Fillon-nous à un homme constant | Causeur

Fillon-nous à un homme constant

Si t’es constant mieux

Auteur

Alain Nueil

Alain Nueil
est romancier et professeur de lettres agrégé.

Publié le 22 novembre 2016 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Il paraît que la constance n'attire pas les foules. Depuis dimanche, elle attire au moins la marée.

François Fillon au soir du premier tour de la primaire LR, novembre 2016. SIPA. AP21978857_000071

De toutes les qualités, la constance a le plus beau nom car la fermeté sonore des deux syllabes illustre parfaitement le sens du mot. Pour savoir si un homme est constant ou pas, il suffit d’observer ses relations avec les autres. Comme il est beau d’être constant en amitié et surtout en amour ! Il est certes agréable d’être volage, de courir d’épouse en épouse ou de maîtresse en maîtresse à pied, à cheval ou en scooter. Mais quand on a une fonction sociale importante, c’est plutôt inquiétant pour les autres. Le volage ne passera-t-il pas d’une idée à une autre, par exemple d’une haine des riches à une volonté d’enrichir les patrons, comme il passe de femme en femme ? J’avoue que je préfère la constance d’Ulysse se dirigeant pendant dix ans vers sa Pénélope malgré vents et marées, malgré de séduisantes magiciennes et des déesses hostiles.

Il est bon également d’être constant dans l’action. Fin novembre 1995, j’avais planifié avec mon épouse un week-end à Bruges, et nous avions placé nos trois enfants chez des cousins. Arrivés à la Gare du Nord, patatras, nous tombons sur une grande affiche annonçant une grève illimitée des cheminots. L’homme d’Etat qui voulait aligner leurs retraites sur celles des employés du privé tint bon pendant trois semaines mais finit par capituler. Je ne dis pas « baisser sa culotte », car les expressions vulgaires me semblent indignes du débat public. Dire « Casse-toi pauv’con » ou bien « pour le chômage, je n’ai pas eu de bol » révèle des natures irritables, fantasques, ou qui recherchent par la vulgarité des complicités basses. Pour moi, l’homme constant doit parler dans les circonstances officielles un beau français constant, un français qui ne prend pas les autres pour des imbéciles.

Ils allaient voter pour Churchill

En 2003, j’habitais Paris et j’étais professeur au Plessis-Robinson. Un ministre, je ne sais plus qui, a lancé une réforme des retraites. Aussitôt, arrêt général des bus et des métros. J’ai juré à mes élèves que je serais présent à tous mes cours, quitte à venir à pied, en stop ou à trottinette. J’ai été constant et j’ai effectivement assuré tous mes cours. Le ministre aussi a été constant, il a résisté aux grèves et a fait passer sa réforme. En 2010, un autre ministre (mais au fond, je me demande si ce n’était pas le même que la première fois) a engagé avec son président de la République une autre réforme qui consistait à déplacer l’âge de la retraite de 60 à 62 ans. Tonnerre sur Paris ! Pendant des mois et des mois, j’ai croisé dans la capitale d’imposants cortèges qui exigeaient l’abrogation de cette réforme au nom du « rêve général ». Un jour, près du Palais du Luxembourg, j’ai croisé un groupe de manifestants d’entre 20 et 25 ans, et je me suis mis en devoir de leur expliquer qu’ils se faisaient gruger par les vieux, parce que les deux ans de retraite supplémentaire si l’on restait à 60, c’est eux qui les paieraient. Le ministre et son président ont été constants et la réforme, difficile mais nécessaire pour l’équilibre financier, est passée.

