Féminisme: vivement le 9 mars! | Causeur

Féminisme: vivement le 9 mars!

Sous couvert de combat pour l’égalité, c’est la différence des sexes qui est menacée

Auteur

Elisabeth Lévy

Elisabeth Lévy
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.

Publié le 08 mars 2017 / Société

Mots-clés : , , , , ,

Manifestation féministe à Lyon, janvier 2017. SIPA. 00789773_000003

Cela n’a pas dû vous échapper: nous sommes le 8 mars. Pourquoi cette journée est-elle différente des autres jours ? Parce qu’hier nous étions esclaves et qu’aujourd’hui nous sommes des femmes libres – ce qui mériterait bien quelques festivités et libations ? Que nenni. Tous les autres jours, les femmes pensent, parlent, travaillent, aiment, rient, produisent, quittent, souffrent, s’énervent, énervent, pleurent, en un mot vivent. Mais ce jour-là, elles doivent exclusivement se plaindre et être plaintes. Et n’essayez pas d’en profiter  messieurs (ou mesdames, d’ailleurs), l’ambiance n’est pas à la drague, même légère. Airs graves, statistiques effrayantes et récits apocalyptiques sont de rigueur. « Toutes victimes ! », c’est la devise de cette belle journée. D’ailleurs, je me suis faite avoiner par la secrétaire d’Etat Pascale Boistard pour avoir osé prôner un féminisme joyeux. Joyeux, vous vous rendez compte.

 

Moi j’appelle ça la sainte-chipie, de façon un peu conjuratoire. Parce que, je vous jure, chaque année c’est un calvaire. D’accord, je suis souvent invitée à la télé où je suis gracieusement pomponnée et coiffée par des gens adorables. Cette année, c’était chez Pascal Praud, sur CNews, où j’aime bien aller. Bonne ambiance, rien à dire, même la fille d’Osez le féminisme était aimable (Caroline de Haas, c’était pas vraiment ma copine). En plus, il y avait ma chère Eugénie Bastié, qui se bat comme une lionne. L’ennui, c’est que tout le monde a la même idée super-transgressive : le 8 mars, on fait un plateau de femmes, c’est bon ça chef ! Toute la journée, vous avez donc entendu ou vu des femmes (et le premier qui parle de volière devra en subir les conséquences). Les seuls hommes tolérés sont priés de faire leur autocritique pour toutes leurs mauvaises actions, paroles ou pensées passées, présentes ou futures. Alors, il paraît qu’on vit sous le joug de la domination masculine, mais des femmes qui parlent de problèmes de femmes entre femmes, ça peut évoquer ce que d’aucuns appellent la toute-puissance féminine. Enfin, ça doit être un fantasme de juif viennois. Il ne saurait y avoir de pouvoir des femmes, puisqu’elles sont dominées. En plus, avec tous ces techniciens Orange qui rôdent et risquent d’utiliser votre zéro-six pour vous faire un compliment on n’est plus en sécurité.

De toute façon, quand je suis arrivée sur le plateau, j’étais déjà bien déprimée. En faisant ma gym – avec le sentiment coupable d’être aliéné aux stéréotypes masculins –, j’ai écouté comme chaque jour ou presque la matinale de Guillaume Erner sur France Culture. Deux minutes après 7 heures, premier chiffre accablant : 26 % de différence salariale, pauvre exploitée, à partir de 15h40 t’es pas payée. Bien sûr, c’est une entourloupe, qui repose sur une moyenne –, et qui, comme l’a rappelé Eugénie, tient au fait, pour l’instant dirimant (quoi que veuillent certaines-et-certains  comme on dit dans le jargon bêtement féminisé de notre époque), que les femmes portent les enfants. D’ailleurs, plus tard j’ai appris que selon l’INSEE, pour les jeunes diplômés, cette différence n’existe quasiment plus, ce qui signifie que les écarts actuels sont un héritage d’époques où l’égalité n’était ni la norme, ni la loi. C’est moche d’annoncer une bonne nouvelle pour les femmes le 8 Mars.

