France Inter: il y a censure ou il n’y a pas censure? | Causeur

France Inter: il y a censure ou il n’y a pas censure?

De la complaisance des médias… avec eux-mêmes!

Auteur

Ingrid Riocreux

Ingrid Riocreux
Agrégée de lettres modernes et auteur de "La Langue des médias"

Publié le 28 avril 2017 / Médias

Mots-clés : , , , , , ,

Capture d'écran de la chronique interdite de Pierre-Emmanuel Barré

Dans cet article, je prends la défense d’un chroniqueur de France Inter. Démissionnaire, je le concède. Mais quand même !

Voici la chronique que France Inter ne diffusera pas :

Nagui ayant jugé que cette défense de l’abstention « faisait le jeu du FN », le chroniqueur Pierre-Emmanuel Barré a quitté France Inter. On lui aurait « demandé de ne pas faire cette chronique » : « Quand on me demande de ne pas faire une chronique, je démissionne. Je n’aime pas être censuré. »

A quoi Nagui oppose sa version : « Sur le coup, je lui ai simplement dit qu’il n’était pas clair sur l’abstention. Qu’il casse Macron ou Le Pen, OK. Mais qu’il encourage l’abstention, c’est faire le jeu du FN. Mais il a préféré ne pas venir à l’antenne. Après l’émission, je lui ai finalement proposé de faire sa chronique demain (jeudi 27 avril) sans changer une ligne. Et moi, j’aurais ajouté un mot pour dire d’aller voter. Au lieu de ça, il a préféré le faire sur internet. Libre à lui. »

Lui a-t-on, ou non, « demandé de ne pas faire cette chronique » ? Le fait que Barré ait choisi de démissionner de l’antenne, ce qui n’est tout de même pas une petit décision, suggère très clairement que Nagui édulcore la réalité. Un texte publié sur Facebook par trois humoristes de France Inter confirme que la chronique a été « refusée, sous le coup d’une réaction épidermique (réaction que nous pouvons comprendre) », avant que Nagui se ravise en constatant la conséquence de son interdiction.

Mais ce qui m’a intéressée, c’est la manière dont les médias ont rendu compte de cette affaire.

Partout, on lit que la chronique de P-E Barré a été « refusée »:

Or, un sketch radio-diffusé n’est pas un manuscrit que l’on soumet à un éditeur et qui peut donc être rejeté. Comme le rappelle Laurence Bloch, la directrice de la station : « les chroniqueurs sont absolument libres »

On n’est donc pas censé empêcher la diffusion de leur texte pour des raisons idéologiques, ce qui est la définition même de la censure.

Mais tout le monde est-il au clair avec cette définition ? Observons cette phrase de Nagui : « Ce n’est pas de la censure, surtout par rapport à la vraie censure qui risque d’arriver si Le Pen passe. »

J’avoue goûter particulièrement le « surtout par rapport à ». En est-ce ou non ? Si l’on comprend bien, la vraie censure, c’est quand ce sont les méchants qui censurent. Quand c’est nous, ce n’est pas de la vraie censure.

Au demeurant, je pense que Nagui se trompe. La popularité de Le Pen doit tellement à l’hostilité que lui vouent les médias comme France Inter que, si elle est élue, elle aura, au contraire, intérêt à les…

Lisez la suite de l’article sur le blog d’Ingrid Riocreux

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 3 Mai 2017 à 10h37

      gerard jourdain dit

      france inter? c’est quoi?
      j’ai pas suivi?

    • 2 Mai 2017 à 21h44

      Anouman dit

      Mais quelle idée d’écouter France-Inter, surtout si c’est Nagui qui fait l’émission!

    • 2 Mai 2017 à 17h23

      palast dit

      France Inter c’est comme radio Mayak à Moscou à l’époque soviétique à la différence que Radio Mayak entre les communiqués de propagande triomphants sur la moisson de blé abaondante et la production d’acier en hausse passait au moins de la belle musique classsique ou des chanteurs russes qui avaient de la voix.

