Affaire Fillon: la justice contre l’élection | Causeur

Affaire Fillon: la justice contre l’élection

La prochaine présidentielle est déjà faussée

Auteur

Régis de Castelnau

Régis de Castelnau
est avocat.

Publié le 09 mars 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

François Fillon en meeting à Orléans, mars 2017. SIPA. AP22024106_000022

Depuis le déclenchement de l’affaire Fillon, le caractère monté de toutes pièces de l’opération saute aux yeux tous les jours. Dans le but de favoriser la candidature Hollandienne d’Emmanuel Macron, une manipulation montée de longue main a déclenché ce qu’il est désormais commun d’appeler un véritable coup d’État. L’objectif étant bien évidemment de priver la droite républicaine d’un candidat crédible. Que François Fillon ait donné des verges pour se faire battre est une évidence. Mais j’ai dit en son temps ce qu’il fallait en penser tant sur la nature politique de l’opération que sur la vulnérabilité de la cible. Et la dimension judiciaire qui saute désormais aux yeux, n’en est qu’une facette dont il est déplorable que certains acceptent d’en être les instruments.

Détruire le candidat de la droite

François Hollande qui aura tenu à avilir la fonction de président de la République française vient de montrer qu’il le ferait jusqu’aux dernier jours. À l’occasion d’une conférence de presse, il a osé déclarer à propos des critiques qui fusaient de toutes parts contre le comportement du parquet financier et du juge d’instruction : « En tant que garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire, je tiens à m’élever solennellement contre toute mise en cause des magistrats dans les enquêtes et les instructions qu’ils mènent dans le respect de l’État de droit. » Est-il nécessaire de lui rappeler ce qu’il a dit dans un livre: « Cette institution, qui est une institution de lâcheté… Parce que c’est quand même ça, tous ces procureurs, tous ces hauts magistrats, on se planque, on joue les vertueux… On n’aime pas le politique ». Est-il nécessaire également de rappeler la façon dont il a bravé la justice, foulé aux pieds une instruction, deux décisions de cour d’assises et deux décisions de juridictions d’application des peines en accordant une grâce scandaleuse à une personne condamnée pour meurtre. On notera d’ailleurs à cette occasion que les braillards à qui il a voulu donner satisfaction, vilipendent sans crainte de la contradiction, ceux qui critiquent le comportement de la justice dans l’affaire Fillon.

Oui, la façon dont s’est déroulée la procédure, tant dans sa célérité tout à fait inhabituelle que dans la nature des mesures prises, témoigne de la volonté de détruire la candidature de la droite à l’élection présidentielle. Depuis le premier jour de cette affaire, j’ai toujours annoncé avec au moins une semaine d’avance ce qui allait se produire sur le plan judiciaire. J’ai pu le faire, non pas pour avoir pris l’option arts divinatoires pendant mes études de droit, mais parce que je connais le fonctionnement de la boutique.

C’est pourquoi ce que nous avons entendu la semaine dernière émanant du monde de la justice est préoccupant.

Il y a tout d’abord le communiqué commun (!) du premier président de la Cour de cassation et de l’avocat général auprès de celle-ci. Certes ils l’ont fait au titre de coprésidents du Conseil supérieur de la magistrature, mais mélanger à cette occasion parquet et magistrature du siège n’était peut-être pas une excellente idée. Au-delà de ce qui est quand même question de fond, on y trouve deux jolies choses. À propos du travail de la justice : « Les uns prétendent qu’elle est instrumentalisée par l’Exécutif. Celui-ci réplique qu’il soutient la liberté d’action des magistrats. En réalité, la justice n’encourt pas plus les reproches outranciers qui lui sont faits qu’elle n’a besoin de soutiens d’où qu’ils viennent. » Prends ça dans les dents Pépère ! Tu te croyais président de la République et par conséquent garant du fonctionnement des institutions, eh bien retourne dans ta niche. Et puis: «Les magistrats suivent leur rythme en toute indépendance sous le seul contrôle des juridictions supérieures. » Répétons pour la énième fois que l’indépendance n’est pas un objectif mais seulement le moyen de l’impartialité. Or c’est justement de ce rythme tout à fait inhabituel que se déduit l’absence criante d’impartialité. L’indépendance n’est pas là pour permettre d’être partial, voyons !

