L’Europe osera-t-elle parler haut et fort à Erdogan? | Causeur

L’Europe osera-t-elle parler haut et fort à Erdogan?

Pour en finir avec le double jeu turc

Auteur

Roland Hureaux

Roland Hureaux
est essayiste.

Publié le 07 mars 2016 / Monde

Mots-clés : , , , ,

La Turquie peut limiter l'afflux de djihadistes vers la Syrie et l'Irak. Tout comme elle peut limiter l'afflux de migrants vers l'Europe. Mais le veut-elle vraiment? L'Europe, avec qui un sommet est prévu ce lundi, devrait menacer Erdogan de couper le robinet financier si elle n'obtempère pas.

Erdogan et Merkel lors d'une réunion à Berlin en février 2014 (Photo : SIPA.00675087_000011)

Un  sommet Union européenne-Turquie doit se tenir ce lundi 7 mars. Si l’Europe occidentale veut reprendre en main son destin, ne plus subir mais agir, ce sommet est capital. Recep Erdogan, président de la Turquie, est en effet aujourd’hui un  homme clef qui commande l’avenir du Proche-Orient, celui de l’Europe et même, jusqu’à un certain point, celui du monde.

Il lui suffit de dire que, dès demain, il ne laissera plus passer des djihadistes en Syrie et en Irak pour que la guerre effroyable qui s’y déroule s’arrête vite faute de combattants. Ces djihadistes viennent du monde entier, y compris de pays comme le Japon qui ne savent même pas ce qu’est l’islam. Ils fuient un vide intérieur, effet d’un nihilisme  radical  entretenu par l’idéologie libertaire euro-atlantique. Dès qu’ils passent la frontière de la Syrie, ils ont six mois d’espérance de vie. La guerre suicidaire où on les mène est en effet terriblement meurtrière. Elle cesserait très vite s’il n’y avait l’afflux continu de ces troupes fraîches qui n’ont rien de syriennes. Inutile de dire que ce flux est non seulement permis par Erdogan mais probablement encouragé. Ajoutons que la Turquie sert toujours de base de transit d’armes et offre des camps d’entraînement aux hommes de Daech que de manière mensongère Erdogan prétend combattre.

Il suffirait de même que demain Erdogan dise « Stop, on ne passe plus » pour que cesse immédiatement le flux de réfugiés ou assimilés venus de Syrie, mais aussi d’Irak ou d’Afghanistan, qui transitent par la Turquie puis traversent, grâce à des passeurs, la mer Égée vers les îles grecques avant de tenter leur chance en Europe. Huit cent cinquante mille personnes sont passées par là en 2015. Il y en aura au moins un million cette année. Les « migrants » payent très cher (au moins 5 000 euros) ce transit aléatoire par mer organisé par la mafia turque, en liaison probable avec les services secrets turcs et peut-être d’autres. Les réfugiés trop pauvres pour payer les passeurs, comme les deux millions de Syriens qui végètent dans des conditions concentrationnaires à la frontière syro-turque, n’ayant pas les moyens de payer, ne partent pas.

Il est faux, comme il tente de le faire croire de manière fallacieuse, qu’Erdogan est obsédé par le problème kurde. Ce problème était presque résolu, quand le président turc l’a réveillé en bombardant sans raison les zones kurdes de Turquie (son propre peuple !) pour exciter l’animosité de la majorité turque contre la dissidence kurde et ainsi  gagner les élections du 1er novembre 2015. S’il est vrai qu’a émergé en Syrie et en Irak une force kurde vaillante contre Daech, c’est bien parce qu’Erdogan y avait, avec d’autres,  fomenté le désordre   La dissidence kurde serait, sinon, moins redoutable.

Un projet impérial

De fait, Erdogan n’agit pas ainsi pour résoudre un problème intérieur. Il n’a jamais caché ses ambitions internationales : en Syrie et en Irak, reconstituer la zone d’influence qui fut jusqu’en 1917 celle du sultan de Constantinople ; en Europe, étendre l’influence de l’islam à la fois par la perspective d’une intégration à l’Union européenne et par l’augmentation du poids des musulmans dans les différents pays qui la composent. C’est un projet d’expansion idéologique dans la ligne des Frères musulmans auxquels il appartient.

