Farid Benyettou, VRP de la déradicalisation | Causeur

Farid Benyettou, VRP de la déradicalisation

Ardisson n’a rien à se reprocher. Quid de Dounia Bouzar?

Auteur

Ingrid Riocreux

Ingrid Riocreux
Agrégée de lettres modernes et auteur de "La Langue des médias"

Publié le 13 janvier 2017 / Médias

Mots-clés : , , , ,

Celui que les médias présentent comme le "mentor" des frères Kouachi a parfaitement fait l'article sur le plateau de "Salut les terriens". Ouvertement "repenti", Benyettou s'est déclaré "Charlie" et a joué les têtes de gondole pour le compte de Dounia Bouzar, papesse de la "déradicalisation" des djihadistes. Si malaise il y a, c'est que son discours de paix et d'amour semble plus opportuniste que sincère...

farid benyettou ardisson kouachi

On aurait pu traiter cet épisode avec enthousiasme : quel symbole magnifique, quel formidable hommage aux victimes que cette image du guide spirituel des Kouachi arborant le badge « Je suis Charlie » ! La preuve ultime et absolue que la « déradicalisation » des plus enragés est possible, un signe d’espoir, une petite lumière au bout du tunnel. Si lui a été déradicalisé, alors tous peuvent l’être. On a trouvé la recette, deux ans tout juste après Charlie. C’est la fin du cauchemar, c’est beau. Et merci Ardisson.

On aurait pu traiter cet épisode avec enthousiasme : quel symbole magnifique, quel formidable hommage aux victimes que cette image du guide spirituel des Kouachi arborant le badge « Je suis Charlie » ! La preuve ultime et absolue que la « déradicalisation » des plus enragés est possible, un signe d’espoir, une petite lumière au bout du tunnel. Si lui a été déradicalisé, alors tous peuvent l’être. On a trouvé la recette, deux ans tout juste après Charlie. C’est la fin du cauchemar, c’est beau. Et merci Ardisson.

Sauf que non.

L’indignation suscitée par la brève réapparition de Farid Benyettou en « ex-djihadiste » / «déradicalisé » / « repenti » aura révélé une chose : à tort peut-être, personne ne croit à la possibilité d’un retour dans le droit chemin. Et les médias doivent composer avec ce scepticisme généralisé… qui les éclabousse un peu.

Repenti ou « repenti » ?

Sans les guillemets, c’est qu’on y croit.

 

Ici aussi :

Et ici :

 

Avec les guillemets, on est plus prudent.

 

Voir aussi là :

Dans le titre qui suit, la tournure “se présente comme” opère une mise à distance du discours de Benyettou, que le rédacteur a soin de ne pas reprendre à son compte :

En outre, il faut noter que l’idée de « repentir » appartient au domaine de la morale. Or, il était entendu que les djihadistes devaient être soumis à un protocole de « déradicalisation » impliquant psychologues, éducateurs, hamsters à caresser, groupes de parole, batteries de tests comportementaux, pour tout dire une approche scientifique, systématisée et médicalisée de leur cas. On parle bien d’« éradiquer » le terrorisme, comme on dit éradiquer un virus.

En revanche, si ce qu’il faut atteindre est une forme de repentir, alors il va falloir embaucher des prêtres, des confesseurs aguerris formés à reconnaître la vraie contrition, et on peut laisser tomber les hamsters. J’ai déjà eu l’occasion ici de souligner la confusion fréquente entre l’approche pathologique et l’approche morale du dhijadisme. Ce Benyettou est-il un malade que l’on a guéri (ou qui s’est guéri tout seul, apparemment) ou bien un méchant devenu gentil ?

Ce n’est même pas si simple. La « maladie » dont il a souffert est-elle comme la varicelle ou comme la grippe ? Dans le premier cas, aucune rechute possible. Dans le second, il suffit que le virus mute un peu et c’est la récidive (au sens à la fois médical et pénal du terme).