«Ni la Constitution ni aucune loi ne prévoit – heureusement – ce que d’aucuns nomment une “trêve judiciaire”. »

Il y a eu ensuite la tribune signée par la présidente de l’Union syndicale des Magistrats. La violence et l’arrogance du ton, les imprécations lancées à l’égard de la représentation nationale, le choix des mots témoignent non seulement d’une certaine perte de sang-froid, mais également d’une conception inquiétante de la place de la justice dans la cité. On laissera chacun prendre connaissance de ce brûlot, en soulignant que l’on est peut-être encore plus loin que le fameux « mur des cons ». Pour ceux qui auraient la flemme, je précise qu’il n’y a aucune mention du rythme des magistrats qui ont été saisis de la plainte de François Fillon pour violation du secret de l’enquête : la transmission d’urgence aux journalistes du Monde des premiers PV, accomplie sur la base d’une très grave illégalité. Les mauvaises langues prétendent que seuls les magistrats du parquet national financier (PNF) ou les policiers chargés de l’enquête le pouvaient. Là, ce sera un rythme lent, très lent, genre slow langoureux. Et d’ailleurs, probablement pas de rythme du tout, comme d’habitude.

Relevons cependant deux phrases, expression d’un sentiment de toute-puissance qui montre où peuvent mener certaines dérives.

« En réalité, les prétendus arguments procéduraux des uns ou des autres, souvent infondés, ne visent qu’à troubler l’électorat, à des fins purement politiciennes. » Là on est carrément dans l’insulte des professeurs de droit, des avocats, et des praticiens spécialistes, qui se sont exprimés sur les lourds motifs d’illégalité qui semblent peser sur les procédures intentées en particulier par celles du parquet financier. Ensuite on peut s’inquiéter du caractère péremptoire de cette affirmation de la part d’une magistrate. Donc la messe serait dite, les décisions de la chambre d’instruction et de la Cour de cassation seraient-elles déjà prises ?

Et puis il y a ce sommet : «ni la Constitution ni aucune loi ne prévoit – heureusement – ce que d’aucuns nomment une “trêve judiciaire”. »

Pardon ? Lorsque l’on parle de la loi, en termes généraux, on fait référence à l’ordre juridique global dans lequel se déploie le fonctionnement de la République française. Et non pas à la loi votée par le Parlement par opposition aux décrets du gouvernement. C’est ce que l’on appelle là aussi d’un terme général le « Droit français ». Dont les sources, comme on l’apprend en première année de droit sont la loi, la jurisprudence, la doctrine, et la coutume. L’ordre juridique est l’articulation de tous ces éléments, parmi lesquels il existe des règles qui pourraient s’avérer littéralement incompatibles et que l’on s’efforce justement d’harmoniser. Et cette responsabilité incombe au juge. Or il est un principe fondamental, ce que les publicistes appellent un « principe général du droit », qui est celui de la sincérité du scrutin démocratique. Celle-ci est vérifiée par le juge administratif après chaque élection si nécessaire. Si des événements, des manœuvres, des initiatives ont pu altérer la sincérité du scrutin et modifier son résultat, la conséquence en est l’annulation par le juge. Force est de constater que d’ores et déjà l’élection présidentielle 2017 est faussée. Au premier tour la qualification pour le second derrière Marine Le Pen se jouera dans un mouchoir. Tout ce qui s’est passé depuis un mois, cette intervention de l’État en faveur d’un candidat, la conduite des procédures judiciaires, le comportement des médias de service public, seront autant de motifs d’annulation. Si le Conseil constitutionnel passait outre, le candidat élu alors au deuxième tour perdrait toute légitimité. Car celle-ci dépend fondamentalement du caractère régulier du scrutin.