Ajoutons qu’aujourd’hui Erdogan est un homme frustré qui s’impatiente de voir ses projets tenus en échec. Même si Washington et Bruxelles y poussent, les opinions occidentales s’opposent à l’intégration de la Turquie dans l’Union européenne. Mais cette perspective aura permis de protéger le gouvernement islamiste contre une armée kémaliste susceptible de faire un coup d’Etat. En intervenant massivement en Syrie depuis l’été 2015, la Russie fait obstacle aux projets turcs et risque chaque jour un affrontement dans le Nord de la Syrie. Erdogan a imprudemment abattu un avion russe, probablement sur le territoire syrien : il a essuyé aussitôt de très lourdes sanctions économiques de la part de Moscou. Si Erdogan a gagné les élections du 1er novembre dernier, sans doute par des manipulations électorales et en emprisonnant de nombreux journalistes, il ne se heurte pas moins à de nombreuses oppositions : outre les Kurdes, la partie occidentale de la Turquie demeurée kémaliste et la puissante minorité alévie proche des alaouites de Syrie, soutien du président Assad. Mis ainsi en difficulté sur tous les fronts, Erdogan, à la tête d’une Turquie dont la situation économique se dégrade, pourrait être tenté par la fuite en avant : provoquer des incidents face aux Russes pour entraîner l’OTAN avec lui dans ce qui ne pourrait être qu’un nouveau conflit mondial.

Erdogan s’étant récemment comparé à Hitler (qui en commettant la Shoah, s’est explicitement référé au précédent du génocide arménien), on ne peut que mettre en parallèle la passivité de l’Europe face à ses agissements avec celle de l’Europe des années 30 face au nazisme. Une des grandes forces d’Erdogan est que les États-Unis le soutiennent : parce qu’il est membre de l’OTAN et un rempart contre la Russie, peut-être même parce qu’ils sont secrètement complices de son projet de déstabilisation de l’Europe (comme ils avaient fait obstacle dans l’entre-deux-guerres à toute politique tendant à contenir  l’Allemagne).

La faiblesse des Européens

Jusqu’ici, la position de l’Europe face aux manœuvres funestes de l’actuel  gouvernement turc (que nous ne confondons nullement avec le peuple turc) a été d’une étonnante faiblesse. Quand, toute pudeur écartée, Erdogan est venu à l’automne haranguer ses compatriotes à Strasbourg et à Bruxelles, en insultant l’Europe et les pays hôtes, personne n’a réagi. Quand il s’est trouvé en difficulté électorale l’an dernier, devant la montée de son opposition interne, Angela Merkel est allée le soutenir, lui faisant, au nom de l’Europe qui ne l’avait pourtant pas mandatée pour cela, des promesses mirifiques. Des dernières rencontres, Erdogan a gagné à la fois la reprise des négociations d’intégration à l’Union européenne, la promesse d’une libre circulation des citoyens turcs dans l’espace Schengen et une aide de 4 milliards d’euros en échange de promesses de contrôle des flux dont on ne voit pas le premier commencement de réalisation.

Ces 4 milliards s’ajoutent à tous ceux que la Turquie reçoit comme candidat à l’entrée et aux facilités commerciales dont elle dispose sur le marché européen, sa situation étant aujourd’hui de bénéficier de tous les avantages de l’Union en étant exonérée de ses inconvénients.

Si l’Europe veut continuer à exister, elle n’a qu’un seul discours à tenir lors de la rencontre du 9 mars : « Monsieur Erdogan, ou  vous arrêtez immédiatement les transferts de djihadistes vers la Syrie et les flux de réfugiés, vrais ou faux, vers l’Europe, ou vous perdez les multiples avantages que l’Union européenne vous a si généreusement concédés jusqu’à aujourd’hui. »

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 8 Mars 2016 à 9h57

      cage dit

      http://www.lefigaro.fr/international/2016/03/07/01003-20160307ARTFIG00348-migrants-l-union-europeenne-ferme-la-porte-et-mise-sur-ankara.php

      Super!
      Double jeu d’Erdogan et double gagnant !!
      Vive la diplomatie de l’UE!
      Vive les accords de Munich version 2016!! 

    • 8 Mars 2016 à 1h44

      Livio del Quenale dit

      si cet article est bien renseigné,
      il en ressort que la vie de ce chef d’état,
       ne tient qu’à un fil.

