Du désert rural au vote Front national | Causeur

Du désert rural au vote Front national

Entretien avec Jérôme Fourquet

Auteur

Gérald Andrieu
est journaliste.

Publié le 15 mars 2016 / Économie Politique Société

Mots-clés : , , , , ,

Le directeur du département Opinion et stratégies d’entreprises de l'Ifop, vient de publier une note fort instructive sur «l’influence de l’isolement et de l’absence de services et commerces de proximité sur le vote FN en milieu rural.»

(Photo : SIPA.00684018_000001)

Causeur : Au vu des résultats de votre étude, est-il compréhensible que le PS n’ait pas mis en place, une fois arrivé au pouvoir, une de ses rares bonnes idées d’avant la présidentielle 2012 : le « bouclier rural ». Ce dispositif, imaginé par des responsables socialistes et qui avait été en partie retenu par le parti lors d’une convention sur « l’égalité réelle », prévoyait de garantir aux habitants des zones rurales, par la mise en place de « normes adéquates, un temps d’accès maximum aux services essentiels : accueil de médecine générale, école élémentaire et collège, bureau de poste, etc. » Ainsi, « l’organisation hospitalière » devait « être repensée autour des bassins de vie, pour permettre l’accès à un service d’urgence à moins de 30 minutes, à une maternité à moins de 45 minutes. »
Jérôme Fourquet : Le « bouclier rural » ? Il faut s’arrêter un instant sur ce terme. Ça rappelle ce que proposent aujourd’hui, dans le camp d’en face, Les Républicains avec leur grand « Plan Marshall » pour les zones rurales. Mais les « Plans Marshall », les « Grenelle », les « boucliers » ou les « pactes », il en sort un tous les quatre matins. Ces termes sont très solennels : ils laissent entendre que les pouvoirs publics vont mettre vraiment le paquet sur le plan financier et que les politiques vont faire preuve de constance et de persévérance. Sauf qu’il y a un loup à partir du moment où plusieurs secteurs ont droit à ce genre de dispositif, à ce même « traitement de faveur » si l’on peut dire. Car on ne peut pas faire de tout une priorité.
La question de la ruralité était finalement moins prioritaire pour le Parti socialiste que d’autres sujets. D’autant que ce n’est pas dans les campagnes que le PS est électoralement le plus puissant. C’était peut-être une bonne idée, mais passée à la moulinette de la hiérarchisation des priorités, on le voit, elle s’est retrouvée mise en bas de la pile. Résultat : le gouvernement en est réduit à faire de la com, de l’agit-prop un peu technocratique comme lorsqu’il organise un comité interministériel décentralisé à Laon sur la ruralité au cours duquel on parle de fibre optique, de zones blanches, où en fait on « amuse un peu la galerie ». Parce que même si l’exécutif a compris qu’il se passait des choses dans ces territoires ruraux, il semble n’avoir ni la volonté politique ni les moyens financiers de prendre ces sujets à bras le corps. Du coup, il fait du replâtrage en espérant que ça tienne. Sauf que ça ne tient pas… On le voit par exemple avec la crise agricole. Quand Stéphane Le Foll dit peu ou prou « Ce n’est pas moi qui fixe le prix du lait ou du porc », c’est-à-dire : « Il n’y a plus de quotas laitiers, je n’ai pas les moyens d’intervenir », dans ces territoires on comprend que l’on n’a plus que ses yeux pour pleurer et que les politiques se sont défaits d’un certain nombre de leviers d’action politique. Sans ces leviers, ne leur reste que la com et l’incantation.

Il apparaît clairement dans votre étude que « le vote FN se montre le plus sensible à la présence ou l’absence d’un bureau de poste » et « que la présence d’un relais-poste chez un commerçant n’a, à l’inverse, quasiment aucun impact sur ce vote ». Bref, dans l’esprit des gens — et à raison —, un simple « relais-poste », ça ne remplacera jamais La Poste, quand cette dernière disparaît on se sent foncièrement isolé. Voilà une conclusion qui mériterait d’être transmise en urgence — si ça n’est pas déjà fait — à la direction de La Poste et à l’ensemble des responsables politiques. Car si La Poste est devenue une société anonyme en 2010 (un changement de statut pour répondre à une directive européenne qui imposait l’ouverture du marché du courrier), ses capitaux n’en restent pas moins publics…
Un certain nombre de responsables ont estimé que le maillage territorial de La Poste — qui faisait quelque part sa fierté et contribuait aussi au lien très particulier qu’elle avait tissé avec les Français — devait être revu à la baisse pour des raisons de coûts et en fonction aussi de l’érosion du trafic postal, ce qui après tout pouvait passer pour des arguments recevables. Les élus locaux, les deux pieds dans la réalité concrète, ont vu le danger que cela revêtait et se sont mobilisés pour empêcher et limiter ce désengagement de La Poste. En réponse, il leur a été octroyé cette « solution » des relais-poste, un dispositif qui, politiquement et psychologiquement, on le voit rate sa cible : c’est un ersatz qui ne trompe personne. Sans faire dans le lyrisme sur le thème « La Poste, c’est ce qui vous relie au reste du monde », c’est néanmoins ce qui matérialise pour des générations et des générations, le service public à la française, la 4L jaune qui va jusqu’au fin fond des chemins vicinaux distribuer le courrier tous les jours…

