Conserver, c’est prévoir | Causeur

Conserver, c’est prévoir

L’avenir s’inscrit dans les traditions

Auteur

Daoud Boughezala

Daoud Boughezala
est rédacteur en chef de Causeur.

Publié le 26 janvier 2017 / Société

Mots-clés : , , , ,

Contrairement à ce que croient les progressistes, le mot "conservateur" n'est pas seulement une insulte. C'est une vision du monde, et même plusieurs, où l'avenir s'inscrit dans les traditions. Du passé faisons table ouverte!
Conservatisme "Manif pour tous" François Fillon Primaire LR Régis Debray

Détail de "Adam et Eve chassés du Paradis", gravure tirée du "Paradis perdu" de John Milton, 1868

La victoire écrasante de François Fillon sur Alain Juppé au second tour de la primaire LR n’aurait pas été possible sans l’apport décisif des voix de la Manif pour tous. En quelques années, la force de frappe électorale des millions de Français du « Mai 68 conservateur » (Gaël Brustier) a en effet contraint la droite à questionner un Progrès jusqu’alors incontesté. « On veut des enfants bio », lisait-on sur les mieux inspirées des banderoles.

C’est dans cet esprit que le conservateur entend faire perdurer les structures de base de la société : la famille, les associations locales, la patrie. Opposés aux conséquences délétères de l’emprise du marché sur l’environnement, la solidarité et la personne humaine, les conservateurs ne se satisfont pas davantage d’un État tentaculaire transformant l’individu en allocataire anonyme. Ni libéral ni étatiste, le conservateur se maintient dans un entre-deux qui peut prêter le flanc à l’ambiguïté.

Quand l’ordre établi vénère l’innovation, le conservatisme peut devenir révolutionnaire

Car à l’image du champ intellectuel dans sa globalité, la grande famille conservatrice se scinde schématiquement en deux traditions que l’on pourrait assimiler à la droite et à la gauche. Outre-Manche, Roger Scruton reconnaît son dû à des figures de gauche telles qu’Orwell et

[...]

  • causeur.#42.couv.bd

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 101 - Janvier 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#42.couv.bd
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 28 Janvier 2017 à 14h27

      persee dit

      Mais oui pourquoi conserver de l’argent : rendez le 
      pourquoi garder vos vieux parents : mettez les à l’hospice
      pourquoi vous saignez pour vos gosses, et vouloir en faire des êtres libres et responsables,  laissez les dans la rue. ça  pousse tout seul ! 
      pourquoi gardez votre travail , laissez le à celui qui n’en veut pas , et qui de toute façon ne pourrait pas le faire .
       Si vous avez toujours pas compris qu’il faut laisser la place , parce que c’est bien et ” sympa ” , c’est que vous n’avez rien saisi de la vacharde humaine .

    • 28 Janvier 2017 à 11h04

      Terminator dit

      Il faut absolument que les français se réapproprient leur histoire, leur langue et leur culture que la gauche s’est acharnée à détruire après que la droite les eut abandonnées…

    • 27 Janvier 2017 à 14h35

      Pyrrhon dit

      Nous avons tous un fond invariant, résistant, une hiérarchie de valeurs, son moi, sa famille. Les révolutions, qui mettent en danger cet invariant, ne sont jamais applaudies très longtemps. C’est pourquoi elle se défendent par un totalitarisme.

    • 26 Janvier 2017 à 16h53

      accenteur dit

      “L’avenir s’inscrit dans les traditions” ??? hou pou pou ! Attention quand même Daoud, phrase à double tranchant. Il y a ceux qui se réclament de leurs traditions et ceux qui se réclament de leurs traditions…et des fois, ça ne le fait pas.

      • 26 Janvier 2017 à 18h41

        Renaud42 dit

        La tradition c’est ce qui s’impose, ce n’est pas des réclamations plaintives ni des crispations identitaires.

      • 27 Janvier 2017 à 8h41

        accenteur dit

        En principe, Renaud, en principe ! Mais quand il y a sur le même territoire des individus qui se réclament d’une tradition et d’autres d’une autre, la règle qui s’impose c’est comme chez le boulanger : premier arrivé, premier servi.

        • 27 Janvier 2017 à 23h55

          Renaud42 dit

          Il n’y a pas deux traditions attachées à une terre, il ne peut y en avoir qu’une.
          Quand l’islam dit qu’une terre devient terre d’islam elle devient uniquement terre d’islam et le reste est folklorique.
          Les élites qui nous trahissent folklorisent la tradition de leur propre terre pour que le Marché règne sans partage.
          Mais le résultat pourrait être le règne de l’islam.
          Je n’ai rien contre l’islam qui fait son job de colonisateur comme il ‘a toujours fait.
          J’ai beaucoup contre les traitres qui nous gouvernent, intellectuellement, politiquement, économiquement.

