(Photo : Miguel Medina)

Elle est la véritable tête pensante du ministère. Nommée en 2014 par Benoît Hamon, ministre ultrafurtif de l’Éducation nationale, Florence Robine dirige la puissante Direction générale de l’enseignement scolaire (Dgesco), ce qui signifie que cette physicienne est chargée d’élaborer « la politique éducative et pédagogique et d’assurer la mise en œuvre des programmes d’enseignement des écoles, des collèges, des lycées et des lycées professionnels ». Autant dire qu’elle contrôle le cœur du réacteur de l’éducation nationale – la ministre, de passage, se contentant d’assurer les relations publiques.

Peu connue, ses rares apparitions en public commencent néanmoins à rencontrer un certain succès sur le web, compte tenu du mépris qu’elle y affiche envers le monde enseignant. Florence Robine ne fait pas dans la dentelle. Venue présenter la réforme du collège à Caen en octobre dernier, elle consacre une petite minute au latin après 1h15 de prise de parole : « Je vous parle un peu du latin ? (elle sourit). Alors le latin, les langues et cultures de l’antiquité… Premièrement, je confirme que nous ne voulons pas détruire la civilisation moderne en supprimant le latin parce que vu l’état du latin à l’heure actuelle, elle serait en situation assez grave, la civilisation moderne ! Je me permets de le dire ! (rires encore) Nous voulons donner au contraire une nouvelle dimension aux langues et cultures de l’antiquité. » Fermez le ban.

Pour l’essentiel, l’intéressée récite par cœur sa vulgate pédagogiste. Des éléments de langage qui empruntent autant au monde du management qu’à la psychologie de comptoir

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
est journaliste.est journaliste.
Lire la suite