Au musée de l’Homme, une exposition qui déchire sa race! | Causeur

Au musée de l’Homme, une exposition qui déchire sa race!

Garantie sans (trop de) moraline

Auteur

Paulina Dalmayer

Paulina Dalmayer
est journaliste et travaille dans l'édition.

Publié le 12 juin 2017 / Culture

Mots-clés : , , ,

Consacrer une grande expo au racisme et aux préjugés sans ressasser l'habituel prêchi-prêcha n'était pas évident par nos temps de moraline. Le musée de l'Homme prouve que c'est possible.

Exposition "Nous et les autres" au musée de l'Homme. Crédit photo : Musée de l'Homme.

« Nous et les autres. Des préjugés au racisme » : le titre de la première exposition temporaire du musée de l’Homme depuis sa réouverture en 2015 pouvait laisser craindre un engluement dans le politiquement correct. En réalité, les organisateurs se sont plutôt bien tirés de cet exercice de haute voltige. Pas de bien-pensance ni de moraline, sinon à travers quelques constats issus des études de l’Ined, démentis par l’expérience sensible de la plupart d’entre nous, une malheureuse intervention filmée de Rokhaya Diallo et une définition de l’« islamophobie », qui a failli coûter une syncope à Élisabeth Lévy. Des erreurs de parcours généreusement compensées par une nouvelle inattendue : la tolérance augmente en France et les actes racistes sont en baisse en 2016, d’après le sondage annuel de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme.

Il faut d’autant plus s’en réjouir qu’on tente de faire accroire le contraire à coups de dénonciations et autres sommations. Évelyne Heyer, qui assure avec Carole Reynaud-Paligot le commissariat scientifique de l’exposition, l’explique par le « paradoxe de Tocqueville », ou paradoxe de l’insatisfaction croissante selon lequel plus on se rapproche de l’idéal, plus le moindre écart qui nous en sépare paraît insupportable. Courageusement, les deux commissaires ont fait le choix de ne pas donner la parole aux associations antiracistes pour nous rappeler le long chemin qu’il nous reste à parcourir avant d’embrasser pleinement la religion de l’Autre. Leur volonté de départ était de renouer avec le principe fondateur du musée de l’Homme, qui était également celui de son premier directeur, l’ethnologue Paul Rivet, de la non-hiérarchisation des « races », laquelle n’empêche pas de mesurer la différenciation culturelle entre les peuples. Instrument d’éducation populaire dès son origine dans les années 1930, l’institution maintient ainsi l’ambition de s’intéresser aux questions de société, en présentant des données scientifiques qui font appel tant aux sciences biologiques qu’aux sciences humaines. L’organisation de l’itinéraire en trois parties est pensée en conséquence.

De la catégorisation à l’essentialisation

Pas de compréhension du phénomène du racisme sans le recours à la psychologie sociale et ce qu’elle nous apprend sur la catégorisation. La première étape de la visite, « Moi et les autres », plonge le spectateur dans un cylindre où sont projetées les images à 360 degrés de personnages qu’on croise quotidiennement dans la rue. Chaque individu se voit coller une étiquette en fonction de critères liés à son sexe, son statut social, sa couleur de peau, la religion ou le style vestimentaire : Arabe, bobo, musulman, femme blanche… Le dispositif paraît judicieux dans la mesure où

[...]

« Nous et les autres. Des préjugés au racisme », musée de l’Homme, jusqu’au 8 janvier 2018.

 

 

  • couv.46

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 105 - Mai 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    couv.46
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 13 Juin 2017 à 14h23

      Méridor dit

      Est-ce que les attentats terroristes peuvent être considérés comme des actes racistes (anti-Français) ou des actes d’intolérance (à la France et sa civilisation) ?
      Auquel cas, la tolérance et le racisme sont en progression fulgurante en France depuis quelques années, contrairement à ce qui est dit dans cette exposition.

    • 13 Juin 2017 à 13h44

      meylanville dit

      ” la tolérance augmente en France et les actes racistes sont en baisse en 2016″
      C’est vite dit . Ça dépend de la part de qui .

