Coupons les Lumières! | Causeur

Coupons les Lumières!

Au secours, les nouveaux programmes d’histoire sont arrivés

Auteur

Jean-Paul Brighelli

Jean-Paul Brighelli
Enseignant et essayiste, anime le blog "Bonnet d'âne" hébergé par Causeur.

Publié le 27 septembre 2016 / Histoire Politique Société

Mots-clés : , , ,

lumieres epi reforme college

L'Enclycopédie. Wikipedia.

Retour sur une polémique qui a égayé la fin de l’année scolaire 2014-2015, et qui pousse ses pseudopodes dans l’actualité d’aujourd’hui.
On est alors en pleine discussion sur la réforme du collège — et nous savons désormais ce qu’il en est — et sur les programmes qui l’accompagneront. Souci officiel : alléger lesdits programmes de façon à ce que les enseignants aient du temps pour se consacrer à des projets d’EPI — louable souci.

L’Europe médiévale, l’Humanisme et les Lumières sortent grands perdants de la consultation organisée par Michel Lussault, sur lequel (entre autres grands nuisibles de l’Education) le dernier livre de Carole Barjon jette une lumière vive. C’est que notre maître d’œuvre a un objectif : éliminer le « roman national » cher à Dimitri Casali, et même le « récit national » cher à Jean-Pierre Chevènement (qui a analysé avec beaucoup de finesse les sous-entendus idéologiques de notre concepteur de programmes et de sa patronne, qui fidèle à sa tactique lubrifiante et émolliente a tenté de désamorcer le débat).
« Père, gardez-vous à droite, Père, gardez-vous à gauche » : affabulation. Bayard sans peur et sans reproche : légende. Etienne Dolet ou Giordano Bruno (le martyr des idées qui a convaincu Augustine Fouillée de signer « G. Bruno » — et non Ernest Lavisse, comme le pense Pimprenelle — son Tour de France de deux enfants) brûlés pour leurs convictions, épiphénomène. Voltaire défendant Calas ou le chevalier de la Barre, points de détail.

Ce qui compte, évidemment, c’est la participation de la Compagnie des Indes (dont Voltaire détenait effectivement des actions) à la traite atlantique (de la traite saharienne, autant ne pas parler, il ne faut pas désespérer Saint-Denis). Ce qui compte, c’est que la bourgeoisie du XIXème a fondé son entreprise de colonisation sur l’exportation des Lumières — horreur, horreur, horreur, comme dit Kurtz dans le Cœur des ténèbres et Apocalypse now. « Le devoir (et le « droit ») des « races supérieures » chères à Jules Ferry sur les « races inférieures », voilà ce qui résulte d’une siècle de voltairianisme.

Lisez la suite de cet article sur le blog de Jean-Paul Brighelli.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 2 Octobre 2016 à 16h49

      Philvar dit

      Mon grand-père était directeur d’école, ma grand-mère directrice des filles dans la même école et accessoirement secrétaire de mairie. Leur seule gloire était que tous ait leur certificat d’études, c’est-à-dire savoir lire, écrire et compter, la géographie de la France et l’histoire de ce pays. Quand un élève avait séché l’école l’instit-directeur leur mettait une taloche et le soir le père en remettait une encore plus forte. Les enfants venaient parfois de fermes assez lointaines et en hivers apportaient chacun une bûche pour le poêle ! Une seule classe pour tous les plus grands aidant les plus jeunes ; seules les classes filles et garçons étaient séparées. Et cela constituait une nation que le service militaire achevait de souder. Bon ! Ce sont mes mémoires ! Je ne peux juger de la mondialisation qui peut être bonne économiquement mais qui devrait absolument préserver toutes les cultures ; internet, les télévisions et autres moyens permettant d’apprendre et comparer les cultures différentes. Mais imaginer les faire vivre ensembles est non seulement une stupidité mais plus grave, un crime ; car c’est les condamner à disparaître en fusionnant : le nivellement par le bas !

    • 1 Octobre 2016 à 17h06

      Surbranĉa Birdo dit

      J’aime beaucoup cette illustration mise en frontispice de l’Encyclopédie et où l’on voit la Raison et la Philosophie arracher son voile à la Vérité. Que n’ai-je des talents de caricaturiste ! Je ferais sur le même modèle un premier pastiche montrant des syndicalistes CGT arrachant sa chemise à Pierre Plissonnier, et un deuxième où ce seraient Najat Vallaud-Belkacem et Laurence de Cock qu’on verrait en train de passer une burqa à l’histoire.

