Charlie: Elisabeth Badinter, laïque punk | Causeur

Charlie: Elisabeth Badinter, laïque punk

Traitez-là d’islamophobe, elle s’en contrefiche!

Auteur

Marc Cohen

Marc Cohen
est rédacteur en chef de Causeur.

Publié le 07 janvier 2016 / Religion Société

Mots-clés : , , , , ,

Elisabeth Badinter laïcité islamophobie

Il y a une publicité que j’aime beaucoup en ce moment. La scène se passe dans une agence bancaire. On y voit un client se mettre à chanter ses doléances, à la manière des Parapluies de Cherbourg (j’ai bien dit « à la manière de », les purotins sont priés d’aller pinailler ailleurs). Donc ce client chante, et son banquier s’inquiète genre : « Mais pourquoi donc me dites-vous les choses en chantant ? » Et là le client répond : « Oui mais quand je vous explique le problème en parlant normalement, vous ne m’écoutez pas. »

Mutatis mutandis, c’est exactement ce que vient de faire Elisabeth Badinter à l’occasion de la commémoration des massacres de janvier. Non pas qu’elle ait chanté la laïcité (j’ai dit « mutatis », allez voir dans les pages roses, bande de flemmasses), mais elle a utilisé pour se faire comprendre ce qu’on pourrait appeler une rhétorique carrément punk.

D’habitude, quand Elisabeth Badinter s’exprime sur nos valeurs, elle le fait fermement mais posément. On pense à une fugue de Jean-Sébastien Bach. C’est d’une clarté, d’une beauté, d’une rigueur implacables. Mais le malcomprenant pourra faire semblant de n’y voir que de la musique d’ambiance.

Ce malentendu persistant, Elisabeth Badinter l’a levé hier matin sur France Inter en martelant le mot qui fâche, IS-LA-MO-PHO-BIE, façon Sex Pistols. Adieu clavecin, écoutez son concerto pour nitroglycérine :

« Il faut s’accrocher et il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d’islamophobe, ce qui a été pendant pas mal d’années le stop absolu, l’interdiction de parler et presque la suspicion sur la laïcité. A partir du moment où les gens auront compris que c’est une arme contre la laïcité, peut-être qu’ils pourront laisser leur peur de côté pour dire les choses. »

Et comme il semble que ses intervieweurs du service public n’ont pas tout bien compris dans leurs têtes, SuperElisabeth  leur laisse à peine le temps de respirer et repasse une couche quinze secondes après : « On ferme le bec de toute discussion sur l’islam en particulier ou d’autres religions avec la condamnation absolue que personne ne supporte : “Vous êtes raciste ou vous êtes islamophobe, taisez-vous !” Et c’est cela que les gens ne supportent plus : la peur, pour des gens de bonne foi, qu’on puisse penser que vous êtes raciste ou antimusulman fait que vous vous taisez. C’est la meilleure arme qu’on pouvait trouver à l’égard des gens de bonne foi. »

Et comme Léa Salamé fait des mines dégoûtées et lui demande si ce rejet du concept d’islamophobie n’est pas stigmatisant pour tous les musulmans, Miss Badinter se voit obligée d’en re-remettre une couche pour Salamé-qu’en-tient-une-couche sur « l’islamophobie » : « Je me suis aperçue depuis quelques années que c’est la phrase-clé qui arrête tout et je veux pouvoir, comme beaucoup d’autres, discuter d’une religion, de toutes les religions. Donc je ne veux pas qu’on me ferme la bouche avec ça. »

Bref, bravo et merci à Elisabeth Badinter d’avoir rabâché méchamment des vérités, plutôt que de continuer à prêcher gentiment dans le désert (Ah zut, je me relis avant publication, là, et je me rends compte que la métaphore du désert peut choquer certains lecteurs : quand on énonce le mot désert, le lecteur va penser Sahara et kisséty qui habite autour du Sahara, hein ? Délit d’islamophobie subconsciente, ça va chercher dans les combien ?).

*Photo : SIPA.00714567_000032.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 26 Janvier 2016 à 16h18

      JOSEPHA dit

      Je remercie E. Badinter pour son courage car il en faut pour dénoncer , le communautarisme, le tabou sur ce mot islamophobie qui veut dire peur de l’islam (moi en tant que femme j’ai peur de l’islam !! et je le revendique),dénoncer les entorses a la laïcité que “l’observatoire de la laïcité ne dénonce pas.

