«La culture est dangereuse, elle développe l’esprit critique» | Causeur

«La culture est dangereuse, elle développe l’esprit critique»

Entretien avec l’ex-recteur Alain Morvan

Auteur

Régis Soubrouillard
est journaliste.

Publié le 14 mars 2016 / Société

Mots-clés : , , , ,

L'apprentissage des langues anciennes ouvre l'esprit des élèves à la sagesse, la réflexion, la tolérance. Il est curieux qu'une ministre qui se dit attachée aux idéaux républicains détruise l'une des voies les plus sûres pour y parvenir.
alain morvan najat vallaud

Sipa. Numéro de reportage : 00743376_000002.

Alain Morvan est ancien recteur d’académie de Lyon.

Propos recueillis par Régis Soubrouillard

Malgré les dénégations répétées du ministère, les dotations horaires globales prouvent que la réforme du collège vise bel et bien à la mort lente des langues anciennes. Comment comprenez-vous cette volonté de supprimer le grec et le latin ?

La suppression des langues anciennes – car c’est bien de cela dont il est question – répond à une idéologie : celle de l’arasement. Les disciplines réputées élitistes sont à extirper en tant que vecteurs de ce que de piètres émules de Bourdieu appellent la reproduction.

Chez les « penseurs » de la réforme, ce qui est consacré par l’usage est dangereux. La culture est dangereuse, car elle encourage le développement de l’esprit critique et forme de vrais citoyens, des hommes et des femmes libres, là où l’on voudrait des électeurs bien conditionnés.

J’ajouterai que, compte tenu des économies de moyens promises par l’éradication du latin ou du grec, les idéologues de la pédagogie niveleuse ne sont peut-être en fin de compte que des « idiots utiles » qui couvrent pudiquement, de leurs billevesées utopistes, une politique cynique de réduction des dépenses publiques.

[...]

  • Profs, ne lâchez rien

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 92 - Mars 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    Profs, ne lâchez rien
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 18 Mars 2016 à 17h27

      Félix dit

      C’est très vrai. Il vaut mieux abrutir le peuple avec le foot, l’écologie, et les slogans dont sont abondamment garnis les tracts et pseudo-programmes des partis affiliés à la Pensée unique.

      J’ai demandé un jour, mais il y a plus de vingt ans de cela, à un inspecteur d’académie, pourquoi les programmes d’histoire devenaient si indigents.

      Il m’a répondu, avec la plus grande franchise : “l’inconvénient de l’Histoire est qu’elle fabrique des nationalistes et des marxistes” !!!!  Fichtre, fallait y penser ! 

      Moralité: mieux vaut apprendre par cœur les dates des grandes rencontres   sportives que celles des grands moments de l’histoire de France. 

    • 16 Mars 2016 à 17h08

      i-diogene dit

      Lector, je te répond ici..!

      Tu as l’ air persuadé que ce sont les érudits, intellectuels culturalistes qui déterminent les critères de vie des sociétés..!

      Détrompe-toi, c’ est la finance, avec ses outils, les pouvoirs politiques et religieux..:

      - Pour avoir la moindre audience, il est forcément nécessaire de suivre le courant imposé par les intérêts financiers..
      - depuis l’ antiquité, ceux qui ont tenté de lutter contre ont été broyés et qualifiés de parias: Coluche, Didier Porte, Stéphane Guillon, Julian Assange, Victor Hugo, Galilée, Diogène, etc… 
      - Tout les personnages en vogue, qu’ ils soient psy, sociologues, philosophes, critiques littéraires, politiciens, économistes, etc… Sont dans le courant imposé par le système.. Tout simplement parce qu’ ils ont besoin de finance pour éditer ou s’exprimer…

      NON..? 

