Déclin de l’école: la stratégie Colgate | Causeur

Déclin de l’école: la stratégie Colgate

Tout va très bien, messieurs les parents d’élèves

Auteur

Jean-Paul Brighelli

Jean-Paul Brighelli
Enseignant et essayiste, anime le blog "Bonnet d'âne" hébergé par Causeur.

Publié le 29 septembre 2016 / Politique Société

Mots-clés : , ,

najat vallaud belkacem

Sipa. Numéro de reportage : 00770576_000182.

Franchement, homme ou femme politique, moi, je ne pourrais pas.
Déjà, femme politique, je n’ai pas le physique. Ni le rictus ravageur. Trop de sarcasme dans le regard : il faut avoir la tête absolument vide pour oser l’un de ces sourires enjôleurs qui affichent amplement les quenottes et désarment les commentateurs.Et puis il faut savoir mentir. Tout le temps. Endormir l’électeur. Pimprenelle ou Nicolas. Le marchand de sable est passé. Bonne nuit les petits Français.
De temps en temps, bien sûr, quand par hasard un proviseur, — celui du lycée Turgot, par exemple — dit ce qu’il pense d’un algorithme qui envoie dans son établissement 75% de boursiers, on montre les dents — si je puis dire. Même Libé, le second journal officiel de la Hollandie, s’en offusque. N’ont pas encore réalisé que l’on vivait en fascisme rose.

Alors, quand un ministre reçoit le dernier rapport du CNESCO (Conseil national d’évaluation du système scolaire), absolument accablant quand on le lit bien, une condamnation sans appel de tout ce que la rue de Grenelle a commis de méfaits depuis 15 ans — et ça en fait, des forfaits —, il garde le sourire.
La vie en rose(s), comme on dit rue de Solférino. Tout va très bien, madame la marquise.

Lisez la suite de l’article sur le blog de Jean-Paul Brighelli.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 4 Octobre 2016 à 0h09

      orchidée31 dit

      Quand tous les gauchos auront été virés, elle pourra facilement se recycler en faisant de la pub pour colgate comme le dit le titre - 

    • 2 Octobre 2016 à 12h40

      GigiLamourauzoo dit

      Ah belle najat!
      J’aime que tu souris
      Quand tu sors de mon lit!

      GigiL’Amoureux

    • 2 Octobre 2016 à 8h44

      SPLASH dit

      L’Education, vous avez dit éducation ? Vu de l’extérieur, “ah ces profs, ils se plaignent tout le temps, ils sont toujours en vacances…” Vu de l’intérieur, les consignes sont strictes : l’enseignant est LE référent de tout, pas seulement de son programme, mais surtout, du bien être de l’élève…L’enseignant est là pour palier aux carences, laxisme et autres manquements éducatifs des parents. En clair, l’enseignant fait désormais office de : prof, surveillant, nounou, lanceur “d’alerte”, psychologue référent pour repérer toute éventuelle trace de harcèlement, et, à loisir, enseigner. Voilà, en 2016 l’élève ROI, le prof coupable obligé d’obéir, pourvu que l’élève “se sente” bien à l’école, peu importe s’il fait ses devoirs : son professeur ne devra en aucun cas le punir mais discuter, écouter, prendre le temps de comprendre, les problèmes familiaux, sociaux…..afin d’aider l’élève à mieux appréhender sa scolarité. Vive l’éducation, le métier d’enseignant ! Personne ne s’en rend compte, mais l’attrait pour la vocation est en train de disparaître, tout comme le nombre de candidats. Tous à la Sillicon Valley, vive les robots, tablettes, à bas la maîtresse.

    • 1 Octobre 2016 à 20h25

      walkyrie dit

      La très limitée Belkacem n’a pas la poigne ni la volonté de mettre de l’ordre dans le mammouth qui n’est qu’une usine à fabriquer des analphabètes. Pas grave. Les incultes pointeront au chômdu ou au Rsa avec la bénédiction de la gauche bobo qui bouffe au râtelier de la république en faisant semblant d’être socialiste.