Votre étude note par ailleurs que, même s’il est souvent question dans le débat public des « déserts médicaux », l’absence d’un médecin généraliste a moins d’influence sur ce sentiment d’abandon (et conséquemment sur le vote FN) que l’absence d’un bureau de poste, comme on l’a vu, et même que l’absence d’une épicerie, d’une banque, d’un café ou d’un restaurant (voir ci-dessus). En revanche, la présence ou l’absence d’une boulangerie — que l’on imaginait pourtant comme un indicateur essentiel de la vitalité ou non d’une commune —, ne paraît quasiment pas avoir d’influence sur ce sentiment-là et sur l’électorat FN ?
Est-ce que le meilleur « antidote » au vote FN, c’est la boucherie, la boulangerie ou le café ? Les chiffres sont finalement assez peu différents. Réfléchir de cette manière n’est donc pas vraiment probant. Ce qui compte surtout, c’est l’effet cumulatif. Est-ce qu’il y a encore une vie commerçante dans ma commune ? Est-ce qu’il y a encore deux, trois, quatre boutiques ? Est-ce qu’il n’y en a plus aucune ou est-ce qu’il y en a plus qu’une ? S’il n’y en a plus qu’une, qu’importe que  ce soit une boucherie ou une boulangerie, ça ne fait finalement plus une grande différence. La fermeture d’un bureau de poste, comparée à celle d’une boulangerie, va avoir des conséquences politiques et psychologiques, sur tout un territoire, bien plus importantes. On voit bien comment le débat politique va se structurer. Le FN est capable d’articuler toutes les dimensions d’un tel sujet. Florian Philippot va parler de la directive européenne mais aussi de la « logique financière mortifère » quand d’autres au Front parleront de « la France des abandonnés », des « invisibles » qui sont « sacrifiés par les élites boboïsés des grands centres urbains », etc.

Peut-on dire pour autant, comme l’écrit de façon volontairement « polémique » Gaël Brustier1 sur le site Slate.fr,  que « ce ne sont pas essentiellement les commerces halal qui favorisent le vote FN mais bien davantage l’absence de commerce ou de service » ? Celui-ci voit d’ailleurs dans votre note une réponse à Eric Zemmour qui, trop porté sur la « théorie du grand remplacement » et la question « identitaire », « omet tout simplement de s’intéresser à la réalité de la France rurale et de ses 26 841 communes » et ne prendrait ainsi pas en compte les « mutations » profondes du « lien social » et de « l’organisation territoriale » dans notre pays ?
Là aussi, c’est cumulatif, si je puis dire. Ce qu’on montre encore une fois avec notre étude, c’est que le vote FN — comme d’autres types de votes d’ailleurs — n’est pas unidimensionnel : il ne répond pas à une seule logique. Il y a un ressort principal : ça reste la question de l’immigration et de l’identité qui assure un certain matelas de voix, un certain stock qui peut croître ou décroître en fonction de l’actualité et du talent des dirigeants du parti. A ce stock, viennent s’ajouter des clientèles annexes qui partagent tout ou partie des préoccupations de cette clientèle principale, mais qui arrivent au FN par d’autres thématiques présentes dans son discours et qui entrent en résonnance avec leur quotidien. Dans ces secteurs ruraux, ça peut être ce sentiment de relégation, d’abandon et de désespérance. Ces deux raisons — présence de commerces halal et absence de commerces ou de services — ne s’opposent pas.
Dans toute une série de communes, la « kebabisation » des centres-villes comme l’appellent certains, produit des effets politiques absolument majeurs. Si vous prenez une petite ville — hélas célèbre maintenant — comme Lunel, elle est emblématique de ce qu’il se passe dans des dizaines et des dizaines de petites villes moyennes, notamment des départements méditerranéens, où il y a un centre-ville qui s’est paupérisé, avec un bâti vétuste et une population issue de l’immigration qui l’a investi – pas de manière planifiée et programmée, mais parce qu’il y a des conditions économiques et sociales qui ont permis ce phénomène. Avec ces populations sont arrivés des commerces qui correspondent. On a donc une population disons « autochtone » qui, elle, réside dans les quartiers périphériques pavillonnaires, ou de villas quand on est dans le Sud, qui vous dit : « Je ne vais jamais dans le centre-ville », « C’est sale », « On n’est plus chez nous »… Il y a chez elle un sentiment de dépossession.
Ces deux logiques — présence de commerces halal et absence de commerces ou de services, une nouvelle fois — ne sont donc pas contradictoires. Pour mettre tout le monde d’accord : la multiplication des commerces halal dans les centres de villes comme Lunel va produire du vote FN à plein régime dans cette commune et jusqu’à plusieurs dizaines de kilomètres à la ronde. Si, en plus, dans un village à sa périphérie, il n’y a plus de commerces, de services publics et que la Poste a fermé, ça va fabriquer par un autre canal du vote FN.
Ce qui est important d’avoir en tête et que l’on mentionne dans notre note, c’est que dans les espaces ruraux, quand il y a encore 6-7 commerces et services présents parmi les 8 ou 9 que l’on a décidé de retenir pour notre enquête, on est déjà à 23%-24% pour le FN. On ne part pas de 5%, 10% ou 15%. Ce sont des niveaux déjà considérables. Le rapport à l’immigration est donc déterminant et quand il n’y a pas de services de proximité, c’est un « bonus » pour le FN.