À 7h15, toujours sur Culture, on m’avait promis un bilan à charge et à décharge du quinquennat de Hollande sous ce rapport. Je résume, avec un zeste d’ironie : Hollande comme tous les autres a fait de chouettes lois pour les femmes. Sauf qu’elles ne sont pas appliquées. Conclusion, il faut bien sûr plus de lois, ça ne fait jamais de mal, mais surtout plus de sanctions et plus de contrôles : des Inspecteurs du sexisme au travail, des Brigades des plumeaux dans les foyers pour mesurer le partage des charges domestiques. Sans oublier l’élaboration urgente d’un indice permettant de dénoncer les entreprises sexistes – et accessoirement de faire prospérer quelques entreprises créées par des femmes avisées pour décerner le précieux label. Dans la foulée, on parlera, bien sûr, des violences faites aux femmes – dont il ne s’agit pas de minimiser la gravité, mais peut-être pas non plus d’exagérer l’ampleur. Or, à entendre la litanie de chiffres égrenés tout au long de la journée, avoir échappé à toutes ces violences relève du miracle.

Ma journée n’avait pas commencé depuis une demi-heure que tout l’attirail idéologique et rhétorique du nouveau féminisme s’était déployé : victimisation générale pour les filles, soupçon universel pour les garçons. Et surtout, humour pour personne. Non seulement les héritières présumées de mai 68 adorent les interdits, les sanctions et les contrôles, mais elles détestent les blagues.

En sortant de chez moi, je me sentais maltraitée, mal payée, exploitée. Pour un peu j’serais remontée me coucher. Dans la voiture qui me conduisait à Boulogne, le chauffeur m’entendant parler au téléphone, apprend que c’est la fête des femmes. Il ne savait pas mais il allait, m’a-t-il dit, offrir des fleurs à la sienne. Malheureux ! Il n’avait pas écouté France Culture où une journaliste avait solennellement mis en garde : la « Journée internationale des droits des femmes » (c’est comme ça qu’on dit), ce n’est pas une fête pour offrir des fleurs ou des chocolats à ses copines ou à sa mère et faire marcher le commerce, c’est une journée de lutte. Aujourd’hui les filles, trêve de badineries, l’homme est un ennemi de classe. Pascal Praud a tout de même dû rappeler que les hommes n’étaient pas tous des violeurs en puissance.

Dans notre pays, il y a des femmes qui ne peuvent pas se promener où et quand bon leur semble

Coup de chance, j’avais rendez-vous avec Natacha (la Polonium en personne). On a parlé chiffons, politique et coiffure (et aussi de Orwell TV qu’elle lance bientôt), dit quelques vacheries, ça m’a bien remonté le moral. Et puis je me suis précipitée chez moi pour écrire tant que j’étais payée. Et là, avant de m’y coller, je m’suis accordé mon péché mignon : La Nouvelle Edition, sur CNews. C’est le royaume de la bien-pensance mais il y a plein de filles marrantes, comme la grande Daphné, meneuse de jeu qui réussit l’exploit de rester jolie dans les tenues les plus fantasques. Et puis, Emilie Bez, qui présente le JT de Canal à la mi-journée est, à mon avis, l’une des journalistes les plus compétentes et les plus distinguées du PAF (je n’ose pas dire charmante ou jolie elle trouverait ça sexiste). Elle déteste les blagues graveleuses et les anorexiques exhibées pour vendre des bagnoles, elle est même parfois un brin collet monté, mais ce quant-à-soi tranche délicieusement dans l’atmosphère furieusement cool de Canal. Et voilà qu’elle m’assène le dernier chiffre catastrophe : 87% des femmes auraient déjà subi une agression sexuelle dans les transports en commun. Rokhaya Diallo parle de « sollicitations non désirées » pour désigner ce que le commun des mortels appelle la drague. Peut-être faut-il pour parvenir à ce chiffre de 87 % considérer comme une agression tout regard non désiré.

Inutile de vous énerver, je sais parfaitement que les violences faites aux femmes existent et il me semble même qu’il y a des lois pour les interdire, une police pour les empêcher et une justice pour les sanctionner. De même, ce que le féminisme plaintif oublie dans sa lutte contre une domination masculine dont il ne reste plus, dans nos sociétés, que des lambeaux, c’est que l’égalité entre les sexes est aujourd’hui la norme sociale, politique et même économique (qui renoncerait aujourd’hui à la contribution des femmes ?). Qu’elle ne soit pas pleinement réalisée (comme toute chose en ce bas monde) est indéniable. Cela ne justifie certainement pas de décrire la vie des femmes en France sous le seul signe de l’oppression. Le mâle blanc de plus de cinquante ans, harceleur et amateur de grosses blagues lourdes, que les néo-féministes adorent détester, existe encore mais il n’est pas très en forme. D’ailleurs, la preuve que le féminisme a réussi est qu’il est devenu un vecteur de marketing. Ainsi, pour la sainte-gonzesse, Axa nous a offert une publicité rappelant que, si en grammaire le masculin l’emporte sur le féminin, dans la vie c’est pas vrai… Et que dire de cet hilarant supplément du Monde intitulé « Féminisme la nouvelle vogue » et destiné, avec force photos, à nous vendre de la fripe de luxe ?