Quant à l’hypothèse du méchant désormais « repenti », elle est bien moins rassurante que celle du virus contagieux.

Lisez la suite de l’article sur le blog d’Ingrid Riocreux.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 15 Janvier 2017 à 15h15

      Hannibal-lecteur dit

      Au fait, la politesse veut que vous vous découvriez et la courtoisie que vous ne dissimuliez pas votre regard.
      Si Ardisson accepte tout ça, il mėrite le mépris : il se prend lui-même pour une serpillère. 

    • 15 Janvier 2017 à 13h38

      Dark Horse dit

      Ce qui choque le plus dans cette affaire. L’attentat a eu lieu il y a deux ans … seulement. Et cette ordure est en liberté, et se pavane à la télé, tout en se faisant de l’argent sur le compte du jihadisme. Donc, on risque moins à être un jihadistes, qu’à commettre un excès de vitesse parce qu’on est en retard pour aller au travail. Vous serez traité de chauffards, de tueurs en puissance, vous prendrez un PV avec aucune chance de vous expliquer ou de vous … repentir. Alors qu’un jihadistes à l’origine d’une des plus ignobles tueries qu’ait connu la France, se contente de s’excuser, et on passe l’éponge, pour en faire un héros de racailles de banlieue. 
      Deux poids, deux mesures. Et alors qu’un jihadistes, sois disant repenti, ne risque plus rien en France, on nous maintient que la France ne s’islamise pas. Quand un islamiste est érigé en héros, comment ne pas en arriver à cette conclusion ?

    • 15 Janvier 2017 à 10h14

      alain dit

      doit-on dire deradicalisér ou dératiser

    • 14 Janvier 2017 à 18h53

      Dark Horse dit

      Lui est dehors, est pas la moindre colère d’un juge, alors que Jacqueline Sauvage allait passer 10 ans derrière les barreaux, avec en prime la grosse colère des magistrats. Elle est pas belle la justice française ?

    • 14 Janvier 2017 à 13h11

      Laurence dit

      bon je n’ai pas regardé l’émission (pas envie de vomir en écoutant la parasite Dounia et le merdeux incriminé) mais je constate juste une chose : le merdeux n’a pas déchaussé ses lunettes. Il devrait se convertir au poker, ferait un malheur le menteur. Fais gaffe Patriiiiiiiiiiiiick…
      Plus sérieusement, une bastos dans sa gueule de faux cul meurtrier. Tôt ou tard. Point barre.

    • 14 Janvier 2017 à 12h50

      Pelayo dit

      Il n’y a pas de passerelle entre la pensée magique et la pensée rationnelle. L’erreur de ceux qui croient pouvoir déradicaliser un islamiste c’est de n’avoir pas compris cette évidence. Vous ne pouvez pas adhérer au dogme musulman et en même temps accepter le dialogue avec les mécréants. Toute la sunna est là pour en témoigner.Encore une fois, il faut lire Boukhari et les autres penseurs de l’Islam auxquels se réfèrent les sunnites.

    • 14 Janvier 2017 à 12h46

      Angel dit

      Parfois des personnes peuvent s’amender.
      Mais eux ces tueurs et leurs mentors je n’y crois pas

    • 14 Janvier 2017 à 12h40

      Patrick dit

      Le “repenti”, de “repentir”,notion judéo-chrétienne. Dans le cas de l’article, elle ne signifie rien, on veut faire du christianisme sans Christ, comme d’habitude. Comme pour l’amour de l’Autre, sans Christ. On voit à quoi cela aboutit ! A un abrutissement des politiques et des journaleux qui gobent tout, ou qui font mine de gober tout, ce qui encore bien plus grave.
      J’ai longtemps été contre la peine de mort. Depuis quelques années, je suis plus nuancé : un djihadiste mort ne fait plus de mal à personne. Un criminel mort ne récidivera jamais.
      A bon entendeur…