouverte à tous les vents et libérale jusqu’à l’absurde. (Tous les pays se protègent !)

      Il faudrait que Marine Le Pen arrive à comprendre que l’euro est notre monnaie et que, si elle est une monnaie exigeante, c’est aussi une monnaie utile dans la nécessité d’efforts. (Fiscal, budgétaire, social)

      Il faudrait que Marine Le Pen arrive à comprendre que le combat n’est pas aux frontières nationales mais aux frontière européennes. Qui doivent être verrouillées pour mieux filtrer les entrées (Personnes, marchandises et capitaux).

      Il faudrait que Marine Le Pen arrive à comprendre qu’il faut une préférence européenne et que l’Union Européenne doit privilégier les européens.

      Un exemple : il y a trois constructeurs d’avions de chasse en Europe et des pays achètent des avions de chasse américains. A quand l’obligation d’acheter européen d’abord !!

      Autre exemple : A quand un fichier biométrique européen des demandeurs d’asile. A quand un fichier biométrique européen des migrants. A quand un fichier biométrique européen des titulaires de visas consulaires.

      • 28 Mai 2017 à 19h13

        Liamone dit

        Ah oui mais le FN époque historique ça compte énormément. Vous avez bien vu la nomination du président par intérim dans l’entre deux tours des présidentielles. On a vu paraître puis disparaître un Négationniste, nommé à ce poste, pour remplacer la présidente. Il n’y a pas que le vieux Le Pen qui se réclame des héritiers de Pétain.

    • 27 Mai 2017 à 10h58

      commissaire joss dit

      Philippot laissera tomber un jour très proche le FN. Quand la politique devient une affaire de famille, c’est soit voué à l’échec, soit des dictatures, et bien souvent les deux en même temps. Aux Etats_Unis, on a eu Bush père et fils assez catastrophiques, vous avez les Kim en Corée du nord, les Assad en Syrie, et nous avons nos Le Pen en France. Tous un peu amateurs, à des degrés différents, mais ils ne représentent qu’eux-mêmes. On s’aperçoit avec le temps que les entreprises familiales n’ont vraiment aucun avenir. Tous ces mondes parallèles s’enfonceront lentement dans la vase. Ce qui ne veut pas dire que ce que nous vivons en France actuellement, appartienne à un monde radieux et démocratique. Nous avons toujours le cul dans les ronces. Ceux qui nous gouvernent aujourd’hui sont persuadés que d’ouvrir toutes les portes et les fenêtres à la mondialisation du marché et au consumérisme effréné est l’unique solution pour les peuples. Sauf que lorsque les portes et les fenêtres sont trop ouvertes, ça provoque des courants d’air qui parfois cassent les carreaux. A mon sens,et pour conclure, Philippot a plus d’avenir que les Le Pen mais il devra rejoindre des rangs plus éclectiques.

      • 28 Mai 2017 à 19h16

        Liamone dit

        C’est de la propagande du style Rivarol, hebdo.

    • 27 Mai 2017 à 10h56

      Amaury-Grandgil dit

      Le problème de la droite de la droite, un autre, est qu’elle aime bien être groupusculaire, cela donne l’impression à ses militants d’être des “initiés” aux grands secrets, aux grands complots qui mèneraient ce monde…

    • 27 Mai 2017 à 10h39

      Craffe dit

      Il y a aussi que Philippot est très bon pour désamorcer les polémiques artificielles que lancent périodiquement les médias aux ordres à l’encontre du Front National.

      D’ailleurs c’est à se demander si tout ces bruits qui courent sur sa possible éviction ne sont pas une nième tentative de déstabiliser le 1ier parti de France. Les tacticiens de la com’ s’essayant à faire en sorte que leurs idiots utiles amplifient et déforment le moindre propos dans ce but.

      • 28 Mai 2017 à 20h52

        Liamone dit

        Premier parti qui perd toutes les élections.

    • 26 Mai 2017 à 21h49

      Fred dit

      En essayant de ne faire ici aucun jugement sur aucun parti, tous (à part pour le moment France Insoumise) sont sous haut risque d’implosion : PS / LR / FN. Pour des raisons différentes mais au final c’est le même risque.
      Ca ne va pas s’arranger avec le temps parce que Macron va donner des idées à plein de monde.
      - Et pourquoi pas moi en 5 ans ? Il y est bien arrivé en 2, lui !

