Emmanuel Macron, expert en manipulation | Causeur

Emmanuel Macron, expert en manipulation

Jupiter prend l’apparence nécessaire à la réussite de l’action

Auteur

Alain Nueil

Alain Nueil
Romancier

Publié le 16 juin 2017 / Politique

Mots-clés : , ,

Emmanuel Macron. Photos: SIPA AP22060050_000004/ 00810727_000036 / AP22065770_000032

Un des professeurs d’Emmanuel Macron au lycée de la Providence d’Amiens lui prédisait qu’il serait le « Gérard Philipe du XXIème siècle » et a été étonné qu’il devienne président de la République. Le jeune lycéen était un passionné de théâtre, grâce aux lectures faites avec sa grand-mère et il fréquentait avec assiduité  le club de théâtre animé par une certaine Brigitte née Trogneux. On sait que les Jésuites, prenant le contrepied de la détestation catholique du théâtre au XVIIème siècle, ont fait de celui-ci à partir du XVIIIème un élément important de la formation  de leurs élèves. Il s’agit « d’amener l’individu à prendre conscience de la théâtralité du monde, afin de pouvoir s’y positionner ».

Tel un acteur, il va évoluer

Dire qu’Emmanuel Macron est un excellent acteur n’est pas dans ma bouche une critique. Dans les fonctions sociales d’apparat, le paraître et l’être ne font qu’un. Quelle différence y a-t-il entre jouer le rôle d’un bon président de la République et l’être vraiment ? Aucune. L’ancien président qui, au début de son mandat, était paraît-il un homme fin, a joué au benêt pour paraître simple et proche du peuple et forcément le masque a fini par dévorer le visage, il est bel et bien devenu un benêt. Car tout évolue sans arrêt en ce monde, les personnes, les paysages et même les contours de la géographie. « Le monde est une branloire pérenne » dit poétiquement Montaigne. C’est ce que je reproche à la plupart de celles et ceux qui critiquent Emmanuel Macron : ils oublient qu’il évoluera forcément. Je parle évidemment des critiques sérieuses, par exemples celles qu’on trouve dans Causeur, pas des élucubrations de la CGT sur la destruction du droit du travail ou des Républicains sur la ruine des retraités par augmentation de la CSG.

Barbara Lefebvre a tout à fait raison de critiquer son discours d’ Oradour-sur-Glane : parler de l’inhumanité des massacres nazis sans faire la moindre allusion aux massacres de l’islamo-fascisme, c’est proprement scandaleux. Mais il faut « contextualiser ce discours » comme disent les cuistres. Avec le nouveau président, nous avons affaire à un excellent acteur doublé d’un jésuite. Car il serait étonnant qu’un peu de l’atmosphère jésuite qu’on doit respirer au Lycée de la Providence d’Amiens ne soit pas passé dans les poumons du jeune Emmanuel. Là encore, je ne décerne pas de blâme, les Jésuites furent toujours de solides éducateurs, et leur art de la manipulation n’a rien d’un bourrage de crâne soviétique. Beaucoup croient que  l’élection de Macron est le fruit de manipulations extérieures, je crois plutôt que l’élève des Bons Pères n’a pas de leçons à recevoir dans l’art délicat de manipuler les autres.

Jupiter aux mille visages

L’acteur Macron nous a joué jusqu’à la présidentielle le rôle du gentil jeune homme de gauche, fraternel et social, si fraternel et si social qu’on l’aurait pris pour un rejeton de Nuit Debout. Le 8 mai, changement de masque, il devient « jupitérien », il veut de l’ordre et de l’autorité, il nomme Edouard Philippe Premier ministre : après avoir mis en extase le peuple de gauche, voilà qu’il séduit le peuple de droite. Sacré tacticien ! Mais pour faire gagner à son parti les législatives, Macron doit encore conserver le positionnement ni droite ni gauche qui lui a si bien réussi. Le discours d’Oradour est un coup de barre à gauche : il ne faut pas effrayer la majorité des Français qui, sur tout ce qui touche l’immigration massive et le terrorisme islamiste, garde la prudente position de l’autruche la tête dans le sable. Dire la triste vérité aux Français avant d’avoir gagné les législatives, quelle maladresse contre-productive ! Encore un instant d’illusion, monsieur le bourreau. On pouvait d’ailleurs remarquer qu’en prononçant  dans le village martyr son discours, aussi plat et convenu que le dit Barbara Lefebvre, il avait l’air de s’ennuyer prodigieusement. Les acteurs n’ont pas toujours des rôles à leur convenance, mais si ces rôles favorisent leur carrière…

Est-ce à dire que le 19 juin au matin, le vrai visage d’Emmanuel Macron va enfin apparaître ? Ce serait trop simple. Le nouveau président prend à chaque fois l’apparence nécessaire à la réussite de l’action qu’il est en train de mener. Jupiter se déguise en pluie d’or pour séduire la cupide Danaé, il devient cygne pour la rêveuse Léda, il se fait taureau pour posséder Europe que Junon avait subrepticement transformée en vache. Taureau pour l’Europe, acceptons ce présage de puissance, et en plus ce sera bon pour l’élevage français.