    • 12 Janvier 2016 à 23h27

      Fuckwit13 dit

      C’est domage que la spiritualite est percue comme d’appartenir aux religions qui se dechirent sur sa definition. Elles ont bien toutes leur definition propre a leurs dogmes. Alors, avons nous , libres penseurs , le droit d’avoir des notions de spiritualite non divines mais plus dans l’ordre des emotions ressenties. Je n’ai aucun lien avec les religions. Mais j’ai quand meme des opinions a propos de l’Islam qui generalement ne sont pas tres reluisantes dans bien des cas. Mais aussi, l’histoire des religions en France a ete truffee de beaucoup de violence.
       Je ne suis pas raciste comme je ne suis pas religieux. Suis je islamophobe pour autant?… Pas plus ou moins que je suis catho, huguenot (mon truc).. Meme si j’aime des aspects decoulant du Boudhisme , je ne suis pas trop emerveille par les amulettes ou les gris gris… Mais une invasion par des barbares me pousse a utiliser des termes qui conviennent a definir leur conduite. Tous des attilas sans courage et surtout tres laches envers les femmes.
       

    • 12 Janvier 2016 à 16h31

      isa dit

      En tous cas, l’intervention de E. Badinter conduit le PS a se déchirer.

      Ou l’on voit enfin ce… De Bianco sous son véritable jour: 

    • 12 Janvier 2016 à 13h49

      Michel69 dit

      Ce faire traiter “d’islamophobe” est une lettre de noblesse! Il y a longtemps que l’on m’honore de ce titre. Quant à Elisabeth Badinter elle reproche les comportements à son égard qu’elle adopte elle-même envers ceux qui ne sont pas d’accord avec elle… comme elle l’a fait envers les opposants au mariage de même sexe, à l’adoption, la PMA et la GPA pour tous! Cette dame a quand même demandé la légalisation de la sous-traitance des grossesses pour les femmes qui ne souhaiteraient pas porter leur enfant! Alors je n’hésiterai pas à partager ces combats contre l’islam envahissant, mais elle n’aura droit à mon admiration ni pour ses “travaux sur la maternité”, ni pour ses positions “Bergé-solidaires”! https://www.youtube.com/watch?v=dlPiuj1KyE0

    • 12 Janvier 2016 à 10h14

      jcm dit

      je suis islamophobe prosélyte, c’est ma différence avec houellebecq qui se croit islamophobe intelligent en masquant son prosélytisme, ou avec Gilles Kepel qui se croit la dernière chance pour éviter la guerre civile.
      Tu veux la paix : para bellum.

      “Je suis naziphobe, je suis anti-faciste, je suis contre l’inquisition” : on enfonce ici des portes ouvertes. “Je suis islamophobe”, ce serait raciste !

      Aujourd’hui, la critique mondiale contre l’islam a la forme d’un raz de marée qui évolue pour l’instant très vite en eau profonde avec une vague qui ne doit pas dépasser un mètre, et qui ne demande qu’à atteindre la centaine de mètre quand le relief va se relever et empecher cette énergie de se cacher dans les profondeurs. C’est la disparition pure et simple de l’islam qui est en jeu, une rélégation inconnue par a soudaineté.

      Les vrais musulmans modérés, ça n’existe pas, autrement qu’en littérature où l’on dit oxymore.
      Qu’est-ce qu’un musulman modéré ? Un occidental en quête de ésotérique disparue, façon Maurice Béjard. Pas un vrai musulman.
      En fait, un musulman modéré, ça existe mais c’est invisible, parce qu’un musulman modéré, c’est un apostat qui craint pour sa vie s’il dit publiquement qu’il renie l’islam.

      la question de l’amalgame entre l’islamophobie et la racisme est directement liée à la toute puissance terroriste de la Loi sur l’apostasie et de la fatwa.