« Le diagnostic du FN n’est pas dressé une fois par an, au moment du Salon de l’agriculture »

Le FN est peut-être le parti qui attire le plus les suffrages des habitants de ces territoires-là. Pour autant, au-delà de l’attrait suscité, au-delà des discours qui leur sont adressés, le parti de Marine Le Pen vous semble-t-il disposer aujourd’hui de propositions concrètes et réalistes qui permettraient de maintenir ou de relocaliser des services et des commerces dans ces territoires-là et, in fine, de rompre avec ce sentiment d’« isolement », de « relégation », voire de « déclin » et d’« abandon » que vous avez étudié ?
J’ai l’impression que non. Mais ce dont je suis encore plus certain c’est que les gens qui votent pour eux dans ces zones-là n’ont pas en tête des propositions concrètes que le Front national pourrait faire sur le sujet. En revanche, pourquoi se tournent-ils vers eux ? La première raison : le FN est un des seuls à faire le diagnostic de ce que ces gens ressentent. Et de manière constante : ce diagnostic n’est pas dressé une fois par an, au moment du Salon de l’agriculture ou à la veille des élections… Deuxièment : c’est le seul parti qui explique de manière cohérente – après, on achète ou on n’achète pas, mais le raisonnement peut tenir — pourquoi on en est arrivé là. Il y a une cause, nous dit-il, à tout ça : la mondialisation libérale et l’Europe, par exemple. Troisième élément qui fait qu’ils se tournent vers lui : au moins, se disent-ils, on parle de nous, on se soucie encore de nous, les invisibles — ce qui est déjà énorme.  Enfin, pour revenir à la question posée, il n’y a pas de solutions micro-économiques avancées par le FN, en revanche il y a un levier tout à fait massif qui est proposé. On pourrait le résumer ainsi : « On reprend le pouvoir, on sort de cette logique libérale, on sort de cette logique du tout marchand, on sort de l’oukase bruxellois et, comme c’est la cause de tous nos maux, une fois qu’on aura rompu avec ça, on va se retrouver à la situation qui valait ex ante. » Est-ce que c’est plausible ou pas ? Au moins, estiment ses électeurs, le FN a pris en compte nos souffrances, ses dirigeants ont désigné les responsables et ils ont l’air tout à fait déterminés à renverser la table ou, du moins, redéfinir les règles du jeu.

Voilà qui est très confortable, voire un peu facile : le FN, à vous écouter, n’a donc même plus besoin de mettre sur la table des propositions concrètes, de prescrire des remèdes efficaces puisqu’il dresse le diagnostic qui apparaît comme étant le plus juste aux yeux des électeurs de ces territoires ruraux ?
Si le but ultime du FN actuel est, en gros, celui qui était celui du père Le Pen, c’est-à-dire exister politiquement et médiatiquement, avoir un ticket pour aller sur les plateaux télé et être mentionné dans les éditos des journaux, eh bien cette stratégie a été grandement optimisée : le FN est passé de 15% à 25-30%.
Si l’objectif du FN est vraiment de gagner, de faire plus 50%, là il faut changer de braquet, être vraiment dans le concret, dans les mesures. Ca le ferait progresser encore. Mais ça n’est pas ça non plus ce qui, je pense, le fera dépasser les 50%.
Si ses responsables veulent l’emporter, il leur faudra nécessairement envisager des stratégies d’alliance. Aucun parti dans une société aussi diverse et fragmentée que la société française ne peut prétendre à représenter à lui seul 50% de la population. Cela doit donc passer par des alliances et des compromis. Le FN n’est pas dans cette logique-là. Je peux me tromper, mais de mon point de vue, je crois que le FN n’est pas loin d’avoir exprimé – avec un certain talent, il faut bien le dire — quasiment la totalité de son potentiel. Hormis circonstances tout à fait particulières, je ne vois comment il pourrait aller au-delà. C’est un peu l’enseignement des dernières élections régionales : dans les deux régions phares du FN (en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en Paca), ils parviennent à de bons résultats certes, mais il manque encore des voix. Et s’il en manque encore dans ces deux régions phare, il en manque encore plus dans des régions comme la Bretagne, dans les Pays-de-la-Loire, en Aquitaine, en Ile-de-France…

