Emmanuel Macron, maoïste en col blanc? | Causeur

Emmanuel Macron, maoïste en col blanc?

Esquisse d’un portrait intellectuel

Auteur

Lucien Charon

Publié le 30 janvier 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

emmanuel macron revolution mao

Emmanuel Macron. Sipa. Numéro de reportage : 00787596_000001.

Indépendamment des programmes, des déclarations de circonstance, des alliances et de leurs revirements, chaque responsable politique est d’abord habité par une vision personnelle du monde et de la condition humaine. Cette vision façonne en profondeur ses décisions, ses actes, et l’empreinte qu’il laisse sur son temps.

Puisqu’Emmanuel Macron semble s’imposer comme personnage politique, il est temps de se demander quelle est son anthropologie, son fonds. Au-delà de l’image du bon élève à qui tout réussit, du gentil garçon propre sur lui, du gendre idéal, que pense l’homme ? Au-delà d’un programme parfaitement sculpté dans l’air du temps et que l’on estimera plus ou moins libéral, mais qui se révèle surtout pragmatique, à quoi croit-il ?

Son livre de candidature, Révolution, n’apprend pas grand-chose à ce propos. Cependant, au détour de considérations toujours bien tournées, on y débusque quelques saillies qui semblent révéler sa matrice morale.

Les sources

Ses lectures d’abord. S’il nomme Molière, Racine, Giraudoux, Mauriac, Giono, Colette, il glisse au passage que « Gide et Cocteau étaient ses compagnons irremplaçables ». Singulière sensibilité ! Et s’il mentionne longuement Ricœur dans son livre, c’est Alain qu’il cite pour ses vœux « Penser printemps » de cette année. Cependant, il ne qualifie pas ce dernier de philosophe, mais de « grande figure du radicalisme français ». Étonnant ! Rien d’autre ne transparaît à ce stade. Il faudra suivre dans la durée si des éléments complémentaires remontent, qui contribuent à identifier un cadre intellectuel clair.

Le sens de la vie sociale

La question du sens ne semble pas intéresser Emmanuel Macron, mais certains traits laissent deviner que le travail, on s’en doutait, tient chez lui une place centrale dans l’existence : « Nous devons donner à chacun un travail, et à chaque travail une rémunération digne et des perspectives »; « Je veux une France efficace, juste, entreprenante, où chacun choisit sa vie et vit de son travail ». Qu’en est-il de ceux qui ne peuvent travailler, soit par l’âge, soit par la santé, soit par suite des aléas de la vie ? Ont-ils un horizon en ce monde ? Point de réponse. On voit poindre là un élément typique de l’anthropologie libérale classique, où l’homme n’existe que par et pour son labeur. Cette orientation est complétée par nombre de réflexions sur ce qu’est la France, sur ce que signifie être Français.

La France

A ce sujet, les définitions fusent, sans souci de cohérence.

D’abord, la France est sa langue, et rien que cela. « Or, qu’est-ce que la France et d’où venons-nous ? De mes premières années, je l’ai dit, je garde mon lien le plus intime avec notre pays. Le lien que j’ai construit avec la langue française. Le cœur de ce qui nous unit est bien là. Ces mots, parfois usés ou redécouverts. Cette langue qui charrie toute notre histoire et qui nous rassemble depuis que François Ier, à Villers-Cotterêts, a eu cette intuition géniale de bâtir le royaume sur la langue. [...] C’est bien ce qui fait de nous une nation ouverte, parce qu’une langue s’apprend, et avec elle les images et les souvenirs qu’elle évoque. Celui qui apprend le français, puis le parle, devient le dépositaire de notre Histoire et devient un Français ». Que penser des ressortissants des pays francophones ? Sont-ils intimement colonisés par leur langue maternelle ? Et ne peut-on apprendre et aimer le français sans y perdre sa nationalité ?

Ensuite, la France « est aussi un État et un projet, celui d’une nation qui libère. Notre Histoire a fait de nous des enfants de l’État, et non du droit, comme aux États-Unis, ou du commerce maritime, comme en Angleterre. [...] C’est ainsi que l’État a, en France, partie liée avec l’intime des individus et des groupes ». Emmanuel Macron s’inscrit ici dans la plus stricte tradition jacobine.

Enfin, on retrouve sans surprise la profession de foi moderne dans le contrat social. « Ce qui tient la France unie, c’est sa passion réelle, sincère, de l’égalité ». Plus loin : « notre pays, pour faire face à ses défis, ne peut se tenir uni, réconcilié, que par une volonté. Une volonté qui donne un mouvement, dessine des frontières qui en même temps rassemblent et donnent un sens à ce qui nous dépasse. Oui, la France est une volonté ».

Sur ce plan, Emmanuel Macron s’affirme en héritier direct de la philosophie politique des Lumières : la volonté commune des citoyens se concrétise dans l’État, et il suffit de partager cette volonté pour faire partie intégrante de la nation, ce que marque la langue française.

