“Désobéir aux traités européens sans sortir de l’UE serait dangereux” | Causeur

“Désobéir aux traités européens sans sortir de l’UE serait dangereux”

Entretien avec François Asselineau

Auteur

David Desgouilles

David Desgouilles
Blogueur et romancier.

Publié le 21 décembre 2016 / Politique

Mots-clés : , , ,

François Asselineau upr

François Asselineau. Sipa. 00732989_000007

David Desgouilles. En 2012, vous n’aviez pas pu réunir les cinq-cents parrainages d’élus nécessaires pour être candidat à la présidence de la République. Compte tenu du durcissement législatif des conditions pour les obtenir, quelles sont les raisons qui vous poussent à croire que vous réussirez en 2017 ?

François Asselineau1. Nous ne comptions que 707 adhérents fin 2011. Nous avons désormais plus de 14150 adhérents et au rythme actuel, il est possible que nous dépassions les 15000 d’ici à la mi-janvier 2017. Cela fait de l’UPR le 5ème ou 6ème parti de France en nombre d’adhérents et l’un des tout premiers en nombre de militants. Or il faut beaucoup de démarcheurs sur le terrain pour récolter les parrainages. Il faut savoir que les maires, principaux détenteurs du pouvoir de parrainage, sont très réticents à parrainer. Environ 60% d’entre eux refusent de parrainer quiconque. Seulement 20% de ceux que nous contactons acceptent de nous recevoir. Et moins de 10% de ceux que nous rencontrons acceptent de me parrainer, le plus souvent d’ailleurs au bout de la deuxième ou troisième visite. Un simple calcul permet de conclure que nous devons passer environ 25000 appels téléphoniques et effectuer quelque 10000 à 15000 visites pour obtenir ces fameux 500 parrainages. Seul un parti structuré, avec une puissante force de démarcheurs très motivés, peut opérer ce travail de Titan. Nous n’avions pas cette force militante en 2011. Nous l’avons maintenant. Au passage, cela montre que beaucoup de ceux qui se déclarent candidats n’ont strictement aucune chance d’obtenir les 500 parrainages, car le simple fait d’être une personnalité connue ne suffit pas, loin s’en faut ! De fait, les retours du terrain dont nous disposons donnent à penser qu’il y aura pas plus de candidats en 2017 qu’en 2012, et même probablement moins. Si je suis de ceux-là, il est possible que je sois la seule véritable tête nouvelle.

Lisez la suite de l’article sur le blog de David Desgouilles.

  1. Président de l’Union populaire républicaine (UPR), François Asselineau est candidat à la présidentielle.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 25 Décembre 2016 à 9h01

      Letchetchene dit

      @Vox Populi 10h04
      Je suis entièrement d’accord avec vous, j’ajoute que si nous demandons à renégocier certains articles du traité ( Schengen, Pacs) ou autres en fonction du souhait dès citoyens Français,nous le poids suffisant pour y arriver.
      Pourquoi :
      1
      Nous sommes le 2eme contributeur après les deutschs ,  nous sommes la première puissance militaire avec l’UK en Europe puis faire le tour des pays comme la Pologne  , la Hongrie ,la Slovaquie pour s’assurer de leur soutiens avec des partenariats économiques 
      2
      Que rest il de l’EU après ça, les Deutchs , en plein marasme avec leurs migrants ,lItalie moribonde ,l’Espagne pas mieux si ce n’est pire je parle pas du Portugal  donc il reste deux ou trois très grand pays qui sont la Belgique coupé en deux, le Luxembourg du voleur Juncker et les Pays Bas bientôt immondé 
      3  
      C’est avec ça que nous allons être attaqué pour ne pas respecter le traité de l’EU dans sont ensemble , c’est Noël mais quand même !!!
      4
      La Merkel avait beau jeux avec Le Flamby de service mais sûrement pas avec une personne qui vient avec l’idée bien arrêté de renégocier?
      Alors qui pour me dire que les divisions blindées belges wallonnes pas flamendes bien sur, luxembourgeoises ou hollandaises vont déferler sur nous pour ne pas respecter le traité ???
       