    • 7 Mars 2016 à 17h21

      cage dit

      Partie de billard à plusieurs bandes des Russes qui nous envoie la facture, via la Turquie, de la crise ukrainienne, qu’ils ont mis, pour l’heure, au congélateur, le temps d’organiser le désordre par la terreur avec Assad contre son ‘”opposition modérée”.
      Au résultat, fuite des populations civiles syriennes, qui viennent engorger la Turquie, qui à son tour fait “dégorger” sur l’UE au prix fort (adhésion, passeport etc… avec tensions au sein de l’uE, risque d’éclatement…) ces réfugiés en prime, un petit coup de pouce aux diverses maffias régionales *( kosovo, serbes, balkans maghreb) pour refourguer à l’”europe si  bonne si généreuse et donneuse de leçons, les médecins-ingénieurs avec un panachage de racailles et bandits divers et variés et avariés, + qq terroristes pour faire bonne mesure. 
      Objectifs:
      - embourber l’Europe avec le pb des migrants,
      - création de tensions interne à l’UE chrétienté-islam,
      - déstabilisation de l’UE de l’OUest et l’UE de l’Est
       - vider la Syrie de son opposition,
      - création d’un état kurde qui y sera adossé, ce qui rendra les turcs dingos…
      - pour les russes, REtour à la case départ: fin 2016, l’Ukraine exsangue fera ce que la russie lui dira de faire.
      - L’UE lui enverra des miettes et vendra ses cochons et ses pommes et ses ss marins à la Russie.

      * Pour mémoire, il y a qq années, la Géorgie a vidé ses prisons de ses maffias, avec un deal: quitter la géorgie (elles ont pris pied en UE)
      Auparavant, Cuba avait fait de même (ds un geste d’ouverture droits de l’hommistes) et les US avait hérité de qq cubains bien “lourds”…

    • 7 Mars 2016 à 15h18

      Grouex dit

      L’Europe est responsable de sa complicité avec Erdogan et Mme Merkel en est le fer de lance.

    • 7 Mars 2016 à 15h02

      PerSoReille dit

      Encore, une fois, nous voyons ceux qui aiment jouer les gros-bras se vautrer dans une faiblesse clamée de notre pays, de notre fédération.
      Etre lourdauds lorsqu’il s’agit de questions diplomatiques c’est du baratin de meeting … à traiter comme tel !
      Il y a pourtant un vrai sujet à traiter sur la gouvernance diplomatique à l’UE ! Que va faire Merkel à la place de notre ministre des A.E. ou president européen ?

    • 7 Mars 2016 à 12h54

      gege26 dit

      prochaine guerre mondiale au départ de la Turquie,rappelez vous 1935 en Allemagne

    • 7 Mars 2016 à 12h10

      Claude T. dit

      “Ils fuient un vide intérieur, effet d’un nihilisme radical entretenu par l’idéologie libertaire euro-atlantique” écrivez-vous justement. J’ajouterais surtout à libertaire ATHEE ! Parce que c’est à ce niveau du Réel (la spiritualité) que se trouvent la cause et la clé des problèmes ÉNORMES qui viennent.
      “Faute de connaissance, mon peuple dépérit, dit le Dieu de la Bible.” Et l’apostasie qui en a découlé par les (dirigeants des) nations européennes aux bénéfices de libertés controuvées aux effets secondaires liberticides, rend IMPUISSANTE une Europe idéologiquement athée, contre une religion qui a, si ce n’est une connaissance suffisante du Dieu véritable Miséricordieux Rédempteur, du moins une foi en un Dieu Créateur, ce qui est bien plus proche de la vérité que la doctrine évolutionniste (néo-darwinienne notamment) qui (pense) enfoui(r) Dieu sur des couches de hasards et de nécessités…
      Donc le scénario que prédit depuis des millénaires la Bible, notamment les livres de Daniel et de l’Apocalypse, est en train de se mettre en place… avec des accords-bidons qui vont faire illusion très peu de temps (“un temps des temps et la moitié d’un temps” à partir de leur signature “historique”), suivi d’une rupture (comme l’histoire nous en a déjà connaître il n’y a pas si longtemps) ouvrant sur un clash et des violences stunamiques qui vont jusqu’à embraser la planète entière…