    • 26 Janvier 2017 à 15h46

      Syagrius dit

      La manie pathologique de la gauche de vouloir faire table rase du passé, celui-ci étant réputé irréfragablement rétrograde, tandis que la nouveauté est considérée avec la même vigueur comme un progrès, est le pendant de la manie inverse de certains conservateurs crispés qui considèrent que le changement est nécessairement porteur de catastrophes. Je note cependant que cette haine du changement porte un nom, le misonéisme, tandis que la haine pathologique de l’ancien attend encore d’être nommée. C’est pourtant une perversion aussi calamiteuse.

      • 26 Janvier 2017 à 16h23

        Schlemihl dit

        C’ est étonnant comme de nos jours on méprise tout ce qui est vieux

        ( Parole d’ une dame à la veille de la Révolution française )

      • 26 Janvier 2017 à 16h58

        accenteur dit

        Bien dit Syagrius. j’ajoute seulement quand on a tout à perdre, on préfère conserver la table bien fournie et quand on a tout à gagner on préfère la table rase.

      • 26 Janvier 2017 à 21h37

        Flo dit

        “la haine pathologique de l’ancien ” a un nom : la connerie.

    • 26 Janvier 2017 à 14h52

      Schlemihl dit

      Comment l’ écologie peut elle être conservatrice , ou révolutionnaire ou autre chose ? c’ est une science , comme la thermodynamique ou la chimie .

      Des enfants bio ? le refus de la modernité , c’ est à dire de ce qui est maintenant ?

      Je n’ y comprends absolument rien . Est ce qu’il existe une génétique de gauche , une physique de droite , une vie non biologique ? est ce que ce qui existe va cesser d’ exister parce que ça nous déplaît ?

      • 26 Janvier 2017 à 15h21

        hoche38 dit

        Comme vous, je n’y comprends plus rien. Peut-être nos schémas idéologiques sont-ils obsolètes?

        Je doute malheureusement que l’écologie devienne une science dure comme la thermodynamique ou la chimie. Trop d’implications humaines? Je me souviens d’avoir lu une réflexion de Vilfrido Pareto, le créateur avec son maître Walras de l’économie mathématique: si nous continuons pendant encore dix mille ans, à investir dans la recherche économique, alors peut-être disposerons nous d’un théorème comme en physique, qui s’applique dans un petit domaine de l’économie vivante.

        • 26 Janvier 2017 à 15h40

          Schlemihl dit

          Mais si , l’ écologie est une science plus complexe que les sciences physiques , mais c’ est très sérieux . elle étudie les rapports des êtres vivants avec leur environnement .

          Il est évident que ça n’a aucun rapport avec la conservation des écosystèmes , qui ne sont pas durables , ni avec le maintien de la biodiversité , ni avec l’ hygiène . La disparition d’ une espèce ( la nôtre par exemple ) n’ est pas un sujet de lamentations mais un objet d’ études .

          En attendant , on peut admirer l’ étonnante ressemblance des poissons ichthyosaures et cétacés , ou la ressemblance des sociétés animales chez les termites et les fourmis .

      • 26 Janvier 2017 à 16h59

        Renaud42 dit

        “Comment l’ écologie peut elle être conservatrice , ou révolutionnaire ou autre chose ?” Vous dormez depuis la fin du 19e? Comment peut-on encore penser aujourd’hui que l’objectivité n’a rien de subjectif?

        • 26 Janvier 2017 à 18h11

          Schlemihl dit

          Un scientifique a des émotions et des désirs , mais à son travail , tout en sachant que l’ objectivité est impossible , il doit essayer d’ être objectif . Sinon c’ est un farceur , un vert .

          Comme dit accenteur ils aiment les loups . Ce point de vue n’ est pas scientifique .

        • 26 Janvier 2017 à 18h35

          Renaud42 dit

          L’objectivité maximum c’est de savoir qu’elle est teintée de subjectivité.

        • 26 Janvier 2017 à 23h45

          Schlemihl dit

          Je ne suis ni objectif ni subjectif je suis saoul .

          Merci , merci Soleil , de nous donner le jour
          Etoile , merci encore o merveille nocturne
          Rendons grâce à le Lune Déesse de l’ amour
          Dont la forme évoque autre chose qu’une urne
          Et que ces initiales épargnent votre cour  

      • 26 Janvier 2017 à 17h02

        accenteur dit

        Les écologistes – je ne parle pas des écologues – sont des cons. Ils préfèrent la conservation des loups à celles des agneaux. Et ils défilent contre Trump ?