Des électeurs de François Fillon, novembre 2016. SIPA. 00782094_000001

Vous me direz : la constance, c’est magnifique, mais l’homme constant est rarement  charismatique, cette qualité produit certes des époux modèles et des hommes courageux, mais peu enthousiasmants. Je vous aurais dit jusqu’à dimanche : oui, vous avez raison, les hommes constants sont plutôt ennuyeux et ne soulèvent pas les foules. Mais, dimanche, j’ai assisté à un miracle. Je me trouvais en proche banlieue, dans la file d’attente d’une élection qui, si ma mémoire est bonne, concernait la droite et le centre. La foule était joyeuse, souriante, tous se parlaient. Je me disais : on n’est pas aussi gai quand on se prépare à voter pour X pour ne pas avoir Y ou pour Y pour chasser X. On est gai et fier quand on vote pour quelqu’un qu’on admire, par exemple pour un homme constant. Moi-même, je m’apprêtais à voter pour une sorte de Churchill qui promettait à la France du sang et des larmes, des réformes drastiques et courageuses. Les écailles me sont soudain tombées des yeux et j’ai compris qu’autour de moi, tous étaient fiers et joyeux parce qu’ils allaient voter pour Churchill. Mon intuition était juste, notre candidat l’emporta le soir-même grâce à un raz-de marée qui stupéfia tout le monde. Oscar Wilde a raison, il est important d’être constant.

 

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 26 Novembre 2016 à 5h50

      IMHO dit

      Un moment de folie, je me lance : si Ernest est second au premier tour, je voterai pour Marine Le Pen au second, qui sera sans majorité parlementaire, en espérant que la nécessité d’en finir avec la Cinquième République s’imposera alors à tous .
      Que ça passe pour que ça passe . Plutôt un moment de chaos que la papelarde dictature du foutriquet .

    • 25 Novembre 2016 à 10h18

      IMHO dit

      Ernest est surtout une âme simple qui croit tout ce qu’il pense et qui pense tout ce qu’il croit, et qui s’emporte contre tous ceux qui contredisent ses certitudes :

      Thomas Sotto : « Margaret Thatcher, elle a tué l’industrie britannique, elle a mis des millions de personnes dans les rues… »
      François Fillon : « Là, franchement, c’est n’importe quoi ce que vous dites… »
      Thomas Sotto : « Non, elle a renforcé les inégalités […] et elle a fait exploser le chômage… »
      François Fillon : « Non, pardon monsieur Sotto, c’est à mourir de rire. Mme Thatcher est au contraire celle qui a fait redémarrer l’industrie britannique… »
      Thomas Sotto : « Taux de chômage à son arrivée [en 1979] : 5,5 %. En 1986, 11,6 %. »
      François Fillon : « Entendre des choses pareilles dans une radio sérieuse comme Europe 1, franchement ça me met en colère. […] Elle a été élue trois fois, elle a fait trois mandats successifs, c’était une femme impopulaire comme chacun sait… Quand elle est arrivée, la Grande-Bretagne était par terre. […] Mme Thatcher a inversé la tendance. […] »
      Thomas Sotto : « Et au final il y avait plus de chômage après qu’avant et les pauvres étaient plus pauvres après qu’avant. »
      François Fillon : « Mais pas du tout. […] Franchement, entendre des trucs pareils ça laisse rêveur sur un certain nombre d’analyses… »

      Il va avoir du mal à se faire à la France réelle, s’il devient Président, ce qui se fera uniquement parce que le FN est un parti factieux .

      • 25 Novembre 2016 à 15h14

        Hannibal-lecteur dit

        Imho-Bill, il est stupide de ne considérer qu’un seul facteur – et évidemment celui qui accrédite la thèse – pour qualifier une situation, et …stupide de le répéter sans analyse ni critique.

      • 25 Novembre 2016 à 15h53

        steed59 dit

        c’est plutôt ce journaliste qui devrait se renseigner. Tout ce qu’il dit est faux.