    • 7 Mars 2016 à 12h00

      Laurenthr dit

      J’ai été longtemps un idéaliste de l’Europe, en faisant confiance bien trop naïvement à ceux, comme moi, qui croyaient en une certaine fin de l’histoire et dans un partage de valeurs humanistes bien au dessus des religions et autres charlataneries. 
      Je dois avouer que je vais finir par mettre mon bulletin là où il ne faut pas aux prochaines élections, tant l’absurdité du comportement des dirigeants européens me sidère.
      Que fait notre mollasson de président ??
      Un Junker, une Merkel décident sans concertation que ce pays “peut” être candidat à l’EU !! C’est surréaliste.
      Cela va avoir des conséquences gigantesques pour la France sur le plan civilisationnel mais nos dirigeants ne se fendent d’aucune déclaration pour recadrer les électrons libres que sont devenus quelques eurocrates et la clique à Merkel.
      Dans ce cas, il faut que la France oppose immédiatement son droit de veto, voire quitte momentanément l’EU (politique de la chaise vide) pour forcer ses partenaires à revenir à plus de modération et demander aux peuples s’ils souhaitent vraiment faire entrer un pays de 75 millions de musulmans dont pas mal d’extrémistes au sein de l’EU…
      Nous devons sortir de l’OTAN de la même façon tant que le problème turc ne sera pas réglé.  

      • 7 Mars 2016 à 12h57

        Claude T. dit

        Être déçu de l’Europe est une bonne chose : l’illusion n’a que trop duré… pour beaucoup. Maintenant revenir au Réel, c’est aussi, et surtout revenir au Divin, au vrai, non aux religions qui s’y substituent, mais aux vraies paroles et message de Jésus (tels que le Nouveau Testament les rapporte et les révèle à quiconque est droit de coeur). Malraux avait dit dans les années 80 que “le XXIe siècle serait religieux ou ne serait pas.” Il (l’)est !… Pour que l’homme dépassé d’un côté par l’apostasie et de l’autre par la religion (toujours mortifère) “naisse de nouveau” comme il est rapporté dans l’Evangile selon Jean, au chap. 3. Bien cordialement.

      • 7 Mars 2016 à 13h08

        Chaquehommeestuneile dit

        La Turquie n’entrera jamais dans l’UE, on agite ce chiffon rouge de part et d’autres pour avoir des avantages. La Turquie veut être un empire, pas rattaché à un espace qui le contraindrait sur sa politique intérieur et extérieur.
        L’UE veut tout simplement avoir accès au marché turque. Ca se finira au pire comme avec le RU

        • 7 Mars 2016 à 17h38

          cage dit

          bien vu, du reste, en UE, le “modèle RU fait des petits: l’UE,
          tout le monde veut en être, sauf la GB, la France: bof, l’Allemagne joue cavalier seul, les polaks, la hongrie, slovène, l’autriche, jouent leurs partitions “historiques, les pays scandinaves jouent la leur, les pays du sud ont les pieds ds l’eau… espagne, portugal, grèce… etc etc…
          l’europe qui aurait ses frontières en Turquie signifierait sa fin pure et simple…
          alors? Une bonne guerre? Fatale Débandade de l’UE… 

      • 7 Mars 2016 à 15h06

        PerSoReille dit

        Pourquoi une excitation anti-européenne ? Le débat a cours entre NOS ELUS à la commission et au parlement.
        Et le débat est en effet essentiel entre l’intérêt commercial, strategique d’avoir la Turquie en Europe et le risque societal d’accepter un pays dirigé par un parti islamiste.
        Mais CA SE DEBAT ! en France et en Europe ! sans entrer dans les discours imbeciles d’un certain parti.

    • 7 Mars 2016 à 11h34

      Fioretto dit

      Le discours est totalement différent. Si vous arrêtez les flux de migrants on vous régale aussi la libéralisation des visas pour vos ressortissants. D’ailleurs que disent les polonais dont paulina dalmayer nous confiait qu’ils étaient vachement confiant dans l’Otan pour combattre l’islamisme ? Que je sache ils ont jamais fait pression pour empêcher la Turquie d’entrer dans l’UE.

      • 7 Mars 2016 à 17h29

        cage dit

        Fio,
        Je ne sais pas si les polaks sont confiants en l’Otan pour combattre l’Islam(isme)
        ou s’il ne sont pas du tout con-fiants sur ce pb, pour que l’UE le règle ni règle quoique ce soit.
        L’expérience historique  des foirages successifs des européens vis à vis de la ologne leur donnent qq raisons d’être peu enclins à se livrer pieds et poings liés au Merkelistan. Ces “gens-là” détestent l’Allemagne. Allez savoir pourquoi…
        Par le passé, les armées polaks ont sauvés Vienne du siège des turcs… bis repetita?