Aucune des procédures ne présente la moindre urgence

Pour permettre un débat politique serein et l’expression régulière du suffrage universel,  surtout pour le scrutin le plus important de la Ve République, il appartient au juge d’adopter une mesure et un tempo prudent même en l’absence de texte express. Et surtout pour des procédures dont aucune ne présente la moindre urgence. Oui, l’exigence de régularité du scrutin est bien au-dessus de cette volonté compulsive d’intervenir sans contrôle dans un processus fondamental. Parce que rappeler que les magistrats n’agissent que sous le contrôle des juridictions supérieures, lorsque l’on sait que celles-ci n’interviendront que dans quelques années, une fois que le mal sera fait est d’une parfaite hypocrisie. Demandons à Éric Woerth ou à Gérard Longuet ce qu’ils en pensent. Et que l’on n’avance pas l’argument trivial : « il faut faire confiance à la justice », celui-ci n’a aucun sens. Tout le dispositif judiciaire repose sur la défiance vis-à-vis de l’homme juge. On ne lui fait aucune confiance, et c’est pour cela que l’on enferme sa décision dans des règles de procédure stricte pour assurer la loyauté du débat, qu’existent les avocats et leur secret professionnel, la collégialité, le double degré de juridiction, la Cour de cassation. Tout ce formalisme qui nous renvoie à la fameuse formule de Von Jhering : « adversaire acharnée de l’arbitraire la forme est la sœur jumelle de la liberté ». C’est l’honneur de ces magistrats français très majoritaires de s’astreindre à cette rigueur dans l’application de ces règles, sachant qu’elle construit le socle de la légitimité de leurs décisions qui sinon ne seraient que de guerre civile.

Je ne sais pas si François Fillon sera condamné définitif en 2023, mais même si je ne voterai pas pour lui à l’élection présidentielle prochaine, je souhaiterais que certains magistrats évitent de faire le tri entre les candidats. C’est à l’électeur que je suis qu’appartient cette compétence.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 15 Mars 2017 à 4h17

      Livio del Quenale dit

      si l’on t’accuse d’avoir volé les tours de Notre-Dame …
      fuie le plus loin possible. 

    • 14 Mars 2017 à 10h21

      alain dit

      on a mis quarante ans pour juger notre ennemi n°1 pour ça dernière affaire et en moins d’un mois la justice est prête a mettre FILLON et ses collaborateurs en prison cherchez l’erreur vive la justice syndiquée de gauche Tous coupables sauf nous

    • 12 Mars 2017 à 12h00

      Olympio dit

      Je n’approuve pas du tout le comportement de F FILLON mais ça commence à faire beaucoup. Le JDD déterre ce jour une “nouvelle affaire” de costumes coûteux payés par un généreux donateur à F FILLON.
      C’est curieux par contre il n’y a aucune enquête pour connaître les donateur de E MACRON …. et on est passé très brièvement sur le coût du coiffeur de FLAMBI, les petites sauteries de fiston à la lanterne et la protection des maîtresses du PR…

      Ca commence à devenir lourd.
      Qui sait la semaine prochaine on apprendra peut-être qui finance les caleçons de F. FILLON ?

    • 11 Mars 2017 à 22h38

      lili23 dit

      démissionne 

    • 11 Mars 2017 à 20h50

      lili23 dit

      Fillon démissionne, « Que penserait le général d’un rebelle » 

    • 11 Mars 2017 à 18h18

      Pig dit

      On nous répète qu’il est urgent d’enquêter sur Fillon, de la mettre en examen juste deux jours avant la clôture des candidatures à l’élection présidentielle. Mais j’apprends qu’il n’y a aucune urgence à enquêter sur sa plainte pour violation du secret professionnel de la part des magistrats et/ou des policiers chargés de l’enquête ! Pourtant les investigations demandées par Fillon pourraient confirmer/infirmer si les enquêteurs sont ou non impartiaux, et s’ils ne le sont pas, impartiaux, serait démontré le coup monté contre lui. Et ça, ça n’est pas urgent ? La partialité est bien démontrée, sans attendre les résultats de l’investigation réclamée par Fillon.
      Il reste à espérer qu’il gagne l’élection, car s’il la perd jamais aucune enquête sérieuse ne sera diligentée sur ce dont il se plaint.

    • 11 Mars 2017 à 13h21

      buddy dit

      ‘aimais Causeur pour ses positions à la fois pluralistes et décalées (par rapport à la presse bien-pensante). J’aimais les analyses de E Levy, que je trouvais pertinentes. Amusant de voir ce qu’est devenu Causeur,une sorte de tract électoral sans retenue. Amusant de voir ce qu’est devenu E Levy, une sorte de groupie énamourée d’un candidat en mauvaise passe.
      Décidément les temps changent,et pas en bien!
      Heureusement, il y a encore quelques articles solides.

