Foie gras: une Américaine à Paris | Causeur

Foie gras: une Américaine à Paris

Pamela Anderson au secours des Verts

Auteur

Manuel Moreau

Manuel Moreau
est journaliste et syndicaliste.

Publié le 22 janvier 2016 / Économie Politique Société

Mots-clés : , , ,

pamela anderson gavage foie gras

Mardi après-midi, l’Assemblée nationale a accueilli une star internationale : Pamela Anderson. L’américaine y a défendu, au nom de sa fondation, un projet de loi visant à interdire le gavage des palmipèdes, technique utilisée pour la fabrication du foie gras. La présence de l’actrice de la série des années 90 Alerte à Malibu a de quoi interloquer. Au-delà de mon agacement à voir débarquer une star américaine dans le débat autour d’une tradition reconnue en 2006 « patrimoine culturel et gastronomique protégé en France », pourquoi la femme qui a le plus de couvertures de Playboy à son actif 1 s’immisce-t-elle au cœur du système législatif français ?  Chose surprenante : cette invitation émane de Laurence Abeille, députée Europe-Ecologie-Les Verts du Val-de-Marne. Pour la parlementaire, interrogée par Le Monde, l’intervention de l’actrice vise à « démocratiser le sujet » : « Nous assumons le côté people de cette idée, commente-t-elle, mais nous pensons que de médiatiser cette cause permettra d’accélérer les changements de mentalités, d’habitudes et de politique. » Voilà donc à quoi nous sommes réduits…

Même les adversaires du gavage devraient s’interroger sur la légitimité de Pamela Anderson. Certes, depuis plus d’un siècle, des personnalités utilisent leur « capital notoriété » au service de causes. Mais Zola, Barrès, Gide ou Camus avançaient, eux, quelques arguments forts. À notre époque, n’importe quelle célébrité a voix au chapitre. Ainsi, les stars d’Hollywood n’ont cessé de promouvoir un monde plus juste : œuvrant pour l’ONU, Angelina Jolie est ambassadrice des Nations-Unies et George Cloney « messager de la paix ».  De nombreuses autres personnalités représentent ONG, associations ou fondations de tous ordres. Partant, remettre en cause l’engagement de Pamela Anderson ne serait-il pas sexiste ?

Comme son aînée Brigitte Bardot, la star est associée depuis plusieurs années à la cause animale aux côtés de la PETA, association de défense des droits des animaux, pour laquelle a elle déjà posée nue dans une campagne contre les fourrures. Elle a aussi pris part à des campagnes contre la chasse des phoques au Canada, les expérimentations médicales sur les animaux et que la consommation de viande. En 2010, une affiche de l’actrice posant en bikini pour l’association avait même été interdite au Canada pour… « sexisme ». On l’aura compris, Pamela Anderson use et abuse de son physique  pour défendre des causes qui lui tiennent à cœur. C’est son droit.  Jouant sur son hypersexualisation, Anderson sait faire affluer journalistes, caméras et photographes comme cette semaine au Palais-Bourbon, où elle a provoqué  un début d’émeute.

Face à ce spectacle ubuesque, une interrogation nous vient : pourquoi les Verts, très à cheval sur l’image, acceptent-ils le soutien d’une playmate jouant avec l’image de la femme-objet ? On a connu ce parti plus tatillon sur le sujet. En octobre 2015, la fédération EELV parisienne s’était ainsi insurgée contre une affiche publicitaire de la chaîne hôtelière Accorhotels Arena vantant « le seul lieu où les femmes sont à vos pieds ». Ni une ni deux, le site de la fédé s’était fendu d’un « les publicités sexistes, ça suffit ! ». «  En 4 mètres par 3 s’étale un concentré de misogynie et de sexisme d’un autre âge ! », s’énervait  Anne Souyris, coprésidente du groupe écologiste de Paris. Message reçu. Dès lors qu’il s’agit de sauver les oies et les canards, exploiter l’image de Pamela Anderson paraît manifestement moins problématique aux écolos.

Cependant, le « coup de com’ » des Verts cache une vraie question de fond : le problème du foie gras est tout d’abord celui de sa démocratisation. A l’origine, il s’agissait d’un produit cher et rare réservé à l’élite,  dont la production relativement faible et artisanale n’avait pas grand-chose à voir avec le gavage intensif que l’on connait aujourd’hui. Or, comme d’autres denrées naguère considérées comme un luxe, le foie gras est devenue une sorte de droit pour chaque français, un ci-devant privilège qu’il faut rendre accessible à tout le monde. Eh oui, Madame Anderson, on n’a pas de foie gras sans gaver des oies…

*Photo: Sipa. Numéro de reportage : AP21846383_000003.

