Macron : un “new deal” entre la société et l’Etat | Causeur

Macron : un “new deal” entre la société et l’Etat

Plus de société et moins d’Etat !

Auteur

Luc Rosenzweig

Luc Rosenzweig
Journaliste.

Publié le 27 avril 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Emmanuel Macron à Arras, 26 avril 2017. SIPA. 00804104_000006

La campagne de France d’Emmanuel Macron évoque irrésistiblement une « longue marche » du siècle dernier, première étape de la conquête du pouvoir chinois par un certain Mao Zedong. Une énergie à « déplacer des montagnes », un culot monstre, une intelligence stratégique et tactique innée, donc  délestée des pesanteurs accumulées dans les machines politiques à bout de souffle, la capacité à tirer immédiatement les leçons des erreurs commises dans le feu de l’action… L’analogie s’arrête là, car personne ne peut aujourd’hui sérieusement penser que l’aventure macronienne puisse déboucher sur une version française du laogaï, le goulag chinois, et les rivières de sang de la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne.

Un maoïsme à l’envers

Mieux : le macronisme est l’inverse du maoïsme, car sa stratégie consiste à « encercler les campagnes à partir des villes », alors que le Grand Timonier fondait la sienne sur la mise en mouvement des masses paysannes pour subvertir les grandes métropoles de son pays, foyers de modernité capitaliste. La carte électorale du premier tour de la présidentielle en est la preuve : ce sont les métropoles économiquement prospères qui ont plébiscité Macron, alors que l’espace rural et les régions de friches industrielles ont placé leur désespoir dans un vote Le Pen, dans une moindre mesure, dans un vote Mélenchon.

>> A lire aussi: Macron-Le Pen: deux France en chiens de faïence

Le Front national et la France insoumise se sont nourris du ressentiment des laissés-pour-compte de la nouvelle révolution industrielle qui voient le monde d’hier, ce monde qui peut être dur mais aussi familier et protecteur, se défaire à grande allure. Face à ce ressentiment, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon prétendent que le monde ancien peut être préservé tel quel, avec les recettes du siècle dernier – protectionnisme, dirigisme étatique, gel des rapports sociaux et des structures économiques issus des « Trente glorieuses ». Entre le ressentiment et la paranoïa, la frontière est poreuse : les démagogues ont beau jeu de prétendre que ceux qui souffrent sont victimes d’un complot ourdi dans les cénacles de la finance internationale, dont Emmanuel Macron serait au mieux le fondé de pouvoir, au pire la marionnette. C’est une pensée paresseuse, même si elle est enrobée dans une rhétorique raffinée.

Jospin avait raison trop tôt

Jusque-là, les détenteurs du pouvoir en France avaient nourri l’illusion qu’ils pouvaient maintenir l’ancien tout en prenant la mesure des exigences du monde en train de se faire. La société était appelée à leur faire confiance, et non pas invitée à se prendre en main pour répondre aux défis de l’époque. Lionel Jospin avait eu un bref éclair de lucidité en affirmant que «  l’Etat ne peut pas tout » pour entraver le processus de désindustrialisation du pays. C’était trop tôt, et cela lui coûta son élection à l’Elysée. La demande d’un roi thaumaturge (l’homme providentiel en langage républicain) est un trait de caractère persistant de la conscience politique française, et sa plus grande faiblesse. La société a été conditionnée à ne pas se faire confiance, on l’a dissuadée de se prendre en main pour résoudre les problèmes posés par la marche du monde, sans attendre la manne venue d’en haut, comme les Hébreux dans le Sinaï…


«Il ne faut pas tout attendre de l’Etat», quand… par 20Minutes

C’est à une révolution dans la relation entre la société et l’Etat que vise le projet macronien, libérant les énergies qui bouillonnent en son sein, et qui, lorsque l’on regarde bien cette société, maintiennent la cohésion de la nation grâce à un tissu d’associations sportives, culturelles, sociales, caritatives et spirituelles sans équivalent en Europe. Pourquoi ne pas étendre ce modèle à la vie économique de la nation et à l’administration des choses ? Plus de société, et moins d’Etat (ce qui ne veut pas dire moins d’autorité à son sommet) c’est le fil rouge du programme de En Marche !. C’est, par exemple, l’appel au bénévolat des retraités pour assurer le suivi scolaire des enfants défavorisés dans des études surveillées est une mesure symbolique de ce new deal entre le peuple et la bureaucratie dirigeante. On sort de la répétition psittaciste du « plus de moyens, plus de postes pour l’Ecole, des moulins à prières revendicatives actionnés régulièrement par des syndicats clientélistes. Bougez-vous et vous serez aidés ! Cette exhortation s’adresse à tous et à chacun, et parie sur la part d’énergie que même le plus déshérité d’entre les Français conserve en lui. Sortir du ressentiment, des passions tristes, des peurs irrationnelles, de la déprime décliniste, de la lamentation infinie. C’est retrouver l’âme de la France du temps où elle était glorieuse.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 30 Avril 2017 à 20h25

      Livio del Quenale dit

      Avec Macron, il faut vendre, tout vendre et même brader, il affectionne “l’écoles de Chicago” ou “le consensus de Washington” dont les règles ultra libérales favorisent le néolibéralisme des USA (à leur avantage bien sûr NAFTA et autres) en ruinant les pays émergents ou en difficulté comme le Chili , le Venezuela… et la France avec Macron ?

