Causeur: Parlez-nous de la France! | Causeur

Causeur: Parlez-nous de la France!

Dupont-Aignan, Fillon, Le Pen et Macron interviewés sur la nation

Auteur

Daoud Boughezala

Daoud Boughezala
est rédacteur en chef de Causeur.

Publié le 05 avril 2017 / Politique

Mots-clés : , , , , , , ,

berroyer legoff finkielkraut baudet

C’est sous les auspices d’Alain Finkielkraut que nous avons élaboré ce numéro spécial présidentielle autour de l’identité française. Malheureuse, heureuse, à côté de ses charentaises ? Causeur a décidé d’interpeller les principaux candidats (Nicolas Dupont-Aignan, François Fillon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron ainsi que Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon). Si, faute de temps, les deux derniers de ces prétendants n’ont pas donné suite à nos questions. Les autres sont passés à la question, histoire de détailler leur conception de l’identité nationale, de la France menacée par le multiculturalisme, et de la demande frontières, bref à tout ce qui fait un pays ! En écho à notre supplique pour ne pas être enterrés, Fillon, Macron et Le Pen développent chacun sur six pages leurs visions respectives de la France. Avec quelques surprises au rendez-vous : Emmanuel Macron refusant le multiculturalisme, François Fillon fustigeant les naïfs de la mondialisation heureuse, Nicolas Dupont-Aignan soulignant les racines chrétiennes de la France, etc.

>> Commander en ligne << – Causeur: Parlez-nous de la France!

Le Goff/ Bousquet au secours du clivage droite/gauche

Grande est notre frustration de ne pas voir abordée dans la campagne la mère de toutes les batailles qu’est la vision de la France. Ainsi que le note Elisabeth Lévy, « des empilements de mesures, même baptisés « projets », ne font pas une vision de et pour la France, dont on a eu l’impression qu’elle était la grande absente de la campagne, en tout cas pour les médias » obsédés par les comptes des Fillon. Du débat, la presse a fait table rase. Ou presque. Il n’est que quelques intellectuels hors-cadre pour poser les questions qui fâchent à leur camp d’origine. Jean-Pierre Le Goff et François Bousquet sont de ceux-là. Pendant que le sociologue analyse le vide abyssal d’une gauche qui recherche désespérément un peuple de substitution, Bousquet, rédacteur en chef adjoint du magazine Eléments, scrute les atermoiements de la droite. Dans un frêle esquif où il ne fait pas bon penser à tribord, ce brillant journaliste a longuement étudié la droite de Patrick Buisson et mis au jour la fracture entre électorats populaire et conservateur. Un entretien que les candidats Fillon et Le Pen gagneraient à méditer… Quitte à jouer la mouche du coche, notre ami Luc Rosenzweig assume son prochain vote macroniste en faveur des générations futures car « chez Macron, et lui seul, on trouve cette ouverture à une société où le risque est encouragé, où l’on enjoint les perdants de l’heure à se bouger pour s’en sortir au lieu d’attendre une becquée que les démagogues de tout poil ne manquent pas de leur promettre ».

Alain Finkielkraut dévoile Erdogan

Résumons-nous. Dans notre rubrique actualités, le journal de Basile de Koch y va franchement : « La preuve que notre justice est indépendante, c’est qu’elle a condamné à mort le général de Gaulle et le maréchal Pétain. » Plein d’esprit, sinon de sérieux, l’olibrius déridera les plus austères. Ça tombe bien, du dur vous attend. Brisant la loi du silence, Alain Finkielkraut revient sur les déclarations d’Erdogan à l’adresse  de ses compatriotes vivant en Europe : « Ne faites pas trois enfants, faites-en cinq, vous êtes l’avenir de l’Europe. », preuve que le colonialisme n’a ni visage,  ni religion, ni frontières… La religion, parlons-en. Dans le 93, les friches se multiplient à mesure que les chantiers tardent à aboutir : en cause, des mairies qui craignant l’embourgeoisement de leur ville, souvent synonyme de droitisation. De là à ce que certaines banlieues rouges voire bleu pâle préfèrent les islamistes aux classes moyennes, il y a un pas qu’ont franchi nombre d’élus, comme l’observent Erwan Seznec et Paulina Dalmayer. Indispensables frontières, écrivait Thierry Baudet il y a quelques années. Depuis, le jeune intellectuel néerlandais a fait du chemin, allant jusqu’à intégrer le Parlement local avec sa petite formation souverainiste. Gil Mihaely l’a interviewé à La Haye. Avez-vous entendu parler de la polémique sur les villes moyennes déclenchée par le reportage du New York Times à Albi ? Causeur s’en mêle à travers une enquête in situ dans le centre-ville de Vierzon déserté par les commerces…