    • 7 Mars 2016 à 11h31

      Ex Abrupto dit

      Je me souviens avoir lu les menaces de l’état islamiste de nous envahir  avec des millions de migrants. L’avantage de l’EI est qu’ils disent ce qu’ils vont faire, …et qu’ils le font!  le coup d’envoi massif ayant été orchestré avec la manipulation médiatique autour de la photo de ce pauvre gosse échoué sur une plage.
      La mort dans l’âme ils vont finir par me faire voter là où je ne voulais pas aller mais où il y a encore un semblant de colonne vertébrale .

      • 7 Mars 2016 à 11h41

        Fixpir dit

        Décès du petit Aylan Kurdi provoqué par le délire qui consiste à interdire d’entrer, mais pas interdire d’être à l’intérieur !
        Famille Kurdi qui était réfugiée en Turquie, et, donc, sans menace vitale immédiate.
        Et second délire qui consiste à accepter un groupe de personnes sans imaginer que cela crée un “appel d’air” vers tous les autres.

    • 7 Mars 2016 à 11h28

      Fixpir dit

      Je suis un peu surpris, tout de même, du manque total de sens commun de base qui génère ce foutoir de la crise des réfugiés.
      Les migrants n’ont pas le droit et pas la possibilité légale de RENTRER dans l’UE, mais UNE FOIS ENTRÉS dans l’intérieur de l’UE, ils sont susceptibles d’avoir le droit de rester par la procédure d’asile.
      C’est évidemment une formidable incitation à prendre des risques pour passer les frontières de l’UE en toute discrétion.

      Les migrants proche de Calais (et autres, Ouistreham, Cherbourg, Dunkerque etc…) : Ils n’avaient pas le droit d’entrer en France, ils n’ont pas le droit d’être en France, ils n’ont pas le droit de passer en Angleterre, mais il paraît que l’on a aucune possibilité d’action autre que de les convaincre ? À quand la police intervenant sur le lieu d’un holdup se contentant de sermonner les voleurs en les laissant agir ?

      Il me semble que ce n’est pas le premier déplacement massif de population depuis 1945. Pourquoi ne suit-on pas aujourd’hui la procédure qui a été suivie au Cambodge en 1975-1995, ou concernant les réfugiés palestiniens (1948, 1970-septembre noir), ou toutes les autres nombreuses crises?
      Et enfin, pourquoi, dans cette crise-ci, reviendrait il aux seuls européens de régler l’accueil des personnes déplacées, alors que l’Europe n’est pas le premier voisin des populations, ni ne partage l’essentiel de leur culture? Pourquoi les pays du golfe, par exemple (pourtant accueillant massivement des migrants, par ailleurs), ou les pays de Maghreb, ne participent-ils pas à un accueil significatif de migrants sur leurs territoire?
      Il me semble que, de A à Z, on marche sur la tête sur cette question. Et cela avant même de se poser la question sur la capacité de l’UE d’intégrer un apport massif de population.

      • 7 Mars 2016 à 11h36

        Ex Abrupto dit

        Accueil des migrants: et les US? Cause originelle du problème…..

        • 7 Mars 2016 à 11h52

          Fixpir dit

          Absolument, et les US.

          Ceci étant dit cause “PREMIÈRE”, bof.
          Il me semble que la guerre Iran-Irak, qui a duré 8 ans et fait 500 000 morts a participé, quand même, pour beaucoup dans la haine sunnite-chiites actuelle. Et autres interventions de l’Arabie Saoudite etc… Sans compter les origines culturelles.
          Il n’y a pas eu de migrations massives au Levant pendant la colonisation, dans les pays colonisés. Il faut savoir ce que l’on veut. Soit les pays occidentaux gèrent les pays et subissent les conséquences. Soit ils sont extérieurs et participent au jeu international comme tous les autres pays (Gofe, Iran, Russie) et n’ont pas spécialement à supporter les conséquences. En l’occurrence, la France n’a pas participé au délire de la seconde guerre du golfe, sans parler de pays comme la Slovaquie ou le Danemark.

