Je me suis trompé sur Emmanuel Macron | Causeur

Je me suis trompé sur Emmanuel Macron

Avec lui, le pragmatisme l’emporte sur l’idéologie

Auteur

Alain Nueil

Alain Nueil
Romancier

Publié le 25 mai 2017 / Politique

Mots-clés : , ,

Emmanuel Macron lors de son premier conseil des ministres, Paris, 18 mai 2017. SIPA. 00807142_000015

Il n’y a aucune honte à reconnaître qu’on s’est trompé. C’est au contraire une preuve de noblesse morale et intellectuelle. Pourquoi les exemples d’un tel aveu sont-ils si rares ? Pourquoi Lionel Jospin et tous les perroquets bien-pensants qui ont caqueté pendant des années que les musulmans s’intégreraient à la France aussi facilement que les Polonais-Italiens-Portugais-Espagnols n’ont-ils jamais reconnu leur erreur ? En fouillant ma mémoire, je ne trouve que de bien pauvres exemples. Les soldats anglais se seraient exclamé : « nous avons brûlé une sainte ! » en voyant Jeanne d’Arc partir en fumée. C’était des soldats, non des juges ou des chefs. L’Eglise catholique a réhabilité Galilée, a demandé pardon d’avoir accusé les Juifs de déicide. C’était des siècles plus tard. Louis XIV a reconnu devant son arrière-petit-fils le futur Louis XV qu’il avait trop aimé la guerre, ce qui nous a valu un XVIIIe siècle prospère et paisible. C’était un roi mourant, qui s’apprêtait à passer un sale quart d’heure au tribunal divin et s’exerçait à la confession.

Dès qu’on possède un magistère, qu’il soit intellectuel, moral ou politique, avouer une erreur de jugement est difficile, voire impossible. Le public va dire : puisque Lionel Jospin reconnaît qu’il s’est trompé lourdement sur l’immigration musulmane, il peut se tromper dans tout autre jugement ou décision politique. Ne votons plus jamais pour lui. Avouer son erreur, c’est beau, mais cela vous décrédibilise. Moi qui n’ai aucun magistère d’aucune sorte, je peux donc le dire d’un cœur léger : je me suis trompé sur Emmanuel Macron.

Il n’y a aucune honte à reconnaître l’apparition d’un homme exceptionnel

Celui-ci savait très bien que les qualités à mettre en œuvre pour être élu président de la République ne sont pas les mêmes que celles qu’il faut montrer une fois au pouvoir. J’ai raillé le Macron télévangéliste et le fameux « je vous aime farouchement », et j’avais tort. Il fallait du fusionnel et de l’affectif à un peuple brisé par le chômage de masse (angoisse avouée et clamée) et par la perspective de plus en plus évidente de son remplacement ethnique (angoisse tue, refoulée, et d’autant plus cruelle qu’il est interdit de la dire). Le ni droite ni gauche me laissait sceptique. Droite ou gauche, c’est une réalité politique aussi inchangeable que chaud ou froid sur le thermomètre et qui apparaît à propos de n’importe quel sujet. Surpopulation des prisons : la droite conseille de construire de nouveaux établissements pénitentiaires, la gauche préfère lâcher les détenus dans la nature, avec aux poignets de beaux bracelets qu’on pourrait faire dessiner par Rolex.

J’avais tort : laisser cette réalité au second plan est une excellente idée. J’ai horreur de l’appellation journalistique de « peuple  de gauche », bêtement imitée par « peuple de droite ». Ces expressions devraient être criminalisées, puisque selon la Constitution, il n’y a qu’un peuple français. Les partisans de Marine Le Pen ont répété qu’on avait essayé la droite sans succès, qu’on avait essayé la gauche encore plus piteusement, et qu’il ne restait donc qu’à essayer le Front national. Le génie macronien a consisté à remplacer le « ni droite ni gauche » par le « et droite et gauche », ce que démontre très bien la constitution du nouveau gouvernement.

Il n’y a aucune honte à reconnaître l’apparition d’un homme exceptionnel. Mais comme c’est douloureux, encore plus douloureux que reconnaître qu’on s’est trompé… Là encore, peu d’exemples. Antoine conscient qu’Octave est plus fort que lui et se faisant tuer par un soldat dans le désert égyptien, Salieri conscient que Mozart est un génie musical d’une toute autre envergure que lui-même et favorisant sa réussite, malgré la légende répandue par Pouchkine. Talleyrand conscient de la grandeur de Bonaparte et se ralliant à lui. Voler au secours du succès, ce n’est pas forcément de l’opportunisme, c’est aussi de la lucidité. L’esprit français est volontiers mordant et moqueur, il a du mal à reconnaître les personnalités supérieures. Les humoristes vont avoir du mal à se moquer d’Emmanuel Macron : il est beau, il est intelligent, il est énergique. Heureusement qu’il y a Brigitte, sinon ils ne tarderaient pas à mourir de faim. De plus, Macron a eu la chance d’avoir un mentor tout-à-fait exceptionnel : François Hollande. Sur tous sujets, il suffit de prendre le contre-pied total de ce que faisait l’ex-président pour trouver la bonne décision. Les ministres de l’un se répandaient en bavardages sur le dernier Conseil, les ministres de l’autre se taisent. Quand je veux rire, je me repasse dans la tête la désopilante phrase qu’on trouve dans Davet et Lhomme : « Emmanuel Macron, c’est moi ». La fée Carabosse se regarde au miroir et elle y voit la Joconde.