Hilarant, sauf que, sous couvert de combat pour l’égalité, c’est la différence des sexes qui est menacée. Les nouvelles dames patronnesses qui aiment fourrer leur nez dans nos chambres à coucher, voudraient soumettre le désir aux bienséances démocratiques, oubliant que celui des hommes et celui des femmes ne paraît pas obéir aux mêmes lois (ni à aucune loi d’ailleurs, même s’il doit s’incliner devant elles). Oubliant aussi que dans le monde occidental, les hommes portent désormais une muselière intérieure qui leur permet de ne pas prendre leur désir pour un consentement. Elles rêvent d’un monde où, enfin affranchis des lois d’airain de la biologie, on pourra se reproduire sans avoir à rencontrer – donc à affronter – l’autre sexe. Ça fait rêver.

Surtout, cette obsession de l‘égalité a fini par rendre le féminisme d’aujourd’hui presque indifférent à un bien, peut-être plus précieux encore, qui est la liberté des femmes. Des hommes gagnent plus que des femmes, d’accord (le contraire est aussi vrai du reste). Mais la plupart des femmes se voient offrir les mêmes chances de réussite, d’épanouissement et de réalisation que les hommes. Or, non seulement nos féministes font mine de ne pas voir les progrès réalisés, mais elles refusent aussi de voir que, dans certains territoires engagés dans un processus de séparatisme culturel sous l’influence d’un islam radical, ces progrès n’ont pas cours. Dans notre pays, il y a des femmes qui ne peuvent pas se promener où et quand bon leur semble, s’habiller comme elles veulent et fréquenter qui elles veulent. Et tant que les féministes préféreront faire la police du langage et de la pensée que de mener ce combat, je les combattrai. En attendant, je pars à RTL. Je crois qu’il n’y aura que des femmes autour de Fogiel, mais on ne parlera pas de femmes. Vous voyez, on progresse.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 14 Mars 2017 à 11h31

      Papilulu 0 dit

      Bonjour chère Madame,

      J’ai apprécié votre présence ce matin aux “Grandes gueules”. Je vous avais déjà remarquée dans divers débats à la télé, votre érudition m’avais “épaté” ainsi que vos raisonnements sur la politique. Si seulement vous étiez appelée plus souvent cela ouvrait le champ à d’autres développements que ceux des éternels appelés rivés à leur siège. Je me suis abonné lorsque j’ai pris connaissance de votre journal.

    • 14 Mars 2017 à 9h50

      antecum dit

      Bonjour et merci de Elizabeth Lévy de persister et signer dans son combat contre cette autre facette de la bien-pensance actuelle qu’est le féminisme qui s’acharne contre le fantôme de l’homme blanc macho (effectivement en voie de disparition) et est quasi-aveugle ou si hésitant devant la régression inouïe à notre époque que fait subir l’islam à la condition féminine et au vivre ensemble « occidental ».
      Il est des jours où mon plus grand plaisir est d’avoir eu la chance d’admirer le passage d’une jolie élégante en robe légère et talons hauts…les féministes diront qu’elle est une esclave des stéréotypes que lui imposent les mâles concupiscents dans mon genre…et pourtant s’il est une “valeur” pour laquelle je suis prêt à me battre, à la fois contre ces féministes et surtout contre les religieux rétrogrades, c’est bien cela : l’attachement au charme de la différence et du mélange des sexes.