      • 25 Novembre 2016 à 19h45

        durru dit

        Prendre en plus des chiffres pipeautés, c’est bien, quand ça sert “la cause”! 1979 plus 11 ans et demi ça fait bien 1986, hein?
        Pour votre gouverne, en 1989, c’était 7,2%. Et il faudrait voir le contexte international aussi. Mais bon, si on veut démontrer que Mme Thatcher a détruit le Royaume-Uni (quand en fait elle a détruit seulement des syndicats communistes), rien ne va nous arrêter :)

      • 25 Novembre 2016 à 23h07

        IMHO dit

        L’intéressant dans le dialogue ci-dessus n’est pas de savoir si la politique de Margaret Thatcher a eu de bons, médiocres ou mauvais effets sur l’économie et la société britannique, c’est que François Fillon répond à ce qu’on lui dit non par des arguments ou au moins des objections, mais par de violentes négations et des insultes .
        Ce type est un imbécile sectaire et il n’a aucun doit à être Président de la République, maintenant qu’on sait en plus qu’il n’a été élu que par les bigots et bigotes des beaux quartiers .
        A la Lanterne ! Ça ira sans lui !

        http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/11/25/primaire-de-la-droite-un-taux-de-participation-tres-heterogene_5038346_4355770.html

        • 25 Novembre 2016 à 23h16

          durru dit

          C’était quoi que disait le Fillon là où vous avez mis des parenthèses?
          Quant aux déconneurs, ils ont une capacité d’analyse étonnante. Dire que c’est surtout dans les zones à majorité de droite qu’on a voté le plus à la primaire de droite, c’est tout à fait une surprise! Qui l’aurait cru?

    • 24 Novembre 2016 à 2h56

      Livio del Quenale dit

      Nous vivons dans une nouvelle féodalité !
       Avec des courtisans comme il se doit et probablement les intrigues, comme il y en a eu tant dans l’Histoire.
      Les privilèges ont changé de poches, c’est tout.
       Les politiciens on reconstitué le système ancestral et universel des privilèges et de d’exploitation des masses, pour payer ces cours.
      Rien de nouveau sous le soleil.

      Dommage pour tout ces morts de la révolution et de la terreur qui suivit.
       Même pour Louis XVI qui n’était pas si mauvais roi, qui une fois qu’on le lui a expliqué, comprit alors la situation de ses sujets, lui qui comme nos dirigeants politiciens professionnels d’aujourd’hui notamment PS se coupent des réalités et ne savent plus que planer dans leurs idéaux confits de vertu en niant les réalités. Obsédés et/ou obnubilés par leur “fauteuil”. 
      Un peu comme la curie du Vatican ou toutes ces administrations trop bien établies sont altérées et cyniques, et que l’on peut stipendier et les grands groupes financiers mondiaux ne s’en privent pas car, ce sont souvent eux qui mènent le monde.
      –  

    • 23 Novembre 2016 à 23h27

      Livio del Quenale dit

      Avant 2012 les avoirs des français étaient en réalité de 11000 Mds qui sait ce qu’ils sont devenus depuis que FH guigne ce pactole qui en outre de nous a permis d’emprunter avantageusement et non pour ses beaux yeux comme il semble le croire, ces avoirs étaient destinés au fonctionnement des entreprises et donc de l’économie ils nous est spolié par la prodigalité de ce gouvernement qui n’a d’égal à son outrecuidance que son inaptitude, en laissant monter, la hausse du coût de la vie et bloquant les revenus captifs nous a obligé à piocher dans nos réserves pour les jours de vaches maigres , pour aussi aider les enfants au chômage ou des parents eux aussi aux ressources faibles.
      -
      Les chevaux se battent devant le râtelier vide.
      Le chef si chef il y avait, doit etre capable de gérer l’intendance d’un pays, c’est peut-être la seule chose qu’on lui demande car les neuf dixièmes de nos problèmes sont issus de cette gestion catastrophique .
      -
       Notez que la cours des comptes ne publie pas les chiffres de la dette de la France où l’économie est en berne la balance extérieure largement déficitaire ,(je ne parle pas de la dette de l’état).
      -
      Alors les mesures dites trop énergiques serait les bien venues et non des demi mesures , on pas oublié les “jupettes” ou mesurettes d’un ministre du même nom.
      Quatre ans de mollesse hésitante et incompétente ça va.
      –  

      • 24 Novembre 2016 à 2h08

        Livio del Quenale dit

        “Quatre ans de mollesse hésitante et d’incompétente ça va”.