Il apprend vite

Mais il y a encore plus intéressant : l’oiseau Macron paré de son plumage éclatant annonce la fin du politiquement correct aussi sûrement que la colombe et son brin d’olivier au bec annonçaient la fin du Déluge. Le pragmatisme est le plus sûr meurtrier de l’idéologie. L’idéologie nous ordonne d’accueillir les migrants et de les répartir dans toute la France pour que les villages les plus reculés jouissent enfin des joies du vivre-ensemble. Le pragmatisme nous dit que ça coûtera cher, que ça créera des tensions avec les derniers carrés d’indigènes. Il est plus pragmatique d’arrêter les bateaux dans le détroit de Sicile et de les ramener à bon port en Libye, comme font les Australiens pour les migrants venus d’Indonésie.

Le premier travail du gouvernement Philippe sera de dégonfler les très laides baudruches que la CGT promène dans toutes ses manifs, ces gros ballons gonflables qui exhibent l’immobilisme encombrant de cette organisation vouée à la continuation du chômage de masse. Mais la question identitaire se posera un jour ou l’autre à la brillante équipe du président Macron. Alors le pragmatisme soufflera à l’oreille de nos nouveaux dirigeants des paroles que l’idéologie interdisait totalement, des mots frappés de malédiction lorsque régnait la gauche ou la droite sous influence, des paroles secrètes et tabou comme « fin du regroupement familial » ou « fin du droit du sol » (il serait fort pragmatique de le supprimer d’abord à Mayotte et en Guyane, les juristes trouveraient bien un moyen), ou même qui sait « suspension provisoire des accords de Schengen », ces mots terribles qu’on ne chuchote que sur l’oreiller.

Il y a parmi les critiques les plus virulents d’Emmanuel Macron des hommes que j’admire, comme Ivan Rioufol ou Alain Finkielkraut. Mais je crois qu’ils se trompent en imaginant l’homme d’Etat figé dans les postures qu’a prises pour être élu le petit arriviste rusé. La colonisation française a, paraît-il, été un « crime contre l’humanité », mais les descendants des victimes venues en France ne sont guère représentées au nouveau gouvernement. C’est qu’il apprend vite, le petit Emmanuel, il ira loin si les cochons ne le mangent pas. Le 7 mai au soir dans la cour du Louvre, il a chanté la Marseillaise en posant la main droite sur le cœur, un ami charitable a dû lui souffler que c’était là un geste purement américain et il n’a plus jamais refait cette erreur.

Le rideau tombe sur la tragi-comédie de cette élection présidentielle de 2017 qui nous aura fait passer par toute la gamme des émotions les plus fortes. Applaudissons sans rancœur et sans rancune le jeune premier, il s’en est bien tiré.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 28 Mai 2017 à 23h35

      Arsène dit

      “XVIIIe siècle prospère et paisible”, “décrédibilise”… L’article est intéressant mais le romancier fait des fautes.

      • 30 Mai 2017 à 10h58

        JeanBart dit

        C’est juste, mais quelques traits rattrapent le tout : “Voler au secours du succès, ce n’est pas forcément de l’opportunisme, c’est aussi de la lucidité.” est sublime.

    • 27 Mai 2017 à 19h45

      Warboi dit

      “cette organisation vouée à la continuation du chômage de masse” Rien que pour cette phrase dédiée à l’insupportable CGT qui reste accrochée à un modèle défunt parce que ses ouailles se recrutent avant tout dans la fonction publique, je vous pardonne votre obsession remplaciste.
      Le modèle de Macron c’est Merkel et son taux de chômage ridiculement bas malgré les centaines de milliers de malheureux accueillis en 2015-2016, pas Orban.

      • 27 Mai 2017 à 19h52

        Warboi dit

        Moi tout ce que je demande à Macron c’est de lancer et de tenir tous ses grands chantiers de refondation de notre vie économique et politique dans les tous premiers mois du quinquennat. Moralisation, droit du travail et inversion de la hiérarchie des normes, unification des retraites, formation pro et assurances chômage retirés aux syndicats, éducation, dose de proportionnelle, réforme de l’UE. C’est hérculéen.
        Ce n’est pas la CGT et Ruffin qui font la loi dans ce pays.
        Il est le seul à pouvoir y parvenir.

        • 30 Mai 2017 à 11h01

          JeanBart dit

          Hélas le changement clé, la disparition des statuts ouvrants droit à des inégalités devant la Loi, ne sera pas entrepris, ou uniquement à la marge.
          M’enfin, s’il fait tout le reste…

      • 27 Mai 2017 à 20h27

        lafronde dit

        Le modèle de Macron c’est l’esclavage fiscal au profit de sa politique ruineuse : la Société multi-culturelle. L’inversion des normes du Droit du Travail, en l’état actuel du marché du Travail est un effet d’aubaine pour les employeurs : précarisation pour tous !

        Ce gouvernement n’a rien de libéral, c’est un gouvernement patronal.

        Si Macron était sincère, il baisserait d’abord la fiscalité personnelle des entrepreneurs, des investisseurs, de la main d’oeuvre hautement qualifiée. Alors seulement le cercle vertueux qui est celui des pays performant pourrait se mettre en oeuvre.

        Mais qui dit baisse de la fiscalité, dit baisse des dépenses. Or pour être élu, Macron a promis es baisses d’impôts non liées à la Production : la Taxe d’Habitation, et des dépenses supplémentaires liées à l’ouverture des frontières migratoires : l’Allemagne nous renverra ses inadaptés au travail.

        Vous n’avez pas lu “la France ruinée par l’immigration” ? ou Immigration – la catastrophe” ?

        La France n’a pas besoin d’un Guide du Peuple. D’ailleurs réduire les pouvoirs civils du président serait salutaire, et replacer les Législatives en tête du calendrier électoral.

        ça suffit que l’élection représentative nationale soit polluée par une élection somme toute personnelle et manipulée par les medias de surcroît !

        • 28 Mai 2017 à 11h49

          Hannibal-lecteur dit

          Lafronde, oups, pas si vite SVP un esclavage fiscal qui diminue mes impôts, j’en redemande.
          Non libéral parce que patronal? Alors que toute la gauche fait son arme de bataille de ce foutu libéralisme des patrons? Sur quelle planète…?
          Y a qu’un truc qui peut constituer le reproche majeur àa Macron : il ne dit pas très clairement comment réduire le d’être… Or tout commence là. 