L’épisode des bateaux comoriens paraît révélateur. « Les Kwassa-kwassa pêchent peu, il amènent du Comorien à Mayotte ? » a dit Emmanuel Macron lors de sa visite à la base sous-marine de Brest.

Le Chœur des Vierges Effarouchées s’est déchaîné sur toutes les chaînes d’information, le journaliste à cheveux rasés à l’iroquoise de BFM télé s’est indigné de l’affront fait aux malheureux noyés dans ces embarcations, Jean-Luc Mélenchon a demandé à ses partisans de Marseille une minute de silence pour des gens qui cherchaient tout simplement à profiter d’une situation juridique étrange. On peut plutôt penser que cette anecdote prouve que le nouveau président est au courant des problèmes d’invasion migratoire, que ces problèmes l’inquiètent au point de surgir de façon freudienne dans une petite blague, et que son énergie se tournera un jour ou l’autre vers leur nécessaire solution. Lapsus révélateur ? J’ai tendance à croire que ce type est si terriblement intelligent qu’il est capable de faire des lapsus calculés. Le masque du multiculturaliste tombera un jour ou l’autre, et le prétendu internationaliste sera obligé par sa lucidité à prendre en mains la suite de la France. Daech contribuera peut-être à l’accélération de cette prise de conscience…

Le seul reproche que je fais à Emmanuel Macron, mais il est très grave, est de contribuer à la destruction de la langue française. Le général de Gaulle avait ouvert la voie avec son « Françaises, Français », Yves Calvi a relevé le flambeau en disant chaque fois dans ses émissions « une téléspectatrice ou un téléspectateur envoie une question ». Macron a lancé la détestable habitude de dire « toutes celles et tous ceux », justement raillée par Elisabeth Lévy et Alain Finkielkraut dans L’esprit de l’escalier. Il s’agit d’une absurde complication de la langue française, originaire de la politesse mais enflée par le féminisme obligatoire d’aujourd’hui. Bientôt, pour ne pas paraître misogyne, il ne faudra plus dire que les Italiens consomment beaucoup de spaghettis, il faudra dire que les Italiennes et Italiens consomment beaucoup de spaghettis, que les agricultrices et les agriculteurs se suicident beaucoup, que les charcutières et charcutiers de province font d’excellents pâtés, etc. Ce bégaiement ridicule se répand à toute vitesse dans le discours politique où l’on ne s’adresse plus aux « électeurs », mais aux « électrices et électeurs ». L’affreux redoublement témoigne d’un manque de confiance dans la langue française. Le genre dit masculin est en réalité un genre neutre avec une possibilité de sexualisation mâle. Encore quelques complications du même acabit et on se mettra tous à parler anglais par goût de la simplicité.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 19 Juin 2017 à 0h18

      Liamone dit

      Ce jour consacre la défaite des héritiers de Pétain. Ce petit Macron à un comportement gaulliste. Nous le soutiendrons car il est un barrage efficace contre les héritiers de Pétain et leurs prétentions, plus de soixante dix ans après leur défaite de 1945.
      Vive la République! vive de Gaulle!

      • 20 Juin 2017 à 23h50

        Livio del Quenale dit

        l’obsession vous gagne !

    • 18 Juin 2017 à 15h02

      àboutdepatience dit

      A propos du post de warboi du 16 juin et des réponses notamment celle de Guenievre : c’est frappant de constater l’analogie qu’ on peut établir avec une addiction.
      Addiction pour le jeu, pour la boisson ou pour un être narcissique. La personne sous influence sait très bien qu’ il y a danger, que rien de bon n’est certain, qu’il s’agit d’un “diable d’homme” “effrayant”, qu’elle sera manipulée , mais c’est trop tard, elle y court, elle oublie et sacrifie tout le reste et se perd.
      Telle la France tels les électeurs qu

      • 18 Juin 2017 à 15h06

        àboutdepatience dit

        Tels les électeurs se fiant à une jolie image au lieu de réfléchir. L’attrait de la nouveauté et du risque est trop puissant.

      • 18 Juin 2017 à 17h59

        Scarabas dit

        Jésus-Christ ne fut d’abord qu’un voyou galiléen aux yeux de l’establishment juif de Jérusalem, Jules César un gigolo bisexuel, Napoleone Buonaparte un petit lieutenant corse arriviste et arrogant. Le surgissement d’un homme d’une certaine envergure cause un choc dans la société où il apparaît, chacun en est humilié, le phénomène est tellement rare que l’on refuse de voir ce qui se passe et on cherche l’arnaque. La macronmania n’a rien à voir avec une addiction, c’est la stupéfaction qu’un type pareil apparaisse dans une société avilie par trente ans de socialisme feignantiseur, par trente ans d’une France qui ne cesse de se mépriser elle-même. Du point de vue de l’histoire des idées, ce qui se passe est passionnant.

    • 18 Juin 2017 à 11h39

      Surbranĉa Birdo dit

      Vous n’êtes sans doute pas un cruciverbiste passionné, Monsieur Nueil, autrement vous sauriez que ce n’est pas Europe mais Io qui fut « victime d’une vacherie » et « termina bêtement une existence qui s’annonçait divine » ; mais peut-être les jésuites ont-ils changé la mythologie comme ils ont changé la religion.