Jusqu’ici se dessine une vision très classique de la politique pour un Français : rousseauiste, jacobine et libérale. Mais ce n’est pas tout.

Quelle révolution ?

Il y a ce titre, cette incantation répétée à la révolution. Quelle révolution ? Ce n’est jamais dit, en fait. Faut-il y lire l’horizon ultime de son action, ou une simple figure de style ?

Et cette « marche » sans but indiqué, est-elle un lointain écho à la longue marche qui précéda la prise du pouvoir par le grand Timonier, ou bien juste la métaphore d’un progressisme qui ignore où il va ?

Un motif très marxiste revient à deux reprises dans son livre : « Nous sommes en train de vivre un stade final du capitalisme mondial qui, par ses excès, manifeste son incapacité à durer véritablement ».  « Je ne sais d’ailleurs si ce capitalisme n’est pas en train de vivre ses dernières étapes en raison même de ses excès ». Mais il n’en dit pas plus et laisse ces menaces énigmatiques planer sur notre avenir.

Un autre thème cher aux révolutionnaires apparaît une fois, l’ennemi intérieur : « Cette France, républicaine par nature, qui est la nôtre, a des ennemis. Les républicains ne peuvent jamais faire l’économie de les nommer. Ces ennemis si divers ont tous en commun d’être des rêveurs – mais des rêveurs parfois criminels –, des puritains, des utopistes du passé. Ils croient détenir une vérité sur la France. Ce n’est pas seulement un danger, c’est un contresens. La seule vérité qui soit française, c’est celle de notre effort collectif pour nous rendre libres, et meilleurs que nous sommes ; cet effort qui doit nous projeter dans l’avenir. Ces ennemis de la République prétendent l’enfermer dans une définition arbitraire et statique de ce qu’elle est et de ce qu’elle devrait être. Il y a les islamistes qui veulent l’asservir et qui, l’expérience le montre, n’apportent que le malheur et l’esclavage. Il y a le Front national qui, animé par une absurde nostalgie de ce que notre pays n’a jamais été, lui fait trahir ce qu’il est. Il y a ceux qui se rallient à l’extrême droite en adoptant ses thèses. Il y a les cyniques qui fuient la France ou la méprisent. C’est beaucoup de monde et, en même temps, ce n’est pas assez pour nous retenir ». Le retenir de quoi, c’est ce qu’il ne précise pas. S’agit-il simplement d’aller de l’avant, ou d’entrer en lutte ouverte contre ces ennemis nommés ?

Quant à déclarer ennemis de la France ceux qui se réclament du patriotisme, c’est rendre impossible toute unité nationale et vouer le pays à la fracture. Car faire France inclurait tous les Français, sans discussion ni tri. Mais l’unité n’est pas sa question. Bref, Emmanuel Macron cultive un tropisme pour l’incantation révolutionnaire.

Au centre de la gauche

Les derniers mots du livre sont finalement les plus significatifs. Emmanuel Macron désigne ainsi « ce que la politique a de plus noble : transformer le réel, déployer l’action, restituer le pouvoir à ceux qui font ». Le réel n’est pas un donné à recevoir et à respecter, mais une matière à refaire à sa main. Seule l’action compte, et l’action emporte le pouvoir. On reconnaît là une posture toute nietzschéenne, qui semble le récapituler.

Progressiste, jacobin, libéral, rousseauiste, révolutionnaire et finalement nietzschéen, Emmanuel Macron pense dans les travées de la gauche. Est-il centriste ? Oui, au centre de la gauche.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 1 Février 2017 à 19h00

      gigda dit

      …. Macron et la longue marche, Macron la Révolution ? Je me demandais à quoi ça me faisait penser, j’ai trouvé :
       « Ma révolution porte ton nom
      Ma révolution n’a qu’une seule façon
      De tourner le monde De le changer
       Pour toi, je ne cesserai jamais de marcher
      Ma révolution porte ton nom … Macron ? »
      Sur deezer bien sûr où l’on trouve aussi bien la chanteuse de télé réalité que le personnage éligible … quel art de tout recycler: de Ricoeur à Jennifer ! 

    • 1 Février 2017 à 19h00

      gigda dit

      Macron et la longue marche, Macron la Révolution ? Je me demandais à quoi ça me faisait penser, j’ai trouvé :
       « Ma révolution porte ton nom
      Ma révolution n’a qu’une seule façon
      De tourner le monde De le changer
       Pour toi, je ne cesserai jamais de marcher
      Ma révolution porte ton nom … Macron ? »
      Sur deezer bien sûr où l’on trouve aussi bien la chanteuse de télé réalité que le personnage éligible … quel art de tout recycler: de Ricoeur à Jennifer ! 