    • 12 Mars 2017 à 12h48

      José Bobo dit

      Ce féminisme que vous décrivez n’est peut-être finalement qu’une nouvelle version du puritanisme. La sexualité a toujours posé de gros problèmes aux sociétés humaines, tout particulièrement pour limiter la tendance dominatrice des mâles. De tous temps la sexualité qui ramenait l’humanité vers un ordre naturel a été encadrée, restreinte jusqu’à être pratiquement interdite, le plus souvent pour protéger les femmes des désirs masculins. Mais en revanche savez-vous que des études extrêmement sérieuses soutiennent que l’excision et l’infibulation sont dans les sociétés qui les pratiquent le fait des femmes, qui réussissent ainsi à faire monter leur valeur sur le marché du sexe en bridant les appétits naturels de leur rivales, c’est à dire un formant un syndicat destiner à empêcher le désir féminin de faire baisser les cours ? Selon moi le féminisme occidental s’apparente toujours plus à une lutte de pouvoir menée sur le terrain de la sexualité : en inhibant le désir de part et d’autre on peut ainsi faire monter la valeur des femmes dans les transactions sexuelles. On doit aussi noter qu’à l’avant-garde de ce mouvement on trouve beaucoup d’homosexuelles dures que la simple idée d’une copulation hétérosexuelle joyeuse rend malades, de jalousie peut-être, sans doute à cause de leur haine des hommes qu’elles auraient aimé être. Ce qui est sûr, comme vous le remarquez si bien, c’est que le sort des femmes musulmanes n’intéressent pas beaucoup nos féministes occidentales, sans doute parce qu’elles ne sont pas des rivales à combattre sur le marché du sexe et du pouvoir…

      • 13 Mars 2017 à 11h08

        François dit

        Bien sûr José que l’excision est pratiquée par les mères (la circoncision par les pères…) Bien sûr également que l’arme du sexe est la préférée des féministes (Bonne sexualité féminine/mauvaise masculine) dans la droite ligne de cette doxa homme-bourreau/femme-victime.
        Quant aux lesbiennes, de mon de vue qui n’est pas très nuancé, c’est la lie de l’humanité présidant la plupart des assocs féministes (entendez Anti-masculin) qui a fait dire en 2014 à Emma Watson ambassadrice des droits de la femme à L’ONU qui les a reçu : “J’ai été très désagréablement surprise par leur haine des hommes, il faut que cela cesse”

    • 12 Mars 2017 à 9h30

      VH dit

      Une journée sur la féminité , ça aurait un intérêt certain !
      je traduis : le féminisme d’aujourd’hui ne veut plus de la féminité ! dommage ! Nous aurions tous à nous réjouir qu’une place puisse être faite à  cette question .
      bonne journée à toutes et à tous ! 

    • 11 Mars 2017 à 21h09

      Lafaux dit

      Le féminisme ne veut pas de l’égalité de droit elles veulent un égalitarisme et du “pour femme”, elles savent imposer des normes égalité aussi législatif que de sensibilisation qui ne sont pas neutres, elles discriminent les hommes et les garçons. Le féminisme confond égalité avec mixité et représentation de sexe avec égalité de droits elles nous disent aucune différence de sexe mais (parité, quota sexué, objectif féminin métier, recrutement, fonction, livre pour aider les filles, forum au féminin,…) le sexe devient une obsession, les normes masculines sont à éliminer.

      • 11 Mars 2017 à 22h20

        François dit

        En effet, l’égalité n’est pas leur objectif. Pas plus des droits et encore moins des devoirs. Il s’agit de laminer le masculin et d’en faire un animal de trait.
        Il faut reconnaître qu’elles obtiennent de bons résultats…. Je ne sais pas si la femme est un homme comme les autres, mais je suis bien certain que l’homme est un âne comme les autres.

    • 11 Mars 2017 à 17h31

      naaj dit

      La chose la plus terrible du féminisme, c’est la dénatalité. Ne voulant pas reproduire le couple bourgeois, la féministe n’a pas mis bas. Trop occupée à une carrière, elle n’a pas eu le temps. Les Françaises non issues de l’émigration maghrébine, ou d’Afrique, font un enfant et demi. Les boboses c’est bien pire. Quelle horreur d’avoir un homme dans sa vie ! Aux alentours de la quarantaine, elles se font inséminer. J’en connais, et pas qu’une.
      Mais elles ne sont pas aliénées !
      Alors que les femmes musulmanes restent à la maison, cachées aux yeux de tous, et font des familles nombreuses. CQFD, y a-t-il un rapport entre le féminisme et le “grand remplacement” ?
      Tout candidat non débile à la présidence devrait avoir cette mesure : supprimer les allocations familiales après le deuxième enfant. Cotiser pour devenir les sujets d’un califat, faut pas exagérer. Et l’idée qu’il faut une natalité pour payer les retraites, mais quelle natalité ?
      Le féminisme, en fait, affaiblit l’occident. Pourquoi ne pas faire un pacte avec les labos (Marisol elle connaît avec les onze vaccins qu’elle veut rendre obligatoire !) et faire une loi (avec Laurence Rossignol of course) pour obliger chaque homme à prendre un médoc anti-machique, un inhibiteur de testostérone.