    • 11 Mars 2017 à 2h12

      MLBACH dit

      Bravo pour cet article ! Le sentiment d’injustice de la Justice m’étouffe… Et cette obstination des medias à ne pas lui demander haut et fort des comptes sur les fuites du secret de l’enquête me met en état de rage impuissante… Sans doute sommes nous nombreux à respirer très mal, en France, en ce moment…

    • 10 Mars 2017 à 10h21

      Jacques des Ecrins dit

      ” François Hollande qui aura tenu à avilir la fonction de président de la République française vient de montrer qu’il le ferait jusqu’aux dernier jours.”

      L’avilir. C’est bien ça. Et il lui reste encore près de deux mois.

    • 10 Mars 2017 à 3h24

      IMHO dit

      A tous, supporteurs du Klepto-Fillou Club AS, présents et à ne pas venir, je l’espère du moins : vous êtes les pires supporteurs du monde, à côté de vous ceux de l’OM sont des gentlemen .
      A mort l’arbitre ! est votre devise et votre mauvaise foi est inépuisable .
      En fait vous êtes tellement bons dans le pire qu’on regarde le match pour vous et non pour le jeu .

      • 10 Mars 2017 à 10h05

        Pimousse dit

        Votre message n’est pas clair… vous pouvez répéter ?

        • 10 Mars 2017 à 10h18

          Noumounke dit

          Pas clair, comme sa pensée tordue, sans arguments, utilisant une métaphore footballistique pour critiquer l’article…

          Pathétique sire IMHO…

        • 10 Mars 2017 à 18h23

          IMHO dit

          Non, vous avez très bien compris .
          Allez les Troc ! ( le Klepto-Fillou Club est le club de Passy)

      • 10 Mars 2017 à 11h16

        ti suisse dit

        j’agrée Imho, ni que pour qql allégorie dont je suis fan, en gnl; aussi je m’excuserais bien de mes nébuleux propos d’hier (sans pinard ni moquette!) mais à ma décharge, je manque de pratique ‘radical’ (aussi l’usage de la 3° personne du singulier) étant un sensible pragmatique.
        Bref, cé-pas-facil d’argumenter, ou plutôt d’échanger avec mes contemporains tant la mauvaise foi (pluriel; je zappe ‘Dieu’ ça va m’énerver) s’expose, ni hésitante, avec ce fatras de contradictions.
        Auxquels s’ajoute, -c’est la teuf! ces paquets de complots ‘forcément’ gauchos fascisants (oxymore!) dont la-vie politique, à défaut de se moraliser (là je déconne; et vos-gueules les mouettes) se régale, puisque nous distrait (!) car si bien relayé par l’avis partisan.
        Nota bene: c’est où la sortie ?? ..de l’auberge /ne comptez pas sur la Justice (parait-il) ni les médias, ni le système, ni l’éducation, ..mais tant qu’on a la santé (hein) et le Sport !

      • 12 Mars 2017 à 5h34

        Livio del Quenale dit

         et si vous défendiez votre camp en perdition !
         au lieu de bêler avec les bêlants vertueux pour le petit plaisir d’essayer de faire mal. Vous ne dénotez pas au milieu de votre camp. 

    • 9 Mars 2017 à 23h52

      Robinson dit

      Penny Lane, une chanson déjantée où il y a un coiffeur, un pompier, un banquier, une nurse, et du ciel bleu en banlieue.

    • 9 Mars 2017 à 22h37

      Wil dit

      BFMTV qui a passé le dernier mois et demi à cracher sur Fillon et à faire l’apologie de Macron a décidé pour “rééquilibrer” les temps de paroles d’inviter ce soir trois membres du FN en quasiment trois heures.hahaha!
      C’est surement ça l’honnêteté intellectuelle des journalistes de cette chaine propriété d’un soutient de Macron.
      “Mais jusqu’où s’arrêteront-ils?”comme disait Coluche.

      • 9 Mars 2017 à 23h29

        Wil dit

        Et il y en a un de plus demain matin chez Bourdin!hahaha!
        C’est pas possible!Le CSA qui ne dit jamais rien quand les médias négligent ou attaque le FN a du faire la remarque à BFMTV en leur disant que ça devenait gênant tellement le soutient à Macron était flagrant.