    • 1 Février 2017 à 17h32

      QUIDAM II dit

      Macron l’a dit : son mouvement acceptera les ralliements des socialistes à son mouvement mais ces derniers ne se verront confier aucune responsabilité.
      Autrement dit, En Marche ne sera pas la voiture balai des responsables du PS (en panique de naufrage électoral) qui devront redevenir des militants de base, c’est-à-dire colleur d’affiches pour leur ex-copain, devenu la sémillante nouvelle idole sociale-libérale des patrons du CAC 40 et celle d’enthousiastes jeunes bobos hallucinés voyant en Macron un leader « hors système ».
      Le nombre de déclarations d’amour politiques adressées à Macron devraient décroitre rapidement…

      • 1 Février 2017 à 17h47

        QUIDAM II dit

        leur nombre devrait décroitre…

      • 1 Février 2017 à 17h55

        i-diogene dit

        Macron ne veut pas dans son gouvernement, de vieux politiciens de gauche ni de droite avec leurs casseroles collées au cul..!^^

        La mise au placard de toute ces cliques corrompues est une bonne chose, approuvée par de nombreux français de tout bords..

      • 2 Février 2017 à 0h12

        Flo dit

        Macron racole Bayrou maintenant :-D

    • 1 Février 2017 à 16h50

      i-diogene dit

      Radagast, Saul, Durru, Lector…

      Quand vous parliez du mythe d’ Icare, c’ était au sujet de Macron ou de Fillon..?

      J’ai un trou, j’ me rappelle plus..!^^

      • 2 Février 2017 à 10h10

        Lector dit

        T’inquiète, plus il y a de trous dans l’Gene, moins il y a de gruyère pour Macron le fondu. Ubérise-toi mon grand.

    • 1 Février 2017 à 16h22

      steed59 dit

      j’adore la remarque de Federbusch sur Macron : le télévangéliste de l’oligarchie !

    • 1 Février 2017 à 15h38

      i-diogene dit

      Fillon pourrait se disculper facilement:

      - il suffirait qu’il démontre que son épouse a réellement exécuté sa charge d’ Assistante Parlementaire.. C’est très simple, quand-même..

      - Bin NON.. Il préfère faire comme Sarkosy: remettre en cause l’ indépendance de la justice, dénoncer un complot institutionnel venu de la gauche, etc..

      - Un Sarkosy qui avait tenté d’ asservir la Justice à l’ exécutif, en supprimant les juges d’instructions (indépendants du parquet) au profit des procureurs (soumis à la hiérarchie du ministère)..

      - Des chouettes républicains..!^^

      - G. Fenech (LR) voudrait réunir une assemblée extraordinaire du LR afin de pousser fillon à se retirer… Même dans son propre camp, il n’ a plus de soutien..

      - Marc Jouleau, suppléant de Fillon est également sur le grill, pour avoir pérennisé l’ emploi fictif de Pénélope.. Ce qui constituerait un délit en réunion (plus de trois personnes impliquée)..

      - Mal va..!^^

      - D’un autre côté, suite à la dénonciation d’OLAF sur les détournements de fonds de Marine Le Pen, le Parquet a ouvert une enquête préliminaire pour détournement de fonds en réunion..

      - A l’image des chômeurs abusifs qu’ elle dénonce depuis toujours, MLP est contre l’ UE, mais pas contre l’ argent qu’elle en reçoit indûment..!^^

      - bien avant ces affaires, Macron avait prévu dans son projet de programme, de faire une loi imposant un casier judiciaire vierge, comme préalable à toute candidature électorale, quelle qu’ elle soit..

      … Comme quoi, le problème de fraude, corruption et abus divers, est ancien, connu et récurrent..!^^

      • 1 Février 2017 à 15h53

        durru dit

        Quand je disais qu’on est en pleine époque d’essor des tribunaux populaires! C’est la rue qui décide de la culpabilité, c’est face à la rue qu’il faut se disculper. La République Démocratique Populaire Bananière Française vient de naître.

        • 1 Février 2017 à 16h20

          i-diogene dit

          Durru,

          - La rue..? Donc le peuple serait anti-démocratique et bananière..?

          - et l’ oligarchie corrompue serait démocratique..?

          .. Tu vas bien, dans ta tête..?

          La Justice est républicaine et s’est construite sur 200 ans de débats démocratiques, donc certainement pas populiste..!^^

        • 1 Février 2017 à 16h28

          durru dit

          “La rue”, c’est à dire les hystériques comme toi ou Nadia, ceux qui crient le plus fort. Vous n’êtes pas “le peuple”.
          Il n’y aurait pas un pouvoir judiciaire, dans un régime démocratique? C’est ça que tu qualifies d’”oligarchie corrompue”?
          Pour l’instant, que je sache, la justice n’a prononcé aucun verdict. Sauf si les médias et les “analystes” ne s’érigent en tribunaux “populaires”. Il est grand temps d’arrêter ces inversions de rôles.
          Pour le reste, tes cris, imprécations et autres injures, comment dire… on s’en est habitués.