      • 7 Mars 2016 à 11h52

        Chaquehommeestuneile dit

        C’est vrai pourquoi les dictatures ne font pas dans l’humanitaire….
        Le Liban est tout de même le pays qui compte le plus de réfugiés, il en a presque autant que sa population. Si l’ONU serait bien avisé de se manifester sur ce dossier, il n’en reste pas moins qu’il me semble difficile de contrôler un mouvement chaotique. L’Ue est tout à fait capable d’installer des camps comme il y en a dans les zones périphérique de guerre, le manque de courage politique est ici criant. Rien que pour mettre quelques milliers de migrants dans des conditions plus digne, il faut des centaines de CRS…. Déjà on pourrait interdire aux assocs type no border, de s’approcher des migrants

      • 7 Mars 2016 à 15h12

        PerSoReille dit

        Fixpir, il est toujours possible de faire le pitre pour exciter le peuple. Par contre, il est sérieux d’aborder la question comme elle est et de chercher des solutions REELLES. Exciter les francais ne fait pas partie des solutions !
        Que faire des migrants à Calais ? Les assassiner, les noyer dans la Manche, les ramener en Syrie ! Notre pays, digne a choisi de passer des accords avec le gouvernement anglais et de trouver des solutions d’hebergement plus dignes. Nous sommes à gérer la crise dans sa phase aigue. Il n’y a pas de solution idéale immediate. Mais est-il besoin de bateleurs à exciter les français ?

        • 7 Mars 2016 à 15h30

          Chaquehommeestuneile dit

          Des solutions d’hebergements plus digne sont proposé, il y a plus d’une centaine de places encore libre dans les containers, mais les assocs et les migrants qui il y a peu disait à toute les chaines de tv l’horreur de leur situation, préférent rester dans la boue et leur tente crasseuse. Arrivant à un tel point d’absurdité de faire intervenir les forces de l’ordre pour les reloger….
          Ce n’est ni aux migrants, ni aux assocs de faire la politique migratoire des pays, quand tu as des migrants qui refusent le gîte et le couvert en Roumanie, c’est indécent. La Roumanie est elle pire que la Syrie?

        • 7 Mars 2016 à 22h43

          Fixpir dit

          Qui raconte des sornettes, et qui parle de solutions . Les cambodgiens réfugiés qui fuyait tes copains communistes ont-ils été massivement noyés dans le golfe de Thailande?

        • 7 Mars 2016 à 22h46

          Fixpir dit

          précédent message @PerSoReille, of course.

      • 7 Mars 2016 à 15h26

        C. Canse dit

        À Fixpir

        En effet, c’est le monde à l’envers. On fabrique des cabanes en bois pour des gens qui squattent notre territoire et on laisse coucher dehors nos clochards. 
         

        • 7 Mars 2016 à 22h38

          Fixpir dit

          Exactement, à Caen, “la Boussole”, refuge pour SDF, est actuellement totalement occupé par des migrants variés en raison de la proximité de Ouistreham. Et les animateurs, qui refusent, suivant la règle, interdisent l’entrée aux personnes extérieures, se font injurier voire agresser par les no borders.

    • 7 Mars 2016 à 11h11

      Chaquehommeestuneile dit

      Pourquoi aller parler à Erdogan? Il suffit que l’UE fasse comme toute “nation” assumer son rôle, et là il s’agit de ne pas donner à Erdogan le pistolet pour nous menacer. La politique migratoire devrait être interne à l’UE, plutôt que de donner 3 milliards à la Turquie, donnons les à la grèce et autres pays en première ligne pour construire des camps de réfugiés gardé militairement, dans lesquels les etats feraient le tri entre réfugiés, migrants économique, terroristes.
      Ensuite expliquer aux réfugiés que l’UE a une certains nbs de valeurs à respecter, si tel n’était pas le cas l’expulsion serait la réponser

      • 7 Mars 2016 à 11h37

        Fixpir dit

        Effectivement. D’habitude, les individus de bon sens, devant un problème, se posent EN PREMIER la question “comment a-t-on fait avant?”. Les réfugiés cambodgiens et vietnamiens sont, pour l’immense majorité, restés confinés dans des camps, dans des conditions raisonnablement humaines, jusqu’à ce qu’ils rejoignent leurs pays d’origines dans leur immense majorité, après leur pacification.

      • 7 Mars 2016 à 11h38

        Ex Abrupto dit

        Pourquoi aller parler à Erdogan?
        Parce que Merkel rampe devant lui, et que les européens rampent devant Merkel 

        • 7 Mars 2016 à 11h54

          Chaquehommeestuneile dit

          La question est de savoir comment le continent le plus riche du monde, rampe devant la Turquie qui est certes un grand pays?!

