Chronique d’une élection qui n’a pas eu lieu | Causeur

Chronique d’une élection qui n’a pas eu lieu

Et qui laisse les fractures françaises grandes ouvertes

Auteur

Mathieu Bock-Côté

Mathieu Bock-Côté
est sociologue, auteur du "Multiculturalisme comme religion politique" (Cerf Ed., 2016).

Publié le 28 mai 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

L'immigration, l'identité, la mutation anthropologique ont été escamotées comme par magie de la campagne électorale. Mais les angoisses identitaires n'ont pas disparu pour autant. Elles seront au coeur des clivages de demain.

Panneaux électoraux vierges à Nantes, avril 2017. SIPA. 00800805_000007

Rien ne se passe jamais comme prévu. 2017 devait être une échéance vitale dans l’histoire politique française. Dans un pays bousculé par le terrorisme islamiste, l’immigration de masse, la crise identitaire et une révolution anthropologique devenue folle, l’élection présidentielle devait être le moment d’une grande explication, d’un choix de civilisation entre grandes options pour une fois clarifiées. La démocratie française réinvestie d’une charge existentielle exceptionnelle, les passions y retrouveraient droit de cité, l’esprit tragique congédiant pour une fois la mentalité gestionnaire. Ce n’est pas seulement un président qu’on allait choisir mais un nouveau cap collectif. Le peuple irait même jusqu’à l’imposer aux élites qui seraient comme d’habitude réfractaires aux trop grandes ambitions historiques.

Le progressisme domine toujours

C’est ainsi qu’on a transformé en certains milieux la candidature de François Fillon en occasion de renaissance conservatrice pour la France. C’était un peu malgré lui : l’homme ne s’était jamais reconnu dans cette vocation providentielle de sauveur de la civilisation. On l’a pourtant imaginé dans ce rôle : il incarnait quelque chose qu’on (et qu’il) ne soupçonnait pas. Il devenait le symbole de cette permanence française que le bougisme ne serait pas parvenu à effacer. Étrangement, l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy devenait l’homme du grand refus. On misait sur lui pour renverser l’époque. Il refusait de se plier au joug des humoristes et nommait les choses par leur nom.

>> A lire aussi: Macron: comment les médias ont influencé l’élection

Mais il s’agirait d’un refus civilisé, courtois, non histrionique. Le conservatisme permettrait d’éviter le populisme. Entre le Canada de Trudeau et l’Amérique de Trump, Fillon incarnait la résistance intelligente à l’époque. Elle aurait le charme un peu désuet et pourtant irrésistible du vieux monde en cravate, modéré, réservé, étranger au politiquement correct sans verser dans le politiquement abject. C’est la France bourgeoise, provinciale, catholique et modérée qui tiendrait tête au monde à la barbarie contemporaine

La candidature Fillon était aussi perçue comme l’aboutissement d’un bouillonnement idéologique de plusieurs années, ayant entraîné la renaissance politique du conservatisme. On se racontait un peu des histoires. Car si la présidence Hollande a donné une image navrante de la gauche, le progressisme n’en conservait pas moins

[...]

  • couv.46

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 105 - Mai 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    couv.46
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 30 Mai 2017 à 11h01

      keg dit

      On n’a pas élu un président. on a élu un supposé remède à nos maux. Mais après le rAppel du 18 Juin on saura si la potion fut magique ou maléfique…. .
      Il est des excipients pires que les effets à combattre. Cela s’appelle des effets secondaires. En attendant ils sortent, déjà, les stylos pour remplir vos chèques en blanc déposés dans l’urne du 07 Mai 2017.

      http://wp.me/p4Im0Q-1Su

    • 30 Mai 2017 à 9h07

      lagudoc dit

      Mais Macron il fait un sans faute médiatiquement.Il fait un sans faute parce que l’on nous dit qu’il fait un sans faute.Il suffit d’allumer sa télé.On nous dit qu’il fait un sans faute du matin au soir en toutes occasions,depuis le soir de son election sans interruption,sans la moindre réserve.Je ne sais pas encore ou est le sans faute et a propos de quoi et ce qui aurait constitué une faute.Je vois des images,une logorrhée d’images et de commentaires dithyrambiques décorées de prétendus symboles que l’on invente ,mais allons y soyons fous.Le seul sans faute que j’identifie est celui qui consite a réussir a évacuer ce qui aurait pu et du etre une campagne electorale.