      • 16 Mars 2016 à 21h48

        Lector dit

        L’Gène, tu ne m’apprends pas grand chose en pensant révéler le pouvoir de la finance, tu devrais le savoir… pas ici… et j’ajouterai plus simplement celui de l’argent, puisque c’est, pour tous, le moyen de réaliser, d’agir, créer, quoi que ce soit, 4 murs, une symphonie, un cerveau positronique… et ça distribue encore et toujours les rôles sociaux, le fric ; matériellement tout ce joue là ; “to have or to have not”… comme titrait un Hemingway.
        Mais que deviendrait l’homme matériel sinon un robot, si n’était son éternelle interrogation métaphysique ou spirituelle. Bref “To be or not”. Tu vois, la littérature sait exprimer les deux versants, le matériel et le spirituel pour dire vite. Et c’est sans nul doute ce “to be or not” qui est à l’origine des grandes découvertes scientifiques, de Ptolémée sans ellipse ou Galilée, à Einstein etc. Certainement pas la réponse, sociale, “to have”, ou dans une moindre mesure, un second temps. Voilà pourquoi heureusement il est des gens qui ne suivent pas le “courant imposé” mais qui s’imposent dans la jungle mercantile et publicitaire. Broyés ou loués, ceux-là ont gravés leur nom aux plus hauts des frontons. Et des fortunes parfois les finançaient. Mais aujourd’hui, n’est-ce pas, c’est le règne du hâve, & du “not”. Or l’application d’une découverte scientifique n’a jamais été autant retardée par sa monétarisation ; l’obsolescence programmé (à la suite du jetable), c’est la réponse hâve au problème de l’écoulement des stocks (le retard de la mise sur le marché). Voilà à quoi se borne l’imagination des économistes. Et il y aura tjrs des imbéciles pour trouver ça génial, parce que ça, ce petit truc, ils l’ont compris. Triste époque ! C’est sans doute pour cela qu’elle voudrait constamment faire la fête.

        • 17 Mars 2016 à 16h02

          i-diogene dit

          Saintex, aucune leçon n’ a jamais été tirée de l’ histoire..!

          La preuve:

          - le fonctionnement des société n’ a jamais changé: l’ argent, le pouvoir, le clergé et une bande d’ abrutis asservis..
          - Et pour cause: Vous faites toujours référence à des citations ou des auteurs du passé, sans jamais les remettre en cause, donc, reproduisant fidèlement les mêmes erreurs et les mêmes tares..!^^

          A propos de ta capacité d’ analyse, de deux choses l’ une:

          - soit tu es totalement inculte, ce qui confirmerait ta théorie inculte = mauvaise analyse critique,
          - soit ta culture est tellement corrompue que tu manques furieusement de cohérence..!^^

          Ce qui me fait ricaner, ce sont les débats politiques télévisés, sur lesquels surfent tout les intellos, ceux de Causeur en particulier..
          - les intervenants sont identifiés, avec un bandeau signalant leurs titres et appartenance politique.. Si bien que chaque téléspectateur sait immédiatement lesquels sont dans son camp… Comme pour un match de foot..!^^

          La bonne démarche scientifique serait de mener les débats à l’ aveugle, avec des inconnus qui développeraient leurs idées et arguments.. Afin que chaque spectateur ne soitr pas influencé pa 

      • 16 Mars 2016 à 22h15

        saintex dit

        Dans lequel on apprend que les financiers et les religieux ne sauraient être des érudits.
        On y apprend aussi que Coluche, Porte et Guillon se sont rebellés contre les pouvoirs financiers et religieux et c’est pourquoi ils ont été assassinés et leurs meurtres camouflés en accidents. On y apprend que Alexandre a broyé Diogène dans son amphore sur les conseils de son banquier, le seul de l’histoire pendant des siècles. On y apprend que Galilée menacait la banque avec une théorie fumeuse et donc celle-là a diligenté l’Eglise afin de faire cesser des rumeurs qui influaient négativement sur les cours de la bourse et les opérations spéculatives.
        On y apprendra probablement dans les prochains épisodes que les Templiers, religieux et financiers, se sont délibérément jetés dans le feu pour discréditer le roi et les maudire jusqu’à la treizième génération. L’enquête est en cours car il pourrait s’agir d’un pan du complot siono-maçonnique-tamère.
        C’est vrai, la culture ça ne sert absolument à rien pour bien comprendre le fonctionnement et le déroulement des évènements. Une calculette et un nipad, voilà l’avenir de l’homme.

        • 17 Mars 2016 à 0h02

          i-diogene dit

          Saintex, fait semblant de ne pas comprendre ce que j’ écris, donc, réaction primaire: trolling..
          Débrouille-toi avec ton analyse critique..!^^

          Lector,

          - Faire la fête, s’ évader, n’ est-ce pas la fonction première de la littérature et des arts..?
          - et la recherche spirituelle une fuite dans un monde virtuel idéal et désintéressé..? 
          - les versions antiques des jeux de consoles, où les intervenants auraient un pouvoir qu’ ils n’ auront jamais dans la vie réelle..?

