Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

Euthanasie : un Homme, combien d’éléphants ?

“Mourir dans la dignité”, un moyen de régulation des vies coûteuses ?

Publié le 21 décembre 2012 à 12:00 dans Politique

Mots-clés : , , ,

euthanasie hollande ps

Mardi matin, la commission présidée par le Professeur Didier Sicard remettait au Président Hollande ses conclusions concernant le traitement de la fin de vie. Curieux rapport que celui-là, qui écarte l’euthanasie dite active car elle franchirait « la barrière d’un interdit » mais qui propose qu’une sédation terminale puisse être administrée par les médecins aux patients qui l’auraient demandé de façon réitérée. On se demande où est la différence. La mission Sicard propose en outre une réflexion sur le suicide assisté, soit la possibilité laissée à un malade incurable d’absorber un produit létal.

Puisque le législateur de cette mandature semble avoir fondé la toute puissance de la loi sur la suprématie de la volonté individuelle, il semble malheureusement bien vain d’aller expliquer aux partisans de l’euthanasie que le socle du contrat social repose sur la protection de l’homme contre les autres mais aussi contre lui-même. En légiférant contre ce qui fait son objet, la société signe elle aussi son arrêt de mort. On peut bien prétendre au nom de la doctrine existentialiste que personne ne peut décider à la place de l’autre et que par conséquent il revient à chacun de faire ce choix en âme et conscience. Mais on sait bien que la fonction de la loi, c’est de normaliser, voire d’universaliser. Or en posant le droit à l’euthanasie, on fait du choix de certains une norme générale et impersonnelle, valable non seulement pour soi-même mais pour tout le monde. Comme le passage à le mort est bien un des seuls états où chacun se retrouve seul avec soi-même, il faudrait plutôt le préserver de toute structure imposée et laisser chacun faire le choix de sa propre existence.

Osons avancer une hypothèse dérangeante : et si l’euthanasie était à notre société moderne ce que furent les machines à la société industrielle ? Acceptée comme un outil d’apaisement aux souffrances, elle deviendrait un outil de régulation des populations inutiles ou coûteuses ? L’utilité économique comme passe-droit à la transgression la plus ultime, c’est ce que défendaient le juriste Karl Binding et le médecin Alfred Hoche dans l’Allemagne nazie, soucieux de tuer les coûts d’une médecine impuissante devant   les « vies sans valeur », les « existences superflues », les « esprits morts», les « enveloppes humaines vides » et utilisant une sémantique qui rappelle curieusement celle d’aujourd’hui : « aide aux mourants », « libération par la mort », « euthanasie », « action caritative ». En octobre 1939, Adolf Hitler  enjoindra ainsi aux médecins « d’accorder une mort miséricordieuse aux malades qui auront été jugés incurables selon une appréciation aussi rigoureuse que possible ».

Mardi matin, au moment même où le Professeur Sicard remettait son rapport, on apprenait que la décision d’euthanasier deux éléphantes tuberculeuses appartenant au cirque Pinder était suspendue. L’annonce de leur abattage avait provoqué un tollé  et la grâce présidentielle avait même été sollicitée tandis qu’une pétition rassemblait plus de 15 000 signatures. Qui ne s’est jamais vu proposer au Maghreb d’échanger sa dulcinée contre des milliers de chameaux ? En France, toute une population ne vaut même pas deux éléphants.

*Photo : Sanofi Pasteur.

Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Participez au développement de Causeur, faites un don !

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire sur Causeur.fr

Vous devez être inscrit pour commenter.

  • 24 Décembre 2012 à 8h37

    Patrick dit

    Il y a la loi Léonetti, elle est largement suffisante. On brandit souvent l’excuse de la méconnaissance. Eh bien, faisons connaître cette loi. Pas besoin d’une nouvelle loi qui serait en fait un “permis de tuer” !