      • 31 Mai 2017 à 14h40

        lafronde dit

        Vous avez mis dans le Mille ! Cette élection est un coup d’Etat mediatique. L’oligarchie macroniste nous dira “mais les électeurs ont voté librement” encore heureux ! et puis “la Presse est libre, votre candidat alternatif (quel qu’il soit) a été moins bon !”

        Parlons-en de la Presse ! Si le web et la Presse imprimée est libre et pluraliste,ce n’est pas le cas de l’audiovisuel. Depuis 2012 il n’y a plus de Presse d’Opposition sur les ondes ! Sauf Radio Courtoisie, exception qui confirme la règle. Et la pseudo-opposition UMP-LR n’a strictement rien fait pour rétablir le pluralisme politique à l’antenne.

        Sans vigilance de l’opposition, le CSA a donc nommé à France TV et Radio France des Directeurs qui n’ont pas assuré un Service public impartial et pluraliste. La présidentielle l’a prouvé. Mais du coup elle a été manipulée.

        Cette fraude à l’information politique est une infraction aux règles :
        1 à la déontologie professionnelle – la Charte des journalistes
        2 aux Conventions signées par les chaines avec le CSA (à son Cahier des charges pour l’audiovisuel public)
        3 à la loi “Léotard” de 1986 (1ère cohabitation) qui institue le CSA (CNCL alors) et qui garanti le pluralisme politique
        4 à la Constitution Art 34 : libertés publiques

        L’élection présidentielle a donc été une fraude aux libertés publiques, et tout ce que trouve à faire LR est de promettre au pouvoir un front républicain avec ses candidats ! Autrement dit LR rallie l’Exécutif !

        Il n’y a plus d’opposition crédible !
        La dictature Macron est En Marche !

    • 30 Mai 2017 à 7h08

      isa dit

      Qui a pu croire une seconde que l’extrême- droite gagnerait en France?
      De toutes façons les vieux gâteux fichistes vont nous la pourrir encore cinq ans en nous disant que Macron ést en train d’echouer( alors que c’est sincèrement le contraire depuis trois semaines: je tiens à le saluer sincèrement pour avoir cité les noms des sites internet propagandistes pro- fascistes qui n’auront jamais accès à aucune réunion politique où il se trouvera) et que la Pen va passer.
      Le reel ést toujours différent des previsionnistes à la mord- moi- le- noeud.
      Va falloir vous y faire et éviter de ressasser et remâcher vos échecs et vos jalousies mesdames et messieurs les journalistes de Causeur.
      Les francais sont des insoumis et pas au sens de Meluche, 

      • 30 Mai 2017 à 7h30

        lagudoc dit

        Non Isa,les français ne sont plus des “insoumis”,ils sont “couchés”.Ils ont peur de tout,ne souffrent pas encore assez,pour accepter le risque de voir leurs “petits” priviléges,petits mais encore réels méme si ils sont entretenus artificiellement,riquer de disparaitre par l’évocation et a forciori le traitement des “questions qui fachent”.

        • 30 Mai 2017 à 7h56

          isa dit

          Les questions qui fâchent: j’en ai plein.
          Ces migrants qui ne rentrent pas chez eux une fois la guerre plus ou moins terminée, ca m’énerve par ex.
          Mais je veux garder en France la plupart des gens à double nationalité. Vous savez quoi? Ils font le boulot que les francais refusent de faire et qui sont pourtant si nécessaires à notre confort de vie.
          Alors une Pen elle fait quoi si elle tient ses promesses? Elle oblige les francais de souche, si ou plait, à faire éboueur ou aide- soignant?
          On serait dans une merde! Sans parler bien sûr de l’Europe et de l’euro!
          Une idiote qui n’a rien compris à l’économie, qui n’a pas su expliquer aux gens ce qu’était l’écu? Vous voulez ca parce qu’il y a trop d’étrangers en France?

          Moi j’essaye de marquer mon dégoût face au voile, face à la notion de ” racise” émise par le PIR, je signe pétition sur pétition pour que la shiappa dégage, ca n’a d’ailleurs pas l’air de marcher. Je trouve Macron assez lâche sur la laïcité,mais je le trouve formidable dur énormément d’autres sujets. Alors je lui laisse du temps pour voir. Pour moi, en trois semaines il a fait un sans faute.