        • 1 Février 2017 à 17h01

          i-diogene dit

          Durru,

          Faudrait savoir:

          - soit la justice est instrumentalisée,
          - soit elle ne l’ est pas, puisqu’ indépendante de l’ exécutif et des médias..

          .. Tu dis quoi, aujourd’hui..?

          - si elle innocente Fillon, elle est indépendante,
          - si elle le condamne, elles est corrompue..?

          T’es juste un clampin de groupie de la clique des élites corrompues..: dans une démocratie, les élus ne sont pas au-dessus des lois..!^^

        • 1 Février 2017 à 17h10

          durru dit

          Mais t’es complètement débile, ma parole. La justice, qu’elle soit instrumentalisée ou pas, n’a pas encore mis en accusation Fillon, à ce que je sache. Ce sont les excités du bulbe (dont tu fais partie) qui l’ont fait. Tout ce que je dis c’est qu’il faudrait réduire un peu le son, vous risquez d’exploser.
          Et laisser les affaires de justice à la justice. Même si la publication en temps réel de tous les développements liés à Fillon ne sont pas trop dans l’esprit, ni dans la lettre, de la loi…

    • 1 Février 2017 à 14h45

      Warboi dit

      Copé ou Poisson ?

      • 1 Février 2017 à 15h10

        durru dit

        Vous disiez pas que vous préférez garder Fillon? Vous avez (encore) changé d’avis?

    • 1 Février 2017 à 14h27

      Pyrrhon dit

      Milan Kundera, Andreï Makhine, Hector Bianciotti, Tahar Benjelloun, sont devenus des auteurs français par passion pour la langue française. Emmanuel Macron exprime la même passion, mais ayant choisi l’action, il lui reste à épurer, à peaufiner ses intentions. En cette période difficile, il pourrait être un recours.

    • 1 Février 2017 à 14h01

      mogul dit

      Fillon est aux abois. Il en est déjà à essayer de gagner du temps auprès de ses ses soutiens. Il est conscient de l’impasse dans laquelle il est. C’est vraiment pas bon signe pour lui.
      Je pense aussi que le plan B est déjà acté.
      Réjouissez vous quand même, électeurs de droite. Je ne croyais pas au programme de démantèlement et de soumission de Fillon, comme je ne croyais pas à sa capacité à rassembler. Non qu’on aura forcément mieux avec son remplaçant, mais celui ci sera peut être plus apte à faire la synthèse entre les fillonistes orphelins, les juppéistes et sarkosystes.
      C’est peut être un mal pour un bien. 

      • 1 Février 2017 à 14h29

        Warboi dit

        Pas faux mais malina l’a dit avant… c’était vraiment le pire, c’est pour ça que je l’aimais beaucoup.
        Bon, moi je lance ma pétoche “gardons Fillon” -;)))

        Plus sérieux, le plus incroyable dans cette histoire et c’est pour cela qu’il se défend si mal, c’est qu’il ne voit pas le problème…Et c’est aussi pour cela que c’est si grave.

      • 1 Février 2017 à 15h14

        durru dit

        Mogul, ça serait tout de même étonnant que ceux qui n’ont pas voté pour Fillon (ou même contre lui) soient contents à 100% de sa présence et de son programme. Cependant, c’est le choix qui a été fait par une large majorité des électeurs présents en novembre. Et il faut dire que le nombre n’était pas si réduit que ça. Alors, la première chose censée à faire serait de demander l’avis à ces quelques millions. Vous seriez peut-être très étonné de constater que leur choix ne correspond pas au vôtre. Tant pis.

    • 1 Février 2017 à 13h41

      C. Canse dit

      Bizarre, aucune pétition s’élevant contre ce déni de démocratie !

       L’affaire du collier 2017 ! 

       M. Fillon a tout à fait raison, il s’agit bien là “d’un coup d’état institutionnel”. 

      • 1 Février 2017 à 13h45

        Warboi dit

        Quel déni ?

        • 1 Février 2017 à 13h47

          C. Canse dit

          Je n’ai pas de temps à perdre à expliquer des évidences.

        • 1 Février 2017 à 14h01

          Warboi dit

          Ben voyons. Devant un juge, ce sera un peu djeuste.
          J’espère pour lui que son avocat est meilleur que vous.

        • 1 Février 2017 à 14h05

          C. Canse dit

          Pas sûr. Faut payer (beaucoup) pour voir. :-)

      • 1 Février 2017 à 13h46

        C. Canse dit

        En tout cas, LR n’a vraiment pas intérêt à me fourguer un solde (Juppé ou Sarkozy), je déteste le second choix et les laissés pour compte.