    • 1 Octobre 2016 à 6h25

      thierryV dit

      On a beau tourner autour du pot, théoriser, relativiser ou encore chercher des explications-prétextes, la vérité se fait de plus en plus jour. Notre école plonge et certains décideurs en profitent pour influer sur son orientation originelle .
      Il y a le feu à la maison France qui s’affaisse lentement sous le poids conjugué d’une immigration continue (et des devoirs qui en découlent)et d’un libertarisme suicidaire dont 68 ne semble pas être le pic. 
      Nous serons sous peut en état de légitime défense face à des théoriciens mandatés et des politiciens qui ont toujours été, pour certains, des activistes déguisé en ministres de la république.  

    • 30 Septembre 2016 à 21h33

      bartolomee dit

      “Le mammouth”…éternel sujet de mécontentement !

      Claude Allégre, rare socialo plutôt sympa avec Charasse, s’y est fracassé. Tous ses prédécesseurs et successeurs aussi.

      NVB n’a fait que donner sa pitance au mammouth pour qu’il ronronne au lieu de barrir.

      Les noms des vétérinaires du mammouth sont sur la place publique depuis des lustres. Pourquoi sont-ils toujours là ? Il faut croire que leur ancrage est plus que solide pour résister ainsi.

    • 30 Septembre 2016 à 21h23

      Jean0308 dit

      Schlomo43
      “les murs murant Paris rend Paris murmurant !”

      à méditer même si la formulation est approximative mais ça date de 1789 , je crois bien , du temps de l’Enceinte des Fermiers généraux .
      Petit épisode de l’Histoire du pays , que ne connaît certainement pas NVB dont je m’étonne qu’elle ne porte pas encore le hidjab !

      à méditer ( et mort aux cons )

    • 30 Septembre 2016 à 20h44

      lili23 dit

      la lâcheté est surement le trame du roman historique de l’éducation 

    • 30 Septembre 2016 à 20h38

      lili23 dit

      Avez-vous déjà lu les questions existentielles que Socrate le jour de sa mort un dénie du platonisisme Sa maïeutique fût un dénie de grossesse tout compte fait 

    • 30 Septembre 2016 à 20h28

      lili23 dit

      l’esclavagisme n’est pas une contingence de l’histoire on ne naît pas esclave on le devient 

    • 30 Septembre 2016 à 20h25

      lili23 dit

      Platon est l’impuissant historique fondateur du lycée on se demande pas pourquoi 
       

    • 30 Septembre 2016 à 20h23

      lili23 dit

      Les femmes qui montrant les dents c’est pas très libidineux 

    • 30 Septembre 2016 à 20h21

      lili23 dit

      Ouais Sartre ne pensait pas comme vous dans cahier pour une morale il développe une réflexion épistémologique sur le savoir sa conclusion pourrait être Vendredi  et Dimanche ne se sont jamais rencontré et que Vendredi a préféré la société civile à la sexualité de Robinson 

    • 30 Septembre 2016 à 10h43

      steed59 dit

      à IMHO, que la France soit un pays de réseaux, ça c’est clair, que les QI aient tendance à avoir des places privilégiés ça a plutôt tendance à me rassurer (c’est l’inverse qui m’inquiéterait) mais là encore pour être prisonnier de votre vision malthusienne de l’économie propre à la gauche française qui blâment les conséquences (la captation de l’économie par une caste) alors qu’ils en chérissent les causes (surpoids de l’Etat, prédation de la valeur-ajoutée par l’impôt, sur-administration de l’activité économique) et – in fine – la gestion socialiste et égalitaire de la pénurie (l’exemple le plus extrême étant le vénézuéla où on ne trouve même plus de PQ). C’est sûr que si vous donnez une petite tranche de steack à cinq clébards affamés, ils vont automatiquement se foutre sur la gueule pour la bouffer.