        • 28 Mai 2017 à 16h11

          lafronde dit

          @Hannibal
          Transférer la Taxe d’Habitation vers les propriétaires d’immobilier n’est pas réduire l’impôt, juste le transférer.

          Un libéral veille à la liberté des contrats. Si le marché du travail est déséquilibré en faveur des recruteurs, les salariés et les candidats-salariés (dont les demandeurs d’emploi) négocient des conditions moins bonnes.

          Or l’Etat avec ses politiciens clientélistes et utopistes gaspille l’argent public et avec sa fiscalité confiscatoire, dissuade l’entrepreneuriat.

          La lutte des classes n’est pas limitée au deux acteurs connus de la théorie marxiste : les patrons et les salariés. Le troisième protagoniste qui pille les deux autres, c’est le politicien. La formalisation de cette lutte des classes “libérale” est française et précède Marx. (consulter wikiberal – lutte des classes)

          Ne vous référez pas à la Gauche ou même aux politiciens ou encore à la Presse pour savoir ce qu’est vraiment lé libéralisme. L’Université française ne l’enseigne pas, donc tous nos enarques et haut-fonctionnaires n’ont pas intégré la puissance de la Liberté. Pourtant ce savoir est accessible à tous. Visitez “l’école de la Liberté”

          Macron c’est l’alliance des politiciens de carrières et haut fonctionnaires, du patronat “en affaires avec l’Etat”, de la Presse, et du sous-prolétariat immigré contre le petit Peuple des natifs.

        • 29 Mai 2017 à 9h02

          Hannibal-lecteur dit

          Marché du travail ” déséquilibré ” en faveur du recruteur : comment?
          Le d’être?? = la dette. 

    • 27 Mai 2017 à 19h23

      lafronde dit

      27 Mai 2017 à 17h03 i-diogene
      @i-diogène à propos du CSA

      L’article 34 de notre Constitution garanti les libertés publiques, et notamment celle de la Presse : “liberté, pluralisme et indépendance des medias”

      La régulation se fait par le libre marché pour la Presse web et pour la Presse imprimée (avec des monopoles de fait dans certaines régions pour la PQR). Pour la Radio et la TV le Législateur a opté pour une régulation étatique, et institué le CSA à cette fin.

      Vous voudrez bien Mr i-diogène vous renseigner sur la mission du CSA et les les conventions qu’il établi avec les chaines audiovisuelles et signées par elles. Toutes comporte un chapitre pluralisme politique. A fortiori France TV et Radio France où le CSA nomme leur Direction, lesquelles doivent faire respecter par leur Rédaction et le cahier des charges du Service public de l’audiovisuel et la Charte des journalistes.

      Vous constatez, mr i-diogène, que je n’invoque pas simplement un droit naturel à la liberté de l’information même soutenu par une déontologie professionnelle, comme la Charte es journalistes, mais un droit positif inscrit dans notre Constitution, et les statuts de l’instance de régulation, les conventions et cahier des charges du service public.

      Au delà des sommet de partialité comme l’Emission politique avec cette Mme Angot, il est aisé de mesurer le temps d’antenne de commentaires favorable à Macron et celui défavorable à Fillon. Il doivent être les mêmes !

      La contestation de cette présidentielle portera sur la défaillance du régulateur, sur le laxisme des Direction des medias, sur le manque de professionnalisme des Rédactions de l’ensemble des medias audiovisuels. Ces Rédactions ont renié leur Charte des journalistes pour pousser la cause progressiste.

      Il n’y a aucune raison rationnelle pour qu’un citoyen conservateur, ou républicain ou libéral ou patriote accepte cet état de fait qui n’est pas un état de droit. Nous n’acceptons pas les primaires mediatiques.

      • 27 Mai 2017 à 20h08

        lafronde dit

        Pour répondre à l’objection d’i-diogène sur la liberté de la Presse.

        Dans le secteur concurrentiel, la légitimité d’un journal, d’une Rédaction, c’est son public. Dans l’audiovisuel, certes les medias sont en rivalité d’audience, mais pas en concurrence ! La libre concurrence permet en effet l’arrivée de nouveaux acteurs Radio, et TV, ce que le CSA ne permet pas, ou pas assez, pour que l’offre d’Information audiovisuelle permette au citoyen d’exercer son droit de s’informer librement.

        On objectera qu’attribuer fréquences et canaux de diffusion c’est concéder une ressource limitée. Raison de plus pour le CSA d’être vigilant sur le droit des auditeurs et téléspectateurs, d’avoir une information non-partisane.

        Il n’y a aucune légitimité morale, et encore moins journalistique (se référer à la Charte de cette profession) de détourner à des fins partisanes un medias radio ou TV et les ressources publiques qu’elles utilisent : les fréquences.

        Si une Rédaction veut militer, qu’elle utilise les medias web et imprimés, accessible à tous, et pas son oligopole audiovisuel.

        Les Rédactions audiovisuelle qui ont pris la main dans cette campagne ont abusé de leurs moyens mediatiques. Leur Direction ont laissé faire, comme le CSA.

        Mais nous, citoyens conservateurs, nous avons été lésés dans nos droits. Contester la sincérité du scrutin va de soi. Il existe sûrement des moyens légaux de contester le PAF, ses dirigeants, sa défaillance, son organisation et surtout ses rentes.

        • 27 Mai 2017 à 20h49

          i-diogene dit

          Bof, pour démontrer une quelconque partialité des médias… Bonjour, c’ est loin d’être établi..!^^

          On peut aussi remarquer les stratégies de com, totalement catastrophiques de MLP et Fillon.. C’est évident..