      • 18 Juin 2017 à 14h17

        àboutdepatience dit

        C’est plus la culture que la pratique des mots croisés qui manque de nos jours.
        Je vois partout célébrer la mirobolante intelligence de ce Macron. De bons acteurs, on n’en manque pas ni de gens dotés d’intelligence. Ce n’est pas ce qui compte mais la façon de s’en servir. Aussi et surtout les buts poursuivis. Réussir par le seul moyen de l’intelligence me semble impossible en matière politique. Il faut énormément d’astuce et de puissants appuis alliés à une énorme ambition. Finalement l’intelligence est extrêmement loin d’être la composante essentielle.

      • 18 Juin 2017 à 14h29

        Hannibal-lecteur dit

        Les mots croisés …ça suffit pas. Si Io fut vachisée, Europe resta Europe mais fut bien emmenée en Crète sur le dos de Zeus sous les apparences d’un taureau. C’est pas une vachisation, mais une vacherie quand-même …

        • 18 Juin 2017 à 20h32

          Surbranĉa Birdo dit

          Ce n’est pas une vacherie dans le cas d’Europe car la quasi-totalité des auteurs anciens qui nous ont rapporté la légende qui la concerne assurent qu’elle était consentante.

    • 18 Juin 2017 à 10h08

      Hannibal-lecteur dit

      M. Nuel, votre résumé du Macron est excellent : comme Jupin prenant la forme qui séduira l’objet de sa convoitise, pour l’instant : l’électeur. Donc discours dans lesquels chacun trouve du bon pour soi mais suffisamment subtils pour que personne n’y trouve à s’offusquer. Chapeau.
      Ce qui ne préjuge en rien du futur : toujours Jupin ! Revoir les critiques des dieux à son égard dans Offenbach!
      Pas d’acc sur le benêt Hollande à cause du masque qui déteint : benêt 10 ans en arrière, déjà, 10 ans d’impuissance, d’inactivité, de néant comme chef du PS. Benêt resté benêt président. 

    • 17 Juin 2017 à 18h07

      Gavroche64 dit

      Analyse intelligente: après avoir fait les yeux doux aux islamistes, il est fort capable de donner un coup de barre dans le bon sens, mais malheureusement, tout aussi capable selon les circonstances, de revenir à ses positions initiales.
      Le coup du bateau comorien m’avait également interpellé…

    • 17 Juin 2017 à 11h06

      marcopes dit

      cela n’a semble t’il pas été très difficile grâce aux médias et aussi à l’abstention plus grand parti de France

    • 17 Juin 2017 à 10h33

      marie210917 dit

      “après avoir mis en extase le peuple de gauche, voilà qu’il séduit le peuple de droite” ???? Bof bof bof vraiment ?

      L’abstentionnisme bat des records me semble-t-il…

      • 17 Juin 2017 à 11h15

        marcopes dit

        quel peuple de gauche? quand on va vers Macron qui est de droite on est tout simplement de droite ;beaucoup semblent avoir du mal à faire la différence entre les deux courants dont pourtant une des différences fondamentales est le libéralisme financier ; le socialisme de Hollande a commencé a explosé avec le coupage des frondeurs laissant le gouvernement Hollande -Valls mener leur politique résolument de droite ; on se caractérise par ce que l’on fait pas par ce que l’on dit faire

        • 18 Juin 2017 à 9h55

          Hannibal-lecteur dit

          De vos réflexions une conclusion s’impose : que gauche et droite perdront bientôt toute signification et que Macron ne ” met en extase ” qu’une minorité de notre soclété.

    • 16 Juin 2017 à 22h58

      Pierre Jolibert dit

      Accord aussi large qu’avec vos articles précédents sur le sujet.
      Très intéressé et convaincu par votre commentaire sur la blague comorienne.
      Et vive le Neutre.

      • 17 Juin 2017 à 16h54

        agatha dit

        Oui, mais ce commentaire sur la “blague” comorienne (pas très drôle la blague, elle n’a pas fait rire l’entourage)tend à faire une équivalence entre tenir des propos très méprisants et révéler de fait le fond de sa pensée. Dire que Macron a prouvé qu’il était au courant des problèmes d’invasion migratoire à l’occasion d’une saillie quasiment raciste revient à postuler le racisme comme base possible d’une réflexion politique.
        Je pensais qu’on pouvait s’alarmer de l’immigration sauvage et considérer cela comme un problème politique et humain à résoudre sans être animé d’un vrai mépris.
        Tout cela dit sans vouloir donner de leçon à quiconque, mais je crois que parfois il vaut mieux rester sur des bases morales simples. Un Président ne peut pas dire “du Comorien”.

        • 17 Juin 2017 à 16h59

          agatha dit

          J’ai oublié de vous saluer, Pierre. Bonne soirée et bon vote demain au cas où vous seriez encore motivé pour participer ( c’est très dur de se motiver, je trouve).