    • 13 Juin 2017 à 11h48

      jim42 dit

      Rassurez-vous, le Réel remettra bientôt les pendules à l’heure dans le pays et le monde….
      La haine se moque bien des raisons raisonnables et les concurrences ou les gênes occasionnées
      par un quelconque voisinage, suffisent à inventer toutes sortes de “projections paranoïaques mais également d’excellentes raisons d’être mécontent…
      Les abîmes qui séparent les Cultures et les Caractères de ces mêmes Cultures sont des arguments difficilement rejetables et sont indéniables et peu sujet à éducation instantanée…. Même si le “sale caractère” existe à l’identique “chez soi”… : un radin auvergnat vaut l’écossais et le juif! (comme pour le commerce Arménien(!) on hésite encore pour estimer combien vaut l’un par rapport à l’autre! style: Arménien = 2juifs et demi!!!! et autres gags… il demeure incontesté qu’un ensemble socio-économico-culturel donné, marque de certains traits dominants, les dits- groupes; et tous les autres!!!!!. Le “mauvais voisin” prendra argument du “simple” et du “projetable” afin d’en éviter une prise de conscience “personnelle’”!!! On va soigner toute la société humaine avec combien de psychanalystes???? In fine, “La Loi du Colt” qui faisait se tenir chacun à carreau, n’avait pas que du mauvais!???

    • 13 Juin 2017 à 10h05

      accenteur dit

      On ne peut qu’être d’accord avec Amselle sur le ” processus de séparation ethnique et raciale etc etc…Et pour ma part j’insiste sur la quantité de migrants entrant et la rapidité de ce phénomène destiné à modifier encore plus la qualité des rapports humains. Les décideurs(Merkel, Hollande, Macron) de cette immigration massive et rapide sont des irresponsables. Voire des criminels : l’histoire jugera.

    • 13 Juin 2017 à 8h48

      pgrand dit

      On n’a pas vu le même musée. Certes,il n’y a pas de dégoulinade bien-pensante à chaque texte, ce serait un tour de force pour un musée qui a avant-tout une vocation scientifique!
      Mais ils ont trouvé des occasions d’en déverser(au nom de la science, bien sur!), et s’en sont même fait un devoir moral (et opportuniste).

    • 13 Juin 2017 à 5h45

      valy dit

      Rien à faire ici: mais pour ceux qui savent l’allemand et que cela intéresse, voilà encore quelques heures le film sur l’antisémitisme que Arte a produi mais refuse de diffuser (ne correspond pas à la ligne éditoriale)

      http://m.bild.de/politik/inland/bild/zeigt-die-doku-die-arte-nicht-zeigen-will-52155394.bildMobile.html?wtmc=whtspp.shr

      • 13 Juin 2017 à 10h56

        Schlemihl dit

        J’avais cru remarquer que la haine anti juive , avec quelques classiques ( accusations d’ empoisonnement , éducation des enfants à tuer etc  ) existait quelque peu à l’ extrême gauche , à l’ extrême droite aussi d’ailleurs , chez les islamistes , dans le mouvement national palestinien etc ..) et qu’ elle continuait à se ressembler étonnamment 

        Ces remarques étant de mauvais goût , toute personne qui pense bien pourra y répondre avec des arguments décisifs

        L’ antisionisme n’ a rien à voir avec l’ antisémitisme    Les arabes ne peuvent pas être antisémites puisque ils sont eux mêmes des sémites   Les attentats antijuifs sont l’ oeuvre de complots sionistes  Les juifs auraient du rester chez leurs frères arabes   On a beaucoup exagéré les tracasseries qu’auraient commises les allemands   D’ailleurs ils devaient se défendre contre le communisme  Ensuite le communisme devait aussi lutter pour survivre aux complots sionistes Sans oublier la guerre des sionistes déclarée à l’ Allemagne à la civilisation européenne et à l’ Islam Le petit garçon photographié à Varsovie pendant une rafle était un dangereux agent anti allemand et vers sa dixième année il faisait trembler l’ armée allemande D’ailleurs cette photo est un faux  Ensuite les juifs traitent les palestiniens plus cruellement que les nazis ne les ont traités  Les israéliens avec leur habitude de se défendre sont les vrais responsables de l’ islamisme  Les juifs n’ ont jamais été exterminés ni chassés   Leurs crimes sont la cause de leurs extermination et fuite de nombreux pays  Ils ne sont pas un vrai peuple  Ils sont un peuple criminel etc 

        Qu’en conclure ? Ce qu’on criait à la Conférence ANTI RACISTE de Durban : un juif , une balle !

        L’ anti racisme est inquiétant . Les races humaines n’ existent pas , mais les variétés à l’ intérieur de l’ espèce humaine existent . Après tout , les variétés et les races ont un petit air de famille .

         

        • 15 Juin 2017 à 17h29

          Hannibal-lecteur dit

          Mais Schlemilh, qu’on appelle “race” la variété que vous dites n’est pas important : ce qui est important c’est d’attribuer par une erreur monumentale faite de pure ignorance des qualités intellectuelles ou morales à ces variétés – ou races. 
          Les différences de mentalité ne sont le fruit QUE des cultures. Ça suffit pour déclarer débiles ceux qui les attribuent à la couleur de peau.