    • 30 Septembre 2016 à 13h45

      persee dit

      Rien de nouveau camarade -”du passé faisons table rase”, c’st ce que font très bien les talibans et autres djihadistes avec le patrimoine qui n’est pas labellisé musulman , réponse la destruction . L’EN repaires de trotskyste islamo-compatibles, (avec le soutien tacite de l’UE) participe à cette entreprise . La Renaissance , l’humanisme , la philosophie des lumières , tout pour indisposer , blesser, stigmatiser Kader, Moktar, et Djamila. C’est juste l’histoire de gallo-romains et autres francs , burgondes , bref des gros fachos. L’EN ou la fabrique des esclaves pour le parti de l’étranger….

    • 29 Septembre 2016 à 13h02

      Livio del Quenale dit

      Dans la haine de leur pays, de ces deux phlegmons, sœur sourire ou de son mentor, la plus nuisible est, sans doute, dans l’ombre.
      Est-il possible que nous soyons si mauvais pour choisir nos “gouvernants autocrates” 

    • 29 Septembre 2016 à 11h16

      HdA dit

      Toujuors pratique de juger une époque et ses penseurs avec les connaissances et les apriori d’aujourd’hui.
      Si, en plus, on peut renforcer le communautarisme en tapant sur les céfrans et leur Lumières, c’est jackpot! L’Islam, c’est paix et amour (l’escalavage et les massacres, ca ne compte pas), la France, c’est mortifère (terme pas encore assez usité, à faire monter toujours plus haut dans les stats). Détruisons les Gloires passées et remplaçons les par la bonne religion!

    • 29 Septembre 2016 à 5h09

      beornottobe dit

      les “socialistes” pour se réformer vont devoir réfléchir longtemps et RENIER des utopies passées!…… et ça, ça va être très dur! très très dur!

    • 28 Septembre 2016 à 20h58

      lili23 dit

      https://www.youtube.com/watch?v=Sj5eue4jm9c 
       les physiciens peuvent couper la lumière 

      • 28 Septembre 2016 à 21h00

        C. Canse dit

        Et moi, et moi, et moi.

        Ma viande. 

      • 29 Septembre 2016 à 10h16

        beornottobe dit

        et avec les “socialistes” nous n’allons pas y couper!

    • 28 Septembre 2016 à 20h54

      lili23 dit

      La lumière est un phénomène physique, un transport d’énergie sans transport de matière. Dans son acception générale de lumière visible, elle est constituée de l’ensemble des ondes électromagnétiques perçues par la vision humaine, c’est-à-dire dont les longueurs d’onde, dans le vide, sont comprises entre 380 nm (violet) et 780 nm (rouge)a. Par un effet d’adaptation des espèces vivantes à leur environnement, cette région du spectre électromagnétique recoupe celle où l’éclairement énergétique solaire est maximal à la surface de la Terre

      La vitesse de la lumière dans le vide est une constante physique et un invariant relativiste. Elle est notée c pour « célérité »1,2, ce terme étant utilisé par les physiciens pour désigner la vitesse de propagation d’un phénomène ondulatoire tel que la lumière. Elle est exacte par définition : sa valeur a été fixée à 299 792 458 m/s en 1983 par le Bureau international des poids et mesures2. Cette valeur équivaut à 1 079 252 848,8 km/h. 

      • 28 Septembre 2016 à 20h58

        C. Canse dit

        Oui, Lili23 et la lumière noire dans les trous noirs fait broyer du noir.
        Noir, c’est noir. Il n’y a plus d’espoir.

        Si, si, si. 

        • 28 Septembre 2016 à 21h04

          C. Canse dit

          Même que le A est noir, hein ?

          Allez, bye, Miss Lili23. Revenez quand vous voulez. 

      • 28 Septembre 2016 à 22h23

        Alex Z dit

        Lili23 a écrit : “La lumière est un phénomène physique, un transport d’énergie sans transport de matière”
        Et les photons, c’est quoi ?

    • 28 Septembre 2016 à 20h49

      lili23 dit

      le blog le roman c’est du passé 

    • 28 Septembre 2016 à 18h06

      clorouk dit

      Excellent, comme souvent, encore que je ne crois pas que les conscrits de l’AnII aient été porté par un roman national source de transcendance laïque à une époque où précisément commençait la destruction des sources de ce roman. Le vainqueur de Valmy a été pour l’essentiel la diarrhée qui frappait les Autrichiens, accessoirement une artillerie française de qualité (les canons Gribeauval) qui n’a pas fait de grands ravages dans les rangs ennemis (184 morts, pour 300 côté français) mais dont le bruit (20000 coups tirés!) a aggravé la pathologie des combattants.

    • 28 Septembre 2016 à 17h00

      beornottobe dit

      faut-il en rire ou en pleurer?…… d’en être arrivés là !…..