    • 24 Décembre 2016 à 7h13

      QUIDAM II dit

      La France, qui a obéi aux traités européens, souffre du chômage, du surendettement, de la désindustrialisation, de la concurrence déloyale des pays asiatiques, etc.
      Elle souffre de « l’espace Schengen » qui permet, dans 22 États membres de l’Union européenne et 4 États associés, la libre circulation des personnes… exceptée celle des juges et celle des policiers.
      Obéir aux traités européens en restant dans l’UE ne  RISQUE  pas d’être dangereux.
      C’est dangereux.

    • 23 Décembre 2016 à 21h38

      Sophie13 dit

      @Warboi : le naufrage on y déjà

      Merci à Causeur pour cet interview de François Asselineau

    • 23 Décembre 2016 à 16h09

      Impat1 dit

      Warboi a dit à 3h10: … « Laissons le UK s’enfoncer.
      Le voir patauger misérablement dans son inconséquence est un plaisir dont nous n’avons pas finir de nous réjouir. »…

      Comme il est méchant ! Et faut-il que je sois aussi méchant pour penser de même…
      Bon, en fait les plus réjouissant n’est pas de voir la GB s’enfoncer, ce sera de voir l’Union se libérer de ce boulet et pouvoir enfin poursuivre sa construction politique.

      • 23 Décembre 2016 à 16h12

        steed59 dit

        et pis surtout comme il/elle a tord. L’économie britannique se porte pas trop mal au regard de ses voisins et les cygnes noirs qu’étaient le brexit et l’élection de trump ne sont que des pétards mouillés.

    • 23 Décembre 2016 à 14h24

      Angel dit

      En fait dans cette UE moribonde serait l’article 50 de la Constitution de ce Monstre
      Mais alors utilison le a 28

    • 23 Décembre 2016 à 3h08

      Warboi dit

      Desgouilles, de Séguin à Asselineau.
      Trajectoire d’un naufrage.

    • 22 Décembre 2016 à 18h02

      fleuraufusil dit

      On sort, on sort, on sort de ce foutoir appelé Union Européenne !

    • 22 Décembre 2016 à 13h00

      vox_populi dit

      @beubeuh:
      Et la France a été condamnée à 164 000 € /jour pour non transcription de la directive autorisant les OGM.
      La question n’est d’ailleurs pas de savoir si on se fera(it) taper dessus ou non, la position de F.A. est de dire : y aun droit international, il n’est pas fait pour les chiens, et il propose de le respecter.
      A force de promouvoir la violation des règles et l’impunité, faudrait pas s’étonner que tout le monde fasse n’importe quoi.
      (et faire n’importe quoi, on le sait bien maintenant, c’est le meilleur moye de devenir l’importe qui :)
      sur la politique monétaire, soyons sérieux : c’est l’Allemagne qui mène la danse, ne nous voilons pas la face. Avec les conséquences que l’on sait (cf “targets 2″ auxquels vous faites d’ailleurs allusion) mais là elle n’y peut rien c’est la mécanique brute (pour ne pas dire brutale)des traités.

      Sur l’Europe des Nations, je m’accroche à ma chaise : si l’idée est de dire que l’Europe continue de rassembler aux forceps près d’un demi siècle après sa création des Nations qui n’ont rien à voir les unes avec les autres et de les enfermer dans des institutions qui mécontent tout le monde, nous sommes d’accord.
      En revanche, si l’idée est de dire que les Nations européennes sont toutes unies autour d’intérets et de projets communs, merci de donner un début d’exemple …:)

      Donc OUI, le problèmes C EST BIEN LES TRAITES. (ou alors l’ensemble du système législatif de France et de Navarre, la hiérarchie des normes, ne veulent plus rien dire …)