        • 17 Juin 2017 à 17h53

          Pierre Jolibert dit

          Bonjour agatha,

          votre dernière phrase de 16 h 54 me fait évidemment penser que de toute façon le précédent président était évidemment très conscient lui-même de tout ça. Le format de la blague permet de le signifier de façon plus économique qu’avec un livre d’entretien-fleuve.
          Je reste d’accord avec vous pour dire qu’une blague qui ne fait pas rire ses destinataires est par définition ratée.
          Les bases morales simples sont encore plus valables quand la blague est réussie et qu’elle fait rire. Si l’on rit en vertu d’une mécanique plaquée sur du vivant, qui est le 1er responsable du placage, dans le cas des migrations clandestines, surtout à cette échelle, si ce n’est le migrant lui-même, qui accepte délibérément de se laisser mécaniquement déterminer par les courants marins et l’économie entre autres (tiens, un peu comme pas mal d’électeurs) ? c’est mal d’en rire, mais je souhaiterais que la culpabilité fût un peu partagée.
          Il ne faut pas traiter son prochain en objet déclinable au partitif. C’est mal. Mais alors c’est qu’il est mal de rire, de toute façon. Il y a évidemment des blagues moins maléfiques que d’autres mais laissons le président s’en débrouiller avec son directeur de conscience. Peut-être celui-ci va-t-il lui dire qu’un président doit rester secret, surtout dans ses péchés.

        • 17 Juin 2017 à 18h05

          agatha dit

          “il est mal de rire de toute façon”, ça me laisse perplexe. Pour l’instant, je ne sais pas vous répondre.

        • 17 Juin 2017 à 18h21

          Pierre Jolibert dit

          Je suis très peu satisfait de ma réponse, agatha.
          Je m’échine à broder là-dessus avec pour contrainte de ne jamais employer le mot “racisme”, et surtout pas pour dire “mais non cette blague ni son auteur ne sont racistes” tellement je trouverais ça, pour le coup, risible.

        • 18 Juin 2017 à 9h50

          Hannibal-lecteur dit

          Agatha et Pierre, pardon de m’immiscer dans votre gentille querelle mais j’ai une idée sur sa solution : qui consiste à se refuser à soi-même le plaisir de l’exagération : voir du racisme dans “du comorien” où la vivacité de la réflexion n’implique même pas du mépris mais une simple sottise lâchée sans réflexion. Fautive, évidemment, mais sans aller chercher trop profondément des motifs de condamnation à mon avis exagérés.
          Et il n’est certainement pas mal de rire, Pierre, au contraire, mais, comme déjà noté, de rire avec n’importe qui, dont la variété implique celle de l’humour et fait voisiner des entendements contraires. Malgré quoi ” en ” rire reste un devoir absolu et primordial. 

        • 18 Juin 2017 à 13h50

          Pierre Jolibert dit

          Hannibal,
          c’est une bonne idée de placer l’accent sur l’idée d’exagération, puisque c’est peut-être aussi simplement un excès que le président blagueur aurait lui-même à se reprocher.
          Sur le fond, puisque vous nous encouragez à rire quand il faut, comique involontaire de ce texte tout frais :
          http://www.millebabords.org/spip.php?article30809
          Certes il n’existe pas, aujourd’hui, au sein de l’île de Mayotte un mouvement de masse contre les conséquences de ce colonialisme. Mais des luttes se développent régulièrement sur le plan syndical, notamment contre les pratiques dérogatoires en vigueur sur l’Ile, les populations ne bénéficiant pas des mêmes droits sociaux que ceux qui sont accordés sur l’ensemble du territoire français.
          Je veux dire comique si on le rapporte à l’ensemble du texte, puisque cela revient à dire : certes personne ne se soulève contre l’impérialisme mais il y a quand même des mouvements qui réclament un arrimage encore plus poussé à l’empire (et pour achever cette départementalisation que nous dénonçons dans le 1er §). Ce n’est pas si facile, la dialectique.

        • 18 Juin 2017 à 14h49

          Hannibal-lecteur dit

          Eh bien je sais pas pourquoi, j’essaie hein mais je sais pas pourquoi cet article sonne faux. Et alors Pierre, chapeau si vous y trouvez de quoi rire …sauf pour éviter de pleurer. Jaune, c’est ça, jaune.
          Je n’ai pas le courage d’aller investiguer tous azimuts mais est-il vraiment possible d’avoir une idée réaliste de la situation?
          Et pour rire quad-même, le couplet sur le prix des ” denrées ” qui montent à cause du salaire des expats, ça pose problème : c’est-il les expats qui se ruent sur les ” denrées ” locales ou c’est-il les autochtones qui se ruent sur les denrées importées du continent ? Va savoir … 