      • 10 Mars 2017 à 8h13

        amina dit

        Il faut lancer un boycotter BFMACRON. 

    • 9 Mars 2017 à 19h28

      Wil dit

      “Avocat de François Fillon: “Un tiers du dossier contient des preuves du travail de Penelope Fillon”
      http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/avocat-de-francois-fillon-un-tiers-du-dossier-contient-des-preuves-du-travail-de-penelope-fillon-920669.html

      • 9 Mars 2017 à 19h44

        IMHO dit

        Ce sont des faux patriotiques .

        • 9 Mars 2017 à 20h31

          Wil dit

          Toi,t’es un vrai con par contre.

      • 9 Mars 2017 à 20h07

        Georges dit

        Si Fifi s’est bien gardé de les filer à la presse, c’est que ça doit franchement pas être terrible.

        • 9 Mars 2017 à 20h33

          Wil dit

          Depuis quand la presse publie des articles susceptibles de défendre Fillon au lieu de le basher?
          Hypocrite va!

        • 9 Mars 2017 à 20h49

          mfrbe dit

          Pourquoi les fournir à la presse ?

        • 9 Mars 2017 à 21h25

          Wil dit

          mfrbe(putain,t’aurais pu trouver un pseudo,c’est pas compliqué quand même!),il a tellement l’habitude que les lois ne soient pas respecter par des magistrats eux mêmes en donnant des dossiers judiciaires à des médias qui ont les mêmes opinions politiques qu’eux qu’il lui semble tout naturel qu’en type qui a des problèmes avec la justice passe d’abord par la presse.
          Et ces gens se gargarisent ensuite avec des mots comme démocratie,valeurs républicaines et tout et tout.
          Quelle bande d’hypocrites!Ils n’ont plus honte de rien.

        • 10 Mars 2017 à 11h58

          Georges dit

          Ah, oui le grand complot médiatico-judiciaire…

          Bah sinon y’a internet, vous savez. Glandu.

        • 10 Mars 2017 à 11h59

          Georges dit

          Voui c’est ça, Fifi n’avait pas du tout intérêt à casser la polémique par voie de presse pour sauvegarder son image.

          Surtout après qu’il ait dénoncé un assassinat politique.

          Non mais quel tartuffe quand même.

        • 12 Mars 2017 à 5h49

          Livio del Quenale dit

          9 Mars 2017 à 20h07 Georges
          -
          et puis, il n’y a pas d e fumée sans feu, n’est ce pas Georges .

      • 9 Mars 2017 à 20h14

        steed59 dit

        ça ne sert à rien, les “juges” rouges du PNF ne veulent rien voir. Fillon est condamné par avance. Le tout est de savoir à quelle date afin que cela va le discréditer le plus possible pour le 1er tour

        • 9 Mars 2017 à 20h37

          Wil dit

          Mise en examen le 15 mars.

        • 10 Mars 2017 à 12h01

          Georges dit

          Alors :
          - le PNF n’est plus saisi de l’affaire (sans compter que vous n’avez aucune preuve de leur orientation politique)
          - il y a une information judiciaire en cours (et vous n’avez aucune preuve de l’orientation politique des magistrats)
          - les juges d’instruction ne jugent personne.

      • 9 Mars 2017 à 20h18

        eclair dit

        bulletin de salaire

        • 9 Mars 2017 à 20h44

          Wil dit

          i-diogene dit
          “L’avocat oublie de préciser que:
          - les 600 et quelques pages de preuves du travail de Penny, n’ avaient pas été saisies, par le PNF, lors de la perquisition à L’assemblée Nationale…
          - Elles n’ avaient pas été saisies, parce que l’ ordinateur du bureau les avait déjà en mémoire..”
          Ca veut dire quoi?

        • 9 Mars 2017 à 20h45

          Wil dit

          Oups,mauvais placement

      • 9 Mars 2017 à 20h39

        i-diogene dit

        L’avocat oublie de préciser que:

        - les 600 et quelques pages de preuves du travail de Penny, n’ avaient pas été saisies, par le PNF, lors de la perquisition à L’assemblée Nationale…

        - Elles n’ avaient pas été saisies, parce que l’ ordinateur du bureau les avait déjà en mémoire..