         En fait non, ça ne va pas, du tout !
        C’est beaucoup trop long et ça n’aurait jamais du arriver.

         Un Juppé ne fera pas le job, on le voit bien déjà, il commence à freiner avant même que d’être élu. De plus ce n’est pas comme ça qu’il va couper l’herbe sous le pied du FN

        Fillon, lui, “met le pied dans le coin” ! Et avec les coudées franches cette fois pourra faire ce qu’il n’a pas pu faire, freiné par son chef de 2007>2012.
        Notamment en gestion économique, pilier central d’une bonne gouvernance et son programme tient la route si au moins on le lit sans prévention, voire même en déformant ce qui est écrit ou en y trouvant ce qu’il n’y est pas, pour en faire des arguments fallacieux

        L’Amérique devrait, si Trump suit ses annonces, quitter l’hégémonie US en UE , il serait bon de “sauver la mise” de la France et l’Europe en en profitant, notamment pour renouer les relations avec les russes (pas question de leur cirer les pompes, mais seulement établir des relation profitables) et terminer cet “investissement” coûteux au moyen Orient

        Rétablir la position de notre pays au sein de Europe Europe cette fois dotée d’une nouvelle constitution, moins dirigiste et surtout la BCE dont les pouvoirs sont exorbitants à tous point de vue Rétablir l’équilibre du tandem avec l’Allemagne
        Mais pour ça, il faut une aptitude et une compétence: premièrement, à savoir s’entourer, pour exécuter une ligne de conduite claire sans trop de faux pas, comprise de tous et ne pas y revenir sans cesse pour renoncer des que la rue grogne
        En fait la rue ne devrait pas grogner si elle comprend ce que l’on fait et surtout pourquoi on le fait. Bon il y en a toujours pour trouver des raisons pour ne pas faire, on ne peut satisfaire Dieu et son père.

        Quant aux syndicats dont les dirigeants doivent justifier de leurs salaire, il n’est pas compliqué dans ces cas là, de leur mettre le nez dans leurs contradictions et/ou leurs excès.
        – 

        • 24 Novembre 2016 à 13h23

          IMHO dit

          En effet, l’indigence progresse, ce pauvre Quenale ne peut déjà plus se payer des virgules .

    • 23 Novembre 2016 à 21h18

      Pyrrhon dit

      Excellent, tout simplement!

    • 23 Novembre 2016 à 20h28

      FM Arouet dit

      Il y a de fusion. L’homme courageux, sobre, pas démagogique, prêt à redresser la France. Je le pensais ainsi.
      Et puis, il y a celui que j’ai vu au cours des semaines passées et notamment au cours des 15 derniers jours : utilisant toutes les ressources pour capter les voix des catholiques intégristes ou presque, aimant la punition confondue avec le courage (“ah vous allez en baver mes frères mais c’est pour votre bien”), champion des classes possédantes à rentes -celles qui sont pourtant condamnées par l’histoire et n’oeuvrent pas pour le progrès, une sorte de réapparition de Royer, champion d’une morale étroite elle aussi condamnée.
      Ce n’est c’est ainsi que La France relèvera les défis du XXIe siècle.

      • 23 Novembre 2016 à 20h29

        FM Arouet dit

        lire: deux Fillon.Désolé, mon logiciel de reconnaissance vocale ne connaissait pas Fillon.

        • 23 Novembre 2016 à 22h53

          Livio del Quenale dit

          le logiciel dites-vous ?

      • 24 Novembre 2016 à 0h16

        Scarabas dit

        Caricatural. La pire des injustices sociales est le chômage qui prive d’avenir les millions de jeunes. Les pires réactionnaires, ce sont les immobilistes.