  • 21 Décembre 2012 à 21h26

    Bibi dit

    Les progrès techniques et technologiques font de la médecine et de ses disciplines annexes de formidables moyens pour préserver et restaurer des vies qu’autrefois on aurait laissé partir. En même temps, la notion de qualité de vie s’est installée.
    De ce que je connais, l’envie de vivre (ou pas) n’a pas évolué au même rythme, elle dépend de bien d’autres facteurs. Et il n’y a pas de formule générale. C’est difficile et délicat de légiférer là-dessus, peut-être davantage lors de situations où des soins appropriés ne peuvent être à la portée de tous, comme c’est le cas en ce moment en UE, aux USA…

    • 21 Décembre 2012 à 23h25

      athenas dit

      Ce n’est pas la question. Il ne s’agit pas de savoir ce que la médecine peut faire, mais de savoir si c’est à chacun de décider ce qu’il souhaite.

      • 21 Décembre 2012 à 23h55

        Bibi dit

        Les questions sont liées. On peut (re- ou sur-)vivre et récupérer de nos jours grâce à des thérapies/techniques qui n’étaient pas disponibles il y a qq années.
        Mais, comme on me l’a appris (cf. plus bas), l’organisme réagit à sa manière, et la volonté de l’individu a son importance cruciale (cette leçon, je l’ai apprise il y a bien longtemps, dans d’autres circonstances).
        En règle générale, je suis pour le respect de la volonté de l’individu, le mieux informé et soigné que possible. Mais même avec une législation mise à jour, de facto ça se passe un peu différemment, selon diverses contingences.

  • 21 Décembre 2012 à 18h45

    athenas dit

    A mon avis cet article tombe dans une erreur de raisonnement classique chaque fois que l’on aborde le sujet :
    ce serait à la société ou à ses représentants les médecins de décider de la mort d’une personne. Avec dans la foulée le nazisme, l’eugenisme etc…
    Il y a une phrase caractéristique : “on sait bien que la fonction de la loi est de..universaliser.. on fait du choix de certains une norme générale”
    C’est un apriori tout à fait contestable. C’est une fonction très réductrice de la loi et souvent cette dernière bien loin de généraliser définit des exceptions.
    La question n’est pas de savoir ce que la société doit faire pour soulager une personne (ce qui est l’objectif de la loi leonetti) mais si une personne qui désire se suicider (la loi n’interdit pas le suicide) mais ne veut ou ne peut pas le faire elle-même, peut demander à une autre personne (qualifiée et qui l’accepte) de lui administrer une mort immédiate et sans douleur (euthanasie : mort douce).
    La loi, si elle reconnait ce droit, peut en encadrer l’exercice de manière à éviter les dérives ou abus auxquels cela pourrait donner lieu. En général on nous explique cet encadrement est rès difficile à réaliser. Mais il y a des tas de ciconstances où la loi encadre l’exercice de droits. Par exemple le droit d’interner une personne atteinte de trouble psychique. Ce n’est pas parceque cet encadrement peut poser des problèmes qu’il faut renoncer  à valider ce droit.
    Le comble de l’absurdité est le raisonnement suivant lequel l’euthanasie concernerait qu’un petit nombre de personne.Imaginez qu’on vous dise : vous allez souffrir le martyre; désolé on ne peut rien faire pour vous; vous n’êtes pas assez nombreux pour qu’on s’intéresse à votre cas.
    On peut très bien admettre qu’une religion interdise ce droit; mais il est difficile de comprendre qu’une société laïque le fasse. c’est la thèse défendue par François de Closets dans son livre “la dernière liberté” 

  • 21 Décembre 2012 à 17h59

    Eugène Lampiste dit

    Après avoir comparé hollande à staline (à propos de “l’affaire” depardieu), voici qu’on le compare à hitler.

    ce n’est pas ici, que l’on chouinait toute la journée quand les gauchistes traitaient systématique sarko de facho ? 

    • 21 Décembre 2012 à 18h01

      Fiorino dit

      Exactement ce que je m’emploie à dire depuis le début. Si non la pavure nadia est devenue un bocale à decantér depuis qu’elle est en Angleterre on nous informe ici sur ce fil…

      • 21 Décembre 2012 à 18h23

        Eugène Lampiste dit

        un bocal à décanter ?

        c’est à dire ? 