          .. Du pain et des jeux…!^^ 

        • 17 Mars 2016 à 10h02

          saintex dit

          )))) Je comprends ce que tu écris i-Diogène. Tu écris n’importe quoi, mélangeant tout par ignorance, ceci en voulant faire l’apologie de l’inculture.
          D’une certaine façon tu y réussis puisque tu montres qu’avec les moyens de communication modernes, le gloubi-boulga occupe la même place sur l’écran (avatar du livre) et donc possiblement dans la pensée du lecteur, que la pensée raisonnée et construite sur l’apprentissage des faits.

        • 17 Mars 2016 à 10h44

          Parseval dit

          « la recherche spirituelle une fuite dans un monde virtuel idéal et désintéressé.. »
          Donc tu dis que les mathématiques sont du pur loisir ?

        • 17 Mars 2016 à 10h55

          Lector dit

          pas du tout ; ce peut-être la fonction annexe. La fonction première, depuis le rupestre, c’est de laisser trace, un témoignage, une emprunte, sur le monde, dans les temps. Quant à la quête spirituelle, elle vient aussi articuler des réponses aux mêmes préoccupations de l’humanité ; qui animent aussi les sciences. Bref to be or not, certainement pas to have panem et circences. La quête du bonheur est un concept très récent. Tout réduire au loisir est simpliste et caricatural. Historiquement, l’art a même servi de propagande dans les régimes dictatoriaux ; tu parles d’une évasion ! Tout le contraire en l’espèce.

        • 17 Mars 2016 à 10h56

          Lector dit

          mon 10h55 en réponse au 0h02 bien sûr.

        • 17 Mars 2016 à 15h34

          i-diogene dit

          Lector, depuis le rupestre, l’ art a servi à toutes sortes de propagandes: religieuse, politique, commerciale, etc…

          OK, on sort du cadre du loisir, mais ça ne fait qu’ enfoncer le clou: l’ art est dicté par l’ argent et le pouvoir…

          Très rares sont ceux qui se sont évadés de ces diktats… En général, à quelques exceptions près, ils sont restés totalement inconnus…Et c’ est trop dommage car ce qu’ ils avaient à exprimer serait très intéressant et éclairerait l’ histoire sous un jour différent..  

        • 17 Mars 2016 à 17h13

          i-diogene dit

          .. Quant à la crétinisation des masses, je pense qu’ elle est plus le fait des médias audio-visuels et écrits que par l’ EN..

          Or, qui sont les intervenants qui créent les émissions débiles les feuilletons crétins..?

          .. Des scientifiques..?

          Bin, non : ils créent des outils, après, un outil, on peut n’ en faire que ce que veulent la finance et le pouvoir… Et c’ est à ce niveau qu’ interviennent les intellos-littéraires avides de pouvoirs, d’ argent et de notoriété..

          Par exemple, pour la télé, entre différentes régions du monde, les différences sont flagrantes, particulièrement au niveau des feuilletons merdiques visant les masses:

          - Cambodge (pays royaliste), les héros sont des princes et des princesses, avec des interventions de fantômes..
          - En Iran et au Maghreb, les héros sont de bons musulmans pratiquants et respectueux des traditions,
          - En occident, les héros sont respectueux du politiquement correct..

          Vu de l’ extérieur, c’ est on ne peut plus outrancier, limite caricatural..

           

        • 17 Mars 2016 à 17h25

          i-diogene dit

          Saintex,

          Je ne fais pas l’ apologie de l’ inculturisme, je cherche juste à démontrer que connaître le latin, le grec, les citations, romans, récits mythologiques et faits d’ armes antiques n’ est en aucun cas nécessaire à la connaissance de l’ individu..

          Ces domaines interviennent surtout dans les loisirs..Et n’ influent en rien le développement de l’ esprit critique, puisque la réflexion littéraire est très différente de la réflexion scientifique ou technique..

          Par contre, mélanger les deux est préjudiciable..

        • 17 Mars 2016 à 19h43

          Lector dit

          tu m’en diras tant !

        • 17 Mars 2016 à 19h54

          C. Canse dit

          À i-diogène

          C’est l’Éducation Nationale qui crétinise les “masses” en ne leur apprenant pas à lire et en ne l’instruisant que trop, les médias n’ont d’emblée aucune vocation à instruire contrairement à l’ÉN.

        • 17 Mars 2016 à 21h16

          durru dit

          Non, mais Diogène croit que ce que nous appelons “culture” c’est ce qui passe à la télé. C’est ça l’embrouille en fait :)))

        • 18 Mars 2016 à 19h14

          i-diogene dit

          Durru, la télé, les médias et en général l’ audio-visuel, ne renvoient-ils pas l’ image de notre société..?