      • 24 Novembre 2016 à 13h59

        steed59 dit

        heureusement que juppé est en train de nous dévoiler toute la probité et son sens de l’honneur dans la dernière ligne droite

    • 23 Novembre 2016 à 18h57

      Orwell dit

      Oui, la constance est un signe d’honnêteté en qui l’électeur peut avoir confiance. J’ai toujours été, en tant qu’étudiant, des « jaunes » qui emmerdaient les pseudo-rebelles qui bloquaient toute avancée dans l’Enseignement Public. Et il faut être courageux pour cela, face à la foule vociférante des moutons de Panurge.
      Comme exerçant une activité professionnelle, j’aurais dû brailler en battant le pavé moi aussi en 2010. Je n’en ai rien fait : c’est l’égoïsme de rester des enfants gâtés (donc en fait une « révolte conservatrice ; « Touches pas à mes avantages acquis ». Eh bien j’emmerde les « avantages acquis ». Ne nous comportons pas comme des privilégiés, mais soyons solidaires. Cette mesure était bonne, car elle donnait une chance à la jeunesse, aux dépens des plus âgés qui ne pensaient qu’à leur petit confort. Et j’ai admiré le courage de Sarko de ne pas avoir reculé devant la menace de la rue. Seul compte le suffrage électoral, et il avait bien été élu par une majorité de Français. La résorption du gouffre de la dette publique est trop abstraite pour nombre de beauf et de beaufettes à courte vue.
      Alors oui, les gens sont inconstants eux même. Ils élisent un candidat qui leur promet que demain, on rasera tout le monde gratis, mais gueulent devant un mesure dite impopulaire qui exigera d’eux des efforts. Le Français n’est pas mature. Il veut être traité comme lorsque ses parents lui offraient à chaque Noël un torrent de cadeaux.
      Depuis longtemps, les Français n’ont voté pour machin que parce qu’ils ne voulaient pas de bidule, l’exemple type sont Chirac- Le Pen en 2002 et surtout Hollande-Sarkozy en 2012. Cela faisait longtemps que l’on ne votait plus de manière positive, c’est-à-dire pour un politicien en qui l’on croyait. Et si c’est pour sa constance, son honnêteté, son courage, cela nous changerait un peu de tous ces veaux et génisses à deux pattes qui votent pour celui qui les trompera pas sa démagogie.

      • 24 Novembre 2016 à 4h09

        Livio del Quenale dit

        À Orwell 23 Novembre 2016 à 18h57

         La frange des “indécis” environ 30%, ces électeurs ne sont pas matures et troublent les résultats des élections car le lot de votant à droite contrebalance celui de gauche ce qui fait qu’une bande d’hurluberlus votent souvent sans savoir ce qu’ils font.

        Comme on nous pressente deux candidats politicards du système verrouillé qui ne laisse rien accéder au dernier tour que les “choisis” du sérail, quand ils n’acceptent même pas de proportionnelle et encore moins de bulletins blancs comptés en votes exprimés (qui gonfle artificiellement les scores du FN) 
        Ce qui explique ce que vous dites, beaucoup votent contre qqn plutôt que de voter pour qq chose, un projet, enfin un cap, une politique et non une péninsule que souvent ils ont développée.
        – 

    • 23 Novembre 2016 à 18h41

      durru dit

      23 Novembre 2016 à 14h58 Sancho Pensum dit
      Outre le fait que “la France” ça ne veut rien dire, sachez que si la dette française dépasse les 2000 milliards d’euros, les avoirs financiers des Français s’élèvent à près de 4000 milliards d’euros.

