Fillon est de droite? Sans blague! | Causeur

Fillon est de droite? Sans blague!

Quand les médias découvrent la Lune.

Auteur

Jérôme Leroy

Jérôme Leroy
Ecrivain et rédacteur en chef culture de Causeur.

Publié le 22 novembre 2016 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Vu de la gauche, François Fillon est un conservateur néo-libéral comme un autre.

Manifestation contre la retraite à 62 ans, octobre 2010. SIPA. AP20985309_000004

Surprise ! Les électeurs de droite sont de droite. Et, en plus, ils veulent d’une droite au pouvoir. Mais Sarko, ils ne le sentaient plus trop. Trop imprévisible, trop sulfureux, faux dur. Pas de leur monde, en fait. Plus il parlait comme Marine Le Pen, plus il la faisait monter, au risque de la faire élire. Et la France d’en-haut veut, tant que c’est possible, un candidat à son image, propre sur lui.

Tout le landernau médiatique s’extasie donc sur le raz-de-marée François Fillon qui est pourtant un plébiscite pour un tsunami néo-libéral annoncé. Enfin quand je dis néo, c’est une façon de parler. François Fillon, qui a reconnu lui-même à plusieurs reprises que son programme était thatchérien, n’est pas franchement porteur d’une idéologie nouvelle. On rappellera que l’élection de Margaret Thatcher date de 1979 et qu’il propose, peu ou prou, la même politique dans le monde de 2016. A une petite exception, sa politique étrangère. Son tropisme poutinien semble l’éloigner de l’atlantisme qui va d’habitude de pair avec l’idée d’une économie entièrement dérégulée où tout, absolument tout peut être soumis aux lois du marché.  C’est peut-être d’ailleurs, cette façon de voir en Poutine un partenaire privilégié pour faire contrepoids aux Etats-Unis, tout ce qui reste du général de Gaulle chez cet homme qui, faut-il le rappeler, avait commencé sa carrière dans le sillage de Philippe Séguin, et de son gaullisme social, avec des mots particulièrement durs pour la politique libre-échangiste et européenne d’un Balladur.

Un Thatcher de la Sarthe

Non, notre homme veut pour le pays un « choc » libéral, une rupture définitive avec ce qui était le modèle social français, ou ce qu’il en reste, et qui a assuré tant bien que mal la cohésion du pays depuis l’après-guerre malgré, ces dernières années, un creusement toujours plus grand des inégalités et un nombre record de pauvres comme le prouve encore une récente étude du Secours catholique. Elle indique notamment que le taux de chômage des personnes qu’elle accompagne était de 69,9 % en 2015, alors qu’il touche 10,2 % de la population française. La quasi-totalité des chômeurs accueillis se trouvent, sous le seuil de pauvreté à 60 % – revenus mensuels inférieurs à 1 008 euros. Bref, que l’on est déjà dans la France des « working poors », les travailleurs pauvres, qui sont apparus précisément au moment des révolutions conservatrices de Reagan et Thatcher. Entendons-nous bien,  on ne parle pas là d’assistés, comme on peut le dire à droite, ou même au PS, quand on veut parler des gens réduits aux minima sociaux en voulant faire croire que c’est un choix. On parle de gens qui, en bonne logique capitaliste, devraient avoir au moins de quoi reproduire leur force de travail dans des conditions décentes. Mais non, notre Thatcher de la Sarthe, comme ses illustres prédécesseurs anglo-saxons, estime que cela fait partie de l’ordre des choses. Il trouve même que le SMIC est bien assez élevé comme ça : « Le smic actuel est ce que la société française peut faire de mieux. En France, il est d’ailleurs plus élevé que dans la plupart des pays européens »  et il estime que le moindre coup de pouce, serait une faute politique. Bref, le « working poor » a un bel avenir devant lui.

On vous passe l’arsenal idéologique habituel qui va de la suppression de l’ISF (un symbole plus qu’une nécessité rationnelle) à la hausse de la TVA en passant par la baisse des charges, qui baissent pourtant depuis trente ans sans que cela semble avoir particulièrement boosté l’emploi, sauf erreur de notre part. Sans compter, pour notre homme, les 500 000 fonctionnaires en moins. Bonne chance à tous quand vous appellerez Police Secours, que vous voudrez scolariser le petit dernier en maternelle, que vous aurez besoin d’une hospitalisation d’urgence pour un infar’ ou qu’il faudra rétablir l’électricité et réparer les routes après un « épisode climatique », comme ils disent.

L’occasion pour la gauche de réaffirmer ses valeurs

Mais encore une fois, quand on est un candidat de droite, il faut faire savoir plaisir à son électorat et lui répéter comme des mantras deux ou trois sésames qui le rassurent sur le fait que la guerre de basse intensité menée contre les pauvres continue, tant il est vrai que dans l’imaginaire fillonniste, qui est celui finalement de la république de l’Ordre Moral qui a suivi la Commune, les classes laborieuses sont toujours, potentiellement des classes dangereuses. Et dire qu’il faut attendre un Florian Philippot pour prononcer la phrase la plus claire sur Fillon : « Son programme est d’une brutalité inouïe. »

Evidemment, pour tenir la société, et on retrouve l’Ordre Moral de la troisième république débutante, on ne va pas rigoler avec les mœurs. Le mariage gay, sur lequel même ce bobo de Sarko ne voulait pas revenir, ça défrise Fillon et ses amis de Sens Commun et de la Manif pour tous, tout comme les programmes d’Histoire qu’il faudra réécrire dans une optique plus « racines chrétiennes de la France ».