        • 18 Mars 2016 à 22h33

          durru dit

          Et donc, quand on te parle “culture”, tu comprends “culture pub”? Génial. Vraiment pas la peine de continuer dans ce cas.

      • 17 Mars 2016 à 16h13

        lisa dit

        Pour éditer et s’exprimer internet permet de le faire sans moyens.
        C’est un progrès malgré la présence de grandes gueules qui parasitent.

        • 17 Mars 2016 à 16h41

          i-diogene dit

          On est bien d’ accord, Lisa: internet, malgré ADOPI et la censure dans différents pays, reste anarchique, donc c’ est bien un contre-pouvoir..: même les minorité ont la possibilité de s’ exprimer..

          Pour le tri, à chacun ses critères… Pour la première fois les gens ont le choix..!^^ 

    • 16 Mars 2016 à 16h48

      i-diogene dit

      Parseval et Durru, je vous répond ici..!

      Le mode de réflexion des sciences appliquées est totalement incompatible et insoluble avec la démarche littéraire et culturaliste:

      Penons le reflet de notre société… La télévision : les diffusions sont principalement littéraires à connotation culturelle et historique:

      - même les auteurs des séries débiles américaines, canadiennes, françaises, etc.. Se prennent pour des littéraires,
      - même les animateurs et créateurs d’ émissions gogoliennes, genre talk show et réality shows sortent des grandes écoles et se considèrent comme des élites.. 

      Si les sciences appliquées étaient du même niveau, non seulement la télévision n’ existerait pas, mais en plus, on se poserait encore la question de savoir si on va graver le journal sur des tablettes d’ argiles, des omoplates de chameau ou si, tout simplement, on ne va pas refaire les fresques de la grotte..!^^

      • 16 Mars 2016 à 22h16

        saintex dit

        Sniiifff !!!!

        • 16 Mars 2016 à 22h27

          durru dit

          Si au moins il lisait les messages qu’on lui écrit… Mais là c’est double-snifff ^^

      • 16 Mars 2016 à 22h27

        Parseval dit

        Je suis navré : ça ne veut toujours rien dire !

      • 16 Mars 2016 à 22h30

        saintex dit

        A mon sens, il veut démontrer le contraire de ce qu’il écrit. Mais l’air pincé de Parsi m’éclate toujours autant. )))))

      • 17 Mars 2016 à 0h26

        i-diogene dit

        Saintex, Durru et Parseval,
         
        Bin, les p’tits gars, le niveau de vos arguments révèle que vous n’ en avez point..! Ptdr..

        On pourrait décortiquer ce reflet de la société que sont les programmes télé en rubriques: feuilletons, films, émissions “culturelles”, débats politiques, économiques, sociétaux, etc..

        … ET moi, je vous démontrerai que les choix de programmes de votre élite culturelle (de droite à gauche et vice-vera) ne valent pas plus cher qu’ un match de foot ou les jeux du cirque à Rome..: de l’ amuse-couillons..!^^ 

        … Mais je ne vous sent pas très réceptifs, aussi, je dirais: continuez donc à pédaler dans la semoule, les shadoks, le ciel est bleu, la mer est calme… 

        • 17 Mars 2016 à 9h00

          durru dit

          Diogène, tu fais du PSR là. Moi je t’ai répondu un truc, tu parles complètement à côté, tu appuies en fait mes propos tout en affirmant les contredire. Relis.

        • 17 Mars 2016 à 10h09

          saintex dit

          N’est-ce pas qu’il est géant ? Un vrai sketch de Georges Marchais imitant Georges Marchais. En revanche, ta comparaison est rude. I-diogène n’est pas agressif, hargneux, geignard et méchant.

        • 17 Mars 2016 à 16h13

          i-diogene dit

          Durru,

          Tu mélanges la culture culturiste avec les connaissances utiles: la littérature n’ a rien à voir avec la rigueur scientifique, et lorsqu’ on les amalgame, la réflexion n’ est plus scientifique mais devient exclusivement littéraire….!^^

    • 16 Mars 2016 à 9h01

      C. Canse dit

      Il est bien triste de voir un ministre massacrer ainsi un conte d’Ésope.

    • 15 Mars 2016 à 14h03

      Adoreleschiens dit

      A. Hitler a dit: “Tout l’enseignement doit tendre, non pas à EMMAGASINER des CONNAISSANCES, mais à bâtir des corps physiquement sains”. (sic) BELKACEM est en bonne compagnie…

      • 15 Mars 2016 à 18h46

        i-diogene dit

        Hitler aimait les pâtes, aussi..!