      • 21 Décembre 2012 à 19h19

        nadia comaneci dit

        Pour le moment, je ne gestationne que pour ma pomme mais si vous me le demandez gentiment, je peux envisager le bocal à décanter )))

  • 21 Décembre 2012 à 17h38

    michel kessler dit

    je reprends: suicide assisté et ne donne aucune réponse tranchée, bref il n’est aucunement question d’euthanasie et le gouvernement a du être déçu, je ne sais sur quoi ils vont bien pouvoir légiférer, les pistes sont étroites et il s’agit surtout de faire évoluer ce qui existe déjà… mais je m’arrête ici: mon épouse est en train de travailler sur le rapport Sicard et vous en aurez une recension bientôt…

  • 21 Décembre 2012 à 17h33

    michel kessler dit

    il semble que vous n’ayez pas lu le rapport Sicard entièrement, il est vrai qu’il est assez long et très détaillé: c’est en fait une synthèse et une mise à jour d’un corpus indispensable qui s’appelle la loi Léonetti, La fameuse “sédation fatale ” qui semble tant vous effrayer et que vous assimilez un peu trop vite à de l’euthanasie est déjà dans Léonetti, mais il y a ‘une nuance de taille: l’intention. la sédation n’est pas destinée à tuer le patient (ça n’est aucunement le rôle d’un soignant quel qu’il soit), mais de réduire la douleur au maximum, et si la sédation est parfois la cause du décès, la position la plus sage est de dire que son” heure était venue”, que le corps n’en pouvait plus, que la vie n’était plus vivable, etc vous pouvez aussi selon vos convictions religieuses penser que c’est la volonté de Dieu…(Libre à vous également de vouloir souffrir, il arrive que des patients souhaitent en baver…) Le rapport Sicard est très prudent également sur le suicide a

    • 21 Décembre 2012 à 17h48

      kravi dit

      Merci d’avoir précisé ces points essentiels.

  • 21 Décembre 2012 à 16h12

    Marie dit

    Sur ce joyeux Noel à tous et bonnes f^tes.

    • 21 Décembre 2012 à 16h53

      Bibi dit

      Joyeux Noël à vous aussi (c’est un peu tôt pour le souhaiter, non?)

  • 21 Décembre 2012 à 16h01

    Marie dit

    “Le désir de mort des familles peut devenir très fort quand une situation de grande
    détérioration perdure avec une qualité de vie jugée indigne voire insupportable. Alors se pose
    la question du sens : « il vaudrait mieux être mort ! », « si je suis comme ça, faites moi
    quelque chose !», « on devrait arrêter de s’acharner ! » Ce désir de mort est souvent
    conscient, explicite et bien assumé. Parfois, au contraire, il induit un fort sentiment de
    culpabilité avec conflit intrapsychique douloureux : « je veux et je ne veux pas que papa
    meure ». Cette situation peut se traduire par une tendance dépressive ou bien par la fuite ou
    encore l’agressivité envers l’institution ou même envers le parent lui-même”
    “La sédation de fin de vie sera indiquée en cas d’échec des mesures thérapeutiques spécifiques.
    Dans ce contexte il y a toutefois un risque important de dérive de la dyazanalgésie à l’euthanasie.
    .. A l’heure actuelle, il arrive encore que l’association midazolammorphine remplace les anciens cocktails lytiques, ce qui n’est pas une pratique admissible. La
    sédation terminale ne doit être pratiquée qu’après un deuxième avis expérimenté : équipe
    mobile lorsqu’elle existe ou médecin extérieur ne s’occupant pas directement du patient. Dans
    ce contexte sensible où des demandes directes d’euthanasie émanent parfois des familles ou
    même des soignants, une information loyale sur les objectifs de soins doit être prodiguée dès
    l’inscription du résident dans la structure et lors des réunions professionnelles pluridisciplinaires”in
    http://geriatrie-albi.com/FdV28-10-08.pdf
    En lisant ce document on y apprend que la loi Léonetti est ma appliquée ou mal connue , ne serait il pas plus utile d’y former les soignants que de nous pondre une loi risquée?

