Cantonales et régionales : qui a peur du suffrage universel? | Causeur

Cantonales et régionales : qui a peur du suffrage universel?

Le président se moque du peuple

Auteur

Régis de Castelnau

Régis de Castelnau
est avocat.

Publié le 07 mai 2014 / Politique

Mots-clés : , , , ,

francois hollande regionales cantons

« Le PS pessimiste sur les scrutins à venir ». Christophe Borgel, secrétaire à l’organisation du PS, chargé des élections, nous informe dans Le Figaro qu’après les municipales, il a retrouvé un peu de lucidité. J’avais rappelé dans ces colonnes qu’une simple projection des résultats des municipales impliquait la perte par les socialistes de la totalité des régions et de 30 départements sur 60, en 2015.

Avec un cynisme, une absence de vergogne, et une mauvaise foi absolument sidérants, la présidence normale vient de nous concocter, la bouche en cœur, une fort jolie magouille. Ceux qui s’intéressent à l’histoire et aux sciences politiques, et qui pensaient  avoir tout vu, en sont pour leurs frais. Enfoncé le petit père Queuille et sa loi sur « les apparentements » qui permit d’éviter au début des années 50 l’arrivée massive de députés RPF au Parlement. Petit  joueur François Mitterrand et sa proportionnelle intégrale de 1986 qui permit d’épargner à la gauche une trop importante défaite, mais surtout une arrivée en nombre de députés Front national histoire d’emmerder la droite.

Pour les têtes pensantes de l’Élysée et de Matignon, l’objectif est de conserver le plus longtemps possible les 60 Départements et les 26 Régions contrôlées par la gauche. Il faut garder cette base matérielle, les capacités financières, les emplois induits, tout ce qui permet d’assurer, après la catastrophe municipale un reste d’infrastructure territoriale au Parti Socialiste. Et puis aussi, calmer les élus locaux, et les permanents qui constatent que la présidence Hollande se transforme pour eux en course à l’abîme, et en aller simple pour Pôle emploi.

Premier temps, dans son discours de politique générale, Manuel Valls annonce une grande réforme territoriale. Regroupement des Régions pour passer de 28 à une douzaine. Sur la base du volontariat et à l’échéance 2017. Suppression des Départements à l’échéance 2021. Depuis hier, ce calendrier est bouleversé. Il faut que tout soit bouclé en 2016 ! Et la conséquence, nous dit le Président, c’est un report de ces élections locales en attendant la mise en place de la réforme. Pardi ! Quand à discuter avec des exécutifs régionaux, autant que ce soit avec nos amis élus neuf ans avant (!). Ce sera plus simple. Comme ça quand on sera contraint de passer la main, on refourguera de nouveaux engins qu’on aura démantibulés. Quant aux départements, on les garde jusqu’à ce qu’ils soient supprimés.

Quelques petites observations techniques. Ce n’est pas la première fois que la durée des mandats est modifiée en cours de route. Tout d’abord, hormis le cas particulier de l’Assemblée nationale qui peut être dissoute et des élections partielles ponctuelles, toute modification doit être exceptionnelle. En effet, lorsqu’il exerce sa souveraineté, le peuple doit savoir pour quelle durée il donne mandat à ses représentants. Première règle, il n’est pas possible de les raccourcir. On peut les allonger, mais à la marge et à condition d’avoir une bonne raison. Je suppose que l’on va nous ressortir l’exemple Pasqua de 1995 et Raffarin de 2004. Cela n’avait rien à voir. En 1995 il s’agissait d’éviter le chevauchement des présidentielles et des municipales. Celles-ci furent reportées à septembre. Allongeant de cinq mois le mandat de six ans … En 2004, Jean-Pierre Raffarin, s’inquiétant (trois ans avant) de ce que le printemps 2007 aurait vu des élections présidentielles, municipales, régionales et cantonales, avait jugé qu’il était souhaitable de prolonger d’un an le mandat des collectivités territoriales pour éviter la confusion. C’était assez raisonnable, ce qui n’empêcha pas François Hollande de tonner contre cette abominable atteinte à la démocratie. Rappelons également, qu’une des premières mesures prises par la gauche en 2012 fut de découpler les municipales de 2014 et les régionales et cantonales. L’utilité ne sautait pas aux yeux, le précédent de 2008 démontrant que cela pouvait très bien se passer. Mais déjà, il s’agissait de conserver un an de plus, soit en tout  7 ans, son hégémonie sur les conseils régionaux et généraux. Et là, on nous dit que ce serait de bonne politique de les porter à huit, voir à neuf… En omettant de rappeler au passage, que pour supprimer les départements il faudra modifier la constitution, et que, comme le dit élégamment Jean-Claude Gaudin sur ce point les socialistes pourront se brosser avec un oursin. Quant au changement des règles du jeu moins d’un an avant l’échéance, il n’est pas sûr que cela enchante le Conseil Constitutionnel.

Peut-on mieux se moquer du monde, se défier du suffrage universel, en affichant un tel cynisme et une telle absence de principes ?