      “La France” c’est l’Etat, avec toutes ses dépenses, ses responsabilités, ses employés (enfin, fonctionnaires), etc.
      “Les Français” sont des individus libres, qui n’ont pas d’autre obligation envers ledit Etat que les impôts et taxes (déjà bien élevées) qu’on leur demande. Penser que les 4000 milliards d’avoirs des Français sont là pour éponger les dettes de l’Etat est une très belle image de l’incurie de toutes les gauches, qui n’ont qu’un seul réflexe: ce qui est à moi est à moi, et ce qui est à toi est à moi aussi. Et on se demande pourquoi personne n’a plus envie de bosser pour sortir ce pays de la mouise…
      Pourquoi on s’endette? Pardi, pour engraisser Vinci avec des juteux contrats de concession sur des autoroutes à financement déjà amorti, pour construire des gares TGV au milieu de nulle part, pour payer aux élus des frais de bouche en liquide et exempts de tout contrôle, pour faire exploser les dépenses en salaires de toutes les collectivités locales, au point que même le Conseil d’Etat s’en émeuve, j’en passe et des meilleures…
      Vous avez quoi comme exemples, vous?

    • 23 Novembre 2016 à 17h59

      isa dit

      Dans une Paroisse de Meudon ( celle de Saint- Martin), le prêtre à pousser ses ouailles a vite aller voter pour Fillon.
      Je me suis retrouvée direct au dix- septième siècle,

      Il a le droit ce cem de rompre la laïcité de cette facon 

      • 23 Novembre 2016 à 18h01

        lisa dit

        a poussé à aller
        Pourquoi 17e ?
        Ça vous trouble d’aller à l’église

        • 23 Novembre 2016 à 18h03

          steed59 dit

          une perle pareille faut l’encadrer

      • 23 Novembre 2016 à 18h02

        steed59 dit

        Depuis quand vous fréquentez les églises vous ? Et si la laïcité s’applique dans les églises, vous n’avez vraiment rien compris au concept. interdirions-nous aux femmes de se voiler dans une mosquée ? aux hommes de se couvrir dans une synagogue ? Laissez les curés à leurs missions, pour une fois qu’on en trouve un qui nous gonfle pas avec les migrants.

        • 24 Novembre 2016 à 13h47

          chlomo dit

          steed 59 ,

          attention mon grand , tu vas devenir spécialiste en Judaïsme à ce rythme là …
          un projet de conversion ? :-)

          je te suggère les Orthodoxes ( les plus orthodoxes ) mais tu peux essayer le mouvement libéral , aussi plus souple

        • 24 Novembre 2016 à 14h01

          steed59 dit

          j’en ai déjà parler à bibi. Mais c’est pas possible. 2 cm de peau de bite me sépare de ta religion (et pas seulement)

    • 23 Novembre 2016 à 16h42

      lafronde dit

      Belle plaidoirie pour la constance en politique. Même si la France de 2016 n’est pas le Royaume uni de 1939.

    • 23 Novembre 2016 à 16h40

      netrick dit

      Mon grand-père aussi a été “constant” en 14-18. Avec sa batterie de 75, il a poivré les Boches à la Marne, sur l’Yser, à Verdun, sur la Somme, au Hartmannswillerkopf, au Monte-Tomba, ….”constant”…

      • 24 Novembre 2016 à 13h48

        chlomo dit

        du poivre vert , j’espère !

    • 23 Novembre 2016 à 15h52

      TURSAN dit

      M. Nueil, vous me décevez.

      Comparer Fillon à Churchill, il fallait oser.
      Ce dernier avait promis à ses compatriotes la victoire pour prix de leur sang, de leur sueur et de leurs larmes.
      Au bout de la purge sacrificielle que nous promet M. Fillon, je ne vois que la capitulation sans conditions devant Berlin, et surtout l’échec.
      Cette ardeur punitive me semble davantage s’apparenter à la mortification de la chair qu’à une vision saine et efficace des réformes à entreprendre.