  • 21 Décembre 2012 à 15h34

    Marie dit

    Mon mari est aumônier hospitalier a entendu plus d’une fois la demande de mourir , qui dès le lendemain était oubliée car le malade allait mieux ou ne souffrait plus! Mon père est mort d’un cancer il y a plus de trente ans dire qu’il n’a pas souffert serait mentir mais les médecins ont tout fait pour qu’il ne souffre pas trop. Ils ne sont pas là pour tuer mais pour adoucir ces moments ultimes , la loi ne doit pas gérer la fin de vie. C’est un peu trop facile de coller aux soignants la charge de ce que la société est incapable de faire!

    • 21 Décembre 2012 à 16h06

      Bibi dit

      Marie,
      Je n’ai pas compris ce que vous voulez dire là:
      la loi ne doit pas gérer la fin de vie. C’est un peu trop facile de coller aux soignants la charge de ce que la société est incapable de faire!

      • 21 Décembre 2012 à 16h11

        Marie dit

        Tout simplement que les familles se déchargent un peu beaucoup sur d’autres tant il est difficile ou pénible d’accompagner une fin de vie. La lacheté , et je suis en ça comme beaucoup, c’est de mander aux soignants de faire le vilain boulot .

  • 21 Décembre 2012 à 15h25

    MONCHERETBEAUPAYS dit

    Les machines à tuer dans les h^pitaux? mais c’est proposé depuis plus de 10 ans par le sieur Jacques Attali !

    Savez-vous que des vieux Hollandais (ce n’est pas une blague hélas) ont déjà fuit leur pays par peur de se faire euthanasier en cas d’hospitalisation?

    En cas de réticences des médecins dans certaines villes, des brigades de volontaires médicaux parcourent ce beau pays pour permettre de remédier à ce sursaut moral…

    Plus de 2000 ans après Hippocrate ceux qui doivent sauver la vie sont priés par la Loi de donner la mort…

    Mais les gens se lèvent pour emp^cher l’eutanasie de deux éléphants…

    La monde inversé accélère sa chute….

    Hitler a eu raison trop tôt en quelque sorte…au moins n’avait-il pas l’hypocrisie de nos législateurs…

    • 21 Décembre 2012 à 16h13

      Fiorino dit

      Cette dernière rémarque sur hitler montrer qu’il n’y a pas une grosse différence entre la gôche qui accuseait de nazisme sarkozy et la droite qui dénonceait la gauche moraliste. Au fond tout débat et devenue impossible en France sans passer par le mépris, l’insulte, les manifs etc. L’autre est forcement mauvais, il pense mal, il pense forcement dans un but egoïste etc. C’est peut-être se retrouver dans l’opposition qui rend comme ça.

      • 21 Décembre 2012 à 16h16

        from dit

        N’est-ce pas l’attitude que vous adoptez ?

      • 21 Décembre 2012 à 16h31

        Fiorino dit

        Non je ne traite pas les gens des nazis parce qu’ils ont une opinion différente de moi. D’autre part ce n’est pas moi qui a lancé la mode de critiquer la gauche qui utilise le point goldwin à chaque discussion.

  • 21 Décembre 2012 à 14h32

    l’oiseau bleu dit

    Bibi, Fiorino

    Même aventure avec mon propre père. Condamne le mardi et le vendredi réclamant  son journal Le Monde -oui je sais  mais c’était mon père -. Il a survécu quelques mois lucide et actif. Et c’était toujours bon à prendre. 

    • 21 Décembre 2012 à 14h44

      Fiorino dit

      Ces genres de témoignanges font bcp plus reflechîr que des articles moralisateur qui nous annoncent le nazisme en embuscade. Enfin c’est mon avis.

      • 21 Décembre 2012 à 15h05

        l’oiseau bleu dit

        Fiorino

        En médecine 2+2 font tres 5. Et cela rend tres humble.

        De nos jours les jeunes médecins sont formés à coup de scanner,IRM, échographie et ” bilan complet “. Ils en oublient très souvent qu’ils ne savent rien.  
        Le réalisme, la lucidité l’humilité viennent plus tard. Toujours trop tard.

        Il faut laisser les médecins décider, seuls dans l’isoloir de leur conscience. 
        Vous noterez que les malades eux sont silencieux dans ce débat. Personne ne doit décider à leur place  

      • 21 Décembre 2012 à 15h10

        Bibi dit

        Fiorino,
        Tout au plus, vous pourrez trancher pour vous-même, et je ne vous le souhaite pas. Pour les autres, il me semble important de tenir compte de leurS avis (qui peuvent aussi varier d’un moment à l’autre). Je ne vous souhaite pas non plus de vous trouver dans de telles situations.