      Ce n’est pas la cas des pays de l’Europe du nord qui ont suivi des politiques libérales, ce n’est pas la même chose.
      Cette proximité des vocables trompent dans la compréhension et la comparaison des résultats.

      Observez que les USA sous Obama ont déjà commencé leur entreprise depuis longtemps et Macron suit le mouvement, car banquier, il plane dans les sphères hors sol des milieux financiers et donc n’a, ni les repaires, ni la culture, ni la sensibilité pour relever notre pays dont il se fout parfaitement.
      (d’ou ces pas de clerc que l’on minimise en s’éfforcant de les minimiser, alors qu’ils sont révélateurs.
      Mais étant, apparemment suffisamment, intelligent (laissons lui ça, pour le moment), il semble s’adapter rapidement pour masquer ses erreurs et éviter les pièges qui pourraient faire capoter sa stratégie.

      Sont seul but, c’est faire du fric, après il vous dira tout ce que vous voulez entendre pourvu que vous le laissiez avancer dans son projet.
      -
       Une dernière remarque, observez bien ses expressions, son regard, quand il “s’énerve” ou qu’il “s’hystérise” dans ses discours , ça en dit long à un spécialiste du comportement ou un morpho-psychologue, même à qqn d’un peu attentif.

      Ne se tenir au courant de la politique, que par les médias officiels, mène directement dans les rets de la “hollandie”.
      – 

    • 30 Avril 2017 à 11h15

      AGF dit

      Macron à Alger;Macron et l’UOIF; Macron et la culture française qui n’existe pas; Macron et la priorité à l’Europe de Bruxelles sans restriction;Macron héritier de Hollande, le Hollande de Léonarda et de ses confidences aux journalistes; Macron avec Taubira comme soutien; Macron te Bécassine (NVB);Macron pour plaire à tous les gentils des arrondissements bobos, de la charité chrétienne à tout va, de la distribution des logements sociaux aux primo arrivants,des allocations à tous les enfants.

    • 29 Avril 2017 à 23h29

      Livio del Quenale dit

      les français aime la merde, ils ont voté pour en 2012
      et s’apprêtent à remettre le couvert, c’est désespérant.
      De plus ses élections ne sont pas recevables , c’est au conseil d’état de le dire, mais qui va le saisir ?

    • 29 Avril 2017 à 16h41

      Pol&Mic dit

      et voila pourquoi “on” se fait toujours “rouler” depuis des décennies (bientôt depuis des siècles)

    • 29 Avril 2017 à 16h39

      Pol&Mic dit

      Xavier Bertrand……????? encore un de Droite qui a compris ( selon lui évidemment)
      pfffffffff!

    • 29 Avril 2017 à 16h37

      Pol&Mic dit

      parlons Français……. : “new deal” (ou niou dill) veut dire en français : nouvel échange….. et en Franglais ne veut rien dire du tout ! (car la véritable traduction n’existe simplement pas)

      • 30 Avril 2017 à 10h10

        AGF dit

        @ PoléMic
        “New deal”; j’avais retenu “Nouvelle Donne” ou si vous voulez “Nouvelle Distribution”. Et avant de vous répondre j’ai consulté mon très vieux “Malet Isaac” du 2ème bac (seuls les vieux de 80 ans savent ce qu’ils ont enduré avant d’être admis à préparer une Grande Ecole ou entrer à l’Université). Et c’est bien cette acception de la traduction qui est retenue. La note en bas de page dit:”L’expression est empruntée au jeu de cartes où la distribution des cartes s’appelle la donne”. Notre population de “dealers” tant respectée par nos pouvoirs publics, est-elle une population “d’échangistes” ou de “distributeurs”? Participent-ils à une “nouvelle économie”?
        A ceux qui voudraient comprendre “comment on en est arrivé là” je conseille la lecture des chapitres “d’une guerre à l’autre” du manuel d’Histoire Contemporaine (édition 1954) qui s’adressait à des jeunes gens de 16 à 18 ans. Depuis nous avons eu les ayatollahs de Bourdieu et de Dérida qui nous ont expliqué qu’il faut brûler tout ce qui ne venait pas d’ailleurs.Et Malet Isaac a été jeté aux ordures par les fameux “Inspecteurs d’Académie”.

    • 29 Avril 2017 à 16h03

      Pyrrhon dit

      Macron n’a pas eu assez de temps pour entrer dans les détails. Comme il dispose d’une grande souplesse d’esprit, il réagira très vite face à un besoin, ou à un obstacle. Je ne le vois pas s’obstiner face à une erreur ou un échec. 
      Au point où on en est, il n’y a plus grand choix. C’est LUI, ou le Front National, élargi ce jour de l’épaisseur de NDA.

    • 29 Avril 2017 à 12h14

      meylanville dit

      “Pourquoi Luc Rosenzweig votera pour le candidat d’En Marche !”
      C’est son problème . Pas le mien .

    • 29 Avril 2017 à 11h58

      Pol&Mic dit

      même à Droite ils (elles) votent pour lui !……( alors que ce n’est que la continuation du programme Socialiste !…..)
      (ceci n’est pas pour mettre M. Le Pen à la place!)

    • 29 Avril 2017 à 11h50

      Pol&Mic dit

      hum!…………
      ” nouvelle” continuation du programme P.S (ou Hollande)…..
      c’est clair maintenant!