        • 1 Février 2017 à 14h03

          Warboi dit

          Ingrate, vous l’enterrez bien vite votre héros !
          Moi je préfèrerais vraiment qu’il s’accroche, comme il est il me va très très bien -;)))

        • 1 Février 2017 à 14h07

          C. Canse dit

          Ce sont les primaires que j’enterre. 

           

    • 1 Février 2017 à 13h23

      C. Canse dit

      De quoi vit M. Macron ?

      D’où vient l’argent de sa campagne ? Transparence oblige, il ne manquera pas d’en publier la liste.

      • 1 Février 2017 à 13h26

        C. Canse dit

        La liste de ses financiers. 
        Financiers ? La finance n’est plus l’ennemi des socialistes ? Ceux qui prennent le train en marche, attention ! Sauter d’un train en marche est risqué !
        D’autant plus que les bus ont une fâcheuse tendance au carambolage.
        Le bus, le corbillard moins cher que le train ! 

      • 1 Février 2017 à 13h37

        Warboi dit

        aujourd’hui de ses droits d’auteurs.

        • 1 Février 2017 à 13h43

          C. Canse dit

          Ha, ha, ha, ha.

          Il ne doit pas mener grand train (j’oubliais les bus Macron).
          C’est quoi le titre de son best-seller ? Il en faut du fric pour financer une campagne électorale. 

        • 1 Février 2017 à 13h58

          Warboi dit

          Son livre s’appelle Révolution, il a fait grand bruit mais pas jusque chez vous.
          Sinon vous confondez revenus personnel (le bouquin) et frais de campagne !!!! Ce qui expliquerait bien des choses chez vos amis LR ou FN qui ont tendance à faire comme vous, vu le nombre d’affaires pénales qu’ils ont aux fesses.
          Les frais de campagne sont couverts par les dons des adhérents, pas plus de 7500 euros par an et par personne (dont les comptes sont très scrupuleusement transmis à l’autorité de contrôle) et un emprunt bancaire en son nom propre qui lui a été très facilement accordé au vu de ses excellents sondages.

        • 1 Février 2017 à 16h13

          i-diogene dit

          - Pour financer sa campagne électorale, en quelques mois, Macron a rassemblé plus de 14 000 souscripteurs à son projet..Avec une moyenne de dons de 240 €..

          - pour ses revenus personnels, il a aussi sa société de conseil en placements..

          Pas de soucis d’ argent, contrairement à bien d’ autres..!^^

    • 1 Février 2017 à 13h22

      Tolstoy dit

      Je ne comprends pas pourquoi Pas un seul média ne met VRAIMENT les pieds dans le plat. Fillon a raison de dire, aujourd’hui, qu’il est victime d’un coup d’état institutionnel de la gauche. D’une certaine gauche, je dirai…pour parler de celle qui pue les trafics en tous genres.
      L’autre veut casser la vaisselle pour son départ. Il fait ce qu’il faut pour eliminer Valls et promeut un Hamon qui ne fait d’ombre à personne…
      C’est une manière de dire ” vous vous êtes mordu les doigts de m’avoir élu en 2012, demain vous vous boufferez le bras d’avoir choisi Macron ”
      Et il a raison. Les français devront alors se poser la seule question qui vaille : valons-nous mieux que d’être aussi facilement manipulés ?

      • 1 Février 2017 à 13h41

        Warboi dit

        La source est à droite pourtant… Les coups les pires viennent toujours des “amis”.
        Sinon vous n’avez pas bien suivi la primaire de la gauche.
        Hollande voulait y aller, Valls l’a eu au chantage. Si tu y vas, j’y vais aussi et je te battrai. Et Gros pépère a cédé. Il a bien fait d’ailleurs, il n’aurait même pas été qualifié pour le second tour…
        Quant à soutenir Hamon, a t-il le choix ? soutenir Macron c’est signer tout de suite l’acte de décès du PS. Cela viendra bien assez tôt, il lui laisse une dernière chance. Ou dernière illusion.

    • 1 Février 2017 à 13h00

      Warboi dit

      Fillon peut commencer à préparer son avenir, ses copains vont s’occuper de lui, les premiers sondages sous la barre des 20% commencent à arriver (faits avant les dernières révélations de mardi…) et leur compassion va fondre comme esquimau au soleil.
      Mais pour moi ce n’est pas le plus intéressant.
      Le plus intéressant c’est que Bayrou n’est crédité que de 4%, frais non remboursables donc, et qu’il prend 1% à Macron, 1 à Fillon, 1 à Hamon et 1 à Le Pen… Saupoudrage qui lui enlève tout pouvoir de nuisance.
      http://www.lesechos.fr/elections/presidentielle-2017/0211757760697-sondage-fillon-serait-elimine-des-le-premier-tour-de-la-presidentielle-2061837.php

      Mais attention, le retrait de Fillon ne fait pas forcément les affaires de Macron comme l’a très finement observé malina. Clivant et borné, campé sur son programme inapplicable, il était de loin le meilleur adversaire.
      Rien ne dit qu’un jeune loup LR (jeune c’est relatif mais plus jeune disons) ne mordra pas plus sur son aile droite.
      Il faut sauver le soldat Filon !