      • 21 Décembre 2012 à 15h13

        Bibi dit

        Oiseau’le, d’accord sauf pour Il faut laisser les médecins décider, seuls dans l’isoloir de leur conscience.
        En effet, c’est à la personne de décider – si elle peut.

      • 21 Décembre 2012 à 15h20

        Fiorino dit

        @ Oiseau
        Bien sûr ce sont effectivement des questions qu’il faut se poser calmement
        @ Bibi
        J’éspère surtout ne pas me devoir poser ces questions pour mes chèrs ça serait déjà un échec. On éspère toujours que le confort qu’on peut apporter puisse donner à l’autre l’envie de continuer à rester parmi nous.

  • 21 Décembre 2012 à 14h24

    l’oiseau bleu dit

    Fiorino
    Berge est une personnalité emblèmatique  de cette Gauche au pouvoir. Il a parait-il été le bailleur de certains candidats socialistes .
    Il compte, certes dans l’ombre, mais il compte au PS

    Imaginez Tapie, ou..Depardieu faisant une déclaration similaire.
    La déclaration de ce mec prouve son mépris de la Vie et de l’Homme. C’est Edom déclarant ” je vais mourir, que ferai-je de mon droit d’ ainesse ? ” C’est la négation de ce pourquoi l’Homme existe. 
    Moi je dégueule  

    • 21 Décembre 2012 à 14h41

      Fiorino dit

      Bergé est une vieille homme, il n’est pas deputé, et il me semble que longuet qui a fait un bras d’honneur à l’algérie continue de donner son avis (positif) sur le colonialisme dans les médias. La GPA n’est pas dans le programme de hollande et aucune majorité se degagéra pour la voter, déjà la pma qui pose moins de problèmes de conscience risque de ne pas être voté lors franchement pourquoi on parle de Bergé? Cette déclaration ne regarde que lui même, tout comme Longuer à le droit de dire que la colonisation c’était fantastique, Bergé a le droit de dire ce qu’il pense des mères porteuses.

      • 21 Décembre 2012 à 14h44

        l’oiseau bleu dit

        Nous n’avons pas la même lecture, mais c’est la démocratie.
         

      • 21 Décembre 2012 à 14h55

        Fiorino dit

        L’oiseau, justement la démocratie c’est qu’il n’y a pas de majorité pour la GPA, après tout ça restera autorisé à l’étranger pour les gens qui en ont le moyen, donc bergé peut dire ce qu’il veut mais il ne répresente que lui même contrairement à ce que vous pensez au contraire il y a bcp d’opposition à la GPA et à la prostitution dans ce gouvernement, les féministes opposées à cela sont bcp plus influentes que Bergé. Il faut pas voir tout en noir et blanc il y a des gens qui sont pour le mariage homo mais farouchement contre la GPA. On peut pas accuser le gouvernement actuel d’être dans une logique de marchandisation du corps au contraire il est absolument opposé à toute legalisation de la prostitution et de la gpa.

    • 21 Décembre 2012 à 15h26

      Marie dit

      et moi aussi!

      • 21 Décembre 2012 à 15h28

        Marie dit

        les propos de Bergé me glacent! Un vieil homme dites vous Fiorino, mais un sacré porte monnaie pour le PS…

  • 21 Décembre 2012 à 14h10

    Bibi dit

    L’éminent professeur de médecine qui a pronostiqué la mort imminente de mon père le vendredi et conseillé des préparatifs d’enterrement le dimanche, m’a enseigné une leçon précieuse le mardi: “la médecine est ce qu’elle est, la biologie c’est autre chose”.
    Jusqu’aujourd’hui mon père ne lui en veut pas.

    • 21 Décembre 2012 à 14h24

      Fiorino dit

      En effet c’est une question qui me fait dire que je n’ai pas encore tranché car c’est rare mais ça existe. Voilà une intervention intéressante qui n’a pas comme but de nazifier l’autre.