Au rayon culturel, Pierre Lamalattie nous guide sur les pas de Bernard Rancillac, peintre figuratif contemporain du pop art, actuellement exposé à l’espace Niemeyer, siège parisien du Parti communiste. Sans transition (ou presque !), notre kamarade Jérôme Leroy défend l’écrivain Louis-Ferdinand Céline qui ne se réduit pas à l’antisémite échevelé dénoncé par Taguieff et Duraffour dans un essai épais. C’est avec un certain plaisir proustien que je présente enfin le diariste dilettante Jackie Berroyer, standardiste chez « Nulle Part Ailleurs » pendant mes vertes années, que Cyril Bennasar a rencontré. Allez, lisez printemps, comme dirait l’autre !


Causeur #45 – Avril 2017 par causeur

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 10 Avril 2017 à 22h10

      Pol&Mic dit

      il pourrait être fait beaucoup plus court !….. mais que deviendraient la plupart des Journalistes ? (car ça fait écrire, commenter, etc…..)

    • 8 Avril 2017 à 14h53

      Gbaug dit

      Je n’ai rien contre NDA personnellement et ne dénie pas ses compétences de gestionnaire avisé, ni son intelligence. Je livre quand même ces remarques:
      1) bien gérer une ville de 30.000 habitants avec un équipe restreinte et proposer un schéma valable pour le pays et ensuite prendre des options sur la scène internationale sont à un échelle différente. M. Hollande était président du département de Corrèze, avec l’approbation massive de ses électeurs, on a vu ses talents à l’échelle nationale, ce n’est pas la même chose
      2) NDA est à tout le moins un eurosceptique: entre être suiveur d’une Europe apatride à la mode Hollande, quoi qu’il en ai dit, ce que ferait aussi E. Macron, et faire la politique de la chaise vide sans en avoir les moyens comme NDA, un recentrage sérieux et des coopérations renforcées sur les sujets d’avenir, à la mode de l’Airbus, selon la proposition FILLON me parait préférable
      3) tout autant que F. FILLON NDA utilise (et lui, encore aujourd’hui) son épouse comme assistante parlementaire: ce qui sent le fagot pour l’un est vertu ou au moins sans importance pour l’autre?
      4)la probabilité de NDA d’atteindre même 5% est quand même infinitésimale, et donc, il aura peut-être la satisfaction personnelle d’avoir fait perdre F. FILLON, sans avoir la moindre chance de peser quoi que ce soit sur la politique Macron. Grâce à lui on aura alors 5 ans de socialisme de plus. La responsabilité des électeurs de droite qui égarent leur voix sur lui sous prétexte de probité est donc très lourde. On peut tous, et moi le premier, regretter l’époque de Saint-Louis, mais il ne faut pas oublier que l’Histoire a bien plus retenu le nom de très grands ministres à la tête bien faite qui, comparés à nos hommes actuels au plan de la gestion de leurs intérêts auraient été jugés très sévèrement: Richelieu, Mazarin, Colbert et Talleyrand pour ne prendre que les plus célèbres.

    • 8 Avril 2017 à 1h26

      jetoc dit

      Pour une majorité de Français, une des conditions essentielles pour être élu Président c’est d’être honnête et d’une intégrité et d’une compétence prouvées.Or nous avons un candidat proche du terrain NDA (député/maire depuis + de 20 ans,réélu 3 fois de suite avec + DE 75% DES VOIX, hors parti politique)dont l’intégrité et la compétence sont reconnues même par ses adversaires, et les sondages et médias ne s’intéressent qu’à des illusionnistes (D/G) qui ont échoué depuis 20 ans; curieuse conception de la démocratie et culture d’un masochisme évident, on souffre de ces politiques véreux et on EN redemande… C’est un mystère ou plutôt la preuve que ce sont des puissances financières occultes, liées aux grands medias qui tirent les ficelles derrière ce qu’on ose appeler des grands candidats. C’est triste pour notre pays. QUAND LES YEUX ET LES ESPRITS S’OUVRIRONT-ils pour éviter un plus grand naufrage ???

    • 6 Avril 2017 à 13h28

      Aristote dit

      Les sondages sont cohérents.

      70 % des Français jugent que Hollande a été un mauvais président.

      Les autres s’apprêtent à voter Macron. 