      On a une croyance aveugle dans l’effondrement inéluctable des dictatures. le bloc de l’Est a disparu, Pol Pot est dans les chiottes de l’histoire….mais à y regarder de plus près, il y a des abominations politiques qui se maintiennent avec talent : la Corée du Nord…
      les abominations religieuses tiennent néanmoins le haut du pavé en terme de durabilité : elles sont le système le plus abouti de l’horreur sur terre, jouant sur la double compétence de la séduction et de l’organisation.

      la peine de mort contre l’apostasie est la clef de voûte du système de domination, l’apostasie est le blasphème absolu, elle symbolise la liberté, l’ennemi politique majeur de la religion fanatique.
      On a cru qu’en tant que non musulman nous étions à l’abri de la menace , nous ne sommes pas des apostats car nous ne sommes pas musulmans. l’attentat contre Charlie signifie la fin de cette frontière : l’islamophobe va subir la même peine que l’apostat, avec la bénédiction des antiracistes qui sont aujourd’hui le bras intellectuel masqué des ennemis de la liberté. l’antiracisme a pratiquement été éradiqué en occident : il n’a plus aucun fondement intellectuel, il n’a plus cours, mais le racisme est avancé encore comme un danger.

      Il n’y a donc pas photo, il ne faut pas craindre de passer pour un raciste en attaquant l’islam en tant que tel, car en notre for intérieur , nous sommes capables d’apprécier à leur juste valeur les calomnies, et si la question du racisme ne se pose plus, en revanche, j’en suis venu à me demander aujourd’hui ce qu’est réellement le prétendu antiracisme.

      Qu’est-ce aujourd’hui que l’antiracisme, si ce n’est un mot usurpé qui sert de masque aux forces liberticides ?

      Plus prudemment, Elisabeth Badinter se recentre sur le bienfondé total de l’islamophobie, qui n’est en aucune façon un crime en soi.
      la qualification de racisme prononcée contre l’islamophobie est si notoirement ridicule qu’on se demande comment on a pu en arriver là, pour que les évidences d’Elisabeth Badinter apparaissent comme des exploits.
      les antiracistes autoproclamés sont devenus les meilleurs alliés des islamistes : en ce sens , les authentiques antiracistes feraient mieux de s’interroger sur ce mot contemporain : antiraciste , et ce qu’il représente désormais.
      La défense de la Liberté prime la lutte contre le racisme en ce sens qu’il n’y a pas d’antiracisme authentique ailleurs que dans les pays libres. Et s’il y avait à choisir , à supposer que l’on doive faire un choix théorique tragique, je sacrifierai la lutte contre le racisme à la défense de la liberté sans la moindre hésitation.

    • 10 Janvier 2016 à 9h02

      HomoIslamophobusFestivus dit

      “Quant à l’hédonisme institué, c’est la promotion de la non-limite.
      Comme le caméléon, il change de couleur et de conduite. Enrobé de
      nazisme ou de bla-bla démocratique, c’est le culte du bon plaisir
      érigé en valeur. J’ai médité Primo Levi et Robert Antelme décrivant
      leurs geôliers, et je lis Michel Houellebecq, ses récits lucides du
      plaisir à mort. Partout, qu’il s’agisse des camps ou de la caserne
      libertaire, je retrouve ce conformisme arrogant de l’hédonisme sous
      toutes ses formes. Une société en proie au déchaînement des fantasmes,
      avec à la clé le recul de l’esprit critique et le rétrécissement du
      champ de la pensée: c’est cela l’obscurantisme. Sans compter sa pente
      vers la provocation et ses effets, directs ou indirects, de violence.

      – Bien des jeunes se tournent vers l’Islam parce qu’il leur offre un
      cadre normatif, ces limites et ces interdits qui leur manquent. Votre
      sentiment sur ce phénomène?

      – Je suis d’accord avec vous. J’y vois une réaction de sauvegarde, qui
      touche la jeunesse d’origine non européenne avant tout mais pas
      seulement; en somme, un refus de s’intégrer à la désintégration. Je me
      suis souvent exprimé sur la débâcle institutionnelle et ses suites,
      que j’ai d’abord entrevues en Afrique dans mes missions
      internationales. Je le redis: ça coûtera ce que ça coûtera en drames
      et en vies sacrifiées, mais l’humanité n’acceptera pas ce que la
      décomposition subjective promue par l’Occident prétend imposer. Les
      effets de cette décomposition nous font déjà retour, sourdement.
      L’islam est sur le devant de la scène, pour l’instant. Ce n’est pas
      pour autant qu’une réflexion en profondeur s’amorce ni que nos
      politiques s’infléchissent.”