    • 13 Juin 2017 à 5h25

      Naif dit

      donc si j’ai bien compris l’article, si on enlève tout les dérapages l’exposition est pas mal ?
       

    • 13 Juin 2017 à 4h17

      taubiroute dit

      cela fait peur de constster que meme les musees se transforment en outils de propagande !!
      C est terrifiant, ouvrez les yeux ! dans quel monde vivons nous ??

    • 13 Juin 2017 à 1h55

      Schlemihl dit

      Le mot race prête à confusion .

      si on veut dire que les humains actuels sont composées d’ êtres si différents qu’il faut les considérer comme des êtres n’ ayant aucun rapport les uns avec les autres , ou se détestant mutuellement comme des faux semblables  , alors le mot race est un mensonge .

      si on veut dire que l’ espèce humaine comprend des variétés interfécondes , assez différentes pour qu’ on puisse les distinguer facilement , alors les races existent le plus visiblement du monde .

      On classe les êtres vivants en domaines règnes embranchements classes  ordres familles genres et espèces . Tous les membres d’ une même espèces sont interféconds , ce qui veut dire qu’ils peuvent avoir une descendance fertile , susceptible d’avoir eux mêmes des descendants féconds .

      On dit que deux espèces différentes ne peuvent se croiser et donner des descendants féconds . En fait des espèces très proches peuvent avoir des descendants , le plus souvent infertiles . Mais la barrière d’espèce est parfois franchie et les descendants sont parfois féconds .

      Disons que deux individus d’ espèces distinctes mais mais voisines  n’auront pas de descendants ou des descendants infertiles . Il y a des exceptions et la notion d’ espèce est un peu artificielle . En fait elle est pratique . Si un mâle et une femelle de deux populations distinctes ont normalement des descendants féconds , on dira que les deux populations sont de la même espèce . Si il n’ y a jamais de descendants , on dira qu’ils sont d’ espèces différentes . Si il y a une descendance infertile ( mulet mule ) on parle d’espèce voisines . Et si la descendance est fertile dans certains cas et pas d’autres , on dira qu’il s’agit d’ espèces très proches pas encore bien différenciées .

      L’ homme actuel apparient au domaine des eucaryotes règne animal embranchement chordés classe mammifères ordre primates familles hominidés genre Homo espèce sapiens . Tous sont interféconds Ils sont donc de la même espèce , de différentes variétés .

      • 13 Juin 2017 à 10h19

        accenteur dit

        Merci, Schlemihl, pour cette savante démonstration. Si ce n’est que l’homme dans sa profonde perversité s’est mis à produire à l’infini des classifications que la nature ne cautionne pas. Il a crée des pseudos-spéciations innombrables tout autant qu’ innommables, inqualifiables et pour finir, immondes.

      • 13 Juin 2017 à 10h40

        saintex dit

        Il y a des papous papas, des papous pas papas, des papas pas papous. il y a des poux papas et des poux pas papas. Il y a des papas papous à poux et des papas papous pas à poux, ainsi que des papas pas papous à poux et des papas pas papous pas à poux. On constate aussi des papas papous à poux papas et des papas papous à poux pas papas de même que des papas pas papous à poux papas et des papas pas papous à poux pas papas.
        Mais on ignore encore s’il existe des poux papous, donc des papas poux papous, des poux papous pas papas et bien sur des papas papous à poux papas poux et autres papous pas papas et papas pas papous à poux ou pas à poux papous papas ou pas…

      • 13 Juin 2017 à 10h46

        saintex dit

        On peut aussi dire que les spécificité de langages des scientifiques ne peuvent gommer une réalité matérielle évidente, ni noircir les blancs, ni blanchir les noirs, ni empêcher de boire un vert avec un schtroumpf chinois. Je trouve très stupide de dire que les races n’existent pas. Stupide et mensonger, avec les effets de tout mensonge, confusion, désordre, discorde, ostracisme et…

        • 13 Juin 2017 à 11h05

          Schlemihl dit

          Sans parler des Papous Veddahs Canaques Australiens Andamanais et Estoniens ( aucun de ces peuples ne vit en Amérique du sud sauf les australiens émigrés à La Paz ) , les hommes ne sont pas identiques entre eux . Un examen attentif permet de distinguer le Thaï du Pakistanais et l’ Européen de Hottentot .