          Mélenchon a mieux su s’ en tirer, les résultats sont là..

          … Alors prétendre que les médias seraient orientés pro-Macron, pro-Mélenchon et anti-MLP et Fillon, c’ est simplement ridicule..

        • 27 Mai 2017 à 21h03

          Lector dit

          “loin d’être établi”, enfin disons que c’est surtout toi qui voit les choses de trop loin pour t’en être aperçu^^

        • 27 Mai 2017 à 21h16

          lafronde dit

          Sans doute l’attitude des medias audiovisuels vous a semblé objective. C’est usuel d’être d’accord avec ce qui vous convient. La Presse radioTV est progressiste (c’est assez facile à démontrer) et vous êtes un électeur progressiste.

          Nous citoyens non-progressistes de la non-Gauche exigeons la liberté d’avoir des medias qui nous conviennent, et n’acceptons pas l’asymétrie partisane du PAF. C’est pourquoi nous sommes lecteur de Causeur, ou Valeurs actuelles, mais pas de l’Obs ou du Monde.

          Puisque l’Etat n’a ps voulu une régulation par le libre marché pour l’audiovisuel, alors il nous doit un PAF pluraliste. Ce qu’il n’a pas assuré. C’est aisément prouvable, et démontrable devant un Tribunal (manque de pot c’est le Tribunal administratif !)

          Donc un citoyen exigeant sur les libertés publiques contestera la sincérité du scrutin présidentiel, c’est un formidable atout pour délégitimer le gouvernement, et faire éclore une vraie opposition conservatrice.

        • 27 Mai 2017 à 21h26

          i-diogene dit

          Lector,

          Surtout loin des passions partisanes..

          Je n’ ai accès aux infos qu’ avec des reportages, sur YouTube ou Dailymotion.. Ce qui me donne un peu de recul..

          J’ai constaté de graves erreurs de com, répétées jusqu’ à plus soif, chez MLP et Fillon, mais aussi des coms percutantes et abondamment constructives chez Macron et Mélenchon..: ils ont empilé leur construction électorale avec méthode, comme on empile des légos pour construire un objet identifiable..

          D’ailleurs, le résultat des élections est révélateur..: ce sont les deux seuls candidats qui ont fait fructifier leur électorat..!^^

        • 27 Mai 2017 à 21h43

          i-diogene dit

          Lafronde,

          Le conservatisme est mal représenté, tout comme la Bretagne libre, la Corse autonome, la royauté ou le trotskisme..!

          L’électorat, féru de smartphone, gadgets autos et particulièrement goinfre de nouvelles technologies a cruellement et démocratiquement confirmé ce choix de société..

          Est-ce la faute du PAF ou du CSA..?

          Je comprend bien la déception des conservateurs, mais… On n’ arrête pas le progrès avec des postures obsolètes..!^^

        • 27 Mai 2017 à 23h50

          i-diogene dit

          Lafronde,

          - ” Dans l’audiovisuel, certes les medias sont en rivalité d’audience, mais pas en concurrence ! “..

          - sauf que ce sont les indices d’audiences qui déterminent les prix de la minute publicitaire et la quantité des annonceurs.. Donc agissent directement sur une partie des ressources de la chaîne..

          - Au-delà du contrôle du CSA, il est évident que les chaînes sont en concurrence directe auprès des annonceurs..

          La tenue des émissions est un atout déterminant dans l’ indice d’ audience, et là, le CSA ne peut pas intervenir dès l’ instant où la chaîne reste dans le cadre..

          Quant une chaîne déborde, elle se fait systématiquement épingler par le CSA..

      • 28 Mai 2017 à 8h11

        lafronde dit

        @i-diogène
        Vous faites bien d’évoquer la Corse indépendante, car en effet elle pourrait prendre le large. Elle est d’ailleurs gérée par les nationalistes corses. Elle a un droit historique avéré : la Constitution Paoli. D’autres régions ou départements feraient bien de s’en inspirer : mettre fin au légicentrisme parisien. Se gérer soi-même, en faisant sécession serait tout à fait indiqué pour la France périphérique dont les termes de l’échange avec la capitale sont défavorable : trop de TVA, de taxes, trop de Sécu, trop de réglementation. Vous ne croyez pas si bien dire en évoquant la Royauté, car en effet toutes nos libertés locales et nos Parlements et Etats de Province furent anéantis lors de la Révolution.(La Bretagne a pris récemment une autre direction en devenant social-démocrate).

        Ensuite vous parlez de “choix de société démocratique”. Alors… D’une part comme conservateur j’estime que c’est à la Société civile de faire par elle même ses choix, puis de les valider ou non comme une libre évolution de la Tradition. Comme libéral je ne reconnais pas le droit à la société politique d’élargir le périmètre de ses compétences, je veux au contraire le réduire. J’exige la même liberté et l’accès à l’antenne pour les journalistes et Rédactions conservatrices que pour leurs collègues progressistes.

        Il n’existe pas de neutralité ou d’impartialité éditoriale si l’on s’exonère de la Charte des journalistes. Le pluralisme de la Presse permet justement au citoyen de ne pas être captif des medias qui outrepassent les limites déontologiques. Or le CSA veille a interdire l’arrivée des medias conservateurs dans le PAF. Le CSA a nommé aussi des dirigeants partisans et progressistes à la Direction de l’Audiovisuel public. Le CSA nommé par les dirigeants de l’Etat verrouille donc une corporation journalistique progressiste. C’est un détournement du pouvoir de l’Etat à des fins partisanes. Ce qui altère la sincérité du scrutin.

        • 28 Mai 2017 à 8h52

          lafronde dit

          Comme républicain, je relève que la présidentielle n’est pas l’élection d’une représentation, mais celle d’une personne. Pourquoi en tirer un argument pour légitimer un parti plutôt qu’un autre ? Je remarque que les libertés publiques n’ont pas été garantie lors de cette campagne électorale. Or la démocratie exige le débat contradictoire, et la liberté de la Presse. Si un camp dispose de l’avantage de la Presse audiovisuelle, la sincérité du scrutin peut être altérée et donc contestée, et son résultat ne peut conférer une légitimité politique au camp présidentiel.

