Fillon: “Il faut limiter l’immigration à son strict minimum” | Causeur

Fillon: “Il faut limiter l’immigration à son strict minimum”

Notre entretien exclusif sur la France (1/2)

Auteur

La rédaction

Publié le 10 avril 2017 / Politique

Mots-clés : , , , , ,

François Fillon. Photo: Joël Saget

Causeur. Contrairement à ce qui avait été annoncé, la question de l’identité n’est pas au cœur du débat présidentiel, sinon pour dire qu’il ne faut pas en parler. Et, alors qu’elle est considérée comme hautement inflammable, elle a à peine animé le débat de TF1. À gauche, où l’on tient ces questions pour « nauséabondes », on s’en réjouit. Mais le résultat, c’est qu’à la fin de trois heures de débat, on n’a pas vraiment parlé de la France. Comment expliquez-vous que ce sujet qui hante les Français ne prenne pas ?

François Fillon. Comme vous l’avez dit, on n’évoque pas franchement la question française qui touche pourtant nos concitoyens au cœur. Nous traversons une crise existentielle, mais par angélisme ou par crainte d’affronter la réalité beaucoup se taisent. Une certaine gauche a fait du multiculturalisme la panacée de la modernité, sans mesurer les conséquences d’une société liquide sans repères rassembleurs. À force de négliger la patrie, de la moquer parfois, on a renforcé le repli communautaire dans certains lieux, fait reculer l’intégration républicaine, culpabilisé les Français attachés à l’unité nationale. Et puis, de l’autre côté, il y a l’instrumentalisation de la question identitaire par le Front national, ce qui ne contribue pas à faciliter un débat constructif. Entre le déni des uns et l’outrance du FN, il faut une parole ferme et équilibrée sur le sujet de l’identité nationale, une parole de fierté et de confiance en nous-mêmes. C’est ma démarche.

Que visez-vous exactement par « les outrances du FN » ?

Les outrances et les promesses illusoires constituent la marque de fabrique du programme du FN. Prétendre qu’en sortant de l’euro et en rétablissant le franc on va rehausser notre souveraineté et dynamiser notre économie, c’est une fumisterie. Promettre le retour à la retraite à 60 ans, c’est le summum de la démagogie électorale. Affirmer qu’on va réduire l’immigration légale à 10 000 entrées par an est un non-sens car la France a besoin sur certains secteurs de l’apport des étrangers. Un exemple : 20 % de nos médecins à l’hôpital sont étrangers… Va-t-on y renoncer ? Ce programme ne renforcerait pas la France, il l’entraînerait vers la faillite économique et sociale, et donc la désespérance nationale. Ça n’est pas en refusant la compétition du monde et les rapports de force de l’Histoire que notre pays sauvera son identité. En 1958, le général de Gaulle a relevé la France en la modernisant et en lui donnant un destin international. Le projet de Mme Le Pen, c’est le repli, c’est la décroissance, et c’est carte blanche donnée aux grandes puissances du monde de maîtriser l’avenir sans nous et contre nous.

>> A lire aussi: Causeur: Parlez-nous de la France! 

Pensez-vous que nous vivons une crise identitaire ou culturelle ? En quels termes la décririez-vous ? Et que comptez-vous faire pour y remédier ?

Je crois que nous vivons une triple crise qui forme un cocktail explosif : une crise culturelle liée au culte de l’individualisme ; une crise identitaire alimentée par le recul du patriotisme et la pression des flux migratoires ; une crise économique qui dévitalise l’énergie et l’espérance collectives. Du coup, notre communauté nationale se divise et se désespère. Pour ma part, je veux répondre à ces trois crises qui s’interpénètrent par un projet global. Je veux déclencher le redressement économique de la nation française, porter l’orgueil d’une nation fière d’elle-même, de ses valeurs et de son histoire. Le respect du passé doit être une force pour aller vers l’avenir. Il faut arrêter avec le dénigrement de nos racines, de notre récit national. Comment voulez-vous que les jeunes Français aient confiance en eux si

[...]

  • causeur.#45.couv.bd

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 104 - Avril 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#45.couv.bd
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 15 Avril 2017 à 18h29

      Pol&Mic dit

      “À force de négliger la patrie, de la moquer parfois”……??????

      seulement parfois? c’est plutôt TOUJOURS qu’il faudrait dire !
      dénigrer le service militaire comme on l’a connu, dénigrer le Patriotisme comme On l’a connu …. etc … etc….
      c’était la Gauche (c’est la Gauche)……. telle qu’en elle-même !