    • 26 Mai 2017 à 18h48

      Letchetchene dit

      Pourquoi MLP s’est-elle obstiner à parler de la sortir de l’EURO et de L’E.U., en sachant que pendant 4 mois de Janvier au 23 Avril toute l’Europe à retenue son souffle en ayant la peur de sa vie de voir la France sortir de celle-ci et qui aurai entrainé la fin programmée de cette Union car dans tous les reportages vu sur France2 des élus (Italie, Espagne, Allemagne, Pays BAS, etc.) des pays de l’E.U. tremblaient chaque fois que la question leur été posée :

      « Pensez-vous que l’E.U. survivra à la sortie de la France de celle-ci »
      «La réponse, pendant 4 mois a était la même « NON »

      l’E.U. ne survivra pas à cette sortie »

      Donc à qui bon se focaliser sur la monnaie, qu’elle soit euro, franc ou autres car chacun dans l’année qui aurait suivi serai repassé dans leur monnaie ancienne (la lire, la peseta, le franc belge ou le deutschemark) donc pourquoi s’enferrer dans ce discours, la seule réponse aurai dû être :

      « M. MACRON, ne me parler pas de monnaie car notre seule sortie amènera la dissolution de l’E.U. donc pas la peine de vous accrocher au problème posait par le retour au Franc la question ne se posera même pas vu la dislocation de l’E.U. » fin du problème !!!

      Passons par contre à votre grand souhait d’être le Grand Remplacistes avec MME MERKEL, Mme REDING, M. JUNKER, M HANES vous qui voulez faire de l’immigration votre cheval de bataille par une entrée massive de migrants à dessein pour s’installer durablement en Europe et surtout en France !!!

      Voilà qui aurait peut-être pas fait gagner le FN mais l’aurai placé comme premier parti d’opposition au 2èm » tour avec pas 34% mais au moins entre 42 et 45% et donc d’avoir pour les législatives un maximum (au moins une 100ène) de députés pour être celui qui aurai pu empêcher le Grand Remplacistes MACRON de mettre son maléfique programme à exécution !!!

      • 26 Mai 2017 à 20h26

        Simbabbad dit

        Elle a toujours dit ça, que la sortie de la France de la zone euro ferait en sorte qu’il n’y aurait plus de zone euro. Et elle l’a répété pendant les diverses émissions politique de la campagne.

      • 26 Mai 2017 à 22h45

        Fred dit

        Mon cher Compatriote,
        Il n’y a pas de complot, ni de projet de remplacement, ni de rêve de multiculturalisme. Je vous jure. Tout ça c’est de la propagande. A contre-pied certes mais de la propagande quand même. Ce serait beaucoup trop difficile à coordonner. Dès qu’on on est plus de 1 pour gérer un dossier, quel que soit le dossier, les problèmes commencent. Donc le complot planétaire ou européiste où des milliers de gens seraient d’accord sur tout, c’est du flan pour gogo.
        Il se passe juste qu’aujourd’hui on va en Australie en moins de temps qu’il n’en fallait il y a 100 ans pour faire Paris – Marseille, que le Tiers-Monde d’antan n’accepte plus de crever de faim alors que le Nord on se goinfre, et que le Nord n’a plus d’avancée technologique pour contenir les prétentions du Sud. D’où immigration et délocalisations, malgré tout soulignons-le, dans une relative paix mondiale : ça fait 70 ans qu’on ne se massacre plus par dizaines de millions sur cette planète. On est passés à la centaine de milliers. C’est un progrès.
        Soit on est contre tout ça et je ne vois pas autre chose que la guerre pour l’empêcher. Soit on essaie de le gérer. C’est possible ! Pas facile mais possible. Et tellement, tellement, tellement, tellement préférable.
        Mais si vous disiez que l ’immigration en France depuis les années 80 a été gérée de façon irresponsable ou catastrophique, je me tairais parce que vous auriez raison. On n’invite pas des amis chez soi sans se demander où ils vont dormir, ce qu’ils vont dîner et ce qu’ils vont faire. C’est pourtant ce que nous avons fait et ce que nous faisons.
        Oui vous auriez raison : ce fut et c’est irresponsable.

        • 26 Mai 2017 à 23h46

          Julien dit

          Je suis d’accord avec vous Fred dans une certaine mesure.
          Il y a deux problèmes à l’immigration actuel:
          - le nombre d’arrivant, beaucoup trop élevé
          - l’abandon, gravissime, de l’universalisme républicain qui permettait aux arrivants de devenir des français à part entière en prônant avec fierté la culture française, pour en faire des gens qui l’aiment et embrassent cette dernière, des fois plus que le français l’ayant hérité par le sang.
          Cette fierté on ne l’a retrouve qu’aujourd’hui chez un certain nombre de français de souche (métisse aussi, lorsque la religion ne se met pas en travers du chemin) mais presque nul chez les autres (le multiculturalisme étant passé par là)

      • 28 Mai 2017 à 21h59

        Liamone dit

        propos incongrus. C’est bien sur le même charabia, bien dans le style de l’auteur qui se refuse obstinément à consulter et continue à pondre des niaiseries et autres énormités sans queue ni tête.