        - il ne reste plus à Fillon, qu’ à démontrer comment Penny, qui n’ avait pas de badge, aurait pu avoir accès à ce bureau pendant des années..!^^

        - passe-muraille en mode furtif..? Défaillances répétées du service de sécurité..? Même en période de vigilance anti-terroriste..?

        ..Surtout que le système de badge électronique garde en mémoire toutes les entrées/sorties..!^^

        .. Etonnant, non..?

        • 9 Mars 2017 à 20h45

          Wil dit

          “- Elles n’ avaient pas été saisies, parce que l’ ordinateur du bureau les avait déjà en mémoire..”
          Ca veut dire quoi?

        • 9 Mars 2017 à 20h47

          Wil dit

          “- il ne reste plus à Fillon, qu’ à démontrer comment Penny, qui n’ avait pas de badge, aurait pu avoir accès à ce bureau pendant des années..!^^”
          Euh,non.
          Il reste à l’accusation à expliquer comment elle n’a pas pu le faire.

        • 9 Mars 2017 à 20h48

          Wil dit

          Et à le prouver.

        • 9 Mars 2017 à 21h11

          eclair dit

          will

          non là pour le coup , cela n’est pas à la justice de montrer que le service de securité de l’assemblée à une faille. mais à fillon

        • 9 Mars 2017 à 21h12

          Wil dit

          Je ne suis pas diplômé en droit mais Il me semble que c’est à l’accusation de prouver que le défenseur à commis une infraction.

        • 9 Mars 2017 à 21h14

          Wil dit

          Ou sans preuves,il faut qu’il y ait de fortes présomptions pour qu’il ait commis une infraction.

        • 9 Mars 2017 à 21h16

          Wil dit

          Pas sûr que le terme infraction soit approprié mais tu as compris ce que je voulais dire éclair.

        • 9 Mars 2017 à 21h23

          i-diogene dit

          Wil, ça veut simplement dire que les documents en question avaient été tapés dans ce bureau, donc dans l’ AN..

          Sinon, tu crois vraiment à un défaut de sécurité, récurrent sur plusieurs années, et synchronisé avec les caméras de surveillances..?

          T’iras essayer de rentrer chez Renault sans un badge, tu vas vite comprendre que c’est impossible sans laisser de traces..

          .. Et Renault, c’ est pas l’ AN..!^^

        • 9 Mars 2017 à 21h35

          Wil dit

          i-diogene dit
          “Wil, ça veut simplement dire que les documents en question avaient été tapés dans ce bureau, donc dans l’ AN..”
          Et alors?
          “Sinon, tu crois vraiment à un défaut de sécurité, récurrent sur plusieurs années, et synchronisé avec les caméras de surveillances..?”
          Pfff,mais je n’ai rien à croire moi,imbécile!
          Je ne me paluche pas comme toi tous les jours en pensant à la mère Fillon et son supposé emploi fictif qui pourrait opportunément faire élire Macron président de la république.
          Au contraire de toi qui a tout à gagner à pourrir Fillon matin,midi et soir pour faire élire ta dernière idole politique en date qui te durera le temps que la médiacratie te dise qu’il faut voter Macron parce qu’il est bon.Vu que je vote FN je n’ai rien à gagner à défendre Fillon.Et ça fait surement de moi quelqu’un de plus objectif que toi.

        • 9 Mars 2017 à 21h53

          eclair dit

          will

          sans badge tu ne rentres pas dans l’assemblée nationale.

          si cela a été tapé sur un ordi de l’an. C’est impossible.

        • 9 Mars 2017 à 22h03

          Wil dit

          On verra le jugement du tribunal.

        • 9 Mars 2017 à 22h53

          durru dit

          Mais il n’y aura pas de tribunal. Tout ça, c’est pour occuper la galerie…

        • 9 Mars 2017 à 23h04

          Wil dit

          Si durru il y en aura un.Fillon va être mis en examen le 15,mais ça sera dans tellement de temps que tout le monde aura oublié pourquoi et plus personne n’en aura rien à foutre et surtout pas les juges de gauche ou la médiacratie pro Macron complice qui n’en parlera pas pour ne pas s’humilier une fois de plus.
          Cette histoire n’avait qu’un but:cramer l’adversaire politique le plus dangereux du pouvoir en place pour faire élire son candidat,point barre.
          Passé la présidentielle,la suite de cette histoire n’a plus aucune importance sauf pour Fillon dont tout le monde foutra s’il n’a pas gagné.