  1. Auteur d’un livre remarquable sur cette problématique avec Jean-Philippe Huelin : Recherche le peuple désespérément, Bourrin éditeur, octobre 2009.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 17 Mars 2016 à 13h48

      Pacte-Social-Républicain dit

      Martel.
      Il y a le baratin incantatoire de propagande que vous agitez sur lequel il n’y a aucune discussion, c’est juste fait pour agiter le militant et l’electeur …et il y a les réalités tangibles sur lesquelles il y a matière à discussion :
      - la réalité de l’UE, l’euro
      - les manques actuels de l’UE
      - les evolutions possibles de l’UE (veut-on plus de pouvoir exécutif de symboles : hymne, drapeau, equipes sportives) plus de pouvoir policier, militaire, commercial ?
      - le role de l’immigration dans la vie sociale, le marché de l’emploi
      - les projets d’abandon de notre monnaie, l’euro, pour aller vers quoi ? quels risques, conséquences previsibles ?
      Tout peut être discuté, sur une base rationnelle pas sur des incantations electoralistes ou slogans de meeting.

    • 16 Mars 2016 à 19h08

      Chr martel dit

      Pacte-Social-Républicain

      Ben moi j’ai honte des “valeurs de la gauche” qui sont devenues, à force de compromissions, clientelisme,lâcheté les valeurs de soumissions; soumissions aux directoire européen  (des fonctiojaire non élus ) qui imposent  au peuple la tiranie de la mondialisation et sa haute finance, la soumission au salafistes,et l’abandon du peuple

      • 17 Mars 2016 à 13h28

        Pacte-Social-Républicain dit

        Le FN lui veut se soumettre aux marchés financiers. En abandonnant la protection de l’euro, notre monnaie, il n’aura d’autre choix que de laisser la monnaie hypothétique dont ils rêvent en remplacement de NOTRE MONNAIE, l’euro devenir la proie des spéculateurs.
        Le FN c’est donc bien se soumettre.
        Le FN c’est aussi laisser agir les terroristes. Là où tous les spécialistes en matiere de sécurité savent et préconisent de renforcer Europol, notre police fédérale, ils veulent l’abandonner.
        Plutôt que surveiller les frontires menacantes (esp Schengen) ils veulent gaspiller des milliards à retablir des postes frontieres pour surveiller les belges, les allemands venant acheter du vin en France…
        Et comme on le constate, vous commencez à vous soumettre à une propagande FN dont l’absurdité est mentionnée y compris dans vos rangs (Marion MLP). Ca promettrait !

    • 16 Mars 2016 à 12h10

      golvan dit

      @ netrick le 15 à 19h17
      A qui s’adresse votre message ?  

    • 15 Mars 2016 à 18h00

      radagast dit

      Depuis la Libération et peut être même plus longtemps l’Etat a en France un rôle capital de protection et de régulation.
      En se prostituant pour le mainstream libéral-libertaire la caste politique au pouvoir a perdu toute légitimité à assumer ce pouvoir et les positions parfois provocatrices à l’égard de nombre de citoyens du style “l’immigration est une chance pour la France (Juppé) ” n’ont rien arrangé.
      L’image de cette caste est désormais celle d’une oligarchie flirtant en permanence avec le monde de la “jet-set” , des “peoples” et surtout le monde des affaires , et totalement déconnectée de la vie des Français ordinaires et moyens.
      Que les gens qui votent encore refusent à ces irresponsables de continuer à bénéficier de leurs avantages sans assumer leurs devoirs qu’ils délèguent à l’U.E. , à la Mondialisation ,à Schumpeter et à Madonna , et votent pour le F.N. afin au moins de nettoyer les écuries d’ Augias n’est à mon sens pas surprenant.
      Ce qui l’est en revanche c’est qu’on fasse semblant de ne pas le savoir ou de ne pas le comprendre , faute de vouloir l’admettre.