      • 8 Avril 2017 à 23h10

        Livio del Quenale dit

        &&& Les autres s’apprêtent à voter Macron.  &&&
        -
        Vous aimez les risques .

    • 6 Avril 2017 à 13h20

      morsang dit

      Ah Dupont Aignan c’est un peu le sparadrap du capitaine Haddock de la droite.Si on a compris aprés avoir fait ses deux ou trois pour qui auront empêché Fillon d’être au deuxième tour il va replonger dans son trou essonnien pour en ressortir une fois de plus aux approches de 2022.

      • 8 Avril 2017 à 1h37

        jetoc dit

        PLUS qu’un sparadrap car c’est un remède capable de guérir ( il suffit de demander aux habitants de YERRES où NDA a su désendetter une ville en faillite par une longue gestion de gauche,PC entre autres)sI les Français avaient enfin le courage d’oser renverser les tables avec toutes leurs casseroles de ceux (G/D confondues) qui ont mis la France dans une pareille chienlit depuis des décennies pour enfin essayer un homme dont la personnalité, le parcours et le projet méritent largement qu’on lui accorde confiance !!!

    • 5 Avril 2017 à 18h39

      Martini Henry dit

      « La preuve que notre justice est indépendante, c’est qu’elle a condamné à mort le général de Gaulle et le maréchal Pétain. » Excellent! Cela dit tout en quelques mots…

      • 5 Avril 2017 à 20h15

        i-diogene dit

        Martini, Encore un amalgame foireux..!^^

        Ces jugements contradictoires, c’est pourtant logique, puisque le gouvernement de Vichy n’ était pas légitime: Pétain n’ a pas été élu au suffrage universel..!^^

        La Vème république n’ a rien à voir avec un gouvernement imposé par les nazis..!^^

        Dessaoule, si tu ne vois pas la différence..!^^

        • 5 Avril 2017 à 20h31

          C. Canse dit

          Celui qui a l’idiotie inscrite dans les gènes est condamné à l’exhiber, à s’en revendiquer et à la transmettre.

        • 5 Avril 2017 à 20h48

          i-diogene dit

          C.Canse,

          Par contre, c’ est toi qui en as les C. Quelles..!^^

        • 5 Avril 2017 à 20h57

          C. Canse dit

          “Der Klügere gibt nach ! Eine traurige Wahrheit, sie begründet die Weltherrschaft der Dummheit.” Marie von Ebner Eschenbach.

          “C’est toujours le plus intelligent qui cède. Une bien triste vérité qui explique le règne universel de la bêtise.”
          Amusant, non ?
          Et tellement vrai. :-)) 

        • 5 Avril 2017 à 23h34

          i-diogene dit

          C. Canse,

          C’est bien joli, les dictons, mais ça ne m’ explique pas ton com agressif..!

          Mon père ayant fait un peu plus de trois ans de maquis pour se battre contre un gouvernement illégitime, je ne vais certainement pas le légitimer aujourd’hui..!^^

        • 6 Avril 2017 à 0h37

          Livio del Quenale dit

          &&& Celui qui a l’idiotie inscrite dans les gènes est condamné à l’exhiber, à s’en revendiquer et à la transmettre &&&
          -
          on ne peut critiquer que ce que les gens font, conçoivent ou disent.
          mais pas ce dont la nature les a fait, ils n’y sont pour rien.
          Par contre vous êtes responsable de vos dénigrements.     

        • 6 Avril 2017 à 12h09

          C. Canse dit

          Livio del Quenale

          Adopter la posture de l’idiotie congénitale témoigne d’un profond mépris des déficients intellectuels. 

        • 7 Avril 2017 à 1h08

          Livio del Quenale dit

          C’est vrai que je ne comprend rien aux résonnements trop intelligents .