Cette France existe, bien entendu. Elle sait se faire entendre, bien entendu aussi. Il reste que l’on pourra s’amuser, à défaut de pleurer, du procès en archaïsme qui est fait depuis des années à tout programme réellement de gauche sous prétexte qu’il ne prône pas le règne du Talon de fer, aurait dit Jack London, allié à des atteintes à certaines libertés individuelles dans le domaine sexuel ou religieux (pour aller vite, évitons d’être gay ou musulman) qui ne conviendraient pas à une « majorité morale », ce que le vrai libéralisme, le libéralisme originel, au moins, ne se permettait pas : il suffit d’écouter NKM ou Macron qui en sont les meilleurs représentants ces temps-ci.

Mais si Fillon gagne la semaine prochaine, les choses seront enfin claires. Une droite à la fois très ancienne et complètement mutante, un genre de Tea Party français, a des chances d’arriver au pouvoir. On pourra se rassurer en se disant qu’au moins, dans cette situation, la gauche redeviendra peut-être, enfin, la gauche et n’aura pas peur, comme cette droite-là, d’affirmer ses valeurs. Ca finit toujours par payer. La preuve par Fillon.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 25 Novembre 2016 à 10h09

      JeanBart dit

      Ce qui vraiment sympa, c’est que JL croit encore que ‘les electeurs de droite’ correspondent à la ‘France d’en-haut’, alors que son papier jouxte en page d’accueil un autre qui s’amuse de cette France d’en-haut qui soutient encore Hollande (comme la corde le pendu, diront les mauvaises langues).

    • 24 Novembre 2016 à 6h00

      Livio del Quenale dit

      A moins de vouloir nuire, ce qui mène devant les tribunaux,
      Fillon n’a jamais dit vouloir remettre en question le mariage pour tous, mais seulement la marchandisation d’êtres humains,
      et préférer le “doit de l’enfant” au “droit à l’enfant”.
      -
       ”Droit à l’enfant” qui en fait est la négation du “doit de l’enfant”.
      -
       Il faut savoir lire avant colporter des contre-vérités, pour en faire des arguments fallacieux.
      – 

    • 23 Novembre 2016 à 23h25

      Flo dit

      Cher Jérôme,
      dimanche prochain, quand Juppé aura perdu lamentablement la primaire, nous vous l’offrirons en cadeau. Cadeau empoisonné, je ne vous le cache pas. Mais comme à gauche vous êtes en manque de candidat sérieux et que vous semblez tous l’adorer, nous vous le laissons bien volontiers.

    • 23 Novembre 2016 à 21h04

      yt75 dit

      Tout cela a-t-il encore grande importance ? La civilisation industrielle touche à sa fin, hélas ! L’azur l’azur, l’azur ! https://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/
      Mais tout sauf fillon, bien évidemment

      • 23 Novembre 2016 à 21h43

        Danny Wolf dit

        En fait la seule façon de faire durer un peu plus l ‘humanité et la planète , c ‘ est le contrôle de la fusion nucléaire, ce qui n ‘ est probablement pas une chimère .
        Quand aux élections , la gauche est unanime , ici , aux USA , en Israël  : il faut changer les peuples …
        Fillon est définitivement le moindre mal .. 

        • 23 Novembre 2016 à 22h21

          yt75 dit

          Mais non, à la fin il reste l’esthétique, une forme d’honneur, ou quelque chose comme ça, et fillon est horrible, banalement horrible.

        • 23 Novembre 2016 à 23h20

          Martini Henry dit

          Alors que Juppé, c’est le christ! Pas de chauve! Je vous l’ai déjà dit! Le chauve c’est l’armageddon! Saint Jean l’a dit d’ailleurs : “And I looked, and behold a bald candidate: and his name that sat on him was Death, and Hell followed with him. And power was given unto them over the fourth part of the earth, to kill with sword, and with hunger, and with death, and with the beasts of the earth.”

        • 23 Novembre 2016 à 23h27

          Martini Henry dit

        • 24 Novembre 2016 à 6h09

          Livio del Quenale dit

          @Danny Wolf qui dit : &&& il faut changer les peuples &&&
          -
          Oui! Vous avez raison, c’est en fait l’homme et sa foutue intelligence qui est le problème sur la terre. La dernière des grandes calamités.