      • 22 Décembre 2016 à 14h12

        beubeuh dit

        Bon exemple que celui des OGM, parce que depuis des clauses de sauvegarde ont été rajoutées, et utilisées par tous les pays. La France a ici eu gain de cause au niveau européen, et le continent est la zone du monde, avec l’Antarctique, qui compte le moins d’OGM.
        Les traités organisent les rapports de forces entre nations, et globalement les institutions n’ont pas d’autonomie réelle, elles ne sont que l’enchevêtrement des technostructures nationales. Les traités disparaissent, les rapports de forces demeurent. Ils s’exprimeront juste sous une forme différente (et qui reste à définir), dont il est totalement à démontrer qu’elle nous serait plus favorable.
        D’ailleurs ce que le Brexit est en train démontrer, c’est que sortir des traités est une procédure largement aussi ardue et compliquée que de les changer. Dans les deux cas il s’agit de sortir de compromis jugés non satisfaisants, mais alors l’on butte sur l’écueil de la difficulté de construire des compromis alternatifs. Et l’on se rend compte que l’absence de compromis est, dans la quasi totalité des cas, pire que la situation précédente. Dans le cadre de l’activitation de l’article 50 (de l’aveu de son auteur, rédigé sur un coin de table juste avant la conclusion du traité), c’est mission quasi impossible: vous avez deux ans pour remettre à plat les relations internationales depuis 50 ans avec vos voisins. Qui ne sont pas demandeurs.

        • 23 Décembre 2016 à 3h10

          Warboi dit

          Laissons le UK s’enfoncer.
          Le voir patauger misérablement dans son inconséquence est un plaisir dont nous n’avons pas finir de nous réjouir.

        • 23 Décembre 2016 à 10h04

          vox_populi dit

          Sur le 1 :
          Ok donc si je suis votre logique : la France se voit imposer par la force des OGM dont 80% de la poulation ne veut, puis on adoucit un peu le régime (sans revenir sur l’essentiel) et il faudrait donc dire merci avec le sourire ?

          Sur le 2 :
          l’histoire entière des relations internationale est une histoire de rapports de force. en RI, il n’y a pas d’amitè, il n’y a que des intérêts. Si on sort des traités, ces rapports de force subsisteront naturellement, à une différence près : la France sera libre de défendre sa position et ses intérêts économiques, politiques, géo stratégiques etc …. Quant à l’argument selon lequel “on ne sait pas si ca serait plus favorable”, soyons sérieux : votre position serait donc de dire, dans le doute, abstenons nous et restons dans la situation actuelle qui est en train de faire disparaître la France de la scène internationale ?

          Sur le 3 :
          l’exemple qu’il ne fallait pas prendre :
          - de nombreux indicateurs, au gram dam des européistes, retournent au vert depuis que l’UK a annoncé sa volonté de quitter l’UE: taux de croissance révisé à la hausse par le FMI (c’est le seul pays pour qui c’est le cas, les prévisions pour la France pour 2017-2018 ont encore été abaissées la semaine dernière), de nombreux groupes internationaux réinvestissent en Angleterre (Nissan, Google,facebook, Apple, etc …) donc en ayant bien intégré que l’Uk allait quitter l’UE. Par ailleurs depuis l’annonce du Brexit l’UK a recu des dizaines de propositions d’accords commerciaux de luibre échange
          Et pourquoi ? parce que , l’UK (comme la France) est un pays riche, avec des consommateurs, un savoir faire, et que même sans traité et sans UE, il y aura toujours des entreprises pour venir faire des affaires en UK
          PS : sur l’article 50, un pays sortant a effectivement 2 ans pour négocier les modalités de sortie, mais si ces modalités trainent trop, le pays en questions peut sortir malgré tout au bout de ce délai (il a donc la main, ce n’est pas l’UE).

    • 22 Décembre 2016 à 10h20

      beubeuh dit

      Asselineau n’a pas lu la presse ces dernières années. La France, l’Espagne, l’Italie, le Portugal et l’Irlande enfreignent le traité budgétaire depuis bientôt 4 ans, et aucune sanction n’a été prise. Accessoirement l’Allemagne et les Pays-Bas aussi, en accumulant les excédents, mais en l’espèce aucune procédure de sanction n’est prévue.
      Par ailleurs le gros des décisions en matière économique sont prises par l’Eurogroupe, une instance informelle, réunie à huis clos et avec une base légale très mince. Il s’agit de pur rapport de force entre les Etats.
      Même chose pour ce qui concerne la politique monétaire, ou tout dépend des rapports de force au Conseil des Gouverneurs.

      Sortir des traités ne changerait rigoureusement rien aux rapports de force en question. Donc l’Europe des Nations rêvée par certains…a bien des égards, elle existe déjà.
      Le problème ce ne sont pas les traités, c’est ce qu’on est capable d’en faire.