Oui, oui, on peut. Hier, dans les bruits de l’orchestre, une petite information est passée inaperçue. Pierre Moscovici, brillant ministre des finances récemment éconduit, rêve de rejoindre la Commission Européenne à Bruxelles. L’inconvénient de l’éloignement du Café de Flore où il a la réputation de passer le plus clair de son temps semble devoir être surmonté. En revanche, les conséquences juridiques de son départ sont plus ennuyeuses. Un commissaire européen ne peut pas être en même temps parlementaire. Donc Moscovici devrait démissionner. Ce qui veut dire élection partielle, gamelle probable, et majorité socialiste encore plus brinquebalante. Comment faire ? Quelqu’un a eu une idée lumineuse. Si Pierre Moscovici est nommé parlementaire en mission par le Premier ministre, et que cette mission dure plus de six mois, son suppléant siège définitivement au Parlement, plus de partielle. Parfait, Manuel Valls a donc chargé notre aspirant commissaire d’une mission d’une durée supérieure à six mois. L’histoire ne dit pas quel est le contenu de cette mission et si elle sera rémunérée (en général c’est la règle). Le beurre, l’argent du beurre, la crémière et son chat, pourquoi se gêner ?

Le camp du Bien ne va quand même pas s’encombrer d’un peu de morale républicaine.

*Photo : capture d’écran BFM. 

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 9 Mai 2014 à 13h32

      zelectron dit

      La gauche n’a pas peur du suffrage universel, bien au contraire:
      - découpages électoraux finement ciselés
      - chaussettes copiées et industrialisées en masse sur le modèle Perpignan artisanal (UMP)
      - bourrage d’urnes
      - disparition magiques et réapparition miraculeuses d’urnes
      - comptages avec mathématiques “socialistes” un bulletin de gauche compte double
      - les morts votent parfois même deux fois
      - des dizaines de milliers vieillards impotents et/ou Alzheimer votent par procuration au parti socialiste
      et j’en oublie sûrement

      • 10 Mai 2014 à 15h02

        Attila dit

        Voui, c’ est sûr, vous en oubliez:

        - Serge Dassault mis en examen pour achats de votes, Tibery, etc…

        .. Pas un pour racheter l’ autre.!

    • 8 Mai 2014 à 16h51

      l’appel de chtulhu dit

      C’est vrai , franchement trop c’est trop ! Insupportable ce flanby , faux cul , incompétent . Que j’aimerais voir la tôle magistrale qu’ils vont prendre toutes ces crapules de socialistes et leurs combines mafieuses ! Bien sur plus de régions du tout , 30 département en moins mais repousser à 2016 ces élections et que dit Bourdin “le journaliste teigneux” ? Il a fait pschiiiiiittttt . Y a t-il encore un journaliste digne de ce nom en France ?

    • 7 Mai 2014 à 21h58

      Attila dit

      - ” Le beurre, l’argent du beurre, la crémière et son chat, pourquoi se gêner ?”..

      C’ est exactement ce que je me disais en lisant votre article, Monsieur Régis de Castelnau :

      - Lorsque Manuel Valls à violé la constitution, en saisissant le Conseil d’ Etat, afin de contourner une décision de justice, personne n’ a bronché, et même certains on applaudi des deux mains..

      Ce que j’ en conclu, moi, c’ est qu’ elle est chouette la république française..: Il ne manque plus que les bananeraies..!

    • 7 Mai 2014 à 21h47

      eetu dit

      @Mangouste1
      Svoboda signifie bien “Liberty” en latin, non ?
      Alors on assiste en Ukraine à un remake de la célèbre réplique : “It was my steak, Svoboda”, avec Poutine dans le rôle de John Wayne, et la Crimée dans le rôle du steak (un steak tatar?).(*)
      Vous avez le livre? Ah on me dit que c’était un film …
      .
      Quand à M.Raynaud, c’est bien lui qui était devenu célèbre avec l’histoire de Iouchtchenko (“tonton, pourquoi tu tousses”) qui finissait par la célèbre chute: “c’est pas du polonium, c’est du sucre en poudre” … ?
      .
      (*) Désolé, je l’avais déjà faite, mais une nuit, sur un autre fil peu fréquenté

      • 7 Mai 2014 à 22h30

        Schiczu dit

        perdu ?

      • 7 Mai 2014 à 22h48

        eetu dit

        Tragique erreur d’aiguillage : ce post était destiné à l’article sur l’Ukraine

        • 7 Mai 2014 à 22h58

          Schiczu dit

          “Tragique erreur d’aiguillage”, un peu de respect pour notre président tout de même !

    • 7 Mai 2014 à 19h03

      mogul dit

      Vous êtes tous trop durs!
      Après la branlée des municipales, il est normal que Flanby tremble, à défaut de flamber…
      Le tremblement est le propre d’un flan normal, comme le serrage de fesses celui d’un président normal! 