        • 9 Mars 2017 à 23h24

          durru dit

          La mise en examen ne vaut pas procès. Il y en a eu d’autres qui ont fini en non-lieu.

        • 10 Mars 2017 à 3h57

          i-diogene dit

          Wil,

          A priori, MLP est dans le même sac judiciaire que Fillon..!^^

          Sinon, je ne vote jamais, mais c’est un grand plaisir de démonter tes arguments débiles..!^^

        • 12 Mars 2017 à 6h17

          Livio del Quenale dit

          fillon ne peut pas être mis en examen !
          les chefs d’accusation ne sont pas fondés.
          par contre les préjudices sont bien réels, eux  .
          -
          S’il a commis une faute elle est vis avis du règlement de l’AN, il n’a pas pioché dans les deniers de la république ni commis d’illégalité.
          L’enveloppe que l’AN lui alloue est pour le fonctionnement de la charge du parlementaire , c’est une dotation de fonctionnement, une DAP, dont il use de la façon qui lui semble la meilleure.
          Seul le bureau de l’AN peut depuis 2015 (depuis Cahuzac et la crise de transparence du PS) lui demander de justifier son emploi.
          Il semblerait qu’il n’ait pas suivi la nouvelle procédure, mais il n’y a ni vol, ni malversation.
          -
          Quant aux trafic d’influence ce sont des canailleries de l’adversaire.
           

    • 9 Mars 2017 à 18h43

      Robinson dit

      L’article pose une question sérieuse, quasi institutionnelle, du vice dont est désormais entachée cette élection, un vice tel qu’il sera toujours possible d’opposer à celle ou celui qui en sortira vainqueur que son élection résulte d’une manœuvre politico-judiciaro-mediatique, et que sa légitimité démocratique est donc faible.
      Pour preuve, il suffit de considérer que FF est accusé d’avoir explosé son temps de parole et son exposition médiatique ; faudra-t-il bientôt qu’il se taise ? plus de campagne, plus de défense….
      Mais quelque part, il y a le garant suprême de nos institutions, qui ressemble de plus en plus à un pompier pyromane.

      • 9 Mars 2017 à 19h03

        i-diogene dit

        Quant un joueur de foot boîte avant le match, il est remplacé afin d’optimiser l’ équipe..

        .. Sauf qu’au LR, il n’ y a que des remplaçants encore plus boîteux..

        .. C’est ballot.. Mais ce n’ est pas la faute du PNF..!^^

      • 9 Mars 2017 à 19h06

        steed59 dit

        c’est vrai que personne ne relève cette ultime magouille, acte final du putsch médiatico-judiciaire, le fait que le CSA ait inclus dans le temps de parole la défense de fillon, alors que cette affaire est distinct de la campagne, et que celle-ci n’a même pas commencé officiellement. Après essayer de le tuer, on essaie de le faire taire. Lamentable

        • 9 Mars 2017 à 20h55

          mfrbe dit

          ça ne fait rien ,ses fidèles lui resteront fidèles. Fillon a gagné de toutes façons.

    • 9 Mars 2017 à 18h39

      alcestine dit

      Bien que je ne sois pas juriste, j’ai lu, cette fois encore,votre article avec le plus vif intérêt et vous en remercie.Mais cete fois encore, je trouve l’analyse assez désespérante .Comment l’électrice que je suis, avec tant d’autres, peut-elle exiger cette impartialité des juges et la sérénité de l’élection présidentielle, si décisive après 5 années de F.Hollande? Je sens gronder en moi la colère et je crains que beaucoup de mes concitoyens éprouvent le même sentiment ON veut nous vendre Macron coûte que coûte et c’est intolérable!
      Alcestine

      • 9 Mars 2017 à 19h25

        Hannibal-lecteur dit

        Il reste toujours la possibilité, la seule, voter.
        Heureusement aucun juge gauchisant n’y peut rien et le constat de leur acharnement peut se retourner contre leur objectif. Si j’avais été hésitant j’aurais voté Fillon rien que pour leur dire m… 