    • 22 Décembre 2016 à 9h53

      keg dit

      La maffia politicarde n’est plus ce qu’elle était. Les parrains deviennent par peur des représailles….frileux.
      La concurrence est rude avec les E-trafics….
      Les petits ne pourront jamais grandir. On ne va pas quand même nous refaire le coup du FN…..!

      http://wp.me/p4Im0Q-1rE

    • 22 Décembre 2016 à 3h32

      Nolens dit

      On peut très bien sortir de Schengen, revenir sur tout un tas de textes en prétextant uniquement que le résultat référendum rejetant l’Europe n’a pas été pris en compte par les tous pourris (i.e. politiques).
      La vie n’est pas aussi compliquée qu’on veut bien nous le faire croire.
      Partant de là, on peut faire des choses.

      • 22 Décembre 2016 à 9h46

        expz dit

        Mais d’après MR Asslineau,si on n`obéit pas on risque la condamnation pécuniaire par le tribunal européen.Et si on ne paie pas,Bruxelles envoie les paras.Mazette ça fait peur!

    • 22 Décembre 2016 à 2h54

      bu2bu dit

      Pour en savoir plus sur ce personnage :http://www.marianne.net/Qui-est-vraiment-l-UPR_a239725.html

      • 22 Décembre 2016 à 3h28

        Nolens dit

        Vous n’auriez pas un lien vers un vrai article d’un vrai journal écrit par un vrai journaliste ?
        Marianne, je rêve !

      • 22 Décembre 2016 à 10h22

        Ruoma dit

        Pour en savoir plus !?…
        L’article en question n’est pas une référence.
        Ou plutôt si, c’est une référence dans la mauvaise foi et le dénigrement.
        Renseignez-vous davantage et prenez au moins la peine d’écouter ce qu’il dit.
        Sauf si vous préférez vous fier à tous ces politiciens professionnels qui encombrent le débat politique et nos écrans de télévision par la même occasion ou à nos “grands” médias qui brillent par leur objectivité et leur impartialité.

    • 21 Décembre 2016 à 21h04

      Villaterne dit

      Plutôt que vous cantonner dans l’aphorisme de bistrot pouvez-vous confirmer votre propos par des exemples de déclaration !
      Cela rendrait service !
      Merci d’avance

      • 21 Décembre 2016 à 21h09

        durru dit

        Quoi? La seule parole d’Isa ne vous suffit pas? Horreur!

      • 21 Décembre 2016 à 21h12

        alain delon dit

        La parole est à la défense

        • 22 Décembre 2016 à 10h53

          Patrique dit

          Il s’agit d’un blog complotiste composé d’une seule personne, Rudy Reichstadt, proche de BHL et des milieux néo-conservateurs.
          PS : votre précédent message diffamatoire a été supprimé à juste titre par Causeur.
          Votre vrai prénom ne serait-il pas Ornella (alias Marie-Anne) ?

        • 22 Décembre 2016 à 10h54

          Patrique dit

          Il s’agit d’un blog complotiste composé d’une seule personne, Rudy Reichstadt, proche de BHL et des milieux néo-conservateurs.
          PS : votre précédent message diffamatoire a été supprimé à juste titre par Causeur.
          Votre vrai prénom ne serait-il pas Ornella (alias Marie-Anne) ?

        • 22 Décembre 2016 à 16h40

          isa dit

          Assemineau est complotiste, sans aucun doute.
          Ornella? Non, j’aimerais bien, 

      • 22 Décembre 2016 à 15h55

        Villaterne dit

        Le post d’isa ayant été supprimé, celui-ci n’a plus lieu d’être!

        • 23 Décembre 2016 à 3h07

          Warboi dit

          A l’évidence le censeur de Causeur a la comprenette difficile et n’a pas vu que le post d’Isa s’adressait à Asselineau et non à Desgouilles.
          Maintenant qu’y a t-il de pire, être Asselineau ou son porte voix ?

    • 21 Décembre 2016 à 19h54

      alain delon dit

      Je vous trouve très dure envers David Desgouilles

    • 21 Décembre 2016 à 18h31

      Patrique dit

      Enfin une entrevue honnête avec Asselineau. Il était temps pour Causeur. Même si un blog, ce n’est pas Elisabeth Levy qui a oublié qu’elle a été présidente de la Fondation du 2 mars.