          Le filtre partisan de la corporation journalistique progressiste n’a aucune légitimité républicaine. C’est le pouvoir socialiste qui l’a installé en oligopole dans l’audiovisuel. C’est sans doute ce que vous avez du mal à comprendre, parce que ce filtre semble vous convenir.

          D’ailleurs cette présidentielle nuit à la qualité de l’élection législative, seule élection démocratique légitime, qui devrait se tenir en premier. Quant aux pouvoirs civils du président, ils devraient être réduits, au vu de l’usage qui en est fait.

        • 29 Mai 2017 à 2h07

          i-diogene dit

          Lafronde,

          Tu ne peux pas soutenir le royalisme et le séparatisme en utilisant des arguments démocratiques.. C’est incohérent..!

          Tu me fais penser aux régatiers mauvais-joueurs qui ont perdu une course et présentent des réclamations fantaisistes au comité de course..: comme les gamins qui remettent en cause les règles du jeu à force de perdre..!

          Réaction d’ éternel loser..!^^

          Quant à la Corse, elle serait reléguée au tiers-monde sans les subventions de l’ UE..!^^

    • 27 Mai 2017 à 17h07

      i-diogene dit

      … Reconnaître ses erreurs, c’ est se donner la possibilité de les corriger..!^^

      … Les imbéciles n’ ont que des certitudes, faute d’autres voies à explorer..!

    • 27 Mai 2017 à 16h17

      AMA dit

      Pragmatisme en vue de quoi? Faut-il vraiment se réjouir….

    • 27 Mai 2017 à 15h54

      lafronde dit

      L’échec socialiste était prévu. Celui de l’UMP a été acté en 2012 par la double défaite de la présidentielle 2012 et de la présidence de l’UMP. L’UMP n’a rien fait de sérieux dans l’opposition, même pas remis en cause ce stupide “front républicain”. LR a fait de belles primaires, mais le parti n’a pas su faire face et défendre son candidat lorsqu’il a été mis en cause. Le FN et LR sont parti à la bataille électorale chacun pour soi, Ils seront défaits tous les deux, sauf accord électoral.

      La leçon pour le citoyen est qu’une opposition même nombreuse en siège, comme c’était le cas de l’UMP, ne sert à rien ! Ce qui est nécessaire est une opposition déterminée, et qui se batte pour se faire entendre. Une telle opposition a besoin de journaux fiables, y compris dans l’audiovisuel, pour se faire entendre durant la campagne.

      Le fait que l’UMP puis LR n’aient pas réussi à imposer au pouvoir socialiste des chaines Radio et TV conservatrice, signalent l’adhésion au progressisme des dirigeants UMP-LR et leur adhésion à la ligne “ne rien faire ni dire qui-fasse-monter-le-FN ! Ligne partagée par la Presse.

      Le citoyen a de quoi être alerté, ni la Presse, ni l’Opposition ne dénoncent plus les politiques migratoires irresponsables et dangereuses pour nous, ni les faits de société, lorsqu’ils vérifient le risque qu’il y a à recevoir n’importe qui – islamiste le plus souvent – sur nos terres. Ceci “pour ne pas faire le jeu du FN”. Il n’y a donc plus de Presse ni d’Opposition qui joue son rôle ‘informer, d’alerter, de s’opposer. C’est une trahison des élites.

      C’est vrai partout où le Droit européen s’applique, sauf dans les pays qui ont des gouvernements courageux pour s’y opposer : Hongrie et Pologne. L’Autriche après ses Législatives aura peut être un gouvernement Centre-Droit-Droite : OVP-FPO (soit les homologues de LR-FN).

      Aurons-nous à Droite des leaders (dissidents chez LR) pour constituer un front républicain conservateur et patriote ? Opposé au front progressiste.

      • 27 Mai 2017 à 19h24

        isa dit

        Pourquoi voulez- vous reculer?????

        • 27 Mai 2017 à 20h14

          lafronde dit

          J’ai pas compris votre question !

    • 27 Mai 2017 à 15h24

      Patrice Lucchini dit

      Si seulement vous aviez raison …

    • 27 Mai 2017 à 14h10

      keg dit

      Et si Macron était autre! Et si la réalité dépassait la fiction et que l’on découvre que … Quel recours possible en dehors d’attendre Mai 2022.

      Se rappeler qu’au Rappel du 18 Juin, l’Histoire fut autre et suivi des pleins pouvoirs. Danger d’une chambre soumise… aux diktats macronnés.

      http://wp.me/p4Im0Q-1S6

      • 27 Mai 2017 à 16h34

        lafronde dit

        Vous avez bien raison de mettre le citoyen en garde. Macron se revendique progressiste, adepte de la Société ouverte. Il veut ouvrir les frontières migratoires, faire venir plus de clandestins en France, qu’il régularisera. Il a félicité Merkel pour son “Refugee Willkomm”! Il ne déchoira pas les criminels de leur nationalité, ceci est contre son confort moral de progressiste.

        Mr Macron couvrira les responsable de l’attentat de Nice Cazeneuve et Estrosi. Ce n’est pas un hasard s’il n’y a pas eu d’enquête parlementaire sur ce crime de masse, ni si les plaintes des parents de victimes sont bloquées, car elles mettent l’Etat en cause.

        Face aux convergences d’intérêt pour Macron et son gouvernement : Presse, Patronat, Finance, opportunistes politiques, que peuvent faire les opposants qui risquent fort d’être minoritaire, faute d’accord électoral à Droite ?