      (Pierre Legendre, entretien à “La tribune de Genève”, juin 2004)

    • 9 Janvier 2016 à 21h59

      AGF dit

      Peu nombreux sont ceux dont la parole , rare en l’occurrence, est porteuse de vérité. Elizabeth Badinter est de ceux-là.
      Cette référence en matière de droit des femmes, d’antiracisme et d’éthique tout court vient de lancer un avertissement à la classe politique et ses innombrables relais médiatiques et éducatifs dont la démagogie a dépassé les bornes .
      Ce délire compassionnel envers la minorité musulmane se traduit par la dénonciation d’une islamophobie imaginaire qui serait l’apanage des français non musulmans.
      Il est important que cette grande dame se soit exprimée avec les mêmes mots que ceux qu’emploient les gens ordinaires pour rejeter les ignominies dont on les accable.
      Mais ne doutons pas que le petit cercle “Terra Nova” et les amis de Pierre Bergé ne tarderont pas à lancer leur fatwa et à rejeter Elizabeth Badinter dans le camp de la “France moisie” telle que la définissent Les Indigènes de la République, Tarik Ramadan et leurs incontournables idiots utiles Autain, Duflot, et autres Mélenchon.

    • 9 Janvier 2016 à 21h37

      AGF dit

      Il faut dire que le service public, à cours de journalistes est allé chercher la fille d’un ancien ministre de la culture …libanais. Histoire de clouer le bec de ces cons de franchouillards qui n’y connaissent rien aux civilisations arabes (merci Jack langue) auxquelles cette Europe de barbares et de dégénérés doit tout.. Et d’abord les kebabs et le couscous

    • 9 Janvier 2016 à 16h57

      curnonsteen dit

      à Peter 33
      Il n’y a pas, hélas, que les terroristes de l’état islamique : il y a les autres fêlés du Coran et pour autant que je sache, je ne fais pas de vélo, si vous voyez ce que je veux dire.

      • 10 Janvier 2016 à 12h12

        Peter33 dit

        Il y a en effet tous les autres fêlés, de toutes les religions, et pas seulement du Coran, de Anders Breivik a Baruch Goldstein et autres.

    • 9 Janvier 2016 à 16h16

      radagast dit

      Brillante et riche héritière de M Bleunstein-Blanchet , épouse de qui l’on sait , madame Badinter a longtemps été une des étoiles de la nomenklatura de gauche.
      Nous avons toujours su que ça ne l’empéchait pas d’être intelligente , son bon naturel a semble t’il fini par reprendre le dessus.

      • 9 Janvier 2016 à 16h58

        la pie qui déchante dit

        Bleunstein Blanchet ??,

        la pauvre …

    • 9 Janvier 2016 à 15h59

      la pie qui déchante dit

      “”Délit d’islamophobie subconsciente, ça va chercher dans les combien “”

      3 loukoums et un brick à l’oeuf ,

      Ca va???

      • 9 Janvier 2016 à 16h19

        Peter33 dit

        Je vous laisse les loukoums et je prends le brik a l’œuf. Ca va ?

        • 9 Janvier 2016 à 17h14

          la pie qui déchante dit

          je vous savais retord mais pas à ce point là ..

          c’est non …
          le brick à l’oeuf , c’est ce que je préfère …;

    • 9 Janvier 2016 à 14h32

      la pie qui déchante dit

      Son mari a supprimé la peine de mort …

      elle l’a réinventée quand on la lit …

      • 9 Janvier 2016 à 22h04

        AGF dit

        Surprenant! Avez-vous lu entre les lignes ?

        • 10 Janvier 2016 à 12h40

          la pie qui déchante dit

          Non ,

          je me suis endormi avant …

    • 9 Janvier 2016 à 12h39

      salaison dit

      “« On ferme le bec de toute discussion sur l’islam en particulier ou d’autres religions avec la condamnation absolue que personne ne supporte : “Vous êtes raciste ou vous êtes islamophobe, taisez-vous !” Et c’est cela que les gens ne supportent plus : la peur, pour des gens de bonne foi, qu’on puisse penser que vous êtes raciste ou antimusulman fait que vous vous taisez. C’est la meilleure arme qu’on pouvait trouver à l’égard des gens de bonne foi. »………

       il fallait que ce soit une socialiste qui le dise !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! 

      • 9 Janvier 2016 à 21h42

        AGF dit

        Il fallait qu’ E.Badinter le dise.