    • 1 Mai 2017 à 16h21

      JF dit

      A priori j’avais de la sympathie pour un journaliste courageux.
      Mais en l’écoutant…
      Quel bobo hurleur ! Quelle indigence de la pensée ! Quelle nullité d’expression !
      C’est ça une chronique, cette vocifération vide de sens ?
      On se demande comment il peut y avoir des gens pour écouter une telle radio…
      Vive la différence !

    • 1 Mai 2017 à 16h03

      tetene dit

      Ce n’est pas la médiocrité de ce chroniqueur qui le fait quitter France Inter, il est du niveau de cette chaine, mais son refus de se plier au diktat
      de Hollande et de ses affidés.
      Décidément Hollande a massacré le pays mais cela ne lui a pas suffit, il a bafoué la démocratie en mettant en place sa tribu aux points stratégiques ce qui va sans doute permettre d’installer sur le trône élyséen un rejeton de son système.
      A tout prendre Erdogan est plus honnête qui ne se cache pas derrière ses media et sa justice pour mettre en place une dictature

    • 1 Mai 2017 à 15h07

      Dominique Voinchet dit

      et bien ce chroniqueur est bien nul!!! pas l’ombre d’un sourire n’a déformé mon visage. quelle médiocrité. france Inter n’y aura pas beaucoup perdu et qu’il aille faire JO au club med, c’est à peu près de ce niveau!!!!! et encore, je pense qu’il faudra payer des rieurs!

    • 1 Mai 2017 à 12h35

      marcopes dit

      mais comment peut on penser à une censure en ce qui concerne une radio exemplaire qui ne cesse de donner des leçons de démocratie à tout le monde ;un peu comme tous les médias qui soutiennent très démocratiquement Macron et qui ne saurait être mis en cause dans les messages pro macron au prorata de ceux anti FN , honni soit qui mal y pense

    • 1 Mai 2017 à 12h02

      greta1643 dit

      mais qu’est-ce que Nagui vient faire dans cette histoire ??
      (c’est bien l’ancien protégé d’Elkabach ? le “voleur de patates”, comme on disait à l’époque… ?).
      Triste temps et triste pays. 

    • 1 Mai 2017 à 9h55

      lisa dit

      En tous les cas, BFM et Macron, il ne risque pas d’y avoir censure quand on l’aime
      http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html

    • 30 Avril 2017 à 8h03

      pekpat dit

      Que cette “censure” est dérisoire en regard des dangers que représente Le Pen en matière de liberté d’expression. Les sociétés libérales doivent se défendre et dans le cas présent il y a respect des libertés, avec simplement un droit de réponse pour Nagui ….on a envie de dire au soi disant humoriste “Barré vous!!”

      • 1 Mai 2017 à 9h55

        lisa dit

        Ah oui, “pas de liberté pour les ennemis de la liberté”, ça s’est de la démocratie à la française, en effet.

    • 29 Avril 2017 à 17h32

      philgold dit

      France Inter ou C’est à vous même combat. Ils font la promotion du FN par leur comportement sectaire méprisant partisan qui est contre productif. Insulter Florian Philippot en direct a le résultat contraire qu’escompté. Les auditeurs et téléspectateurs sont outrés et sont obligés d’admettre que les médias de services publics sont dominés par des dangereux gauchistes manipulateurs.
      Merci Lepix Nagui et Patrick Cohen pour leur collaboration active à la promotion du Front National.

      • 1 Mai 2017 à 14h54

        Mazagan dit

        Aussi ridicule que de dire, comme j’ai pu l’entendre, que le dernier attentat à Paris a été perpétré pour favoriser Marine Le Pen. Tant qu’à faire, pourquoi ne pas affirmer que tous les ###### (auto-censure pour éviter d’être grossier) qui se rassemblent servilement autour de Macron, espérant comme Mélenchon un strapontin, ou crient au fascisme comme Pousse-Poussin que le ciel va nous tomber sur la tête, agissent pour le compte de Marine Le Pen. Les censeurs de tous les régimes tyranniques du passé ou du présent seraient donc des agents infiltrés de l’opposition à ces régimes ?