      • 30 Septembre 2016 à 11h27

        Pierre Jolibert dit

        Conciliez-vous tous deux et consolez-vous du Venezuela à partir de (pour ou contre ?) quelques maximes colombiennes (écrites en marge d’un texte implicite) :
        “Le capitalisme est la face vulgaire du monde moderne, le socialisme sa face assommante.”
        “On ne peut parler de civilisation que là où le cordonnier professionnel, pour prendre un exemple, n’est pas un mercanti de la chaussure, mais un passionné de cordonnerie.”
        “N’espérons aucun salut économique tant que les critères des décisions économiques seront économiques.” J’aurais tendance à ajouter qu’il n’y a rien à espérer en termes d’évaluation du mérite des privilégiés d’après ce critère typiquement moderne du QI.
        D’ailleurs, “la prolifération des parasites est appelée croissance du secteur tertiaire de l’économie”. C’est cette phrase-là en particulier, de Gomez Davila donc, dont le roman de Mlle Bied-Charreton a l’air d’être une amplification, un peu adoucie.

    • 30 Septembre 2016 à 9h24

      Phifi dit

      Ses dents sont trop “canines”, ce qui ne rassure en rien quant aux mises en bouche.

    • 30 Septembre 2016 à 8h16

      beornottobe dit

      c’est l’ETERNELLE façon de parler des “socialistes
      C’est la “propagande permanente”!….

    • 30 Septembre 2016 à 5h43

      thierryV dit

      Je suis désolé de le dire, mais on ne met pas , en temps guerre , une représentante , même occidentalisée, de la culture qui nous fait la guerre , aux manettes d’un ministère . C’est de la folie pure . Mais que cherche t on a faire ? A nous provoquer ? Pensé Yvon à ce point que notre peuple est suffisamment noyauté pour accepter cela ? 

    • 29 Septembre 2016 à 21h07

      malaimé dit

      Colgate, je ne sais pas. Mais elle n’a plus son sourire de lapine. J’ai l’impression qu’un dentiste est passé par là.
      Faudra attendre une autre photo

    • 29 Septembre 2016 à 20h09

      IMHO dit

      Le CNESCO est né en 2013, et il a enquêté sans aucune complaisance pour le Gouvernement qui l’a créé, cela mériterait d’être remarqué.
      Passons et allons à l’essentiel: le fait que les enfants des classes sociale inférieures ne reçoivent qu’une instruction qui ne leur donnera ni emploi ni place dans la société n’est pas un échec du système éducatif, c’est un succès .
      Un succès des classes dominantes qui réservent ainsi à ses fils et à ceux de leurs classes domestiques les bons emplois encore disponibles, en ilotisant les enfants des classes inférieures .
      C’est la seule chose que les classes dominantes en France savent vraiment bien faire: éviter la concurrence.

      • 29 Septembre 2016 à 20h16

        steed59 dit

        petite précision : profs = classe dominante

      • 29 Septembre 2016 à 20h17

        steed59 dit

        “sans aucune complaisance pour le gouvernement”

        elle est bien bonne celle-là

        t’as jamais pensé à travailler pour Carambar ? 

        • 30 Septembre 2016 à 1h51

          IMHO dit

          Lisez le rapport .

        • 30 Septembre 2016 à 3h04

          IMHO dit

          Et lisez ce rapport-ci aussi, qui a déjà été cité dans Causeur: c’est la seconde raison, avec la conviction qu’il est inutilité d’apprendre faute d’emplois accessibles, de la diminution de qualité de l’enseignement, à savoir l’invasion de la misère qui
          détraque la vie scolaire .

        • 30 Septembre 2016 à 8h29

          steed59 dit

          sauf qu’il est bien précisé dans ce dit rapport que cela n’engage pas ce qui a été fait “ces dernières années” (CQFC sous la gauche). Les politiques mises en cause sont plus anciennes (CQFC sous la droite). De toute façon quand je lis un rapport sur l’inégalité à l’école je suis à peu près sur que je vais lire de la propagande néo-socialiste.