    • 1 Février 2017 à 12h40

      FM Arouet dit

      Un titre pour épater le bourgeois. Vous devriez faire carrière dans la pub. C’est peut-être le cas d’ailleurs.Pour le reste….

      • 1 Février 2017 à 13h06

        Warboi dit

        L’article n’a pas été commenté, ou à peine, aucun intérêt, que des projections désirantes.

        • 1 Février 2017 à 15h09

          durru dit

          “que des projections désirantes”
          Les vôtres en premier lieu.

    • 1 Février 2017 à 6h36

      radagast dit

      31 Janvier 2017 à 23h40
      Lector dit

      Bonsoir Durru ! ;) et bonsoir à Flo, à qui je dois le récit d’une histoire drôle, celle de l’énarque et du berger corse (je vais vous en narrer la version courte dans le prochain commentaire).

      J’ai bien aimé votre histoire Lector mais où est donc celle de Flo ?

      • 1 Février 2017 à 7h54

        Flo dit

        Salut Radagast . 

        Très juste sur les cars. Cela tourne au fiasco.

        Salut Lector, très bon l’histoire des moutons.

        Idio, pourquoi la finance se l’arrache ?  A ton avis pauvre pomme  ? Pour tirer les ficelles de ta marionnette nommée macron. 

        • 1 Février 2017 à 8h31

          expz dit

          Bonjour ,Flo
          “Logiquement” , lorsque l’on postule à une école comme l’ENA ,c’est que l’on a le “sens du service public” (Sinon , il existe des écoles comme HEC…):ça devrait être le minimum.
          Macron , inspecteur du corps des finances en parfaite collusion avec le monde financier s’est empressé de le quitter au bout de 4 ans pour (il est là le vrai capitalisme de connivence). Mais si l’argent c’est bien , le pouvoir , c’est mieux .Donc en 2011 vu la dégringolade d’une UMP complète ,il préfère choisir un PS prometteur… Je suppose qu’il a remboursé les frais de scolarité en proportion.
          Ni droite , ni gauche (c’est le slogan du défunt MODEM): libéraliser l’économie=baisser les charges=diminuer la dépense publique . Où placer cette politique de gauche?
          Imagine-ton Fillon face à la CGT? Mais imagine t’on le banquier Rothschild à sa place?
          Et le “gentil Macron” face à des tueurs comme Poutine ou Trump (qui n’a reçu Mme May que pendant 15 mn , c’est dire son haut degré d’estime pour les Européens)?ce sera l’effondrement du morveux dès les premiers coups.
          En Octobre , j’étais très inquiet sur les capacités de Fillon a encaisser les coups , préférant la rudesse de Juppé face au monde peu avenant qui se profile.
          Pour moi , aujourd’hui , Fillon montre qu’il a ces qualités de chef d’Etat face à l’adversité: Caractère ,constance , froideur et volonté.
          Et je me fous que Pénélope ait touché 5000 balles par mois pour faire son secrétariat.

        • 1 Février 2017 à 13h19

          Warboi dit

          Fillon s’est lamentablement défendu.
          Il est allé exhiber sa femme dimanche en lui brâmant qu’il l’aimait au lieu de donner des preuves, de vraies preuves aux enquêteurs, il s’est emmélé les pinceaux sur les compétences de ses gosses, il a menti ouvertement en prétendant qu’il n’avait qu’un compte en banque, alors que c’est interdit par le règlement de l’AN, puis il a fait intervenir ses soutiens pour démentir piteusement.
          Il s’enfonce, un peu plus chaque jour.

          Macron a naturellement remboursé ses frais de scolarité quand il a démissionné de la FP.
          Il est le seul des candidats à ne pas bénéficié en ce moment d’un traitement de député, tous les autres font compagne payés par l’Etat ou l’UE.
          Un Président qui ment comme un arracheur de dents alors qu’il se prétend irréprochable, avantage ses proches ou les fait avantager, qui exige des sacrifices de tous et se sert royalement, qui pratique l’emploi fictif, vote contre la loi Cahuzac et démissionne sa femme un mois avant sa mise en œuvre, cela ne vous dérange pas ?
          Et bien moi un Président qui connaît le monde de l’entreprise, de la finance internationale, dans le contexte ouvert et ultra complexe qui est le nôtre, cela ne me dérange pas bien au contraire, c’est un atout, une chance. Fillon, Hamon, Le Pen, Mélenchon sont des apparatchiks qui vivent dans une bulle politicienne de petits arrangements, de petites combines, de frondeurs qui s’accrochent, de faux copains qui s’entre-débinent, pas lui.