    • 5 Avril 2017 à 17h37

      Livio del Quenale dit

      (ce site est mal foutu, les champs en cours de rédaction s’éditent seul au moment du “rafraichissage” de la page ou bien disparaissent )
      -
       Il est bien évident que le plus important dans l’urgence c’est le redressement de l’économie du pays et pouvoir assainir la balance extérieure, ce que rabâche Fillon depuis six mois au moins.
      Mais la majorité ne veut pas entendre parler d’économie et de travail , un peu comme dans une famille ou le pater familias lève une alarme parce que les comptes sont dans le rouge, alors que tout le monde en prend à son aise, sans le soucis élémentaire de ne pas s’endetter pour fonctionner.
      Hors l’état depuis qq années se sur-endette pour arriver aujourd’hui à plus de 96% du PIB. À 100% c’est la faillite. Et l’immaturité de dire “on ne payera pas la dette” est tout a fait irresponsable et mettrait la France au ban des pays méprisés, ce qui de toutes façons ne l’exonérerait  de payer sa dette et pour ce faire l’état viendra rafler tout ce qu’il va pouvoir confisquer chez le peuple comme en temps de guerre .
      -
      Ceci dit, il faut en suivant, ce qui est tout aussi important aborder la question de la vision de société que les candidats ourdissent pour les uns et ambitionnent pour les autres à ce sujet, pour soi-même avoir une idée de l’avenir que l’on nous prépare et voter en conséquence, étant donné l’inconséquence des gens qui se bousculent à la prise du pouvoir .
      Ca s’adresse bien évidemment à ceux qui votent pour un projet et non contre un candidat, ce qui n’a pas beaucoup de sens, nous en avons eu encore une fois l’exemple avec ce règne qui s’achève dans la désolation aprés avoir été propulsé dans le château sur la seule assonance “virer sarco”, ainsi nous avons eu “moi je, président, ferais mieux que vous “, bon, on a vu.
      – 

    • 5 Avril 2017 à 13h38

      Sancho Pensum dit

      “Grande est notre frustration de ne pas voir abordée dans la campagne la mère de toutes les batailles qu’est la vision de la France.”
      Ce dont les gens, comme dirait Mélenchon, se foutent et se contrefoutent dans leur grande majorité. C’est pas l’identité française qui fait bouillir la marmite.
      Comme dit un proverbe chinois : “quelle est la différence entre l’ordre et le chaos ? Trois repas par jour”

      • 5 Avril 2017 à 15h07

        Warboi dit

        Bien d’accord.
        Personne n’en parle dans la campagne parce qu’hormis la frange lepéniste, ce sujet n’intéresse pas du tout les Français.
        Et pour avoir fait la grande marche cet été, je peux affirmer qu’il n’a été que très exceptionnellement cité par les Français (issus de quartiers représentatitfs selon les conditions de l’INSEE) que nous avons interrogé.
        C’est une obsession causeurienne et rien d’autre.

        • 5 Avril 2017 à 15h19

          durru dit

          Ce qui prouve encore, si besoin était, que la France ne fait pas partie des soucis de Macron et de ses suiveurs.

        • 5 Avril 2017 à 15h38

          i-diogene dit

          Durru,

          Tu raccourcis en amalgamant la France et le nationalisme identitaire..

          Macron ne s’ intéresse pas au nationalisme identitaire: à chacun ses valeurs, dans le respect strict du droit commun..

          Par contre, il s’intéresse à l’ avenir économique de la France et au pouvoir d’ achat des français..

          T’ as bonne mine, au fond de ta grotte, avec ton identité sectaire que tu voudrais imposer à toute la nation..!^^

        • 5 Avril 2017 à 16h16

          durru dit

          N’importe nawak:
          “Grande est notre frustration de ne pas voir abordée dans la campagne la mère de toutes les batailles qu’est la vision de la France.”
          5 Avril 2017 à 15h07 Warboi dit
          Bien d’accord.
          Personne n’en parle dans la campagne parce qu’hormis la frange lepéniste, ce sujet n’intéresse pas du tout les Français.
          Qui parle de “nationalisme identitaire” ici, à part toi? Il est question simplement de “vision de la France”.

      • 5 Avril 2017 à 15h43

        José Bobo dit

        Le sentiment d’appartenance identitaire est un des plus fort qui soit. Il est à l’origine de la plupart des guerres, des civilisations et de leur chutes. Ne pas en tenir compte vous prépare des lendemains surprenants…

        • 5 Avril 2017 à 16h12

          Sancho Pensum dit

          Ce qui est l’origine de vos guerres et vos civilisations, c’est le pouvoir et le pognon. L’appartenance identitaire, tout comme la religion, ne sont qu’une excuse qui n’aveugle que les imbéciles.

        • 6 Avril 2017 à 0h29

          Livio del Quenale dit

          &&&c’est le pouvoir et le pognon. L’appartenance identitaire, tout comme la religion, ne sont qu’une excuse qui n’aveugle que les imbéciles.&&&
          -
          Mais, la religion est un pouvoir, et aussi qui rapporte du pognon !Alors imaginez quand elle participait au pouvoir temporel de l’état. 

