L’Egypte nez à nez avec Bonaparte | Causeur

L’Egypte nez à nez avec Bonaparte

Auteur

Manuel Moreau

Manuel Moreau
est journaliste et syndicaliste.

Publié le 22 janvier 2013 à 16:00 / Brèves Monde

Mots-clés : , ,

La chaîne de télévision arabe Al-Mayadeen nous révèle qu’un quidam égyptien voudrait porter plainte contre… Bonaparte pour sa responsabilité présumée dans la destruction du nez du Sphinx. Malgré la confusion politique qui règne au Caire, ce philanthrope a toutes les chances de voir son action judiciaire déboutée, faute de témoins et de preuves crédibles. Depuis la campagne d’Egypte de Bonaparte à l’aube du XIXe siècle, une légende cairote lui impute l’érosion nasale de l’animal mythique statufié, contre toutes les évidences de l’Histoire. Mais on ne prête qu’aux riches !

Pendant qu’une minorité de salafistes voudrait voir les pyramides et le sphinx tomber, dans un déluge de dynamite répliquant les précédents des Bouddhas afghans de Bamyan, ou du mausolée de Sidi Bou Saïd en Tunisie voire des marabouts sahéliens détruits par Ansar-Dine avec la bénédiction du Qatar, il se trouve donc encore un égyptien attaché au glorieux passé de Khéops. La mode n’est pourtant pas à la conservation du patrimoine dans un monde arabe en pleine ébullition, où l’accusation de paganisme, d’idolâtrie, d’impiété, voire d’associationnisme (mêler Allah à d’autres cultes ou divinités) peut vous mener droit au méchoui grandeur nature.

Mais une inconnue de taille demeure. Que le nez du Sphinx ait été saccagé par Bonaparte ou les mamlouks qui ont occupé l’Egypte  des siècles durant, le préjudice subi est le même. Et comme toute profanation mérite salaire, nous adressons tous nos vœux de récupération morale à Zaoui Saada, chef du Rassemblement démocratique algérien pour la paix et le progrès, leader de l’Organisation arabe unie et saint patron de toutes les causes désespérées. Après avoir courageusement exigé des dizaines de milliers d’euros à Charlie Hebdo, Gilbert Collard et Gérard Longuet, nul doute que notre homme saura endosser la muette douleur du sphinx. Qu’on se le dise : à force de souffrir pour Mahomet et l’Algérie postcoloniale, Zaoui Saada a le cœur et le préjudice personnel assez grands pour compatir aux malheurs de l’Egypte pharaonique…

 

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    Inscrivez-vous à la Newsletter

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 23 Janvier 2013 à 8h06

      JMS dit

      Peut-on admettre comme principe anti-raciste que la connerie soit universellement répartie, en Egypte comme ailleurs ?

    • 22 Janvier 2013 à 23h26

      Patrick dit

      Bonjour à tous !
      Mais non, c’est Obélix qui a cassé le nez du sphinx ! Voir Astérix et Cléopâtre.

      Plus sérieusement, il ne m’étonnerait pas qu’un jour ces monuments plusieurs fois millénaires ne soient détruits par ces fous furieux nihilistes envoyés du diable !
      Nous vivons une époque formidable.

      • 22 Janvier 2013 à 23h27

        Patrick dit

        (ou plutôt bonsoir !)

        • 23 Janvier 2013 à 0h03

          hathorique dit

           

          bonsoir Patrick
          une belle paire, + 1 comment cela  se nomme t il : 

          “le triangle des Bermudes ”

           pardon voilà que je donne dans la lampistrerie :-) 
            
           

    • 22 Janvier 2013 à 23h11

      hathorique dit

      @ Bonsoir à vous deux la plus belle des paires :-)
      J’ ai eu vent d’un projet de destruction des pyramides, ce qui donnerait du travail pour les mille ans à venir, mais aussi de la menace par martelage et même encore de la destruction pour ” ‘indécence” et non conformité aux préceptes de l’islam des merveilleuses sculptures de l’Egypte Antique.
      Ces extraordinaires merveilles datent de plusieurs millénaires avant même que le monothéisme et l’Islam son dernier avatar ne soit inventé :
      «Il incombe à tous les musulmans d’appliquer les préceptes de l’islam ordonnant la destruction de ces idoles, comme nous l’avons fait en Afghanistan, en détruisant les statues de Bouddha», a déclaré Murgan Salem al-Gohary .
      Le Musée du Caire s’est retrouvé début décembre dernier avec parfois 550 visiteurs par jour. C’est du jamais vu pour un musée qui accueillait jusqu’à 6 000 visiteurs par jour. Je le sais j’y allais.
      L’insécurité, les manifestations et les grèves continuelles entraînent évidemment la chute du nombre de touristes. Plusieurs centaines de groupes viennent, par exemple en novembre, d’annuler leur voyages.
      J’ai des échos disant que la plupart des fouilles notamment à Saqqarah sont interrompues, que les sites autrefois protégés par l’armée ne le sont plus, ce qui suscite des pillages, car les égyptiens manquent de presque tout et surtout de l’essentiel. on pense  peu à la conservation du patrimoine quant on a faim.
       Le Mali avec la destruction des monuments historiques sert de référence aux salafistes et autres intégristes de tous poils de barbe  ces armes de destruction massive. 
      La destruction est le parachèvement de cette idéologie mortifère et pas que pour les monuments,  car on pend toujours avec beaucoup de constance en Iran et la foule parait hélas bien friande de ce spectacle.  

    • 22 Janvier 2013 à 16h28

      L'Ours dit

      et une rhinoplastie pour le sphinx, ça lui suffirait?
      Suivie bien sûr par la greffe d’un neurone à Zaoui Saada, histoire d’en doubler le nombre.

      • 22 Janvier 2013 à 16h35

        saintex dit

        Un ou deux, quelle différence ?

        • 22 Janvier 2013 à 23h19

          Patrick dit

          La sécurisation. L’un pourrait défaillir !

        • 23 Janvier 2013 à 9h56

          Leon Godoff dit

          savez vous pourquoi les majorettes ont un neurone de plus que les chevaux…