    • 15 Mars 2016 à 16h29

      ahbontsur dit

      Les discours “éclairés” des experts sur le FN n’empêchent pas sa progression.
      Il s’enracine d’élections en élections et tisse la toile indispensable d’élus pour figurer dans ces types de scrutins sans proportionnelle et anti-démocratiques…
      Il n’y a pas de plafond comme l’espèrent les partis qui nous entrainent de force dans un fédéralisme de pacotille. L’Euro n’est pas une monnaie commune puisqu’il empêche les états de gérer leur budget en fonction de leur dynamisme économique: c’est marche ou crève selon les diktats technocratiques de l’UE.
      J’attends des europhiles des arguments chiffrés pour prouver que l’UE est bénéfique pour tous et non un confort pour une minorité.
      La castration de nos élites, leur soumission à des règles établies en d’autres temps produisent la stagnation sociale, favorisent le communautarisme et l’abandon d’une langue honteuse de ses accents circonflexes…
      Le FN ferait une erreur de s’allier à des partis qui ont peur aujourd’hui de la liberté liée à la souveraineté.
      Non l’euro n’a pas apporté de bienfaits, non l’UE ce n’est pas la paix mais la guerre économique entre les états européens.
      Oui la France fait seule la guerre à l’islamisme radical encouragée de loin par des européens indifférents.
      Oui je suis europhobe dans sa version UE, oui je suis europhile pour sa culture.

      • 15 Mars 2016 à 17h39

        Pacte-Social-Républicain dit

        Oui, le FN progresse sur la peur, le découragement, la lâcheté. … valeurs sures pour gagner des voix dans ces periodes où le declinisme fait recette.
        Je suis d’accord qu’il n’y a pas de plafond. Il s’agit là d’une chimere des partis de gouvernement pour continuer comme avant en faisant semblant que le FN ne menace pas.
        Pour le baratin sur l’UE, nous voyons la propagande classique du FN, mais completement à côté de la plaque : il n’y a pas d’”europhiles” ! Il y a des européens avec leur monnaie, leur espace economique et ses frontieres.
        Typique du FN de venir appliquer du sentiment là où il n’y a pas lieu.
        Irréalisme total : l’UE, l’euro n’est pas un rêve, un désir mais une réalité.
        Il s’avère que les militants FN sont incapables d’exposer quoi que ce soit en remplacement de notre monnaie, l’euro.
        Autre imposture de la propagande FN se prétendre europhile … d’on ne sait quoi et europhobe de ce qui existe (l’UE).
        L’imposture du FN est de prsenter l’UE comme quelque chose d’étranger, extérieur alors que l’UE, C’EST NOUS … que son fonctionnement plaise ou non ! Même raisonnement pour la France. La France c’est nous tous ! même si j’ai honte que dans mon pays le FN arrive à 25 % !
        MMLP, qui si elle a le défaut d’adherer au parti de sa famille n’a pas oublié d’être intelligente sait fort bien que le FN est une impasse. Et commence à regarder ailleurs. (même si elle regarde pas au bon endroit).

      • 15 Mars 2016 à 17h47

        arduenna dit

        Très bien  , tout est rappelé !

    • 15 Mars 2016 à 15h32

      golvan dit

      Est-il honteux pour une population de voter contre ceux qui l’abandonnent et la méprisent ?
      Je suis rassuré par le niveau en arithmétique des responsables de l’Ifop, mais je trouve les explications un peu courtes.
      Alors que la France est suradministrée, il n’existe plus de volonté politique d’aménagement du territoire, et tous les politiciens et l’administration ne font que suivre le phénomène “naturel” de concentration des populations autour des grandes villes, comme dans n’importe quel Etat du tiers monde.  
      Combien de problèmes sociétaux, surdélinquance, surmortalité routière, coûts faramineux de transports en commun toujours insuffisants, sont dus à la concentration imbécile des citoyens sur des zones surpeuplées ? Mais comme dans le même temps les élus de ces zones défendent leur situation et leur influence, lesdites zones ne feront que croître et prospérer au détriment des zones rurales faiblement défendues et peu payantes sur un plan électoral. Il suffit d’étudier les comptes des départements de la Région parisienne et des déficits gigantesques dus au clientélisme social pour imaginer que l’évaporation de ces sommes ne retombera pas en pluie d’abondance sur les territoires ruraux. 
      Dès lors compter les supérettes est bien joli, mais l’abandon de ces territoires est déjà acté par les énarques au pouvoir qui n’y habitent pas et qui ne comprennent même pas qu’on puisse s’intéresser à une bande de ploucs dont certains, à ce qu’il paraît, d’après Macron, sont même analphabètes. 