        Donc, ça leur fait deux points communs..

        Ca craint..!^^

      • 16 Mars 2016 à 22h17

        saintex dit

        A tel point que c’est pour ça que Belkacem n’a pas été nommée ministre des jaimelespâtes.

    • 15 Mars 2016 à 9h39

      keg dit

      L’instruction va faire l’objet d’une analyse de juges, afin de la rendre sélective. Permettre à tous d’être instruit, c’est donner de la confiture aux porcs (hallal ou non) et devient dangereux pour le pouvoir. Seuls auraient accès à la culture ceux aptes à la cultiver…. et être capable de voter pour le bien de tous et non d’un clan auquel on obéit au doigt et à l’oeil….

      http://wp.me/p4Im0Q-Zv

      • 15 Mars 2016 à 11h07

        salaison dit

        “non d’un clan auquel on obéit au doigt et à l’oeil”
        ……….
        je dirais même plus : SANS REFLECHIR (quand ça vient de Gauche, évidemment) 

      • 15 Mars 2016 à 18h55

        i-diogene dit

        <On est d' accord: dans notre pitoyable démocratie, peut-on se prétendre intelligent en allant voter ..?

        Les intelligents auto-proclamés votent exactement pour les mêmes trois ou quatre clampins que les pires abrutis..

        La différence, c' est qu' eux ont puissament cogité avant de glisser leur vote intelligent dans l' urne..! Hahahaha.. 

    • 15 Mars 2016 à 8h18

      QUIDAM II dit

      Hélas, ouvrir une école n’a jamais eu pour corollaire de fermer une prison. Dans sa lettre à Damilaville du 1er avril 1766, Voltaire, qui a la réputation d’avoir été très cultivé, écrivait : « Il me paraît essentiel qu’il y ait des gueux ignorants. Si vous faisiez valoir, comme moi, une terre, et si vous aviez des charrues, vous seriez bien de mon avis. Ce n’est pas le manoeuvre qu’il faut instruire, c’est le bon bourgeois, c’est l’habitant des villes. » Cette déclaration n’est pas seulement ignoble, elle est également stupide.

      Au cours du siècle dernier, la culture n’a pas empêché de nombreux intellectuels de verser aveuglément dans des idéologies monstrueuses.

      Il est extrêmement naïf, et parfaitement faux, de croire que la culture développe l’esprit critique : elle ne fait le plus souvent que nourrir et conforter des préjugés, ou architecturer des névroses.

      Ce qui pourrait développer l’esprit critique est l’enseignement de méthodes d’analyse critique, de protocoles de vérification de faits ou d’allégations.

      • 15 Mars 2016 à 8h29

        durru dit

        “Il est extrêmement naïf, et parfaitement faux, de croire que la culture développe l’esprit critique : elle ne fait le plus souvent que nourrir et conforter des préjugés, ou architecturer des névroses.”
        Comme vous y allez! Si vous parlez du bouillon qui nous est servi comme culture ces derniers temps, effectivement. Et, comme je le disais plus bas, “quand on est con, on est con”. Mais ne mélangeons pas tout. Sans culture, il est où l’esprit critique? Analyse critique OK, mais pour critiquer quoi, à partir de quelles bases, sur quelles références?

        • 15 Mars 2016 à 16h15

          i-diogene dit

          Durru,

          Tu pédales dans la semoule:

          - L’ esprit critique, c’ est justement ce qui induit les avancées scientifiques et technologiques..
          - les sciences appliquées s’ appuient sur des éléments tangibles, mesurables et expériences reproductibles à l’ infini…
          - la culture littérataire s’ appuie sur des fantasmes, des légendes, des sornettes mythologiques et une histoire corrompue dès l’ instant où elle s’ appuie elle-même sur des faits hypothétiques… 

          Comme tu peux le constater, les sciences appliquées et la littératures sont des domaines totalement incompatibles…
          Sans méthodologie scientifique, elle sert à quoi, la critique littéraire..? A polémiquer de façon stérile et à fantasmer puisque rien de concret n’ en sort!

          La culture reste du domaine du jeu, au même titre que les jeux vidéos, le scabble, les mots croisés..! Ptdr..
             