        Hé bien, le seul truc, c’est que les promoteurs de Macron en ont trop fait. Laissons de côté la procédure contre Fillon, on verra le moment venu. Le seul reproche fondé en Droit, c’est “l’Etat est-il resté impartial dans cette élection ?” Il se trouve que l’Etat garanti le pluralisme de la Presse, mais régule l’audiovisuelle via la CSA.

        Donc si le CSA n’a pas fait son travail, et a laissé la Presse audiovisuelle prendre parti – ce qui est démontrable – alors le CSA a effectué une régulation partisane, entravant les libertés publiques garanties par l’Art.34 de notre Constitution.

        L’argument que des millions de citoyens, (et notamment tous ceux qui pétitionneront) ont été spoliés de leurs libertés publiques : informer, être informer, choisir son information, est un argument majeur en Droit naturel, mais aussi en Droit constitutionnel.

        Sous ce quinquennat les opposants pourront dire au pouvoir Macronien : “vous avez bénéficié d’une triche du pouvoir en votre faveur”. Vous n’êtes pas légitimes sur l’impôt, sur le Droit du travail, sur l’ouverture des frontières migratoires. La désobéissance civile commence !

        • 27 Mai 2017 à 17h03

          i-diogene dit

          … Et allez, hop…! Encore ce complotisme débile..:

          - Le CSA gère le temps d’ antenne de façon transparente et impartiale..

          - par contre, le CSA n’ est pas habilité à gérer les contenu, ni la ligne éditoriale de chaque émission (liberté de la presse).

          - il ne faut donc pas confondre les journaux d’informations avec les émissions d’analyses et d’opinions..

          - si certains n’ ont pas convaincu les médias d’analyses et d’ opinions, qu’il ne s’en prennent qu’ à leurs communicants et leurs projets de société..!^^

        • 27 Mai 2017 à 18h51

          lafronde dit

          Pour être précis, les responbsables publics ne sont bien évidemment pas responsables des attentats, ils ne sont que responsables des réponses insuffisantes de l’Etat à la menace djihadiste.

    • 27 Mai 2017 à 13h25

      aurore dit

      Encore un qui s’y laisse prendre ..Au secours ….

    • 27 Mai 2017 à 11h02

      jbp51 dit

      Je pense que le logiciel socialiste va apparaître plus nettement prochainement . Les socialistes se caractérisent par des augmentations d’impôts et charges sur la classe moyenne et plus. Et par une réglementation tatillonne sous prétexte de mieux contrôler les abus potentiels. Autrement dit l’augmentation de la CSG touchera les retraités et les cadres  ayant des revenus supérieures au smic , tout en faisant en sorte que  la suppression des impôts fonciers ne les concernent pas. Quand à la moralisation de la vie public, interdire à un homme ou une femme d’embaucher un parent proche sous le seul prétexte que c’est un parent. Toutes les professions libérales, artisanales et agricoles apprécieront. Le pseudo “népotisme” étant défini par St BAYROU comme un péché capital. Bref, on voie venir la suite.
       
         

    • 27 Mai 2017 à 11h01

      jbp51 dit

      Je pense que le logiciel socialiste va apparaître plus nettement prochainement . Les socialistes se caractérisent par des augmentations d’impôts et charges sur la classe moyenne et plus. Et par une réglementation tatillonne sous prétexte de mieux contrôler les abus potentiels. Autrement dit l’augmentation de la CSG touchera les retraités et les cadres  ayant des revenus supérieures au smic , tout en faisant en sorte que  la suppression des impôts fonciers ne les concernent pas. Quand à la moralisation de la vie public, interdire à un homme ou une femme d’embaucher un parent proche sous le seul prétexte que c’est un parent. Toutes les professions libérales, artisanales et agricoles apprécieront. Le pseudo “népotisme” étant défini par St BAYROU comme un péché capital. Bref, on voie venir la suite.

         

    • 27 Mai 2017 à 10h49

      cm2187 dit

      La fin du politiquement correct avec Macron? Je ne vois rien dans ses propositions qui changera la politique d’immigration en France, et l’islamisme qui va avec.

    • 26 Mai 2017 à 20h41

      thierry bruno dit

      C’est ce qui s’appelle “retourner sa veste plus vite que son ombre”. Et en plus, pour sortir des âneries : “apparition d’un homme exceptionnel”. Qu’a fait d’exceptionnel M. Macron depuis le 7 mai ? Rien. Si, peut-être nous épargner Madame qui s’est faite un peu discrète, mais ça ne va pas durer. Pour le reste, rien de rien, mille fois rien.
      En revanche, une confirmation : l’impressionnante indépendance de la justice et de la presse. Un ministre, M. Ferrand, a manifestement fait un très truc assez douteux dans une passation de marché public. Le porte-parole du gouvernement dit, en substance, “circulez, il y a rien à voir”, et la presse circule. Le pôle financier : “il n’y a pas matière à poursuivre sur les allégations du Canard enchaîné”. Il pourrait peut-être enquêter, non ?
      Avec des larbins dans la presse et à la justice, M. Macron a un boulevard devant lui. Il n’en est pas pour autant exceptionnel.

      • 27 Mai 2017 à 2h10

        i-diogene dit

        Thierry Burno,

        Une mutuelle n’ est pas soumise à la loi des marchés publics, puisque c’ est un organisme privé..!^^

        Si tu juges l’indépendance de la presse et de la justice avec des critères aussi foireux… Tu peux retourner au vestiaire..!^^

        • 28 Mai 2017 à 20h50

          thierry bruno dit

          Cher monsieur ou madame qui disposez d’un excès de gènes d’idiotie,
          vous avez encore perdu une belle occasion de ne pas la ramener. Même si le marché passé par la Mutuelle n’est pas un marché public, il n’empêche qu’il y a là une pratique plus que douteuse de M. Ferrand puisque, comme par hasard, c’est la SCI de son épouse qui a été la moins-disante. Par quel hasard est-elle parvenue à faire la meilleure proposition ? Et si la réaction des médias et des juges ne vous choque pas dans cette affaire, c’est donc qu’en plus d’être particulièrment idiot, vous souffrez aussi d’un déficit de mémoire.
          Enfin, évitez le tutoiement, et si la seconde personne du pluriel vous pose des problèmes, achetez-vous un Bled.