        • 18 Juin 2017 à 16h06

          Pierre Jolibert dit

          ah mais nous sommes d’accord ça sonne faux du début à la fin.
          J’aime bien aussi le passage qui glisse des allers et retours passés entre les îles aux déplacements actuels, comme si ces derniers étaient exactement semblables et de même sens et pour reprocher aux frontières de les bloquer.
          En tout cas cette diatribe a le mérite, qui se trouve fréquemment à la gauche de la gauche, de se donner l’apparence d’une ampleur de vue historique allant loin en arrière.
          Le camp d’en face ou celui de l’Etat gagnerait à assumer une pose équivalente.
          (pour quoi je suggère fortement d’insister sur les diverses tensions qui existaient localement au moment de la prise de possession française et sur la mesure antiesclavagiste d’avant-garde prise par la Monarchie de Juillet qu’on a regrettablement négligé de commémorer l’an dernier autant qu’il l’aurait fallu ; en veillant toutefois à ne pas sonner trop faux, c’est-à-dire humanitaire)

        • 19 Juin 2017 à 12h01

          agatha dit

          Pierre et Hannibal-lecteur : très intéressant votre échange final. Je n’ai lu que l’extrait cité par Pierre mais j’ai bien compris l’ironie de la situation.

        • 19 Juin 2017 à 12h33

          Pierre Jolibert dit

          J’abuse un peu et tire prétexte de la blague ratée pour parler du fond sur la longue durée comme à chaque occasion qui se présente.
          Cette histoire de Mayotte est absolument passionnante et me paraît en dire beaucoup sur la France.

    • 16 Juin 2017 à 21h49

      Liamone dit

      Macron a arraché le pays des griffes des héritiers de Pétain, alors qu’il risquait de tomber dans les mains du Front National, les Jalk, le clan Le Pen et autres extrémistes de droite. Le débat révélateur de la nullité de l’extrême droite avec les âneries et le charabia de la porte parole du FN, notamment sur la monnaie, a rassuré les français. Les valeurs et les idéaux de la Résistance et de la Libération, ne disparaitront donc pas, grâce à Macron qui a pu battre, lors de la présidentielle, la porte parole de l’extrême droite . Cette même extrême droite qui a toujours incarné les idéaux de Pétain, tenus à l’écart de la nation depuis que les pétainistes furent condamnés à la libération à des peines d’indignité nationale.
      Macron peu se dire digne du gaullisme et de son fondateur , le général de Gaulle.

      • 16 Juin 2017 à 22h06

        eclair dit

        sauf que De gaulle c’est l’action française!

        • 16 Juin 2017 à 22h17

          Barnabé dit

          sauf que c’est Mitterrand qui portait la francisque et pas Marine Le Pen.

        • 16 Juin 2017 à 23h07

          Liamone dit

          Mitterrand était un adhérent des jeunesses de l’Action Française, le secrétaire de Jean Moulin l’ était également. De Gaulle n’a jamais adhéré à aucun mouvement ni a aucune école. Dans sa jeunesse il a marqué une sympathie certaine pour Maurras. Il a jeté aux orties les oripeaux de Maurras, dès 1939. Il a gardé la seule rigueur et le fond patriotique de l’action Française, valeurs sures de la nation à l’époque car liée au patriotisme. Il a par contre jeté aux orties les préjugés et les sentiments racistes développés par Maurras et cela quand il a pu juger des valeurs et des sentiments réels de ceux qui l’on rejoint à Londres et dans la France Libre. Soldats de tous les horizons qui se tamponnaient des ratiocinations de Maurras, mettant seul en avant l’amour de la Patrie bafouée avec l’assentiment de Pétain et de tous les maurrassiens. De Lattre et Juin arrivés tardivement chez de Gaulle , étaient tous deux maurrassiens. Le général de Gaulle les obligeât à renier les contradictions de Maurras, sa fermeture d’esprit et ses idéaux qui servaient aux collaborateurs pour justifier leur ralliement à Hitler..

        • 16 Juin 2017 à 23h25

          eclair dit

          tu parles de quoi?

          L’action française très peu ont rejoins la collaboration!
          les croix de feu idem

          la collaboration c’est les milieux bourgeois!

      • 16 Juin 2017 à 22h47

        Liamone dit

        Exact Barnabé, mais il faut aussi relire les insanité du chef du clan Le Pen et revoir le curriculum vitae de JalK le président du FN par intérim. Enfin il faut savoir que le FN a été créé en association entre le vieux chef de clan et après de nombreux échange avec Almirante leader du parti fasciste italien des années soixante dix. Il faut savoir également que le vieux Le Pen et Almirante ont choisi, en concertation,la Flamme du FN et du parti fasciste italien. Il ne faut pas oublier que Le Pen a soutenu Tixier Vignancourt et quand on passe la revue des recrues du FN on ne manque pas de s’effaroucher.

      • 16 Juin 2017 à 23h39

        lafronde dit

        1940 l’Assemblée nationale vote les pleins pouvoirs à Pétain.
        2017 Macron fait élire son Assemblée nationale.

        La différence : nous étions battu, envahi avec déjà des centaines de milliers de prisonniers de Guerre.

        La ressemblance ? Le conformisme mediatique d’abord, électoral ensuite.

        Liamone avec votre disque rayé vous auriez fait un mauvais informateur, mais un bon dénonciateur pour la milice !

        Je me doute que vous catégorisez Hilter à l’Extreùme Droite, sachez que le nazisme était aussi un mouvement socialiste (national), et progressiste (changer la Société par l’Etat) !