      • 11 Mars 2017 à 18h07

        naaj dit

        En fait, tous les éléments d’une parfaite décadence sont présents. Des barbares plus vigoureux que nous, pourront nous conquérir. Et nos braves féministes seront réduites à l’esclavage le plus infâme pour n’avoir pas su produire les guerriers nécessaires à la sauvegarde de leur mode de vie. Quand je vois les jeunes issus de l’immigration, même français depuis 2 ou 3 générations, il y en a qui nous méprisent parce qu’ils savent que nous sommes faibles et peureux. Et ces féministes qui font mine d’aimer le “bon sauvage”. Ça me rappelle ces westerns où il y avait toujours un bon pasteur pour rappeler que les indiens étaient aussi des créatures de Dieu et qui finissait criblé de flèches.

      • 11 Mars 2017 à 22h14

        François dit

        Naaj, il faut regarder ce qui se passe dans les pays ultra femelistes (fémino-maternaliste) Norvège et Suède pour ex. Service militaire rétabli pour… les deux sexes.
        Qui ira au front ??
        Le féminisme est parasitaire, vampirique et gangrenant. Le maternalisme est une glu se voulant bienveillante. C’est le un poison. Nous en paierons le prix.
        C’est déjà le cas.

        • 12 Mars 2017 à 9h40

          Laurence dit

          le cas d’Israël qui a instauré un service militaire obligatoire pour les hommes ET les femmes infirme vos propos.

        • 12 Mars 2017 à 11h52

          François dit

          Dans l’armée Française aussi il y a des femmes. Aux States idem mais qui revient entre quatre planches ?
          En France, 150 hommes, pas une femme.
          En Israël : Une palette élargie pour les femmes. Mais parmi ceux qui échappent au service militaire se trouve surtout une majorité de femmes. En Israël, les femmes doivent faire leurs classes, au même titre que les hommes, même si leur service militaire ne dure que deux ans, contre trois pour leurs homologues masculins
          http://www.europe1.fr/international/ces-israeliens-en-guerre-contre-le-service-militaire-1918435
          Service militaire moins long et le front est toujours essentiellement “réservé” au masculin.
          C’est ça l’égalité ?

        • 12 Mars 2017 à 12h13

          Laurence dit

          Vous voulez la parité sur les théâtres d’opérations ? mais qui donc interdit aux femmes l’accès aux combats si ce n’est l’US Army et l’Armée Française dirigées par… des hommes.
          Quant aux juifs orthodoxes, depuis quand représentent-ils la population israëlienne ? Les israëlien(ne)s sont attaché(é)s à la défense de leur pays, ne vous en déplaise.

        • 12 Mars 2017 à 19h20

          Danny Wolf dit

          En Israël , et jusqu’ à présent les femmes étaient plus ou moins affectées à des taches qui pouvaient convenir à leur aptitude physique moyenne: secrétariat , service de santé, éducation etc …
          Les féminihilistes de l ‘extrème gauche homo-lesbienne   ont décidé que c ‘ était humiliant et maintenant  les filles aident a transporter les obus et chargent les canons , pour la plus grande gloire du genre féminin , mais au prix de problèmes  de pathologies ostéo-musculaires  sévères , ce qui semble limiter l ‘enthousiasme de l ‘état major pour le progressisme…

           Il n ‘empêche que les mêmes feminihilistes  tiennent absolument à ce que des filles soient affectées aux chars d ‘assaut.

          En clair , que des filles meurent brulées dans des tanks en feu , au lieu de pondre trois ou quatre petits Juifs …Encore faut il que sur le champs de bataille il n ‘y ait aucune souris ,  ni que l ‘orage menace …

           Quant aux femmes pilotes de jets  , que repasserait il , si au dessus d ‘une base de missiles nucléaires iranienne,  une brutale envie de faire pipi , saisissait la malheureuse pilote …Les mâles , eux , ont à leur disposition des bouteilles d ‘eau minérale vide :-)) .
          Les jets hypersophistiqués , valant 15 millions de $ , supportent très mal l ‘humidité , même si c ‘est de l ‘urine éminemment libérale progressiste .. 

        • 12 Mars 2017 à 19h27

          steed59 dit

          salut danny

        • 12 Mars 2017 à 19h35

          Danny Wolf dit

          Steed 

          Salut à toi,
           

        • 12 Mars 2017 à 19h57

          Laurence dit

          Entre mourir brûlée dans leur jolie petite maison bombardée ou au combat, ce n’est plus à vous de décider.

          https://youtu.be/WmaJ-8tWSD0

          Allez, séchez vos larmes, je suis sûre qu’il restera toujours des bouteilles à votre taille.

