Erdogan: le match du courage et de la lâcheté | Causeur

Erdogan: le match du courage et de la lâcheté

Pays-Bas 1-0 Hollande

Auteur

Pierre Brunet

Pierre Brunet
est écrivain.

Publié le 13 mars 2017 / Monde

Mots-clés : , , , , , ,

Le Grand Turc et le petit président: François Hollande reçoit Recep Tayyip Erdogan à l'Elysée, octobre 2014. SIPA. AP21645889_000005

La lâcheté de nos dirigeants est parfois, comme il est dit du mystère de Dieu, non pas impénétrable mais insondable… D’autres responsables régionaux, dans d’autres pays, savent heureusement faire preuve de plus de courage.

Il est ainsi de ceux de la Suède, de la Suisse ou de l’Autriche, où des meetings de soutien à Recep Tayyip Erdogan ont été annulés. Il en est ainsi, encore, de l’Allemagne, où plusieurs réunions électorales pro-AKP dans plusieurs villes ont été interdites, et où le ministre turc de la justice a dû annuler son déplacement en vue de ces réunions, malgré une réponse peut-être un peu trop mesurée d’Angela Merkel qui, après qu’Erdogan a accusé Berlin de « pratiques nazies » a sobrement appelé à garder son sang-froid, et rappelé l’absurdité, en l’espèce, de ce type de comparaisons historiques. La déclaration du nouveau Grand Turc aurait mérité une vraie colère, mais madame Merkel tient avant tout à préserver l’accord indigne de mars 2016 qu’elle avait négocié avec Ankara sur les migrants, accord entériné par l’Union européenne, et qui, en nous préservant pour l’instant des flots de réfugiés que nous ne voulons pas connaître, fait du sultan d’Ankara un maître-chanteur, toujours la main sur les vannes de l’exode qu’il peut rouvrir selon ses humeurs ou ses intérêts…

La honte, la honte, la honte

Il en est ainsi, enfin, des Pays-Bas, qui n’ont pas hésité à interdire l’atterrissage du ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, lequel devait prendre la parole à un meeting de soutien à Erdogan à Rotterdam, puis à reconduire à la frontière avec l’Allemagne Fatma Betül Sayan Kaya, ministre turque de la Famille, désireuse de remplacer Mevlüt Çavuşoğlu à ce même meeting… Les Pays-Bas, à leur tour, se sont vus traiter par Erdogan de « fascistes » et de « nazis », lequel les a même avertis qu’ils « paieraient le prix fort » pour leur « attitude », tandis que son ministre des Affaires étrangères déclarait que La Haye devrait faire des excuses… Pas trop atteint par la menace, le gouvernement néerlandais a déclaré, par la voix de son Premier ministre, qu’Erdogan dépassait les bornes, et qu’il était hors de question de faire des excuses à des gens qui traitaient les Néerlandais de nazis… Digne, courageux, honorable.

On aurait aimé pouvoir en dire autant des autorités françaises… Mais, avant de parler de la honte, une remarque : il est étrange, et assez incohérent, que l’insulte « nazi » soit utilisée par monsieur Erdogan, lequel n’avait pas hésité, à l’occasion d’un discours public, à citer l’Allemagne nazie comme exemple de régime présidentiel fort, comme celui qu’il voudrait instaurer en Turquie, pays où, Mein Kampf a été publié en 2005 et reste un best-seller

La honte, donc. Celle d’avoir laissé le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, encore tout énervé de sa mésaventure néerlandaise, venir à Metz, en France, et prendre la parole à un meeting de soutien en faveur de la réforme constitutionnelle voulue par Erdogan. Et le laisser, pendant cette réunion, continuer à s’en prendre, sur notre territoire, aux autorités de La Haye, un pays membre comme nous de l’Union européenne… Cette lâcheté est injustifiable. La moindre des choses, le minimum de courage politique et de dignité d’Etat eût été de se montrer solidaire avec l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas. Nous n’en avons pas été capables. Et le Grand Turc, cynique, nous a en retour gratifiés d’un compliment, saluant la France pour « ne pas être tombée dans le piège »… Il y a des compliments plus infâmants que des injures, quand ce sont des despotes affichant le mépris le plus absolu pour la démocratie qui les formulent…