      • 15 Mars 2016 à 17h41

        Pacte-Social-Républicain dit

        Je suis d’accord qu’il faut manifester contre la destrtification, l’abandon de notre patrimoine culturel, paysager. Par contre voter pour un parti punk comme le FN c’est faire pire que le mal.
        Si nous voulons garder nos villages, notre vie locale, c’est une demarcjhe progressiste, volontaire, fiere, pas le declinisme et la destructivité du FN !

        • 15 Mars 2016 à 19h17

          netrick dit

          A vous lire vous semblez désirer qu’on applique à la France rurale
          le programme des Khmers-Rouges ! Vos amis qui ont formé les dirigeants Khmers-Rouges à Paris savaient déjà comment traduire le terme
          “Angkar” ! 

        • 16 Mars 2016 à 19h52

          Chr martel dit

          Votre commantaire insultant de bon bobo moyen nous font gerber…

          Pourma part, et celle de nombreux autres, les parties punk sont ceux defendent le fascisme, de  par leur clientelisme envers les islamistes, entre autres, l’allégeance  à la haute finance,  l’abandon de notre industrie,notre agriculture tout cela par l’allegeance envers les lobby financier  
          Cela faitdes lustres que les partis classiques ne defendent que leurs petits intérêts, au dépend de la France. 

        • 17 Mars 2016 à 13h35

          Pacte-Social-Républicain dit

          Punk c’est “no-future” donc le baratin décliniste incessant du FN. Pas la moindre idée constructive !
          Autre imbécilité : en quoi le FN serait différent en matiere d’intérêts des autres partis ???
          Pour illustrer l’imbécilité de la propagande punk du FN, la France est la 5e puissance mondiale.
          L’allegeance au lobbys financiers c’est justement le “programme” du FN hésitant entre un dinard-franc ou un franc sous pression des speculateurs.
          Et il suffirait pas de pleurnicher sur la méchanceté de la finance, des immigrés, de l’UE, des bobos.
          Le FN ne sait rien faire d’autre que pleurnicher !

        • 17 Mars 2016 à 13h36

          Pacte-Social-Républicain dit

          netrick, je ne sais d’où vous lisez quelque rapport entre les khmers rouges et ce que j’ai ecrit…

        • 17 Mars 2016 à 13h51

          Pacte-Social-Républicain dit

          “Votre commantaire insultant de bon bobo moyen nous font gerber”
          Le fait de traiter de “bobo” ce qui vous contrarie n’est que du baratin.
          Que les réalités qu’on oppose à vos fantasmes vous “fasse gerber” c’est plutôt bon signe. Ca montre où se situe la “reflexion”(sic) du militant FN…

    • 15 Mars 2016 à 13h45

      arduenna dit

      Pourquoi n’a-t-on pas fait de liaison entre la consommation de blanquette de de veau ,de l’usage du préservatif  … et le vote F.N. ? Tout cela peut se résumer par : les électeurs F.N. sont des décérébrés qui ignorent pour quoi ils votent .Quant aux solutions concrètes elles existent , ceux qui ont participé aux campagnes des élections municipales savent comment elles ont été censurées par une presse locale qui refusait SYTEMATIQUEMENT de publier les communiqués de presse .

      • 17 Mars 2016 à 15h03

        Pacte-Social-Républicain dit

        arduenna.. on a là le classique “bouclier humain” Ce qui est critiqué, ce sont les slogans(on ne peut pas vraiment parler de programme) de la propagande FN, donc ce que tentent de faire gober les dirigeants aux électeurs potentiels.
        Pas les votants qui ont le tort de gober trop facilement, parce qu’”on attrappe pas les mouches avec du vinaigre” : La propagande FN flatte l’électeur et excite des pires pulsions qui marchent toujours : la haine de l’”autre”, les bouc-émissaires, la fuite devant les responsabilités, la paresse, la colère, la peur.
        Et nous y sommes TOUS plus ou moins sensibles.
        “Solutions concretes” ??? C’est pas faute d’avoir demandé aux militants FN d’expliciter ICI(où ils sont les bienvenus et en majorité) leur projet d’abandon de notre monnaie, l’euro … Mais impossible ! Incapables d’autre chose que d’alimenter des campagnes d’invectives faciles mais non fondées.
        Donc, non, les malheureux trompés par le FN ne sont pas (encore ?) décérébrés. Ils ont été simplement plus sensibles, pour différentes raisons à la propagande du FN !