      • 24 Novembre 2016 à 3h41

        Livio del Quenale dit

        &&& Au bout de la purge sacrificielle que nous promet M. Fillon, je ne vois que la capitulation sans conditions devant Berlin, et surtout l’échec.&&&
        -
        analyse ou prédiction mais de votre guise  bien originale

    • 23 Novembre 2016 à 13h22

      Clash75 dit

      Merci MR NUEIL. Nous allons de ce pas, aller gaiement voter, AUX PRIMAIRES FE LA DROITE, pour FILLON et même pas (mais 1 peu quand même. …) contre le vieil aigri, sournois et intellectuellement malhonnête. 

    • 23 Novembre 2016 à 12h51

      FM Arouet dit

      C’est Pénélope qui m’inquiète.
      Chez Hollande, elle ne s’appelait pas Pénélope mais Ségolène, Valérie ou Julie mais c’est tout comme: Hollande a détricoté ce que Sarkozy avait fait. Fillon a déjà annoncé, au cas où il serait élu, qu’il détricoterait ce que Hollande a fait.
      La France en est là: on tricote et on détricote. Voilà comment la France avance en attendant le sauveur qui ne viendra jamais. Ah le bel ouvrage! Merci Pénélope…

      • 23 Novembre 2016 à 13h00

        steed59 dit

        en plus c’est une estrangère

        • 24 Novembre 2016 à 13h54

          chlomo dit

          @ Steed

          Tu sais , entre cette grande pétasse qui écartait les cuisses devant le premier beau mâle venu et qui nous crachait dessus ( C Bruni )et Pénélope Fillon , y pas photo :

          elle forme avec le François un couple , un vrai … on l’a dit croyante et d’un bon pedigree rien à voir avec ces petites catins du sud prête à descendre sous à sous la table pour faire D . ieu sait quoi ! :-)

          je flingue d’abord après on cause

    • 23 Novembre 2016 à 12h29

      antecum dit

      Effectivement le pire n’est jamais sûr mais ce virus de clairvoyance, sérieux et responsabilité qui a étonnamment contaminé beaucoup d’électeurs de droite ira t il jusqu’à ceux de gauche…pas gagné !
      Je ne vois pas la France d’aujourd’hui, dominée par la bien pensante démagogie de gauche en vigueur dans la majorité des médias (tient c’est drôle, pourquoi n’appelle t on pas cela “populisme” aussi ?) voter pour un Churchill et même pas pour un de Gaulle.

      • 23 Novembre 2016 à 14h33

        rolberg dit

        La gauche a tous les torts, le premier d’être au pouvoir.

    • 23 Novembre 2016 à 12h22

      marcopes dit

      Fillion n’est pas encore à l’Élysée car avec un programme pareil il laisse un boulevard au fn

      • 23 Novembre 2016 à 12h24

        durru dit

        Dans vos rêves.

      • 23 Novembre 2016 à 12h43

        Sancho Pensum dit

        Je suis d’accord avec la première partie de votre phrase mais pas avec la seconde.
        En admettant que Fillon soit retenu dimanche prochain, il risque au contraire, avec ses positions sur l’islam et la famille, de mordre sur les plates bandes du FN. Comme Sarko l’avait fait en 2007. . Le FN (certes avec le père, l’équation n’est pas tout à fait la même avec la fille) avait alors fait environ 10 % et était arrivé quatrième. Beaucoup de gens votent FN parce qu’ils estiment que le candidat de droite n’est pas assez punchy sur certaines des questions qui les préoccupent (et qui tournent pour la plupart autour de l’islam et de l’immigration). S’ils trouvent la réponse qu’ils veulent dans le candidat de droite, alors ceux-là voteront pour lui, ne jugeant pas le programme économique du FN très crédible.
        Toute la question est de savoir combien de voix Fillon peut prendre au FN.
        Si le FN descend en dessous de 15 % au premier tour, rien n’est joué pour son challenger. Ca peut être le candidat du PS, Macron ou Mélenchon. Qui sont donnés pour ce genre de score. Et le deuxième tour, face à un Macron, par exemple, pourrait être très serré.
        Il y a aussi une incertitude sur la présence de Bayrou. S’il y va, c’est Fillon qui perdra des voix à son profit. Et il peut parfaitement disparaître au bénéfice du FN et d’un candidat de gauche.

