Et Mary créa Frankenstein | Causeur

Et Mary créa Frankenstein

Une expo se penche sur la genèse du roman de Mary Shelley

Auteur

Marie Céhère

Marie Céhère
Sophistique, littérature.

Publié le 03 septembre 2016 / Culture

Mots-clés : , , ,

Vue de l’extérieur, la Fondation Martin-Bodmer, à Cologny, ressemble à une terrasse flanquée de deux pavillons classiques, qui plonge dans le lac Léman et envoie le regard se poser sur la cime des Alpes. Cette perspective, Mary Shelley, la jeune auteur de Frankenstein ou le Prométhée moderne, l’avait sous les yeux à l’été 1816. Avec son amant, Percy Shelley, et ses voisins sur les bords du lac, lord Byron et John William Polidori, Mary Shelley, 18 ans, découvrait l’amour libre, la littérature fantastique et les paysages chers aux romantiques. C’est là que se tient jusqu’au 9 octobre l’exposition « Frankenstein, créé des ténèbres ».

[...]

« Frankenstein, créé des ténèbres », jusqu’au 9 octobre à la Fondation Martin-Bodmer (Cologny, Suisse). Catalogue : Frankenstein, créé des ténèbres, sous la direction de Nicolas Ducimetière, Gallimard.

  • Brexit : l'étrange victoire

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 96 - Juillet-aout 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    Brexit : l'étrange victoire
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 4 Septembre 2016 à 0h55

      Lector dit

      il parait que Percy n’avait pas été capable d’écrire grand chose, un vague poème ou un récit à peine entamé (moins d’une page) alors que la “nouvelle” de Mary avait impressionné Byron.

      Je me souviens vaguement d’un film ou téléfilm qui mettait en scène la première version du roman, ainsi que les conditions de sa création et du séjour de la fine équipe, dont une soirée sous opium.

    • 3 Septembre 2016 à 19h50

      Guenièvre dit

      En 1995 la psychanalyste Monette Vacquin, qui a travaillé avec le biologiste J.Testard le “père” du premier bébé-éprouvette, avait écrit une analyse du mythe et des conditions de sa création par M.Shelley, à la lumière des nouvelles techniques génétiques: procréation artificielle, embryons congelés et autres manipulations. Passionnant !

      http://www.decitre.fr/livres/frankenstein-ou-les-delires-de-la-raison-9782876860285.html

      • 4 Septembre 2016 à 0h57

        Lector dit

        intéressant. Pourriez-vous me dire si Monette Vacquin dans ce livre fait allusion à la première version du monstre du Dr ?

        • 5 Septembre 2016 à 11h24

          Guenièvre dit

          Je l’ai lu il y a longtemps mais je ne crois pas. Dans une première partie M.V. relate les conditions dans lesquelles Mary écrivit son roman : une communauté de très jeunes gens ayant rompu avec leur famille et avec tout l’héritage institutionnel, légal et religieux et qui pensaient, après la Révolution, que la Raison seule pouvait rendre compte du monde . Tout cela sur fond de discussions scientifiques sur l’électricité et le galvanisme et très fortement marqué par la mort de plusieurs enfants en bas âge et par l’incapacité de Shelley et Byron d’assumer leur paternité.

    • 3 Septembre 2016 à 19h16

      Orwell dit

      J’ai eu le plaisir d’être l’un des rares curieux évitant les autoroutes du tourisme (Ibiza, Stonehenge…) ayant vu de près la Villa Byron (ou villa Diodatti)à Cologny et l’avoir photographié. Je tiens “Frankenstein, ou le Prométhée moderne” pour le premier roman de science-fiction. Par contre, Mary Shelley découvrant l’amour libre, euh… je crois qu’il s’agit plutôt d’un fantasme de Ken Russel.

      • 4 Septembre 2016 à 0h41

        Lector dit

        plutôt conte fantastique et philosophique. De M. Shelley tjrs, “le dernier homme” est une oeuvre romanesque d’anticipation : fin du monde en l’an 2100.