    • 26 Mai 2017 à 19h50

      DARZEE1 dit

      M.Nueil va peut-être un peu vite….de même que l’ensemble des commentaires…très septiques.
      Attendons que le nouveau Président soit confronté aux dures réalités.

    • 26 Mai 2017 à 17h55

      dubitatif dit

      Au fond vous faites un pari. Vous pensez que Macron, quoique coopté et porté au pouvoir par les oligarchies mondialistes métisseuses, multiculturalistes, antifrançaises et LGBT, va virer sa cuti une fois aux responsabilités et prendre la mesure d’urgence nécessaire, sans laquelle tout politique est forcément un traitre au peuple français: stopper complètement l’immigration, pratiquer une politique d’immigration zéro.

      En bien: acceptons votre critère. Nous jugerons Macron sur sa politique migratoire. S’il fait ce que vous espérez, s’il stoppe complètement l’invasion et tourne résolument le dos au multiculturalisme, nous accepterons Macron comme un homme de la France. Sinon, nous le combattrons durement.

      Malheureusement, il y a tout lieu de croire que vous êtes un fumiste. Vous nous bourrez le mou, comme tant d’autres. Macron poursuivra l’assasinat du peuple français et il mettra même le turbo. On peut en être certain. On aimerait se tromper et vous croire. Mais ce serait croire au père Noël, ou Nueil!

      Pourquoi est-ce que vous vous foutez du monde comme ça? Vous devriez avoir honte.

      Il parait que vous êtes un romancier. Je n’avais jamais entendu parler de vous. Mais cette prise de position farfelue pro Macron, ne me donne pas envie de lire le romancier Alain Nueil!

      Désolé… 

      • 27 Mai 2017 à 3h59

        i-diogene dit

        Du Putatif,

        Evidement, si tes seuls critères de société sont raciaux et identitaires, tu vas être cruellement déçu..!^^

        … Mais comme vous êtes largement minoritaires, on vous conservera au musée des horreurs, dans un bocal de formol..!^^

        • 27 Mai 2017 à 9h21

          petilu dit

          Le syndrome de Diogène continue à frapper. Quelle profonde intelligence!

        • 27 Mai 2017 à 15h42

          i-diogene dit

          Le syndrome du PetiCul, ce sont les hémmoroïdes: l’ anus horribilis..!^^

      • 27 Mai 2017 à 10h42

        Scarabas dit

        L’auteur fait le pari qu’un homme intelligent et pragmatique se rendra compte des dégâts de l’immigration de masse plus vite que les idéologues bornés qui viennent de quitter le pouvoir. La disparition des deux ministresses exotiques, exhibées par la gauche comme des indigènes dans une exposition coloniale, est un bon signe. Pas de “diversité” dans les ministères importants de Macron. Vous devriez lire “La mille-et-deuxième nuit”, ça vous ferait rire, bander et ça vous mettrait de meilleure humeur.

    • 26 Mai 2017 à 12h42

      la licorne dit

      L’auteur de cet article semble prendre ses désirs pour des réalités et va bien vite en besogne….Il est possible que Macron nous surprenne agréablement mais il vaut mieux attendre plus de gages. Déjà s’appuyer sur un individu comme Ferrand, prototype archétypal de ce qu’il prétend combattre (et en voir la preuve sortir dans le Canard mais après les élections contrairement à Fillon et comme par hasard) pose déjà problème….Enfant des insouciantes années 70, où le TV nous repassait les actualités de l’Occupation dont le top lèche au Maréchal Pétain nous faisait hurler de rire, j’ai l’impression de revoir la même chose en couleur avec Macron remplaçant le Maréchal auprès des journalistes, sauf que là, ceux qui rient se cachent.
      Intelligent Macron ? Facile d’être intelligent quand un pouvoir réel mais discret a mis hors d’état de nuire votre principal opposant et que la propagande a fait le reste….. Macron, comme beaucoup d’”intelligents” dans un pays dominé, est celui qui a la meilleure photocopieuse en lieu et place du cerveau pour restituer au pouvoir la forme d’intelligence qu’il attend : celle de la soumission. Déjà avoir dans ses équipes les cervelles capables de penser qu’on puisse imaginer vous faire payer un impôt sur le loyer que vous n’avez pas à payer si vous être propriétaire de votre logement relève quand même d’une sacrée perversion attendu qu’aucune société ne peut être pérenne sans la reconnaissance du droit de propriété…. Pourquoi pas un impôt aux hommes en couple sur l’argent qu’ils économisent en frais de drague pour “l’accès à la sexualité ” (puisque c’est l’élément de langage trouvé par nos “élites” pour conceptualiser les choses les plus humaines et que les “intelligents” reprennent pour avoir leur sussucre)
      Seule la nomination d’un ministre de l’EN “normal” et espérons le la résistance à tout ce que va faire “la gauche” pour le dégommer sera l’indice de ce que vous voulez croire… Car la gauche, malfaisante car égalitariste existe, hélas.

      • 26 Mai 2017 à 14h32

        gnu dit

        ” Facile d’être intelligent quand un pouvoir réel …”
        Non, on est intelligent ou on ne l’est pas, c’est intrinsèque.
        Il suffit de demander à ses ex professeurs ce qu’ils en pensent.
        Evidemment qu’il est super intelligent, on ne peut avoir son parcours en étant un âne.
        Après ce qui compte pour nous est ce qu’il fait de son intelligence …

        • 26 Mai 2017 à 16h18

          Hannibal-lecteur dit

          G est nu, votre normalité est affligeante : de nombreuses intelligences supérieures n’ont pas eu de résultats scolaires bons : voyez Einstein lui-même, ordinaire, Coluche, l’actuel patron de Leclerc, le seul des trois frères à n’avoir pas son diplôme d’ingénieur, etc. 