        C’est ballot votre macron se revendique du progressisme ! Famille qui réunit tous les partisans du Progrès par la force de l’Etat !

        Vous avez quel age pour ne pas voir la différence entre les politiques publiques au début et à la fin de la Ve ? (nous approchons sa fin : faillite, insurrection…)

        • 16 Juin 2017 à 23h56

          Liamone dit

          Le Fascisme italien et ses successeurs (Almirante, l’allié du Vieux Le Pen) étaient issus du socialisme comme Hitler.
          De Gaulle , dès son accession au pouvoir a instauré le plan dont vous n’ignorez peut être pas la signification, comme politique étatique. Plan nécessaire pour relever le pays sabordé par la IV république. Vous êtes surement un héritier de Pétain ou peut être un descendant de l’indignité nationale de la Libération par vos inanités . Vous devriez étudier les biographies du Vieux Le Pen, celle de Jalk, le président par intérim du FN et celle de tous ceux qui gravitent dans l’entourage de la direction du FN , si cela vous intéresse réellement mais les insanités que vous débitez à l’égard de vos correspondants me prouve que vous êtes surement le descendant de ceux de la Milice condamnés à la libération, Milice que je catégorise bien à l’extrême droite comme tous les héritiers de Pétain et les négationnistes..

        • 17 Juin 2017 à 9h01

          lafronde dit

          merci de votre confirmation Hitler était socialiste. Or le Socialisme utilise la contrainte de l’Etat pour changer la Société, c’est le propre du Progressisme, initié lors de la Révolution française, de la Terreur et du génocide vendéen.

          Le progressisme a eu depuis de multiple avatars : les filière communistes, socialistes (nationales ou internationales), les socio-démocrates, et enfin la “construction européenne”.

          Les technocrates européistes veulent compenser la faible natalité européene par l’immigration disponible : de fait celle-ci est produite une natalité incontrôlée en Afrique et par l’oppression de la loi coranique. Dans tous les cas, par un statut inférieur de la Femme et donc de la civilisation.

          Vous approuvez cette invasion, car vous êtes un traitre immigrationiste. Vous êtes un idiot utile du Califat islamique ! Peut être vous êtes vous déjà converti à la Foi du Conquérant ? Pour mettre vos abattis à l’abri, je vous verrais bien comme dénonciateur des mécréants !

          Votre obsession de l’Occupation et de la Collaboration doit être un acte manqué ! Vous avez été trahi par votre inconscient ! Kwassa Kwassa !

        • 17 Juin 2017 à 13h21

          Liamone dit

          Vous êtes un personnage peu équilibré car il s’agit ici du gaullisme et vous parlez du Califat et de l’invasion, alors que vous êtes un héritier de Pétain, de l’invasion du sol national et vous servez le clan Le Pen qui fait des moulinets mais n’a pas le niveau ni pour communiquer et surtout pas pour gouverner. Ce n’est pas en rassemblant les héritiers des déchets de l’indignité nationale, acquis à la libération avec les négationnistes qui sont là pour maintenir le flambeau du pétainisme et justifier les crimes de Hitler et de Pétain son allié. L’invasion ne survient que lorsque le peuple perd ses repères comme en 1940. Lorsque les vaux s’agglutinent vers les partis de l’échec comme le FN , les immigrés se frottent les mains devant l’indécence que représente ce parti. Lorsque votre présidente s’exprime on comprend qu’il faut un traducteur pour expliquer le contenu de son agressivité et le charabia de ses propos en économie. La petitesse de tout ce qui gravite au FN ne mérite pas que l’on s’attarde à écouter les sornettes des héritiers de Pétain.

      • 17 Juin 2017 à 4h07

        Livio del Quenale dit

        la leçon est bien apprise, mais pas comprise.

      • 17 Juin 2017 à 9h01

        Liamone dit

        Vive de Gaulle vive Macron

        • 17 Juin 2017 à 12h27

          Moumine dit

          A bas Pétain et les héritiers de Pétain !

      • 17 Juin 2017 à 10h36

        marie210917 dit

        L’amour rend aveugle …..

        • 18 Juin 2017 à 4h52

          Livio del Quenale dit

          tout juste, et la connerie aussi voyez tous ces moutons pigeons extatiques macron! macron!, les messie , le sauveur l’homme providentiel et puis quoi encore!
          Tu parles c’est un autoritaire intelligent, mal cerclé, (psychopathe)dont le chapeau lui monte sur le haut du crâne et ce ne sont pas des cheveux qui poussent au contraire. 

    • 16 Juin 2017 à 20h17

      Scarabas dit

      comme Fabrice Del Dongo.

