Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

et recevez la synthèse de l'actualité vue par Causeur.



X

L’ex-commissaire Michel Neyret préfère le pâté en croûte aux bœuf-carottes

Publié le 04 décembre 2012 à 17:30 dans Brèves

Mots-clés : , ,

L’excellent quotidien régional Le Dauphiné nous informe, photo à l’appui, que la première apparition publique de l’ex numéro deux de la PJ lyonnaise Michel Neyret, tout juste sorti de détention préventive et définitivement révoqué, a eu lieu le 2 décembre dernier à Tain-l’Hermitage, dans la Drôme, à l’occasion du traditionnel championnat du monde du pâté en croûte. Cette manifestation de haute tenue gastronomique rassemblait des cuisiniers venus du monde entier venus présenter leurs créations à un jury composé des plus prestigieux chefs étoilés Michelin de la région Rhône-Alpes comme Anne-Sophie Pic, Régis Marcon, Christian Têtedoie ou Mathieu Viannay.

Michel Neyret, membre de la Confrérie du pâté en croûte, organisatrice de la manifestation, avait fait l’objet, en 2011 d’une enquête serrée de l’inspection générale des services de la PJ, familièrement appelés boeuf-carottes dans le milieu policier, en raison de leur propension à faire mijoter dans leur jus ceux qui tombent entre leurs griffes. Neyret, qui a passé huit mois  en détention provisoire est mis et examen pour corruption, trafic de stupéfiants et autres chefs d’accusation liés à son activité de flic à l’ancienne, n’hésitant pas à se salir les mains pour faire tomber des cadors du grand banditisme. Le 7 septembre 2012, il avait été chassé comme un malpropre de la Grande Maison par l’impitoyable Manuel Valls. Mais que peut bien cacher la passion affichée de Neyret pour le pâté en croûte ?

La lecture des roman feuilletons du XIXème siècle serait fort utile aux responsables de l’administration pénitentiaire qui auront, peut-être, l’honneur d’accueillir Neyret en pension pour quelques années à l’issue de son procès : les pâtés en croûte envoyés  par leur famille aux prisonniers cachaient souvent les limes indispensables au succès d’une évasion.

Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Cet article vous a plu, inscrivez-vous à notre Newsletter.

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire sur Causeur.fr

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

5

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 4 Décembre 2012 à 19h56

    pirate dit

    “liés à son activité de flic à l’ancienne, n’hésitant pas à se salir les mains pour faire tomber des cadors du grand banditisme. Le 7 septembre 2012, il avait été chassé comme un malpropre de la Grande Maison par l’impitoyable Manuel Valls” (source un “journaliste” d’opinion seulement d’opinion)

    “Non mais tu comprends pas comment ca se passait à l’époque, les flics nous disaient où aller ! Les gars qui ont fait la bijouterie … c’est des grands du mat du taureaux, on a grandit ensemble !” (un ex détenu)

    • 4 Décembre 2012 à 19h57

      pirate dit

      A part ca Neyret aime bien aussi la cuisine Basque, les gens de cinéma, diner avec Momon Vidal

      • 4 Décembre 2012 à 21h36

        saintex dit

        A part ça, j’ai l’impression que ce sont trois paragraphes pour le plaisir d’une seule vanne.

    • 4 Décembre 2012 à 21h35

      saintex dit

      Tu nous la bailles belle. Nous avons donc le choix entre l’opinion d’un journaliste d’opinion et le témoignage d’un ex-détenu.
      Sur quoi se fonde l’opinion d’un journaliste ? En principe sur un assemblage d’information.
      Qu’est-ce qui est nécessaire à un prisonnier pour débiner celui qui l’a collé en prison. Et si ce n’est lui, c’est donc son frère.

    • 5 Décembre 2012 à 12h14

      elise dit

      c’est sûr, le témoignage d’un ex-détenu qui a grandi au “Mas du taureau”, ça va certainement bouleverser l’enquête sur Neyret; je doute que l’ex-commissaire ait jamais “serré” un quelconque “cador du grand banditisme” à Vaulx en Velin; c’est plutôt le territoire des dealers à la petite semaine, des petites frappes qui braquent un buraliste pour 20 balles, des “nourrices” pour caches d’armes et stocks de shit…des porteurs de bidons pour les gros poissons;

      à part ça, Neyret est un homme de goût, il était en bonne compagnie le 2 décembre à Tain, tout le gratin de la gastronomie rhônalpine…quant à Monmon Vidal c’est plutôt un type sympa.