    • 7 Mars 2016 à 10h39

      keg dit

      On brade d’Europe au nom du saint migrant, mais sans esprit sain…..

      La faillite de l’Europe s’achève… Qui gagnera :

      l’entrée de la Turquie
      la sortie totale des tous les membres de l’UE

      Dans les deux cas prière de sa “califater”, non pour les primaires, mais pour la finale.

      http://wp.me/p4Im0Q-YX

    • 7 Mars 2016 à 10h24

      Fixpir dit

      Je suis surpris que M Hureaux ne signale pas que M Erdogan cherche, en compensation de sa “bonne volonté”, à obtenir la libre entrée dans l’espace Schengen pour les citoyens turcs.

      • 7 Mars 2016 à 11h22

        Chaquehommeestuneile dit

        Pourquoi ne l’aurait il pas? Les anglais sont dans l’UE sans en faire parti….

        • 7 Mars 2016 à 11h37

          Fioretto dit

          Et donc c’est une raison pour approuver la libéralisation des visas des tous les turcs ? Donc comme les anglais sont dans l’UE sans en faire partie tout les citoyens du monde doivent avoir droit à la libéralisation des visas. Curieuse logique.
          @Fixpir
          C’est pas uniquement Schenghen je crois cela vaut pour TOUS les pays d’Europe. 

    • 7 Mars 2016 à 9h41

      Christine dit

      Il est grand temps que Hollande décore Erdogan de la légion d’honneur.

    • 7 Mars 2016 à 7h21

      politshouk dit

      Bon pas tout a fait Hitler mais c’est la même procédure de chantage employée..
      La même Europe devant un dictateur. Concession après concession la bête n’est jamais repue.
      Elle n’abandonnera pas son but ni ses projets ni sa politique moyen orientale , mais pour l’instant pourquoi ne pas profiter de la stupidité des européens.

      • 7 Mars 2016 à 8h50

        C. Canse dit

        À Politshouk

        Ne mettez pas dans le même sac les peuples d’Europe et leurs dirigeants : le peuple de France ne veut plus de l’UE, il l’a signifié en rejetant la Constitution Européenne, Sarkosy l’a transformée en traité de Lisbonne pour le faire avaler de force, il veut encore moins l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. 

        • 7 Mars 2016 à 10h29

          isa dit

          Pour la xieme fois, SarkoZy avait prévenu et a été élu entre autres sur le Traité de Lisbonne.
          Parce que le Plan B de Fafa qui a ” dirige” l’Eutope pendant cinq ans… Quetchi! 

        • 7 Mars 2016 à 10h47

          Lector dit

          pffff, il peut exister autant de plan B, C, D qu’on est capable d’en inventer. Jospin, lui, a été viré du second tour parce qu’il avait annoncé “ne pas pouvoir faire autrement” (i.e. se plier au néolibéralisme) et c’est ainsi que les communiquants de Royal construire ensuite la ritournelle : faire de la politique autrement.
          Mais pour inventer il faut penser ; alors qu’il est plus facile de marcher en rang et de détruire.

        • 7 Mars 2016 à 11h58

          Fixpir dit

          “le peuple de France ne veut plus de l’UE, il l’a signifié en rejetant la Constitution Européenne”
          Vous faites strictement ce que vous reprochez aux dirigeants européens, vous faites semblant de donner un sens à une décision autre que la décision réelle.

          En rejetant la CE, le peuple de France et celui des Pays Bas ont … rejeté la CE. C’est tout ce que l’on peut dire. Toute affirmation au delà est hypothèse sans base réelle.

        • 7 Mars 2016 à 12h05

          politshouk dit

          Je croyais que le sujet était Erdogan et son habilité a tourner en bourriques les dirigeants européens.

        • 7 Mars 2016 à 12h16

          C. Canse dit

          À Fixpir

          Oui, mais après l’avoir lue (non respect de séparation des pouvoirs), il n’est pas déraisonnable d’extrapoler et dire que les Français refusaient la Constitution de Giscard ET l’U. E.. 

        • 7 Mars 2016 à 12h38

          C. Canse dit

          À Politshouk

          L’habileté d’Erdogan ? Bof, y a pas besoin d’avoir inventé la poudre pour faire chanter l’Europe (de ses dirigeants) avec les migrants-réfugiés-fuyards-traîtresàleurpatrie-terroristes-violeurs, pas d’amalgame.