        • 23 Novembre 2016 à 12h58

          FM Arouet dit

          Je partage assez largement le point de vue de Sancho et c’est là la faiblesse de Fillon: ou il chasse à droite et perdra le centre et les modérés sans prendre forcément beaucoup de voix au FN (“l’original et la copie”) ou il se “centrise” et trahit alors ses engagements actuels.
          Et puis, il y a Macron qui va lui donner un sacré coup de vieux et faire de lui un chef provincial de presbytères, un insurgé vendéen pardon sarthois d’un temps révolu.

        • 23 Novembre 2016 à 13h02

          steed59 dit

          ça se voit que vous ne connaissez pas l’électorat de droite. Macron+Bayrou ce sera moins de 10% ensemble. Je veux bien prendre les paris aujourd’hui

        • 23 Novembre 2016 à 14h05

          expz dit

          En regardant le score de Le Maire (avec le discours “du renouveau” équivalent à celui de Macron qui,lui, n’a toujours pas dévoilé son programme-traduction:pris des risques-)et un centre éparpillé (combien de divisions?)difficile de se prononcer.La droite Filloniste fait un pari sans compromissions:on y adhère ou pas.Voilà tout.

        • 23 Novembre 2016 à 14h29

          Sancho Pensum dit

          “Macron+Bayrou ce sera moins de 10% ensemble.”
          De voix venant de droite, c’est fort possible. Mais venant de gauche ?

        • 23 Novembre 2016 à 15h06

          durru dit

          Marine, même siphonnée par Fillon (ce à quoi je crois), va pas descendre sous 20%, normalement.
          Fillon, même avec un Bayrou dans les pattes (ce à quoi je ne crois pas du tout), ne va pas descendre en dessous de 20% non plus.
          Vous voyez qui pour faire plus de 20% et enrayer la machine? Le candidat PS? Macron? Mélenchon? Soyons sérieux…

        • 23 Novembre 2016 à 15h38

          Sancho Pensum dit

          Oh, je ne me hasarderai pas au moindre pronostic chiffré. On est encore loin de la présidentielle. On ne connait pas le résultat de la sélection de la primaire PS. On ne sait pas si Macron sera un feu de paille ou pas. On ne sait pas si Bayrou ira ou pas. Etc.
          Les surprises électorales récentes (du Brexit à Fillon en passant par Trump) incitent à un peu de modestie.
          A ce stade, la seule certitude que j’ai, au vu de son positionnement, c’est que si c’est Fillon qui passe dimanche prochain, il piquera des voix au FN. Combien, je n’en sais rien.
          PS : le FN a fait 17 % en 2002, 10 % en 2007 et 18% en 2012. Aujourd’hui, on s’amuse à donner le FN entre 25 et 30 %. Je crois bien qu’après avoir été longtemps minoré dans les sondages – les sondés ayant honte d’avouer leur intention – le FN est aujourd’hui majoré – le sondé ayant compris que cela lui permettait d’accroire la pression sur le pouvoir politique.

        • 23 Novembre 2016 à 18h25

          durru dit

          Je n’ai pas mémoire de sondages majorés sur les dernières élections où le FN a systématiquement dépassé les 20% (et même les 25%, si je ne m’abuse).
          Nous sommes d’accord que les élections sont encore loin, mais la base électorale du FN et de la droite “classique”, ainsi que la personnalité des deux candidats en question (MLP et Fillon) ne laissent pas présager de gros cataclysmes de ce côté-là du spectre politique.

    • 23 Novembre 2016 à 11h36

      Terminator dit

      Pour l’instant, il s’agit de virer Ali Juppé, grand mufti de Bordeaux.
      La véritable élection se jouera en mai 2017 : à ce moment-là, on verra…