    • 29 Avril 2017 à 11h51

      georges dit

      Parce que vous écoutez cette radio, l’humoriste n’a pas de hauteur ses textes sont lamentables pour reprendre l’expression du baron Arditi quant aux chroniqueurs ils me filent la gerbe tellement ils en veulent à notre éducation.

    • 29 Avril 2017 à 9h10

      bea33 dit

      Et si tout simplement ce chroniqueur était mauvais.

      • 29 Avril 2017 à 10h46

        Craffe dit

        Oui, censuré ou pas, ce M Barré semble souffrir soit de difficultés d’expression d’idées qui seraient claires pour lui soit encore de confusion desdites idées.

        Mais bon, ça se passe sur France-Inter, la radio de ceux qui en ont entre les oreilles. Alors comment savoir ?

    • 29 Avril 2017 à 7h04

      Brice Briselances dit

      Nagui ! Voici les directeurs de pensées et maîtres-censeur que nous vaut l’époque… Merci encore une fois pour votre regard et votre plume acérés, Madame Riocreux !

      • 1 Mai 2017 à 13h37

        MGB dit

        Nagui, Hanouna… Mais encore une fois, nous ne sommes pas obligés d’écouter leurs émissions.

    • 29 Avril 2017 à 0h50

      kriktus dit

      mon dieu comment ça joue contre causeur de ne voir que la pub pour causeur quand on partage un article! c’est pathétique, je me demande qui sont les “experts” qui conseillent ce genre de méthode à la rédaction.

    • 28 Avril 2017 à 21h36

      Fixpir dit

      J’ai gardé un souvenir très précis d’un épisode de mon séjour à mon séjour in l’institut des machines agricoles de Rostov sur le Don, en 1977. J’étais un jeune apprenant le russe, dans un groupe de visiteurs, “chapeautés”, bien entendu, par l’agence de voyage officielle, “France-URSS”.
      Nous avions eu une rencontre organisée avec de jeunes étudiants, plus ou moins de notre âge, qui répondaient à nos questions. Les questions étaient bien gentilles, nous étions jeunes et beaucoup étaient sympathisants de “la cause”.

      Mais un impertinent posa une question toute bête : “y a-t-il une censure en URSS?”. La réponse de la jeune étudiante responsable de son groupe arriva du tac au tac : “la censure est l’avis de tous les communistes”. Et donc, je suppose, elle est naturelle et bonne. Mais notre guide russe est intervenu immédiatement pour expliquer “que, oui, mais, en fait, il n’y a pas de censure en Union Soviétique”.

      Franchement, en 1977, je n’aurai jamais imaginé que mon pays serait dans la même situation de mon vivant. La censure est l’avis de tous les Bien-Pensants, et, d’ailleurs, il n’y a pas de censure.

    • 28 Avril 2017 à 18h08

      Mazagan dit

      Une tempête dans un verre d’eau. Pierre-Emmanuel Barré, victime de la censure antifasciste (puisque ne pas voter selon Nagui, appointé par une radio du service public financée par tous les électeurs, de Macron comme de Le Pen, c’est, horreur !, “faire le jeu de Le Pen”), fait lui-même de l’antifascisme, ravalant par une hiérarchie de valeurs trompeuse Marine Le Pen à une candidate quand même bien pire que Macron. Son appel à l’abstention était un appel en filigrane à voter pour, en fin de compte, celui présenté par lui comme le moins pire, c’est à dire Macron. Ce qu’il y a de fascinant dans cette élection, c’est de voir la multiplicité des stratégies employées pour diaboliser et contrer Marine Le Pen, y compris en faisant semblant d’être anarchiste et d’appeler à s’abstenir.

    • 28 Avril 2017 à 18h00

      Caminho dit

      Pourtant cette chronique est du niveau de France Inter : stupide, hautaine et méprisante. Je résume : seule l’ultra gauche pense tous les autres méritent des baffes.