          De là à affirmer que: culture = intelligence, ou culture = esprit critique, c’ est vraiment du domaine du fantasme et ça n’ empêche pas d’ écrire des conneries..!^^

          Mais bon… Chacun se console comme il peut..  

        • 15 Mars 2016 à 16h27

          durru dit

          Ah purée, j’avais oublié Diogène! Merci à Brassens d’en avoir parlé.
          La culture c’est tout un ensemble. Aussi bien savoir ce que Platon a écrit, que connaître le théorème de Thalès, la position de Paris sur la carte de la France, etc, etc.
          Génial l’esprit critique quand tu n’as aucun argument pour construire ta critique. Je ne sais pas comment tu as constaté l’incompatibilité des sciences appliquées et de la littérature, moi je constate tous les jours le contraire.
          Là où tu as raison, c’est que rien n’empêche d’écrire des conneries. La preuve juste au-dessus.

        • 15 Mars 2016 à 19h36

          mogul dit

          Mon pauvre Idiogène,
          Mais tu n’as donc jamais connu l’homme de la renaissance, pétri de culture classique, philosoplique et scientifique ?
          Léonardo (pas le footballeur) aurait été déprimé à la lecture d’une analyse aussi concon…
          C’est clair, tu es bien dans ton époque, tu devrais accompagner Najat dans ses visites d’écoles… 

        • 15 Mars 2016 à 19h50

          Lector dit

          haha sans socio ni psycho etc., l’esprit critique des sciences appliquées… heu non, ça le fait pas trop. Alors que de la méthode, les littéraires en ont, comme dans chaque science-humaine il en faut. Le philosophe en produit même un discours… ^^

        • 15 Mars 2016 à 19h54

          Parseval dit

          « la culture littérataire s’appuie sur des fantasmes, des légendes, des sornettes mythologiques et une histoire corrompue dès l’ instant où elle s’ appuie elle-même sur des faits hypothétiques… »
          Qu’est-ce que cela signifie ? Je comprends les mots, la phrase est grammaticalement correcte mais pour moi vide de sens…

        • 15 Mars 2016 à 20h12

          durru dit

          Ah purée, j’avais oublié Diogène! Merci à Brassens d’en avoir parlé.
          La culture c’est tout un ensemble. Aussi bien savoir ce que Platon a écrit, que connaître le théorème de Thalès, la position de Paris sur la carte de la France, etc, etc.
          Génial l’esprit critique quand tu n’as aucun argument pour construire ta critique. Je ne sais pas comment tu as constaté l’incompatibilité des sciences appliquées et de la littérature, moi je constate tous les jours le contraire.
          Là où tu as raison, c’est que rien n’empêche d’écrire des conneries. La preuve un peu au-dessus.

      • 15 Mars 2016 à 13h37

        C. Canse dit

        À Quidam II

        L’autocritique maoïste est la méthode d’analyse la plus fiable parmi tous les procédés que vous évoquez.

        Le savoir faire ne remplace pas le savoir ! 

        • 15 Mars 2016 à 18h43

          i-diogene dit

          C.Canse, écrit:

          - ” le savoir faire ne remplace pas le savoir…! “.. 

          - Tout le monde sait taper dans un ballon, une balle de tennis ou utiliser de la peinture.. 
          - mais tout le monde ne peut pas remplacer Ibrahimovitch, Federer ou Michel-Ange..

          .. C’ est justement ce que je reproche aux culturistes littéraires: ils savent toujours tout, on un avis tranché sur tout, mais c’ est quand-même au pied du mur qu’ on voit le maçon… Encore faut-il avoir la capacité de construire un mur pour comparer..!^^

          … Prétentieux..! 

        • 15 Mars 2016 à 20h08

          C. Canse dit

           À i-Diogène

          Quel rapport entre “savoir” et Federer ?

          Et pour le mur, vous repasserez car j’en ai construit, en pierre, et y sont beaux, très beaux, et y s’écroulent pas.

          Même que j’en avais causé au “franc maçon” et y savait même pas faire de mur, lui ! 

        • 15 Mars 2016 à 20h18

          C. Canse dit

          À i-Diogène

          Pour rappel, “l’autocritique maoïste” s’adressait au quidam, dommage que vous l’ayez prise pour vous.

          Nombriliste, va ! 

        • 15 Mars 2016 à 20h30

          Lector dit

          le rapport avec Federer c’est le mur voyons… :D
          un mur de savoir impossible à franchir alors l’gène tape dedans ; c’est son petit entrainement quotidien de joueur de tennis de clavier ^^

        • 15 Mars 2016 à 20h37

          C. Canse dit

          À Lector

          Bonsoir.
          Le mur, bien sûr !
          Diogène fait son enfant gâté, comme d’hab’. 