        • 1 Février 2017 à 14h26

          expz dit

          Bravo! ” Il connaît le monde de l’Entreprise” : un peu trop justement , et c’est tout le problème .
          Il n’est pas nécessaire pour un véritable homme d’Etat de maitriser les techniques et “coups” financiers, mais plutôt de s’entourer de personnes compétentes et de trancher ensuite sans état d’âme .
          Vous nous ressassez votre opinion , mais tout le monde a bien compris , évidemment, qu’en tant que bon petit soldat Macronien ,vous le défendriez .Tant mieux pour vous.
          Vous devriez,en réalité défendre un projet précis et rigoureux . En 2012,Sarko a été battu avec 48,2% alors qu’on le donnait perdant dès le premier tour et que nombre de médias prétendaient qu’il irait en prison .Epargnez-nous vos petits calculs dignes de la 4e République…Non , ça ne me “dérange” pas même si c’est , effectivement, regrettable . Je l’ai déjà dit précédemment…
          Allez , un petit questionnaire:
          Mr Macron veut conserver les 3% de déficits.Comment ? En faisant une politique sociale/de gauche ? Sans réduire la dépense? Et moi qui pensais que seule Marine était une fée…
          La défense de Fillon serait cafouilleuse? Et alors? Il a plusieurs comptes à Sablé sur Sarthe? Et alors , c’est grave? Ils sont en Suisse ?
          “Macron est le seul -en ce moment-…”:Rassurez-vous , il saura rattraper le temps perdu plus tard…
          Mais la question essentielle n’est pas là , la VRAI c’est : De quel caractère Mr Macron est-il forgé devant l’adversité ?A t-il seulement 1 fois connu les épreuves qui forgent le cuir des VRAIS hommes d’Etat? Celui des élus par exemple , qui jouent leur réélection tous les 5 ans? Quel est son degré de volonté face à l’adversité ?Comme Hollande, incapable de décider?
          Et l’on devrait confier notre destin à un gars qui n’a jamais fait-à minima-ses preuves?

        • 1 Février 2017 à 14h43

          Warboi dit

          On ne connaît jamais “trop” le monde de l’entreprise.
          Au moins il sait de quoi il parle.
          Sinon je ne vois pas en quoi le cuir (de Russie ?) dont est forgé parait-il Monsieur Fillon lui est utile dans l’épreuve. Il est misérable, bredouillant et inaudible. Il fait pitié, réduit qu’il en est à mettre en avant sa pauvre femme.
          Je préfère de loin un gars de 38 ans, inconnu, qui se lance quasi seul, avec une poignée de fous dans son genre, parce qu’il a une vision globale, construite, achevée, pour son pays, un projet et une stratégie. Qui veut dépasser les clivages, libérer pour mieux protéger, renvoyer votre monde mourant et dépassé au siècle dont il vient.
          Vous auriez sûrement préféré Barras à Bonaparte… Pas moi.
          Vous étiez sans doute de ceux qui ricanaient “la bubulle médiatique va exploser”. On dirait que vous ne ricanez plus du tout. C’est déjà ça.

        • 1 Février 2017 à 15h26

          expz dit

          Eh bien moi ,je pense que ce cuir est essentiel . Quand à Bonaparte,justement , il avait déjà un passé . Vos ricanements? On verra en Avril…Le monde a changé? Oui et il est encore en train de changer depuis quelques mois.
          “Il sait de quoi il parle” :mais sur le monde de la finance je n’en doute pas une seconde…
          Encore une question (auquel-évidemment-vous ne répondez pas)vous êtes arrivé à convaincre combien de personnes sur ce site ?

      • 1 Février 2017 à 8h02

        Flo dit

        Et je n’ai pas d’histoire à raconter :-(

    • 1 Février 2017 à 6h01

      radagast dit

      Concernant la question des “cars” et des bienfaits de Macron à leur égard :
      J’ai cru comprendre qu’après une période d’explosion digne du Cambrien la concurrence outrancière sur les tarifs qu’ont mené les compagnies a abouti à la faillite de la plupart d’entre elles ou à leur rachat et que le secteur est en voie rapide de concentration (on dit : “de restructuration ” en langage d’énarque) , prélude à un réajustement des tarifs plus compatible avec la rentabilité de ces sociétés .
      Alors les cars Macron ,c’est comme toujours avec les réformes guidées par un libéralisme idéologique ( celui en particulier des partisans de Schumpeter ) on ruine un secteur économique qui fonctionnait encore pour satisfaire l’appétit de grands groupes purement financiers qui ont les moyens capitalistiques de tuer leur concurrents par la guerre des tarifs .
      Je n’y vois rien de vertueux .
      Le social-libéralisme de Macron c’est bien le renard libre dans le poulailler libre avec quelques mesures “libertaires” en matière “sociétales” pour faire “de gauche”.