    • 9 Mars 2017 à 18h23

      Martini Henry dit

      Est-il bien moral d’organiser, comme Macron, son insolvabilité fiscale quand on gagne les fortunes qu’il gagne? Légal peut-être, et encore, le messie à la triste figure a-t-il fait l’objet d’un redressement, ce qui dit assez jusqu’à quel point il poussait sa tentative de payer le moins possible, jusqu’à s’affranchir des règles, mais moral?
      http://www.les-crises.fr/macron-a-bien-claque-un-smic-par-jour-pendant-3-ans-20-questions-a-lui-poser-sur-des-bizarreries-sur-son-patrimoine/

      • 9 Mars 2017 à 18h33

        Warboi dit

        Macron n’a jamais été redressé fiscalement, l’expression est tout à fait impropre, il s’agit là d’une de ces approximations dont la fachosphère s’est fait la spécialiste.
        Le patrimoine immobilier déclaré par le ministre, notamment la maison de son épouse au Touquet, a été réévalué par l’Administration fiscale, c’est très différent et il n’est pas nécessaire de bosser à la DGFIP pour le savoir. Un contentieux classique quand le patrimoine est au bord de franchir le seuil de l’ISF. Le rattrapage fiscal s’est élevé à moins de 10 000 euros, intérêts et pénalités compris, et ce n’est pas moi qui le dit c’est Mediapart.
        Dossier clos.
        Cherchez encore. Mais soyez plus rigoureux.

        • 9 Mars 2017 à 18h34

          Warboi dit

          Surtout, face à Fillon et plus encore Le Pen, c’est un enfant de chœur !
          Moi je serais vous, je la jouerais discrète, très discrète.

        • 9 Mars 2017 à 18h43

          Georges dit

          En l’occurrence, ce n’était pas tant le montant du redressement (car c’en était bien un) qui comptait, c’est surtout une question d’image : la sous-évaluation le mettait juste en dessous du seuil d’imposition à l’ISF…

        • 9 Mars 2017 à 18h57

          golvan dit

          @ warboi
          Vous êtes décidément impayable. Je peux comprendre qu’une femme d’un certain âge tombe sous le charme d’un jeune homme qui aime les femmes âgées, mais pas de là à perdre tout sens critique.
          Votre poulain a précisément organisé sa déclaration de patrimoine pour éviter de payer l’Isf, ce qui est humain, et avant que l’Etat n’entame une procédure contentieuse à son égard, il a accepté la réévaluation de son patrimoine, c’est aussi simple que ça, et sur un plan moral, puisque la morale semble à la mode chez les macronistes, ça n’est pas très glorieux. Certes tous les ministres socialistes ont fait la même chose mais, comme dans le cas Fillon, on se retrouve devant des moeurs politiciennes un peu frelatées alors que le petit jeune homme se la joue virginal.
          Le dossier est par ailleurs loin d’être clos et des sommes assez importantes semblent avoir disparu sans explication crédible, ce qui laisse rêveur sur le souci de transparence de ce candidat bancaire.

        • 10 Mars 2017 à 12h07

          Warboi dit

          Vous n’avez pas d’autre argument que son sexe et mon âge dont vous ignorez tout ?!!
          Autant dire rien.
          Minablement typique de la fachosphère.
          Par ailleurs, vous reconnaissez vous-même qu’il n’y a pas eu de redressement fiscal.
          Trouvez d’autres arguments contre Macron. si vous pouvez.

      • 9 Mars 2017 à 18h34

        i-diogene dit

        JALOUX..!^^

        C’est pas des fonds publics et ça correspond à un travail de haut de gamme..!^^

    • 9 Mars 2017 à 18h17

      Robinson dit

      J. Dray a suggéré que les députés sont corrompus car ils ne sont pas assez payés, et propose donc de porter leur rémunération nette mensuelle de 5 à 9000 €.
      Il est abusif tout de même de prétendre que tous les députés sont corrompus, alors que la Justice ne s’intéresse qu’à un seul, pour des motifs qui d’ailleurs ne ressortent pas de la corruption.

      • 9 Mars 2017 à 18h44

        Georges dit

        Trafic d’influence = corruption.