  • 21 Décembre 2012 à 13h54

    Angel dit

    Bonjour a tous les causeurs,

    voici un sujet bien trop difficile pour avoir des idees toutes faites pour ou contre l’euthanasie.

    Abreger les souffrances d’un etre cher tout en douceur est ce plus grave que de voir ce meme etre souffrir le martyr lors d’une maladie incurable.

    J’heiste souvent et ce genre de question merite un debat plus profond que ce raccourci pris par l’auteur de cet article courageux.

    • 21 Décembre 2012 à 15h25

      Marie dit

      il y a eu une lettre des personnels qui s’occupent des gens en fin de vie qui a du passer à la trappe comme tout ce qui ne va pas dans le sens de ces commissions Théodule!

  • 21 Décembre 2012 à 13h50

    kravi dit

    tsipor, la loi ne permettra pas de tuer, mais empêchera l’acharnement et le maintien contre la volonté du patient.

    • 21 Décembre 2012 à 14h08

      l’oiseau bleu dit

      Kravi,
      Qui va décider pour le malade ? Et de quel droit ?
      J’ai été médecin généraliste pendant 35 ans plus les 10 ans d’études dont 7 comme externe des hôpitaux de Paris.
      J’ai tout vu. J’ai assiste, j’ai console. Je n’ai jamais pu dire ” j’ai mal à votre poitrine “ 
      Qui est-on pour décider , vous le feriez pour votre père, frère, ou un ami cher ?  
      C’est l’insomnie assurée. Vous pensez que pour la famille du cobaye vous serez un héros ? Non tout juste l’exécuteur des basses œuvres qu’on évitera de croiser 

      • 21 Décembre 2012 à 14h19

        kravi dit

        avant d’être analyste j’ai été aussi généraliste, et confronté à ces cas de conscience.
        Et oui, on peut le décider pour un proche quand il n’y a plus d’autre solution.
        Je dors bien.

      • 21 Décembre 2012 à 15h23

        Marie dit

        merci l’oiseau bleu , je rappelle qu’il y a en France la loi Léonetti qui est apprécié de tous et particulièrement des soignants . Elle aurait peut être besoin de quelques améliorations mais que ne le fait on pas! Ce gouvernement veut faire ses lois et ouvre la boite de Pandore… ce n’est plus inquiétant ça fait vraiment peur!En plus décider pour un proche est l’opposé de l’éthique d’un médecin!

  • 21 Décembre 2012 à 13h37

    l’oiseau bleu dit

    Sixième Commandement :

    Lo tirtsah : tu n’assassineras point. 

    Tout le reste n’est qu’hypocrisie, car les enjeux sont énormes. 
    Il faudra bien pailler l’absence de canicule pour réguler les dépenses. Mourir coûte de plus en plus cher à la collectivité. 
    Alors on change de Société
    Le grand humaniste Pierre Berge annonce la couleurs:
    ”  Nous ne pouvons pas faire de distinction dans les droits….je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? C’est faire un distinguo qui est choquant

    Ventre à louer, genres en tout genre, mort décidée, demain suicide pour tous.
    C’est Soleil vert.
    La Gauche aura des comptes à rendre    

    • 21 Décembre 2012 à 13h40

      Fiorino dit

      Donc vous êtes aussi contre la légitime défense…

    • 21 Décembre 2012 à 13h42

      Fiorino dit

      La Gpa n’est pas dans le programme de la gauche, je vous signale par ailleurs qu’elle est autorisé en Israël.

      • 21 Décembre 2012 à 13h50

        Villaterne dit

        Et alors ?
        Cela lui donne une attestation de moralité ou d’opportunité ?

      • 21 Décembre 2012 à 13h55

        l’oiseau bleu dit

        1- Il s’agit de la France 
        2 – quel rapport avec la légitime défense ? Sauf à penser que tous ces malades refusant de mourir sur commande font courrir  un risque à l’équilibre financier de la Sécurité sociale 
        3 – la Gauche au pouvoir pratique la fuite en avant,crée des problèmes societaux- dont la majorité des français n’a que faire –  pour faire oublier les dangers mortels de sa politique économique. 