        • 24 Novembre 2016 à 6h25

          Livio del Quenale dit

          l’homme cette calamité, capable de détruire son biotope et celui des autres êtres vivants.
          Sans prédateur il est incapable “d’autoréguler” les naissances malgré les moyens.
          Mais capable de faire sauter la planète et d’asservir une population de 7 milliards d’individu au bénéfice de quelques petits pour-cents toujours plus avides.
          – 

        • 24 Novembre 2016 à 14h35

          Danny Wolf dit

          Livio del quenal

          C’ est sur l ‘espèce humaine comporte une proportion énorme de tarés , le problème c ‘est que c’ est le résultat d’ un processus inéluctable . Il faut faire avec car il est impossible de faire contre la répartition gaussenne . C’ est le fondement de toute chose .
          C’ est ça ou rien:
          La justice , la paix , l ‘ égalité  on ne les trouve que dans les cimetières .. Et encore !!
          La recherche effrénée de ces trois chimères  c ‘est le nihilisme pur et simple .
          Chacun pour soi et dieu pour tous..
          Se demerder sans emmerdrder , c ‘ est la seule solution acceptable . 

        • 24 Novembre 2016 à 20h26

          Livio del Quenale dit

          &&& Se demerder sans emmerdrder , c ‘ est la seule solution acceptable .&&&
          -
          OUI “Se démerder sans emmerder” c’est ma devise, j’y ajoute que : “quand on fait ce que l’on peut on fait ce que l’on doit”
           

          A un autre fois ;o) 

    • 23 Novembre 2016 à 18h36

      Livio del Quenale dit

      On peut constater objectivement que Fillon redonne de l’espoir à tous, à droite bien sûr, mais aussi à gauche, malgré ce que dit le noyaux dur du château.
      Même à ce pauvre président qui était aux trente-sixième dessous il y a trois jours , commence à se dire que, peut-être, il aurait une chance de se représenter.
      Elle est pas belle l’histoire?
      Bientôt les politiciens nieront déjà le signal fort de dimanche 20 novembre 2016. C’est donc qu’ils n’ont rien compris,et que le signal n’était pas assez fort, tout ce que le peuple adoooooore.

    • 23 Novembre 2016 à 16h56

      Le bon sens dit

      Je me demandais si j’allais me réabonner à Causeur pour un an… Je sais avec cet article que je vais faire des économies. .

      • 23 Novembre 2016 à 17h32

        Archebert Plochon dit

        La question avec les prosélytes post marxistes, est de savoir dans quelle mesure il faut les forcer à regarder en face la faillite totale de leurs bonnes intentions. Le plus souvent j’incline à la clémence, parce que cs doit être assez dur comme ça, mais quand ils croient encore pouvoir jouer de la satire ou de l’indignation vertueuse, c’est plus difficile. 
        Mais au fond le mal est fait : ils ont choyé les assassins, ruiné l’instruction publique, cautionné les pires aberrations intellectuelles, et exhalent à présent leur dernier râle de bonne conscience faisandée. C’est désagréable, mais inoffensif.

        • 23 Novembre 2016 à 21h54

          Danny Wolf dit

          Petite cours de kabyle : 
           En Hébreu “gauche s’ écrit: שמאל ,et סמאל  est un des noms du Démon qui pave de bonnes intentions les chemins de l ‘ Enfer qui en Hébreu s ‘ écrit ש(מ)אל .
           
          Point n ‘ est besoin d ‘ être un hébraïsant pour saisir les similitudes  allusives , il suffit de ne pas être anti-sem-antique ((-:

        • 23 Novembre 2016 à 21h55

          Danny Wolf dit

          Bien sur il faut lire Kabale , mais l ‘ ordi est facétieux ..

        • 24 Novembre 2016 à 0h45

          Jérôme Leroy dit

          et on mange les enfants, aussi. Et les débiles légers.

        • 24 Novembre 2016 à 2h02

          Danny Wolf dit

          Il est sur que pendant l ‘ Holodomor voulu par Staline , la grande famine en Ukraine , les cas de canibalisme ont été plus que fréquents … Al ‘ aube des lendemains qui chantent;

      • 23 Novembre 2016 à 22h02

        chlomo dit

        le Roy est communiste et ne représente pas la ligne de pensée du journal et de ses abonnés dans leur trés grande majorité .
        moi , je ne lis pas ses articles , je sais ce que je vais trouver dedans …du fiel , du reste il n’y a pas foule qui le lit !
        s’il vous donne le bourdon , avec un tel nom et une telle tronche , c’est pas difficile de le zapper .

        • 24 Novembre 2016 à 0h47

          Jérôme Leroy dit

          L’argumentation est d’un haut niveau, là…Moi quand j’ai besoin de bêtise, qui n’est pas mon fort (Valéry), je me fais une petite dose de commentateurs dans votre genre. Pavlov pas mort, n’est-ce pas…

    • 23 Novembre 2016 à 15h54

      curnonsteen dit

      A J. Leroy : Pour moi et depuis bien avant que Jérôme ne soit né, les femmes vont où elles veulent et elles ont bien du courage quand elles décident d’avorter. Enfin, ce n’est pas à un professeur, fût-il de lettres, de s’en mêler.

      • 23 Novembre 2016 à 17h20

        Archebert Plochon dit

         Afficher ce mot comme un étendard me semble une insulte à tous ceux contraints de recourir à la chose. Et par ailleurs, cela ne concerne pas seulement les femmes, que je sache, alors mollo sur le pathos féminisant, por favor.