      • 29 Septembre 2016 à 20h29

        steed59 dit

        et quels genre de jobs auxquels les enfants des “classes inférieurs” rêvent ? des postes bidon dans la fonction publique, là où les plus diplômés se retrouvent en concurrence ?
        S’il y a un pb de chômage chez ces gens-là, ce n’est pas une question de formation/éducation/diplôme, c’est un manque d’emploi sur le marché du travail. Dans les années 50/60 les jeunes étaient moins bien formés et trouvaient du boulot. Et s’il fallait de la formation, eh bien l’entreprise s’en chargeait et le jeune apprenait sur le tas.  

        Aujourd’hui aux USA ou en GB le niveau général des étudiants est largement inférieur au nôtre (n’importe quel étudiant français ayant fait une partie de ses études à l’étranger le confirmera) pourtant ils trouveront un boulot bien payé dans leur pays soumis à l’odieuse économie libérale.

        S’il fallait une preuve supplémentaire des ravages du socialisme en france c’est bien celui-là. Les jeunes diplômés français me font penser à ces ressortissants des pays de l’est ou de cuba obligé de quitter leur pays pour aller trouver un job de maçon à l’ouest avec un diplôme d’ingénieur ou de médecine.

        Comme quoi l’antienne socialiste qui consiste à dire qu’il suffit de former les gens pour résorber le chômage est une belle connerie. 

        • 29 Septembre 2016 à 22h18

          Pierre Jolibert dit

          Je plussoie assez l’esprit général de que vous dites. Remarquez qu’il suffirait de former les gens… à la maçonnerie ? La question est alors : qui veut vraiment littéralement résorber le chômage ?

        • 30 Septembre 2016 à 1h59

          IMHO dit

          ” pourtant ils (les étudiants US ou UK) trouveront un boulot bien payé “.
          Ah oui ? S’ils sortent d’une bonne école supérieure, comme en France, sinon ils iront servir des cafés chez Starbucks.
          Le nombre de “bons emploi encore disponibles” est déterminé par la valeur ajoutés des activités productives, , agriculture, industries extractives, industrie manufacturière et services payé par l’étragner, tourisme compris. Tou ça

        • 30 Septembre 2016 à 2h22

          IMHO dit

          …tout ça ensemble fait en France entre 5O et 66 % des mêmes chiffres en Europe du Nord, pas plus qu’en Espagne ou en Italie.
          C’est cette masse salariale et ces bénéfices ensemble qui financent par répartition le solde du troc de services intérieur, avec l’endettement extérieur.
          Il est donc fatal que la France devienne progressivement une nation de mileuristas ou de CDI, d’autant plus que le train de vie de la classe moyenne aisée est trop dispendieux: on vit bien plus frugalement et moins frivolement, en dépensant beaucoup moins, en étant cadre en Italie, en Espagne et même en Belgique et aux Pays-bas qu’en France.
          Fatalement les bons emplois se raréfient, puisque la valeur ajoutée des activités productives diminue, et la France étant un pays de réseaux, les plus forts s’entendent pour se les réserver, ces bons emplois, en configurant l’enseignement dans ce but. Voila, vous savez tout .

        • 30 Septembre 2016 à 7h54

          Pierre Jolibert dit

          Je ne comprends pas tout mais la fin me paraît très compatible avec ce que dit Steed.

        • 30 Septembre 2016 à 8h31

          steed59 dit

          moi c’est simple j’ai rien compris. Je me demande si milereusta est un vrai mot ou une faute de frappe

        • 30 Septembre 2016 à 10h15

          IMHO dit

          pour steed justement: https://fr.wikipedia.org/wiki/Mileurista

          J’essaie d’expliquer ce que je n’ai pas bine expliqué:

          Considérons l’ensemble des ménages et des entreprises françaises comme un seul et grand ménage, ce qui est logiquement vrai.
          Dans ce ménage, “la valeur ajoutée (ventes moins achats) des activités productives, agriculture, industries extractives, industrie manufacturière et services payés par l’étranger, tourisme compris “, sont ce que sont les “rentrées” dans un ménage familial – rémunérations salariales, y compris les charges sociales (revenus indirects) et autres revenus d’activité ,”ce qui fait bouillir la marmite “.
          L’addition des toutes ces valeurs en % du chiffre de l’Allemagne donne ceci en 2013 :
          Allemagne 100
          Suède 118
          Pays-Bas 67
          Belgique 66
          Royaume -Uni 63
          Espagne 57
          Italie 55
          FRANCE 54
          République Tchèque 45