      • 21 Décembre 2012 à 13h57

        l’oiseau bleu dit

        Font courir

      • 21 Décembre 2012 à 13h58

        Fiorino dit

        Non cela dédouane la gauche d’une qulquonque responsabilité sur cet affaire là, on ne peut pas accuser la gauche d’ouvir la porte à la gpa car elle a exclu de son programme. Que je sache bergé ce n’est pas un élu. Franchement il faut être vraiment au bord du gouffre pour poser au gouvernement une question pareil sur la base des propos de bergé, l’assemblé est devenu quoi un lieu pour discuter des personalités médiatiques?

      • 21 Décembre 2012 à 14h02

        Fiorino dit

        @ L’oiseau
        La gauche ne propose pas la GPA a occulter les problèmes sociaux ce sont les gens qui l’accusent de faire ce qu’elle ne fait pas, sur la base d’une declaration de bergé, qui a ma conaissance n’a aucun pouvoir et aucune legitimé pour decider des lois.

    • 21 Décembre 2012 à 16h34

      from dit

      @l’oiseau bleu
      Le tord de Monsieur Bergé est d’avoir dit la suite de l’histoire et donné les arguments pour la justifier. Pour une fois, il y aura eu un prophète en notre pays.
      Soleil vert ? C’est l’étape d’après : rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme…  

      • 21 Décembre 2012 à 16h37

        Fiorino dit

        L’angleterre autorise la GPA depuis les années ’80…
        Au fond c’est peut-être pour cela aussi qu’il y autant des jeunes français à londres. A force d’écouter ces prédictions catastrophiques y en a marre à un moment donné.

      • 21 Décembre 2012 à 17h36

        from dit

        @Fiorino
        Mais on s’en f… que l’Angleterre autorise la GPA ! Ce ne sont pas des prédictions catastrophiques que les uns et les autres, qui sont contre ici, font. Ce sont des analyses !
        La GPA transforment les femmes en bocal à décanter ! Ça ne vous importe peut-être pas, à d’autres si. Et ils le disent. 

      • 21 Décembre 2012 à 17h59

        Fiorino dit

        Faites moi comprendre, vous dites que la GPA transforme les femmes en bocale à décanter et vous n’êtes même pas allez voir si c’est le cas en Angleterre? Curieuse façon d’analyser sans jamais allez voir si les théories que vous avancez sont vraie ou pas. La GPA ne tranforme pas “les femmes” c’est un choix qui est fait par certaines femmes. En tout cas je vais allez demander à nadia qui vit en Angleterre si elle transofrmé en bocal à décanter…:)

  • 21 Décembre 2012 à 12h56

    kravi dit

    « qui écarte l’euthanasie dite active car elle franchirait « la barrière d’un interdit » mais qui propose qu’une sédation terminale puisse être administrée par les médecins aux patients qui l’auraient demandé de façon réitérée. On se demande où est la différence. «
    Vraiment, vous ne voyez pas ?
    Il est prévu que les applications de la loi soient tout sauf « générales et impersonnelles ».
    Un peu hors sujet, mais pas tant que cela : l’utilisation de traitements dérivés de cellules embryonnaires est-il condamnable selon vous ?

    • 21 Décembre 2012 à 13h25

      Fiorino dit

      A la limite on ne voit pas tojours la différence entre sept injections de morphine demandé par le patient qui peuvent causer la mort et qui seraient considérée comme une tentative d’assasinat si faites sur un individus avec une pathologie non en phase thérminale et une sédation terminale demandé par le patient.

  • 21 Décembre 2012 à 12h48

    from dit

    Mourir dans la dignité ? La souffrance nous rend-elle indigne ? N’est-ce pas plutôt la vision d’un être souffrant qui nous est devenu insupportable ? La gauche est souvent prompte à déchoir de leur dignité ceux qui les dérangent… 
    Les mêmes qui s’insurgent contre l’obsolescence programmée du monde industriel, n’ont pas compris que la logique marchande faisaient là son entrée.
    Merci pour cet article et…
    Pôvre Fiorino qui décidément ne se comprend même pas lui-même ! 

    • 21 Décembre 2012 à 12h58

      kravi dit

      Peut-être pensez-vous que la souffrance élève l’âme ?
      La souffrance ne nous rend pas indigne, elle EST indigne.