          Ours blanc grizzly et ours bruns peuvent se croiser at avoir une descendance féconde , et ceci de façon habituelle . On sait maintenant que l’ ours blanc et l’ ours d’ Europe sont de la même espèce . Les oursologues entraînés distinguent cependant ces différents types d’ ours . Observez attentivement un ours brun et un ours blanc : vous réussirez à les distinguer .

          Les races humaines n’ existent pas mais les variétés existent .

          Au fait , ça fait quelle foutue différence ? 

        • 13 Juin 2017 à 11h18

          Schlemihl dit

          Défendons la dignité humaine !

          Tiens , à propos , quand le musée de l’ Homme nous remontrera t il la dépouille de la Venus Hottentote ? 

      • 13 Juin 2017 à 11h43

        accenteur dit

        L’oeil perçoit les caractéristiques physiques d’une personne nouvelle. La couleur en est une importante dans la mesure où elle va engendrer une émotion positive ou négative en fonction de nos informations antérieures, préjugés. Or la couleur est dépendante de facteurs génétiques et distingue les groupes humains. Si l’on considère que pour un individu donné l’identique rassure, et le différent, l’étrangeté inquiète, on a bien les prémices du racisme, de part et d’autre. Toutefois l’étrangeté qui devient habituelle n’inquiète plus. A condition que l’expérience qui suit soit globalement positive.
        Il s’ensuit que l’on peut surmonter le racisme. A condition et à condition seulement que les expériences de rencontre soient globalement positives. Si cela dérape, on revient au départ, l’inquiétante étrangeté.
        Les migrants ne sont pas seulement noirs, ils sont pauvres, ne connaissent ni la langue, ni les codes et se présentent comme des rivaux.

    • 12 Juin 2017 à 23h44

      Fixpir dit

      “inon à travers quelques constats issus des études de l’Ined, démentis par l’expérience sensible de la plupart d’entre nous, une malheureuse intervention filmée de Rokhaya Diallo et une définition de l’« islamophobie »”
      Ah! Oui, quand même!
      “Et ils concluent que le racisme anti-Blancs n’en est pas un, car il ne conduit pas à la discrimination et s’exprime surtout à travers des insultes proférées dans la rue”
      Est-ce un permis de délivrer des injures racistes à toute personne dont la tête ne vous reviendrait pas, dans la rue? Suivant cette logique, si je comprends bien, tant que je ne peux pas ni employer, ni loger, une personne, bref, que je ne lui suis rien, alors, je suis totalement libre de l’injurier sur base raciale?
      Étrange, ce n’est pas ce qu j’avais compris jusqu’à aujourd’hui. Comme on peut se tromper!

      “les résultats de l’enquête « Trajectoire et origines » réalisée par l’Ined en 2008-2009″
      Vous voulez parler de l’étude dont l’un de coauteurs est Mme Christelle Hamel, qui participe à divers colloques avec le Parti des Indigènes de la République, au point, d’ailleurs, de tutoyer M Houria Bouteldja?
      Se pourrait-il que cela explique le décalage entre la réalité et l’étude, que l’auteur de l’article perçoit, comme nous tous?

    • 12 Juin 2017 à 23h37

      Scarabas dit

      Il est scandaleux de parler de race de vaches limousines qui donnent une meilleure viande et de race normande, supérieure par son lait. Il faut absolument déracialiser le monde animal et ne plus dire que les caniches sont moins agressifs que les pitbulls. Il faut surveiller de près les commerces d’animaux et interdire toute discrimination entre chevaux arabes et chevaux anglais. S’il n’y a pas de races humaines, il n’y a pas non plus de races animales. Ou alors l’homme ne fait pas partie de la nature.

      • 13 Juin 2017 à 8h45

        pgrand dit

        En plus, les limousines ne pratiquent pas le vivre-ensemble avec les normandes, ça manque de métissage.

        • 13 Juin 2017 à 11h13

          Schlemihl dit

          Il n’ y a aucune différence entre un poney et un porcheron , un cocker et un boule dogue , et je dénonce l’ odieux mensonge de Victor Hugo 

          Les nègres sont des gens foncés
          D’autre couleur que les Français
          Je n’ ai qu’ un Dieu qu’un roi qu’ un liard et qu’ une botte

          ( Les Misérables )  

      • 13 Juin 2017 à 13h24

        accenteur dit

        Les Anglais se sont lancés très tôt dans la sélection tout azimut – Darwin est anglais – par exemple – ils ont sélectionné des races de chevaux en les croisant entre eux et ont développé les notions de races pures. Galton, cousin de Darwin, a établi une corrélation positive entre l’intelligence des “pères” (et les mères ?) et celui des enfants. Vous savez où ce genre de recherches nous a menés avec les Nazis qui ont sélectionné – en quelque sorte – la race nordique pure – en éliminant les autres et en pratiquant l’eugénisme.