Le scandale, une arme électorale

Ce mépris pour la démocratie est au cœur de ce qui se joue ici. Il ne s’agit pas seulement de dignité, et de fierté nationale allemande, néerlandaise ou française. Erdogan jette tout ce qu’il peut dans la bataille électorale, avant le référendum du 16 avril prochain. Profitant du coup d’Etat raté de juillet 2016, celui qui n’a pas hésité à rallumer une guerre intérieure et extérieure avec les Kurdes pour s’assurer une majorité législative, et qui a fait depuis l’été 2016 emprisonner près de 40 000 personnes, poursuivre des centaines de journalistes et « effacer » de tout emploi public et privé près de 130 000 fonctionnaires, les condamnant ainsi à une « mort sociale », veut à tout prix réaliser son rêve : restaurer en l’incarnant la « grandeur » totalitaire du pouvoir ottoman, celui du sultan, le Grand Turc comme on disait. Pour cela, il faut que sa réforme institutionnelle passe. Cette réforme en termine une bonne fois pour toute avec la démocratie, ses principes et ses valeurs : le président (Erdogan) exercera tout le pouvoir exécutif, sans Premier ministre ; il nommera et limogera les ministres ; il pourra intervenir sur l’exercice de la justice en nommant plusieurs des membres du Haut-Conseil des juges et procureurs en charge de nommer et destituer le personnel judiciaire ; fini l’indépendance de la justice.

Mais Recep Tayyip Erdogan n’est pas totalement assuré de la victoire au référendum. Une partie importante de l’électorat turc hésite, ou réprouve sa réforme. La répression post-coup d’Etat a peut-être été un peu trop loin… et la situation économique ne cesse de se détériorer, dans une société désagrégée par ladite répression, les conflits, l’instabilité… Et puis l’idéal démocratique n’est pas mort aux yeux de beaucoup de Turcs, qui résistent, comme ils peuvent, au quotidien. Même au sein de l’AKP, le parti d’Erdogan, il y a des éléments qui doutent, qui rechignent… Alors les voix des millions d’électeurs résidant en Allemagne, au Pays-Bas, en France, ailleurs en Europe, sont cruciales, et peuvent faire la différence… D’où l’agressivité des ministres envoyés par Erdogan mobiliser ceux-ci en Europe, autour d’un nationalisme toujours vivace dans les communautés expatriées…

C’était donc là qu’il fallait se montrer à la hauteur. Courageux, dignes, solidaires, européens, et démocrates, face au Grand Turc et ses colères de tyran. Hélas la France n’en a pas été capable. Nous avons encore une fois choisi le déshonneur pour éviter le conflit. Nous aurons de toute façon à la fin le conflit, mais avec le déshonneur. Winston Churchill, père de la formule, aurait probablement déjà demandé, lui, l’exclusion de la Turquie de l’Otan, en dirigeant lucide qu’il était, averti que l’on ne saurait avoir une alliance militaire opérante, durable et fiable avec un pays dont les dirigeants ne partagent pas nos fondamentaux politiques… et nous insultent sans vergogne.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 15 Mars 2017 à 6h37

      Pol&Mic dit

      comme disait Coluche : il y en a qui sont plus égaux que d’autres……
      n’est ce pas Mr Hollande !?

    • 14 Mars 2017 à 23h56

      Robinson dit

      De qui F. Hollande sera-t-il le prédécesseur ?
      Quel qu’il soit, qu’il s’attende au pire.

    • 14 Mars 2017 à 23h56

      Tolstoy dit

      Si les socialos, ou la gauche en général, avaient quelque chose dans le pantalon, ça se saurait.
      La France agonise sous le regard amusé des mafias de l’islam qui la voient encore plus émasculée que dans leurs rêves les plus fous. Et avec ça on veut nous faire adouber un Macron qui sautera sur la première occasion pour montrer son nombril dans une de ces danses du ventre qui font que nous avons, de plus en plus, toutes les raisons d’avoir honte d’être francais !!!

    • 14 Mars 2017 à 22h11

      jbtsr dit

      Hollande / Daladier même combat !!
      La lâcheté des socialistes ne s’arrêtera t elle donc jamais ?
      Au moins Mitterand n’a jamais baissé la culotte devant les misérables petits dictateurs.
      Honte à ce gouvernement qui, décidément, a renoncé à tout.

    • 14 Mars 2017 à 19h42

      plouc dit

      ce gouvernement socialaud de traitres et d’ islamo collabo devront etre jugé un jour pour haute trahison devant un tribunal militaire pour collaboration avec un pays islamiste totalitaire non européen !!!!!
      et ces ordures socialistes nous racontent après que nos ennemis sont les russes tout en délivrant des légions d’ honneur à des hauts dignitaires de pays totalitaires islamistes qui financent le terrorisme et qui sont garants de la charia et de la lapidation des femmes !!!!
      j’ en perd mon ” latin ” avec ces salauds de socialistes et de leurs gesticulations démagogiques !!!!!
      mais alors pourquoi ne pas faire des meetings pro Poutine en France avec les drapeaux qui vont et j’ en appelle les associations pro Poutine à le faire puisque c’ est ok pour des crapules style erdogan !!!
      n’ est ce pas ???????