      • 21 Décembre 2012 à 13h20

        from dit

        La souffrance est-elle inconvenable ? Condamnable ?  
        “Barberousse”, Kurosawa, 1965…  

      • 21 Décembre 2012 à 13h28

        Fiorino dit

        Disons que le SM doit rester une pratique consentie et non imposée.

    • 21 Décembre 2012 à 14h08

      Fiorino dit

      @ from
      Mais quel mépris des autres pour des gens qui prétendent faire le bien, rélisez vos propos et vous comprendrez peut-être pourquoi vous allez d’échec en échec à convaincre les gens de votre cause. Pauvre vous au fond contraint de vivre dans une société sans pouvoir imposer votre vision du bien aux autres.

      • 21 Décembre 2012 à 15h18

        Marie dit

        pour le moment c’est une minorité qui impose ses vues à une majorité catho ou pas!

      • 21 Décembre 2012 à 15h24

        Fiorino dit

        Vous n’en savez rien vous ne conaissez absolument l’opinion des français sur ce sujet et arrêtez de faire la victime en France il y a eu des élections et un programmes. Si les gens ne lisent pas les programmes c’est leur problème, ce n’est pas avec ces méthodes que vous allez pouvoir faire plier le gouvernement, pour l’instant d’autre part les sondages donnent une large avance au partisans de l’euthanasie.

      • 21 Décembre 2012 à 16h23

        from dit

        Votre vocabulaire vous trahit… 

      • 21 Décembre 2012 à 16h33

        Fiorino dit

        Je ne suis pas francophone je fais ce que je peux. En revanche vous vous enfoncez dans une attitude qui vous rend bien peu charitable… c’est peut-être pour cela que vous avez besoin d’imposer tout par la loi.

      • 21 Décembre 2012 à 16h38

        from dit

        @Fiorino
        Votre français n’est pas en cause. Vos idées le sont.  

      • 21 Décembre 2012 à 16h51

        Bibi dit

        Mais si, Fiorino, vous êtes francophone et votre français acquis s’améliore à très grande vitesse.

        Je ne comprends pas ce que From vous reproche.

  • 21 Décembre 2012 à 12h19

    Fiorino dit

    C’est vraiment devenu le mégaphone de l’Eglise causeur. L’euthanasie est largement pratiquée et legale pour les animaux. On pourrait vous retourner la question les soins paliatifs un beau moyen pour avoir des cobayes gratos? L’euthanasie c’est un sujet sur lequel je m’intéroge, mais ces genres d’aritcles moralisateurs qui ne prennent jamais en compte la complexité du sujets et qui ne font que répéter le discours de l’Eglise catholique qu’on connaît par coeur, devienent lassant et au fond empêchent toute discussion enrichissante.

    • 21 Décembre 2012 à 12h35

      from dit

      On se demande bien comment vous pourriez nous “enrichir” !

      • 21 Décembre 2012 à 13h19

        Fiorino dit

        Je ne suis pas ici pour enrichir les gens (vous non plus d’ailleurs). Mais pour lire des articles intéressant, novatéurs, ce discours là je crois que je l’ai ententdu la première fois il y a dix ans.

      • 21 Décembre 2012 à 13h21

        from dit

        Dans le fond, vous pensez être à l’avant-garde. Ça ne vous rappelle rien ?

      • 21 Décembre 2012 à 13h27

        Fiorino dit

        Je ne pense rien du tout, car je n’ai pas un avis tranché sur l’euthanie, en revanche vous vous pensez être quoi? Un juge?

    • 21 Décembre 2012 à 13h01

      eclair dit

      @fiorino
      Cela n’est pas le discours de l’église c’est le discours de la societé.
      Sans doute formaté par le fait que la france à la base est un pays catholique. 

      C’est deux conceptions différentes de la societé l’approche protestante et catholique. 

      • 21 Décembre 2012 à 13h21

        Fiorino dit

        Beh oui éclair c’est une des raisons, mais c’est pas une raison pour nous servir tojours la même sauce. D’ailleurs si le gouvernement à l’inténtion d’endormir les gens pour occulter le sociale il peut compter sur Théophane parce que lui il se jetté à pieds joints sur toutes ces polémiques.