      • 7 Mai 2014 à 21h19

        eetu dit

        Non, pas encore, chaque chose en son temps, un peu de patience.
        Le changement c’était avant-hier.
        L’inversement, c’était hier.
        Le retournement, c’est aujourd’hui.
        Le tremblement, ce sera demain.
        Et le renversement ce sera après-demain …
        .
        Par ailleurs je lis plus haut que Hollande serait un adepte de Queuille : avec DSK on a failli avoir un queutard, avec Hollande on a un queuilletard …

        • 7 Mai 2014 à 21h38

          mogul dit

          Hé hé! 
          Excellent le queuilletard… 

    • 7 Mai 2014 à 15h33

      Villaterne dit

      Et puis une réforme plus intelligente serait de modifier le nom de quelques départements qui renvoie à lui seul une image négative de nos territoires, leur enlevant toute attractivité touristique.
      Ainsi :

      « L’Aisne » deviendrait la « Cuisse »
      Le « Cher », le « Gratuit »
      La « Creuse », la « bombée »
      « l’Eure », la « Journée »
      « L’Ille-et-Vilaine », « L’Ille-et-Gentille »
      Le « Pas-de-Calais », le « Y’a-du-Calais »
      Etc, Etc…..

      C’est quand même pas compliqué de faire de bonnes réformes !

      • 7 Mai 2014 à 15h37

        _Georges_ dit

        Le « Pas-de-Calais », le « Y’a-du-Calais »

        qui serait vu par les Wallons comme une première étape vers notre re-dénomination départementale, le “Pas-de-Flamands” 

        • 8 Mai 2014 à 8h54

          Villaterne dit

          Pour l’Aveyron je verrai plutôt le “Maria Carey” !
          N’oublions pas le principe : attirer le touriste !

      • 7 Mai 2014 à 21h28

        eetu dit

        Bien vu, Villaterne, le concours est lancé ?
        L’Ain, l’Autre
        L’Allier, l’Ennemi Héréditaire
        L’Aube, le Crépuscule
        L’Aveyron, le Séchécarré
        Le Doubs, le Dur
        Le Gard, Augorille
        Le Jura, Maizunpeutarquonlyreprendraitplus

        Alors il n’y a que le 69 qui ne changerait pas ?

        • 7 Mai 2014 à 21h33

          Mangouste1 dit

          :o)))))

        • 7 Mai 2014 à 23h20

          Lector laetaberis dit

          hahaha excellent “Augorille” et le Jura !

          Le Haut-Rhin, le Bas-Rhin, et réciproquement :D ou Moncul-sur-la-Commode

          La Réunion, le Partage

          La Picardi, la Nouilleterne, pardon, le Consensuce

          Le Val-de-Marne, Terre-Meuble ou la Butte-Marais

          Et le Vaucluse, Pointe-à-Plat

          L’Ardèche, Profane-Richard

          La Gironde, le Laid

          La Corse, la Fade

          Le Calvados, Volvic-Comte-le-Chauvun

          Le Finistère, le Bois-Foison

          La Franche-Comté, le Wrongshire

          Mayotte, le String

          Toulouse, Touwin

          Les Charentes, le Chien-sur-Gage

          Le Morbihan, le Morgozh

          Et Quimper, Deux-Mater-pour-tous, parce que ça le v^ele bien

    • 7 Mai 2014 à 15h20

      Villaterne dit

      De toute façon il y a un problème de constitutionnalité à résoudre pour réaliser cette réforme !

      • 7 Mai 2014 à 17h12

        Naif dit

        Tant mieux  cette réforme de me glace le sang !

    • 7 Mai 2014 à 14h53

      scylax dit

      Si l’on respecte les dates des diverses élections territoriales (municipales, cantonales et régionales) on ne fera jamais de réforme des collectivités territoriales. 
      L’angle d’attaque des opposants, Copé et autres, consistant à faire semblant de soupçonner Hollande de “tripatouiller” les dates en question est de la démagogie pure et simple. 

      • 7 Mai 2014 à 15h07

        Vassili Tchouïkov dit

        Alors faisons un référendum. comme de Gaulle en 69. Chiche?

        • 7 Mai 2014 à 15h10

          _Georges_ dit

          Hollande démissionnera comme Chirac…

        • 7 Mai 2014 à 15h16

          Vassili Tchouïkov dit

          Le camarade belge a la forme…

    • 7 Mai 2014 à 14h42

      _Georges_ dit

      C’est toujours la gauche qui tripatouille le suffrage universel pour lui faire dire le contraire de ce qu’il voudrait exprimer et qui instrumentalise l’extrême-droite sans vergogne, avant de se draper dans les oripeaux de la lutte anti-fasciste. Quelle bande de crapules !

      • 7 Mai 2014 à 16h54

        Calembredain dit

        La gauche ? Vous parlez du parti socialiste ? Il eût été plus adéquat de parler de la droite complexée. C’est bien parce qu’elle est complexée qu’elle se donne des airs de “camp du bien”, comme le dit Régis de Castelnau. Il n’y a que les médias et les partis que ça arrangent qui qualifient encore ça de gauche.