    • 14 Mars 2017 à 17h12

      prudent dit

      mais c’est déja le système britannique que nous avons disons au Canada le PM a droit de vie et de mort sur tout en politique canadienne. c’est un dictateur soft mais dictateur quand mëme.

    • 14 Mars 2017 à 16h44

      RAMUNCHO dit

      Jamais les Français auraient pu penser a ce comportement de ses dirigeants. Une incompétence complète, désolidarisation avec les pays qui composent l’Europe et surtout, la risée du monde.

    • 14 Mars 2017 à 15h20

      castor27 dit

      Peut être faudrait-il proposer que tous les turcs “européens”,enfin qui habite en Europe, repartent chez eux, en Turquie, pour voter et qu’ils ne reviennent pas. Ça peut être étendu à d’autres. Et comme ça chacun chez soi.

    • 14 Mars 2017 à 15h15

      castor27 dit

      Ce qui est curieux c’est que l’on ait pas entendu la commissaire de la diplomatie européenne Fedérica Mogherini, sur ce sujet ou alors je n’ai rien vu.

    • 14 Mars 2017 à 14h01

      gege26 dit

      on peut èspérer que ce sera la ” DERNIERE ” de Hollande

    • 14 Mars 2017 à 13h20

      rolberg dit

      Les dirigeants des démocraties dites libérales sont des malades du pouvoir. Ils ne savent pas quoi faire quand ils réussissent à l’usurper.

    • 14 Mars 2017 à 12h07

      Asinusky – Ciel mon âne dit

      GROLLANDE INDIGNE LECHE BABOUCHES OTTOMANES 
      IDIOT UTILE DU GRAND TURC

    • 14 Mars 2017 à 10h41

      Sadim dit

      Les membres d’une meme famille se doivent solidarite face a la menace exterieure, eut-elle la forme d’une insulte.

      Conclusion: L’ UE n’est pas une famille, ce que d’aucuns ignorent a ce jour, a moins d’etre sacrement credule!

      Le cas turque n’est pas si simple. Hurler au despotisme ottoman ne repond finalement a aucune question. Historiquement le France est le premier pays chretien a avoir etabli des relations diplomatiques avec la grande porte et ce fut une excellente operation. Ne pas s’aligner avec Merkel et ses toutous d’europe du nord est n’est pas necessairement une mauvaise idee.

      Le fameux mote de Pasqua s’applique bien ici aussi: avec des amis comme l’Allemagne, la France n’a pas besoin d’ennemis!

      • 14 Mars 2017 à 12h54

        chlomo dit

        assez d’accord avec vous : ne pas se laisser dominer par l’Allemagne dominatrice (le retour ) et l’UE n’est pas une famille sauf dans l’adversité mais la France a quand même des pays ouvertement hostiles .

        Trump au pouvoir est une bouffée d’air !!!!

    • 14 Mars 2017 à 9h44

      Ganzo dit

      Sous Sarkozy Ayrault était le chef du groupe PS au parlement. Spécialités : attaques ad-hominem tout azymuth, raisonnements moralo-simplistes et infantiles et antagonisme appelant à la haine.

      • 14 Mars 2017 à 12h56

        chlomo dit

        bien vu Ganzo ,
        ces types réveillent les haines et mettent le feu partout , je le vois bien : voyez son discours sur NDDL et ses initiatives .

        j’espère que le PS va péter comme une bulle

    • 14 Mars 2017 à 9h29

      Phifi dit

      Tout est sauf, sauf l’honneur.
      La décision de Hollande devrait nous garantir la stabilité du prix des olives pendant quelques temps. Olives que Eyrault et Hollande pourront se mettre entre les fesses pour en faire des litres d’huile.