    • 16 Juin 2017 à 20h16

      Scarabas dit

      Son problème, c’est qu’il est trop bien, les Français flairent l’arnaque. Stendhal dit que le défaut qui les empêche d’avoir l’enthousiasme et le sens du bonheur des Italiens, c’est leur peur éternelle d’être dupes. A propos de Stendhal, Macron est sacrément stendhalien, l’audace folle, le mépris des convenances, l’égotisme, la jeunesse, la beauté, et même le goût des femmes mûres ! Il ne finira pas précocement comme Julien Sorel, il aura une longue et belle carrière

      • 16 Juin 2017 à 21h29

        saintex dit

        Présentement, la crainte n’est pas celle d’être dupe. Ce serait le cas si les Français craignaient qu’il ne tienne pas ses engagements.
        Peu de gens craignent qu’il assigne la France au TPI. A l’inverse, peu de gens doutent qu’il ne ressorte pas sa loi El Komhri.
        Non non, il a été assez louvoyant dans son brochet, et son parcours est assez clair pour que ce ne soit pas cette crainte qui soit à l’ordre du jour.

      • 17 Juin 2017 à 0h52

        durru dit

        Méoui, méoui, Macron c’est le Messie fait homme. Aucun défaut, que des qualités, et toutes au service de ce peuple si peu reconnaissant.

        • 17 Juin 2017 à 4h22

          Livio del Quenale dit

          Oui, et tous les moutons-pigeons suivent dans l’extase
          et l’hystérie collective.
          Gare au mois après les vacances d’été ! 

    • 16 Juin 2017 à 18h15

      Robinson dit

      Jupiter était mythologiquement le dieu-patriarche grand baiseur ; sa femme était Junon, déesse du mariage et de la fertilité ; pour la beauté et l’amour, c’était plutôt Vénus.

    • 16 Juin 2017 à 17h57

      clorouk dit

      Merci de rappeler la règle, comme le fait à la moindre occasion l’Academie française: le masculin, genre non marqué, prend au pluriel indéterminé un sens générique, et l’expression “celles et ceux”, comme toutes celles qui lui ressemblent, est une affreuse et inutile redondance. On ne dira jamais assez le mal qu’un absurde féminisme lexical et grammatical fait à la langue française.

      • 16 Juin 2017 à 18h03

        gigda dit

        Je crains que vous ne manquiez le message principal qui n’est pas féministe: celles et ceux c’est de l’indéterminé qui remplace effectivement : françaises, français! ou citoyennes, citoyens … au profit d’un démonstratif sans références aucunes . C’est ça le punctum ! 

        • 16 Juin 2017 à 18h07

          gigda dit

          Pardon, pas seulement vous, mais l’auteur évidemment !

    • 16 Juin 2017 à 17h29

      Boomer dit

      Apparemment le président de la république a adopté la règle québécoise du bisexe comme norme de parité linguistique dans la langue française. Au Québec ce volapuk – est pratiqué depuis plus de 25 ans. Les Français sont apparemment invités par les plus hautes autorités à pratiquer cette nouvelle langue de bois de rose.
      Voici un extrait de la parité sexuelle linguistique pratiquée dans les milieux universitaires québécois. :
       Article 28.06-g de la Convention collective entre l’Université du Québec à Montréal et le Syndicat des employées et employées de l’UQAM. (1990-1992): «Des sarraus sont fournis aux techniciennes,techniciens et aides-techniciennes, aides-techniciens de l’audiovisuel et des laboratoires, aux salariées, salariés de la cafétéria, de la polycopie et de la reliure, aux magasinières, magasiniers, aux préposées, préposés et aides-préposée, aides-préposés à l’audiovisuel et apparitrices, appariteurs et aux salariées, salariés dont le travail nécessite le port de ce vêtement et ce même occasionnellement.»
      C’est effectivement la parité des apparitrices et appariteurs… On retrouve bien là toute la philosiphie politique du : « et en même temps »!

    • 16 Juin 2017 à 16h07

      Daniel Jean-Louis dit

      Le problème des autruches c’est que quand elles mettent leur tête dans le sable, leur cul reste dehors et ça c’est évidemment risqué ! 

    • 16 Juin 2017 à 15h32

      Christine dit

      Je suis consternée par cet article, à moins que je n’aie pas saisi son second degré …
      Ainsi donc, l’homme serait si intelligent, calculateur, manipulateur et que nous pourrions, nous ( celles et ceux qui n’ont pas voté pour lui et ne voteront pas pour Lrem) espérer en être surpris et voir l’animal politique se transformer en Celui que nous (les mêmes) attendions ? Transformant ainsi ses électeurs en grugés consentants et ravis ?
      Je n’y crois pas une seconde ; lui et ses macroniens représentent tout ce que je déteste, l’opportunisme, l’indifférence aux malheurs du peuple, le mépris de celui-ci, les postures à géométrie variable, le manque de conviction et d’empathie, la consécration d’un aveuglement criminel qui mènera notre pays à sa perte bien plus vite que je ne le craignais.
      J’aimerais tant ne lui reprocher que son ridicule usage de la langue française. 
       