        • 12 Mars 2017 à 20h31

          Laurence dit

          Et quand ils ont une urgente envie de faire caca, comment font ces infortunés ? parce j’ai l’impression que les matières fécales, surtout liquides, ne sont pas non plus compatibles avec des jets avec valant 15 millions de $.

        • 12 Mars 2017 à 23h20

          Danny Wolf dit

          Laurence,

          Concernant votre première réponse , je ne m ‘ y arrêterai pas tant elle est dépourvue de tout sens ( logique féminine standard) .

          Quant au deuxième point , sans rentrer dans les détails , le risque d ‘une débâcle digestive au combat , est surement 5 fois plus élevé chez une femme . 
          Ceci est un secret militaire  classifié , mais je vous le révèle : 
          En cas de force majeure , on ne décolle pas , ou on avale une boite d ‘Imodium qui fait partie du paquetage.

        • 13 Mars 2017 à 0h52

          Danny Wolf dit

          Pour ce qui est des peshettes merganes  kurdes , avec tout le respect que je dois à ce petit peuple plein de courage , vous imaginez bien que ce sont des images de propagandes sans beaucoup de significatioN …… Les kurdes ne sont pas complètement idiots , et surement moins certains que vous des aptitudes guerrières des petites femmes …. Les amazones sont un mythe saphique !!

        • 13 Mars 2017 à 9h06

          Laurence dit

          Les femmes sont aussi douées en logique que les hommes en défoncement de portes ouvertes. Citez-moi une seule armée qui ne fasse pas d’images de propagande.
          Bon sang mais c’est bien sûr : l’Imodium. Vous devriez peut-être postuler à la Nasa :
          « Il faut imaginer un système qui peut tenir à l’intérieur d’une combinaison spatiale, collecter l’urine, les matières fécales, les pertes menstruelles pendant plus de 144 heures (6 jours) et sans avoir à utiliser les mains. Il faut que ce système puisse fonctionner dans l’espace, où les solides, les fluides et les gaz flottent en microgravité. Si rendre la vie de Thomas Pesquet et de ses collègues plus agréable n’est pas une motivation suffisante, il faut savoir que le premier prix recevra également 30 000$. Si vous voulez participer, rendez-vous sur le site de la NASA. »
          Pertes menstruelles, je me demande bien pourquoi la Nasa perd autant de temps sur ce genre de détails… typiquement féminins. Surtout, après le sale coup que leur a fait une astronette en appuyant le mauvais bouton qui a fait exploser Challenger.
          Merci Danny Wolf, vous m’avez bien fait rire.

        • 13 Mars 2017 à 11h17

          François dit

          Puisqu’il s’agit d’efficacité, L’US ARMY a créé des brigades mixtes pour se rendre compte qu’elles avaient 40% d’efficacité en moins que celles composées uniquement d’hommes. Vous savez pourquoi ? Parce que ces garçons s’inquiètent des risques qu’encourent ces dames. Ca les distrait. C’est con l’anthropologie…
          Pour ma part, je créerais des unités uniquement composées de femmes, rendrait la conscription obligatoire pour les féministes (ca réparerait une injustice ancestrale….) parachuterait les Femmes à barbe en Afghanistan (Entre barbu(es)…) et les Femen en 1ère ligne, il paraît que les tarés Islamistes ont peur de se faire descendre par une bonne femme (CF femmes militaires Kurdes)
          Pour une fois que ce serait les femmes qui défendraient mon potager, je finirai peut-être par devenir féministe (On peut rêver…)

        • 13 Mars 2017 à 12h13

          Laurence dit

          Vous comptez sur une unité de parachutistes composée de Femen ? Vu l’effectif en pleine décroissance de ces cocottes entretenues par Soros, un conseil : passez à la conserve full metal.

        • 13 Mars 2017 à 12h33

          Danny Wolf dit

          Chère Laurence,

          “Bon sang , mais c ‘est bien sur” 
          Vous devez surement comme moi être de la classe 1950, une femme égalitaire ne se vexe pas d ‘une telle remarque !!!

            :-( ou :-) ?