          Autrement dit le train de vie du ménage France, sans endettement extérieur, ne peut être supérieur à celui de l’Espagne ou de l’Italie et en fait il devrait être celui de la République Tchèque.
          Or les salariés les mieux payés en France, les cadres, dépensent trop en comptant sur la retraite des cadres pour avoir une retraite seconde jeunesse, et en fin de compte, ils n’y ont pas droit, au regard des “rentrées du ménage” et par conséquent, il ne reste pas assez pour rémunérer les serviteurs du grand ménage, tous ceux des services non -marchands, d’où les mileuristas et les CDI .
          Et donc, la France étant un pays de réseaux, ceux des dominants par le QI, cadres et enseignants entre autres, s’entendent comme larrons en foire pour sophistiquer inutilement les emplois les mieux payés et donc en écarter les plébéiens, qu’ils privent en même temps d’instruction en leur refusant les moyens de l’acquérir .
          C’est la France de toujours, ça, celle des privilèges, l’éternelle France d’ancien régime .
          Un remède: s’aligner sur la République Tchèque
          Si non, kaputt !

        • 30 Septembre 2016 à 10h49

          Pierre Jolibert dit

          Je crois que c’était déjà très clair, IMHO, mais en effet l’implicite m’échappait. Merci pour le lien à mileurista, que je ne connaissais pas.
          Le mot a la vertu de pointer vers l’autre sujet fascinant joint à l’orientation professionnelle officielle et aux réseaux officieux : l’immobilier (les prix, le patrimoine, etc.)
          Je suis convaincu par votre description. Je ne m’engage pas sur le remède et m’en tiens à la question : qui veut vraiment résorber le chômage (qui fait partie du système) ? Je ne m’engage pas car je ne suis pas sûr qu’il faille à tout prix un remède, plutôt au moins que le système arrête de se payer de mots et qu’il se voit lui-même lucidement, pour décider en toute conscience s’il veut ou pas continuer à être tel quel.

        • 30 Septembre 2016 à 11h52

          IMHO dit

          Merci.

        • 30 Septembre 2016 à 11h59

          IMHO dit

          Qui veut résorber le chômage ?
          Tout le monde, je crois .
          Qui PEUT résorber le chômage ?
          Personne
          Qu’est-ce qui PEUT résorber le chômage ?
          Que la pourcentage ci-dessus passe de 54 à 75 % .
          Est-ce que cela peut être fait .
          Non.
          A moins que :
          http://www.maphilo.net/citations.php?cit=1018

      • 30 Septembre 2016 à 7h58

        Pierre Jolibert dit

        Je profite de cette discussion pour faire de la pub pour le roman paru ce mois-ci de Solange Bied-Charreton, Les Visages pâles.
        http://www.editions-stock.fr/les-visages-pales-9782234078116
        C’est un enchantement. L’évocation finale d’un CIO (orientation) universitaire me paraît prête pour figurer parmi les pages d’anthologie, même scolaire.

        • 30 Septembre 2016 à 8h31

          steed59 dit

          ta vie on s’en fout

        • 30 Septembre 2016 à 10h35

          Pierre Jolibert dit

          Mais le sujet de la discussion, qui est le même que celui du roman en question, on ne s’en fout pas puisqu’on est dedans jusqu’au cou.
          “Donnez-vous les moyens d’acquérir une formation reconnue. Communiquez sur votre profil, améliorez vos compétences, décuplez vos talents, apprenez à parler de vous. Des noms de responsables imprononçables, des propositions, des stages dans des boîtes inconnues au fin fond de l’Île-de-France, afin de découvrir la pratique d’un emploi qui n’était jamais un métier (souligné par moi) et dont on n’aurait pu soupçonner l’existence.”
          Je reconnais que c’est un peu réac.