  1. Elle posera à nouveau ce moins de janvier pour le dernier numéro du magazine.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 26 Janvier 2016 à 12h12

      ekhinops dit

      Beaucoup moins héroïque de dénoncer le gavage des oies en France — même pour une ex-playmate victime des quolibets sexistes des députés français — que de s’attaquer aux élevages industriels américains, aux nombreux McDo’s qui polluent les habitudes alimentaires des ados et les villes françaises. Quant à la déforestation… Oprah Winfrey en a fait les frais pour avoir dénoncé la consommation de hamburgers aux USA, contrainte à rétropédaler presto et à présenter des excuses publiques après avoir l’objet de sérieuses menaces de mort.

    • 25 Janvier 2016 à 17h47

      VALJEAN JEAN dit

      Le passager chez ruquier fut plus intéressant : on y apprend notamment qu’elle milite aussi pour qu’on diminue largement la consommation de viande .

      Et le plus épatant était d’entendre ce Paul Watson – fondation Sea Shepherd (« Berger de la Mer »)qui l’accompagnait sur le plateau .. Cet écolo US explique sans rire devant l’assistance médusée qu’il y a trop d’habitants sur terre , qu’il faut limiter les naissances avec pour objectif de revenir à 1 milliard d’êtres humains , parce que 6 ou bientôt 8 milliards c’est absolument insupportable pour la planète .
      Comme quoi ,l’intégrisme est vraiment partout , mais on se dit que pas mal d’américains néo écolo doivent penser la même chose

    • 25 Janvier 2016 à 15h12

      Angel dit

      Pamela Anderson……..En matiere de gavage a la silicone elle est bien la.Elle.

    • 25 Janvier 2016 à 11h49

      probert dit

      Les oies et les canards ne souffrent pas lors du gavage : ce sont des oiseaux ! Ils n’ont pas de dents mais un gésier, et ils avalent “tout droit” leur nourriture. Remplir leur estomac par une canule ne pose pas de problème. On abat l’animal avant qu’il ne soit malade de son foie devenu trop gras. On peut très bien avoir du foie gras sans gavage, mais c’est beaucoup plus long (donc encore plus cher). Généralement ces animaux d’élevage vivent en France dans des espace assez vaste et sont bien soignés, mais dans les élevages intensifs en Europe centrale ou en Chine, c’est moins sur ! Il ne faudrait pas que des images horribles d’élevages indignes prisent ailleurs nous fasse renoncer à nos élevages traditionnels au pré ! Il y a toujours des bonnes âmes à la recherche de causes à défendre, mais là vraiment, ils se ridiculisent !
       

    • 24 Janvier 2016 à 12h01

      Fantasio dit

      Si c’est Pamela qui le demande…
      Non mais sérieux, c’est juste l’info la plus WTF de ce début d’année.

    • 24 Janvier 2016 à 8h48

      oups ! dit

      Le foie gras sans gavage existe.

      http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/12/28/en-espagne-une-exploitation-ethique-produit-du-foie-gras-sans-gavage-des-oies_4340991_3244.html

      Interdire le gavage est une chose mais il faudra alors interdire l’entrée en France de tous les foies qui ne respectent pas cette lois…chinois, pays de l’est etc.

    • 24 Janvier 2016 à 8h02

      lili23 dit

      Il devrait y avoir la chanson de Julien Doré aussi 

    • 24 Janvier 2016 à 7h43

      lili23 dit

       c’était de cette rumeur que la campagne était grosse. «  … » , une armée noire, vengeresse, qui germait lentement dans les sillons, grandissant pour les récoltes du siècle futur, et dont la germination allait faire bientôt éclater la terre.

    • 24 Janvier 2016 à 7h12

      lili23 dit

      Moi à Noël j’adorais lire les contes de «  Mamère »  l’oie

    • 24 Janvier 2016 à 6h55

      lili23 dit

      Moi, je ne suis pas d’accord, et Platon à traiter le sujet dans le Gorgias par exemple. Se poser des questions sur sa légitimité. Nul. Moi je crois plutôt qu’il y en a qui pour une fois ont du regretter d’être absent. 

    • 24 Janvier 2016 à 2h34

      lili23 dit

      Le caractère «  ubuesque » est pt antinomique à l’égard du gavage. 

    • 24 Janvier 2016 à 2h13

      lili23 dit

      Je suis contre le foie gras, mais je me suis  déjà fais attaquer par une oie. Il y a  un reportage «  Voles avec les oies ». 

    • 24 Janvier 2016 à 1h59

      lili23 dit

      «  Démocratisation »,  accessibilité, hygiène, condition animale, pâté, «  être dans le pâté », pâté à chat, croquettes à chat, toast. Ill y a pas mal de questions. Nous avons plutôt des devoirs envers les animaux qu’eux ont des droits, une oie ne plaider sa cause devant un tribunal.

    • 24 Janvier 2016 à 1h40

      lili23 dit

      je réécoute M le machistador