        • 13 Mars 2017 à 12h46

          Laurence dit

          pas vraiment 1950 :)) héhé merci youtube pour ces merveilleuses échappées dans le temps pour une meilleure compréhension intergénérationnelle.
          Femme égalitaire, je ne connaissais pas cette expression ça fait très agitprop. Je peux comprendre que ça fasse peur :)

        • 13 Mars 2017 à 13h04

          Danny Wolf dit

          Peur non , mais pas du tout sexy !
          La perpetuation de l ‘ espèce n ‘est pas la préoccupation majeure des feminihilistes … 

        • 13 Mars 2017 à 14h27

          François dit

          Danny, Féminihilistes”. Cà, j’aime bien… C’est tellement vrai.
          Vous m’autorisez à m’en servir ?
          Laurence : “Conserve full metal” Y’a de la cocotte combattante en nombre ? Vous en faites partie ?
          De mon côté, je resterais à l’arrière et j’apprendrais à notre belle jeunesse de sexe mascculin à tricoter pour vous envoyer des chaussetes au front.
          Si vous en revenez, on fera la fête et vous pourrez vous taper tous les mecs que vous voudrez (Merci aux laboratoires pour le viagra…)

    • 11 Mars 2017 à 12h10

      François dit

      Voilà un article qui me suggère de mettre un bémol à mes outrances, tant je suis convaincu que ce sont – additionné à un maternalisme gluant – les deux maux dont souffrent nos sociétés occidentales gangrenées par ce nouveau pouvoir qu’est le femelisme.
      C’est pas désagréable de “se sentir compris”…

    • 11 Mars 2017 à 11h52

      Broquere dit

      La preuve que les Femmes sont plus malines que nous c’est qu’elles nous ont convaincu que nous les dominons…..
      et les Victimisateurs en rajoutent alors que ce n’est pas la peine.
      MOI je résisterai en allant,caché, uriner debout en Suède!

    • 11 Mars 2017 à 11h09

      Pol&Mic dit

      la politesse et le savoir-vivre, ont plus que jamais raison d’être !

    • 11 Mars 2017 à 0h31

      solitude dit

      Merci Elisabeth

    • 10 Mars 2017 à 22h32

      Bacara dit

      De toute manière , en tant que femme , je dois reconnaître que ce 8 mars accordé aux femmes est une vaste supercherie . 

      • 11 Mars 2017 à 11h11

        Pol&Mic dit

        supercherie comme tout le reste socialiste !

    • 10 Mars 2017 à 18h33

      cantor dit

      Je suis un homme, blanc, chrétien, hétérosexuel, vieux et de droite. A ce niveau de handicap, une journée annuelle ne suffirait pas à me soutenir. Faites péter la semaine!

      • 10 Mars 2017 à 19h12

        jcm dit

        Vous êtes hétéro mais pas sexuel.
        les gays sont peut-être homos, mais eux ils baisent, pour le dire ainsi.
        Et ça ne date pas d’hier, en réalité.
        les gays sont le dernier rempart de la virilité, il suffirait que vous fréquentiez les sites pornos gays pour le comprendre, ou que vous fréquentiez un milieu à ce point fait pour les hommes “sexuels”.

        le LGBT, qui est en fait une entité lesbienne avec quelques survivants homos ( pour la simple raison que n’étant pas gays ces homos ont échappé au sida il y a 20 ans ).

        Le féminisme contemporain est un tel repoussoir et une telle erreur d’analyse de la sexualité humaine qu’il a , je le pense sans rire, un rôle très important dans la monté de l’islamisme.

        • 10 Mars 2017 à 22h05

          Bacara dit

          J’ai 3 fils et je suis féministe : aucun d’eux n’est islamiste. Vous êtes vraiment stupide.

        • 12 Mars 2017 à 19h27

          Danny Wolf dit

          “les gays sont le dernier rempart de la virilité”

          La”virilité” du genre  sado-maso , ce n ‘est pas de la virilité , mais de la bestialité scato-coprophile …. Dans le registre Sturm Abteilung  

      • 11 Mars 2017 à 11h13

        Pol&Mic dit

        vous n’êtes pas le seul! loin de là !……

    • 10 Mars 2017 à 18h30

      Ganzo dit

      Pour le coup ce sont les dérives de la gauche qui sont aliénantes. Le mariage pour tous et par amour signifie que je peux épouser, à 15 jours d’intervalles, ma soeur, ma tante et ma voisine.

    • 10 Mars 2017 à 12h29

      SHIROSAN dit

      Chère Elisabeth,
      Je vais vous dénoncer à Finki, pour attaque au français.
      Ce n’est pas : je me suis faite avoiner, mais fait avoiner.
      Devant un infinitif, le participe passé devient invariable.
      Bon, c’est vrai que les traitements de texte ne font pas encore très bien correcteur grammaire.