      • 16 Juin 2017 à 17h36

        gigda dit

        En tout cas il ne parait y avoir aucun second degré dans ce “ Je parle évidemment des critiques sérieuses, par exempleS celles qu’on trouve dans Causeur, pas des élucubrations de la CGT sur la destruction du droit du travail “! Quel mépris pour les travailleurs et leurs organisations ! 
        Je sais bien que les syndicats et la CGT première, sont suspects ici (ils le sont pour des raisons extérieures à leur exercice parfois oui ) … mais la destruction est bien en question ! 
        Sinon comme vous je m’interroge sur le but de ce papier, et vous accompagne piteusement dans tout ce que vous détestez, qu’il illustre à l’envie … Je note à ce propos que chaque fois qu’on vante l’intelligence de notre nouveau Chef d’état (“terriblement intelligent”), c’est toujours à propos de son habileté, de sa capacité redoutable de manipulation. Rarement dans un autre domaine. 
        Quelle pitoyable conception de l’intelligence ! 

        • 16 Juin 2017 à 18h04

          i-diogene dit

          Gigda,

          .. Sauf que la CGT n’ est pas représentative des travailleurs (environ 3 %), ni des chômeurs (proche de 0 %), ni de la protection de l’emploi, ni de la création d’ emplois..!^^

          .. La CGT n’ est présente que dans des emplois stratégiques qui peuvent bloquer toute l’ économie de la France, pour obtenir et conserver des privilèges qui ne seront pas accessibles à 97 % des salariés du secteur privé..

          - Si, par le passé, la CGT a mené des combats sociaux nécessaires, aujourd’hui, elle se comporte comme une organisation mafieuse, totalitaire et irresponsable..!^^

        • 17 Juin 2017 à 0h30

          Liamone dit

          La CGT est indigne de représenter les travailleurs. Elle a servi le Kominterm et son action, durant la décolonisation et jusqu’en 1989,répondait uniquement aux ordres et aux intérêts de l’ancienne URSS qui assurait réellement la direction et les orientations de cet annexe du PCF.

        • 17 Juin 2017 à 0h58

          durru dit

          La CGT n’a pas grand chose à voir avec le travailleur lambda, pour une fois je suis en total accord avec Diogène. Sa vision du code du travail non plus.
          Pour ce qui est du premier ou second degré, je trouve cet article dans la droite ligne des précédents articles de l’auteur sur le même sujet et j’apprécie son style.
          L’intelligence dont il est question est celle louée par ses apôtres et groupies inconditionnelles, il n’y a qu’à lire leurs interventions ici, comme partout dans les médias d’ailleurs.

      • 16 Juin 2017 à 17h42

        Mazagan dit

        Je suis bien d’accord. C’est à croire, si l’on suit le raisonnement de l’article, que Macron se tournera inéluctablement vers un point de vue radicalement opposé à celui qu’il défendait tout au long de la campagne électorale, parce qu’il est intelligent et que son intelligence le mènera forcément à combattre multiculturalisme, islamisme et immigration massive incontrôlée pour éviter que la France n’aille à la catastrophe. Sauf que, même s’il est intelligent (et pourquoi pas même si on peut supputer que sa stratégie d’embobinage a été décidée et concoctée en haut lieu et qu’il n’est finalement qu’un instrument), il est lié très étroitement à des intérêts capitalistes pour lesquels mondialisme et destruction des résistances et des solidarités nationales priment sur tout autre considération, favorisant délibérément le communautarisme et l’infiltration

        • 16 Juin 2017 à 17h44

          Mazagan dit

          … salafiste.

        • 16 Juin 2017 à 17h49

          gigda dit

          Et donc si je vous résume qu’être intelligent signifiait savoir embobiner ! 
          L’intelligence est réduite à sa perversité ?  

        • 16 Juin 2017 à 17h54

          gigda dit

          … en somme nous devrions tabler sur son opportunisme et sa grande duplicité :)) 
          Que voilà un espoir ambigu !  

        • 17 Juin 2017 à 0h46

          i-diogene dit

          Gigda,

          S’il met cet opportunisme et cette duplicité au service des intérêts de la France, ce sont nettement des qualités..

          Entre Trump, Poutine, Erdogan, M. May et consort, il vaut mieux ne pas être tombé de la dernière pluie..!^^

        • 17 Juin 2017 à 1h01

          durru dit

          Non, Mazagan, c’est à croire que les ravis de la crèche style Nadboi ou Diogène le pensent. Comme tous ses suiveurs, qu’ils soient politiques, médiatiques ou financiers, ou ses groupies.

    • 16 Juin 2017 à 15h09

      rolberg dit

      « Encore quelques complications du même acabit et on se mettra tous à parler anglais par goût de la simplicité. » Nombre de journalistes le parlent déjà par ci par là par snobisme. Même la syntaxe en prend pour son rhume.

    • 16 Juin 2017 à 14h58

      accenteur dit

      Ah oui le genre féminin ! Avec le marron reçu par NKM on a eu une démonstration de ce que sont les échanges politiques selon l’appartenance au genre.

    • 16 Juin 2017 à 14h51

      Pyrrhon dit

      L’obsession de la parité a peut-être exercé ses contraintes sur les discours politiques; Ça se dit, mais ça ne s’écrit pas. Comme beaucoup d’esprits vifs, notre Président peut avoir la dent dure. Le Théâtre serait-il prédisposant? Sacha Guitry nous en a légués quelques uns.
      Une bonne dose d’intelligence en politique ne nous fera pas de mal.