    • 15 Mars 2016 à 12h32

      Pacte-Social-Républicain dit

      “Si l’objectif du FN est vraiment de gagner, de faire plus 50%, là il faut changer de braquet, être vraiment dans le concret, dans les mesures.”
      ————-
      Le FN ne peut aller sur ce terrain, désastreux pour lui. Car récupérer les mécontentements, les peurs, les nostalgies, exciter à externaliser les problèmes, fuir les responsabilités est son ADN.
      Et cette récupération est efficace électoralement.
      Comme on a pu le constater sur ce forum, l’examen des quelques embryons de mesures concretes est désastreux pour le FN : incapables d’exposer quoi que ce soit de cohérent sur l’euro, l’UE, l’immigration, la sécurité(leurs sujets de prédilection pourtant).
      Le FN ne prendra pas le risque. D’ailleurs Marion MLP s’en est rendu compte et a exposé l’absurdité du caprice sur l’euro.
      Le FN mise plutôt sur de nouvelles catastrophes economiques, politiques, attentats qui lui donnerait un booster supplémentaire.

    • 15 Mars 2016 à 12h04

      Habemousse dit

      Il me semble que le débat est biaisé : la désertification des terroirs, après le boom des années soixante où l’industrie aspirait la main d’œuvre vers les villes de grandes solitudes, a continué par la volonté du parti socialiste et la veulerie des partis de l’opposition.

      Les campagnes, à un poil près, renfermaient et renferment l’électorat le plus rébarbatif à sa Il me semble que le débat est biaisé : la désertification des terroirs, après le boom des doctrine : le contact des réalités et de la nature, ça rafraîchit les idées, bref, le monde du petit commerce, celui de l’artisanat et des agriculteurs est et a été combattu jusqu’à leur disparition ou leur diminution.

       Un pan complet de la petite économie française, celle qui sculpte la nature et retient les individus à la campagne mais qui ne votait pas « comme il faut » a été négligé.
      La grande distribution, qui nourrit une grosse partie des gens de gauche a pu ramasser dans un premier temps les salariés du petit commerce pour les appauvrir, les priver de liberté un peu plus et les payer un peu moins : c’était le progrès qui mettait les « riches » à bas grâce à des dirigeants d’hyper qui gagnent entre cinquante et cent vingt mille euros par mois en moyenne ( pour les indépendants ) et exploitent la populace, qui, bêtement, n’a rien compris…
      Dans les villes de « gauche » les maires, toujours dans un souci de victoire électorale, ont fait déguerpir les petits commerçants en les étouffants par les travaux « d’embellissement », les rues piétonnes et l’encerclement des périphéries par leurs amis des grandes surfaces.

      La droite, idiote, n’y a vu que la main du progrès : alors qui aujourd’hui pour défendre la campagne, ses paysans et ses échoppes de proximité ? Ni la gauche ni la droite qui ont malheureusement fait leurs preuves : reste le parti Bleu Marine, à défaut d’un autre. Il semblerait que les campagnes se repeuplent, pour une cause très simple, celle de la sécurité : on ne va pas s’enthousiasmer pour cela.

      • 15 Mars 2016 à 12h06

        Habemousse dit

        Logiciel de merde qui m’a bouffé une partie du billet, tant pis.

      • 15 Mars 2016 à 12h40

        cage dit

        la sécurité ds les campagnes?… vous êtes sûr?
        en outre, les barbus et leur siamois de dealers aussi se mettant au vert (couleur normale) le FN ne sait plus où donner de la tête…

        • 15 Mars 2016 à 19h34

          Habemousse dit

          Les familles, conscientes des dangers de la ville, surtout pour leur progéniture, choisissent de plus en plus, enfin il me semble, de s’installer à la campagne ; les dealers y sont tout de même moins présents, comme les tentations.

        • 15 Mars 2016 à 19h46

          cage dit

          les dealers, en terme de concentration oui, bien sûr, on peut plus facilement les éviter encore que cela dépende de certains villages déjà bien atteints
          mais en terme de délinquance “ça marche pas mal” comme disait l’inspecteur Morvandiau ds Buffet froid, à propos des assassinats.
           Pas mal de réfugiés du Kosovo des Balkans, Calaisiens etc…  Quant aux barbus, 

        • 15 Mars 2016 à 19h49

          cage dit

          … qaund aux barbus, ça poussent pas mal aussi;
          bref tout ce beau petit monde se retrouve en train de repeupler les campagnes, ds un grand melting potes dont la France a le secret, les mairies déjà pauvres sont à la peine pour fournir en RSA la demande…

        • 15 Mars 2016 à 19h58

          Habemousse dit

          J’ajoute qu’avec la disparition du petit commerce, de l’artisanat et du monde agricole, c’est le noyau familial de professions qui travaillaient en couple qui disparaît sous les hourras d’une grosse partie de la gauche qui voit avec plaisir la famille s’effondrer.  

        • 15 Mars 2016 à 20h02

          Habemousse dit

          J’avoue que dans mon coin et à trente kilomètres à la ronde je n’ai pas ce problème ; par contre toutes les villes alentours accueillent des communautés de plus en plus nombreuses qui vivent entre elles, se mélangent guère et vivent d’expédients.