      • 1 Février 2017 à 8h41

        durru dit

        Cher Radagast, je crois que vous faites erreur. Ce qui arrive au marché des cars n’est pas le résultat d’un “libéralisme idéologique” (d’ailleurs, le libéralisme n’en est pas une, d’idéologie), et encore moins un modèle schumpeterien.
        C’est juste encore un autre exemple de capitalisme de connivence, où des politiques et des fonctionnaires hors sol mettent en place des règles et des normes pour favoriser leurs copains des grands groupes qui ont fait auparavant un puissant lobbying pour “orienter” ces règles et normes.
        J’ai suivi l’évolution du même type de problématique dans un environnement vraiment déréglementé, la Roumanie des années ’90, et je peux vous garantir que même plus de 25 ans plus tard le marché est tout aussi concurrentiel et les prix tout aussi bas. Il n’y a pas de mystère, soyez-en certain.

      • 1 Février 2017 à 12h08

        FM Arouet dit

        Puisque les états sont incapables de réguler, il faut bien que ce soit le marché qui le fasse à leur place. En tentant de faire sauter les barrières qui faussent une libre concurrence, Macron fait le travail.En dehors d’un marché libre et non faussé, point de salut. Et faites-nous le plaisir de ne pas confondre libéralisme et capitalisme. Le premier tend vers l’ouverture ; le second vers le monopole.

        • 1 Février 2017 à 13h23

          Warboi dit

          http://www.lefigaro.fr/societes/2016/12/13/20005-20161213ARTFIG00123-les-cars-macron-gagnent-en-popularite.php

          Les cars désenclavent et libèrent une catégorie de la population qui ne pouvait pas se déplacer, le train étant hors de prix. Je pense en particulier aux étudiants qui peuvent rentrer chez eux tous les week ends.

        • 2 Février 2017 à 7h11

          durru dit

          Oui, oui, c’est ça: “le capitalisme tend vers le monopole”. Vous avez bien appris votre première leçon en cours accéléré de marxisme.
          Et c’est Macron qui prône un marché “libre” et surtout “non faussé”?
          Vous en avez d’autres, des blagues comme ça?

      • 1 Février 2017 à 16h40

        i-diogene dit

        Radagast,

        - ” … on ruine un secteur économique qui fonctionnait encore..”..
        .. Parce que la SNCF serait un secteur économique rentable..? Hahahaha..

        C’est un secteur porteur, mais les syndicalisme à la française en a fait une secteur éternellement en déficit et particulièrement bordélique et corrompu..

        La SNCF est le seul transport ferroviaire d’ Europe à être déficitaire..

        .. Idem pour Air France, idem pour le RATP et l’ EDF..!^^

        • 2 Février 2017 à 7h09

          durru dit

          Il n’y a pas que les syndicats qui ont détruit la SNCF (comme EDF, RATP et autres Air France). La gestion calamiteuse de l’Etat, faite de coups de pub pour mettre en lumière tel ministre ou tel énarque en poste à l’instant T, et aussi des décisions économiques sans la moindre logique.
          Sans parler des choix politiques calamiteux, comme la construction de gares TGV en pleine cambrousse ou autres incitations au diesel pour détourner la clientèle du fret. Et plein d’autres évidemment.

    • 1 Février 2017 à 5h47

      radagast dit

      Il y a dans son cas une certaine imposture à se prétendre ni de droite ni de gauche.
      Pour moi , “ni droite , ni gauche ” c’est se réclamer d’autres valeurs que celle de la politique.
      L’immense Homme et comèdien , le regretté Jacques Dufilho disait : “je suis monarchiste de gauche et anarchiste de droite ” pour dire que pour lui le combat ne se situait pas là et qu’il ne se concevait pas comme un acteur “engagé” .
      Dans le cas de Macron c’est vouloir prendre des mesures de droite dans certains cas et de gauche dans d’autres ,sans pouvoir se réclamer d’un corpus , d’une tradition précis.
      Cela s’appelle au choix en langage populaire :
      ” mi chèvre , mi choux ”
      “ni chair , ni poisson ”
      “avoir le cul entre deux chaises”
      “alliance de la carpe et du lapin ”
      etc.

      • 1 Février 2017 à 12h38

        FM Arouet dit

        Vous voulez encore penser de façon binaire et vous prenez à la lettre un mot d’humoriste. C’est confortable de penser binaire. Hélas, c’est très limité.

        • 1 Février 2017 à 12h48

          durru dit

          Oui, mais c’est beaucoup mieux que ne pas penser du tout.

    • 1 Février 2017 à 3h43

      Wil dit

      “La démence chez l’individu est quelque chose de rare.Dans les groupes,les partis,les peuples,les époques,c’est la règle”.Nietzsche.
      Bonne nuit.

      • 1 Février 2017 à 5h39

        radagast dit

        ” La foule met toujours de ses mains dégradées quelque chose de vil sur les grandes idées ”

        Victor Hugo.

        Bonne journée.