      • 30 Septembre 2016 à 21h05

        Wil dit

        IMHO ou comment empapaouter tout le monde avec une étude à la con.
        “Un succès des classes dominantes qui réservent ainsi à ses fils et à ceux de leurs classes domestiques les bons emplois encore disponibles, en ilotisant les enfants des classes inférieures .”
        Oui
        “C’est la seule chose que les classes dominantes en France savent vraiment bien faire: éviter la concurrence.”
        Faux.Voila l’escroquerie des IMHO et compagnie de gauche.
        Comment on fait?Très simple,On va faire de la concurrence entre les bas salaires pour les baisser encore en faisant venir de la main d’oeuvre des pays pauvres,par exemple des réfugiés de pays en guerre qui bosseront juste pour qu’on leur fasse l’aumône et on menace les travailleurs du coin de délocaliser s’ils n’acceptent pas nos conditions.
        -Mais ils vont jamais accepter,ils sont quand même pas si cons?!
        - Mais si!On les matraque grâce à la gauche “morale” dans nos médias que la morale les oblige a les laisser venir sinon ce sont des salauds,des ordures,des moins que rien,des racistes,des fascistes,des”rances”,des “heures noires”ect.,vous verrez,ils vont gobez comme d’hab quand on leur dit de voter pour lui ou lui,ils sont tellement manipulables.S’il le faut on paiera les syndicats,ça sera pas la première fois ni la dernière et à la fin,on y gagne toujours avec ces abrutis”.

        • 1 Octobre 2016 à 3h04

          IMHO dit

          Wil il y a un problème .
          Je ne connais pas votre âge, je ne vous crois pas vieux, mais je suppose que vous avez été à l’école
          à une époque où on y était encore instruit et éduqué (selon Brighelli et consorts).
          Alors expliquez-moi comment vous pouvez répondre ou plutôt réagir à ce que j’ai écrit par un texte aussi incongru et incohérent.
          Je vous fiche mon billet qu’aucun des lycéens décérébrés que les Causeuriens voient courir partout, n’aurait écrit ces informes phrases, mais des remarques peut-être naïves ou illogiques, mais pas ineptes.

    • 29 Septembre 2016 à 19h57

      André Plougardel dit

      Alain Aquebar est français de souche.Un gaulois , un blanc de chez nous.Le problème est qu’Alain Aquebar est sujet à des flatulences.Oui, il pète,et il pète n’importe où,n’importe quand.Et quand il pète,Alain Aquebar,ce n’est pas des pets foireux qu’il envoie, non,c’est quasiment une rafale de kalachnikov.Il ne se gêne pas le saligot!
      Il lui arrive de péter dans un restaurant bondé.Je vous laisse imaginer la scène.D’autant plus qu’Alain Aquebar ressemble plus à un bougne qu’à un gaulois.Il est complexé d’ailleurs à ce niveau là.Et un pet de bougne ça fait mal, surtout pour l’olfactif.Le bruit et l’odeur, souvenirs ,souvenirs…Le souci c’est que notre flatulent impénitent n’a pas vraiment une tronche de gaulois.Le cheveu crépu,le visage halé et l’air patibulaire mais presque.

      La France a peur.Alain Aquebar a peur.La loi sur la déchéance de la nationalité concocté par nos amis socialistes en tête desquels Hollande,dont on comprend mieux maintenant pourquoi Mitterrand et Jospin l’ont allègement méprisé,notre ami Alain Aquebar limitera désormais ses virées culinaires à la recherche d’une gargote inoffensive où il pourra dégazer sans danger de déchéance de nationalité.
      Grâce à la déchéance de la nationalité concocté par notre aérophagique “un con pétant”,on pourra,pour un pet non convenu,extraire de la communauté nationale tout individu dont le pet excède un certain niveau de décibels au delà duquel le flatulent sera considéré comme terroriste .
      Merci les socialistes de merde.
      On dit que le diable est dans les détails.Prenez un portrait de Hollande et scrutez les détails.

      Vous verrez le diable en prada.

      André Plougardel militant FN chômeur SDF