      • 15 Mars 2016 à 12h59

        Pacte-Social-Républicain dit

        simpliste, même s’il y a une part de vrai.
        L’électoralisme fait qu’il est à premiere vue plus payant de miser sur un electorat urbain. Le FN est certainement le plus électoraliste des partis actuels mais bénéficie d’un booster sans qu’il ait quelque effort à faire : sa “virginité” de toute responsabilité, qu’il cultive. Il peut même aller jusqu’à l’irresponsabilité, çà passe grâce au niveau d’irritation colossal.

    • 15 Mars 2016 à 11h57

      Ex Abrupto dit

      Personne n’est parfait: je ne suis pas socialiste!
      Mais je suis très partisan de l’aménagement du territoire et de façon éventuellement “directive” (La poste, lesmédecins, la fibre optique,….. Et à payer INTEGRALEMENT (et au delà!!) par l’”Ile de France” qui rackette le pays depuis 1000 ans , par la centralisation des centres de décision.

      • 15 Mars 2016 à 13h02

        Pacte-Social-Républicain dit

        Sauf que lorsqu’on l’examine c’est aux antipodes du FN qui se refuse à comprendre des éléments essentiels comme en effet l’investissement dans des régions au budget déficitaire : la Grèce, le Portugal par exemple sont payées par la RHur, l’Ile de France, le Kent, le Piemont.

    • 15 Mars 2016 à 11h18

      enfer dit

      @cage
      J’aime bien l’expression “France Camif” très juste et représentative des néo ruraux bobo tendance trotskistes qui s’incrustent dans nos campagnes et s’acharnent à imposer leur critères débiles.
      L’auteur de l’article aurait pu faire plus simple: la disparition de toute activité économique dans un village entraine cette tendance FN.
      En 2013 j’ai fermé un de mes élevages de porcs dans une commune du centre Bretagne 950 habitants, pas de Poste, un bistrot tenu par une quasi centenaire, pas d’autres commerces, quelque artisans du bâtiment mono employeurs pour la plus part. Les 15 employés de l’élevage ont été répartis dans d’autres sites, et ont quitté la commune, en fait 9 ménages car il y avait plusieurs couples salariés. L’école a fermé une classe (stupidité administrative à 1 enfant prés) et au dernières élection à la grande surprise de tous le FN est passé de 12 à 28 puis à 36 aux dernières régionales.
      L’élevage était en très bon état et fonctionnait très bien avec une bonne équipe soudée et dynamique. 2013 application des normes dites “bien être animal” qui sont la transcription du lobbyisme bruxellois des “pro life”dans le quotidien des éleveurs. Pour transformer ce site la note s’élevait à plus d’un million,que vu la crise je ne pouvais pas débourser, pour démolir du matériel en bon état et “libérer les truies”…Qui dans la réalité ne se sont jamais sentie aussi mal, les bagarres entrainant de graves mutilations (jarrets déchirés, mamelles arrachées)…Mais le bon peuple bisounours est content…Et le FN aussi

      • 15 Mars 2016 à 11h41

        cage dit

        je ne connais pas la Bretagne à mon gd regret du reste mais plutôt bien le Sud Est où les qq éleveurs de moutons deviennent chèvres à cause des loups…
        oui la pression des “glandeurs” est phénoménale et très différente de la génération (des années 70) dites des néo-ruraux. Disons qu’on a changé de dogmatisme.
        La crise fait remonter de Marseille pas mal d’ex “militants” de gôche, ss emploi, au prise avec “l’élevage” de leurs enfants qu’ils veulent mettre au grand air, mais aussi et bien souvent pour s’éviter d’être confrontés aux environnement hostiles de certains quartiers de la cité phocéenne..

    • 15 Mars 2016 à 7h09

      cage dit

      l’hystérie des “pro-loups” (pro-life, même combat?) contre la lassitude des éleveurs est pas mal non plus. La “France Camif”, celle du “Vtt et du GR” contre les paysans réduits à l’état de gardiens de paysage. Là aussi, le FN n’a qu’à se baisser pour “faire campagne”.

      • 15 Mars 2016 à 13h04

        Pacte-Social-Républicain dit

        abberation des militants FN&co qui jouent les fibres de la nostalgie d’avant … Avant, il y avait les loups, les lynx, les ours !
        Mais l’incohérence ne les dérange pas !

        • 15 Mars 2016 à 18h34

          cage dit

          egxac et à l’époque des nostalgus de l’ourinx, pas la fibre tt court et pas d’ondes parasitiques des neurones de péri-urbine. 

    • 15 Mars 2016 à 6h08

      IMHO dit

      Faute d’oseille il n’y plus rien qui va .