        • 15 Mars 2016 à 20h42

          Lector dit

          hello ;)
          à force de se répéter il en vient même à faire l’enfant gâteux.

        • 15 Mars 2016 à 21h17

          durru dit

          “enfant gâteux”, merci Lector, c’est collector :)

        • 15 Mars 2016 à 21h49

          C. Canse dit

          À Lector

          Excellent, le “gâteux” !
          Y serait temps de songer aux gâteaux. :-) 

        • 16 Mars 2016 à 17h31

          i-diogene dit

          Gâteux, parce que j’ ai un point de vue différent..?

          Pourquoi pas, mais je vois une autre possibilité:

          - vous êtes totalement formatés à un système rétrograde et conservateur..!^^

          Je n’ ai pas la même analyse que vous sur l’ éducation nationale.. Mais c’ est d’ un point de vue d’ usager: 7 enfants, soit plus de trente ans d’ observations du fonctionnement de l’ EN, plus la durée de mes études personnelles..!^^ 

          Je prétend que dans l’ ensemble, l’ évolution va dans le bon sens.. N’ en déplaise aux nostalgiques réactionnaires d’ une époque révolue..

          PS: regardez deux minutes la télévision, les contenus sont gérés par des gens de votre génération..!^^ 

        • 16 Mars 2016 à 21h51

          Lector dit

          pas parce que tu as un point de vue différent, mais parce que tu radotes les mêmes choses depuis un bail.

        • 17 Mars 2016 à 0h50

          i-diogene dit

          Bin, ouais, mais ça démontre juste que les sujets reviennent cycliquement… Une affaire qui tourne en rond..!^^

          ..Qui sait, avec le temps, peut-être que je lirais une argumentation qui me fera changer d’ avis… 

        • 17 Mars 2016 à 9h02

          durru dit

          Ah, mais pour cela il faut d’abord lire, Diogène… Ce que tu évites soigneusement de faire.

      • 16 Mars 2016 à 22h28

        saintex dit

        QIDAM II. Vous rappelez que Voltaire n’était pas un démocrate. Cela renvoi à la Révolution Française qui était essentiellement bourgeoise.
        Vous pouvez estimer que Voltaire a tort mais vous n’êtes pas le chantre de l’esprit critique en vous contentant de dire que c’est ignoble et stupide.
        C’est un peu pareil pour la suite et vous versez des certitudes en prétendant à la lumière.
        En ce qui concerne votre dernière proposition, elle est partiellement vraie quoiqu’imprécise, restrictive et frôlant La Palisse. N’auriez vous jamais faits d’études et d’analyses de textes mettant tout ceci en œuvre ?

    • 15 Mars 2016 à 8h05

      cage dit

      écouter la messe en latin va devenir “tendance”.

      • 15 Mars 2016 à 18h59

        i-diogene dit

        Déjà “écouter la messe”, c’ est border line..!^^

    • 15 Mars 2016 à 5h15

      IMHO dit

      La culture, je connais, on en vit ou on en reste idiot, je le sais, j’en ai eu .

      • 15 Mars 2016 à 6h07

        Nolens dit

        La culture est une façon de transmettre la mémoire collective. Je ne suis pas d’accord avec votre définition trop lapidaire et trop restrictive avec un zeste de péjoratif.
        Certains en font un métier (historiens, écrivains, poètes), d’autres dénigrent la culture en faisant un marqueur des classes aisées (ces salauds qui ont réussi). On reconnaît là les tares de la gauche et son cortège de nullités. Les Bourdieu et autres Sartre auraient dû être enfermés dans des asiles psychiatriques (ce qui se faisait couramment en URSS) voire être purement et simplement éliminés.
        Ceux qui n’en possèdent aucune ou bien très peu (de culture) se font une joie de dénigrer ceux qui en ont forcément plus qu’eux. Les cancres ont toujours pour tête de turc le premier de la classe. Les cons trouvent toujours une justification de leur médiocrité, accoudés au comptoir du café de la petitesse et de la vacuité intellectuelle.

        • 15 Mars 2016 à 7h57

          IMHO dit

          Je plaisantais, c’est un pastiche de ceci :

          La fièvre typhoïde est une maladie terrible: ou on en meurt, ou on en reste idiot. J’en sais quelque chose: je l’ai eue. Patrice de Mac Mahon .  