    • 14 Mars 2017 à 8h26

      antecum dit

      Bonjour,
      Bien d’accord avec cet article.
      Mais, même si nous sommes indiscutablement gouvernés par des “couilles molles” (Eyrault en étant la caricature), je ne pense pas que ce soit seulement de la lâcheté.
      Les élites de gauche de ce pays ont toujours énormément de mal à accepter l’idée, même si cela crève de plus en plus les yeux, que Erdogan, qu’ils ont érigé en modèle de l’islam modéré soit en fait un dictateur sans vergogne porteur d’un projet d’islam conquérant et dominateur, et qui nous méprise d’autant plus que nous nous montrons “tolérants” c’est à dire faibles. Ils n’ont jamais voulu voir le travail de sape des acquis d’Atatürk qu’il a entamé depuis son arrivée au pouvoir, ils ont applaudi des 2 mains sa destruction du pouvoir de l’armée qui était pourtant la garante des-dits acquis (forcément, les militaires : voilà des vrais “méchants”), ils ont toujours pardonné ses prises de position autoritaires, ils n’ont jamais douté des accusations qu’il a souvent proféré très vite et sans preuves contre les kurdes ou Fethullah Gülen lors des attentats, ils étaient indifférents au fait qu’Erdogan se moquait du combat contre EI voire le favorise, ils n’ont jamais remarqué que Erdogan devait sa popularité au succès d’une politique économique très libérale, ils continuent à penser que la Turquie doit faire partie de l’Europe, ils n’ont pas peur du jeu des alliances avec une Turquie aussi agressive et imprévisible au sein de l’Otan, bref la politique de notre pays vis-à-vis de la Turquie, emmenée par les idéologues irresponsables de gauche est une catastrophe depuis plus de 10 ans.
      C’est seulement maintenant qu’Erdogan s’attaque à la presse, que notre gauche bien pensante commence à s’émouvoir mollement.
      Idéologie quand tu nous tiens…c’est vraiment le mal français !

      • 14 Mars 2017 à 13h24

        rolberg dit

        Erdogan n’est pas idéologique pour deux sous. Il se sert de la religion musulmane pour se maintenir au pouvoir, comme d’autres se servaient et se servent encore du catholicisme pour prendre le pouvoir et le garder toutes portes fermées.

        • 14 Mars 2017 à 13h38

          Laurence dit

          C’est l’inverse : il se sert du pouvoir pour réinstaurer un califat et ne s’en cache même pas.

    • 14 Mars 2017 à 8h26

      QUIDAM II dit

      Tout le monde semble oublier que le nord de l’île de Chypre est colonisée par la Turquie qui l’a envahie militairement en 1974 (opération Attila), provoquant la fuite de leurs foyers de 200.000 chrétiens chypriotes et leur remplacement progressif par des familles Turques d’Anatolie : si les Pays-Bas et l’Allemagne sont, aux yeux du nouveau futur calife d’istanbul, des pays nazis, la Turquie est encore plus sûrement un pays colonialiste.
      Erdogan a été condamné à la prison en 1998 pour incitation à la haine avec les propos d’un théoricien du nationalisme turc Zia Gokalp (1876-1924) : ” Les minarets seront nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées seront nos casernes et les croyants nos soldats “.
      Comme tous les dictateurs, il annonce clairement le projet qu’il mettra en oeuvre.

      • 14 Mars 2017 à 13h04

        chlomo dit

        ces paroles ont été rapportées par un collectif Quimpérois opposé à la construction d’une méga mosquée : ils se font fait rembarrés sous les quolibets de “fachos “.

        l’extrême gauche elle-aussi prés de la cathédrale ce jour là et égale à elle-même , haineuse , n’a pas eu le même traitement .
        le maire actuel remplaçant l’ex socialo et ami d’Hollande Poignant bien battu dans les urnes ne vaut pas mieux : Jolivet pour info !
        (pas André Jolivet , le compositeur )
        quand aux turcs , ils ont bougrement déséquilibrés la ville par leur présence peu appréciée : les Bretons commencent à ouvrir les yeux comme les autres .
        mais ces paroles dégueulasses n’ont pas été oubliées et ne sont pas extraites d’un Evangile .

    • 14 Mars 2017 à 8h24

      FRANGI dit

      merci, monsieur, merci aussi à madame Elisabeth Lévy d’exprimer ce que beaucoup de Français pensent: oui, nous avons honte de la lâcheté de nos dirigeants, incapables de soutenir leurs partenaires européens qui se font insulter par le dictateur ottoman.

      • 14 Mars 2017 à 13h09

        chlomo dit

        oui , vous pouvez lui dire merci à M’dame lévy : en 1938 , nos grands-parents ont eu Chamberlain et Daladier ( après la milice de Vichy ), en 2017 maintenant donc et depuis des années: la gauche et l’extrême gauche française .

        post-scriptum :les grands-parents pour ceux qui ont eu la chose de les connaître , pas exactement mon cas ……..

        qui sera notre De Gaulle de ce début de siècle ?

        j’ai un nom ou deux à proposer ………………