        • 8 Avril 2017 à 12h09

          José Bobo dit

          Pensum, l’insulte n’est pas une argumentation…

        • 8 Avril 2017 à 12h50

          saintex dit

          “L’appartenance identitaire, tout comme la religion, ne sont qu’une excuse”.
          Tout à fait exact.
          A cela il faut ajouter que le fait religieux est à ce jour le seul élément différenciant strictement l’homme des autres animaux.
          Il faut aussi préciser que l’appartenance identitaire tient une place majeure dans le moteur le plus puissant qui mène à la reproduction. C’est ainsi que la plupart des gens veulent des “enfants qui leurs ressemblent” et que la population des USA n’est toujours pas vraiment mélangée depuis 200 ans.
          Ces deux éléments sont une excuse, mais une excuse intrinsèque à l’humanité.

      • 5 Avril 2017 à 16h44

        Livio del Quenale dit

        peut-etre bien que le plus important dans l’urgence c’est le redressement de l’economie du pa

      • 5 Avril 2017 à 18h42

        Martini Henry dit

        Non, ce n’est absolument pas faux et, contrairement à ce que vous dites, Mélenchon l’a même très bien compris! C’est depuis lors, depuis qu’il parle de l’identité française, qu’il remonte dans les sondages. Je vous remets mon post de l’article sur Potou qui développe mon raisonnement :
        La voix de Poutou mérite d’être entendue. Elle exprime un malaise que je ne vois pas comment des types qui exercent les métiers dont Poutou se fait le porte-parole, pourraient ne pas ressentir. Mais il bloque sur l’écueil que Mélenchon vient seulement de comprendre : celui de la mondialisation et de la concurrence qu’elle organise entre les travailleurs des pays développés et ceux des pays du tiers-monde.
        Depuis que Mélenchon s’est fait plus “français” (si, si!), j’irai même jusqu’à dire, plus identitaire (oui, je sais, et pourtant) sa cote monte et il risque de crever son plafond de verre, récupérant des électeurs populaires partis vers le FN.
        Il a enfin compris que les travailleurs exerçant ces métiers ne peuvent pas se réaliser par le travail. Ils avaient avant une solidarité de classe, une identité professionnelle et militante qui leur permettait de se construire et de supporter leur condition. Elle a disparu sous les coups de la précarité et de la mondialisation (délocalisations et immigration les dissolvent aussi sûrement que l’eau dissout le sel. Ils sont d’ailleurs très exactement faits pour ça). Ils n’ont donc plus que leur Patrie à laquelle se raccrocher. Cela, Mélenchon l’a enfin compris. Pas Poutou, ni Arthaud.

        • 5 Avril 2017 à 19h02

          i-diogene dit

          Martini,

          Tu nous saoules avec ta mentalité de casernements largement minoritaires, que tu voudrais imposer à toute la société..:

          - peu importe les références identitaires de chacun, dès l’ instant où il respecte les lois républicaines..

          - ce qui n’ est pas déjà le cas de MLP, puisqu’ elle les conteste..!^^

          .. Faudrait pas inverser les rôle..!^^

        • 5 Avril 2017 à 23h14

          Guenièvre dit

          “La Patrie est ce qui reste aux pauvres quand ils ont tout perdu ”
          Jean Jaurès

        • 5 Avril 2017 à 23h47

          i-diogene dit

          Guenièvre,

          La conception de la patrie de Martini n’intéresse personne:

          - un camp retranché exclusivement judéo-chrétien-type caucasien, avec murailles, barbelés, miradors et loi martiale.. Très peu pour moi..!

          … Ni pour la majorité des français, d’ ailleurs..!^^

        • 8 Avril 2017 à 12h07

          José Bobo dit

          Ni Pensum…

    • 5 Avril 2017 à 13h28

      Sancho Pensum dit

      - …Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon). Si, faute de temps, les deux derniers de ces prétendants n’ont pas donné suite à nos questions…
      Ouais, c’est ça, crois-le !

      • 5 Avril 2017 à 15h09

        Warboi dit

        Macron est bien brave d’avoir répondu après son torpillage systématique dégoulinant de haine et de mauvaise foi qui va jusqu’à l’hystérie dans les pamphlets de Castelnau.
        Je le reconnais bien là ! “Bienveillance”, comme il dit tout le temps.
        Mouais.

        • 5 Avril 2017 à 18h47

          Martini Henry dit

          Bienveillance ou ratissage très large? Pour un homme en campagne, il n’est pas de petits profits. Il y a des voix à prendre partout, des hommes à convaincre dans tous les camps. Appelons cela de la tactique électorale.

        • 5 Avril 2017 à 20h20

          i-diogene dit

          Martini,

          C’est ce qu’on appelle gratter le fond des vieilles casseroles..!^^

          MLP manque cruellement de dignité..!^^