François Hollande, le pépère de la Nation? | Causeur

François Hollande, le pépère de la Nation?

Face aux «vents mauvais»

Auteur

Benoît Rayski

Benoît Rayski
est journaliste et essayiste

Publié le 27 mai 2016 / Politique

Mots-clés : , ,

Najat Vallaud-Belkacem et François Hollande lors des journées de la «refondation de l'Ecole de la République» (Photo : SIPA.00754085_000001)

François Hollande c’est (un peu) le maréchal Pétain… Il ne s’agit pas là d’une proximité idéologique. Mais d’une autre, très pathétique.

Un « vent mauvais » souffle sur la France. La CGT martyrise nos raffineries. L’économie ralentit. Les colères montent. La gauche n’est plus qu’un squelette orné de quelques lambeaux de chair. Et dans cette bourrasque même l’Elysée se lézarde.

En 1941 quand tout allait mal pour la France, le maréchal Pétain prononça son célèbre discours dit du « vent mauvais ». Père de la nation et aussi berger, il appelait les brebis égarées à se réunir sous sa houlette et les enfants de la patrie, trompés, abusés par des discours séditieux et subversifs, à venir se blottir contre sa poitrine paternelle. En 2016, c’est Najat-Vallaud Belkacem qui s’est chargée pour Hollande du remake : « Vent mauvais », saison 2.

Ça ressemble beaucoup au discours d’origine. En plus plat : c’est quand même Emmanuel Berl qui écrivait les discours du maréchal Pétain. Il est quasiment certain que la ministre de l’Education nationale s’attelle seule, hélas, à la rédaction de ses discours. Et voilà ce que ça donne : « Je trouve qu’un responsable politique, et en particulier un responsable politique au sommet de l’Etat qui préside aux destinées d’un pays, d’une certaine façon il a un peu un rôle équivalent à celui que peut avoir un père de famille ou une mère de famille à l’égard de ses enfants. »

François Hollande en papa ou en maman des Français ? L’allégorie est totalement empruntée à l’éternel arsenal sémantique de la droite et de l’extrême droite. Eh oui, la gauche en est là… Elle qui a forgé son identité dans un combat inlassable contre les notions d’homme providentiel, de père de la nation, de berger du troupeau…

Car accepter la tutelle ou la protection d’un homme, c’était pour la gauche la pire des perversions. Le renoncement à toute volonté populaire, l’abdication de sa liberté au bénéfice d’une personnalité devant laquelle s’imposaient des génuflexions religieuses.

Mais aujourd’hui quand tout va mal, quand le niveau de l’eau monte au dernier étage du siège du PS, rue de Solférino, ne reste plus que la ressource d’une prière qui fait office de bouée de sauvetage : « Notre Père qui est à l’Elysée ». Genre : « Allô, papa bobo ». Certains, dont je suis, ne pourrons pas s’empêcher de penser que si nous avons Hollande pour papa, le statut d’orphelin est désormais des plus enviables.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 29 Mai 2016 à 12h22

      anaellef dit

      Et si Hollande n’ était qu’un Machiavel du pauvre n’ ayant pas vraiment lu Machiavel,incapable qu’il est de feindre la vertu.Ces manigances (instrumentalisations de Jean-Marie LePen, de la primaire de la droite) ressemblent à de grosses ficelles.

    • 29 Mai 2016 à 10h28

      Borgo dit

      NVB écrivant les discours du gros mou ?
      Encore eût-il fallu qu’elle ecrivât les siens… 

    • 29 Mai 2016 à 5h35

      IMHO dit

      Causeur s’encrasse .

      • 29 Mai 2016 à 9h03

        Hannibal-lecteur dit

        Imho Bill aime la crasse : il s’incruste.

    • 29 Mai 2016 à 3h51

      salaison dit

      “il”(Hollande) se demande encore comment il a fait pour se retrouver là où il est!

      (il ignore encore qu’il n’a pas été élu pour lui, mais par rejet de Sarkosy)

    • 28 Mai 2016 à 16h06

      thierryV dit

      En 2011 Xavier blondin , maire de gauche assez connu disait :

      “La republique à cessé d’être exigeante . Elle laisse les populations s’installer et pratiquer leur culture en pleine autarcie” (extrait “La republique court à la catastrophe”)
      Et on nomme ces mots du racisme . Notre nation est dans les mains d’incompétents ou de “missionnés” qu’il faut d’urgence dénoncer et combattre.

    • 28 Mai 2016 à 12h30

      salaison dit

      un “pépère”…… qui , en douce…… fait passer des utopies de Gauche!
      (notamment: VENDRE la France aux pays islamistes!) (toujours sous couvert  de bonnes intentions…… c’est “ça” qui trompe les gens! )

    • 28 Mai 2016 à 11h05

      Letchetchene dit

      Faites excuse “Missious” vous aurez bien sûr reconnu le langage de notre “Sinistre”
      C’était en 2 mots , j’ai raccourci mon idée !!! 

    • 28 Mai 2016 à 10h58

      Letchetchene dit

      En 4 mots :
      Nuisible à la République  

    • 28 Mai 2016 à 8h27

      thierryV dit

      Najat-Vallaud Belkacem avec un sourire de représentation au bord des lèvres , a trouvé son créneau porteur idéal . Intégrée de troisième génération , beau minois , la démarche féminine “parisienne” , débutant , bille en tête dans l’un de ministères les plus important de la république , appartenant à l’humanisme affiché elle pourra ainsi prendre sa place parmi les personnalités écoutées à l’avenir . Ainsi , elle pourra distiller , de ci de là , les loi et règlements sensés favoriser la présence musulmane au milieu de notre communauté . Il s’agit , en fait , d’une fusée a plusieurs étages .

      • 28 Mai 2016 à 10h54

        Letchetchene dit

        @ Thierry
        Nous allons de ce pas nous occuper de cette “Sinistre de l’EN” pour qu’à l’avenir elle disparaisse normalement et simplement de la vie en général (politique ou autres) et qu’elle ne puisse plus prêtendre à un poste à responsabilité quels qui soient ! On aura rendu un immense service à la l’ensemble des citoyens de ce Pays….

    • 28 Mai 2016 à 7h26

      Fredbass dit

      Cette sinistre ministre de l’EN n’a, en fait, qu’un seul et unique objectif:
      Poursuivre sa carrière politique et profiter des avantages que celle-ci pourra lui procurer jusqu’à sa future retraite dorée; pour cela, ne pas hésiter à sortir la brosse à reluire tant que nécessaire… ce sera plus tard à elle de voir les fayots se prosterner à ses pieds quand elle aura éventuellement pris le pouvoir… et ainsi de suite!
      Quant à l’EN, au niveau des élèves, comment dire?
      Je crois qu’elle n’en a rien , mais vraiment rien à faire! Elle laisse l’UNSA et le SGEN-CFDT gérer la rue de Grenelle… et démolir le peu qui reste de l’Education Nationale. 

    • 27 Mai 2016 à 20h19

      IMHO dit

      ” La CGT martyrise nos raffineries “.
      C’est censé être du français ?  

      • 27 Mai 2016 à 22h56

        2HARDEL dit

        La propos peut être discutable, mais c’en est. 
        Trouvez vous d’autres combats. 

      • 28 Mai 2016 à 6h56

        salaison dit

        “C’est censé être du français ?”…..
        NON ! c’est la populace ! (style Terreur)