        • 15 Mars 2016 à 16h11

          Nolens dit

          Je m’en doutais, mais au lieu de pastiche, qui est correct, je préfère paraphrase. Là c’est juste une question de goût.
          Mais les goûts et les couleurs (comme d’ailleurs les égouts et les couleuvres comme disaient nos amis les frères ennemis) sont affaires personnelles.
          Mais celle que je préfère (de Mac Mahon), c’est : C’est vous le nègre, très bien, continuez.
          Il aurait été bien meilleur que Hollande. 

        • 15 Mars 2016 à 19h08

          i-diogene dit

          Nolens,

          Tu as exactement les mêmes arguments qu’ un bodybuilder gonflé aux stéroïdes..! Ptdr…

          C’ est beau l’ auto-satisfaction..!^^ 

        • 16 Mars 2016 à 22h53

          riri dit

          Les Bourdieu et autres Sartre auraient dû être enfermés dans des asiles psychiatriques (ce qui se faisait couramment en URSS) voire être purement et simplement éliminés. !?!? 
          Ayant vécu plus de 25 ans en URSS (je suppose que vous y avez vecu 0 années, vois jamais visité, ni discuté avec un simple citoyen moyen) je reste toujours admirative face aux discussions des ivrognes sur la sobriété .
          La connaissances des langues étrangères ouvre l’esprit ne serait-ce du fait d’étre obligé de penser différemment et surtout donne la possibilité d’avoir accès aux deux, voir trois sources d’information face à un phènomene de la société et par conséquent la possibilité de verifier si ce qu’on lui présente comme une verité vraie est Véritable.
          Pour ce qui est de la langue latine,  c’est tout de
          même le père du latin vulgaire ancêtre de ce qui reste de la belle langue francaise aujourd’hui .
          Peuplé de “clivages”, stigmatismes et autres stupidités rébarbatives et pompeuses, elle se meurt, etoufée par des clichés des journalistes et
          hommes politiques… 
          Or, si la liberté est perdue, quand les mots perdent leur sens … avec la mort d’une langue et sa culture – c’est toute une nation qui disparait.
          Vérifiez autours de vous qui encore connait par
           coeur les stances de Rodrigue  de Corneille, ou demandez à citer ne serait-ce qu’une ligne de Clément Marot

    • 15 Mars 2016 à 2h35

      Nolens dit

      La prochaine étape dans la déculturation va sans doute consister à supprimer des édifices publics toutes les phrases en latin, et peut-être aussi à supprimer de ce qui reste des ouvrages de mathématiques et de physique toutes les lettres grecques.
      Vulnerant omnes ultima necat par exemple.
      Je n’avais pas vu utiliser le terme alacrité depuis quelques années, c’était lors d’un colloque à la Sorbonne, à l’Ecole Pratiques des Hautes Etudes.
      C’est tout de même inquiétant de voir les destructeurs de notre école faire montre de cette caractéristique, synonyme d’entrain et de bonne humeur.

      • 15 Mars 2016 à 8h21

        Parseval dit

        Fabius l’avait utilisé pour décrire Bouteflika.

    • 14 Mars 2016 à 22h33

      Bibi dit

      C’est en vue de profonds changements du Droit? Parce que, dans ce domaine, il y a un peu beaucoup pas mal de Latin…
      Et, comme c’est la journée du π, rappelons que l’alphabet grec joue un rôle non-négligeable dans beaucoup de nos formules.
      La France du progrès va être merveilleuse!

      • 14 Mars 2016 à 22h36

        Bibi dit

        Quid du delta du Nil ou celui du Danube? Renommés ou absents?

      • 15 Mars 2016 à 2h38

        Nolens dit

        Allons Bibi, plus besoin de latin. Le droit de demain c’est la charia, l’arabe suffira.
        Et je ne charrie pas :-)))

    • 14 Mars 2016 à 22h15

      lili23 dit

      Une baisse de la « libido » va peut-être être constaté avec cette réforme. c’est de l’humour.

    • 14 Mars 2016 à 21h36

      lili23 dit

      Pour moi l’esprit ouvert sur le monde ne regarde pas les mots latins comme une chance, mais comme une désappropriation du bien le plus fondamentale des interactions de plus en plus minime dans la société actuelle c’est à dire le dialecte idiosyncrasique que chacun développe pour son plaisir

    • 14 Mars 2016 à 20h50

      LauMonte dit

      Excuses pour la faute de frappe : “tout y esT”!!!