Et à la fin, c’est (encore) l’électeur qui gagne | Causeur

Et à la fin, c’est (encore) l’électeur qui gagne

De ce côté ou de l’autre de l’Atlantique

Auteur

David Desgouilles

David Desgouilles
Blogueur et romancier. Prochain roman à paraître : janvier 2017, aux Editions du Rocher.

Publié le 21 novembre 2016 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Le premier tour de la primaire des Républicains n'a pas consacré les candidats des médias: Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ont été laminés par la vague François Fillon.

François Fillon lors d'un meeting à Paris, novembre 2016. SIPA. AP21978262_000012

22H05, Besançon. On demande de monter le son. C’est Nicolas Sarkozy qui va s’exprimer. Dans la salle proche de la mairie où les responsables de LR centralisent les résultats de la primaire pour le département du Doubs, tout le monde attend la déclaration de l’ex-président, dont on sait maintenant qu’il ne sera pas présent au second tour. Lorsqu’il annonce qu’il votera pour François Fillon, Annie Genevard, députée du Haut-Doubs, et proche de l’ancien premier ministre, au point de faire figure de candidate sérieuse au poste de ministre de l’Education nationale en mai prochain, applaudit. Alain Juppé, déjà distancé par Fillon, voit ses chances de l’emporter dans une semaine réduites à peau de chagrin. Deux heures plus tôt, dans le bureau de vote de Châtillon le Duc dans la périphérie de Besançon, où 707 électeurs s’étaient déplacés sur un potentiel de 5418 inscrits périurbains et ruraux, l’affaire nous semblait déjà dans le sac du député de Paris. Il obtenait presque la moitié des bulletins distançant Juppé et Sarkozy qui se tiraient la bourre pour la seconde place. Humiliant, pour l’ex-président…

Lisez la suite de l’article sur le blog de David Desgouilles.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 24 Novembre 2016 à 1h24

      Oddo dit

      Pas sûr que l’électeur gagne aux USA. 2 millions de voix de plus pour Clinton, si détestée ! Les plus pauvres ont voté pour elle.Depuis 2000, 5 élections présidentielles, c’est la deuxième avec un “perdant” ayant plus de voix que le “vainqueur”, nettement plus de voix…Pourquoi ne pas essayer d’être différent, éviter les jugements immédiats, sans réflexion.

      • 24 Novembre 2016 à 1h32

        Flo dit

        Il faut connaître comment se passe l’élection américaine pour comprendre cet écart de voix.

        Dans un état, c’est celui qui arrive en tête qui prend toutes les voix des grands électeurs. Les candidats se focalisent donc seulement sur les états qu’ils peuvent faire basculer.
        Par exemple, la Californie était acquise à Clinton. Donc Trump n’y a pas fait campagne. Que Clinton fasse 60 ou 90 % en Californie ne changeait rien au résultat. Inutile donc pour Trump d’aller perdre du temps à grappiller des voix. C’est tout une stratégie de campagne que de gagner le nombre suffisant d’états. C’est ainsi et les Américains, qui connaissent bien leur système, ne le remettent pas en cause.

      • 26 Novembre 2016 à 1h10

        Alex Z dit

        En France, c’est encore pire. Aux élections législatives, le FN qui représente à peu près 40% des voix, arrive péniblement à avoir 1 ou 2 députés.