    • 15 Avril 2017 à 12h31

      Pacharli dit

      20% de médecins étrangers dans les hôpitaux ?
      Allez expliquer ça à tous les jeunes français qui échouent en médecine avec un numérus clausus à 17% !!!
      Et 25% de postes non pourvus dans ces mêmes hôpitaux …
      Ah oui, c’est vrai, les étrangers, on peut les payer moins.
      Et un diplôme malien vaut bien un diplôme français.

    • 12 Avril 2017 à 7h48

      QUIDAM II dit

      Le Vatican a toujours craint d’envenimer des situations conflictuelles, d’attiser la violence et le fanatisme des dictatures (hier pendant le nazisme, aujourd’hui l’islamo-fascisme), par des déclarations « désagréables » et « irritantes »… Il pense être « diplomate », il manifeste seulement sa faiblesse.

    • 11 Avril 2017 à 12h04

      buddy dit

      L’article aurait du commencer par des faits :
      Monsieur Fillon a été ministre puis Premier Ministre 5 ans.
      Quels ont été les mesures pour juguler l’immigration?
      A-t-elle diminué ou augmenté quand il était chef du gouvernement?
      Dans son interview, qui n’est qu’une critique à l’égard de M Le Pen, il n’y a pas l’ombre d’un début de mesures sur l’immigration.
      Quand au passage sur les médecins étrangers, tout le monde semble avoir oublié que c’était Juppé premier ministre qui avait instauré un numerus clausus drastique toujours en vigueur, qui à mis des milliers d’étudiants dans la rue et qui donne aujourd’hui le résultat que l’on sait.

    • 11 Avril 2017 à 8h58

      Hannibal-lecteur dit

      Il nous prend pour des cons? Bon eh bien je vote pour lui: il voit clair! Des cons oui, capables d’avoir élu NulHollande et sur le point de recommencer la même bêtise avec Macron !!

    • 11 Avril 2017 à 3h12

      berezina dit

      Ferait-il ce qu’il dit ? Rien n’est moins sûr. Il est bien tard pour endiguer trop d’entrées d’immigrés. Ceux qu’on a acceptés ces dernières années ont déjà grandement supplémente la moyenne qui aurait été acceptable. Ils sont en France maintenant plus ou moins dans l’ intention de s’integrer…sans le moindre goût pour la langue française qu’on ne parle pas à la maison et que leurs enfants n’assimilent pas àl’ecole, ou la transmission du savoir se dilue depuis longtemps déjà, dans une sorte d’indifférence envers la culture,même basique. L’histoire de la France n’est plus enseignée comme necessair e dans un pays devenu – désolée de l’affirmer – trop métisse au plan des références culturelles , incluses et elles sont pregnantes, les références religieuses de nombre de ces entrants. Il faudrait des mesures d’une telle ampleur pour renverser un schéma du vivre ensemble tellement, déjà, bien installé dans ce pays! il faudrait l’ énergie quasi passionnée d’un Président aimant son pays, sa terre, son histoire , au point d’en faire une priorité à l’égal de mesures économiques évidentes. FF, hélas, n’est pas sur ce point et sur d’autres, un héritier de Ch de Gaulle..quoi qu’il nous dise..Il a eu d’évidence d’autres priorités que de lutter pour sauvegarder la culture française lorsqu’il fut Premier Ministre. Outre que «les soucis privilégiés de son caractère», révélés par ces maudites affaires, ne prêchent pas en faveur d’une grande sincerite de ses propos. Même si nous admettons que l’ambiguïté est chose humaine..La France, en tant que nation, se dilue, c’est une réalité détestable mais tout y a contribué : la carence d’Amour pour ce pays chez nombre de politiques, occupés à des activités bien éloignées de cet idéal qu’est un attachement à la terre; ensuite des flots migratoires rendus possibles par Schengen, notamment; enfin une École de la République qui a renie partie de ce qu’elle fut..Balayer pour reconstruire, comment ?

    • 10 Avril 2017 à 21h51

      bienconscient dit

      Il faut limiter l’immigration à son strict minimum qu’il dit ?

      mais la première mesure serait déjà de former plus de médecins et spécialistes en France pour combler ces fameux 20 % qu’il nous manque (oui il faut y renoncer pour répondre à sa question posée)
      et c’est seulement à ce moment là que non seulement les jeunes Français retrouveraient confiance en eux mais aussi toute la population.
      Les médecins étrangers sont parfois laxistes avec certaines communautés.
      Cela fait plus de 50 ans qu’on ne prend pas les bonnes décisions et ça risque de continuer quand on lit de pareilles réponses