    • 12 Juin 2017 à 22h27

      transy dit

      “… les spécialistes reconnaissent que mesurer le racisme est difficile puisqu’il n’est pas toujours perçu comme tel, ni par la personne qui le subit ni surtout par celle qui le pratique …”mais alors, où et comment peut-on le mesurer? qui serait habilité à le faire?

      • 13 Juin 2017 à 10h22

        accenteur dit

        Les hommes sont assez pervers pour manifester subtilement du mépris sans être pris la main dans le sac ou, au contraire, de se prétendre méprisé quand il n’y a pas de conduite raciste dans l’intention. Où est la vérité?

    • 12 Juin 2017 à 21h04

      A mon humble avis dit

      Ce n’est pas la génétique qui nous dit qu’il n’y a pas de races humaines, mais une interprétation idéologique de cette science.
      Une race est une variation dans l’espèce, et il faut être de bien mauvaise foi pour affirmer qu’il n’y a pas de variations dans l’espèce humaine. Il y en a même à l’intérieur des trois grandes races noire (Pygmées et Maasaïs, c’est pareil?), jaune (Chinois et Amérindiens, c’est pareil?) et blanche (Suédois et Arabes, c’est pareil?).
      Peu importe le pourcentage de variation, qui n’est faible que relativement: il y a des variations fortes et évidentes.
      D’où la question pseudo-scientifique qui n’a pas lieu d’être: que sont devenues les autres (races ou espèces humaines), puisqu’il n’y en aurait plus qu’une, alors qu’il y en avait tant dans la préhistoire?
      Le raciste n’est pas celui qui affirme qu’il existe plusieurs races, mais celui qui les hiérarchise et ne leur attribue pas les même droits.
      L’idéologie de gauche imagine qu’il est nécessaire de nier des évidences pour combattre les discriminations. Elle en vient à nier les sexes et bientôt, elle affirmera aussi que les obèses et les aveugles n’existent pas.

      • 12 Juin 2017 à 23h58

        Fixpir dit

        Certes, il se dit beaucoup d’excès.
        Cependant, voici la logique, d’après ce que je comprends, qui fait refuser le terme de “races”.
        La diversité humaine est certaine, comme vous l’indiquez. Cependant, la séparation n’est pas franche : il y a un grand nombre d’individus qui présentent certaines caractéristiques ou certaines autres, qui seraient rattachées à un groupe. Clairement, cela est le résultat d’un certain brassage de population. Bref, il est impossible de séparer les groupes de manière stricte.
        Seconde remarque, la diversité génétique n’est pas nécessairement apparente. Notamment, la couleur de peau ne fait pas tout. Il semble qu’il y ait plus de diversité génétique à l’intérieur de l’Afrique qu’entre l’Afrique et l’Europe, par exemple.
        À cela, s’ajoute le fait que le terme de “race” est très marqué, historiquement. Notamment, comme indiqué, sur des critères visibles, mais non nécessairement plus importants que d’autres.

        Un terme à l’historique chargé, décrivant mal la réalité. Il me semble qu’il vaut mieux accepter ne pas l’utiliser.
        Oui, je vous confirme qu’il y a une part d’interprétation dans cette décision.

        La diversité humaine est certaine. La classification serait probablement possible. Le terme de race n’est pas adapté, à mon avis.

      • 13 Juin 2017 à 10h32

        accenteur dit

        A mon humble avis j’approuve. Nier les races ou nier que l’on perçoit d’emblée les caractéristiques physiques des individus est un non-sens qui alimente la désinformation. Pour ne pas dire la connerie ambiante. Non seulement on perçoit les caractéristiques physiques mais celles-ci ne sont pas neutres émotivement, affectivement parlant. La sympathie (ou son contraire) voire le coup de foudre sont liés à cette première découverte d’un individu qui se fait avec en arrière-plan toute l’information contenue dans notre cerveau.

    • 12 Juin 2017 à 18h30

      clark gable dit

      Faut se méfier en allant au musée de l`homme , ca commence par une simple visite et on se retrouve direct dans une suite d`aventures dangereuses a Rio
      Réfléchissez bien avant toute visite donc !

      http://www.lillelanuit.com/photos/photos_descriptions/hommeRio12-(c)%201964%20TF1%20Droits%20Audiovisuels.jpg