        • 27 Mai 2017 à 14h34

          gnu dit

          Vous m’avez mal lu et faites un sophisme.
          Est-ce que j’ai dit qu’un illettré est un âne ?! 

        • 27 Mai 2017 à 16h05

          Hannibal-lecteur dit

          Gnu, la normalité affligeante c’est ” il suffit de demander à ses ex profs ” parce que ça, mes exemples veulent montrer le contraire.

      • 26 Mai 2017 à 16h39

        i-diogene dit

        La licorne,

        NON, il n’ est pas question, dans le programme de Macro, de faire payer des taxes sur des loyers fictifs.. C’est une INTOX..!^^

        Le Penny gate n’ a rien changé: il suffit de voir les prévisions du LR pour les législatives: ils ne dépasseront pas 20 %..!^^

        L’intelligence:

        - c’ est déjà de vérifier les infos ou intox, avant de les reproduire..

        - C’est aussi d’ admettre quand l’ adversaire est le plus fort..!^^

        • 26 Mai 2017 à 16h48

          durru dit

          Il est question de:
          - exonérer 80% des ménages de la taxe d’habitation
          - ne pas réduire les budgets des collectivités locales
          Comment penses-tu qu’il va s’y prendre, autrement que par une augmentation des taxes foncières? Que ça s’appelle pas “loyer fictif”, peu importe, c’est une taxe supplémentaire sur les propriétaires, point.
          C’est toi qui es intoxiqué, à la macronite aiguë.

        • 26 Mai 2017 à 17h30

          golvan dit

          @ durru à 16h48
          Vous avez entièrement raison mais on peut aller plus loin dans l’interprétation du macronisme.
          En effet, Macron rejoint le medef en faisant remarquer que le fait d’être propriétaire de son logement réduit la mobilité géographique si le propriétaire en question se retrouve au chômage ! La meilleure façon de rendre mobile une main d’oeuvre docile est d’encourager le locataire et non pas le propriétaire. Cqfd. 
          Ceux qui ont voté Macron ne vont pas tarder à comprendre les grandes lignes de ce qui lui sert de pensée politique et qui n’est en réalité que le rêve d’un grand patronat hors sol et du monde de la finance, que certains appellent un peu rapidement les libéraux.  
          Et comme vous l’expliquez très logiquement, ce sont les captifs des frontières françaises, les propriétaires incluant ceux qui ne possèdent que leur logement, qui devront compenser les effets délétères des promesses de celui qui veut exonérer les produits financiers de l’ISF.  
          A lire certains fans de Macron, j’ai l’impression que jamais personne avant lui n’a été élu sur un tel malentendu, son programme n’étant que la marche forcée vers plus d’UE et plus d’abaissement des frontières, le marché unique sans contrainte souhaité par les puissants qui l’ont financé et placé sur le trône. 

        • 27 Mai 2017 à 3h35

          i-diogene dit

          Durru, Golvan,

          Vous spéculez sur du vent..!

          Depuis trente ans, la rente et l’immobilier sont favorisés fiscalement en France, par rapport à l’ activité qui est mise systématiquement à contribution..

          Il en résulte un tel déséquilibre que:

          - l’ immobilier français (vente, location) est de 20 à 40 % plus cher qu’ en Allemagne..

          - les produits de consommations courants (essences, courses alimentaires, etc..), sont aussi de 15 à 30 % plus chers qu’ en Allemagne..

          - la main d’oeuvre et son coût social, sont également plus chers qu’ en Allemagne..

          POURTANT, le pouvoir d’ achat des allemands est supérieur à celui des français et l’ IDH également..

          Le programme de Macron tend à rétablir un équilibre économique plus favorable à la libre entreprise, l’investissement dans l’ activité, donc à la création d’emplois..

          Vu vos réactions, je constate que 10 millions de chômeurs, ça ne vous gène pas vraiment..!^^

        • 27 Mai 2017 à 11h27

          durru dit

          Débile!
          Le gouvernement français a aussi encouragé les voitures diesel par rapport aux essence, contrairement à tous nos voisins. Et il faudrait obliger les contribuables, d’un seul coup, à payer la note, pour les fautes des crétins qui nous ont dirigé?
          Pareil pour l’immobilier. Les gouvernements successifs (et je te rappelle que Macron a été LE conseiller économique de notre dernier génie) ont encouragé les Français a investir dans la pierre, ce qui a bien rempli les caisses de l’Etat et a aussi réglé une bonne partie de la pression immobilière, et tu veux maintenant que ce soit les même Français lambda qui trinquent? Pour les conneries de leurs dirigeants? T’es gonflé, toi.
          Les chômeurs, c’est pas lié au prix de l’immobilier, mais à la pression fiscale qui pèse sur les entreprises, au code du travail très contraignant et à l’environnement économique peu sécurisant (grèves à la pelle, lois qui changent toutes les cinq minutes, etc). Faut arrêter de fumer la moquette.

        • 27 Mai 2017 à 11h39

          durru dit

          Et l’évolution depuis 2007, à coups de bonus écologiques qui “oubliaient” de prendre en compte les particules?

        • 27 Mai 2017 à 19h30

          isa dit

          Il y deja une tapée de ménages qui ne payent pas du tout (ou très peu ) de taxe d’habitation.
          Les taxes foncières n’ont pas bondi. 

    • 26 Mai 2017 à 7h32

      QUIDAM II dit

      Vous vous êtes trompé sur Emmanuel Macron…  Vous pensiez donc qu’il avait la tripe démocratique.