    • 10 Mars 2017 à 11h13

      modramalina dit

      Regardez bien celle la car, les lendemain de 8 mars, quand on en a plein le cul, cela remonte le moral!!
      https://www.youtube.com/watch?v=U0I_m9mQXcQ

      Donc c’est Alexandre Jardin, celui qu’a un faux air de Piketty mais ne battait pas Filipetti
      Il se trouve à Chateau-Gontier merveilleuse bourgade qui vit naître Claude Pompidou, en 2000, à côté de Chirac qui s’emmerde (cohabitation oblige) et vient à une réunion avec des poivrots associatifs!
      Comme il s’emmerde, il désigne au jeune Dujardin une dame, lui expliquant qu’elle connait tout le monde dans le département et qu’en plus, ELLE EST BONNE (sic) avant de lui refiler le numéro de portable de l’accorte mayennaise!!!
      Jardin en fait un caca nerveux, expliquant que Chirac est indigne de la fonction!!
      Qui est le plus indigne? Jacquot à qui cette dame a permis de faire pleurer Biquette ou Jardin?
      Car la Mayenne a 300 000 habitants, il y a un habitant pour deux vaches et demies et Chateau Gontier, c’est une peu n’en déplaise au délicieux Jean Arthuis, le trou du cul de la région, en concurrence avec Sablé sur Sarthe! Sablé a produit Grapillon, Chateau-Gontier Arthuis!!!
      Voila, il ne va pas être difficile de savoir quelle est la dame qui a la cuisse légère et faisait des papouilles à Jacquot! Merci, Jardin, petit roquet féministe qui doit penser qu’en se conduisant ainsi, Caroline My Ass lui montrera son cul!!
      Une seule consolation!!! Madame de Fontenay a dit que les sarthoises et les mayennaises étaient des boudins!!
      Tant pis pour Jacquot! moi je m’en fous, je viens d’à côté de chez Adriana Sledzikova l’ex miss Karembeu!

      • 10 Mars 2017 à 13h27

        persee dit

         Modramalina , cessez de croire que vous n’écrivez que pour des idiogène sou Sancho pensum qui se délecteront de votre langage méprisant et ordurier  en partageant un  surmoi commun  . . 

    • 10 Mars 2017 à 9h52

      Amaury-Grandgil dit

      Personnellement, ça m’emmerderait grandement que soient de retour en force les ménagères heureuses, les bonnes z-épouses genre femmes de Stepford, le genre jeune fille de bonne famille à se trouver un bon reproducteur gagnant bien…

      Les chieuses émancipées ont leurs défauts mais elles sont beaucoup plus séduisantes.

      • 10 Mars 2017 à 10h09

        Noumounke dit

        Mouai, jusqu’à un certain point et un certain age !
        Le combat permanent tu en reviendras !

        Il y a un peut-être un juste milieu entre la soumise et la casse couille !

        • 10 Mars 2017 à 10h10

          Amaury-Grandgil dit

          Certes…
          une chieuse trop chieuse c’est chiant

        • 10 Mars 2017 à 10h12

          steed59 dit

          effectivement il conviendrait que grandcon affine au mieux son profil meetic s’il veut garder l’espoir de ne pas mourir puceau

        • 10 Mars 2017 à 10h14

          Amaury-Grandgil dit

          Ouhla, ras des pâquerettes aujourd’hui Steed

        • 10 Mars 2017 à 10h16

          Amaury-Grandgil dit

          Sur internet les hargneux sont obsédés par la masculinité chez l’autre, ou la suspicion d’homosexualité.

          La première fois on était trois dans mon cas sinon…

        • 10 Mars 2017 à 10h21

          steed59 dit

          ah parce que vous avez la prétention d’élever le débat ?

      • 10 Mars 2017 à 10h52

        Flo dit

        Ce qui serait sympa, c’est qu’on laisse les femmes choisir la vie qu’elles veulent mener sans leur imposer un modèle unique  à suivre.  

        • 12 Mars 2017 à 19h33

          Danny Wolf dit

          Ce qui est le cas depuis bien longtemps..

    • 9 Mars 2017 à 23h59

      Cyranitto dit

      Bonsoir,
      Emilie Bez (ou baise) ou plutôt Besse ?

    • 9 Mars 2017 à 23h18

      rolberg dit

      Ce sont habituellement les hommes qui nourrissent la peur de la castration, de peur que leur sexe soit en danger.